Desktop versionMobile version

Albert Camus contemporain

 | 
Dolorès Lyotard

Les strates de la mémoire dans Le Premier Homme

Pierre-Louis Rey

Full text

  • 1 Marcel Proust, Albertine disparue, Gallimard, coll. « Folio », 1992, p. 126.

1« Notre moi est fait de la superposition de nos états successifs. Mais cette superposition n’est pas immuable comme la stratification d’une montagne. Perpétuellement des soulèvements font affleurer à la surface des couches anciennes1. » Œuvre de mémoire et de recherche des couches successives du moi, comme À la recherche du temps perdu, Le Premier Homme répond à une visée toute différente de celle du roman de Proust. En premier lieu, si on tient à part Un amour de Swann, le narrateur de la Recherche borne son enquête à sa propre existence : à aucun moment, par exemple, il ne s’inquiète de ce que son père et sa mère ont été avant sa naissance, et si le roman offre de rares plongées dans le passé, ce passé poétique et lointain ne sert qu’à auréoler de son prestige les noms de l’aristocratie. Ensuite, à l’exception de l’épisode de la petite madeleine, la rétrospection de la vie du héros y est linéaire, allant tout uniment du récit de son enfance à Combray jusqu’à ce moment fatidique de sa maturité où il s’apprête à écrire. Enfin, les temps forts de la Recherche sont déterminés par des souvenirs involontaires. Ce sont eux qui, prenant le héros par surprise, bouleversent ces strates géologiques dont on crédite d’ordinaire le travail de la mémoire : même s’ils ne modifient pas l’ordre chronologique du récit de Proust, ils lui donnent tout son sens. La démarche du Premier Homme, à l’inverse, est d’un bout à l’autre volontaire, les temps forts y sont provoqués par un devoir de mémoire, et c’est en fonction de cette résolution que l’ordre des temps y est savamment bouleversé. Même si la montagne explorée en profondeur par Camus ne subvertit pas les attentes du géologue, le lecteur devra accepter que, dans l’ordre de l’ouvrage, les couches les plus souterraines soient présentées avant celles qui affleurent. Au reste ce n’est pas parce qu’elle sera raisonnable et méthodique que l’enquête de Jacques Cormery aura plus de chance d’atteindre son but. « Anonymat géologique », a noté Camus en marge de la première page du récit. On a le sentiment de s’enfoncer dans une obscurité toujours plus profonde et, s’il faut prendre à la lettre le terme d’« anonymat », on constate que le romancier autobiographe manque à trouver ces noms (noms de pays, noms de personnes) qui balisent la quête des écrivains héritiers de civilisations riches en histoire.

  • 2 Les numéros de page donnés entre parenthèse renvoient au Premier Homme dans Œ. C., t. IV. « Bouleve (...)
  • 3 « Notes et plans », Appendices du Premier Homme, dans Œ. C., t. IV, p. 943.
  • 4 Ibid., p. 939.
  • 5 Ibid., p. 941.

2La découverte par Jacques Cormery que son père était plus jeune quand il est mort que lui-même ne l’est aujourd’hui (« Soudain une idée le frappa qui l’ébranla jusque dans son corps. » (p. 754.)2), détermine l’ordre apparemment chaotique du récit : « Quand, près de la tombe de son père, il sent le temps se disloquer – ce nouvel ordre du temps est celui du livre3. » Peut-être parce que l’œuvre est demeurée inachevée, les interversions de chapitres envisagées par Camus donnent une impression de gratuité : « Amener l’oncle Ernest vieux, avant – son portrait dans la pièce où se tenaient Jacques et sa mère. Ou le faire venir après. » (p. 799, note.) ; « Les lectures avant ? les hauts quartiers ? » (p. 901, note.) ; « Puisque j’ai renversé, montrer Jessica âgée avant de la montrer jeune4. » À l’occasion, il se dit prêt à renoncer à ces renversements qui semblaient pourtant constitutifs de l’ouvrage : « Si finalement je choisis l’ordre chronologique, Mme Jacques ou le docteur seront des descendants des premiers colons de Mondovi5. » Serait-il revenu, selon ce choix, à l’ordre chronologique uniquement pour l’histoire qui précède sa naissance, ou pour le récit entier ? Ces hésitations concernent en tout cas le plan du livre, l’exposé des événements ; elles ne sont jamais une tentative de restitution de l’ordre réel du surgissement des souvenirs.

