Version classiqueVersion mobile

Europe de papier

 | 
Sylvie Aprile
, 
Cristina Cassina
, 
Philippe Darriulat
, 
et al.

Quatrième partie. D’autres Europe

« Panlatinismes » et visions d’Europe, 1860-1890

Francesca Zantedeschi

Résumé

Pan-Latinism grew considerably in the 1870s and 1880s, taking different forms and for different reasons. It was variously promoted as a cultural alternative to state spaces, giving an opportunity to certain national minorities (notably, Catalans and “Occitans”) to develop cross-regional forms of cultural and political organization beyond the confines of the nation-states to which they belonged; as a reaction movement to Pan-Germanism and Pan-Slavism; as a single currency area (the Union Latine, established in 1865); as a customs and commercial union capable of competing with the German Zollverein and the expansion of “Anglo-Saxon” market in the Mediterranean Sea; and finally as a valid and peaceful alternative to the system of European alliances. In this article, I will examine which “ideas” – visions, images – of Europe were conveyed by some Pan-Latinist projects that emerged in the second half of the nineteenth century.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous le répétons pour terminer, la nature indique par la position géographique des trois États de France, d’Italie et d’Espagne qu’ils sont faits pour ne former qu’une seule confédération, dont le plus puissant État doit être le corps et les deux autres les bras. Heureuses ces trois nations, si elles écoutent la voix de la nature, qui ne trompe jamais ! si elles cherchent dans leur union une force qu’elles ne trouveront point dans leur isolement !1

Concept assez vague, et pour cela en mesure de s’adapter à plusieurs projets visant à réunir des peuples appartenant au même ensemble linguistique et culturel néo-latin, le panlatinisme connaît son essor dans la seconde moitié du XIXsiècle, en concordance avec l’épanouissement d’autres pan-nationalismes européens2. En s’appuyant sur l’idée de l’existence d’une communauté de civilisation d’origine latine, le panlatinisme traverse l’Europe occidentale, mais trouve un terrain fertile surtout en France, en se définissant par opposition aux a...

Auteur

Docteur en Histoire et Civilisation (Institut Universitaire Européen de Florence, Italie). Ses recherches portent sur la formation des identités nationales et régionales en Europe, les langues et cultures minoritaires, l’histoire des sciences humaines.

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search