Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ségrégation et fragmentation dans les métropoles

 | 
Marion Carrel
, 
Paul Cary
, 
Jean-Michel Wachsberger

Partie IV. Acteurs et contournements

Les effets des malls sur la ségrégation socio-spatiale

Paul Cary

Texte intégral

1Ce chapitre propose d’analyser les effets de l’implantation des shopping malls sur le tissu urbain, notamment en réfléchissant sur les usages de ceux qui les fréquentent. Il se base pour ce faire sur une revue sélective de la littérature ainsi que sur les recherches de l’auteur. Le terme de mall, dérivé d’un jeu de maillet, a d’abord renvoyé à un espace de loisir londonien, avant de désigner des promenades en plein air. Son utilisation contemporaine l’assimile au centre commercial, dont il n’était pourtant initialement qu’un élément d’archi­tecture, à savoir l’allée faisant le lien entre les différents commerces. Lorsque l’espace entre les magasins est réduit par des boutiques de chaque côté et par une structure fermée sur l’extérieur, avec des toits vitrés, le terme en vient à désigner l’ensemble de cette nouvelle réalisation datée des années 1950 (Jewell, 2010). En France, le mot « mall » est assez peu usité, puisqu’on lui préfère le terme générique de centre commercial, qui renvoie à des configurations spatiales plus variées.

  • 1 Terme inventé par Joel Garreau (1991) pour les villes des États-Unis, qui renvoie à l’émergence de (...)

2Les malls sont aujourd’hui répandus dans le monde entier et très souvent associés aux opérations de transformation du tissu urbain, notamment dans des villes qui souhaitent gagner en attractivité. Ils sont en effet au cœur de grands projets urbains, comme un élément de viabilisation des investissements réalisés. À des échelles très différentes, on retrouve par exemple un mall à Lille, au cœur de l’opération Euralille, on en retrouve systématiquement dans les projets d’aménagement des docks (Liverpool, Le Havre) ou encore dans les edge-cities1, qu’elles soient à São Paulo, autour de l’avenue Berini, ou aux États-Unis, où le mall « peut être aussi le germe d’une ville future sur la frontière de la suburbanisation », (Chevallier, 2010, p. 59) puisque sa construction est l’indice et le facteur de l’arrivée de nouveaux services et de nouveaux habitants. Accompagnant les processus de gentrification autour des vieux centres ou la mise en place de nouvelles centralités dans les métropoles, leur présence matérialise les investissements privés dans des opérations urbaines d’impor­tance, desquelles les pouvoirs publics ne sont d’ailleurs pas absents. Les malls, dont le développement a d’abord eu lieu aux États-Unis, nous offrent ainsi une perspective historique d’une soixantaine d’années, celle de la diffusion de la consommation de masse dans les pays développés. Ils sont également pris dans une histoire très contemporaine, qu’on peut relier aux effets de la mon­dialisation sur les villes, par le biais d’implantations de lieux standardisés dans des contextes nationaux très différents. Ils sont, de notre point de vue, l’une des meilleures portes d’entrée pour réfléchir sur l’urbanité contemporaine.

  • 2 Travail, logement et équipements.

3Nous souhaitons en effet inscrire cette réflexion sur les malls au confluent de plusieurs problématiques. D’abord, celle des effets spatiaux du commerce sur la ville : après-guerre, l’implantation de ces structures a contribué à la matérialisation du modèle d’organisation fordiste de la ville et à un usage intensif de l’automobile, les États-Unis en représentant le modèle le plus achevé. Les choses sont aujourd’hui plus complexes, notamment parce que les malls ont du succès dans des contextes qui ne sont pas tous suburbains. Ensuite, celle de la ségrégation possible des publics qui les fréquentent. L’accès plus difficile des classes populaires aux équipements collectifs et aux commerces, participaient, selon certains auteurs, de la triple ségrégation2 de la classe ouvrière, en France par exemple (Pinçon-Charlot et al., 1986). Au Brésil, les premiers malls étaient d’ailleurs des lieux des classes les plus aisées. Enfin, les analyses menées sur les malls s’inscrivent dans des débats, souvent virulents, sur leur dimension privative, au détriment de l’espace public : sur ce point, les analyses peuvent être très tranchées, entre ceux qui y voient le lieu d’une puissante aliénation, à la suite des travaux pionniers de Baudrillard, et ceux qui montrent comment certains publics s’en sont saisi de manière émancipatrice, notamment en Amérique du Sud ou aujourd’hui en Arabie Saoudite.

  • 3 Nous ne souhaitons pas faire une recension complète des travaux sur les malls mais dégager quelques (...)

4Nous souhaitons dans ce travail insister sur la profonde ambivalence des effets des malls en matière de pratiques urbaines, d’autant plus que, si leur ex­pan­sion semble corrélée au développement d’une classe moyenne consom­ma­trice, leurs usages sont fortement liés au mode d’utilisation des espaces publics dans les lieux et pays où ils s’implantent. Nous le ferons en présentant, de façon choisie3 et assez idéal-typique, des grilles de lecture émergeant des travaux de recherches sur le sujet.

5Nous exposerons d’abord les approches qui mettent l’accent sur un pro­cessus d’aliénation par la marchandise et de ségrégation sociale et spatiale. Ces approches insistent fortement sur le déclin des espaces publics et sur la dimen­sion factice des espaces recréés par les marchands (I). Nous montrerons néan­moins que le mouvement n’est pas univoque. Plusieurs travaux soulignent que les centres commerciaux font l’objet d’appropriations identitaires ou de stra­tégies de contournement, notamment pour les classes populaires (II). Enfin, des travaux plus récents tendent à montrer la coexistence de plusieurs ten­dances. Dans des contextes urbains fortement ségrégués (Arabie Saoudite) ou dans des sociétés où le revenu moyen croît fortement (Brésil), ils offrent des supports concrets et symboliques d’émancipation (III).

