Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ségrégation et fragmentation dans les métropoles

 | 
Marion Carrel
, 
Paul Cary
, 
Jean-Michel Wachsberger

Partie II. Contextes

Les classes moyennes vues à travers leur lieu de résidence : le cas de La Molina, dans la périphérie de Lima

Émilie Doré

Texte intégral

  • 1 Dans son célèbre ouvrage, « El Desborde Popular », Matos Mar précise qu’en 1981, 32 % de la populat (...)
  • 2 On appelle ainsi les quartiers résidentiels légalement constitués et aménagés, par opposition aux q (...)

1L’émergence des « classes moyennes » au Pérou est un phénomène qui attire de plus en plus l’attention du monde académique, des journalistes et des experts en marketing. Toutefois, il est difficile de cerner ce que recouvre cette catégorie. Pour les sociologues, tels J. Gamero et M. Zevallos (2003), on peut distinguer, très schématiquement, deux types de classes moyennes : la première, dite traditionnelle, s’est développée avec l’industrialisation dans les années 1950 et 1960 et a été affectée par les programmes successifs d’ajustements structurels des années 1990. La seconde, dite émergente, issue de la migration interne, avec « un visage plus populaire et plus andin » (ibid. p. 13), s’est forgée par le commerce et l’accès à l’éducation supérieure. Lima, qui compte neuf millions d’habitants, plus du tiers de la population du pays, accueille les espoirs de mobilité sociale des plus pauvres depuis plus d’un demi-siècle : la migration massive des populations rurales andines a façonné le visage de la capitale1. Faute de possibilité de se loger au sein du marché formel de l’immobilier, les migrants se sont installés dès les années 1940 dans les espaces non urbanisés en périphérie, pour y construire des logements de fortune. Le succès de ceux qui sont venus tenter leur chance en ville a varié selon les trajectoires individuelles. Au tournant des années 2000, on observe que ceux, parmi les descendants de migrants, qui connaissent la plus franche ascension sociale expérimentent un changement notoire de leurs pratiques de consommation voire de leur lieu de vie : ils peuvent déménager vers des espaces résidentiels de meilleur standing, des urbanizaciones2 dotées de tous les services urbains. Ce sont eux qui forment ce que l’on désigne comme les classes moyennes émergentes.

  • 3 Catherine Bidou rappelle qu’en France les classes moyennes ont longtemps été définies comme étant c (...)

2Dans les pays du Nord, c’est souvent la catégorie professionnelle qui permet de quantifier et d’appréhender les classes moyennes3. Il n’existe pas d’informations à ce sujet dans les données statistiques officielles du Pérou ; ce sont les niveaux de revenus qui tiennent lieu d’indicateur. Pour l’INEI (Instituto Nacional de Estadísticas e Informática), les foyers de classes moyennes sont ceux dont les revenus mensuels sont compris entre 426 US$ et 1224 US$, une fourchette ample qui laisse place à une grande diversité de situations. Une autre tentative de définition peut être faite de façon plus subjective, en abordant la question des valeurs et des conduites propres à cette catégorie : les classes moyennes sont alors définies sur la base de leur recherche de mobilité sociale, qui passe par le canal de l’éducation et du travail (Bidou, 2004), ainsi que par leurs pratiques de consommation. Ce point de vue reste encore largement à explorer dans le cas du Pérou.

3Nous chercherons dans cet article à savoir si les classes moyennes de Lima, par leur mode d’habiter, forment un groupe social doté de caractéristiques identitaires propres, bien différencié d’autres groupes sociaux. Les catégories sociales intermédiaires ont investi certaines zones périurbaines de la capitale ; nous verrons que leur façon d’habiter ces espaces reflète leur identité. L’identité sociale, si on la définit à partir des perceptions de l’acteur, implique de reconnaître un semblable et un autre de façon claire. Nous chercherons à comprendre si les habitants d’un quartier résidentiel adoptent des normes de vie homogènes dans leur espace résidentiel, normes qui les mèneraient à se reconnaître une identité commune et à se différencier d’autres groupes.

  • 4 Le programme PERISUD (ANR et AIRD) est porté par une équipe de recherche de l’UMR PRODIG (IRD) en p (...)
  • 5 La Molina constituait un espace à vocation agricole jusque dans les années 1960. Bien qu’elle soit (...)

