Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ségrégation et fragmentation dans les métropoles

 | 
Marion Carrel
, 
Paul Cary
, 
Jean-Michel Wachsberger

Conclusion : ségrégation et fragmentation, de quoi et au nom de qui parle-t-on ?

Marion Carrel

Texte intégral

1Comment mesurer, analyser, rendre compte des phénomènes de ségré­gation et de fragmentation dans les métropoles ? Les deux notions peuvent-elles, d’ailleurs, être distinguées ? À l’issue de ce livre, il apparaît que la notion de « ségrégation » est plutôt utilisée pour analyser la répartition des activités, logements et habitants en relation avec la question sociale et les régulations collectives, qui aggravent ou au contraire luttent contre les inégalités et les injustices sociales. La notion de « fragmentation » est plutôt utilisée pour analyser la répartition sous un angle plutôt urbain, en insistant sur les phénomènes de clôture, de non-communication entre les micro-territoires dédiés aux loisirs, aux sites de production ou encore aux logements – une répartition peu régulée politiquement, voire aléatoire, une sorte de « capitalisme keno » (Dear, 2000). Analyser la « fragmentation » pousserait également à porter davantage le regard sur les trajectoires et stratégies individuelles et à prendre acte du fait que la ville a perdu son unité organique, alors que la ségrégation organisait la division sur une ville conçue comme un tout. La frontière entre les deux notions peut cependant paraître mince ; plusieurs auteurs se refusent ainsi à choisir et utilisent en bloc « ségrégation et fragmentation ».

2La multiplicité des dimensions qui rentrent en compte dans la compré­hension de la structure, de l’ordonnancement et des modes de vie dans les grandes villes ouvre, de fait, une série de questions méthodologiques et concep­tuelles. Assiste-t-on, avec la métropolisation, à une nouveauté historique ? À l’inverse, les clôtures urbaines ne seraient-elles pas en continuité avec les phénomènes de ségrégation qui ont cours depuis des siècles ? Peut-on parler d’accentuation des phénomènes d’entre-soi ? Alors que les échanges par internet réduisent considérablement les distances, ces phénomènes ont-ils toujours quelque chose à voir avec l’endroit où les gens habitent, produisent ou se distraient ? Par ailleurs, la question urbaine a-t-elle une autonomie vis-à-vis des questions sociales et politiques ? Faut-il, par exemple, forcément voir dans la fragmentation urbaine un signe d’anomie sociale ? Pour certains, l’orga­nisation de la ville en quartiers séparés est vue comme un symptôme, voire un accélérateur du processus de désagrégation de la société. Pour d’autres, la stricte division des quartiers selon les professions ou origines ethniques est toujours allée de pair, historiquement, avec le maintien de solidarités locales, de circulation entre les territoires et de cohésion de la société dans son ensemble.

3À l’issue de ce livre, on perçoit à quel point la question de la fragmentation et de la ségrégation dans les métropoles ouvre sur des considérations épistémologiques, sociologiques, urbanistiques, politiques et philosophiques complexes... À tel point qu’on peut se demander de quoi, et au nom de qui, on parle. Cette brève conclusion s’organise autour d’une triple réflexion, sur les méthodes utilisées pour mesurer la ségrégation et la fragmentation d’abord, sur l’apport que cet ouvrage constitue en matière de comparaison internationale et d’interdisciplinarité ensuite, sur la contribution que les auteurs apportent au débat sur la mixité et la démocratie à l’échelle métropolitaine, enfin.

De la rue à la métropole, de l’ethnographie à l’analyse quantitative : comment mesurer la ségrégation et la fragmentation ?

