Version classiqueVersion mobile

Europe de papier

 | 
Sylvie Aprile
, 
Cristina Cassina
, 
Philippe Darriulat
, 
et al.

Troisième partie. Le miroir de l’économie

A Missed Opportunity? European Economic Integration between 1850 and 1914

Francesca Fauri

Résumé

Le but de cette contribution est de montrer comment l’intégration économique européenne a été pensée mais sans succès au cours des soixante années qui ont précédé la Première Guerre mondiale. À la mi-temps du XIXsiècle, l’Europe est un marché intégré où la libre circulation des marchandises, des personnes et des capitaux est garantie. Des unions monétaires sont alors mises en place. En 1867 à la Conférence monétaire internationale de Paris émerge même l’idée qu’il est possible de créer une monnaie européenne appelée « EUROPA ». Toutefois les relations entre les pays européens sont fragiles. Face à la crise économique des années 1870, un grand nombre de pays introduisent des mesures protectionnistes. Les ententes commerciales des années 1890 améliorent à nouveau les relations entre les États européens, mais ne permettent plus un retour aux conditions existant avant la crise : une Europe plus intégrée est désormais prématurée en termes économiques et politiques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Was the European path towards economic integration in the 60 years before the First World War a missed opportunity? To a large extent, Europe was a deeply integrated market since goods, people and capital were able to move quite freely, while the good functioning of the gold standard assured stable exchange rates to an increasing number of countries. Joining the gold club meant, in fact, the possibility to lower exchange rate risk and country risk, increase the inflow of foreign capital and enhance the possibility to borrow money from abroad. Even a few monetary unions were set up and the International Monetary Conference in Paris announced a European gold-base currency which could circulate freely, to be called Europa (1867).

In 1860 the Cobden-Chevalier Treaty greatly reduced the few resilient tariffs between France and Britain and introduced the most favored nation (MFN) clause, a fundamental key for the diffusion of free trade all over Europe. European interdependence grew and ex...

Auteur

Enseigne l’Histoire économique européenne à l’Université de Bologne, Département d’Économie. Elle est titulaire de la Chaire Jean Monnet en Histoire des migrations européennes (Université de Bologne, Forlì Campus) et vice-Présidente de Europe Direct Punto Europa à Forlì. Ses recherches portent sur l’histoire économique italienne et européenne, sur l’intégration européenne et sur l’histoire des mouvements migratoires en Europe.

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search