4Effectuées dans le cadre du programme PERISUD4, dont l’objectif est de mettre à jour les évolutions des périphéries de plusieurs métropoles de pays du Sud, nos recherches ont porté sur la zone dite de Las Viñas, du district de La Molina, dans la périphérie Est de la capitale5. À Las Viñas vivent des personnes qui ne se sentent pas – ou plus – partie prenante des couches populaires, ni de la clase alta (la classe aisée). Les quartiers résidentiels de cette zone, nés dans les années 1990, sont en pleine transformation, notamment parce qu’ils attirent une population de plus en plus nombreuse. De plus, le secteur de Las Viñas se trouve à proximité de quartiers populaires, issus d’invasions et habités par des ouvriers et des travailleurs informels, ce qui nous aidera à comprendre comment se manifestent les frontières entre groupes sociaux.

5La méthode que nous avons utilisée lors de notre travail de terrain combine des enquêtes auprès de résidents et d’institutions qui ont une importance dans la vie de quartier (les établissements scolaires et les associations locales) ainsi qu’une vingtaine d’entretiens longs, semi-directifs, effectués auprès des résidents de la zone, et permettant, selon les méthodes de la sociologie compréhensive, d’appréhender les perceptions et représentations des acteurs sur leur entourage et leur parcours de vie.

6Dans un premier temps, nous verrons que la vie du quartier est régulée par des normes tacites qui servent à se reconnaître socialement et à se démarquer de ceux qui proviennent des quartiers populaires. Cependant, dans un deuxième temps, nous remarquerons que la pérennité de ces normes dans les quartiers étudiés est rendue caduque par la densification urbaine et par l’hétérogénéité même des classes moyennes.

Les normes de voisinage : comment se manifeste l’idéal d’un espace socialement homogène

  • 6 Une circonstance historique a par ailleurs contribué à l’arrivée d’une population aux revenus inter (...)

7Le secteur que nous avons choisi d’étudier dans le district de La Molina comprend les quartiers résidentiels de classes moyennes qui s’étendent le long de l’avenue du Corregidor alors que cet axe quitte la plaine côtière et pénètre dans les premiers reliefs andins6. Les différentes « urbanizaciones » correspondent aux étapes successives de l’avancée urbaine et forment un tissu urbain continu. Les lots d’habitation n’excèdent pas 150 m2. La population bénéficie de nombreux jardins publics bien entretenus ; ils sont plus nombreux que dans les autres districts de Lima.

Vue aérienne de la zone d’étude

Vue aérienne de la zone d’étude

Source : Google earth®.

  • 7 Source : site internet de la municipalité, www.munimolina.gob.pe.
  • 8 Ce modèle d’occupation urbaine– un ensemble de maisons individuelles organisées autour de petits pa (...)

8Notons d’ailleurs que La Molina est un district qui se targue de compter 32,9 m2 d’espaces verts par habitant7. Les petits jardins qui ponctuent le tissu urbain sont donc un important élément du paysage urbain à Las Viñas8.

La recherche de la tranquillité

9Les habitants que nous avons interrogés affirment que c’est parce qu’ils étaient à la recherche de « tranquillité » qu’ils sont venus vivre à La Molina. Dans le terme de tranquillité se trouvent plusieurs éléments : d’abord, la volonté d’échapper au bruit et à la congestion de la ville – tout en bénéficiant de ses services, car les commerces sont proches et il existe des lignes de bus. Ensuite, vivre devant un parc ou à proximité immédiate, loin des grandes artères de la ville, est un gage de cette tranquillité recherchée. Mónica (41 ans), une des personnes interrogées, affirme ainsi qu’elle cherchait un « endroit tranquille, éloigné du mouvement de la ville (…) parce que le travail ça stresse toujours, alors on veut rentrer dans un endroit où on peut se détendre, avec mon mari on est tombé d’accord là-dessus ». Mónica est fille d’un technicien de l’armée de l’air. Ses parents faisaient partie de cette classe moyenne traditionnelle que nous évoquions plus haut. Elle exerce une profession libérale – elle est dentiste et possède son propre cabinet, ce qui illustre d’ailleurs les évolutions de cette catégorie sociale, autrefois largement employée par l’État et les industries, aujourd’hui plus souvent tournée vers les activités indépendantes. Elle explique avoir dû se battre pour atteindre son actuel niveau de vie. Elle est la dernière d’une fratrie de 8 enfants, elle a été scolarisée dans une école publique (ce qui, au Pérou, est souvent perçu comme le signe d’une relégation sociale). Elle vit depuis 12 ans dans une urbanización de las Viñas, ce qu’elle perçoit comme la récompense méritée de son travail et de ses propres efforts.

