Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ségrégation et fragmentation dans les métropoles

 | 
Marion Carrel
, 
Paul Cary
, 
Jean-Michel Wachsberger

Partie IV. Acteurs et contournements

Vivre ensemble à Lille-Fives. Des liens sociaux à l’épreuve d’un territoire en mutation

Samira Belbachir, Clémence Bienvenu, Caroline Bert Délé, Gaëlle Duchaussoy et Mohamed-Raouf Rahmania

Texte intégral

  • 1 Cet article est issu d’une recherche-action collective en sociologie, Regards croisés sur le quarti (...)
  • 2 Le rattachement administratif de Fives à la ville de Lille a été opéré en 1858 et déjà à l’époque, (...)
  • 3 Nous nous sommes efforcés de diversifier le panel de nos enquêtés selon l’âge, le sexe, la PCS et l (...)

1La question de la ségrégation urbaine peut s’analyser à travers les pratiques, stratégies, tactiques mais également les représentations qu’élaborent les habitants dans leur ancrage territorial au sein d’un quartier populaire et « désouvriérisé » de la ville de Lille1. Fives est un quartier aux caractéristiques d’une petite ville, que ce soit en termes de nombre d’habitants (20 000 habitants) ou en termes d’infrastructures et institutions diverses (services publics, commerces etc.). Les éléments historiques que nous avons pu recueillir placent également Fives dans une culture industrielle encore présente en termes urbanistiques. Les hauts fourneaux continuent de trôner malgré l’arrêt des machines ; les petites maisons dans les courées, qui répondaient à des besoins de mains d’œuvre proche des lieux de production et les larges portails fermés de l’imposante usine Fives Cail-Babcock rappellent une époque glorieuse : jusqu’aux années 1970, on s’installe à Fives pour mieux rejoindre les ateliers de sidérurgie ou de filature. Les travailleurs migrants ne manquent pas non plus à l’appel des sirènes matinales pour former cette population homogène constituant la classe ouvrière. Il suffit de prendre le temps de visualiser les photographies d’époque pour palper le rythme de vie commun de cette population. Il demeure de ce passé déchu non seulement l’architecture mais également un esprit : le discours des anciens ouvriers ou de leurs enfants ne manque pas d’alimenter l’imaginaire collectif, permettant ainsi la tran­sition entre quartier ouvrier et quartier populaire. Ajoutons à cela une caractéristique importante : Fives est défini comme un quartier « à part » de la ville de Lille, à la fois par les habitants et leurs représentations du territoire, mais aussi par les aménagements, la continuité urbaine étant contrariée, entre autre, par la voie rapide qui sépare Fives du centre ville de Lille2. Aujourd’hui, on s’installe à Fives pour de nouvelles raisons liées, entre autres, au prix de l’immobilier ainsi qu’à l’ambiance populaire qui attirent des populations plus aisées. Si la notion de ségrégation invite le sociologue à la précaution tant sa mesure est problématique (Maurin, 2004 ; Préteceille, 2006), il n’en demeure pas moins que sa seule énonciation comporte une charge négative : la ségrégation vient qualifier une discontinuité dans le tissu urbain. Si les inégalités et les écarts entre classes sociales ont pu être décrits et analysés lors de notre recherche, ce sont également les tendances à l’entre-soi qui ont été étudiées. Ces tendances à l’entre-soi ne produisent-elles que des « complications socio-urbaines » ou peuvent-elle, comme l’analysaient déjà les sociologues de l’École de Chicago ou plus récemment Pierre Bourdieu, constituer l’ultime ressource des habitants des quartiers populaires (Bourdieu, 1993) ? Il est certain que les formes d’agrégation des populations, surtout les plus pauvres, inquiètent traditionnellement les pouvoirs publics, qui leur opposent une injonction à la mixité sociale. Cette dernière cache de réelles difficultés opérationnelles. Les habitants résistent, certes, et adoptent leurs propres stratégies mais pour autant, toute idée de vivre ensemble ne doit pas être évacuée. Notre recherche, réalisée sur une période de six mois, a mis l’accent sur une approche ethnographique afin de s’approcher au plus prêt du souffle du quartier et de la réalité telle qu’elle est ressentie pas ses habitants. Un panel de trente-cinq habitants a participé à nos entretiens qui cherchaient à retracer leur biographie afin de mieux comprendre les points de ruptures, les lieux familiers et les personnes qu’elles fréquentent3. Nous avons également réalisé six entretiens collectifs dans des institutions qui agissent dans le quartier. Les vingt-trois professionnels de l’éducation nationale et de l’action sociale que nous avons ainsi rencontrés collectivement ont pu débattre de leur vision du quartier. Pour installer ces différents discours au sein d’un décor et d’un contexte auxquels ils se réfèrent, nous avons réalisé des observations dans divers espaces publics, ainsi que des observations participantes des fêtes et évènements associatifs dans le quartier. Nos résultats montrent que le vivre ensemble est une alchimie délicate qui articule deux dynamiques contraires, l’entre-soi et la mixité. Deux écueils doivent dès lors être évités, par les chercheurs comme par les pouvoirs publics : de même que la mixité sociale ne peut être l’ultime réponse aux problématiques structurelles, sa critique ne pourra s’appuyer sur l’exaltation de l’entre-soi. Qu’en est-il réellement lorsque sont observés les pratiques et les discours des habitants qui cherchent malgré tout à s’approprier ce quartier parfois dénigré ? Notre analyse a pu montrer différentes formes d’entre-soi qui ont des effets sur la dynamique territoriale, sans toutefois empêcher une certaine mixité sociale de se réaliser dans les pratiques.

2À l’heure où les tendances à l’entre-soi sont vues comme problématiques, nous verrons dans un premier temps en quoi l’entre-soi peut également être vécu comme une ressource par les individus, quelle que soit leur position sociale. Par ailleurs, la mixité sociale sera appréhendée comme vecteur de lien social, où les différences entre individus alimentent positivement un vivre ensemble. Néanmoins, si les discours sur la mixité sont consensuels, les nuances apparaissent lorsque les pratiques sont observées. Nous verrons dans un second temps que le rapport au territoire est un élément clé du vivre ensemble. En effet, c’est à travers l’attachement au quartier que peuvent se développer des liens sociaux inattendus, qui dépassent notamment les barrières de classes. D’un entre-soi socio-spatial à une mixité de proximité, le territoire constitue alors un socle de partage privilégié par tous les habitants.

Mixité et entre-soi, des discours et des pratiques

  • 4 Voir en annexe 2 : la répartition des PCS sur le quartier et sur Lille.

