Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ségrégation et fragmentation dans les métropoles

 | 
Marion Carrel
, 
Paul Cary
, 
Jean-Michel Wachsberger

Partie IV. Acteurs et contournements

D’un quartier ouvrier de « banlieue rouge » ségrégué à un espace post-tayloriste en voie de « mixité sociale »

Éric Marlière

Texte intégral

1La problématique de l’accentuation du phénomène de la ségrégation urbaine est d’emblée questionnée lorsqu’il est question des quartiers popu­laires. Dans le cadre de ce chapitre, il en est tout autrement dans la mesure où notre terrain de recherche, un ancien quartier ouvrier de banlieue popu­laire, pré­sente des configurations légèrement différentes. En effet, loin d’être un quartier en voie de ghettoïsation, ce territoire populaire urbain est même plutôt en voie de déségrégation. Quartier de « banlieue rouge » voici encore trente ans, le quartier des Grésillons a été, à partir des années 1980, confronté à la désindustrialisation, phénomène ayant progressivement modifié sa phy­sio­nomie en l’espace de trois décennies. Ce territoire est en voie de mutation économique (arrivée rapide des activités tertiaires) et en situation de recompo­sitions sociales se résumant à une « désouvriérisation » des classes populaires et à une arrivée, pour le moment timide mais réelle, des classes « moyennes ». Autrement dit, pour reprendre Pierre Veltz, nous sommes passés d’un espace taylorisé résultant de la polarisation industrielle concentrant un ensemble d’ouvriers et d’activités industrielles sur un territoire urbain – un quartier de banlieue rouge typique des villes « fordistes » de la période des Trente Glorieuses avec une forte identité ouvrière locale – à un territoire « globalisé » où l’on assiste progressivement, depuis le milieu des années 1980, à un décalage croissant entre zones économiques et espace politique et social ac­compagné d’un processus de désolidarisation des communautés locales (Veltz, 2000) comme le montre ici la disparition du monde ouvrier et de son système social. Le passage d’un territoire tayloriste avec ses industries et son identité ouvrière à un espace urbain post-tayloriste avec l’installation des activités tertiaires et stimulant le projet d’une « mixité sociale » méta­morphose les modes de vie des habitants depuis les années 1990. La question du changement est donc centrale dans ce chapitre dans la mesure où nous passons d’un monde social avec ses enjeux propres à un autre où se révèlent progressivement des problématiques nouvelles. Le quartier étudié a connu ces vingt dernières années une transformation de son territoire notamment sur ses aspects urbanistiques, dans sa dimension économique et industrielle mais aussi dans la nature des enjeux sociaux. Comment se traduisent donc ces évolutions multiples au sein des rapports sociaux dans cet ancien quartier de « banlieue rouge » en mutation ? Dans un premier temps, nous reviendrons sur l’histoire sociale de ce quartier et son passé ouvrier et industriel. Puis, nous aborderons les transformations récentes révélatrices de nouveaux enjeux sociaux locaux. Enfin, dans la dernière partie, nous tâcherons de montrer, d’un point de vue ethnographique, les effets de ces changements au quotidien.

Présentation et sociohistoire d’un quartier ouvrier ségrégué (1930 -1970)

Émergence et développement d’un quartier de « banlieue rouge » et des industries métallurgiques

  • 1 Voir les recensements de 1926, 1931 et 1936.

2Le quartier étudié se nomme les Grésillons et se situe au sud de la ville de Gennevilliers, à trois kilomètres au nord-ouest de Paris (porte de Clichy). Ce quartier de 7800 habitants environ en 2008 et d’une superficie de 52 ha se constitue d’un habitat relativement dense et concentré comprenant trois grands ensembles de logements sociaux, des immeubles de tailles moindres, de quelques zones pavillonnaires et d’un ensemble d’activités industrielles et de services. Ce quartier a connu récemment des transformations urbanistiques rapides mettant un terme aux traces physiques de son passé ouvrier qui remontaient à l’entre-deux-guerres. En effet, la période de l’entre-deux-guerres témoigne d’un développement rapide des industries accélérant la construction de logements mais aussi l’apparition de taudis et de bidonvilles pour loger la nouvelle population ouvrière. Un premier grand ensemble est bâti pour loger des métallurgistes qui travaillent dans les industries de la ville ou bien des communes voisines1. Face à ce développement industriel rapide, la ville affiche en matière de logements, de voiries et d’équipements un retard conséquent dès la fin des années 1920 (Laffite, 1970, p. 27). Les ouvriers deviendront progres­sivement majoritaires par rapport à la population active dans le courant des années 1930 dans ce quartier. En effet, lors du recensement de 1921, les ouvriers représentaient à peine 29 % des habitants exerçant un emploi aux Grésillons ; lors de celui de 1936, ils en constituaient 44 %. Ce changement sociologique bouleverse les structures politiques (l’avènement du parti commu­niste à la tête de la commune en 1933) et les manières de vivre dé­sormais rythmées par le monde industriel (Noriel, 1986 ; Dewerpe, 1998).

  • 2 Pour un témoignage illustratif des stratégies des élites communistes locales afin de faire venir le (...)

