Desktop versionMobile Version

Alexandre Dumas, l’homme 100 têtes

 | 
Charles Grivel

Argument

Volltext

1On a l’habitude de considérer Alexandre Dumas comme un forcené du roman populaire, capable d’écrire vite et beaucoup, sans se soucier exagérément de style et de vraisemblance : c’est le meilleur des mauvais auteurs, écrivait encore récemment, en bonne part d’ailleurs, Umberto Eco, et on a pu constater qu’au lendemain de la panthéonisation inespérée du héros, samedi 30 novembre 2002, pour le bicentenaire de sa naissance, cette opinion continuait de prévaloir. On tient aussi, avec une opiniâtreté qui émerveille, l’auteur des Trois Mousquetaires et de maints romans historiques archi-connus dont le succès ne se dément pas, pour un historien au rabais, pillant l’Histoire pour faire du feuilleton à bon compte. De vieilles légendes tenaces le présentent volontiers comme un pisse-copie, un dramaturge médiocre à la recherche de mots d’auteur, un « entrepreneur des lettres » prenant son bien chez autrui sans scrupule, un aventurier même, vérifiant par là le nom qui convient le plus à ce petit-fils d’esclave de Saint-Domingue : Alexandre Dumas n’est qu’un nègre !

2Je voudrais inverser la marche et faire lire l’auteur d’autre chose que des bestsellers à rebours de tout ce qui se dit encore, méchamment ou bêtement, sur son compte. Le texte signé Dumas, écrit ou réécrit, « emprunté » ou « original », est écriture comme tel ; comme tel, aucune lecture ne lui est vraiment appropriée qui ne prenne en compte sa nature de… littérature. Il y a un secret Alexandre Dumas. Une énigme, petit à petit, s’est inscrite dans l’œuvre, un fil est tissé qui encercle son apparent sujet, une poussière de mots s’est répandue sur lui le rendant inaccessible – ou presque ; on l’a vu pourtant, ce texte, déborder de toutes parts les « sources » et les « modèles », excéder les figures du programme imposé par son auteur et par ses lecteurs. Il y a une crypte Alexandre Dumas dont j’invite à déplacer la pierre.

3Or, le mot secret qui commande cette œuvre, je ne dis pas : la clef, est celui que portent plusieurs « bêtes » à l’unisson – plusieurs « bêtes » emblématiques – plusieurs « bêtes » dont l’inexistence zoologique ne contredit pas le moins du monde la réalité de papier. Faut-il s’étonner vraiment qu’un facteur animal génère les écrits, tous les écrits, de nombres et d’espèces très variés, de celui qui rédigea, pour suivre Mes Mémoires, à la fois Histoire de mes bêtes et le Grand Dictionnaire de cuisine ? Ce facteur… animal n’a certainement pas toujours la forme qu’on s’attendrait lui voir prendre, et cela est bien naturel, puisque le jeu consiste précisément à le rendre inapparent sous le manteau châtoyant de la métamorphose : Alexandre Dumas écrit dans l’imaginaire de son œuvre elle-même et celle-ci, carte retournée sur carte retournée, en somme, est appelée à le lui rendre pleinement.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search