3Fives est un quartier de Lille caractérisé par de multiples évolutions. Quartier populaire marqué par son histoire ouvrière, il connaît aujourd’hui un renouvellement de sa population, amplifié par le projet de renouvellement urbain de la ville. Il y existe, de fait, une diversité de logements qui contribue à faire cohabiter dans un même quartier des populations socialement et culturellement différentes. Certes, la présence des cadres supérieurs n’est que de 6,9 % au sein de ce territoire mais on note un relatif équilibre entre quatre principaux groupes : les professions intermédiaires (12,1 %), les employés (14,1 %), les ouvriers (11,2 %) et les retraités (12,3 %)4. Cette palette d’habitants vivant dans un même territoire constitue-t-elle pour autant un gage de rencontres ? Poursuivant le questionnement devenu classique en sociologie urbaine (Chamboredon, Lemaire, 1970), la proximité spatiale suffit-elle pour créer un lien entre ces habitants ? Quelles formes prend le vivre ensemble lorsque le territoire et la population évoluent du fait des volontés politiques et des stratégies individuelles et collectives ?

Quand l’entre-soi devient une ressource...

4L’entre-soi est un lien qui recouvre plusieurs formes d’attachement non-contraint. Autrement dit, il s’agit de la liberté d’agrégation des habitants. L’individu s’intègre à un groupe dont il se sent proche et avec qui il partage des valeurs. Dans certains cas, l’entre-soi reste toutefois influencé par une série de déterminismes sociaux. Si cela est souvent observé chez les classes populaires, il ne faut pas minorer cette même tendance chez les classes plus aisées (Pinçon et Pinçon Charlot, 2009). Aussi les situations de pauvreté, d’insécurité ou de rejet social, où l’on ne s’identifie pas au monde qui nous entoure, conduisent souvent à ne communiquer qu’avec ceux qui nous ressemblent, ceux qui sont passés par les mêmes difficultés et avec qui l’on retrouve une certaine solidarité de proximité. À Fives, nous avons pu identifier trois formes d’entre-soi qui peuvent se conjuguer sur un même territoire.

5Lors de notre étude nous avons remarqué qu’un entre-soi lié à la proximité de classe sociale persiste. Plusieurs habitants nous ont dit se sentir rassurés lorsqu’il y avait à proximité d’eux des personnes de la même classe sociale :

  • 5 Pour des raisons d’anonymat, les prénoms des enquêtés ont été transformés.

« Ce qui m’a rassuré aussi, c’est qu’une fois que je me suis installée, y a d’autres amis qui sont venus s’installer, dans les rues d’à côté en fait. Avec des gens un petit peu du même euh…Dans mon réseau d’amis en fait, donc ça aussi ça rassure ». (Corine, 41 ans, cadre dans une entreprise d’insertion)5

6Même si Corine peine à s’identifier comme faisant partie d’une catégorie de population plus aisée, elle reconnaît qu’elle se sent en sécurité et en confiance avec les personnes qui ont le même mode de vie et moins avec des habitants de classe populaire avec qui il lui semble plus difficile de construire des relations. Cette homologie sociale est rassurante pour les individus, il leur est plus aisé de faire confiance en l’autre et cela permet une plus grande liberté au sein du groupe. L’entre-soi de classe est vécu comme une véritable ressource par ces habitants (Kepel, 2012) qui, en côtoyant d’autres personnes du même milieu tendent vers un maintien de ce qu’ils considèrent comme leur statut social et leur capital culturel tout en bénéficiant des commodités recherchées dans un quartier populaire.

  • 6 Courée emblématique à Fives en cours de démolition dans le cadre du programme de rénovation urbaine (...)

7En outre, nous avons noté un entre-soi solidaire par micro-quartiers : les habitants s’entraident à l’intérieur de leur propre « îlot » et échangent peu avec les personnes des autres micro-quartiers. Par exemple, les habitants de la cité Lys6 s’aident beaucoup entre eux (protections, aides administratives, soins…) mais ont peu de contact avec le reste de Fives. Pour plusieurs habitants d’un micro-quartier, la solidarité avec leurs voisins constitue une ressource qu’ils ne voudraient pas perdre. Le déménagement est ainsi vécu comme un déracinement et les politiques de relogement détruisent parfois ces solidarités non pas de classe, mais de situation. De même, les jeunes sont dans un entre-soi fort, marqué selon les micro-quartiers. Les « jeunes » de Caulier restent entre eux et s’opposent (de manière violente ou également de manière symbolique lors de parties de football par exemple) aux « jeunes » de Fives, de la cité Lys ou de Marbrerie. Ce comportement a été observé par de nombreux ethnologues, dont David Lepoutre au sein de la cité des Quatre Mille de la Courneuve, qui explique que les jeunes sont dans une affirmation identitaire liée à leur territoire proche pendant l’adolescence et s’en détachent petit à petit lorsqu’ils deviennent adultes (Lepoutre, 2001).

8Enfin, une dernière forme d’entre-soi a été observée, c’est l’entre-soi communautaire. En effet, certains lieux fréquentés exclusivement par des personnes d’origine immigrée, comme le foyer de travailleurs immigrés ou les « cafés turcs », sont peu enclins à la diversité. Ces lieux, parfois considérés par l’opinion publique comme une menace pour le « vivre ensemble », sont aussi vus comme de véritables niches de solidarités pour ces habitants soucieux de trouver des repères en lien avec leur propre histoire. Même si l’entraide communautaire fait débat lorsqu’elle devient un repli, force est de constater que dans les cas rencontrés, elle apparaît comme une ressource. Pour décrire cette entraide, un habitant nous dit : « Chez nous les maghrébins, c’est cette mentalité » (Hassan, 23 ans, sans emploi). L’esprit d’entraide qu’Hassan attribue de manière exclusive aux maghrébins en employant le « chez nous » est en réalité le fruit d’une agrégation d’individus ayant la même appartenance culturelle. Ce phénomène peut être observé dans tous les flux migratoires comme l’École de Chicago l’a analysé. Louis Wirth a ainsi pu montrer le caractère volontaire du « ghetto » formé par des migrants juifs arrivés en Amérique. Ce lieu n’était pas simplement un lieu de relégation sociale, mais bien plus de solidarité, d’expression d’une culture spécifique, source d’alimentation d’identités individuelles, de citoyenneté et d’ouverture vers la ville (Wirth, 1980). L’entre-soi communautaire apparaît ainsi comme un trait d’union nécessaire avec la société.