3Le quartier des Grésillons est devenu un espace industriel (avec l’usine Chausson notamment) et d’habitat ouvrier avec son système politique, social et associatif cristallisé autour du parti communiste (Fourcaut, 1986). En 1968, la concentration de la population ouvrière au sein des Grésillons a atteint un pourcentage record de 54 % des habitants. Ceci s’explique par deux choses : la municipalité communiste qui cherche à regrouper de manière stratégique les ouvriers français (Masclet, 2003)2 ; l’arrivée massive des travailleurs Nord-africains venus répondre aux besoins de main-d’œuvre. Comme le montrent les recensements de la période, le quartier des Grésillons reste à la fin des années 1960 un quartier industriel et populaire fortement ségrégué autour du mode de vie ouvrier, avec son système d’interconnaissance, de voisinage et de solidarité typique des villes industrielles et ouvrières de l’époque (Magri, Topalov, 1990).

Les années de « crise » (années 1975 – 1990)

4Cette phase marque une rupture avec les périodes précédentes. Elle témoigne du début de la période dite de « crise » et de l’arrivée massive des familles de travailleurs immigrés du Maghreb suite au regroupement familial décrété en 1974. La majorité des travailleurs immigrés sont arrivés dans les années 1950 et 1960 et viennent en majorité d’un milieu rural et paysan. La plu­part de ces immigrés, devenus progressivement « ouvriers par destination » les décennies précédentes, font venir leur famille mais ils conti­nuent à occuper des emplois subalternes, difficiles, mal payés et souvent dé­laissés par la classe ouvrière française (Tripier, 1990). La famille immigrée d’origine maghrébine devient alors visible dans l’espace public français en emménageant dans les cités HLM et efface progressivement l’image du travailleur immigré célibataire habitant les bidonvilles.

  • 3 S’agissant d’une cité HLM du quartier, nous avons constaté que les anciennes familles ouvrières occ (...)
  • 4 S’inquiétant d’une ségrégation naissante, la municipalité fait appel à deux sociologues pour mener (...)

5Les travailleurs ouvriers français quittent les cités HLM du quartier vieillissant, de plus en plus occupé par les travailleurs Nord-africains, pour s’installer dans d’autres quartiers plus récents de la ville ou acquérir un pavillon dans des communes plus résidentielles pour ceux qui ont davantage de moyens financiers3. Pour les classes populaires ouvrières françaises, le quartier devient moins fréquentable en raison de l’arrivée massive des travailleurs immigrés4. À la fin des années 1970, le quartier connaît très peu de changement de sa composition sociale en raison du remplacement d’une population ouvrière par une autre (avec des différences certes notables notamment dans le statut de la nationalité). On constate néanmoins des mutations culturelles autour de l’émergence d’une culture « maghrébino-ouvrière » avec l’arrivée des familles immigrées (Verpraet, 1994).

Un quartier post-tayloriste en transformation rapide depuis les années 1990

Mutation physique urbanistique en résonance aux nouvelles questions économiques

  • 5 Le concept de « coulée verte » correspond à un syncrétisme entre une allée piétonne et un parc en m (...)

6Le quartier se transforme physiquement dans les années 1980 avec la démolition de structures industrielles et de vieux immeubles, ce qui entraine la prolifération des terrains vagues. Face au vieillissement du bâti, le quartier des Grésillons, deuxième quartier de France à passer sous l’égide des politiques de la ville en 1982 (classé DSQ puis DSU en 1988), se restructure d’un point de vue urbanistique : dans sa zone ouest, le quartier se désenclave avec l’arrivée du métro et l’installation d’une station importante de bus ; Paris est désormais à deux stations de métro (ligne 13) du quartier. À l’est, la station RER Grésillons est inaugurée en 1988 afin de faciliter le désenclavement de la zone industrielle. La transformation définitive du secteur est des Grésillons se fera avec la construction d’un tronçon d’autoroute reliant l’autoroute A 15 et le périphérique nord de Paris à la fin des années 1990. Ainsi, en l’espace d’à peine trente ans, le quartier des Grésillons change complètement de physionomie : fermeture des usines métallurgiques (Chausson et Citroën), installation impor­tante d’entreprises de service, rénovation des logements sociaux, res­truc­tu­ration de l’espace urbain, développement de nouvelles zones commerciales, construction de logements accessibles à la propriété, mise en œuvre d’une « coulée verte »5 reliant le parc départemental et les zones stratégiques (hôtel de ville, station de bus et de métro, centre commercial, etc.). Enfin, au cœur de la vie sociale, les grands ensembles vont connaître également des réhabilitations devenues nécessaires pour les élus locaux. Au milieu des années 2000, le dispositif ANRU va prolonger la coulée verte sur toute la longueur du quartier et poursuivre les transformations de rénovation de la décennie précédente.

  • 6 Quoique les effets ne sont pas mécaniques en raison d’une implication active de la municipalité sur (...)

7Le quartier des Grésillons se trouve aujourd’hui au cœur de grands projets urbains associés aux transformations de la capitale (le projet Grand Paris). Ce contexte modifie sensiblement le prix de l’immobilier6 dans ce secteur avec l’émergence de nouveaux pôles d’excellence universitaire et autres (Pôle universitaire comprenant un IUFM et un IUT, Agences de presse, etc.) et, enfin tout récemment, la mise en œuvre en novembre 2012 d’un tramway reliant la Gare de Saint-Denis à la Défense. La question du projet « Grand Paris » avec l’agrandissement de la capitale, les effets économiques liés à la proximité de la zone d’affaire internationale de la Défense et, enfin, son appar­tenance territoriale au département des Hauts-de-Seine, un des dépar­tements, rappelons-le, les plus riches d’Europe, modifient l’importance stra­tégique économique de ce quartier.