4Si la thématique de la ségrégation est régulièrement alimentée par les théoriciens, on découvre dans ce livre un foisonnement d’enquêtes empiriques, qui donnent chair aux phénomènes d’évitement ou de solidarité, racontent un quartier, une région, des trajectoires individuelles ou collectives. Toutes ces enquêtes sont-elles comparables ? La monographie de petits territoires au sein de grandes métropoles, tels que Las Viñas à Lima ou le Hanul à Saint-Denis, renseigne-t-elle autant que l’enquête à l’échelle de la vallée intérieure de Californie ? Autrement dit, les mécanismes de la ségrégation et de la frag­mentation peuvent-ils être décortiqués, analysés à l’échelle micro-locale comme à l’échelle de la métropole ou de la région ? Et comment les mesurer ? Sur quoi portent les enquêtes qualitatives, quantitatives ou conceptuelles et aboutissent-elles aux mêmes conclusions ?

5L’approche qualitative, souvent centrée sur de petits territoires ou des groupes ethniques tels que les Mozambicains de Johannesburg, se nourrit de l’approche écologique de l’École de Chicago et de leurs précurseurs londoniens Booth ou Engels, ici réhabilités. L’ethnographie, en particulier, rend prégnant l’enchâssement de l’urbain, du social et du politique – que ce soit sous la forme de discussions entre voisins, de conflits, d’action collective ou de publicisation de problèmes (Cefaï, 2011). En quoi ces observations micro peuvent elles contribuer à théoriser les phénomènes de fragmentation et ségrégation ? Les auteurs de ce livre répondent en mettant leur matériau empirique en pers­pective avec des lectures théoriques, au risque de les bousculer. Les enquêtes montrent par exemple que l’enclavement des favelas de Rio, comme celui des résidences fermées, n’est pas si aigu : il existe de la circulation et des échanges entre ces fragments et le reste de la ville, de la diversité dans la population, des possibilités de s’extraire de l’entre-soi communautaire. Elles montrent également comment une partie des familles des classes populaires alentours envoient leurs enfants dans le quartier résidentiel du district de La Molina à Lima, tandis que certains nouveaux propriétaires à Lille-Fives laissent leurs enfants, dans les écoles du quartier, se mélanger aux autres, issus du monde ouvrier et de l’immigration (alors que d’autres contournent allègrement la carte scolaire, avec le soutien implicite de certains pro­fes­sionnels). Elles montrent encore comment les ordres socio-spatiaux évoluent, comment la ville socialiste de La Havane « se défait » au fur et à mesure que les espaces de marché s’ouvrent et que le contrôle social se desserre, et que cela ne produit pas uniquement des phénomènes de ségrégation et de marginalisation sociales et spatiales, mais également des espaces de jeu et de contestation pour les habitants.

6L’approche quantitative apporte de son côté l’exigence et la précision des données, à diverses échelles territoriales. Les statistiques construites et commentées ici portent tout autant sur le logement que sur la population – et croisent, quand elles le peuvent, ces deux dimensions –, mais s’attachent également à mesurer les corrélations entre taux d’emploi, saisies immobilières et croissance urbaine. Les difficultés à trouver un indicateur synthétique, ou à se mettre d’accord sur les échelles et les indicateurs pertinents, sont cependant pointées. Selon que l’on mette l’accent sur les dynamiques de mobilité résidentielle et donc sur les processus de (dé)ségrégation, ou sur les interactions sociales et donc les conséquences de la ségrégation, selon le périmètre ou l’échelle retenue pour l’indicateur, on peut aboutir à des résultats radicalement différents, voire contradictoires, comme le rappelle J.-M. Wachsberger. Ceci rend cruciale la présentation détaillée des choix opérés par les chercheurs dans l’utilisation de leurs indicateurs. Ajoutons que le croisement du qualitatif et du quantitatif permet d’aboutir à des trouvailles, telle la « citadinité interstitielle » des migrants du Mozambique à Johannesburg, qui s’insèrent dans la métropole, sans se regrouper selon une logique communautaire, mais en cherchant au contraire à dissimuler leur différence.