9Ces résultats concernant l’entre-soi nous ramènent vers les analyses d’Alain Touraine (1997), non sans lien avec celles d’Axel Honneth (2000), quant à la nécessité, pour permettre un « vivre ensemble », de reconnaitre aux individus que l’on considère comme différents, une valeur inaliénable et surtout une capacité d’être, eux aussi, des sujets quelle que soit leur condition (sociale, ethnique…). En effet, la « société de la reconnaissance » qui serait la réponse proposée à la « société du mépris » (Honneth, 2006) s’appuie sur un préalable : ces individus ont des droits fondamentaux comme celui de se revendiquer d’un groupe et de s’en servir comme point d’appui. Ainsi, le désir d’encourager la mixité ne devrait-elle pas davantage aller de pair avec le respect des appartenances communautaires pour ce qu’elles apportent comme ressources aux individus, puisque la mixité ne signifie pas l’uniformisation des pratiques ou des modes de vie ? Le risque, cependant, est de glisser vers des formes de repli, d’évitement d’habitants perçus comme indésirables. Nous allons voir maintenant que la rencontre entre personnes issues de divers milieux sur un territoire est possible, dans un aller-retour entre désir de se mélanger et besoin d’entre-soi.

Un penchant pour la mixité : d’une volonté affichée à une réalité nuancée

10Comme nous l’avons déjà évoqué, il existe une réelle mixité spatiale dans le quartier de Fives. Mais cette mixité de fait entraine-t-elle nécessairement une mixité vécue concrètement dans le quotidien des habitants ?

11Certains habitants, toutes classes sociales et âges confondus, sont disposés à mettre en œuvre cette mixité, ils la perçoivent même comme une nécessité pour communiquer :

« [...] On peut pas échanger si on est pareils, l’intérêt c’est d’être différents pour échanger. […] Il y a des gens qui aiment bien aussi vivre dans la mixité, qui veulent pas rester entre gens du même milieu et ça c’est toute la richesse. […] moi j’apprécie quand je sors du métro d’avoir des gens de toutes sortes, de toutes les couleurs, de tous les âges et de tous les niveaux sociaux. Je trouve que c’est plus agréable à vivre ». (Carline, 62 ans, chargée de mission dans une association)

12Carline nous explique combien elle apprécie la présence de personnes de différents milieux dans le quartier : une diversité qui finalement la réconforte. C’est d’ailleurs principalement pour cette raison qu’elle a choisi d’y vivre. Elle habite pourtant une zone plutôt bourgeoise du quartier, la rue Marengo, qu’elle préfère appeler « les Champs-Elysées de Fives ! ». Idéalement située, elle valorise néanmoins la diversité.

  • 7 22 ans, elle travaille dans une cantine scolaire.

13Le mélange est également présenté comme une nécessité pour d’autres habitants, avec l’espoir d’éviter que la pauvreté ne se transmette de génération en génération. La mixité est, dans ce cas, vue comme facteur de mobilité sociale permettant l’émancipation par rapport à la précarité. En effet, pour Jessica7, c’est la rencontre de son conjoint et de sa famille, personnes qu’elle qualifie « d’un autre statut » (ils travaillent et ont des biens), qui lui a permis de voir de nouvelles perspectives pour son avenir et ainsi ne plus croire en la fatalité de la reproduction sociale.

14Afficher la volonté d’aller vers des personnes différentes est déjà positif pour le vivre ensemble, mais quelquefois cette volonté a ses limites. Flora, animatrice socioculturelle qui défend la mixité autant dans le cadre de son travail que dans sa vie quotidienne, nous explique qu’elle-même a vécu une situation dans laquelle le « mélange » lui a posé problème, lors d’un spectacle :

« Y avait des filles qui discutaient, et je me suis fâchée avec ces filles, en leur disant que j’aimerais beaucoup écouter le spectacle. Et j’ai vu que les deux mamans devant, qui étaient avec plein d’enfants, plein de chips, et qui discutaient, se retournaient et me regardaient comme si j’étais un extraterrestre ! [rires] Du coup je me suis sentie moi…Bon alors, est ce que c’est moi qui suis pas à ma place, est ce que c’est moi qui exige trop ? Est ce que la fête, c’est pas aussi de parler ? Et en même temps, moi, dans ma culture, c’est ben, quand je vais à un spectacle, je me tais ! » (Flora, 38 ans, animatrice socioculturelle)

15Dans une telle situation, il devient difficile de savoir qui détermine la norme, qui doit fixer une limite à sa liberté. La mixité ne serait-elle pas « un vœu pieux » (Genestier, 2010) si cet idéal est affirmé tout en étant considéré comme une mission impossible, car les hommes sont ce qu’ils sont ? Alors qu’il y a quarante ans, le droit des pauvres à rester dans leur quartier était mobilisé comme argument dans les luttes urbaines, la mixité sociale semble avoir été progressivement intériorisée comme norme, dans les législations comme dans les représentations sociales (Carrel, Rosenberg, 2011). On comprend alors qu’il arrive que les bonnes volontés ne suffisent pas. En effet, l’échange et le partage deviennent parfois difficiles lorsque les valeurs et les modes de vies diffèrent. Ainsi, la densité et la diversité des relations entre habitants dépendent pour beaucoup de la façon dont les individus se considèrent et du référentiel sur lequel chacun établit une norme.

16Ce que nous retiendrons ici c’est que, loin de vouloir discréditer l’une ou l’autre des formes de rencontre entre individus, notre recherche tend à prouver que dans un quartier comme celui de Fives, c’est dans la reconnaissance et le respect de la diversité qu’un vivre ensemble est possible. C’est pour cette raison que nous estimons que la simple volonté de mettre en œuvre la mixité est un premier pas vers une vie de quartier réussie.

17Nous allons voir maintenant que la dimension spatiale a un rôle essentiel dans les rapports sociaux, puisque c’est bien dans le sentiment d’appartenance à un territoire, à un quartier que peut se constituer un premier socle de partage. Si l’ancrage local procure des ressources spécifiques indéniables aux classes populaires, nous verrons aussi que, pour les classes plus aisées, cet ancrage est beaucoup moins dépendant de l’ancienneté résidentielle et qu’il est plutôt lié au simple intérêt porté au quartier.

Vie de quartier : quand les sociabilités s’attachent au territoire

  • 8 Sur nos trente-cinq enquêtés, quinze appartiennent à la classe moyenne et supérieure : deux personn (...)
  • 9 Certains enquêtés nous ont permis de comprendre que Fives est un des derniers quartiers de Lille où (...)
  • 10 Source : http://gpu.mairie-lille.fr/#/Grand-Projet-Urbain/.

