Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ségrégation et fragmentation dans les métropoles

 | 
Marion Carrel
, 
Paul Cary
, 
Jean-Michel Wachsberger

Partie II. Contextes

La Havane après 1989 : vers une ville post-socialiste ?

Marie-Laure Geoffray

Texte intégral

1Périphérique dans le monde socialiste, la ville de La Havane en tant qu’espace urbain a fait l’objet de peu de recherches, comparativement aux travaux menés dans l’ancien bloc soviétique. Les travaux existants se sont surtout focalisés, avant 1989, sur les politiques de rééquilibrage du territoire entre la capitale et le reste du pays, les politiques d’égalitarisation de l’accès au logement (Eckstein, 1977 ; Slater, 1982 ; Susman, 1987), et, depuis l’ouverture au marché liée à la dissolution de l’URSS en 1991 (Scarpaci, 1996, 2000 ; Coyula et Hamberg, 2004), sur des questions démographiques, de politiques de logement et sur les programmes de rénovation de certains quartiers. Ils ont cependant peu contribué à situer La Havane dans le débat général sur la « ville socialiste ».

  • 1 Voir les études de cas sur différentes villes de l’Europe communiste et de l’URSS, y compris dans s (...)

2Il faut, à ce sujet, souligner le fait que, contrairement aux capitales d’URSS ou de l’Europe de l’Est dans lesquelles l’architecture stalinienne a partout contribué – quoiqu’à des degrés divers – à remodeler les espaces urbains1, La Havane n’a été que marginalement transformée par les constructions standardisées et par les grands projets d’industrialisation. Or, les chercheurs définissent la « ville socialiste » avant tout à partir des transformations urbanistiques et architecturales mises en œuvre par les gouvernements socialistes. Dans quelle mesure peut-on alors affirmer que La Havane est ou a été une « ville socialiste » ?

3Ce chapitre propose d’avancer la réflexion sur les modes de constitution en pratique d’un nouvel ordre socio-spatial (dans ses fonctions, ses pratiques et ses normes) pour comprendre certaines des logiques constitutives de la ville dite socialiste. La première partie revient sur la construction de la notion de « ville socialiste » et propose de l’enrichir à partir d’une étude de cas de La Havane avant 1989. La seconde partie montre qu’il faut envisager ensemble les transformations urbaines liées à l’ouverture d’espaces de marché, dans les années 1990, et le desserrement du contrôle social, visibles notamment à travers les possibilités différenciées d’appropriation des espaces urbains, au centre de La Havane et en périphérie.

La Havane, une « ville socialiste » ?

4La notion de « ville socialiste » recouvre des réalités très diverses et a été théorisée de manières différentes. La définition qui semble avoir obtenu le plus large consensus (Sheppard, 2000) souligne surtout l’existence d’une orga­nisation spatiale distincte de celle des villes dites « capitalistes » : la sous-urbanisation (ville moins étendue et avec une plus faible densité de population), la moindre présence d’éléments d’« urbanisme » (quartiers d’affaires à forte densité, quartiers commerçants) et une différenciation moins forte entre quartiers (pas d’opposition entre centre-ville dense avec gratte-ciel et banlieues peu denses aux constructions basses) (Szelenyi, 1996 ; Scarpaci, 2000). Il s’agit de mettre en évidence les différences architecturales et en termes d’occupation de l’espace (qu’il s’agisse d’espaces marchands ou de résidence) entre deux modèles. Outre le fait qu’elle soit surtout descriptive, cette définition ne résiste pas à l’étude de villes comme Moscou ou Varsovie.

  • 2 La mise en œuvre de cette utopie égalitariste a pris des formes distinctes selon les gouvernements (...)

5D’autres travaux se sont intéressés à la mise en pratique spatiale de l’utopie égalitariste du socialisme2. Ils ont rapidement conclu que le projet politique de « ville socialiste », compris comme la distribution égalitariste dans l’espace des individus, indépendamment de leur emploi, de leurs revenus ou de leur statut social, ne correspondait pas à la réalité. Ces études montrent l’existence de logiques de ségrégation socio-spatiale, avec notamment la constitution de quartiers d’entre-soi pour les élites politiques et une partie de la bureaucratie (Demko and Fuchs, 1979 ; Dangschat, 1987 ; Smith, 1996).

6Finalement, ce sont les premiers travaux, qui avaient soulevé l’hypothèse de l’existence d’une « ville socialiste » distincte du modèle de « ville capitaliste », qui proposent les pistes de recherche les plus stimulantes pour notre objet. Ceux-ci se sont d’abord concentrés sur les formes d’aménagement urbain, notamment sur la construction de villes nouvelles entièrement planifiées selon des objectifs socialistes de développement socio-économique (Fischer, 1962 ; French et Hamilton, 1979 ; Andrusz, 1984). Les travaux de Fischer (1962) sont particulièrement pertinents en ce qu’ils analysent l’existence d’une « uniformité structurelle », comme « un complexe urbain avec des unités de quartiers de taille correspondante avec des services similaires situés autour d’un centre administratif qui s’occupe des besoins de la région entière » (p. 263). Fischer insiste particulièrement sur la standardisation des normes de construction et sur l’allocation des logements disponibles en fonc­tion du nombre d’occupants potentiels. Cette « uniformité » est égale­ment visible dans la relativement faible différenciation socio-spatiale et l’impor­tance des transports publics par rapport aux moyens individuels de transports (French, 1979). Cette perspective permet de rendre compte d’un nouvel ordre spatial en constitution, dont un des objectifs est tant de générer que de refléter l’abolition des classes sociales. Il s’agit ici de comprendre les politiques urbaines de type socialiste en tant qu’elles participent à l’avènement d’une société socialiste (Carter, 1979).