Malls et aliénation : une histoire ancienne

6En 1970, Baudrillard soulignait, notamment à partir de l’analyse de l’im­mense centre commercial Parly 2, que la société de consommation devait être analysée suivant deux dimensions : d’abord comme système d’échange géné­ralisé, autour de signes communs ; ensuite « comme procès de clas­si­fi­cation et de différentiation sociale » (p. 79), dans lequel les individus se dé­marquent ou s’inscrivent dans des groupes sociaux. Si les individus conçoi­vent leurs pratiques d’achat comme l’expression d’une certaine liberté, il ana­lyse la consommation comme un nouveau mythe contemporain, marqué par la fin de la transcendance et par l’aliénation aux objets. Fait social majeur de notre temps, la consommation forge un discours qui inclut d’emblée sa propre dénonciation : « comme la société du Moyen Âge s’équilibrait sur Dieu ET sur le Diable, ainsi la nôtre s’équilibre sur la consommation ET sa dénon­ciation » (p. 316). Dès lors, Baudrillard insiste sur la vacuité des relations humaines qui se forgent autour de l’acte de consommation. C’est à une perte de sens qu’on assisterait dans les déambulations en centres commerciaux : une absence de rêve et de poésie, la fin des contradictions sociales, dans des lieux homogènes, des ambiances, qui dissimulent les contra­dictions et les tensions sociales.

Les malls détruisent l’espace public

7Une vingtaine d’années plus tard, les géographes de Los Angeles ont aussi souligné le rôle fondamental des malls dans la destruction de l’espace public. Pour Sorkin (1992), la ville américaine de la fin du XXe siècle manque « d’espaces intermédiaires, de connexions qui donnent sens aux formes » (p. XII) et les malls contribuent à produire ces espaces vides. Elle est d’abord marquée par « la dissipation de toutes les relations stables qui l’attachent à la géographie physique et culturelle du lieu » (p. XIII) : ainsi, les malls peuvent s’insérer dans n’importe quel contexte géographique, quelques marques régio­nales venant compléter une offre standardisée. La ville américaine se caractérise ensuite par son obsession pour la sécurité (phénomène évident dans les malls), ce qui produit « de nouveaux modes de ségrégation » (ibid.), marqués par la fin du rôle intégrateur de la métropole américaine du modèle de l’École de Chicago. Enfin, elle est une ville de « simulations », une ville comme un parc d’attraction, où l’urbanisme ne fait que produire des ersatz plutôt que de s’occuper des gens qui y habitent. Il conclut sans appel : « Dans les ‘espaces publics’ du parc d’attraction ou du mall, la parole elle-même est limitée : on ne manifeste pas à Disneyland. Reconquérir la ville est le combat pour la démocratie-même » (p. XV).

8Margaret Crawford (1992) va développer ces intuitions dans une approche historique du mall. Elle insiste sur les différentes techniques qui tendent à y faire constamment augmenter le temps passé. Elle souligne combien leur disposition et leur localisation sont soumises à des techniques spécifiques, codifiées et regroupées dans des manuels à succès. Elle rappelle aussi que les entrepreneurs ont eu tout intérêt à développer l’utilisation du mall comme lieu de promenade, de déambulation, de lèche-vitrine : « En augmentant le temps du « on ne fait que regarder », qui est le prélude imaginaire de l’acte d’achat, le mall encourage « l’achat cognitif », puisque les clients acquièrent mentalement les biens en se familiarisant avec les qualités actuelles et imaginaires d’un produit » (Crawford, 1992, p. 13).

9Une des discussions centrales porte sur le statut des espaces internes aux malls. Crawford mentionne avec pertinence que la Cour suprême, à plusieurs reprises, « a confirmé le droit d’un mall de l’Oregon de se définir comme un espace privé, ce qui l’autorise à exclure toute activité que les propriétaires estiment préjudiciables à la consommation » (ibid., p. 22). Ainsi, quelle que soit la forme des espaces mis à disposition et leurs éventuels usages, les propriétaires peuvent y sélectionner leur public. À Lille, quelques observations in situ révèlent que les vigiles du grand centre commercial situé entre les deux gares procèdent, le samedi après-midi, à un barrage au faciès pour les jeunes de type noir ou maghrébin. Ces éléments attesteraient de la disparition des espaces publics, d’accès libre, dans les villes contemporaines. Dans cette op­tique, les auteurs présentés ci-dessus ont beau jeu de dénoncer la confu­sion des genres qu’ils illustrent par des convergences frappantes entre différents espaces : ainsi, les musées se rapprochent des malls, que ce soit par leur loca­lisation (parfois à proximité immédiate des lieux commerciaux) ou même par leur disposition (atriums, escalators, ponts, air conditionné, gardiens, res­taurants etc.), par leur stratégie commerciale, ou par la façon dont les œuvres sont mises en spectacle : l’ensemble des espaces, culturels et marchands, deviennent sélectifs.

De nouvelles ségrégations

  • 4 Le même phénomène s’observe au Brésil, où, notamment dans les grandes villes du Nordeste, certains (...)