10En approfondissant la question de la tranquillité, il apparaît qu’elle est liée non seulement à des éléments matériels, comme l’absence de bruit, mais aussi à un certain entourage social. Elizabeth (52 ans), qui vit dans la même zone résidentielle, affirme ainsi : « Ici je suis très contente ! Très contente, de la tranquillité, la sécurité… Le milieu : les gens qui vivent ici sont des gens sains ». Elle a vécu auparavant à Santa Anita, un district populaire de Lima, mais a déménagé à la faveur de la réussite sociale de son mari, qui possède deux cabinets d’odontologie. Elle est originaire de province, d’une famille très humble avec sept enfants. Elle fait donc plutôt partie de la classe moyenne dite émergente ; elle – et son mari – ont connu la réussite sociale grâce à leur sens du commerce et à des études effectuées en province, dans une université publique. Elle a comme point commun avec Mónica de valoriser l’esprit d’entreprise, les efforts personnels vers la réussite. Elizabeth mentionne que « le voisinage donne confiance, tu te sens en sécurité ». Elle souligne l’impor­tance du respect de l’autre dans les relations entre voisins : « Dans ma rue, on se connaît tous… On peut dire que tous les voisins sont bien… bien responsables, on s’évite des problèmes à chacun ».

11Les résidents se connaissent, s’apprécient, se reconnaissent plusieurs qua­lités en commun : le respect de l’autre, la capacité à mener une vie rangée, tournée vers le travail et la famille. Un consensus semble s’établir entre eux concernant leur conduite, et ils aiment également souligner leur homogénéité sociale : les résidents que nous avons rencontrés étaient pour la plupart de petits entrepreneurs indépendants du secteur des services (dans des domaines aussi variés que la santé, l’informatique, la petite distribution etc.), même si certains étaient salariés. Ce qui les unit, selon Mónica, c’est d’être tous des « professionnels avant tout, des professionnels qui cherchent un meilleur endroit pour vivre ». Or, le terme « professionnels » (profesionales) possède, au Pérou, une connotation particulière : il ne désigne que ceux qui ont un emploi de bureau, par opposition à ceux qui ont un métier manuel, dont le statut social est considéré comme inférieur, et qui n’ont pas une « profession » mais simplement un emploi, un travail. Pour les résidents, le travail, souvent instable quand on est salarié, soumis à divers aléas et relativement solitaire quand on est entrepreneur, n’est pas vraiment un espace de socialisation durable : mais il est, par contre, la marque d’un certain statut social, un signe de reconnaissance entre voisins sur son lieu de résidence.

12Les habitants des urbanizaciones estiment avoir franchi un pas important dans leur chemin de mobilité sociale, en parvenant à vivre dans une urbanisation calme et verdoyante, et ils expriment le sentiment d’occuper une meilleure position sociale que leurs parents, même lorsque ceux-ci étaient de petits fonctionnaires. Ceux qui ont vécu auparavant dans des quartiers populaires cherchent à souligner ce qui les sépare désormais des catégories sociales plus déshéritées ; c’est en mettant en avant la différence avec celles-ci qu’ils tentent d’affirmer une sorte d’identité commune. S’ils soulignent les agréments et les avantages de leur actuel lieu de vie, c’est souvent par opposition à ce qu’ils ont vécu auparavant dans les quartiers populaires. Giovanna (36 ans) est une jeune femme originaire de Junín (Andes Centrales), qui vit depuis 9 ans dans un quartier de Las Viñas mais a vécu auparavant à San Juan de Lurigancho – un district très populaire majoritairement constitué de quartiers d’habitat précaire. Après avoir monté une entreprise de commercialisation de systèmes informatiques avec son mari, Giovanna a pu avoir suffisamment d’argent pour s’installer à La Molina. Elle juge durement son ancien lieu de vie :

À San Juan de Lurigancho, avec la promiscuité, les gens n’ont pas d’éducation, donc, justement, ce n’est pas que je les marginalise, mais ils sont tout le temps dans la grossièreté, les mauvais traitements. Nous, on veut pas cette image pour nos enfants, on veut qu’ils grandissent dans une ambiance saine, sans agressions, sans maltraitance, parce que c’est une maltraitance réellement quand tu vois dans la rue des gens boire et fumer (…) Ici nous cherchions des familles avec des valeurs.