18L’arrivée d’une nouvelle vague de peuplement principalement constituée d’étudiants et de personnes issues des classes moyennes et supérieures (qui pourront être qualifiées de bourgeoise, ou de « bobos ») dans le quartier de Fives, historiquement ouvrier et encore majoritairement peuplé aujourd’hui par les classes populaires, relève, même s’il reste mesuré, d’un processus de gentrification (Donzelot, 2003). Parmi les personnes que nous avons rencontrées, une grande majorité de celles issues des classes moyennes et supérieures sont installées à Fives depuis moins de sept ans8. Ceci est un indicateur du caractère relativement récent du mouvement de gentrification du quartier qui n’est pas sans avoir de relation avec le marché de l’immobilier9. En effet, le Grand Projet Urbain10 (GPU) de Lille a fait fleurir dans le paysage lillois de nombreux logements, locatifs (privés et sociaux) ou en accessions à la propriété. Ayant embelli le quartier de Fives et son environnement, on peut penser que les transformations opérées contribuent à l’attractivité de Fives pour les catégories moyennes et supérieures et ainsi au processus de gentrification. D’autres signes dans la vie du quartier nous ont amené à penser qu’une gentrification est en cours comme l’installation de nouveaux équipements : un restaurant bio, une maison d’édition, une maison de la photographie, l’espace d’une ancienne structure Sécurité Sociale qui est investi par des expositions, un café-concert, un théâtre qui a par ailleurs développé sa programmation.

19Habiter Fives revient à être très proche du centre-ville, sans en vivre les désagréments, ce qui constitue une ouverture vers l’extérieur, alors que dans le même temps, ces nouveaux habitants vont revendiquer l’importance de l’ancrage local dans le quartier. C’est bien parce que les classes moyennes et supérieures ont les « moyens » et l’habitude de s’ouvrir sur le monde, qu’ils peuvent accepter la vie dans un territoire comme Fives (Donzelot, 2004). Ainsi nos observations et témoignages ont montré que les activités des habitants pouvaient être très localisées, en particulier pour les classes populaires, mais qu’elles pouvaient aussi, surtout pour les populations plus aisées, se disperser vers l’extérieur du quartier. L’absence de mobilité a pu être interprétée comme une des conséquences du sentiment d’exclusion parce que l’on s’interdit, tout bonnement, l’accès à l’extérieur, de peur de ne pas convenir à la norme sociale. Elle est aussi fréquemment assimilée au repli sur le quartier et à l’enfermement dans l’espace local. Elle est même parfois définie comme une conséquence de la pauvreté puisque les classes populaires n’auraient pas les moyens économiques de se déplacer vers le reste de la ville (Lapeyronnie, 2008). Ces analyses semblent pourtant oublier une dimension essentielle, qui est celle de la proximité et de son rôle. Après avoir qualifié les liens qui unissent (ou pas) les habitants de Fives, il est donc intéressant de confronter ces deux approches, c’est-à-dire le rapport au territoire et la construction des relations sociales, pour en déceler la corrélation.

20Nous verrons dans un premier temps que l’inscription des classes populaires dans des réseaux sociaux locaux peut générer de véritables res­sources comme l’entraide et le partage de savoir-faire. Puis, dans un deuxième temps, nous verrons que les membres d’une autre classe sociale, souvent plus aisée, attachent moins d’importance au quartier quand il s’agit de construire leur sociabilité mais affichent pourtant fermement un sentiment d’appar­tenance qui faciliterait, nous le verrons, la conscience d’un « entre-nous » spatial (Morin, Rochefort, 1998) et donc un échange avec le reste de la population. Au vu de ces résultats, la distinction entre « un capital d’autochtonie, ressource des pauvres, et une mobilité, privilège des plus riches » (Ripoll, Tissot, 2010), ne mériterait-elle pas d’être nuancée ?

Le capital d’autochtonie comme sésame de sociabilité

21La notion de capital d’autochtonie, diffusée en France dans les années 1980 par Jean-Claude Chamboredon et Michel Bozon dans leur article sur la pratique de la chasse dans la classe populaire, désigne « l’ensemble des ressources que procure l’appartenance à des réseaux de relations localisées » (Bozon, Chamboredon, 1980). C’est cependant Jean-Noël Retière, dans sa thèse sur l’identité ouvrière dans un village breton, qui a fait, le premier, usage de cette notion. Il y démontrait l’importance de la localité sur la construction de l’identité collective des habitants d’un territoire. Ainsi, pour les classes populaires, le capital d’autochtonie est une ressource « pour participer à la vie sociale » car c’est dans « le fait ou le sentiment d’appartenir à l’espace local » que cette population manifeste « son engagement et son intérêt pour la chose publique » (Retière, 1994). Pour l’essentiel des habitants de Fives de classe populaire que nous avons rencontrés, le cercle de rapports sociaux se limite en effet au quartier, et c’est dans ces rapports de proximité qu’ils trouvent leur épanouissement. Autrement dit, la sociabilité, sous cet angle, est indissociable de l’investissement dans le quartier.

  • 11 Paroles d’habitants est une association nationale dont l’antenne de Fives est très active, en parti (...)

22Finalement on se rend compte que le sentiment d’appartenance au territoire dépend moins du nombre d’années passées dans le quartier que de l’ampleur de l’engagement local. Jacqueline, par exemple, s’est sentie intégrée au quartier et a donc développé ses relations après quelques années mais aussi, et surtout, après s’être engagée auprès de l’association Paroles d’Habitants11 :

« Au début dans le quartier je connaissais personne, […] J’étais pas dans une association, je m’occupais pas comme ça quoi au début. Maintenant, avec l’association de Paroles d’Habitants ça c’est sûr on connait plein de monde, je peux pas commencer à tous les nommer. » (Jacqueline, 60 ans, retraitée, habite Fives depuis 32 ans)

23Jacqueline, qui n’a jamais exercé de métier et dont le mari était mécanicien, habite Fives depuis de nombreuses années. Cependant, ce n’est pas cet argument qu’elle met en avant pour justifier l’étendue de son réseau de sociabilité, mais plutôt l’intérêt qu’elle porte au quartier au rythme des rencontres associatives.

24On comprend que ce capital dépasse la simple idée de temporalité et qu’il se joue aussi dans la stabilité des relations entre individus dont le premier point commun est d’habiter un même lieu. Comment alors faire perdurer ces liens quand un relogement est prévu ? C’est bien là la crainte de ces habitants pour qui le tissu social fivois a une valeur irremplaçable.