3Entre le premier chapitre, qui raconte la naissance de Jacques, et le second, qui nous transporte « quarante ans plus tard », Camus semble a priori marquer les deux termes extrêmes du récit. Mais ce « quarante ans », bientôt réitéré (p. 788), se révélera très approximatif, et l’ordre réel des événements plutôt flottant. On croit d’abord que le premier entretien de Jacques avec sa mère (p. 776 et suiv.) est consécutif au pèlerinage à Saint-Brieuc, mais on ne voit pas alors pourquoi Jacques demanderait à sa mère la date de naissance de son père, qu’il a pu lire sur la tombe. Un autre entretien situé quelques pages plus loin (p. 784 et suiv.), à moins qu’il ne s’agisse de la poursuite du précédent, est interrompu par l’explosion d’une bombe. Le récit se situe donc, non seulement après le début de la guerre d’Algérie, mais à l’époque où ont commencé les attentats à Alger. Si on veut appliquer au récit une exactitude historique, on situera en juin 1957 cet attentat qui ébranle la maison de la mère, puisque c’est à cette date que furent placées trois bombes dans des poteaux électriques à proximité d’arrêts d’autobus. On s’avisera alors que le récit imaginaire se substitue ici au souvenir, puisque Camus se trouvait à cette époque au Festival d’Angers, et qu’aucune des trois bombes n’explosa dans le quartier de Belcourt. La présence de la guerre à Alger est marquée dans le récit par des indices (parachutistes arpentant les trottoirs), plus nettement encore par la visite à la propriété du colon Veillard. Aucune évolution n’est toutefois perceptible entre son commencement (ou le début du terrorisme) et ce qui serait un éventuel présent du narrateur. La guerre n’a pas éclaté : elle est là. Une lecture politique du Premier Homme peut faire grief à Camus d’avoir masqué cette évolution qui aggrave sans cesse le conflit. On pourrait, à l’inverse, porter au crédit d’une vision progressiste de l’histoire de la colonisation cet élargissement de la perspective historique : contrairement à la version officielle, la France n’a jamais cessé d’être en guerre, de façon larvée ou brûlante, avec les populations indigènes. Mais cette reconnaissance peut déboucher, aussi bien, sur le choix de l’immobilisme. Telle est la position de Veillard : depuis cinq générations, Français et Arabes se coupent un peu les couilles à intervalles irréguliers, il en sera toujours ainsi, mais globalement, les Européens auront beau continuer de traiter les Arabes de « sale race » comme aux premiers temps, « on est fait pour s’entendre » (p. 852). Cette absolution donnée aux belligérants est formulée au mieux par le vieux docteur : « […] on remonte au premier criminel, vous savez, il s’appelle Caïn, et depuis c’est la guerre, les hommes sont affreux, surtout sous le soleil féroce. » (p. 858.)

4La même immobilité s’aperçoit dans le récit des conversations du Jacques de quarante ans avec sa mère, au point qu’on ne sait jamais si Camus rapporte une scène ponctuelle ou une série de scènes rituelles. Son usage de l’imparfait est à cet égard déconcertant. Ainsi pour la visite de Jacques rapportée au début du chapitre 5. Le « Il la serrait dans ses bras » (p. 772), qui ouvre le chapitre, peut s’interpréter au vu des lignes suivantes comme une étreinte prolongée ou réitérée. C’est sur une visite précise qu’on enchaîne, semble-t-il, à la page suivante avec « Quand il arriva devant sa porte ». Camus poursuit cependant avec deux imparfaits : « sa mère l’ouvrait et se jetait dans ses bras ». Si « ouvrait » peut signifier la concomitance avec l’arrivée de Jacques, il est exclu que « se jetait » s’interprète de même. Une série d’imparfaits va, dans la suite de la scène, orienter décidément vers l’itératif. Cette évocation de rencontres répétées couvrant plusieurs années est pourtant interrompue par une interpellation de Jacques, « Papa ? » (p. 776), qui rend la scène ponctuelle. L’incohérence déjà signalée (Jacques pose à sa mère des questions résolues par le voyage à Saint-Brieuc) décrédibilise toutefois tout effort de datation précise.