13Elle est actuellement satisfaite, car elle constate que les familles qui l’entourent, ses voisins « recherchent une tranquillité tout comme nous ». Violeta (46 ans) affirme également que La Molina n’est pas un district « comme les autres » : « tant mieux, ajoute-t-elle, parce que mes enfants vivent ici dans une atmosphère plus tranquille, et pas dans une ambiance de gens soûls qui tombent par terre ». Violeta est originaire de la ville de Chimbote ; son père travaillait dans un petit commerce, comme homme à tout faire, elle est arrivée à Lima à 17 ans et après avoir travaillé pour se payer des études, elle est devenue employée d’une entreprise de sécurité contre les incendies. Il y a 10 ans, elle a décidé de monter sa propre petite entreprise dans le même secteur. À la même époque, elle a quitté le cône Nord, zone populaire de Lima où elle vivait, pour venir dans un quartier résidentiel de las Viñas. Elle estime que dans son ancien quartier, « ça a toujours été dangereux, on vivait face à un parc où se rencontraient des bandes de jeunes, il y avait de la bagarre et je devais surveiller mon fils ».

Les normes de voisinage

14Pour entériner le changement social qu’implique le fait d’aller vivre à La Molina, les résidents accordent une grande importance à ce que nous pourrions appeler des normes de voisinage, qui permettent la consolidation du consensus social : tous ont une attitude « décente » de « professionnels » et suivent ces normes établies de façon plus ou moins tacite. Les habitants semblent convertis à un mode de vie qui les unifie, qu’ils ont recherché, qui les légitiment aux yeux des voisins. « Convertis », car venir vivre à La Molina implique de faire connaissance avec de nouvelles règles ; même si l’on souhaitait vivre dans un district calme et de standing, on peut être surpris : « dans d’autres districts, c’est désordonné, tu peux ouvrir un commerce informel », note Giovanna, « mais ici non, c’est plus formel, cela t’induit à travailler plus formellement, c’est plus exigeant, tu dois t’adapter ». Elizabeth raconte par exemple qu’un nouveau résident rompait régulièrement les règles du jeu commun, tacitement établies entre voisins, en organisant des fêtes bruyantes et tardives, de façon répétée. « Tout le monde fait des fêtes » signale Elisabeth, « mais à une certaine heure, et à un volume modéré, car nous tentons de nous respecter entre nous. Dans son cas, le pire c’est que ses amis sortaient dehors pour crier des grossièretés… ». Les voisins ont alors pris l’initiative : « nous avons nommé une commission des voisins les plus anciens et ils y ont été, ils ont parlé avec eux » ; elle affirme qu’aujourd’hui, « il fait ses fêtes plus tranquillement, il respecte le quartier maintenant ». Les résidents n’hésitent pas à appeler la police municipale quand il y a des troubles mais ils s’organisent aussi pour assurer la tranquillité du quartier. Citons enfin les propos d’Honorio, qui, après avoir grandi et passé une partie de sa jeunesse au Callao, dans un secteur populaire du port de Lima, vit depuis une quinzaine d’années à La Molina. Sa mère était employée au ministère de l’Intérieur et a donc bénéficié d’un lot d’habitation dans une urbanización (voir note de bas de page nº6). En racontant une visite qu’il a faite la veille dans son ancien quartier, il fustige les habitudes de ses amis restés là-bas : « Hier j’ai rencontré un ami que je connais depuis petit, et visiblement lui il n’a pas changé, j’arrive et il était en train de boire, il était déjà rond, comme on dit, il continue comme avant, à aimer l’alcool… ». Il souligne qu’au contraire, à La Molina, les relations sont entre personnes « pensantes, éduquées » et que la modération par rapport à l’alcool et à la fête, notamment, caractérise les habitants ; quand je lui demande s’il lui arrive d’inviter des voisins chez lui, il me répond oui, mais rajoute immédiatement que les soirées ne sont jamais sous le signe de l’excès : « on rit, on bavarde, et à un moment on boit un peu d’alcool mais toujours avec modération ».