7Le grand intérêt de ces premiers travaux est de souligner les relations d’interdépendance entre nouvel ordre social et nouvel ordre spatial. Cependant, ils ont rarement donné lieu à des études de cas qui permettent de mieux comprendre, en pratique, les logiques d’interaction entre ces deux ordres. Ils s’intéressent par ailleurs à des situations qui ne sont pas toujours comparables car les villes dites socialistes ont connu des transformations très diverses selon leur histoire. French et Hamilton (1979) soulignaient déjà indirectement ce point, quand ils mettaient en évidence l’existence d’une tension entre la volonté de préservation de l’héritage urbain historique et la promotion d’un nouvel ordre spatial, organisé autour du travail et de la « vie socialiste ». Bien qu’ils ne définissent pas ce qu’est cette « vie socialiste », ils suggèrent qu’il s’agit d’une piste à explorer pour mieux comprendre la spécificité de la ville socialiste. Or, cette piste est largement ignorée par les études postérieures. Je souhaite donc la reprendre ici et interroger dans quelle mesure ce sont en partie les fonctions et les pratiques de la ville socialiste (faire émerger l’homme nouveau et imposer des normes de comportements et des styles de vie « socialistes ») qui peuvent mieux permettre de comprendre la production de « villes socialistes », y compris dans une ville à l’héritage historique fort comme La Havane.

« Uniformité structurelle » et uniformité fonctionnelle

8La notion d’« uniformité structurelle » telle que proposée par Fischer (1962) a été construite à partir d’une analyse des villes nouvelles construites ex nihilo pour rendre compte de la construction d’unités administratives, de vie et de travail caractérisées par une architecture fonctionnelle, selon le modèle du réalisme socialiste, et qui permettent la promotion de nouvelles normes de comportement. Cependant, elle est pertinente au-delà de ces cas spécifiques car elle définit la ville socialiste comme espace territorialisé par l’organisation politico-administrative et pointe la spécificité de la terri­to­ria­lisation socialiste comme travaillant à produire de l’uniformité et non de la différence. Dans le cas de La Havane, cette notion doit être adaptée car l’héritage architectural historique est peu transformé par le gouvernement révolutionnaire. C’est donc l’esprit plutôt que la lettre de cette notion que je retiens ici pour comprendre dans quelle mesure La Havane peut être analysée comme une ville socialiste, du moins jusqu’à la césure que représente la dissolution de l’URSS en 1991. En effet, les modes d’« uniformisation structurelle » sont articulés à des modes d’uniformisation fonctionnelle.

  • 3 Sur le gris comme élément d’uniformisation de la vie sous la RDA, voir Alf Lüdtke (1998).

9La dynamique d’affaiblissement de la différenciation spatiale est en premier lieu liée à la fuite en exil de la quasi-totalité des élites de l’île. Les quartiers les plus aisés se vident au début des années 1960 et le gouvernement révo­lu­tionnaire fait le choix d’attribuer, en général au mérite, les logements vacants à des familles modestes, ce qui permet la création d’une mixité sociale et raciale inconnue jusqu’alors. Cette répartition dans l’espace d’une popu­lation aux ressources faibles entraîne une uniformisation du paysage urbain. D’un côté, la détérioration continuelle du bâti, par manque de ressources, rend la ville grisâtre3 ; de l’autre, l’inventivité de ses habitants crée paradoxalement aussi de l’uniformité. En effet, malgré la redistribution, la pénurie de logements est une constante à La Havane et elle s’aggrave tout au long de la période. Les habitants s’adaptent en tirant parti de l’espace disponible en hauteur, dans les constructions à haut plafond, et construisent des mezzanines. Or, celles-ci défigurent les façades des immeubles et maisons, car elles nécessitent d’obturer des fenêtres, rendent parfois apparente la structure métallique de soutien et entraînent des fissures sur les murs. Ces pratiques, largement répandues, ont atténué les différences architecturales entre quartiers anciennement populaires et quartiers anciennement bourgeois. Il faut noter qu’il s’agit ici d’une uniformisation non intentionnelle et produite ‘par le bas’.

10Ensuite, l’uniformisation est liée à la disparition des structures commer­çantes, ainsi qu’à leur fonction (le marché économique). L’éradication totale des petits commerces en 1968 (Mesa Lago 1971) atténue fortement l’oppo­sition entre espaces marchands et espaces résidentiels, ainsi qu’entre centre et périphéries, à la fois en termes structurels puisque les anciennes échoppes ou magasins sont reconvertis en appartements (Coyula et Hamberg 2004), en termes fonctionnels (la disparition du marché) et en termes iconographiques, puisque les éléments qui signalaient les commerces dans les espaces urbains (néons, panneaux, devantures…) ainsi que la publicité disparaissent. Cette uniformisation structuralo-fonctionnelle est accrue par la création, dans chaque quartier, d’épiceries d’État (bodegas) qui distribuent les produits du carnet de rationnement dont dispose chaque famille et qui structure l’espace et la pratique du quartier.