7Enfin, sur des phénomènes aussi multiples, polysémiques et multi­di­men­sionnels que la ségrégation et la fragmentation, les travaux théoriques qui se placent au niveau des concepts apportent un éclairage indispensable. On perçoit que, davantage que de chercher à savoir quelle réalité tel ou tel concept désigne, il est important d’arriver à repérer quels sont les contours empiriques et les projets politiques, derrière les catégories utilisées par les chercheurs comme par les pouvoirs publics ou les individus (Neveu, 2003). Pour les concepts, comme pour les statistiques, plusieurs contributions de ce livre rappellent qu’il est nécessaire de mettre en évidence les implicites (théoriques, épistémologiques, politiques) sous-jacents à leur construction.

8Reste un point aveugle, dans les recherches sur la ségrégation et la frag­mentation, qui n’est que partiellement éclairé dans ce livre : le point de vue des gens eux-mêmes sur ces phénomènes. Si des précisions quantitatives sont données ici sur les habitants des villes denses (qui sont-ils, dans quelles conditions de logement vivent-ils), à l’instar des recherches qui font de même à propos des ménages concernés par le programme de rénovation urbaine (Lelévrier, 2010), plus rares sont les recherches qui donnent à voir ce que les habitants disent, pensent de leur quartier, comment ils contribuent à – ou luttent contre – sa transformation (à l’exception, par exemple, de Deboulet et al. (2010) sur la rénovation urbaine, de Cartier et al (2008) sur les « petits moyens » des quartiers pavillonnaires proches des cités ou encore de Lapeyronnie (2008) sur le « ghetto urbain »). Il est vrai que les notions de ségrégation et de fragmentation n’appartiennent pas au langage courant… Néanmoins, ce livre montre qu’il est possible de récolter le point de vue des habitants du Hanul sans utiliser les termes de « Rom », ni de « bidonville », encore moins « ségrégation », en se contentant de questions ouvertes. L’observation ethnographique est ici d’un grand secours, ainsi ce dialogue entre deux quadragénaires des Grésillons – anciens « jeunes de cité » – qui discutent de la transformation urbanistique du quartier et s’inquiètent de savoir si les nouveaux propriétaires venant de Paris supporteront « le bordel, les embrouilles, les sirènes de police ». Ces habitants paraissent beaucoup plus conscients de la valeur des logements dans la métropole, des transformations de la ville et des différences de modes de vie que ces transformations amènent, que ce que bon nombre de recherches laissent croire, faute de s’intéresser à eux. Se sentir différent ou pas, préférer rester entre-soi ou échanger avec des inconnus, utiliser des catégories telles que « bouffons » pour décrire les camarades de classe (Lepoutre, 2001), sont autant de manières de dire et de vivre la ségrégation ou la fragmentation.

L’apport de l’interdisciplinarité et de la comparaison internationale

9Sur des objets aussi complexes, la confrontation entre différentes disci­plines, au fil des seize chapitres de ce livre, s’avère fructueuse. L’économie et la science politique font partie des disciplines, avec la sociologie, l’urbanisme, l’histoire ou l’anthropologie, qui nous renseignent sur la ségrégation et la fragmentation. Ne parle-t-on pas d’ailleurs de « fragmentation politique » pour désigner l’émiettement des pouvoirs dans les métropoles prises entre décentralisation et globalisation, marquées par une moindre régulation étatique, voire des « faillites de gouvernance » (Le Galès, 2011) ? Les grandes entreprises et les investisseurs privés ne sont-ils pas devenus des acteurs clés de l’aménagement des métropoles ? Les rivalités entre différentes échelles des pouvoirs publics, ou entre le secteur public et le secteur privé, ne sont pas sans effet sur la fragmentation urbaine et sociale, comme le montrent ici la crise urbaine et sociale dans la vallée intérieure de Californie ou la crise du logement en Ile-de-France. La circulation des modèles urbains, dans un contexte d’un capitalisme post-fordiste plus flexible, axé sur la connaissance et l’innovation, génère également des transformations dans les métropoles. On a pu voir comment la méthode de « planification urbaine stratégique », pour contrer le déclin urbain dans un contexte de concurrence entre métropoles, se développe à Recife comme à Lille pour attirer les investisseurs et entrepreneurs tout en soignant les classes populaires.