5Si une forme d’aveuglement politique explique l’indécision temporelle qui embrume les années de la guerre d’Algérie, les scènes de la vie domestique sont soumises à une même uniformité. Le « même soleil » (p. 764) éclaire une mère qui l’attend toujours à la même place (p. 772) ; elle ne vieillit pas, paraissant plus jeune que son âge, et l’oncle lui-même, à cinquante ans, semble encore un jeune homme (p. 773). Si Jacques lui-même a physiquement changé, le lecteur n’en a le soupçon que par les exclamations de l’oncle qui s’émerveille de le voir grandi et forci, ce qui est, a-t-on envie de penser, la moindre des choses. Mais en persistant, plus de trente ans après, à l’appeler « petit », l’instituteur tend à prouver que pour ceux qui l’aiment, Jacques est toujours le même.

6La permanence de son moi est attestée par une mémoire du corps qui lui permet de monter quatre à quatre l’escalier de l’appartement en se rappelant exactement la hauteur des marches (p. 772). Cette notation est la seule qui, dans Le Premier Homme, s’apparente à une sensation de « temps retrouvé ». Elle traduit non seulement le souvenir vivace d’un instant éloigné, mais la certitude acquise grâce à la sensation que celui que je suis est le même que celui que j’étais. Quant à la résurrection du temps et de l’espace perdus où se mouvait ce moi, elle s’impose grâce à la permanence des lieux et des êtres. Un assassinat commis un soir en face de chez lui est resté gravé dans sa mémoire, « une scène d’un autre monde », écrit Camus (p. 823). Cette scène de violence isolée peut se lire comme prémonitoire des violences qui, à l’époque du terrorisme, bouleverseront fréquemment la rue de Lyon. Il faut plutôt l’interpréter comme le témoignage qu’on s’est toujours plus ou moins tué dans ce pays. Ceux qu’on appelait les « bandits » aux temps héroïques de la conquête ou à l’époque de la naissance de Jacques sont toujours des « bandits » – terme rassurant parce qu’il donne l’illusion que rien n’a changé (pendant la guerre d’Algérie, ils étaient pourtant devenus des « fellaghas » ou, comme on disait plus volontiers, des « fellouzes »). Ce fait-divers, qui a déclenché l’angoisse de Jacques à l’époque de son enfance, perd du reste bientôt sa singularité pour se fondre dans un souvenir plus large : il a gravé dans son cœur « l’image doucereuse et insistante de ce quartier où il avait régné toute la journée dans l’innocence et l’avidité » (p. 823). Ce crime pourrait déchirer à tout jamais le monde de l’innocence, comme celui de Meursault dans L’Étranger. Une « image » générale du quartier surnage au contraire, apaisante dans son immobilité. Et tandis que le souvenir du drame du coucher déclenchait chez Proust la reconstitution de l’univers de Combray, qui serait autrement demeuré dans les limbes de l’oubli, le drame de la rue de Lyon ne fait que trouer un univers qui n’avait, pour surgir, besoin d’aucun souvenir traumatisant puisque, trente ans après, il offre toujours la même image.