15Tout se passe donc comme si devenir un bon voisin à La Molina, c’était rejeter une vieille appartenance sociale stigmatisée, à laquelle on ne souhaite plus être identifié. L’usage des espaces publics diffère d’une catégorie sociale à l’autre : les habitants de La Molina souhaitent que les rues et les parcs soient des lieux proprets, bien entretenus, sûrs et tranquilles, où peuvent circuler les enfants. Ils n’acceptent pas la consommation d’alcool ou l’organisation de fêtes sur la voie publique, conduite qu’ils jugent typique des quartiers populaires.

16Il est important de remarquer que les normes de voisinage reposent sur un sentiment d’appartenance à sa rue, à son pâté de maisons, à une petite unité urbaine où tous se connaissent. Le parc, autour duquel sont construites les maisons, symbolise cette unité : tout le monde s’y croise, tout le monde s’y connaît, tout s’y déroule à la vue des habitants. Ces éléments semblent donc indiquer que l’espace jouerait donc bien un rôle de support identitaire : il peut faciliter l’établissement de normes de voisinage qui infléchissent la conduite des habitants et font naître un sentiment d’homogénéité sociale, d’appar­tenance commune. Cependant, certains faits mettent à jour des tensions qui existent entre cette cohésion vantée par les résidents et la réalité des quartiers résidentiels.

Les espaces résidentiels : des supports identitaires fragiles

17Malgré les éléments que nous venons de présenter, les espaces résidentiels étudiés tendent à devenir des supports identitaires de moins en moins efficaces ; les normes de voisinage et le sentiment d’appartenance commune semblent s’être affaiblis au cours de l’évolution des quartiers.

Densification et hétérogénéité des quartiers résidentiels

18Les normes de voisinage se développent sur le terreau d’une identification des voisins entre eux et d’une convergence de leurs aspirations quant à l’aspect et à l’utilisation des espaces publics. Elles favorisent à leur tour le renforcement d’un sentiment d’homogénéité sociale et d’une cohésion de groupe. Mais elles se développent dans des conditions particulières : quand les voisins se connaissent entre eux, quand les nouveaux arrivants sont moins nombreux que les anciens résidents et donc enclins à se plier à leurs règles tacites, et quand les petites unités urbaines (pâtés de maisons, rues, ensembles résidentiels) sont relativement isolées et ne sont pas des lieux de passage intense.

19Or, les familles des classes moyennes sont confrontées à une contradiction : elles aspirent à une vie calme dans une zone peu dense où tout le monde se connaît et respecte les normes de voisinage ; mais parallèlement elles ont besoin d’augmenter leurs revenus, et la stratégie la plus répandue pour cela est de construire un étage à sa maison et de le louer. Violeta l’explique ainsi : « Il y a beaucoup de voisins, au moment où leur enfants entrent à l’Université, qui ont dû aménager leurs maisons pour faire des appartements et pouvoir les louer et avoir de meilleurs revenus (…) . Constamment les locataires changent et des fois des gens viennent qui ne sont pas pareils que les propriétaires, on le voit bien, des gens jeunes (…) qui sont plus agités ». Depuis leur apparition il y a une vingtaine d’années, les quartiers résidentiels de Las Viñas ont bien changé, les maisons se sont dotées d’un ou deux étages, parfois trois. Même si les propriétaires choisissent avec soin leurs locataires, même si les loyers sont relativement élevés par rapport à ceux pratiqués dans les quartiers populaires, la population devient plus nombreuse, et les normes de voisinage ne sont pas aussi bien respectées qu’avant. Des phénomènes que les résidents croyaient propres aux quartiers populaires resurgissent à l’intérieur même des urbanizaciones : jeunes résidents qui forment des bandes, taguent les murs, dégradent les jardins… Parmi les classes moyennes, les jeunes ménages de locataires récemment arrivés ont parfois du mal à joindre les deux bouts, ils travaillent beaucoup, ne peuvent pas embaucher de personnel de garde, et peinent à être attentifs aux fréquen­tations de leurs enfants.