11Enfin, des formes nouvelles de marquage visuel de l’espace urbain – le système visuel de propagande constitué par des slogans révolutionnaires peints à même les murs ou sur de grandes affiches, ainsi que par des images, des bustes et sculptures des héros révolutionnaires disposés un peu partout dans la ville – contribuent à transformer le paysage urbain en le marquant physiquement. Ortega (2006) analyse ces signes comme des instruments de contrôle social, des marqueurs idéologiques dont la fonction est de normaliser à la fois l’espace et les comportements en produisant une « auto-surveillance » des individus. Cette perspective est intéressante en ce qu’elle imbrique deux dimensions : celle de la propagande et celle de la normalisation des comportements. Pour Ortega, l’existence de ces signes dans le paysage crée en effet immédiatement une intériorité et une extériorité aux normes, un « nous » et un « eux ». Les citoyens non « conformes » deviennent des ennemis car il s’agit de construire une identité et un sentiment d’appartenance à la communauté cubaine à l’aide de la construction d’un récit national qui naturalise l’idéologie révolutionnaire socialiste. Ces signes sont donc dotés d’une force performative, au sens où ils constituent un constant rappel du « devoir-être » révolutionnaire. C’est là que l’uniformisation structuralo-fonctionnelle rejoint les pratiques sociales d’uniformisation.

Performer l’uniformité

12Le bouleversement social et politique majeur entraîné par la révolution cubaine amena les nouveaux leaders politiques à privilégier l’exercice du pouvoir à la plus petite échelle spatiale, ce que Fischer appelle le neighborhood unit. Concrètement, le nouveau gouvernement accorde un pouvoir important aux CDR (Comités de défense de la révolution). Fondés à l’origine pour faire face aux menaces d’invasion et de renversement du nouveau gouvernement cubain par des forces contre-révolutionnaires alliées aux Américains, les CDR constituent une structure locale inexistante dans les régimes communistes soviétique et d’Europe de l’Est, qui se transforme progressivement en un maillon essentiel de gouvernement à l’échelle locale (Fagen, 1969 ; Salas, 1979). Systématiquement organisés dans chaque quartier (zone d’habitat définie selon le nombre de résidents permanents), les CDR sont une « organisation capillaire » (Fagen 1969, p. 319) active dans tous les espaces sociaux, à travers ses fonctions d’intégration (la totalité des citoyens de plus de 14 ans est appelée à y participer), de socialisation (à un nouveau vocabulaire, à de nouvelles valeurs et normes sociales) et de mobilisation (travail « volontaire », tours de garde, participation aux manifestations de soutien au gouvernement).

13Les réunions périodiques obligatoires tenues au CDR rythment la vie sociale et surtout l’organisent autour du quartier comme espace de vie, de socialisation, de politisation et de contrôle social. Ces réunions, de même que le travail volontaire ou les tours de garde organisés dans chaque quartier, de jour comme de nuit, sont analysables comme autant de performances (au sens de Judith Butler 2005, p. 256) de collectivisation de l’espace, y compris dans des quartiers anciennement aisés, au bâti peu dense, comme le Vedado ou Playa. L’exemple des « actes de réponse » décrits par Salas (1979, p. 309) est particulièrement pertinent pour comprendre cette pratique. Il s’agit de reconstitutions, parfois avec le délinquant condamné, des scènes de crime ou de délinquance perpétrées dans un quartier, avec des agents de police, les membres du CDR qui étaient de garde au moment où le délit/crime a été commis, et des acteurs indirectement impliqués dans les faits comme les responsables de l’épicerie s’il s’agit d’un cambriolage de l’épicerie, etc. Ces reconstitutions sont l’occasion pour les gardes du CDR de faire amende honorable pour ne pas avoir réussi à empêcher le délit/crime d’être commis, pour le délinquant, s’il est présent, de présenter ses excuses et de promettre de se réinsérer socialement et pour tous de comprendre qu’il existe une responsabilité collective dans la perpétration des délits et crimes ainsi que dans leur prévention et leur jugement. Ce contrôle social collectif est renforcé par la sédentarisation des habitants, puisque l’achat/vente de logements devient interdit.

14Comme on le voit ici, l’itération permanente des normes révolutionnaires dans des espaces mis en scène comme collectifs et la théâtralisation de la vigilance au quartier (notamment par les rondes de garde) travaillent à abolir l’anonymat ainsi qu’à construire la conformité politique comme une norme, qui tire sa force de son ubiquité à la plus petite échelle. C’est la raison pour laquelle on peut observer des phénomènes de « concurrence à la conformité » dans les espaces publics (Bloch 2006, p. 293), c’est-à-dire de monstration, par les individus, de leur conformité aux normes socialistes de comportement.