7Entre les deux termes (naissance de Jacques et enquête sur le père) se situent par séries les récits de l’enfance et de l’adolescence. Tous sont classés par chapitres ; seul le souvenir de la sieste quotidienne imposée par la grand-mère échappe à l’enquête méthodique. Sur le bateau qui le ramène à Alger, la formule sacramentelle « A benidor » rappelle soudain à Jacques ces séances qui le mettaient au supplice (p. 762). Cet instant de mémoire involontaire apparente exceptionnellement le récit de Camus à la Recherche ou à la Sylvie de Nerval. On pourrait imaginer un Premier Homme où tous les souvenirs répondraient à ce type de déclic ; ce serait une autre œuvre, diamétralement opposée à la quête ordonnée du père, puis de la mère et de leurs ancêtres, qui donne sens à l’ouvrage. De la « section maternelle », Jacques n’a gardé « aucun souvenir », sinon celui d’un lavabo où il s’était heurté la tête (p. 824). En général, les adultes font remonter leurs plus vieux souvenirs à leur quatrième, voire à leur troisième année. Mais peut-être ne font-ils que reconstituer de façon crédible ce qui leur a été ensuite raconté à satiété par leurs parents ou leurs grands-parents. Jacques est protégé par le silence de son milieu familial de ces illusions de la mémoire. À l’autre extrémité de cette période, la sortie de l’adolescence correspond à l’entrée de Jacques en seconde, et elle est marquée par trois événements majeurs, presque simultanés : son refus d’être désormais battu par sa grand-mère, le premier baiser qu’il a donné à une jeune fille, sa titularisation comme gardien de but dans l’équipe du lycée. Baptême de l’amour et baptême du feu : sur ces deux événements conjoints s’achevait pareillement la Vie de Henry Brulard. Sur la période qui va du pèlerinage à Saint-Brieuc jusqu’au présent du narrateur règne une égalité où s’estompe la succession des années. De même sont aplanies par le récit les années de l’école communale et du lycée. Seuls ressortent quelques épisodes comme la visite du maître au domicile de la famille, l’examen d’entrée en sixième, la honte des deux francs volés ou encore l’égorgement de la poule. Mais ces scènes résultent, semble-t-il, de l’ordonnance en chapitres correspondant à des rubriques. Ainsi, c’est après avoir évoqué l’angoisse qu’il éprouvait le soir avant de se coucher que Jacques, en bonne rhétorique, développe le thème de l’angoisse au chapitre suivant. Faisant transition d’un chapitre à l’autre (p. 880), le mot « angoisse » introduit la scène de l’égorgement de la poule. L’irruption du souvenir n’est jamais traumatique, mais offerte comme l’illustration d’un développement soigneusement agencé.

8De la longue période qui s’étend de l’entrée en seconde au pèlerinage à Saint-Brieuc, la partie rédigée du Premier Homme n’offre que de rares et brefs aperçus. Ce sont par exemple les réflexions antisémites de l’oncle à une époque où Hitler a déjà pris le pouvoir (p. 800). Jacques ayant depuis quinze ans rendu chaque année visite à son maître (p. 838), on suppose qu’il le voyait chaque fois à l’occasion d’un séjour chez la mère. Cette brève indication affranchit le récit de l’autobiographie : les visites de Camus à sa mère étaient en effet plus espacées (le « monstre » du Premier Homme, est somme toute un fils plus attentif que l’auteur du livre), sans même parler de la période de la guerre qui rendit ces visites impossibles. Que l’oncle s’émerveille de voir Jacques grandi et forci, comme s’il ne l’avait pas vu depuis son enfance, signifierait plus nettement encore la rareté des visites à Alger, si les parents (au sens large du terme) n’étaient capables de s’étonner journellement que l’homme qu’ils ont en face d’eux ne soit plus un bébé. On s’étonnerait plus encore d’entrevoir à peine dans Le Premier Homme le goût de Camus pour les femmes (« Dommage », se dit Jacques en voyant s’éloigner sur le quai d’une gare la femme qui lui a souri, p. 751). L’« univers des femmes qui ne lavent ni ne repassent » (p. 774), que Cormery/Camus a connues dans la jungle parisienne, est soumis à une ellipse. Le Don Juan « monstrueux » capable d’aimer quatre femmes à la fois, seuls les brouillons en font espérer le portrait. De même est à peine évoqué le « monde plus fortuné » (p. 776) auquel il a accédé dans l’intervalle. Il est vrai que ce monde, auquel Camus ne fut pas totalement étranger grâce à l’oncle Acault, disparaît même de la rétrospection des années d’enfance : l’univers romanesque du Premier Homme s’unifie autour de la pauvreté.

9La troisième strate temporelle du récit remonte depuis le moment de la naissance de Jacques jusqu’à la conquête de l’Algérie, voire au-delà. La récapitulation historique de cette période qui couvre plusieurs générations obéit à deux impératifs contradictoires. Le premier, qui vise à une fusion de Jacques avec sa mère, avec le monde des pauvres et plus généralement avec la mentalité de ses compatriotes d’Algérie, le conduit vers l’obscurité. Le second répond à un devoir de mémoire, qui vise à l’éclairer.

  • 6 « Entre oui et non », L’Envers et l’Endroit, dans Œ. C., t. I, p. 52.
  • 7 « Feuillets I-VII », Appendices du Premier Homme, op. cit., p. 918.

