Version classiqueVersion mobile

Europe de papier

 | 
Sylvie Aprile
, 
Cristina Cassina
, 
Philippe Darriulat
, 
et al.

Quatrième partie. D’autres Europe

Panlatinisme et latinité. Origines et circulation d’un projet d’unification européenne, entre réminiscences napoléoniennes et mythe de la race

Paolo Benvenuto

Résumé

The aim of this article is to point out the pan-Latin movement as one of the crucial manifestations of the development of nationalisms during the nineteenth century in Europe. Through the recuperation of the Latinity myth, pan-Latinism aimed to oppose the Latin civilisation element to the danger coming from Anglo-Saxonism and pan-Slavism. Behind the clash of civilisations, pan-Latin’s projects calling into question the European political status quo established in 1815, and envisaged a new possible geopolitical order, with a leading role of Imperial France, supported by their « Latin sisters », Italy and Spain. Especially during 50’s and the 70’s of the nineteenth century, Latin race attained the status of a transnational myth. Latinity revealed itself to be an important cultural tool, useful both for French imperialist interests – like those of the Napoleon III’s supporters – as for the democratic-radical projects that aimed at the creation of a pacific European Union.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au XIXsiècle la croyance à une supériorité générique de la civilisation européenne connaît des spécificités nationales qui se fondent sur des argumentations culturelles, comme l’histoire et la découverte du passé, la linguistique et la philologie. Ces aspects constituent des éléments centraux du corpus narratif sur lequel est basé le processus d’imagination et de réinvention des traditions et des identités de différentes nations, conçues en tant que communautés ethniques1. Comme l’a signalé Alberto Mario Banti, certaines constructions rhétoriques qui narrent la nation se fondent sur la conception de la « primauté » d’une communauté sur les autres, argumentation qui contient des considérations racialistes ou impérialistes2.

L’idéal de civilisation « latine », figurant dans les discussions savantes du XVIIIsiècle, prend corps en tant que débat sur les origines des civilisations européennes et sur le poids de l’héritage romain dans les différentes traditions nationales. Au cours du ...

Auteur

Historien du XIXe siècle, Université de Pise. PhD en Histoire et Sociologie à l’Université de Pise, ses recherches portent sur l’histoire italienne et européenne à l’époque du Risorgimento.

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search