10La comparaison internationale, plus présente lorsque l’on embrasse l’en­semble du livre qu’à l’intérieur de ses seize chapitres, ouvre également des pistes de réflexion. Les recherches sur les « effets de quartier » sont nées Outre-Atlantique et ne sauraient être transposées sans précaution, mais elles nous poussent à interroger autrement la ville, à faire évoluer les indicateurs statistiques, à percevoir la communauté comme une ressource, à porter davantage le regard sur les mobilités résidentielles (Donzelot et al., 2003 ; Authier, Bacqué, Guérin-Pace, 2007 ; Kirszbaum, 2008 ; Houard, 2011). De même, la notion de fragmentation, issue des recherches nord-américaines sur la mondialisation de l’économie et son impact sur les métropoles, diffusée ensuite en Amérique latine et notamment au Brésil, amène à s’interroger sur la formation d’enclaves dans l’ensemble du tissu urbain, aussi bien de po­pu­lations riches (condominios fechados) que pauvres (favelas). Elle amène éga­lement des réflexions sur l’habitat informel (Al Sayyad, Roy, 2004), à l’image ici des enquêtes sur les interstices dans la ville de Johannesburg ou sur la pérennisation des logements du bidonville rom près du Stade de France. Elle amène enfin à faire un pas de côté par rapport aux analyses qui associent forcément l’entre-soi urbain et l’accroissement des inégalités sociales : à Sao Paulo ou à Ryad, la fragmentation s’accompagne à l’inverse d’une certaine déségrégation, dans ces métropoles situées dans deux pays en forte croissance économique, où les écarts entre les niveaux de vie se réduisent.

Une contribution au débat sur la mixité sociale

11Ce corpus de recherches sur la ségrégation et la fragmentation contribue finalement au débat sur la mixité sociale, plus vivant il est vrai entre les chercheurs en sciences sociales que dans l’opinion publique (Genestier, 2010). En France par exemple, comparativement aux années soixante-dix, le débat démocratique contemporain sur la mixité sociale, à l’heure des opérations de démolition-reconstruction dans les quartiers d’habitat social, apparait parti­culièrement faible (Carrel, Rosenberg, 2011). Alors que dans les « luttes urbaines », il apparaissait légitime de s’opposer aux opérations urbaines visant à exclure les plus pauvres de la centralité, l’injonction de mixité sociale s’impose aujourd’hui davantage. Or, les gens ont-ils envie de se mélanger ? Pourquoi devraient-ils le faire ? Plusieurs contributions de ce livre montrent en quoi l’entre-soi peut constituer une ressource, un support pour la sociabilité ou l’action collective dans le quartier.

  • 1 Citation extraite du chapitre de J. Rodriguez.

12La faiblesse du débat démocratique sur la mixité sociale tient sans doute au fait que les principaux acteurs concernés, les habitants des quartiers paupérisés vers qui l’injonction de mixité sociale est dirigée, peinent à se faire entendre, à se rendre visibles. Au nom de qui les porteurs de parole sur les questions urbaines et sociales s’expriment-ils (Vitale, 2007) ? De longue date dans notre histoire, les transformations des villes ont été subies par les plus pauvres : « J’ai comme l’impression », indique Engels, « que les industriels libéraux, les ‘bigs whigs’ de Manchester ne sont pas tout à fait innocents de cette pudique disposition des quartiers » (Engels, 1973 [1845], p. 87)1. Le fait que les classes populaires se rendent difficilement visibles dans les débats et les projets des urbanistes, par choix de se tenir à l’écart ou parce qu’il est difficile de se saisir de tels enjeux, contribue à reproduire cette pudique, mais néanmoins bouleversante pour ceux qui la subissent, disposition des quartiers.

