Version classiqueVersion mobile

Lettres de château

 | 
Gérard Farasse
, 
Philippe Lemaire

Les manuels de savoir-vivre

Texte intégral

1Les manuels de savoir-vivre nous enseignent, à défaut de nous expliquer vraiment comment vivre – qui le pourrait ? –, bonnes manières et bons usages. Voilà qui est déjà d’une bien grande consolation : étudier cette réglementation des mœurs et tenter de l’appliquer constitue une distraction propre à nous faire oublier nos éventuelles angoisses. Comment recevoir ? Comment demander la main de la jeune fille dont on est épris ? N’est-il pas désobligeant d’offrir des camélias à une dame ? Autant de questions dont la gravité n’échappe à personne.

2Au surplus, c’est un vrai plaisir de les consulter. Car les règles du bon ton, nombreuses, disparates, parfois même contradictoires, ne souffrent pas d’explication, à telle enseigne qu’elles paraissent énigmatiques et, dans leur étrangeté, quasi poétiques. Force est de les accepter telles quelles comme les tables de la loi. On regrette que ce genre littéraire si utile et si savoureux n’ait guère fait l’objet d’études. On regrette plus encore qu’il soit tombé en grande partie en désuétude comme si la politesse pouvait s’improviser. Chacun doit aujourd’hui la réinventer à nouveaux frais comme il doit réinventer la rhétorique, elle aussi passée de saison.

3Avec ces manuels de civilité puérile et honnête disparaissent des expressions propres à faire rêver. Qu’est-ce qu’une lettre de château, par exemple ? On songe aussitôt à l’Arpenteur de Kafka, qui, arrivé au village, reçoit une missive du Château à la signature illisible. Mais, comme lui, on s’égare. Une lettre de château, nous apprennent ces traités, est une lettre de remerciements qu’on se doit d’envoyer à qui nous a invité à séjourner chez lui, ne serait-ce qu’une seule nuit. Il convient de vanter la façon dont on y a été traité, de faire l’éloge de la demeure, de rappeler le plaisir pris aux conversations ou encore de relater quelque événement, de préférence amusant, qui a pu s’y produire.

4Château, manoir, folie, villa, pavillon, appartement, bicoque : les œuvres sont aussi des maisons dans lesquelles un hôte, courtois ou revêche, taciturne ou loquace – c’est selon –, nous reçoit. Parfois même à son corps défendant. Mais rebute-t-on un voyageur surpris par la tombée du jour et quelquefois par la tempête ? Certains de ces hôtes, par discrétion, se retirent aussitôt dans un coin écarté, d’autres finissent, à force de prévenances, par vous importuner. J’ai donc séjourné, plus ou moins longtemps, avec plus ou moins de bonheur, chez Roland Barthes, Paul Delvaux, Jean Follain, René Ghil, Georges Hyvernaud, Philippe Jaccottet, Francis Ponge, Pascal Quignard, Pierre Reverdy, Jean Tardieu, Villiers de l’Isle-Adam (Je les range par ordre alphabétique afin que ne s’élève pas entre eux une querelle de préséance : c’est ce que me conseillent les fameux Traités). C’est au hasard de ma route, un peu capricieuse et vagabonde, comme on voit, que je me suis arrêté chez eux. Ils m’ont reçu, chacun à sa façon. Je souhaitais les en remercier.

5D’où ces études ou lettres de château.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search