25Lors de nos entretiens, nous avons pu entendre à quel point le relogement peut-être négatif pour des habitants et comment il peut mettre en péril le lien social tissé entre eux. Au moment de notre étude, un îlot du quartier Fives appelé « Cité Lys » fait l’objet d’un projet urbain ambitieux, qui nécessite de reloger plusieurs dizaines d’habitants issus des classes populaires.

26Monique, qui habite cette cité depuis quinze ans, témoigne du boule­versement que représente cette opération de rénovation urbaine :

« Là, j’attends d’avoir un logement, parce que moi, j’aurais bien voulu rester là, le temps qu’ils faisaient leur construction. En tout cas, moi j’ai demandé à revenir ici parce que j’ai le droit de revenir si je veux. (…) Moi je ne voyais pas la nécessité de partir, je voyais plutôt mes voisins, je voyais notre vie, qu’on s’aimait bien et tout, qu’on n’allait plus se voir... (…) Ma voisine veut habiter dans la même rue que moi mais c’est pas possible, la mairie lui ont dit oui pour lui faire plaisir, mais je sais très bien que l’on ne va pas nous trouver un logement dans la même rue. Elle me dit “si, si ! la mairie a dit qu’il n’y a pas de problème !”, parce que moi, je lui donne un coup de main. Elle est déjà malade, je vais nettoyer chez elle, de temps en temps, je lui donne un coup de main, quoi. En fait, elle a dit à la mairie “il faut que l’on reste à deux, comme j’ai besoin de toi pour m’aider !” » (Monique, 55 ans, aide à domicile).

27C’est ainsi que l’on comprend à quel point le territoire a une incidence sur les rapports sociaux. Même s’ils pourront reconstruire des relations ailleurs, il n’en reste pas moins que la stabilité dans les rapports de voisinage est importante pour bâtir des liens durables qui favorisent le vivre ensemble. Patrick Simon note, en ce qui concerne les plans urbains de relogement, une dynamique de déstructuration des solidarités locales et une dissolution du lien social, aboutissant à une tension entre les habitants eux-mêmes, et entre les habitants et institutions de la société globale (Simon, 1995). Une habitante de classe moyenne nous précisait à ce sujet :

« Quand on est dans une situation sociale et économique précaire, si en plus on se retrouve dans un autre quartier, on se défait de tout son tissu relationnel, on se retrouve encore plus précaire qu’avant, donc je trouve, c’est dommage. » (Solène, 37 ans, chargée de mission)

28Synonyme de déracinement, la mobilité géographique est redoutée par les plus démunis, alors que, symbole d’ouverture d’esprit, elle flatte les classes plus aisées. D’un côté, partir, c’est affronter l’inconnu, de l’autre, c’est progresser vers une réussite. Finalement, c’est comme si les classes populaires ne croyaient pas en leurs chances de pouvoir s’intégrer ailleurs. Les personnes en situation de précarité insistent en tous les cas souvent sur leur attachement indéfectible au territoire de vie sur lequel ils ont bâti des liens, que la mobilité pourrait brusquement affaiblir.

  • 12 Propos issus de la synthèse de cette réunion, consultable en ligne : http://bilanmimandat.mairie-li (...)

29Les savoirs sur le quartier (indiquer un lieu, décrire une ambiance de rue, re­commander une institution, un commerce etc.) que les « autochtones » trans­­mettent aux nouveaux arrivants constituent un forme de richesse. À travers ces exemples, la manifestation d’un attachement à un certain mode de vie « populaire » peut être perçue. C’est par le biais du logement et du relogement que se met en œuvre la volonté politique de mixité dans les quar­tiers anciennement populaires de la ville de Lille. De nombreux socio­logues émettent néanmoins des réserves sur la démarche de mixité sociale par une politique du logement volontariste, à l’instar de Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire, qui dès 1970, expliquaient que « la pro­ximité spatiale [ne réduit pas forcément] la distance sociale ». Or, l’axe du logement comme vecteur de mixité sociale est mis en exergue dans la présentation du Grand Projet Urbain de Lille (GPU). D’ailleurs, lors de la réunion publique de présentation du bilan à mi-mandat à Fives, les premiers éléments apportés par le maire sur l’évolution du quartier concernent les logements : « Martine Aubry a commencé son bilan par le logement. Avec Lille-Sud, Fives est le quartier où la Ville construit le plus de logements, précise-t-elle, soit environ 1150 »12. Ainsi, si la volonté de mixité sociale est très clairement identifiée à Fives, il n’en demeure pas moins que le choix des axes développés oriente les politiques publiques vers un traitement spatial de phénomènes structurels, comme l’explique Philippe Genestier : la mixité est vue comme l’antidote contre la pauvreté, c’est-à-dire que les pouvoirs publics sont tentés de donner des solutions spatiales, territoriales, à des « phénomènes structurels, a priori peu affectés par la dimension spatiale » (Genestier, 2010, p. 31).

30Il convient donc d’être vigilant sur les sens cachés de la mixité sociale. Non seulement la mixité par le logement n’est pas une garantie du vivre ensemble, mais elle peut aussi avoir des effets indésirables, comme de bousculer les repères relationnels et territoriaux des habitants du quartier. Les formes de sociabilité locale continuent de tenir une place décisive dans la vie quotidienne des anciens habitants fivois, qu’on a appelés aussi les enracinés, tant perdurent l’entraide et la solidarité entre voisins, qui ont connu les mêmes faits locaux et le passé industriel du quartier. Toutefois, il faut reconnaître ici le territoire comme un premier socle de partage entre tous les habitants. Le local apparait alors comme un sésame de sociabilité car grâce au capital d’autochtonie, les anciens habitants (souvent issus de la classe ouvrière) partagent, échangent autour de leurs savoirs sur le quartier avec les nouveaux habitants (pour la plupart de classe moyenne ou supérieure). Nous allons donc voir maintenant que l’opposition tranchée entre mobilité et autochtonie peut être nuancée, puisque la mobilité des populations plus aisées, nous le verrons, n’est pas incompatible avec certains modes d’enracinements locaux.

Un “entre-nous” qui prend sens dans l’appartenance au territoire

31On pourrait penser que les habitants de la nouvelle vague sont indifférents à l’importante convivialité qui fait la réputation du quartier de Fives. Nous allons pourtant voir qu’il n’est pas rare que cette population concilie un réseau social hors du quartier et un intérêt pour celui-ci, qui amorce une commu­nication, au sens large, entre tous les habitants.