10Du point de vue spatial, Crawford souligne combien les lieux de commerce balisent l’espace, avec 2500 regional malls et 300 super regional malls aux EU. Elle insiste ainsi sur le fait que les malls renforcent les inégalités sociales d’accès à la consommation en s’installant dans les zones les plus aisées : « les agglo­mérations denses de malls indiquent les marchés les plus riches, et les lieux vides les poches de pauvreté : la Virginie occidentale, par exemple, possède la plus petite surface [de mall] en m² par habitant du pays » (ibid., p. 7). Cette organisation très hiérarchisée de la répartition spatiale de ces équipements commerciaux a d’ailleurs atteint son apogée dans les années 1980 qui marquent le déclin des malls en périphérie des villes et le retour à des formes d’urba­nisme plus douces. En outre, elle souligne aussi combien les malls peuvent servir à re-ségréguer certains espaces : ainsi, l’arrivée d’un nouveau mall périphérique à Chicago a été le prétexte pour que les Blancs qui fréquentaient encore le centre-ville s’en détournent définitivement, l’aban­donnant aux Noirs et aux Hispaniques4.

  • 5 Le terme de gated, littéralement, signifie « grillagé ».

11Cette analyse abonde dans le sens d’une fragmentation urbaine accrue. Les auteurs regroupés sous l’appellation de « l’école de Los Angeles » confèrent ainsi aux malls un rôle important dans la nouvelle division de l’espace issue du post-fordisme. Dans la métropole post-moderne dont Los Angeles serait l’archétype, Dear (2000) considère que la répartition spatiale est devenue relativement aléatoire, la logique fordiste – qui unifiait la ville de façon fonctionnaliste tout en la ségréguant – ayant disparu. C’est ce que la figure 1 ci-dessous représente : les différents espaces (lieux commerciaux, centres d’affaires, edge-cities, parcs d’attraction, gated communities, prisons, quartiers ethniques etc.) apparaissent à la fois très spécialisés et disjoints, la continuité du tissu urbain étant mise à mal par une logique de localisation mue par les opportunités foncières et économiques, sans cohérence d’ensemble. Tout en soulignant l’aspect exagéré de son propos, car Los Angeles conserve des centralités, Dear utilise le néologisme Keno Capitalism (capitalisme casino) pour souligner cette répartition spatiale aléatoire. Dans cette ville où les grillages – dans une allusion aux « gated communities5 », cf. schéma – délimitent les quartiers, les malls, les parcs d’attraction et les résidences fermées reconfigurent l’espace, dans un contexte très sécuritaire, Mike Davis (2006) parlant d’une nouvelle « écologie de la peur ». Le développement du neigboorhood watch, les stratégies pour repousser les plus pauvres hors des espaces fréquentés, la militarisation des opérations policières, sont autant d’indices allant dans ce sens.

12Ainsi, alors que les analyses des malls des années 1970 se focalisaient prin­cipalement sur une critique de type artiste (Boltanski et Chiapello, 1999), dénonçant, au-delà de la critique du modèle d’organisation spatiale reposant sur une division centre-périphérie, la perte d’authenticité et le désen­chantement (c’était la critique centrale de Baudrillard décrite ci-dessus) les malls sont désormais considérés comme un facteur de fragmentation urbaine, puisqu’ils renforcent l’entre-soi par de nouvelles formes de spécialisation, avec un accès rendu difficile par les discontinuités de l’espace métropolitain.

Figure 1 : « Le capitalisme casino, ou la géographie de l’urbanisme post-moderne »

Figure 1 : « Le capitalisme casino, ou la géographie de l’urbanisme post-moderne »

Source : Dear, 2000, p. 158.

Des non-lieux

  • 6 Défenseur d’une architecture dégagée du contexte culturel dans lequel elle s’implante.

13Appuyé sur des enquêtes plus empiriques, Marc Augé (1992, 1994) s’est précocement intéressé aux endroits représentatifs de la surmodernité (centres commerciaux, Disneyland, Center Parcs, halls d’aéroport entre autres). Il en retire une analyse du déploiement d’une forme de « contractualité solitaire » dans laquelle l’individu n’est interpelé que pour qu’il fasse la preuve de son innocence (ses papiers sont en règle, sa carte de crédit fonctionne…). Ainsi, à Center Parcs, les individus font « comme si » ils étaient à la campagne, alors qu’ils savent parfaitement qu’ils ne s’y trouvent pas. Il en tire une définition idéal-typique du non-lieu, qui englobe à la fois un espace réel et le rapport que les utilisateurs entretiennent avec ces espaces » (Augé, 1994, p. 156), « un espace où ni l’identité, ni la relation, ni l’histoire ne sont symbolisés » (ibid., p. 156). À la différence du lieu qui est identitaire (pour certains individus qui peuvent s’y reconnaitre), relationnel (quelque chose y « tient » les individus entre eux) et historique (l’histoire y est lisible), le non-lieu se définit par la négative. Ainsi, se multiplient ces « espaces où l’on coexiste ou cohabite sans vivre ensemble » (ibid., 157). Augé souligne bien, qu’aux yeux de ceux qui y travaillent, les malls peuvent être identitaires ou relationnels. Il n’en reste pas moins qu’à l’heure d’une architecture générique à la Koolhas6 et de la stan­dar­disation des formes du commerce (la recette du mall semble universelle), c’est un mode d’organisation de l’urbain fondé sur la mise à distance, la sécurisation, l’absence d’espaces de frottement qui se développe.