15Cette première partie a cherché à montrer que La Havane ne peut être considérée comme une « ville socialiste » si cette notion est construite uniquement autour de caractéristiques architecturales et d’aménagement urbain. Il faut plutôt comprendre les logiques de production d’une « ville socialiste » en étudiant les imbrications entre l’affaiblissement des différences fonctionnelles entre espaces, la nouvelle organisation politico-administrative avec la fonction centrale dévolue au quartier, la constitution d’un système de signes qui entraîne la normalisation symbolique des espaces urbains et la mise en scène performative des normes révolutionnaires de comportement. C’est l’interdépendance entre ces éléments qui a engendré la production d’un nouvel ordre spatial socialiste, perpétuellement produit, reproduit et co-produit par la répétition des mêmes pratiques spatiales, qui sont elles-mêmes les échos des normes promues dans les discours officiels par les dirigeants politiques à toutes les échelles de gouvernement (Rosendahl 1997). Ce sont ces modes multiples et croisés de gouvernement qui permettent de faire converger en une expérience sociale unifiée le vécu dissemblable de l’ensemble de la population.

Défaire la ville socialiste

  • 4 Voir l’ensemble du dossier « Socialist Cities » dans GeoJournal,
  • 5 Le décret 217 et daté de 1997 sur les migrations internes est disponible à cette adresse internet : (...)

16Après l’effondrement de l’Union Soviétique, les débats sur la « ville socialiste » se sont réorientés vers les transformations appelées « post socialistes » des espaces urbains dans l’ancien monde communiste (Andrusz et al. 1996, Sailer-Fliege et al. 19994). Ces travaux soulignent la crise des zones industrielles et l’émergence du secteur tertiaire ainsi que les problèmes croissants du logement (pénurie, vétusté des immeubles collectifs, ségrégation socio-spatiale croissante). Bien qu’il n’y ait pas de transition politique à Cuba, La Havane connaît des transformations similaires du fait des réformes d’ouverture au marché mises en place pour sortir le pays de la crise éco­nomique liée à la dissolution du Conseil d’assistance économique mutuelle (le CAEM) du bloc soviétique en 1991 (Mesa Lago 2003). La capitale est par­ticulière­ment affectée par ces réformes car elle concentre les inves­tissements des nouvelles entreprises mixtes, notamment dans le domaine du tourisme. En retrouvant cette centralité dans le pays, elle redevient attractive pour les Cubains des autres régions et les flux migratoires redeviennent largement positifs (Segre et al. 1997) au point qu’un décret a été voté en 1997 pour renvoyer les migrants internes sans papiers dans leurs provinces d’origine5. La ville se transforme du fait de la spécialisation fonctionnelle croissante de ses différents quartiers et des pratiques nouvelles de contestation émergent. Cette contestation s’exprime le plus visiblement à La Havane, où la force de la normalisation des comportements s’affaiblit plus qu’ailleurs, du fait du brassage quotidien de publics très divers (Cubains venus d’autres provinces, étudiants ou entrepreneurs étrangers, touristes…) et de la circulation plus rapide de nouvelles normes, idées et valeurs. Je montrerai dans cette seconde partie dans quelle mesure la différenciation spatiale caractéristique des ajustements post-socialistes va de pair avec un processus de différenciation des frontières du possible – en matière de discours et de comportements – selon les espaces et l’émergence de conflits spatiaux.

Une différenciation structuralo-fonctionnelle croissante

17Alors que la vieille Havane était, dans les années 1980, un quartier populaire qui tombait en ruine, la rénovation de ce quartier historique, classé au Patrimoine de l’Humanité en 1982, s’accompagne d’un processus de marchandisation dans le but de générer des profits qui permettent la rénovation architecturale (Scarpaci, 2000 ; Hill, 2007). Ouverture au tourisme et patrimonialisation vont ici de pair. L’entreprise est couronnée de succès, mais elle entraîne le déplacement d’une grande partie des résidents de la zone pour des quartiers périphériques ainsi que la création d’une véritable enclave sociale dans la capitale : quadrillée par des policiers en uniforme et en civil, il est quasiment impossible pour les Cubains de s’y promener avec des étrangers sans être immédiatement interpellés et sans voir leur identité vérifiée. Les Cubains non blancs sont les plus affectés par cette pratique et souvent accusés de « harcèlement du touriste ». La partie rénovée du centre-ville est donc devenue un espace fortement ségrégué entre Cubains et touristes ainsi qu’entre les Cubains salariés des nouvelles entreprises commerciales et les autres (Scarpaci 2000, Rutheiser 2000, Hill 2007).

  • 6 Il faut également mentionner que des zones entières de ce quartier avaient été « gelées » dès les p (...)

18À l’instar de cette marchandisation du centre-ville historique, la spé­cia­lisation devient également croissante dans d’autres quartiers plus péri­phé­riques. Scarpaci (1996) montre par exemple comment le quartier de Miramar évolue d’un quartier mixte vers un quartier ségrégué. Ce quartier arboré, constitué de villas majestueuses et situé en bord de mer, s’était quasiment retrouvé vide en 1959, après le départ en exil des classes aisées qui y résidaient6. De nombreuses familles de Cubains pauvres ou particulièrement méritants (soldats, militants de la campagne d’alphabétisation…) y avaient été relogées dans les premières années de la Révolution et des centres d’apprentissage pour anciens « déviants » (notamment les prostituées) ainsi que des dortoirs pour étudiants y avaient été créés afin de « débourgeoiser » (Eckstein, 1977) le quartier. Or, celui-ci devient, depuis les réformes économiques, le siège de nombreuses entreprises mixtes, d’entreprises cubaines opérant en devises, ainsi que de complexes hôteliers haut de gamme. Les étrangers résidants à La Havane sont fortement incités à s’y installer et la police y est désormais omniprésente.