10On connaît le dialogue du fils et de la mère dans L’Envers et l’Endroit : « Tu t’ennuies ? Je ne parle pas beaucoup ?/ – Oh, tu n’as jamais beaucoup parlé6. » Dans Le Premier Homme, Jacques se met soudain à beaucoup parler pour forcer sa mère à retrouver des détails qu’elle a oubliés ou dont elle n’a qu’une mémoire confuse (p. 787- 789). Cet interrogatoire, qui aboutit à de médiocres résultats (la mère ne fait que confirmer, parfois à tout hasard, les événements collectés par son fils), fait violence à la nature de la vieille femme, figure de l’oubli. Qui sait si cette faculté à oublier, dont on ne sait si elle est une inépuisable réserve d’amour ou une marque d’indifférence, n’est pas la condition du pardon que, pour finir, Jacques sollicitera d’elle ? Plus généralement, l’oubli caractérise le monde des pauvres. « La mémoire des pauvres déjà est moins nourrie que celle des riches, elle a moins de repères dans l’espace puisqu’ils quittent rarement le lieu où ils vivent, moins de repères aussi dans le temps d’une vie uniforme et grise. » (p. 93.) Au moins les pauvres devraient-ils, quand ils quittent le lieu où ils vivent, garder un souvenir plus vif de leur déménagement : le voyage, en effet, n’est pas pour eux une distraction touristique ou un choix de confort, mais un déracinement qu’on suppose douloureux. Ici s’impose un trait commun aux pionniers de la colonisation, « race » à laquelle appartient la mère : « on ne garde rien » en Algérie (p. 850), « on oublie » (p. 852), on n’a même pas la mémoire des morts (p. 822) au point que, sur les dalles funéraires, les noms et les dates s’effacent jusqu’à devenir illisibles (p. 859). « Les mairies d’Algérie n’ont pas d’archives la plupart du temps7 », écrit Camus dans ses notes préparatoires. Enfin, de façon plus symbolique que réelle, le soleil (p. 860) et le vent de sable (p. 861) contribuent eux-mêmes à effacer les traces des hommes. Si la famille de Didier, l’ami de lycée de Jacques, possède un grenier où l’on entasse les lettres et les photos (p. 866), c’est là un privilège à la fois de riches et de gens qui ont vécu dans la métropole. Mais s’agit-il d’un privilège ? N’avoir aucune mémoire de son passé donne des chances de s’affirmer comme le « premier homme ». Tel est le paradoxe de la quête de Jacques : il se découvre « premier homme » après avoir rassemblé les documents d’une mémoire qui devrait nier sa prétention à ce titre.

11La quête de l’identité du père se révèle décevante. Pauvre et peu bavard, Henri Cormery ne pouvait pas compter sur son épouse pour perpétuer sa mémoire. Cette déception se relativise pourtant à mesure que Jacques cherche moins la trace de la personne d’Henri que des générations qui ont connu des souffrances pareilles aux siennes. L’individualité du père se fond sans dommages parmi les combattants de la guerre du Maroc (1905), dont M. Levesque porte témoignage (p. 779), ou parmi tous ces Français d’Algérie qui n’ont découvert la métropole, en 1914, que pour s’y faire tuer. Le lecteur se soucie peu de savoir les noms des pauvres gens, volontaires malgré eux, que des péniches entraînaient jadis le long de la Seine en direction de l’Algérie. « Où était son père en tout ceci ? » (p. 855), se demande soudain Jacques, comme s’il était vraisemblable qu’Henri Cormery fît partie de ce convoi qui a précédé de plusieurs décennies son arrivée. « Nulle part, et cependant […]. » (p. 855.) Les vagues d’immigrants, toujours renouvelées, se fondent dans la mémoire du pays. Et quand Jacques évoque un peu plus loin « ce char embourbé sur la route de Bône, où les colons avaient laissé une femme enceinte pour aller chercher de l’aide » (p. 858), on croit un instant qu’il s’apprête à raconter de nouveau l’accouchement de sa mère ; mais la phrase se poursuit : « et où ils retrouveraient la femme le ventre ouvert et les seins coupés » (p. 858). Fantasme d’horreur, dirait-on, superposé au tranquille récit qui avait ouvert le livre. On se souvient alors qu’aux paroles rassurantes du vieux cocher arabe, Henri Cormery avait répondu qu’il y avait partout des bandits, et il s’était armé en conséquence (p. 744). Guerre ou épidémies, toutes les femmes qui accouchaient dans ce pays étaient en péril, générations confondues. À la dépersonnalisation de la quête du père correspond la prise de conscience par Jacques que lui-même n’est qu’un parmi les autres. On pouvait juger très égotiste l’ouverture du livre, qui raconte la venue au monde de Jacques comme s’il était le Messie. Mais à mesure qu’avance le récit, Jacques s’impose moins aux yeux du lecteur comme un petit prodige que comme un enfant du quartier pauvre. La visite à la ferme de Saint Apôtre, motivée par le désir de Jacques de découvrir précisément les lieux où il est né, relève encore de la quête personnelle. Faute de les retrouver tels quels (la ferme a été reconstruite), il tirera de sa visite, grâce à Veillard, un enrichissement supérieur. Curieusement, alors qu’il touche au but en rencontrant le vieux docteur qui a accouché sa mère, le témoignage est dérobé au lecteur, Jacques se retrouvant sans transition dans l’avion du retour. Des bribes de la conversation avec le docteur se retrouveront au cours du voyage aérien, effectué de nuit, parmi les renseignements que Jacques a recueillis et qu’il s’efforce d’ordonner (p. 853). Ce que le docteur a appris à Jacques sur l’histoire du pays compte plus, en définitive, que l’événement de sa venue au monde ; aussi convenait-il de ne pas rapporter l’anecdote de la naissance en direct, mais de la situer dans la perspective d’une réflexion facilitée par l’obscurité de la nuit.

