Version classiqueVersion mobile

Europe de papier

 | 
Sylvie Aprile
, 
Cristina Cassina
, 
Philippe Darriulat
, 
et al.

Première partie. Aube ou Crépuscule ?

La Sainte-Alliance : un pacte pacifique européen comme antidote à l’Empire

Stella Ghervas

Résumé

One of the key treaties of the “Congress System”, born out of the Congress of Vienna, was the Holy Alliance, signed in Paris on 26 September 1815, and ratified by most European states. This short document, with its mystical accents, deserves more careful attention than it has been given in the past. One of its major innovations was that it promoted the ideal of a “family” that included all states of the continent, including Russia. This article analyses the intellectual sources perceptible in that covenant – among them, a tradition of perpetual peace going back to authors of the eighteenth century, such as Abbé de Saint-Pierre. It also examines the reasons for the Holy Alliance’s lack of success, as well as two of its main side effects: the eviction of the Pope from his position as the tutelary figure of European politics, and the ideological ambiguity that would later contribute to the emergence of the Eastern Question.

Note de l’auteur

Cette recherche a été soutenue par la Fondation des archives de la famille Pictet et par les Amis de la Fondation pour Genève. L’auteur remercie Laurent Franceschetti, Alain d’Iribarne et Jean-Jacques Rey, qui ont attentivement relu ce texte et formulé des suggestions utiles. Pour une version plus développée de cet article, cf. Stella Ghervas, « Antidotes to Empire: From the Congress System to the European Union », dans J. Boyer, B. Molden (éds.), EUtROPEs. The Paradox of European Empire, Chicago, University of Chicago Press, 2014, p. 49-81.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quel fut le legs de l’Empire par excellence, celui de Napoléon Ier ? Devrait-on l’interpréter comme une reconstruction de l’ordre européen, ou plutôt comme un « démantèlement », un intermède agité conduisant à un nouveau système qui lui fut radicalement opposé1 ? Nous envisagerons ici l’Empire à travers sa suite immédiate, le pacte de la Sainte-Alliance, signé entre les Alliés le 26 septembre 1815 à Paris2, puis ratifié par la majorité des États du continent.

Ce document présente trois difficultés majeures, qui ont longtemps obscurci sa signification. Contrairement à l’Acte final du Congrès de Vienne (9 juin 1815) ainsi qu’aux alliances militaires qui furent signées à la même époque entre les Puissances, ce traité apparaît plutôt comme un manifeste, une déclaration d’intentions non suivie d’effets concrets immédiats. Deuxièmement, sa forme aux accents chrétiens a longtemps été présentée comme une incongruité à écarter d’un revers de la main. Enfin, une interprétation manichéenne a lo...

Auteur

Visiting Scholar en histoire et relations internationales au Center for European Studies de l’Université de Harvard. Son ouvrage majeur, Réinventer la tradition : Alexandre Stourdza et l’Europe de la Sainte-Alliance, a reçu le prix Guizot de l’Académie française en 2009 et le prix Xenopol de l’Académie roumaine en 2010.

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search