8La timide transition économique vers les activités tertiaires (composées de petites activités de services, d’entreprises informatiques et de quelques PME de conseils, d’expertises en tous genre ou de hautes technologies) assure la reprise économique locale mais pas le retour à l’emploi des habitants du quartier pour deux raisons : d’une part, le nombre d’emplois proposés dans le tertiaire reste pour le moment nettement insuffisant par rapport au nombre d’emplois industriels précédemment supprimés ; d’autre part, ces nouveaux emplois s’adressent généralement à des personnes plus diplômées, ne correspondant pas au « profil ouvrier » des habitants du quartier. Le tableau qui suit illustre bien la tertiarisation progressive des emplois depuis 20 ans, avec la recrudescence des employés, l’augmentation non négligeable des professions intermédiaires (8 points entre 1990 et 2007) et la montée certes timide mais néanmoins réelle des cadres ces deux dernières décennies.

Tableau n° 1. Les actifs occupés aux Grésillons et de la Zone d’Activité située à proximité

Tableau n° 1. Les actifs occupés aux Grésillons et de la Zone d’Activité située à proximité

Source : Service démographique municipal, recensement industriel 1990, 1999, 2007

9Ce premier tableau montre que la structure des emplois proposés dans ce secteur est en cours de transformation à travers l’augmentation importante des employés et des professions intermédiaires au détriment du nombre d’ouvriers qui ont baissé de 24 points en moins de vingt ans. Comme nous l’observerons un peu plus tard, la transformation de l’offre d’emploi vers la tertiarisation ne profite pas aux habitants du quartier. La tertiarisation des emplois dans le quartier est donc un fait observable d’autant plus qu’elle s’exerce au détriment des anciennes activités industrielles comme le montre ce tableau.

Arrivée timide des petites « classes moyennes » et relégation sociale des jeunes de milieu populaire

  • 7 Pour les trois grandes cités HLM du quartier, la rénovation (démolition-reconstruction sur place) d (...)
  • 8 Entretien téléphonique du 9 avril 2012 avec la responsable de la direction du parc locatif municipa (...)

10La population ouvrière des Grésillons se trouve donc, à partir des années 1980, confrontée au chômage, à la précarité et à des formes nouvelles de « désaffiliations » (Castel, 1995 ; Bacqué, Sintomer, 2001). En effet, le quartier comptait environ 3 % de chômeurs dans sa population totale en 1975 contre 22 % au milieu des années 2000. Le chômage s’accélère du fait de la désindustrialisation qui voit la fermeture progressive de l’usine Chausson (Massera, Grason, 2004) et des restructurations industrielles qui laissent sur le carreau une partie de la main-d’œuvre des usines importantes de la ville (Gérôme, 1992). Déstabilisée par les mutations des modes de production qui sont à l’origine des fermetures d’usines locales, l’ancienne population ouvrière du quartier constitue, pour une bonne partie, les nouveaux « disqualifiés » (Paugam, 1991) des récents enjeux économiques locaux. De plus, les réha­bilitations des cités populaires effectuées la décennie précédente ont entraîné une augmentation conséquente des prix des loyers7 bien que les poli­tiques muni­cipales tentent de modérer cette augmentation notamment8 pour des familles de plus en plus précarisées (confrontées pour certaines au suren­det­tement). Ainsi nous pouvons parler de « crise de la ville fordiste » (Bidou-Zachariasen, 2002) à travers la désindustrialisation des quartiers populaires urbains à l’origine des formes de marginalités juvéniles ouvrières plus pro­noncée (Lagrée, Lew-Fai, 1985), l’accentuation du phénomène de la « galère » (Dubet, 1987) et indirectement l’émergence de l’arrivée des drogues dures dans les quartiers (Kokoreff, 2000). Si ce dernier auteur a travaillé sur une commune voisine de notre terrain en élargissant le constat sur le nord du département, les deux premiers auteurs évoquent des faits compa­rables s’agissant de la jeunesse populaire du quartier (Marlière, 2007). Cette transition économique va déstabiliser l’ensemble des classes populaires du quartier et notamment sa jeunesse confrontée aux trafics de drogue, au chômage et à la violence. Les activités tertiaires implantées progressivement depuis les années 1980 sur le quartier ne sont pas directement destinées aux jeunes des classes populaires qui cultivent, pour la plupart, un réel sentiment d’abandon (Marlière, 2001, p. 85-96).

Le quartier des Grésillons au quotidien en 2011

Les nouveaux enjeux locaux de la « mixité sociale »

  • 9 Sur les controverses politiques, idéologiques, sémantiques et pragmatiques de la notion vague et ka (...)

11La vie sociale populaire locale se trouve ainsi modifiée comme l’avait déjà constaté le sociologue Henri Coing (1966) lors d’une restructuration d’un quartier ouvrier parisien dans les années 1960. Les classes populaires locales, mises en difficultés par la désindustrialisation et la précarité des décennies précédentes, sont également confrontées, depuis les années 2000, à une mutation accélérée de leur environnement urbain. Les politiques publiques comme les CUCS et notamment les dispositifs ANRU apparaissent ambiguës et ambivalentes pour beaucoup de jeunes interrogés. En effet, derrière un affichage prometteur de « mixité sociale »9 autour d’un idéal équilibre sociétal qui semble faire consensus parmi les élus, bailleurs et chefs de projet, se cachent de réels effets pervers notamment sur les populations les plus démunies éco­nomiquement (Carrel, Rosenberg, 2011). Habituellement, les effets de ces politiques publiques d’accompagnement des transformations économiques et urbaines accentuent l’augmentation des prix du terrain mais aussi des loyers des HLM favorisant davantage les classes sociales plus avantagées (Desponds, 2010). À l’échelle de la proche banlieue parisienne, les objectifs politiques de cette restructuration urbaine consistent à revaloriser l’ancien espace ouvrier et à pro­mouvoir l’installation des « classes moyennes » (Bacqué, Fol, 1997). L’arrivée des nouvelles entreprises accompagnées de la présence des salariés n’habitant pas le quartier est très mal vécue par les « anciens » du quartier, qu’ils soient jeunes ou ouvriers retraités (Marlière, 2008a). Cette nou­velle situation est à l’origine d’un certain nombre de malaises sociaux générant un sentiment de trahison, parmi les anciennes familles ouvrières et immigrées, à l’égard de la municipalité communiste (Masclet, 2003). Ce constat peut être généralisé dans d’autres villes communistes en raison des nouvelles formes d’ingénierie sociale mises en œuvre par ces municipalités (Tissot, 2007) et de la méfiance réciproque croissante entre les « héritiers de l’immigration » et les élus locaux (Masclet, 2003, op. cit.)