32Nous avons pu constater dans notre recherche que les classes plus aisées ont « une sociabilité non localiste » (Retière, 2003) au sens où elles construisent l’essentiel de leurs relations en dehors du quartier sans avoir besoin d’un vécu commun au préalable avec les individus avec qui elles se lient. Par exemple, Émilie est arrivée à Fives il y a seulement trois ans, avant elle habitait une autre région et ses nouvelles connaissances n’habitent pas le quartier :

« Si je suis pas dans le quartier, en général c’est parce que je vais être avec mes amis plutôt dans le centre comme ça tout le monde est d’accord » (Émilie, 27 ans, étudiante).

33De même, Issa nous précisait qu’il n’avait pas d’amis ou même de connais­sances à Fives :

« Ma vie sociale avec mes amis était dans le centre ou à Wazemmes mais pas à Fives. J’avais pas le temps d’avoir d’autres activités sur le quartier ». (Issa, 30 ans, auto-entrepreneur).

34Aussi, ces habitants sont caractérisés par une certaine aisance économique et des dispositions culturelles sur lesquelles ils peuvent s’appuyer pour fréquenter des lieux de sociabilité tels que les équipements et événements culturels extérieurs au quartier mais aussi d’autres lieux de loisirs absents à Fives. Choukri, chef d’entreprise, n’a presque pas d’amis à Fives mais de simples connaissances liées à son activité professionnelle. Il offre à ses deux enfants l’occasion de faire des rencontres en dehors du quartier :

« Ma fille fait de la gymnastique et de l’aïkido à Villeneuve d’Ascq, mon fils fait du karaté et ils font du piano sur Marcq-en-Baroeul et de la danse folklo sur Flers, c’est un peu disparate, c’est pas dans la même structure à chaque fois. (…) Mes enfants ne connaissent même pas Fives, s’ils vont sur Fives, ils se perdent. J’exagère un peu, mais c’est la vérité ». (Choukri, 45 ans).

35Ces habitants peuvent donc se déplacer pour une activité de loisir sans pour autant y retrouver voisins, collègues, parents proches ou éloignés.

36Cependant, si ces habitants revendiquent moins leur appartenance au quartier pour faire des rencontres, ils n’en demeurent pas moins attachés à leur lieu de vie, non pas parce qu’il y ont vécu longtemps ou parce qu’ils ont participé à des engagement locaux tels que nous les décrivions pour les enracinés, mais bien parce qu’ils croient au « potentiel » du territoire pour leur offrir ce qu’ils avaient imaginé, un quartier populaire vivant, rythmé par des événements culturels et des loisirs fédérateurs.

37Pour ces habitants qui ont leur vie sociale hors du quartier, le simple fait d’habiter le même territoire suffit pour se sentir appartenir à une identité qui implique solidarité et sécurité. L’appartenance peut donc se suffire à elle-même pour que des liens ou tout du moins un respect s’installent entre les différents types de population. Émilie ressent son appartenance au quartier dans le regard des personnes autour de chez elle, même si elle ne les connaît pas intimement :

« On est chez soi et s’il nous arrive quelque chose on sait toujours que…Enfin je sais pas comment dire, que ça s’arrangera, il y a un truc comme ça qui se fait, il y a une solidarité, un truc, “t’habites dans le quartier donc t’es de chez nous” c’est ça, tu sens l’appartenance au quartier ». (Émilie, 27 ans, étudiante).

38C’est comme si à Fives, l’identité se créait sans qu’il y ait besoin de s’investir fortement dans des relations. Corine, cadre dans une entreprise d’insertion, nous explique d’ailleurs que dans son ancien quartier les voisins ne se parlaient pas, alors qu’à Fives, il y a une dynamique qui fait qu’avoir la même adresse est une base pour un premier partage, au moins de courtoisie :

« J’habite dans une rue où çà se passe très bien, y a une vie de quartier qui est vraiment super. Avec les voisins, y a des échanges de bons procédés : par exemple avec mon voisin quand j’ai besoin de lui filer la clé parce que y a EDF qui fait un relevé de compteur, ou si je fais un gâteau, je lui en donne un morceau, ou si lui, un jour, il a des roses, il va en filer à toutes les nanas du quartier ! Enfin voilà, y a vraiment un truc chouette dans le quartier. » (Corine, 41 ans, cadre dans une entreprise d’insertion).

39On comprend mieux alors les habitants qui combinent « la coexistence pacifique » avec les voisins et « les affinités électives » avec leurs amis hors du quartier qu’ils ont rencontrés dans des lieux de sociabilité (travail, école, loisir…). Ils associent ainsi des liens faibles avec des liens forts. Richard Morin et Michel Rochefort ajoutent que :

« Ces “liens faibles” tissés avec les individus que l’on croise fré­quemment et que l’on reconnaît puisqu’ils habitent à proximité, mais avec lesquels les relations restent superficielles, s’avéreraient néanmoins signi­ficatifs : ces liens consolideraient la conscience d’être chez soi et en sécurité, représenteraient un soutien à la fois pratique et social et constitueraient des ponts entre différents réseaux » (Morin, Rochefort, 1998, p. 106).

40Par conséquent, les liens de coexistence pacifique ou d’entente cordiale, qui peuvent paraître insignifiants, apportent, comme en témoignent Émilie et Corine, un sentiment de protection et de sécurité lié à une reconnaissance que l’on pourrait qualifier de « territoriale ».

41La présence dans un même espace (de travail, de loisirs, de vie…) permet donc une identification. On peut alors nuancer les propos d’Alain Touraine qui consistait à dire que la coexistence n’impliquait pas une communication (Touraine, 1997). En effet, l’identification peut quelquefois engendrer soit des liens forts comme une amitié, soit des liens faibles telle que la courtoisie de voisinage, reconnaissant l’autre simplement parce qu’il habite le même lieu. Il arrive même parfois que les liens forts incitent certains individus à s’installer dans le même quartier pour se rapprocher. Dans cet exemple, les liens forts peuvent se voir renforcés car on évolue sur un même espace et les liens faibles aussi car « ces derniers partagent un sentiment d’appartenance à un espace commun et se forgent ainsi un “ entre nous ” socio-spatial » (Morin, Rochefort, 1998, p. 107).