20Le modèle du regroupement de maisons individuelles autour d’un petit parc bien gardé devient peu à peu obsolète. La circulation s’intensifie. Les lignes de transport collectif menant aux quartiers résidentiels sont saturées aux heures de pointe. De petits commerces s’implantent pour satisfaire la demande croissante de services de proximité. La population est plus hétérogène. Honorio, que nous citions plus haut, affirme : « Le quartier a changé, quand je suis arrivé, on ne voyait pas ça, et ça commence à avoir mauvais aspect, mauvaise réputation. Les bandes de jeunes, la drogue, les tags… Ils tagguent les poubelles, une personne avec un certain niveau ne ferait pas ça […]. Mais maintenant c’est partout pareil, on ne peut pas y échapper. » Lui-même a connu une évolution dans sa façon d’habiter le quartier. Il vivait dans une maison individuelle, quelques mois avant l’entretien. Mais, par volonté d’acquérir une certaine indépendance, il est parti avec sa femme et ses deux enfants louer un appartement dans un petit immeuble où le propriétaire vit au rez-de-chaussée, dans une rue où prédomine ce type d’habitat. Il ne connaît plus ses voisins, récemment arrivés comme lui.

Urbanización La Capilla.

Urbanización La Capilla.

Dans cette rue, dont l’entrée est fermée par une grille, on peut voir des maisons auxquelles ont été ajoutés un ou deux étages.

Photo Émilie Doré.

21À mesure que l’espace résidentiel en tant que support identitaire perd de sa force, car les voisins peinent à se connaître entre eux et à s’approprier leur quartier, le manque de cohésion des classes moyennes en tant que groupe social apparaît plus nettement. Les zones densifiées apparaissent alors comme socialement fragmentées. Si l’on se penche sur le rapport des résidents avec les autres catégories sociales, cette fragmentation apparaît plus clairement.

Face à l’Autre

22Les urbanizaciones étudiées sont proches de deux quartiers populaires, Viña Alta et la Coopérative de Logement Los Constructores. Viña Alta est un quartier auto-construit, qui compte aujourd’hui 5000 habitants et est issu d’une invasion de terrain datant de 1967 (la naissance de ce quartier est donc bien antérieure à l’arrivée des classes moyennes dans la zone). Viña Alta se trouve derrière une pépinière municipale, ce qui l’isole. Néanmoins, une voie d’accès où circulent de nombreux moto-taxis (un mode de transport typique des quartiers populaires) permet aux habitants d’être en quelques minutes dans les urbanizaciones. Los Constructores est un petit ensemble de maisons auto-construites constitué dans les années 1990 par une centaine de familles d’employés domestiques et de jardiniers de la zone ; cette coopérative (les habitants se sont cotisés pour acheter le terrain) se trouve au bout d’une rue qui traverse un quartier résidentiel de classe moyenne. Nous avons pu constater que les voies publiques et les jardins des quartiers résidentiels étaient également fréquentés par les habitants des quartiers populaires. Les habitants des urbanizaciones tendent à se plaindre de cette proximité avec Viña Alta et Constructores. On pourrait donc penser qu’ils développent des stratégies de repli. C’est en partie vrai, mais les failles de ces stratégies révèlent leur manque de cohésion.

 

23Nous allons rapidement passer en revue deux grandes stratégies présentes dans les quartiers résidentiels, qui naissent de l’appréhension suscitée par l’altérité sociale : la pose de grilles entravant la circulation et le commérage.

24On observe un grand nombre de grilles barrant les rues et divisant la zone de las Viñas en autant d’espaces résidentiels fermés (Plöger, 2006). Ces installations font suite à l’initiative d’habitants qui se cotisent pour mettre en place un système de cloisonnement. Parfois, la Municipalité entérine ces entraves à la circulation en les autorisant par décret ; le plus souvent, les autorités les tolèrent ou les ignorent. Les grilles sont normalement surveillées par un gardien (employé d’une société de surveillance privée), elles s’ouvrent au passage de la voiture d’un résident. Or ce modèle de quartier fermé, qui tente de reproduire le dispositif des quartiers très sécurisés de la classe aisée, se caractérise surtout, dans les espaces de classes moyennes, par son dysfonctionnement. Dans les quartiers étudiés, beaucoup de résidents sont réticents à payer la cotisation mensuelle qui permet de rémunérer le gardien. Dans le meilleur des cas, les grilles sont effectivement surveillées pendant la journée, et simplement fermées pendant la nuit – il faut que chaque résident descende de voiture et les ouvre avec une clef, ou bien il faut renoncer à les fermer. Souvent, elles ne sont même pas surveillées pendant la journée. Les piétons entrent librement, de jour comme de nuit.