  • 8 « Notes et plans », Appendices du Premier homme, op. cit., p. 937.

12« Il essayait d’imaginer, avec le peu qu’il savait par sa mère » (p. 779-780). Réduit à « imaginer » les événements qui ont entouré sa naissance, Jacques engage son récit dans la voie du roman. Chemin faisant, il oublie, dirait-on, qu’est tributaire de son imagination ce qui devrait relever du souvenir, au moins du souvenir rapporté. C’est ainsi qu’après avoir évoqué l’arrivée de son père en France, dans son bel uniforme du régiment des zouaves, Camus écrit : « Le reste, il fallait l’imaginer » (p. 780), comme si ce qui précède, il ne l’avait pas déjà imaginé. De même, le lecteur discerne mal ce qui, dans l’évocation de la guerre du Maroc, relève des souvenirs de M. Levesque, compagnon d’armes du père, et d’une documentation ultérieure (p. 778). Et le récit fait par Daniel (ami de l’oncle) de la bataille de la Marne se mêle de façon indécidable, dans le texte, à ceux que Jacques écoutait pieusement quand son maître lisait à ses élèves le roman des Croix de bois (p. 831). Enfin, les réflexions du vieux docteur sur les origines de la colonisation, ou encore les considérations historiques offertes par la partie rédigée du texte et qui s’annonçaient abondantes au vu des notes préparatoires, ajoutent des strates à cette mémoire que Jacques souhaiterait, si on en croit quelques lignes d’esquisse (« Jacques explique à sa mère la question arabe, la civilisation créole, le destin de l’Occident8 »), transmettre à sa mère. Aux strates de la mémoire égotiste du héros se substituent celles, plus profondes, d’une mémoire collective. Mais aucun bouleversement géologique ne vient faire d’une strate profondément enfouie un élément de mémoire vive. On ne s’étonnera donc pas qu’après avoir manifesté tant de méfiance envers l’Histoire, Camus soumette son dernier livre à une enquête historique minutieusement documentée : cette Histoire est, comme il convient pour un héritier de la pensée grecque, une histoire immobile.

Notes

1 Marcel Proust, Albertine disparue, Gallimard, coll. « Folio », 1992, p. 126.

2 Les numéros de page donnés entre parenthèse renvoient au Premier Homme dans Œ. C., t. IV. « Bouleversement de toute ma personne », écrit Proust, pour sa part, en retrouvant la figure de sa grand-mère. (Sodome et Gomorrhe, Gallimard, coll. « Folio », 1989, p. 152.)

3 « Notes et plans », Appendices du Premier Homme, dans Œ. C., t. IV, p. 943.

4 Ibid., p. 939.

5 Ibid., p. 941.

6 « Entre oui et non », L’Envers et l’Endroit, dans Œ. C., t. I, p. 52.

7 « Feuillets I-VII », Appendices du Premier Homme, op. cit., p. 918.

8 « Notes et plans », Appendices du Premier homme, op. cit., p. 937.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search