14Pour conclure, il est possible de caractériser ces analyses par un triple mou­vement : d’abord, la privatisation, qui s’exprime par les stratégies des entre­preneurs privés dans la mise en place des malls ; ensuite, la fragmentation du tissu urbain et des rapports sociaux (multiples formes d’entre-soi et de mise à distance des autres) ; enfin, l’aliénation, qui se traduit par un rapport au lieu marqué par les apparences ou le simulacre.

15Ces approches font écho à beaucoup d’autres en France (Bonnet, 2011, sur Lyon Part Dieu) ou au Brésil (Padilha, 2006). Elles souffrent cependant du fait qu’elles ne s’intéressent que peu aux formes d’appropriation des espaces par ceux qui les fréquentent. C’est la brèche dans laquelle un certain nombre d’analyses sociologiques se sont engouffrées pour souligner leur caractère trop parcellaire.

Contournements et nouvelle urbanité ?

16Les approches qui s’intéressent aux usagers débouchent souvent sur des constats communs et assez divergents de ceux que nous avons présentés ci-dessus. Pour les classes populaires, principalement, les malls ont pu constituer des lieux d’émancipation, notamment à l’égard de la sphère domestique, mais aussi faciliter des formes d’identification à l’ensemble du corps social.

L’air du mall rend libre ?

  • 7 Comme Lepoutre (2001) l’a bien montré.
  • 8 L’invention de la démocratie marquant, dans la conception de Rancière, une rupture avec les dominat (...)

17Ainsi, dans une analyse consacrée aux jeunes usagers des Halles, Hérard et Haas (2008) prennent le contrepoint d’une analyse qui en fait « le lieu de la banlieue à Paris ». Ce que les entretiens et observations révèlent, c’est au contraire un lieu en rupture avec la cité. Les jeunes de banlieue s’y rendent précisément parce qu’ils y recherchent de la tranquillité. Au contraire de la très forte sociabilité qu’ils connaissent en banlieue7, les adolescents y verraient plutôt un lieu « tranquille », très à rebours de la représentation des Halles comme lieu à problèmes pour les concepteurs des politiques publiques. En effet, deux exemples montrent que les Halles se révèlent être un univers particulier qui permet de mettre la cité (la banlieue) à distance. D’abord, dans le rapport de flirt avec les filles : ces dernières sont davantage féminisées, échappant souvent aux catégories de sœurs ou de copains qu’elles assument en banlieue. Ensuite, dans l’individualisation des pratiques : les jeunes adhèrent fortement aux catégories associées aux styles (« les fashions, les ricains, les skateurs, les gothiques… », Hérard, Hass, 2008, p. 50) et ne se reconnaissent pas dans l’appellation « jeune de banlieue » qui est d’ailleurs selon les auteurs, une catégorie policière. Ainsi, ces fréquentations du centre commercial permettent de s’ouvrir « au monde », à l’inconnu. Cette réflexion sur la subjectivité des lieux souligne donc que, par cette fréquentation, se mettent en place des processus de dés-identification (les jeunes ne se pensent plus comme des jeunes de cités) dont on sait qu’ils sont historiquement liés à la dimension publique des espaces, dans une conception de la démocratie comme étant un processus de dés-identification à soi, au sens de Rancière8 (2005). Ainsi, si les Halles ne s’assimilent ni à Paris ni à la Banlieue, le lieu est porteur de formes d’émancipation que la dimension marchande n’empêche pas.

18Dans un contexte très différent, Guénola Capron (1998), suite à des travaux de terrain sur des centres commerciaux à Buenos Aires, a décrit l’urbanité propre de ces lieux. Si elle souligne que leur succès est le signe d’une « ’privatisation’ de la ville, puisque ce n’est plus l’État qui prend en charge les espaces collectifs mais un agent privé » (p. 63), elle montre aussi, à l’inverse, comment ces espaces se publicisent. Elle remarque ainsi que les centres commerciaux présentent une mixité à la fois sociale et fonctionnelle (usages variés) ; cette mixité lui permet de conclure que « le shopping center donne aussi prise à des formes de recomposition du lien social et à des usages non strictement commerciaux » (p. 59). Dès lors, elle défend « l’idée que le centre commercial constitue le nouvel espace public de la métropole de la fin du XXe siècle » (ibid.). Ce constat s’appuie sur le fait que le centre commercial est un lieu d’exposition de soi, à la manière de la rue, ou encore qu’il se présente comme une promenade de substitution (par exemple, par rapport aux parcs en cas de mauvais temps). Son succès tiendrait également au fait que les malls apparaissent comme des lieux où les individus respectent les bonnes manières, face à une perception du reste de la ville comme plus dangereuse ou mal entretenue. Finalement, il est devenu « un des derniers bastions publics du lien social », dans lequel les individus réclament un droit à la tranquillité.

19Ces deux analyses, fondées sur une observation fine et sur une prise en compte des contextes externes dans lesquels les centres commerciaux s’implantent (statut des espaces publics en général et pratiques usuelles des populations qui les fréquentent dans d’autres contextes), aboutissent à des conclusions sans ambages : les centres commerciaux favorisent l’anonymat et jouent le rôle que la rue avait historiquement pu assurer.