12Au début des années 2010, on observe un contraste sur le terrain entre la construction d’une grande mosquée, financée par des dons et établie sur un terrain municipal cédé par la mairie et l’établissement de nouveaux lotis­sements pavillonnaires accessibles à la propriété. Cette nouvelle mosquée ainsi que les lotissements pavillonnaires se situent au centre du quartier des Grésillons, à la place même de l’usine Chausson démolie quinze ans plus tôt. On remarque également la présence de salariés des nouvelles entreprises (souvent des cadres et des commerciaux) dans les brasseries juxtaposées aux lieux d’investigations juvéniles populaires avec les pratiques « déviantes » qui y sont associées. Les trois grands ensembles de logements sociaux étant dispersés géographiquement dans le quartier (le premier se situant à l’extrême ouest du quartier à proximité de la station de métro, le second au sud du quartier près des zones d’activités et le troisième un peu plus à l’est, en face de la mosquée et de la nouvelle zone pavillonnaire), les espaces de sociabilité des jeunes de ces cités se retrouvent dispersées dans le quartier. C’est pourquoi, la nouvelle reconfiguration urbaine locale se manifeste par des « paradoxes » entre, par exemple, une occupation de la jeunesse populaire exclue du marché du travail et une présence de plus en plus visible des « classes moyennes » en activité au sein d’un même espace territorial.

La nouvelle cohabitation urbaine : classe populaire immigrée en difficulté vs classe moyenne salariée au travail

13Si le sociologue Edmond Préteceille notait au début des années 2000 une déprolétarisation relative en concordance avec une tertiarisa­tion moyen­ne­ment qua­lifiée et un cas de renforcement des classes moyennes (Préteceille, 2001), pour le nord-ouest de Paris, il semblerait que depuis 10 ans cette tendance se soit poursuivie ici.

Tableau n° 2. Évolutions des CSP des habitants des Grésillons 1990-2008

Tableau n° 2. Évolutions des CSP des habitants des Grésillons 1990-2008

Source INSEE : recensement 1990, 1999, 2008

14Ce second tableau indique une première direction essentielle, à savoir la très nette réduction du nombre d’ouvriers avec une baisse de 20 points entre 1990 et 2008. La seconde remarque concerne l’augmentation d’un peu plus de 50 % des retraités en moins de 20 ans. Le troisième constat note également une très légère poussée des classes moyennes de 3 points pour les cadres et de plus de 4 pour les professions intermédiaires. La nette baisse du nombre d’ouvriers parmi les habitants du quartier est le fait le plus marquant, ce qui confirme ainsi la baisse de 24 points des actifs ouvriers noté dans le précédant tableau.

  • 10 Selon les recensements de 2009 à l’échelle de l’IRIS.
  • 11 En consultant les fiches des médiateurs de la ville en 2009, les trois quarts des méfaits enregistr (...)

15Les classes populaires sont encore nettement majoritaires dans le quartier des Grésillons mais semblent de moins en moins actives (retraités ou sans activités) et donc plus véritablement en phase avec les transformations économiques locales. Précisons également qu’une partie importante de ces classes populaires est issue de l’immigration maghrébine : le quartier des Grésillons comprend 36 % d’étrangers contre 6 % en France et 44 % d’immigrés contre 9 % sur le sol national10. Force est de constater que les deux dernières décennies « de crise » ont accentué les phénomènes liés à l’économie informelle dans ce quartier. La déviance juvénile, qui n’est pas nouvelle si l’on se réfère à l’histoire sociale locale (Marlière, 2011b), semble poser des difficultés aux élus municipaux, soucieux d’harmoniser la « mixité sociale ». Les questions sécuritaires se sont progressivement imposées sur le devant de la scène locale afin de sanctionner plus sévèrement les « incivilités » (Marlière, Fontaine, 2011) des enfants des classes populaires notamment des trois cités HLM du quartier11. Les actes d’incivilités recensés par les médiateurs se résument à des bagarres entre jeunes, des tensions avec le voisinage pour des questions de bruits et des chahuts jusqu’à des heures tardives et, enfin, la circulation intempestive de deux roues. On pourrait d’ailleurs se demander si la présence de ces jeunes dans l’espace public avec son lot « d’incivilités » ne ralentit pas les mécanismes de « mixité sociale » à l’œuvre, dans la mesure où leurs modes de vie et leur occupation de l’espace public décourage l’installation d’autres groupes sociaux comme l’a déjà constaté une géographe au sujet de l’échec du processus de gentrification dans le quartier Belleville (Clerval, 2011). La coexistence entre salariés, en partie « classe moyenne » et ancienne population ouvrière pose un grand nombre de difficultés. En effet, le quartier des Grésillons est devenu le produit d’une sorte de cohabitation de différents groupes sociaux aux destins collectifs parfois divergents.