  • 7 Cela est aussi vrai dans les quartiers plus populaires où le niveau de ressources économiques des r (...)

19L’émergence de nouvelles fonctions est articulée à celle de nouvelles structures. Une partie du front de mer se transforme avec la construction d’hôtels et de résidences pour étrangers, des palais coloniaux sont réhabilités dans la vieille ville où les architectes inventent une authenticité historique a posteriori (Hill, 2007) et les rez-de-chaussée des immeubles redeviennent des espaces marchands. La réhabilitation de ces quartiers centraux est particulièrement visible par la coloration des façades, qui contraste avec le gris des maisons et immeubles laissés à l’abandon dans les quartiers populaires et périphériques. Il faut ici noter qu’une partie de cette rénovation est assurée par les résidents eux-mêmes, car la norme selon laquelle il ne fallait pas se distinguer de ses voisins s’est lentement délitée7.

20La centralité de certains quartiers est donc reconstruite de deux manières : d’un côté, par le processus de patrimonialisation de l’architecture coloniale, de l’autre, par la spécialisation fonctionnelle d’espaces bien dotés. Par un tour ironique de l’histoire, après des décennies de gouvernement révolutionnaire, la vieille Havane, comme Miramar, redeviennent des quartiers pour classes aisées, tels qu’ils l’étaient lors de leur fondation (à l’époque coloniale pour l’un, à l’époque républicaine pour l’autre – surtout 1940-1958). Si l’organisation politico-administrative demeure la même dans ces quartiers comme ailleurs, leur occupation par tous types de publics (touristes, salariés du secteur marchand, diplomates étrangers, hauts fonctionnaires cubains) les constitue en des espaces urbains de plus en plus distincts des autres. Par ailleurs, la surveillance policière permanente se superpose désormais dans ces quartiers aux modes antérieurs de contrôle social.

Différenciation spatiale et contrôle social

21Si les formes de patrimonialisation liées à l’émergence du tourisme ont été bien étudiées, ce n’est pas le cas des effets de la différenciation croissante des espaces urbains en termes de complexification de leurs usages et pratiques. Pourtant, ceux-ci ont un impact sur l’unicité de l’expérience sociale sous la Révolution, sur les modes de contrôle social ainsi que sur l’émergence de processus conflictuels d’appropriations de l’espace, qui contestent et parfois défont les normes de comportements hégémoniques. Ainsi la différenciation fonctionnelle des quartiers de la ville qui reconstruit l’écart entre quartiers centraux et quartiers périphériques, quartiers populaires et quartiers aisés, quartiers marchands et quartiers résidentiels, a un effet sur l’évolution des formes de contrôle social.

22Il ne semble pas y avoir de fortes différences entre les quartiers en matière de performativité des normes hégémoniques. Elles se retrouvent en effet partout affaiblies, car elles deviennent impossibles à respecter en pratique : la plus forte fluidité résidentielle et le fait qu’environ 20 % des Cubains ne sont plus employés par l’État (Mesa Lago 2003) limitent l’effectivité du contrôle « statique » (Aguirre 2002), fondé sur la quasi intangibilité des routines quotidiennes au quartier et au travail. Par ailleurs, aucun Cubain ne peut plus vivre de son salaire, puisque celui-ci continue à être versé en pesos, tandis qu’un nombre croissant de biens ne sont plus disponibles qu’en devises. Le contrôle social ne tient plus tant à la conformité à la norme qu’à la monstration de cette conformité (Bloch 2006).

  • 8 Le gouvernement révolutionnaire s’est appuyé sur l’infrastructure pré-existante pour construire Ala (...)

23Une différenciation est cependant à l’œuvre en matière de contrôle social. Dans certains quartiers, la police occupe désormais une place prépondérante. Visible partout dans le centre-ville historique ainsi que dans d’autres quartiers centraux, y compris populaires, elle est beaucoup moins présente dans les quartiers périphériques où un certain laisser-faire est perceptible en termes spatiaux. Le marquage de l’espace, par l’intermédiaire de graffitis, est ainsi particulièrement présent dans les périphéries, notamment à Habana del Este, où ont émergé de nombreux mouvements contre-culturels depuis le tournant des années 1990 comme le hip hop ou le collectif d’artistes poètes, vidéastes et performeurs de rue Omni Zona Franca. Peints parfois depuis des années, ces graffitis (tags ou signatures graphiques, peintures expressives, détournements de signes officiels ou graffiti-slogans) ne sont pas recouverts, contrairement à ceux du centre-ville. Un responsable culturel local de la ville d’Alamar8, qui fait partie du grand complexe de villes nouvelles de banlieues à Habana del Este, l’explique ainsi :

« Ici c’est une ville du graffiti. Et c’est la seule dans laquelle on ne punit pas le graffiti.
Pourquoi ?
Parce qu’on s’est battu pour. Au début c’était un peu difficile mais il y avait des graffitis sur quelques murs moches. Ça allait. Ça a commencé à poser des problèmes quand les graffeurs se sont attaqués aux abribus. Alors là je suis allé à l’Assemblée Municipale et j’ai expliqué avec des arguments que c’était de l’art, que ça faisait partie de l’expression artistique. Et ça a marché. Ici avec des arguments tu peux convaincre. » (Manuel Avila, entretien, 29 août 2008).