Des convergences mall / centre-ville

20On peut souligner que ces analyses reposent largement sur des approches de type compréhensif. Dans les approches visant à nuancer les processus de fermeture de la ville, nombre d’auteurs associent le développement des malls et des résidences fermées dans le même raisonnement. Ces lieux particuliers (commer­ciaux et résidentiels) focalisent en effet, on l’a vu plus haut, une partie des débats sur les diagnostics pessimistes sur la mort la ville et le déclin des espaces publics. Par une approche plus compréhensive et plus micro, les analyses que nous allons maintenant développer relativisent l’égoïsme des populations recherchant l’entre-soi. En effet, lorsqu’on interroge les usagers des malls ou les habitants des résidences fermées, on aboutit fréquemment à des réponses insistant sur l’offre (Billard et al., 2011). Si les résidences fermées connaissent un tel succès, c’est moins par volonté de mise à distance que par l’importance de ce type d’offre immobilière dans le marché local (que ce soit en France ou en Afrique du Sud) ; si les malls sont si fréquentés, c’est largement parce qu’il n’existe pas ou peu d’autres espaces publics. Ces modes de consom­mation ou d’habitat n’exprimeraient pas, pour de nombreux chercheurs, un rejet politique de l’autre ou de la mixité sociale. A fortiori, souligne Éric Charmes dans ses travaux sur les périurbains, il est impossible de rendre compte des pratiques soi-disant isolationnistes des péri-urbains (moindre fréquentation des centres-villes, usage de la voiture, fermeture résidentielle etc.) sans les rapprocher des évolutions des urbains :

« Que dire en effet de ces centres commerciaux aseptisés et vidéo-surveillés que sont devenus la plupart des quartiers historiques ? L’expérience de la fréquentation de ces rues bordées de magasins franchisés est-elle très différente de celle qu’on peut faire dans les centres com­mer­ciaux périurbains ? […] » (Charmes, 2007, p. 14).

21Plus loin dans le même article, Charmes compare le vécu de l’habitant d’un quartier central qui fréquenterait exclusivement son quartier et celui d’un périurbain : « Ce vécu est-il vraiment plus ouvert à la confrontation à l’altérité que celui d’un cadre moyen qui quitte chaque matin sa maison pour emprunter un train de banlieue bondé et qui fait ses achats le samedi après-midi dans un centre commercial à l’ambiance parfois électrique ? ». Dans son rai­son­nement, d’ailleurs, le centre commercial apparait comme un lieu d’apprentissage de l’altérité.

22Dans les approches citées ci-dessus, le centre commercial devient, à l’opposé de ce que soulignaient les auteurs regroupés dans la première partie, un nouveau lieu de l’expérience de l’altérité propre aux espaces publics. Cepen­dant, il est présenté sous des optiques très différentes : si les « jeunes de banlieue » y voient un espace de détente anonyme, Charmes y voit plutôt, à travers les yeux de l’habitant du périurbain, un espace de tension… Quoiqu’il en soit, l’argument du centre commercial est utilisé en vue de renforcer l’idée de la mise en contact, de l’anonymat, soit des valeurs urbaines.

Les malls recréent la rue

23Ce point est d’ailleurs fondamental pour comprendre les adaptations récentes des malls à des formes d’urbanité plus douce : le mall met toujours en scène une reproduction de l’espace urbain. On trouve dans les enceintes des bancs, des arbres, des kiosques, des terrasses de café, des panneaux de signalisation qui rappellent l’expérience de la rue. Cette dimension s’est récem­ment accrue. Ainsi, dans un mall huppé de São Paulo, les concepteurs se sont attachés à rendre le contraste avec la rue environnante le plus limité possible : façades en recul sur la rue, larges verrières laissant passer la lumière, terrasses de café à l’entrée permettant d’observer ce qui se passe dehors. L’idée était de désamorcer le mécontentement des habitants du quartier, qui au moment de la construction, craignaient de voir leur tranquillité menacée (Cary, 2010). L’expérience a si bien réussi que le mall fait aujourd’hui l’objet d’une large appropriation par les habitants des alentours, qui profitent des multiples services qui sont proposés. À São Paulo, la diminution de la violence urbaine va d’ailleurs de pair avec des signes de réinvestissement de la rue, notamment par les classes moyennes (développement des marchés de plein air, de quartiers branchés avec bars et galeries). On peut déceler des tendances relativement similaires aux États-Unis. Chevalier (2010) indique en effet, qu’après une phase d’une trentaine d’année où les malls ont balisé l’espace urbain et suburbain, les États-Unis connaissent des processus nouveaux de trans­for­mation de l’offre commerciale, autour d’opérations commerciales de taille plus réduite. Il y souligne l’influence théorique du New urbanism, notamment l’importance de la mixité fonctionnelle et de la réduction de la dépendance automobile. Ainsi, que ce soit dans des opérations d’aménagement ou de rééquipement des centres, ce que cherchent à privilégier les urbanistes des ces opérations (notamment les village centres), c’est le sens du lieu, produit par un ensemble d’équipements publics, de « lieux d’agrément végétalisés et des signaux non commerciaux (sculptures, kiosques, fontaine, horloge tec.) » (Chevalier, 2010, p. 64).

24Dans cette optique, le mall apparait sous une double dimension. D’abord, il est présenté comme un vecteur spécifique d’émancipation, d’anonymat, sou­vent pour les plus jeunes, soit des valeurs placées du côté de la ville et des espaces publics. Ensuite, il est un argument à propos de la convergence entre les modes de vie des habitants des centres et ceux de la périphérie : les centres-villes deviennent des centres commerciaux miniatures à ciel ouvert (boutiques franchisées, vidéosurveillance, espaces piétons) tandis que les malls s’ouvrent à des formes d’urbanité plus apaisantes, notamment en cherchant à s’inclure harmonieusement dans le paysage urbain.

