Versione classicaVersione mobile

Lettres de château

 | 
Gérard Farasse
, 
Philippe Lemaire

Lire sur pièces

5. 12, rue Cortot

I formati HTML, PDF ed ePub di questo libro sono accessibili agli utenti di biblioteche e istituzioni che lo hanno acquistato come parte dell'offerta OpenEdition Freemium for Books. Il libro può anche essere acquistato sui siti dei librai partner, nei formati PDF ed ePub, se l'editore ha scelto questa distribuzione commerciale. Se l'edizione cartacea è disponibile, i link alle librerie sono proposti in questa pagina.

Estratto del testo

Les loueuses de rêves

Image 10000000000002940000020C7D531DE1B18E8096.jpg

Philippe Lemaire, 2007

En ce temps-là le charbon était devenu aussi précieux et rare que des pépites d’or et j’écrivais dans un grenier où la neige, en tombant par les fentes du toit, deve-nait bleue.

André Breton admirait ce bref poème liminaire de La Lucarne ovale1 qu’il évoque dans ses Entretiens radiophoniques avec André Parinaud : « Une telle façon de dire n’a pour moi rien perdu de son enchantement. Instantanément, elle me réintroduit au coeur de cette magie verbale, qui, pour nous, était le domaine où Reverdy opérait. Il n’y avait eu qu’Aloysius Bertrand et Rimbaud à s’être avancés si loin dans cette voie2. »

Je partage sa prédilection. Parmi tous les poèmes de Pierre Reverdy, celui-ci a toujours exercé sur moi une séduction puissante. Pour quelles raisons ? Pourquoi, entre tous, me revient-il en mémoire ? Peut-être en raison de sa carrure. Car j’aime d’abord, je crois, ce petit bloc de mots, presque carré, posé sur un socle plus étroit. Ce sont nos yeux qui...

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search