Vivre aux Grésillons aujourd’hui

16Les traces physiques de l’espace ouvrier du siècle précédent se sont estompées. Les bleus de travail qui jalonnaient la rue au rythme des horaires de l’usine au début des années 1980 ont laissé définitivement place aux costumes des salariés du tertiaire. Dans l’espace public, les classes populaires sont encore bien présentes mais ne sont plus les seules à évoluer aux Grésillons. L’exemple d’une brasserie occupée à la fois par des jeunes et les employés nous donne un aperçu des formes nouvelles de cohabitation sociale.

  • 12 Suite à plusieurs tensions entre l’ancien propriétaire et les jeunes du quartier, la brasserie a ét (...)

Carnet de notes n° 1 :
En réalisant plusieurs observations dans une brasserie située entre une des cités HLM du quartier et des locaux d’activité, nous avons observé le côtoiement des jeunes de cités et des salariés des bureaux. Vers 10 heures du matin environ, les deux groupes sociaux occupent les deux extrémités du comptoir avec leurs « habitudes » (consommation de cafés expresso pour les jeunes, commande plus hétérogène chez les employés oscillant entre un café et une demi-pression). Le midi, ces salariés viennent également pour déjeuner (souvent des plats du jour) contrairement aux jeunes qui vont manger à domicile. Les jeunes, portant jeans, parfois casquette et sweat sont le plus souvent autour du flipper, occupent une table pour lire les journaux, Le parisien ou L’équipe, et restent présents à l’intérieur de la brasserie jusqu’aux environs de midi. La plupart de ces jeunes viennent de se lever : la brasserie constitue un espace ludique où ils reproduisent la sociabilité propre à leur groupe de pairs. Les employés ou cadres, souvent en costume ou en tailleur pour les femmes, sont nettement plus pressés par le temps ; la plupart d’entre eux ne reste qu’un quart d’heure, sont soit accoudés au bar, soit vont occuper une table. Au regard de nos observations, les discussions principales sont centrées sur le travail. Les échanges entre les deux groupes sont très limités même si, lorsqu’il y a de temps à autres des groupes davantage constitués de jeunes femmes, certains jeunes du quartier n’hésitent pas à les aborder et à discuter avec elles dans l’espoir de charmer et de séduire. L’évitement n’étant pas toujours possible, les jeunes femmes se montrent courtoises et restent, malgré elles, « abordables » dans la mesure où elles ont conscience que le quartier reste le territoire de ces jeunes. Parfois, les échanges se font également autour d’une demande de cigarette de la part d’un jeune à un salarié : les trois quart des interactions entre ces deux groupes sont à l’initiative des « jeunes de cité ».
En été, la situation paraît moins délicate pour les salariés car ces derniers ont la possibilité de fréquenter la terrasse afin d’élargir les espaces et donc d’être moins en « familiarité » avec les jeunes. L’hiver, la « promiscuité sociale » est plus intense au sein de la brasserie et les stratégies d’évitement vis-à-vis des jeunes sont effectuées le plus habilement possible notamment par les cadres : ces derniers se mettent souvent à l’opposé des jeunes, s’abstiennent de leur adresser la parole et les évitent même du regard. Si les provocations juvéniles étaient plus fréquentes au début des années 2000, aujourd’hui, les jeunes doivent partager l’espace avec les salariés s’ils veulent toujours être acceptés dans la brasserie. Ainsi, un jeu social subtil s’est progressivement élaboré entre les salariés (qui ne sont pas en mesure de répondre aux rapports de force physique avec les jeunes), les jeunes soucieux d’améliorer leur image auprès du patron (pour rester au contact des jeunes femmes salariées notamment) et ce dernier, qui tolère la présence des jeunes par peur de subir les représailles collectives de la part de certains d’entre eux, qui restent toujours en définitive les « maîtres des lieux »12.

17La seconde illustration témoigne de l’importance de la présence de la nouvelle mosquée. Symbolisant en quelque sorte la visibilité de la religion musulmane et donc des immigrés dans les banlieues populaires, la mosquée Ennour construite en 2009 sur l’ancien site de l’usine Chausson affirme l’identité de la communauté musulmane et donc immigrée au sein du quartier (Képel, 2012). Cet édifice religieux contraste avec les nouveaux immeubles accessibles à la copropriété située justes à proximité.

  • 13 Jour de la prière Jamoura.
  • 14 Sorte de jellabah.
  • 15 L’imam de la mosquée rappelle fréquemment aux fidèles de ne pas gêner la circulation des riverains.
  • 16 Les crèches constituent un marqueur identitaire important dans la mesure où elles symbolisent une r (...)