25Le raisonnement mené reste cependant incomplet. De fait, on peut objecter que la multiplication des malls et leur adaptation très forte aux habitants des quartiers dans lesquels ils s’implantent renforcent l’entre-soi et, partant, de nouvelles formes de ségrégation. L’exemple de São Paulo, où des malls de proximité, assez peu mixtes socialement, se sont développés, va dans ce sens. De même, l’argument de la convergence avec les centres-villes ne suffit pas à invalider la thèse de l’aliénation décrite dans la première partie de ce chapitre. La dernière partie tentera de montrer comment les malls peuvent être appréhendés de façon ambivalente, entre processus d’émancipation et nouvelles formes de domination.

Vers des recompositions : tendances et contre-tendances ?

26Nous souhaitons ici souligner l’intérêt de croiser une réflexion de type macro, réfléchissant sur les formes de ségrégation ou de déségrégation (urbaine, sociale) avec une approche empirique sur les usages des lieux. L’ambivalence de l’expansion des malls apparait alors plus clairement.

Au Brésil, une ambivalence structurelle

27Nos travaux de recherche au Brésil (Cary, 2010 ; Cary, 2012) nous indi­quent la coexistence de deux mouvements concomitants ; une diffusion très rapide du modèle du mall dans l’ensemble du pays, d’une part, et une tendance à la croissance de malls ciblant un public précis, ce qui renforce l’entre soi, d’autre part. Le cas de São Paulo est exemplaire dans cette optique. La métropole a été la première à abriter des malls, dès la fin des années 1960. Ceux-ci s’adressaient alors plutôt à une population très aisée. Après une période d’implantation de malls gigantesques, notamment dans une périphérie où le prix du foncier était plus accessible, et destinés à une classe moyenne dans un Brésil fragilisé économiquement, le mouvement est aujourd’hui davantage à l’implantation de malls dans des périphéries plus populaires d’une part, et à la construction de malls très en phase avec leurs quartiers d’implantation, d’autre part. Ceci permet notamment aux classes aisées de se les approprier comme un prolongement de l’espace domestique, puisqu’ils offrent de multiples services de la vie courante (restaurants variés, petites courses, pharmacie, cafés, salles de sport).

28Cette forte diffusion provoque donc des effets ambivalents. Pour les nouvelles classes moyennes brésiliennes, les malls offrent des espaces publics sécurisés, et la possibilité de faire ses courses dans des lieux longtemps réservés aux élites confère un sentiment d’appartenance au corps social. L’homogénéité de la structure des malls renforce ce sentiment : la disposition des lieux obéit à des invariants, certaines marques sont inamovibles et il est toujours possible de se restaurer à des coûts raisonnables, même dans les malls les plus luxueux. Pour les femmes et les plus jeunes, ils incarnent aussi des lieux d’émancipation de la sphère domestique et d’anonymat, permettant d’échapper au contrôle social des époux ou des parents. Le dimanche, il n’est pas rare, dans les grands malls des capitales nordestines comme Recife ou Salvador de Bahia, d’assister à des promenades de familles de milieux populaires. Ce mouvement de diffusion de la fréquentation des malls par les classes populaires a aussi entrainé un mouvement de fuite des classes aisées brésiliennes. Celles-ci mettent en place des stratégies d’évitement des malls « mixtes » et profitent de l’implantation de malls au cœur de leurs zones résidentielles. Ces lieux présentent des formes architecturales plus raffinées, plus soignées, qui pourraient correspondre aux prémices d’un retour à la rue des classes aisées brésiliennes, notamment parce que le nombre d’homicides, qui avait atteint des sommets dans les années 1990, est en net recul.

29Finalement, s’il semble clair que les malls renforcent des formes d’entre-soi et peuvent contribuer à fragmenter encore davantage la ville, leur diffusion est aussi le signe d’une déségrégation d’ensemble de la société brésilienne, où les individus sont plus riches même si les inégalités ne se réduisent que très peu. Leur succès reflète l’importante de la structuration des identités autour du discours de la consommation, tenu conjointement par les responsables politiques et les médias (Cary, 2010), dans un pays où la deuxième moitié des années 2000 a été marquée par une forte croissance. L’exemple saoudien, dans un contexte politique très différent, permet d’ailleurs de tirer des conclusions proches : à la fois fragmentation urbaine et déségrégation sociale, principalement pour les femmes. C’est ce que nous allons décrire maintenant.

À Ryiad, lieux d’émancipation et de distinction pour les femmes saoudiennes

30Les analyses d’Amélie Le Renard (2010, 2011) se placent dans un contexte très particulier, celui de Ryiad, capitale de l’Arabie Saoudite qui connait des transformations rapides, avec une organisation de l’espace suivant le modèle américano-dubaïote qui fait la place belle à l’automobile, et dont la construction d’un nouveau centre d’affaires moderne (hôtels, bureaux, centres commerciaux) entraine une certaine désertion de l’ancien centre-ville (Le Renard, 2010). Dans ce pays marqué par une profonde ségrégation de genre (avec de multiples interdictions pour les femmes et aussi la mise en place d’espaces qui leur sont exclusifs), Le Renard s’intéresse aux espaces publics investis récemment par les femmes : au travail, à l’université et dans les malls. Reposant sur de nombreuses observations de terrain, ses analyses insistent sur l’importance des stratégies des jeunes Saoudiennes pour limiter les entraves à leur mobilité et affirmer un style de vie moderne. Dans ce cadre, les malls s’avèrent des lieux tout à fait centraux.