42Il est intéressant de voir que dans un quartier où il existe, comme on l’a analysé à Fives, une revendication de l’entre-soi comme une ressource pour certaines franges de la population, il peut y avoir aussi plus largement un « entre-nous » à faire valoir auprès de tous ces autres qui n’habitent pas à proximité. L’élu du quartier, Jean-Louis Frémaux, et le maire de la ville, Martine Aubry, le disent publiquement à leur manière : Fives a une histoire ouvrière, militante, associative qui participe à la construction d’une solidarité que l’on reconnaît au quartier et à ses habitants. C’est une ressource sur laquelle ils peuvent s’appuyer pour faire valoir, au sein de la société, une identité alimentée par le simple fait d’habiter le quartier :

« En effet, s’identifier à son quartier permettrait à l’individu de se posi­tionner au sein de la société globale, ce qui pourrait équivaloir à une forme d’inclusion sociale particulièrement importante pour ceux qui sont exclus du marché du travail, qui n’ont plus d’identité professionnelle et qui se trouvent repliés sur leur espace résidentiel » (Morin, Rochefort, 1998, p. 107).

43Le « nous » socio-spatial permet alors de s’affirmer face à l’autre et participe en plus au « vivre ensemble ». En somme, d’un côté, le rappro­chement spatial des individus crée l’identité de l’« entre nous » qui tente de rompre les barrières des différences sociales et culturelles au sein du quartier et, de l’autre, reconnaître ce « nous » comme une force en dehors du quartier, surtout pour les habitants plus mobiles, permet de partager plus largement ces ressources et d’atténuer l’imaginaire dénigré du quartier dans et en dehors de celui-ci.

44Dès lors, l’intérêt pour le quartier et l’ancrage local, quelque soit le degré d’importance que les différents types de populations y accordent, est un élément fédérateur qui participe au vivre ensemble.

Conclusion

45Dans ce territoire en mutation, on peut déjà observer les conséquences positives de la rénovation urbaine ; une certaine forme de mixité sociale semble s’installer, notamment autour d’un attachement commun au quartier. Cependant, la mixité à Fives peut être « l’arbre qui cache la forêt » : malgré un consensus dans le discours, les pratiques sont plus nuancées. En effet, une réflexion plus approfondie sur le vivre ensemble doit inviter à s’intéresser aux stratégies des habitants qui peuvent être à la fois dans des rencontres sans barrières de classes ou d’âge et à d’autres moments dans des comportements d’évitements ou de replis.

46Ces rencontres sans barrières peuvent se vivre dans un lieu partagé, comme les espaces publics du quartier. Nos observations de divers lieux du quartier nous ont permis de repérer les squares comme point de rendez-vous, un lieu où l’on vient flâner, en sachant que l’on a des chances d’y retrouver des voisins. Cet espace semble également partagé par une grande diversité de personnes qui s’y côtoient simplement, allant des parents, accompagnés de leurs enfants, aux personnes âgées, amateurs de pétanque. La solidarité entre voisins est aussi une des clés de ces « rencontres sans barrières », comme en témoigne Robert :

« À côté de chez moi c’est une architecte, elle est célibataire, elle a des chats et j’aime bien les chats, elle en a douze ou treize. Elle s’en occupe vachement donc quand elle a un problème avec ses chats, je prends un de ses chats, on s’entraide. […] Au dessus de chez moi il y a une fille d’une vingtaine d’années elle est suicidaire, ben quand on ne la voit pas, on s’inquiète. Ce mois-ci elle a fait un séjour, heureusement qu’on est là, elle est toute seule, elle a pas de famille. »
« On c’est qui ? »
« C’est les voisins, c’est moi… […] » (Robert, 64 ans, cheminot à la retraite)

47D’autre part, nous avons particulièrement analysé la tentation du repli sur soi, pour les nouveaux habitants, lorsqu’approche l’entrée au collège, voire en école primaire, de leurs enfants. En effet, soucieux de la qualité de l’école qui va accueillir leur enfant, les parents sont attentifs aux échos qui font la réputation de l’école mais aussi au type de population qui y est inscrit. Ils procèdent alors à une sorte « d’enquête préalable ». Valentine, explique ici dans quelle mesure elle s’est affranchie de l’établissement de son secteur :

« […] Je suis partie me faire la sortie des classes pour voir un peu et j’ai flippé quoi, déjà j’avais eu des putains de sons de cloches, genre la gale, des trucs vraiment hardcore, donc voilà je me suis fait la sortie, et je ne sais pas (hésitante), c’était la première fois que je mettais ma fille à l’école donc je ne me retrouvais pas dans les parents qui venaient chercher leurs mômes ou la façon dont les gens hurlaient sur leurs mômes. Du coup j’ai fait wooh donc j’ai retéléphoné à la mairie pour leur demander s’il n’avait pas quelque chose de plus sympa ? La dame m’a dit franchement je comprends. » (Valentine, 35 ans, chef d’entreprise).

48Valentine a par ailleurs été conseillée par un agent de la mairie du quartier qui a compris l’appréhension et lui a recommandé un autre établissement. Ce type de stratégie d’évitement dans l’orientation scolaire témoigne d’un certain refus de la mixité sociale. Du reste, le vivre ensemble demeure un défi pour nos sociétés contemporaines, du fait des flux divers qui traversent les territoires, il faut donc continuellement s’interroger sur « ce qui fait société ». En effet, si les opérations de rénovation urbaine sont une nécessité pour améliorer les conditions de vie, pour autant, elles ne doivent pas mettre en péril les relations tissées par les habitants. Nous avons expliqué dans cette recherche à quel point les sociabilités de proximité peuvent être des ressources précieuses, en particulier pour les classes populaires.

49Il est également utile de garder à l’esprit que le vivre ensemble ne signifie pas créer une sphère commune de rencontre qui verrait tous les habitants partager les mêmes activités. Il est important de prendre en compte les ressources qui découlent de l’entre soi, ce qui n’empêche pas par ailleurs de favoriser les échanges et la participation à des événements collectifs. Si les ressources qu’octroie le capital d’autochtonie étaient davantage reconnues et valorisées par les pouvoirs publics et les associations, cela pourrait avoir deux conséquences positives sur la vie de quartier. Premièrement, les habitants pourraient être reconnus comme des acteurs du quartier, experts de leur environnement et détenteurs d’un « savoir local ». Deuxièmement, d’un point de vue collectif, la reconnaissance du capital d’autochtonie engendrerait la valorisation des groupes restreints qui, dans l’entre-soi, créent des solidarités de proximité.