Carnet de notes n° 2 :
Le jour de la grande prière, les fidèles sont effectivement très nombreux (pouvant dépasser 4 000 personnes) ; les vendredis13, la majorité des musulmans sont le plus souvent vêtus d’un khamis14 blanc, discutent sur la voie publique, créant une « masse collective » dans l’espace public. Ces « fidèles » habillés religieusement contrastent avec les salariés des entreprises environnantes, parfois agacés (bouchon, engorgement, etc.)15, mais aussi avec les nouveaux résidents, plutôt inquiets, venus chercher les enfants à la crèche ou à l’école maternelle16. La présence de la moquée est révélatrice d’une différentiation culturelle entre les anciens habitants des classes populaires (familles immigrées le plus souvent) et les tout nouveaux résidents appartenant davantage aux classes moyennes (notamment depuis la mise en vente des pavillons au début de l’année 2010). Les habitudes sont donc différentes entre les classes populaires souvent immigrées dépositaires d’une pratique religieuse visible dans l’espace public et l’arrivée encore timide d’une autre population qui n’utilise pas l’espace public de la même manière. Cette coexistence met en scène l’omniprésence des jeunes dans l’espace public et des immigrés en retraite allant à la mosquée, ce qui contraste avec l’arrivée des nouveaux résidents ayant une pratique plus centrée à la fois sur leur domicile (ils jardinent, organisent des barbecues, etc., à l’intérieur de leur espace privé) et des pratiques de sociabilité exté­rieures à la ville.

  • 17 On retrouve le plus souvent les trentenaires à la tête des trafics de produits stupéfiants qui font (...)

18Le troisième exemple prend place dans le secteur ouest du quartier des Grésillons, une zone stratégique où se trouve la station de métro Gabriel Péri et les différents terminaux des bus. Cette station voit circuler un grand nombre de voyageurs et de salariés en provenance de Paris notamment et se trouve à proximité immédiate d’un grand ensemble de logements sociaux connu pour son trafic de drogues. Si des agressions ont eu lieu dans les années 1990, il semblerait que les logiques rationnelles commerciales des leaders du trafic tendraient vers une certaine accalmie dans la mesure où ce trafic doit se pérenniser en raison de sa proximité plus qu’appréciée par les trafiquants avec les réseaux de transports17. En effet, la clientèle originaire de Paris et de la banlieue avoisinante peut rejoindre aisément la cité pour s’approvisionner en produits stupéfiants. Bien que prévue très prochainement à la démolition, cette cité HLM reste à l’origine d’un fort « sentiment d’insécurité » pour les nouveaux résidents et les salariés des nouvelles entreprises du secteur en raison de sa très mauvaise réputation locale voire régionale.

Carnet de notes n° 3 :
À l’occasion d’un match de football municipal, je surprends une discussion entre deux quadragénaires – anciens « jeunes de cité » – qui discutent de la transformation urbanistique du quartier notamment à travers ses constructions récentes accessibles à la propriété :
– « L’autre jour, j’ai vu un nouveau point de vente pour des appartements : il y avait un monde fou, plein de monde, beaucoup de céfrans (des français) … Ils viennent peut-être de Paris ! En plus les appartements ne sont pas donnés : 230 000 euros un F2 ! Dans cette ville en plus… »
– « Bah y’a le métro et le tramway, t’es à côté de Paname (Paris) et de La Défense et puis Paris c’est trop cher … Mais c’est vrai que ça reste un peu le bordel … Y’a encore des embrouilles, t’entends toujours les sirènes de police, les motos … »
– « Ouais ça reste encore une ambiance de « ouf » (fous) par rapport à d’autres villes … Tu vas à Ermont ou à Levallois c’est silencieux mais ici t’as encore du bordel !!! Je ne sais pas comment ils vont faire les élus … »

  • 18 Propos tenus par l’ancien directeur du service jeunesse de la municipalité en 2008 lors d’un entret (...)

19Cette discussion informelle renforce les constats précédemment exposés de la géographe Anne Clerval au sujet du ralentissement du processus de gentrification en raison de la présence visible des groupes de jeunes de milieu populaire (Clerval, 2011, op. cit.). Cette situation explique les tensions entre une municipalité soucieuse de régler au plus vite la difficulté en anticipant la démolition de certaines cités « à problèmes » et la résistance de certains jeunes (souvent meneurs du trafic), pour qui la démolition de la cité amènerait la disparition du trafic et de leur mainmise sur l’espace public18.

Conclusion

20Quartier ouvrier pendant plus de soixante ans, les Grésillons a connu en l’espace de trois décennies des changements rapides en raison des trans­formations économiques actuelles. Cette situation affecte d’abord les classes populaires déshéritées par la désindustrialisation locale et déstabilisées par l’arrivée, certes timorée pour le moment, des petites classes moyennes favo­risant progressivement l’augmentation du prix de l’immobilier et indi­recte­ment des loyers. Ainsi, la question de la cohabitation progressive entre des populations aux origines sociales diverses et aux pratiques culturelles hétérogènes (pour ne pas dire antinomiques) constitue un enjeu politique majeur pour la municipalité. La contradiction se situe pour les élus dans leur souhait de conserver une partie des classes populaires (peut-être pas forcément issue de l’immigration) en vue des prochaines élections municipales tout en incitant les petites classes moyennes à venir s’installer et vivre dans le quartier.

21Car, au-delà des problématiques de ghettoïsation/gentrification qui ja­lonnent les travaux des chercheurs actuellement, cet article nous interroge sur les dynamiques urbaines à l’œuvre, révélant plutôt un grand nombre de contrastes entre la présence de « descendants de la classe ouvrière » locale – immigrés pour plus de la moitié d’entre eux et en voie de sous-prolétarisation (pour certains) – et l’arrivée progressive de nouvelles populations aux origines sociales bien différentes (parfois de Paris) que ce soit pour y travailler ou même pour s’y installer. L’histoire sociale locale nous montre dès lors que la causalité centrale de ces transformations urbaines est liée à la mutation des modes de production, qui passent d’un stade industriel métallurgique à une économie de service dite post-tayloriste. Le second facteur notable influant sur ces trans­formations est sans aucun doute la restructuration de la proche banlieue parisienne autour du projet Grand Paris. Autrement dit, en l’espace de trente ans à peine, le quartier des Grésillons est passé d’un monde ouvrier avec ses modes de vie populaires dans un territoire aux logiques proprement tayloristes à un monde plus hétérogène stimulant l’arrivée progressive mais néanmoins irréversible des classes moyennes plus en adéquation avec les mutations des modes de production orientés sur le tertiaire, les nouvelles technologies et la globalisation des structures de production.