31Leur nombre s’est en effet fortement accru ces dernières années et ils symbolisent le caractère moderne, modéré et privatisé dont l’Arabie Saoudite souhaite se parer au niveau international. Dans certains malls, certains étages sont exclusivement réservés aux femmes. L’auteure montre que, dans le contexte saoudien, ils semblent favoriser des processus de déségré­gation, notam­ment parce qu’ils sont relativement accessibles à toutes les couches sociales, avec des variations selon le lieu et le jour de la semaine. Pour les jeunes saoudiennes, la fréquentation du mall se fait souvent en groupe. L’espace est perçu comme un lieu dans lequel il est possible de marcher, de se promener, alors que la rue avec trottoirs, quand elle existe, est perçue comme un espace dan­gereux. Elle souligne donc que c’est l’aspect restreint et sécurisé des malls (ainsi les hommes seuls ne peuvent y venir le week-end) qui favorise leur appro­priation par les femmes. La fréquentation du mall, pour les jeunes femmes saoudiennes aisées, s’inscrit dans un ensemble plus large de reven­dications, qui tourne autour du droit à la mobilité et donc à la fréquen­tation de la ville, de l’accès aux études et de l’activité salariée (s’y rendre suppose une certaine auto­nomie financière). Ainsi, ce qui se joue autour du mall, sous des aspects marchands, c’est bien la question politique de l’autonomie des femmes. À l’instar du lieu de travail ou du campus universitaire, le centre commercial se révèle un lieu dans lequel il est possible de fréquenter des amies, des collègues ou encore des amis hors du cadre familial. Comme le dit Le Renard, il devient le lieu d’une « sociabilité homosociale [ce qui] n’avait pas été anticipé par les entrepreneurs, le pensant d’abord comme un espace pour le shopping » (2010, p. 203).

32L’analyse ne s’achève cependant pas là. Le Renard (2011) observe aussi finement les redéploiements des normes en cours. Le mode de vie consu­mériste, avec la fréquentation du mall, l’achat de marques, de maquillage, d’acces­soires etc., et la coûteuse mobilité qui l’entoure, marque aussi de nouvelles formes de distinction au sein de la société saoudienne. Pour les jeunes saoudiennes qui l’adoptent, ce mode de vie marque une différence par rapport aux pratiques des femmes plus âgées, davantage maintenues dans l’espace domestique. Ces pratiques recréent des hiérarchies entre saoudiennes aisées et celles qui sont mois bien dotées et ne peuvent adopter ces habitudes dispendieuses. Enfin et surtout, ce sont de nouvelles distances avec les non-Saoudiennes qui sont mises en scène. Celles-ci, en moyenne plus pauvres que les Saoudiennes, s’exposent nettement plus en public, notamment en prenant les taxis, considérés comme dangereux par les Saoudiennes. Ainsi, la mise en scène d’une « féminité « moderne » et « à la mode » « implique aussi une distance à l’égard des pratiques des étrangères, dont le comportement serait dangereux pour la réputation de la famille ». Cette citation d’une jeune fille qui s’est mise à porter de nouveau le voile dans les espaces publics mixtes alors qu’elle l’avait abandonné illustre bien ce dernier point : « Ma grand-mère s’est mise à me demander, pourquoi tu fais comme ça ? On peut te prendre pour une Syrienne, pour une fille non saoudienne, qui sort sans se couvrir le visage » (2011, p. 161). Dès lors, c’est bien une profonde ambivalence que décrit Le Renard. D’un côté, les malls, comme dans d’autres contextes géo­graphiques, sont investis comme des lieux d’émancipation pour les femmes ; de l’autre, ils conduisent à de nouvelles formes de distinction, excluantes, fondées sur les différences sociales et la nationalité.

33Ces deux études de cas, brésilien et saoudien, incitent à rendre compte d’une ambivalence fondamentale. Les malls, quand ils s’inscrivent dans une dynamique de croissance économique pour de nouvelles couches salariées, se révèlent des lieux d’émancipation (pour les jeunes des classes moyennes / populaires brésiliennes ; pour les saoudiennes aisées). Dans un tissu urbain fragmenté, ils se substituent aux espaces publics dont l’accès est gratuit et marqué par une certaine dangerosité. Pour autant, ils recréent aussi des lieux d’entre-soi et ces nouvelles barrières sociales contribuent ainsi à fragmenter les pratiques citadines et, partant, la ville.

Conclusion

34La recherche sur les malls ne va pas de soi car elle implique de prendre en compte de nombreuses dimensions simultanément, à la croisée des évolutions de la structure sociale, des modes de consommation, du statut des espaces publics, des politiques urbaines et de leur lien avec les investissements privés, etc. Ce texte, qui ne prétend pas faire le tour de la question, a tenté de souligner l’intérêt de croiser les approches, le déplacement de la focale de l’analyse (effets sur la ville ou sur les usagers, par exemple) modifiant radicalement les conclusions à en tirer.