24Si ce responsable culturel singularise le cas d’Alamar, alors qu’on observe des dynamiques similaires ailleurs (notamment les villes voisines d’Habana del Este comme Guiteras et Bahia dans lesquelles on trouve une partie non négligeable de la production de graffiti et de peintures murales), il est intéressant de relever que le graffiti n’est pas vu comme problématique quand il donne de la couleur à des « murs moches ». Le choix des lieux de graffiti – murs gris, aveugles ou fissurés, portes rouillées de garages, construc­tions abandonnées (plus courants dans les périphéries déshéritées qu’ailleurs) – permet ici de comprendre l’acceptation relative par les autorités locales.

  • 9 Je ne mentionne pas son nom car il s’agit d’une conversation informelle, à l’été 2007, grâce à l’en (...)

25La tolérance des autorités est aussi notable en termes d’organisations d’activités culturelles autogérées. C’est particulièrement le cas à Habana del Este, où a surgi le mouvement hip hop ainsi que le mouvement rasta ou encore le collectif d’artistes Omni Zona Franca, mais on observe ce phé­no­mène dans d’autres banlieues, souvent populaires. Ainsi, dans la petite ville de Santa Cruz, une vingtaine de kilomètres à l’Est d’Habana del Este, les rappeurs se sont approprié une ruine située dans un espace central de la localité. Le bâtiment devait devenir le siège local du Parti mais sa construction est restée inachevée du fait de la crise économique. La ruine fut transformée en un espace de concerts sauvages et un territoire de jeu pour graffeurs. Alors que je m’étonnais de cette tolérance, un membre du PC local9 m’expliqua que « le Parti » préférait voir les jeunes « s’occuper », même s’il s’agissait d’activités trop « peu révolutionnaires » à son goût, plutôt que de les voir plonger dans la petite délinquance ou la prostitution avec les touristes, et que cela posait moins de problèmes parce qu’ils organisaient leurs activités à un endroit précis qu’on pouvait surveiller. Comme on le voit, la tolérance des autorités locales est fondée soit sur une stratégie du moindre mal, soit sur une volonté d’animer les quartiers sinistrés dont elles ont la charge.

26Cette spécificité des périphéries ne tient pas seulement au fait qu’elles seraient populaires ou marginalisées. En effet, les défilés organisés tous les dimanches sur la cinquième avenue de Miramar, par les Dames en blanc (épouses des prisonniers politiques incarcérés lors des procès de 2003, et finalement libérés en 2010/2011) pour demander la liberté de leurs époux ou proches, ont rarement été réprimés. On peut émettre l’hypothèse que c’est le niveau de publicisation des actions contestataires qu’il faut prendre en compte pour comprendre la plus grande probabilité de la répression. Bien qu’Alamar, Santa Cruz et Miramar soient des espaces urbains très distincts en matière d’architecture, de situation géographique et de statut social de leurs résidents, ils partagent une caractéristique : ils sont plus rarement traversés par la population que d’autres quartiers de La Havane. Si c’est moins le cas pour Miramar, le choix fait par les Dames en blanc de manifester sur la cinquième avenue, très peu fréquentée par les piétons et sur laquelle sont surtout situés des sièges d’ambassades et d’entreprises mixtes, constitue un élément de compréhension de leur tolérance dans cet espace. Par contre, quand elles ont commencé à s’aventurer dans le centre-ville, elles ont été violemment agressées par les « brigades de réponse rapide », groupes d’individus organisés par la sécurité de l’État pour réprimer la protestation de rue et qu’Aguirre (2002) appelle le contrôle social « ambulatoire », qui se substitue de plus en plus au contrôle « statique ».

27La transformation post-socialiste de la ville est donc caractérisée par une différenciation structuralo-fonctionnelle croissante, qui ne produit pas uniquement des phénomènes de ségrégation et de marginalisation sociales et spatiales, mais également des espaces de jeu, dans lesquels des acteurs contestataires peuvent s’exprimer et publiciser leur dissension vis-à-vis de certaines normes hégémoniques, sans toutefois encourir des risques trop grands en matière de répression. Par contre, cette transformation a également mené à accroître la valeur symbolique des espaces urbains centraux, où se reconcentrent de nombreuses fonctions économiques, politiques et culturelles et où circule une grande partie de la population de la capitale.

Le centre-ville, un espace contesté

28Plusieurs collectifs contestataires, qu’il s’agisse d’artistes ou d’opposants politiques, ont depuis les années 2000 mis en place des modes d’occupation d’espaces du centre-ville pour publiciser des revendications spécifiques (opposants) ou pour tester les normes admises de comportement (les artistes). Alors qu’ils sont souvent tolérés quand ils agissent en périphérie, ils sont généralement réprimés lorsqu’ils s’approprient les espaces du centre-ville, et cela même quand leurs performances sont muettes et polysémiques. Par exemple, comment comprendre l’arrestation policière d’un homme seul (membre du collectif d’artistes Omni Zona Franca), posté à un carrefour du quartier de Centro Habana, avec pour seul vêtement un manteau élimé dans un climat tropical et tenant à la main un tournesol ? Si on peut l’interpréter comme la mise en scène de l’inconformité de son auteur face aux normes de comportements dans un espace public comme la rue, cette performance, statique et muette, est avant tout caractérisée par ses effets.

