Version classiqueVersion mobile

Europe de papier

 | 
Sylvie Aprile
, 
Cristina Cassina
, 
Philippe Darriulat
, 
et al.

Deuxième partie. L’Europe à l’épreuve des nationalités

Entre tradition de 1848 et souvenir napoléonien. Un européisme politique rallié au Second Empire

Carol Bergami

Résumé

Research on French pacifism in the second half of the nineteenth century usually neglects republican internationalism under the Second Empire of Napoleon III. The assumption is that the ‘springtime of the peoples’ gave birth mainly to a left-wing tradition essentially represented by the exiles’ commitment to internationalism during the 1850’s and returning to France only with the renewal of the republican opposition towards the end of the 1860’s, while conservative pacifists simply failed in their cause by rallying to the Second Empire. However, upon closer analysis, it appears that precisely the adherence to the European project formulated to promote the foreign policy aims of the Second Empire contributed to the differentiation of mid-century pacifism. This represented a specifically Europeanist, realist and patriotic strand, which contributed to moving pacifism away from the realms of a cosmopolitan humanitarianism to a more positive attempt of organizing relationships not only between peoples but also between states in Europe.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’internationalisme révolutionnaire du printemps des peuples reste une référence pour ceux qui veulent souligner le caractère progressif d’un projet européen à l’heure des nationalités1. Mais, au-delà de la voix de Victor Hugo proférant sa foi dans l’avènement de la démocratie, des nations et des États-Unis d’Europe, quelle est réellement la portée de l’héritage de la Seconde République dans ce projet ? La question de la continuité de l’internationalisme de 1848 au-delà du tournant conservateur de la Seconde République qui s’amorce dès 1849, voire du changement de régime en 1852 est, pour le moins, controversée2. C’est qu’elle est extrêmement complexe : elle tient, évidemment, de la question de la nature démocratique ou non du régime napoléonien, où l’interprétation du bonapartisme, figure d’une « autre démocratie »3, s’oppose à son association exclusive à la « droite autoritaire »4. Mais elle tient aussi de la question, moins élucidée encore, de la nature du pacifisme quarante-huit...

Auteur

Historien des relations internationales, il prépare actuellement une thèse à l’université Paris I sur Arbitrage et fédération. Espace républicain et espace international aux débuts du pacifisme organisé en France. 1841-1889 sous la direction de Robert Frank. Ses recherches portent sur l’histoire des relations internationales et l’histoire européenne des XIXe et XXe siècles.

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search