35Ainsi, personne ne niera la dimension aliénante du lieu, avec son archi­tecture pensée comme une totalité, sa dimension sécuritaire, ses multiples techniques de marketing et sa reproduction, à l’identique, dans des contextes géo­graphiques très divers. Cependant, dans des endroits où, pour des raisons variées, les espaces publics se sont réduits ou sont peu fréquentés, les malls apparaissent souvent, pour ceux qui les fréquentent, soit comme un espace de sociabilité, soit comme un espace d’expérience de l’anonymat et d’une certaine diversité sociale. À rebours des approches insistant sur les relations de proximité dans les quartiers populaires, Miller (2005) avait d’ailleurs démontré que les classes populaires britanniques étaient plus attirées par les grands centres commerciaux que par la fréquentation des magasins de proximité. Enfin et surtout, la consommation et la fréquentation de ces lieux aux dispositions semblables ont pu signifier, pour les classes populaires, un sentiment d’appartenance au corps social : c’est évident au Brésil, à tel point que les élites privilégient aujourd’hui des lieux plus sélectifs ; c’est incontestable en Arabie Saoudite où les femmes saoudiennes s’en servent pour faire valoir, pas à pas, leurs revendications. Ainsi, si le mall détruit l’espace public, comme le prétendent certains, il n’en recrée pas moins des sentiments d’appartenance communs, bref, du public…

Bibliographie

Agier M., 2004, « La ville, la rue et le commencement de la politique », Multitudes, 17, p. 139-146.

Augé M., 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil.

Augé M., 1994, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris Champs / Flammarion.

Baudrillard Jean, 2001 [1970], La société de consommation, Paris, Folio.

Boltanski L., Chiapello, E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Capron G., 1998, « Les centres commerciaux à Buenos Aires », Les annales de la recherche urbaine, 78, p. 55-64.

Bonnet F., « Les usages de la vidéosurveillance et de la prévention situationnelle dans des gares et des centres commerciaux », Séminaire Ville et Démocratie, Clersé / Ceraps, Lille, 17 mars 2011.

Cary P. 2010, « Réflexions sur la ‘société de consommation’ brésilienne », Problèmes d’Amérique latine, 78, p. 75-90.

Cary P., 2012, « Les centres commerciaux à São Paulo. » Espaces et sociétés, 150.

Charmes E., 2007, « Les périurbains sont-ils anti-urbains ? Les effets de la fragmentation intercommunale », Les Annales de la recherche urbaine, 102, p. 7-18.

Chevalier J., 2010, « Le new urbanism et la reformulation spatiale et formelle des équipements commerciaux aux États-Unis », in Gasnier A. (dir.), Commerce et ville ou commerce sans la ville, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 57-70.

Crawford M., 1992, “The World in a Shopping Mall”, in Sorkin M. (ed.), Variations on a theme park, Hill and Wang, New York, p. 3-30.

Davis M., 2006, Au-delà de Blade runner : Los Angeles et l’imagination du désastre, Paris, Allia.

Dear M. J., 2000, The Postmodern Urban Condition, Oxford, Blackwell Publishers.

Garreau J. 1991, Edge City : Life on the New Frontier, New York, Doubleday, AnchorBooks.

Hass C., Hérard M., 2008, « Les halles, lieu d’une seule jeunesse. Un monde commun de styles différenciés », Les Annales de la recherche urbaine, 105, p. 47-54.

Jewell N., 2010, Rubrique « Mall », in Topalov C. et al. (dir.), L’aventure des mots de la ville, Paris, Robert Laffont, p. 704-708.

Lepoutre D., 2001, Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Odile Jacob, Paris.

Le Renard A. 2010. « Pratiques du shopping mall par les jeunes Saoudiennes. Sociabilité et consumérisme à Riyad », in Peraldi M., Mermier F. (dir.), Mondes et places du marché en Méditerranée. Formes sociales et spatiales de l’échange, Paris, Karthala, p. 187-214.

Le Renard A., 2011, « Genre, classe, nationalité et accès des femmes aux espaces publics à Riyad », Sociétés contemporaines, 84(4), p. 151-172.

Miller D, 2005, « Une rue du nord de Londres et ses magasins : imaginaires et usages », Ethnologie française, XXXVII, 2, p. 17-26.

Padilha V., 2006, Shopping Center : a Catedral das Mercadorias, São Paulo, Boitempo.

Pinçon-Charlot M., Préteceille E., Rendu P., 1986, Ségrégation urbaine. Classes sociales et équipements collectifs en région parisienne, Paris, Anthropos.

Rancière J., 2005, La haine de la démocratie, Paris, La Fabrique.

Sorkin M. (dir.), 1992, Variations on a Theme Park. The New American City and the End of Public Space, New York, Hill and Wang.

Notes

1 Terme inventé par Joel Garreau (1991) pour les villes des États-Unis, qui renvoie à l’émergence de nouvelles polarités, composées principalement de bureaux et de surfaces commerciales.

2 Travail, logement et équipements.

3 Nous ne souhaitons pas faire une recension complète des travaux sur les malls mais dégager quelques positions tranchées dans ce champ de recherches.

4 Le même phénomène s’observe au Brésil, où, notamment dans les grandes villes du Nordeste, certains grands malls sont délaissés par les classes aisées depuis que les classes populaires s’y rendent en masse.

5 Le terme de gated, littéralement, signifie « grillagé ».

6 Défenseur d’une architecture dégagée du contexte culturel dans lequel elle s’implante.

7 Comme Lepoutre (2001) l’a bien montré.

8 L’invention de la démocratie marquant, dans la conception de Rancière, une rupture avec les dominations issues du lignage ou du pouvoir économique. Un auteur comme Michel Agier (2004) insiste fortement sur l’importance des communautés de l’instant (carnaval, fêtes, manifestations) qui recréent du collectif entre personnes aux origines très différentes.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : « Le capitalisme casino, ou la géographie de l’urbanisme post-moderne »
Crédits Source : Dear, 2000, p. 158.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7830/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540