29Mise en scène dans un lieu de fort passage, où circulent des publics larges et variés, elle produit en effet un attroupement sur la voie publique et perturbe la circulation automobile. C’est donc bien la dimension spatiale de l’action qui engendre la réaction des autorités. Lorsque l’artiste est arrêté, c’est certaine­ment moins pour la performance en tant que telle (quel danger politique représente un homme seul tenant un tournesol à un carrefour urbain ?) que parce que sa présence insolite a entraîné un attroupement qui bloque la rue. Or, la perturbation des normes de conduite dans la rue cubaine est perçue comme potentiellement dangereuse dans un contexte où toute manifestation non officielle est criminalisée et réprimée, car la maîtrise de la rue représente un enjeu majeur pour maintenir la normalisation des comportements dans les espaces urbains. C’est donc la perception de cette performance par des autorités qui accordent un prix particulièrement élevé au contrôle de la rue en centre-ville qui la constitue en un acte contestataire.

30Ces modes de répression partielle sont résumés par ce dicton populaire : bajo techo todo, en la calle nada (sous un toit tout, dans la rue rien). Celui-ci signale que les comportements non conformes doivent être réservés aux espaces privés et les critiques formulées à l’intérieur des institutions adéquates pour ce faire. À l’inverse, toute exposition publique d’un problème est perçue (et dénoncée) par les autorités comme une atteinte à la souveraineté de l’État, une manière de « faire le jeu de l’ennemi » (le gouvernement américain notamment) pour critiquer le régime et le délégitimer (Hoffmann, 2011). On passe donc de modes d’uniformisation et de normalisation généralisés à des modes de contrôle plus partiels, qui agissent avant tout sur les dispositifs de publicisation de l’inconformité ou de la dissidence, et bien moins sur les transgressions moins visibles, qu’elles soient intentionnellement cachées ou simplement moins exposées, comme dans les espaces urbains périphériques.

Conclusion

31Le cas de La Havane permet de questionner plus avant l’existence d’une « ville socialiste », qui serait distincte de la « ville capitaliste ». Excepté dans le cas des villes construites ex nihilo pour refléter tant que pour faire advenir la société nouvelle, la ville socialiste semble être plus fortement caractérisée par la dimension spatiale de son organisation politico-administrative ainsi que par les effets des interactions entre cette forme d’organisation et la normalisation des pratiques sociales. On peut avancer que c’est la raison majeure pour laquelle les anciennes villes socialistes se sont rapidement converties en des villes fonctionnelles pour des économies de marché après les transitions politiques à la démocratie libérale, malgré – dans certains cas – l’existence d’un héritage architectural très visible, comme en Russie. Mais là encore, le cas de La Havane est particulier car l’ouverture au marché, mise en œuvre depuis les années 1990, s’ancre sur une organisation politico-administrative socialiste, fondée sur la plus petite unité spatiale, celle du quartier, qui demeure, en grande partie, inchangée. Les effets de cette combinaison sont ambigus et contradictoires : d’un côté, la ségrégation socio-spatiale va croissant, de l’autre il est désormais possible de rendre visibles des formes de contestation sociale et politique, notamment en périphérie. Ces évolutions devront être analysées plus avant, car l’autorisation nouvelle (2011) de l’achat et de la vente de logements, prohibés depuis près de cinquante ans, va contribuer à transformer radicalement la ville de La Havane dans les prochaines années.

Bibliographie

Aguirre B., 2002, “Social Control in Cuba”, Latin American Politics and Society, 44, 2, p. 67-98.

Andrusz G., 1984, Housing and Urban Development in the USSR, London, Macmillan.

Bloch V., 2006, « Le sens de la lutte », Communisme, 85/86, p. 125-147.

Carter F.W., 1979, “Prague and Sofia : an Analysis of their Changing Internal City Structure”, in R.A. French, I. Hamilton (dir.), 1979, The Socialist City. Spatial Structure and Urban Policy, Chichester, John Wiley and Sons, p. 425-460.

Coyula M., Hamberg J., 2004, “The Case of Havana, Cuba, Understanding Slums”, Working Paper, David Rockefeller Center for Latin American Studies, Harvard University.

Dangschat J., 1987, “Sociospatial Inequalities in a ‘Socialist’ City. The Case of Warsaw at the End of the 1970”, International Journal of Urban and Regional Research, 11, 1, p. 37-60.

Demko G. J., Fuchs R.J., 1979, “Geographic Inequality Under Socialism”, Annals of the Association of American Geographers, 69, p. 304-319.

Eckstein S., 1977, “The Debourgeoisement of Cuban Cities”, in Louis Horowitz (dir.), Cuban communism, New Brunswick, J.J., Transaction Books, p. 445-463.

Fagen R., 1969, The Transformation of Political Culture, Stanford, Stanford University Press.

Fisher J. C., 1962, “Planning the City of Socialist Man”, Journal of the American Institute of Planning, p. 251-265.

