Version classiqueVersion mobile

Envois & Dédicaces

 | 
Gérard Farasse

Envois & Dédicaces

Gérard Farasse

Texte intégral

1La critique de notre temps, depuis les années soixante, a attiré notre attention sur les marges de l’œuvre littéraire ou sur ses « seuils », pour reprendre le titre de l’ouvrage que leur a consacré Gérard Genette. Si la signature et le titre ont fait l’objet de nombreux travaux, la dédicace, et plus encore l’envoi, restent pour une large part à explorer.

2Ce qui caractérise la dédicace est peut-être l’ambiguïté.

3Ambiguïté, de ce parergon, aurait dit Jacques Derrida, dont on ne sait trop s’il fait partie de l’œuvre ou s’il n’en est qu’un ornement indifférent. Exerce-t-il une pression sur son sens ou ne pèse-t-il pas sur lui ? Peut-être parle-t-on trop vite en affirmant qu’il lui est subordonné quand on sait que tel poème n’a été écrit que pour permettre d’inscrire le nom de la bienaimée à son fronton.

4Ambiguïté, pour l’exprimer d’autre façon, sur son caractère circonstanciel, puisque certaines œuvres adoptent ce titre : tel est le cas de Dédicaces de Verlaine ou de Cartolines et dédicaces d’André Pieyre de Mandiargues. Mallarmé n’a pas jugé vain de rassembler et de publier sept de ses envois de L’Après-midi d’un faune. Voilà la dédicace, si insignifiante en apparence, promue à la dignité de genre littéraire.

5La seconde de ces ambiguïtés porte moins sur son statut d’œuvre ou de hors-d’œuvre que sur le trouble qu’elle induit quant au destinataire de l’ouvrage. La dédicace, en effet, élit une seule personne alors que le livre s’adresse en principe à tous car toute œuvre porte cette dédicace à l’encre sympathique : « Au lecteur ». Adressée à la fois à un seul et à tous, elle suppose toujours la présence d’un tiers dont le dédicataire cherche à éviter le regard, ou qu’il recherche. C’est une parole à la fois intime et spectaculaire, précaire et exposée.

6Sa forme la plus ancienne est la « dédicace d’œuvre », le plus souvent imprimée, qu’elle soit brève (mention du dédicataire) ou longue (épître dédicatoire), cette dernière ayant peu à peu, au cours de l’histoire, pris valeur de préface.

7Parmi ces dédicaces imprimées, il convient peut-être d’accorder un statut particulier à la dédicace clandestine, qui s’affiche pourtant mais de façon telle qu’elle demeure indéchiffrable, hormis par son destinataire, comme c’est le cas parfois de la dédicace amoureuse qui rappelle alors l’obligation du senhal, ou nom secret, pour désigner la Dame dans la poésie des troubadours.

  • 1 Signalons le remarquable ouvrage d’Édouard Graham, Passages d’encre, Échanges littéraires dans la b (...)

8La deuxième forme de dédicace, plus récente, est la « dédicace d’exemplaire », l’envoi manuscrit. Cette pratique, encore peu étudiée1, sauf par les bibliophiles, s’est développée au XIXe et XXe siècles avec l’augmentation des tirages. Elle mérite qu’on s’y arrête, ne serait-ce que parce qu’il semble souhaitable d’élaborer une stylistique de l’envoi ; chaque écrivain a peut-être ici sa manière : brièveté ou non, volonté de banalité ou d’originalité, jeu avec le titre, disposition graphique, recours au dessin. Elle facilite de surcroît l’étude de son imaginaire – c’est-à-dire de ses illusions – quant à son livre, à lui-même ou à son dédicataire. Elle permet enfin d’affiner la connaissance du milieu que fréquente l’auteur : du cercle le plus intime – de la famille et des amis – au cercle le plus public – celui des lecteurs – en passant par ceux que constituent les écrivains, les critiques ou les détenteurs d’un pouvoir éditorial.

9La psychanalyse nous a appris, entre autres choses, que rien, dans les phénomènes de la pensée, n’est insignifiant ; qu’il n’existe pas, en somme, de déchets psychiques. Rien, non plus, dans une œuvre, n’est à rebuter, pas plus les envois manuscrits que les dédicaces imprimées.

10Les dédicaces seront d’abord traitées en perspective cavalière, perspective permettant de rendre visible la façon dont s’agencent les diverses parties du paysage où elles se déploient. De différents lieux de ce dernier, on s’est efforcé ensuite de restituer la couleur locale, toujours unique.

11À qui dédier ces études de dédicaces ? À tous les amateurs de littérature, à tous ceux qui – c’est la formule même de la dédicace –, sur un visage, aiment l’accroc d’un grain de beauté, chose bien minime en vérité, mais qui suffit à faire vibrer sa singularité et à lui conférer tout son charme.

Notes

1 Signalons le remarquable ouvrage d’Édouard Graham, Passages d’encre, Échanges littéraires dans la bibliothèque Jean Bonna, Envois, lettres et manuscrits autographes 1850-1900, Préface de Gérard Macé, Gallimard, 2008.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search