25Les grilles devraient théoriquement empêcher le passage des habitants des quartiers populaires, mais n’y parviennent pas vraiment. Voici un extrait de l’entretien avec Mónica : « [Le quartier Los Constructores] donne juste sur le parc en face de là où je vis. C’est vraiment un problème. Le parc a changé, il n’est plus aussi sûr, parce que tu ne sais pas qui passe par là, tu ne sais pas qui c’est ! ». Mónica affirme qu’on trouve maintenant des bouteilles d’alcool vides dans le parc, et « même des préservatifs ». Nous avons observé que les habitants de Los Constructores fréquentent effectivement le parc et son petit terrain de foot (cependant, il est difficile de vérifier que ce sont bien eux qui boivent ou qui créent des désordres). Les résidents ont voulu fermer le parc avec une grille, mais les habitants de Los Constructores se sont plaints de cette restriction à leur liberté de mouvement. Les parties ont eu recours à l’arbitrage de la municipalité, qui a ordonné l’ouverture de la grille de jour comme de nuit.

26Les classes moyennes ne disposent donc pas des moyens financiers ni des soutiens politiques nécessaires pour créer des enclaves urbaines et s’isoler ; qui plus est, tous les habitants ne contribuent pas au système de « sécurité » qui doit garantir la « tranquillité » du quartier. Certains ne se sentent pas concernés. Jorge, par exemple, a 40 ans et est administrateur d’entreprise. Il vit dans une des urbanizaciones de Las Viñas et déteste les grilles : « S’il y a une urgence ou un séisme, et que justement un immeuble tombe sur l’unique sortie, alors Dieu veuille que tu ne sois pas celui qui doit partir vite en ambulance. Il faut avoir une voie d’accès pour pouvoir sortir le plus vite possible ! Si tu dois attendre que le surveillant arrive… ». Il regrette de devoir faire des détours pour rentrer chez lui quand la grille est fermée, et ne croit pas que les grilles évitent les cambriolages. Cette attitude critique n’est pas rare, et les grilles suscitent autant l’animosité que l’approbation des résidents.

27Voyons à présent le cas du commérage. Comme l’ont montré N. Elias et J. L. Scotson (1965), blâmer ceux qui ne sont pas du même quartier complète une attitude de satisfaction et d’identification à son propre voisinage. Le commérage « négatif » s’applique tout particulièrement à ceux qui sont géographiquement proches mais ne font pas partie du groupe. Norbert Elias était parvenu à la conclusion que ce n’est pas le commérage qui renforce l’unité d’un groupe, mais plutôt l’inverse : la structure du commérage indique le degré de cohésion d’un groupe. Dans notre cas, c’est une situation de fragmentation qu’elle révèle. Dans les conversations à la sortie des écoles, par exemple, on s’en prend aux « jeunes », tantôt à ceux qui vivent dans le quartier, tantôt à ceux qui viennent d’autres quartiers, et selon le secteur précis où l’on habite, les bavardages changent facilement de cible.

  • 9 Le cholo désigne une personne d’origine indienne – andine – qui est venue vivre en ville. Ici le te (...)