50À l’heure où la gouvernance des villes se situe de plus en plus au niveau de la métropole, il est important de mettre en évidence les dynamiques portées par les habitants à l’échelle des quartiers. Étudier les liens sociaux dans les quartiers nous permet ici de constater que les habitants ne font pas que subir les effets de la ségrégation socio-spatiale, ou plus largement, qu’ils ne sont pas des pions sur l’échiquier de la rénovation urbaine. Acteurs des transformations à l’œuvre, les habitants font la ville par les relations qu’ils y nouent, et dessinent les territoires au moins autant que les architectes.

Bibliographie

Bourdieu P., 1993, La misère du monde, Seuil, Paris.

Bozon M., Chamboredon J-C., 1980, « L’organisation sociale de la chasse en France et la signification de la pratique », Ethnologie française, 1, p. 121-143.

Carrel M., Rosenberg S., 2011, « Injonction de mixité sociale et écueils de l’action collective des délogés. Comparaison entre les années 1970 et 2000 », Géographie, Économie, Société, 2011/2, p. 5-19.

Chamboredon J-C., Lemaire M., 1970, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, 11-1, p. 3-33.

Donzelot J., 2004, « La ville à trois vitesses », Esprit, Mars/Avril, p. 14-40.

Genestier P., 2010, « La mixité : mot d’ordre, vœu pieu ou simple argument ? », Espaces et sociétés, no 140-141, p. 21-35.

Honneth A., 2000, La lutte pour la reconnaissance, Cerf, Paris.

Honneth A., 2006, La société du mépris, La Découverte, Paris.

Kepel G., 2012, Banlieue de la République : Société, politique et religion à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, Gallimard, Paris.

Lapeyronnie D., 2008, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Robert Laffont, « Le monde comme il va », Paris.

Lepoutre D., 2001, Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Odile Jacob, Paris.

Maurin, E., 2004, Le ghetto français. Enquête sur le séparatisme social, Seuil, « La République des idées », Paris.

Morin R., Rochefort M., 1998, « Quartier et lien social : des pratiques individuelles à l’action collective », Lien social et Politiques, 39, p. 103-114.

Pinçon M., Pinçon-Charlot M., 2009, Les Ghettos du Gotha : comment la bourgeoisie défend ses espaces, Payot, Paris.

Préteceille E., 2006, « La ségrégation contre la cohésion sociale : la métropole parisienne », dans Lagrange H. (dir.), L’épreuve des inégalités, PUF, « Le Lien social », Paris, p. 195-246.

Retière J-N., 2003, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur le capital social populaire », Politix, 16, 63, p. 121-143.

Retière J-N., 1994, Identités ouvrières. Histoire sociale d’un fief ouvrier en Bretagne. 1909-1990, L’Harmattan, Paris.

Ripoll F., Tissot S., 2010, « La dimension spatiale des ressources sociales », Regards Sociologiques, Dossier : « Mobilité/autochtonie : sur la dimension spatiale des ressources sociales », 40, p. 5-7.

Simon P., 1995, « La politique de la ville contre la ségrégation, ou l’idéal d’une ville sans divisions », Les Annales de la recherche urbaine, 68-69, p. 26-33.

Touraine A., 1997, Pourrons-nous vivre ensemble ? Egaux et différents, Fayard, Paris.

Wirth L., 1980 [1928], Le Ghetto, Presses Universitaires de Grenoble.

Annexes

Annexe 1 : Répartition des Professions et Catégories Socioprofessionnelles à Fives et à Lille13

Statistiques de Fives en 2007. 19 079 habitants.

Statistiques de Fives en 2007. 19 079 habitants.

Statistiques de Lille en 2007. 225 789 habitants.

Statistiques de Lille en 2007. 225 789 habitants.

Fives représente 8,5 % de la population lilloise. La proportion de cadres et professions intellectuelles supérieures y est inférieure de quatre points et celle de professions intermédiaires de 0,8 points. À l’inverse les employés sont supérieurs de 0,8 points et les ouvriers de 2,6 points.

Annexe 2 : Représentations graphiques de la répartition des 35 enquêtés

Notes

1 Cet article est issu d’une recherche-action collective en sociologie, Regards croisés sur le quartier de Lille-Fives : éléments pour une sociologie du vivre-ensemble, dirigée par Marion Carrel dans le cadre du Master 2 « Stratégies de développement social », soutenu le 3 juin 2011 à l’université Lille 3. Cette étude a été commanditée par le mouvement ATD Quart Monde et ses partenaires comprenant différents acteurs institutionnels (des associations de protection de l’enfance, des élus et certains services de la mairie de Lille et du Conseil Général du Nord). Ce groupe d’acteurs a souhaité initier un projet « pilote », pour une durée de dix ans, porté par la délégation régionale d’ATD Quart Monde. Le projet « Promotion familiale, sociale et culturelle à Lille-Fives » a pour objectif principal d’encourager une vie de quartier réussie par et pour la promotion des familles en situation de grande pauvreté.

2 Le rattachement administratif de Fives à la ville de Lille a été opéré en 1858 et déjà à l’époque, Fives reste séparé de Lille par des remparts et des fortifications militaires.

3 Nous nous sommes efforcés de diversifier le panel de nos enquêtés selon l’âge, le sexe, la PCS et la localisation dans le quartier. Voir en annexe 1 : Les représentations graphiques de la répartition de ces 35 enquêtés.

4 Voir en annexe 2 : la répartition des PCS sur le quartier et sur Lille.

5 Pour des raisons d’anonymat, les prénoms des enquêtés ont été transformés.

6 Courée emblématique à Fives en cours de démolition dans le cadre du programme de rénovation urbaine (ANRU).

7 22 ans, elle travaille dans une cantine scolaire.

8 Sur nos trente-cinq enquêtés, quinze appartiennent à la classe moyenne et supérieure : deux personnes seulement sont établies à Fives depuis plus de 20 ans, les treize autres y résident depuis un an jusqu’à sept ans.

9 Certains enquêtés nous ont permis de comprendre que Fives est un des derniers quartiers de Lille où l’accès à la propriété est encore possible pour les classes moyennes.

10 Source : http://gpu.mairie-lille.fr/#/Grand-Projet-Urbain/.

11 Paroles d’habitants est une association nationale dont l’antenne de Fives est très active, en particulier dans les relations avec les pouvoirs publics dans le cadre des rénovations urbaines.

12 Propos issus de la synthèse de cette réunion, consultable en ligne : http://bilanmimandat.mairie-lille.fr/fr/quartier/fives/reunion-publique.

13 Sources : Statistiques construites à partir de données INSEE 2007

Table des illustrations

Titre Statistiques de Fives en 2007. 19 079 habitants.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Statistiques de Lille en 2007. 225 789 habitants.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540