22Si, pour le moment, les Grésillons reste un quartier majoritairement populaire avec une forte tendance étrangère, toute la question réside à présent dans le devenir de ces classes populaires face à l’arrivée inéluctable des classes « moyennes », au développement des activités tertiaires parfois de haut niveau, aux effets de la mondialisation dans les coûts de production sur la main-d’œuvre populaire française et, plus concrètement, face à l’augmentation inéluctable du prix de l’immobilier, évolutions qui les fragilisent chaque jour un peu plus dans ce qui fut, il n’y a pas plus de vingt ans, leur quartier ouvrier.

Bibliographie

Bachmann C., Le Guennec N., 1995, Violences urbaines. Ascension et chute des classes moyennes à travers cinquante ans de Politique de la Ville, Paris, Albin Michel.

Bacqué M.-H., Sintomer Y., 2001, « Affiliations et désaffiliations en banlieue. Réflexions à partir des exemples de Saint-Denis et d’Aubervilliers », Revue française de sociologie, 42, 2, p. 3-24.

Bacqué M.-H., Fol S., 1997, Le devenir des banlieues rouges, Paris, L’Harmattan.

Bidou-Zachariasen C., 2002, « La dimension territoriale de la « crise des banlieues » : pour une lecture régulationniste », in Baudin G., Genestier P. (dir.), Banlieues à problèmes. La construction d’un problème social et d’un thème d’action publique, Paris, La documentation française, p. 85-109.

Carrel M., Rosenberg S., 2011, « Injonction de mixité sociale et écueils de l’action collective des délogés. Comparaison entre les années 1970 et 2000 », Géographie, économie, société, 13, 2, p. 119-134.

Castel R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard.

Clerval A., 2011, « L’occupation populaire de la rue : un frein à la gentrification ? L’exemple de Paris intra-muros », Espaces et sociétés, 144-145, p. 55-71.

Coing H., 1966, Rénovation urbaine et changement social. L’îlot no 4 (Paris 13e), Paris, Les éditions ouvrières.

Desponds D., 2010, « Effets paradoxaux de la solidarité et renouvellement urbain (SRU) et profil des acquéreurs des biens immobiliers en Ile-de-France », Espaces et sociétés, 140-141, p. 37-58.

Dewerpe A., 1998, Le monde du travail en France, Paris, A. Colin.

Dubet F., 1987, La galère : jeunes en survie, Paris, Fayard.

Fourcaut A., 1986, Bobigny, banlieue rouge, Paris, Les éditions ouvrières.

Genestier P., 2010, « La mixité : mot d’ordre, vœux pieux ou simple argument ? », Espaces et sociétés, 140-141, p. 21-35.

Gérôme N., 1992, SNECMA, les moteurs de l’économie, Paris, Scanéditions.

Képel G., 2012, Banlieue de la république. Société, politique et religion à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, Paris, Gallimard.

Képel G., 1991, Les banlieues de l’islam, Paris, Le Seuil.

Kokoreff M., 2000, « Faire du business dans les quartiers. Éléments sur les transformations socio-historiques de l’économie des stupéfiants en milieux populaires. Le cas du département des Hauts-de-Seine », Déviance et société, 24, 4, p. 403-423.

L’Huillier W., 1982, Combats pour la ville, Paris, Éditions sociales.

Laffite J., 1970, Gennevilliers, évocation historique. De la fin du 19e siècle à 1970, Tome 2, Gennevilliers.

Lagrée J.-C., Lew-Fai P., 1985, La galère. Marginalisations juvéniles et collectivités locales, Paris, CNRS Éditions.

Lapeyronnie D., 2008, Ghetto urbains. Ségrégations, pauvreté et violence en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont.

Magri S., Topalov C., 1990, Villes ouvrières, 1900-1950, Paris, L’Harmattan.

Marlière É., 2011, « Déviances et délinquance d’une jeunesse populaire dans un quartier ouvrier en transformation durant le 20e siècle », dans Deweirt X., Rousseaux X. (dir.), Violences juvéniles urbaines en Europe. Histoire d’une construction sociale, Louvain-la-neuve, UCL-Presses Universitaires de Louvain, p. 123-141.

Marlière É., 2008a, La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes de cité, Paris, Fayard.

Marlière É., 2008b, « Des « ouvriers communistes » aux « jeunes des cités » : histoire croisée de la non-reconstruction d’une demande sociale », dans Anquetin V., Freyermuth A. (dir.), La figure de l’« habitant ». Sociologie politique de la « demande sociale », Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », p. 115-129.

Marlière É, 2007, « Chroniques socio-historiques des pratiques déviantes d’une jeunesse populaire dans un quartier de « banlieue rouge » », Socio-logos. 2 [http://socio-logos.revues.org/572].

Marlière É., 2001, « Résistance ouvrière à Gennevilliers », Agora Débats/jeunesses, 23, p. 85-96.

Marlière É, Fontaine S., 2011, « La médiation de rue comme régulation des désordres urbains », Pensée Plurielle, 26, p. 13-23.