French R.A., Hamilton Ian, “Is there a Socialist City?”, in R.A. French, I. Hamilton (dir.), 1979, The Socialist City. Spatial Structure and Urban Policy, Chichester, John Wiley and Sons, p. 1-22.

GeoJournal, 1999, Dossier “Socialist Cities”, 49, p. 7-127.

Hill M. J., 2007, “Reimagining Old Havana. World Heritage and the Production of Scale in Late Socialist Cuba”, in S. Sassen (dir.), Deciphering the Global. Its Scales, Spaces and Subjects, New York, Routledge, p. 59-78.

Hoffmann B., 2011, “Civil Society 2.0?: How the Internet Changes State–Society Relations in Authoritarian Regimes: The Case of Cuba”, GIGA Working Paper 156.

Lüdtke A., 1998 « La république démocratique allemande comme histoire. Réflexions historiographiques », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1, p. 3-39.

Mesa-Lago C. (dir.) 1971, Revolutionary Change in Cuba, Pittsburgh, PA, University of Pittsburgh Press.

Mesa-Lago C., 2003, Economia y bienestar social en Cuba a comienzos del siglo XXI, Madrid, Editorial Colibri,.

Ortega D., 2006, “En cada barrio: timocracy, panopticism and the landscape of a normalized community”, Culture Machine, 8, article en ligne sur le site : www.culturemachine.net/index.php/cm/article/viewArticle/42/50.

Rosendahl M., 1997, Inside the Revolution. Everyday Life in Socialist Cuba, Ithaca, Cornell University Press.

Rutheiser C., 2000, “Capitalizing on Havana. The Return of the Repressed in a Late Socialist City”, in G. Brudge, S. Watson (dir.), A companion to the city, Oxford, Blackwell, p. 224-236.

Sailer-Fliegue U., 1999, “Characteristics of post-socialist urban transformation in East Central Europe”, GeoJournal, 49, p. 7-16.

Salas L., 1979, Social Control and Deviance in Cuba, New York, Praeger.

Scarpaci J., 1996, “Back to the future: the sociopolitical dynamics of Miramar’s real-estate market”, Cuba in transition, 6, p. 196-201.

Scarpaci J., 2000, “Winners and losers in restoring Old Havana”, Cuba in transition, 10, p. 289-300.

Segre R., Coyula M., Scarpaci J., 1997, Havana : Two Faces of the Antillean Metropolis, Chapel Hill, North Carolina Press.

Sheppard E., 2000, “Socialist Cities?”, Urban Geography, 11, 1, p. 758-763.

Slater D., 1982, “State and Territory in Post-Revolutionary Cuba: Some Critical Reflections on the Development of Spatial Policy”, International Journal of Urban and Regional Research, 6, 1, p. 1-34.

Smith D., 1996, “The Socialist City”, in G. Andrusz, M. Harloe and I. Szelenyi (dir.), Cities After Socialism, Oxford, Blackwell Publishers, p. 70-99.

Susman P., 1987, “Spatial Equality in Cuba”, International Journal of Urban and Regional Research, 11, 2, p. 218-242.

Szelenyi I., 1996, “Cities Under Socialism and After”, in G. Andrusz, M. Harloe and I. Szelenyi (dir.), Cities After Socialism, Oxford, Blackwell Publishers, p. 286-316.

Notes

1 Voir les études de cas sur différentes villes de l’Europe communiste et de l’URSS, y compris dans ses républiques à forte culture islamique, dans French et Hamilton (1979).

2 La mise en œuvre de cette utopie égalitariste a pris des formes distinctes selon les gouvernements communistes. Elle impliquait le plus souvent le retrait du logement comme un bien commercialisable (interdiction de l’achat/vente), de faibles loyers, des appartements à la taille proportionnelle au nombre de leurs locataires, une répartition se voulant égalitaire dans l’espace, etc…

3 Sur le gris comme élément d’uniformisation de la vie sous la RDA, voir Alf Lüdtke (1998).

4 Voir l’ensemble du dossier « Socialist Cities » dans GeoJournal,

1999.

5 Le décret 217 et daté de 1997 sur les migrations internes est disponible à cette adresse internet : http://www.gacetaoficial.cu/html/regulacionesmigratoriasparaC.H.html.

6 Il faut également mentionner que des zones entières de ce quartier avaient été « gelées » dès les premières années de la Révolution afin de servir de réserve au gouvernement qui y offrit résidence à des coopérants d’URSS et d’Europe de l’Est (jusqu’en 1989), à de hauts fonctionnaires politiques et à de nombreuses ambassades, ainsi qu’à des managers des nouvelles entreprises d’État et des artistes (à partir des années 1990), ce qui explique les conditions de possibilité de sa transformation actuelle.

7 Cela est aussi vrai dans les quartiers plus populaires où le niveau de ressources économiques des résidents se rend désormais visible sur la façade de leur logement (fenêtres en bon état ou au contraire remplacées par du carton, etc.)

8 Le gouvernement révolutionnaire s’est appuyé sur l’infrastructure pré-existante pour construire Alamar, qui devait devenir un quartier pour classes aisées à la recherche d’espaces peu denses et proches du littoral à la fin des années 1950.

9 Je ne mentionne pas son nom car il s’agit d’une conversation informelle, à l’été 2007, grâce à l’entremise d’une connaissance commune.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540