13On pourrait ajouter que, du fait de la croissance des grandes villes et de la concentration des pouvoirs – économiques et financiers, politiques – au sein de métropoles mondiales (Sassen, 1991), la question de leur fonctionnement démocratique reste à poser. Les métropoles peinent à apparaître comme des espaces légitimes de débat public, voire comme des territoires démocratiques (Booth, Jouve, 2005). En France par exemple, les responsables des inter­communalités ne sont pas élus au suffrage universel direct, mais indirect ; ce statut de « super-élus » ne contribue pas à rendre les politiques inter­communales transparentes et discutables dans l’espace public métropolitain. Les tentatives de démocratiser à la marge, via les conseils de développement au rôle consultatif, ou une démocratie participative enfermée dans la proximité des micro-quartiers, ne paraissent pas à la hauteur des enjeux sociétaux que les métropoles ont à gérer.

Bibliographie

Al Sayyad N., Roy A. (eds), 2004, Urban Informality : Transnational Perspectives from the Middle East, Latin America and South Asia, Lanham and London, Lexington Books.

Authier J.-Y., Bacqué M.-H., Guérin-Pace F. (dir.), 2007, Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, La Découverte.

Booth P., Jouve B., 2005, Metropolitan Democracies : Transformations Of The State And Urban Policy In Canada, France And Great Britain, Aldershot, Ashgate.

Carrel M., Rosenberg S., 2011, « Injonction de mixité sociale et écueils de l’action collective des délogés. Comparaison entre les années 1970 et 2000 », Géographie, Économie, Société, 13, p. 5-19.

Cartier M., Coutant I., Masclet O., Siblot Y., 2008, La France des « petits-moyens ». Enquêtes sur la banlieue pavillonnaire, La Découverte.

Cefaï D., 2011, « Vers une ethnographie (du) politique : décrire des ordres d’interaction, analyser des situations sociales », in M. Berger, D. Cefaï, C. Gayet-Viaud (dir.), Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Peter Lang, p. 545-598.

Dear M. J., 2000, The Postmodern Urban Condition, Oxford, Blackwell Publishers.

Deboulet A. et al, 2010, La rénovation urbaine entre enjeux citadins et engagements citoyens, Recherche PUCA, multigr.

Donzelot J. et al. (2003), Faire société. La politique de la ville aux États-Unis et en France, Paris, Seuil.

Engels, 1973 [1845], La situation de la classe laborieuse en Angleterre, Paris, Les Éditions Sociales.

Genestier P., 2010, « La mixité : mot d’ordre, voeu pieu ou simple argument ? », Espace et sociétés, 140-141, 21-35.

Kirszbaum T., 2008, Rénovation urbaine. Les leçons américaines, Paris, PUF.

Houard N., 2011, « Des ‘effets de quartier’ à la politique de la ville, perspectives internationales », Note d’analyse du Centre d’analyse stratégique, 249.

Lapeyronnie D., 2008, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont, 2008.

Le Galès P., 2011, “Governing cities”, in G. Bridge and S. Watson (eds), Handbook of cities, London, Sage.

Lelèvrier C., 2010, « La mixité dans la rénovation urbaine : dispersion ou re-concentration ? », Espaces et Sociétés, 140-141, p. 59-74.

Lepoutre D., 2001, Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Odile Jacob, Paris.

Neveu C., 2003, Citoyenneté et espace public. Habitants, jeunes et citoyens dans une ville du Nord, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Sassen S., 1991, The Global City : New York, Londres, Tokyo, Princeton University Press, Princeton.

Vitale T. (dir.), 2007, In nome di chi ? Partecipazione e rappresentanza nelle mobilitazioni locali, Milan, Franco Angeli.

Notes

1 Citation extraite du chapitre de J. Rodriguez.

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540