Masclet O., 2003, La gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué, Paris, La dispute.

Massera B., Grason D., 2004, Chausson : une dignité ouvrière, Paris, Syllepse.

Mauger G., 2006, Les bandes, le milieu et la bohême populaire. Études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2006), Paris, Belin.

Noiriel G., 1986, Les ouvriers dans la société française 19e-20e siècles, Paris, Édition du Seuil.

Paugam S., 1991, La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, PUF.

Pincon M., 1987, Désarrois ouvriers. Familles de métallurgistes dans les mutations industrielles et sociales, Paris, L’Harmattan.

Préteceille E., 2001, Transformations de la ségrégation sociale. Précarité, revenus, Immigrés, Jeunes en Ile-de-France, Paris, CSU.

Préteceille E., 2009, « La ségrégation ethno-raciale a-t-elle augmentée dans la métropole parisienne ? », Revue Française de Sociologie, 50, 3, p. 489-510.

Quiqueré G., 1988, Le 74, Esquisse d’une histoire du premier HLM de Gennevilliers, Gennevilliers, ARRCAG.

Sainsaulieu R, Zehraoui A., 1995, Ouvriers spécialisés à Billancourt, les derniers témoins, Paris, L’Harmattan.

Sayad A., 1999, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Le Seuil.

Terrail J.-P., 1991, Destins ouvriers. La fin d’une classe ?, Paris, CNRS Éditions.

Tissot S., 2007, L’État et les quartiers. Genèse d’une nouvelle catégorie publique, Paris, Seuil.

Tripier M., 1990, L’immigration dans la classe ouvrière, Paris, L’Harmattan.

Tripier M., Léger A., 1984, Fuir ou construire l’école populaire, Paris, CNRS Éditions.

Veltz P., 2000, Mondialisation, villes et territoires. L’économie d’archipel, Paris, PUF.

Verpraet G., 1994, La socialisation urbaine, transitions sociales et transactions culturelles dans la cité périphérique, Paris, L’Harmattan.

Notes

1 Voir les recensements de 1926, 1931 et 1936.

2 Pour un témoignage illustratif des stratégies des élites communistes locales afin de faire venir les ouvriers français, voire la biographie du maire de l’époque (L’Huillier, 1982).

3 S’agissant d’une cité HLM du quartier, nous avons constaté que les anciennes familles ouvrières occupaient 67 % des logements en 1968 alors qu’elles ne sont plus que 44 % en 1982 se voyant ainsi substituées par les familles issues principalement de l’immigration algérienne et marocaines.

4 S’inquiétant d’une ségrégation naissante, la municipalité fait appel à deux sociologues pour mener une recherche – qui deviendra un « classique » dans les sciences de l’éducation – au sujet de l’évitement des petites « classes moyennes » de l’école primaire des Grésillons (Tripier, Léger, 1984).

5 Le concept de « coulée verte » correspond à un syncrétisme entre une allée piétonne et un parc en milieu urbain.

6 Quoique les effets ne sont pas mécaniques en raison d’une implication active de la municipalité sur l’inflation des prix afin de conserver une partie des classes populaires (entretien avec la responsable de la Direction Développement Urbain, le 20 mars 2012).

7 Pour les trois grandes cités HLM du quartier, la rénovation (démolition-reconstruction sur place) de la plus ancienne cité ouvrière (construite au milieu des années 1920) a été à l’origine de la multiplication par quatre du loyer (de 500 francs environ en 1984 à 2000 francs à la fin des années 1980) et la restructuration des deux autres (peinture, isolation, double-vitrage, etc.) a entraîné un doublement du prix mensuel du loyer, quelques mois à peine les travaux terminés, au début des années 1990.

8 Entretien téléphonique du 9 avril 2012 avec la responsable de la direction du parc locatif municipal.

9 Sur les controverses politiques, idéologiques, sémantiques et pragmatiques de la notion vague et kaléidoscopiques de « mixité sociale », voir (Genestier, 2011, p. 21-35)

10 Selon les recensements de 2009 à l’échelle de l’IRIS.

11 En consultant les fiches des médiateurs de la ville en 2009, les trois quarts des méfaits enregistrés sont le plus souvent des actes commis par des adolescents du quartier.

12 Suite à plusieurs tensions entre l’ancien propriétaire et les jeunes du quartier, la brasserie a été volontairement incendiée en 2002 par des jeunes (selon les rumeurs de certains habitants).

13 Jour de la prière Jamoura.

14 Sorte de jellabah.

15 L’imam de la mosquée rappelle fréquemment aux fidèles de ne pas gêner la circulation des riverains.

16 Les crèches constituent un marqueur identitaire important dans la mesure où elles symbolisent une rupture dans les manières d’éduquer les enfants entre les familles immigrées (mère souvent au foyer) et « classe moyenne » où les deux parents exercent une activité professionnelle le plus souvent.

17 On retrouve le plus souvent les trentenaires à la tête des trafics de produits stupéfiants qui font pression sur les plus jeunes afin que ses derniers ne commettent trop d’actes d’incivilités susceptibles de faire venir la police.

18 Propos tenus par l’ancien directeur du service jeunesse de la municipalité en 2008 lors d’un entretien formel.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Les actifs occupés aux Grésillons et de la Zone d’Activité située à proximité
Crédits Source : Service démographique municipal, recensement industriel 1990, 1999, 2007
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau n° 2. Évolutions des CSP des habitants des Grésillons 1990-2008
Crédits Source INSEE : recensement 1990, 1999, 2008
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540