28Un exemple peut illustrer notre propos : Alexandra, que nous citions plus haut, vit face à un grand parc. Elle aime rester bavarder dans le parc avec ses amis, elle observe la présence des jeunes de Viña Alta, mais ne les fréquente pas et relaie les habituels préjugés à leur encontre : « Ils traversent le parc et après ils se mettent à fumer et à se droguer, à boire ici au coin de la rue […] ils sont toujours là à traîner dans le parc, c’est le seul problème de ce quartier ». Le quartier où elle vit se trouve également en contact direct avec la Coopérative Los Constructores. Alexandra n’habite cependant pas dans la zone qui est en contact avec la Coopérative ; or, elle affirme : « La relation entre les gens de Lomas [le quartier résidentiel] et ceux de la Coopérative… c’est horrible : ils les voient et ils disent : espèce de cholos9, vous êtes des fauchés… ». En soulignant le racisme des habitants du quartier résidentiel, Alexandra discrédite leur commérage. On peut donc constater qu’elle n’adopte pas systématiquement le point de vue des résidents ; quand elle relaie des préjugés, ce sont ceux qui ont cours parmi son groupe d’amis, les autres lui paraissent injustes. L’échelle des identifications est très variable dans les urbanizaciones : on s’identifie à ceux qui vivent en face de chez nous, autour du parc, ou à ceux qui sont des amis du collège. N. Elias et J.L. Scotson (1965) soulignaient l’importance des relais de commérage (clubs de personnes âgées, églises, clubs sportifs), lieux où toute une communauté peut se retrouver et bavarder, stigmatisant à loisir et dans le plus grand consensus une communauté voisine. Dans une communauté moins structurée, le flux de commérage est plus divers, moins précis, moins cohérent. On critique les jeunes de Viña Alta, mais on refuse de s’unir à la critique contre ceux de la Coopérative ; Alexandra ne s’identifie pas à ceux qui colportent les rumeurs dans le deuxième cas.

 

29Nous l’avons dit plus haut, les tentatives des habitants de se vivre comme un groupe homogène et solidaire ne concernent que des lieux limités (une rue, un petit ensemble de maisons), dans des configurations bien particulières, où les voisins se croisent souvent, au hasard de leurs déplacements et se connaissent. À plus grande échelle, il manque des institutions relais, des lieux où se retrouver pour réaffirmer l’unité d’une communauté. Le cas de l’école peut illustrer notre propos. L’enseignement étant majoritairement assuré par des établissements privés, où s’opère une sélection par l’argent, on pourrait penser que ces institutions assurent ce qu’on pourrait appeler une socialisation de classe, chacun se retrouvant avec ses pairs. Mais, encore une fois, la réalité des « classes moyennes » est plus ambigüe : les familles des urbanizaciones inscrivent leurs enfants dans des établissements scolaires privés mais aux prix abordables, en fonction de leurs ressources. Or, au cours d’entretiens avec les directeurs d’écoles, nous avons découvert que les établissements dont la « pension » mensuelle était de 300 sols ou moins (70 euros environ) recevaient entre 10 et 20 % d’élèves en provenance non pas des quartiers résidentiels, mais des quartiers populaires environnants – où les familles développent leurs propres stratégies de mobilité sociale. Des enfants des urbanizaciones sont donc amenés à fréquenter quotidiennement ceux de Viña Alta : l’école est donc un espace où se manifestent la mobilité sociale et une mixité croissante, plus qu’une institution fermée dédiée à la reproduction des classes moyennes en tant que groupe social.

Une catégorie sociale hétérogène traversée de réseaux d’identification complexes

30Quand les quartiers résidentiels se densifient, phénomène qui paraît d’ailleurs inéluctable tant la pression immobilière est forte, les différentiations ne s’établissent plus entre groupes sociaux biens définis et ancrés dans un territoire. Nous venons de voir, avec l’exemple des grilles et du commérage, que les résidents ne réagissent pas en communauté soudée et fermée face aux autres catégories sociales. Les différentiations sociales continuent d’exister, mais elles s’organisent au gré de la fragmentation sociale ; chaque famille assure une sélection dans ses fréquentations, sélection pouvant être basée sur plusieurs critères et où les préjugés sociaux entrent en ligne de compte.

31Les enfants de Mónica se sont par exemple fait de bons amis dans leur école, un établissement privé aux prix accessibles ; mais elle surveille étroitement ces amitiés : « Pour que les enfants aillent se distraire, tu dois connaître avec quelle famille ils vont aller, ou qui sont leurs amis, plus ou moins en voyant la famille tu sais si c’est une bonne amitié ou non que va avoir ton fils : c’est important de connaître l’entourage de ton enfant pour l’orienter ». Dans ces critères subjectifs s’insinuent des stratégies d’évitement social : mieux vaut éviter de trop fréquenter les enfants des familles les plus démunies, accusés d’avoir une forte propension à la délinquance. Certains réseaux appuient ces stratégies d’évitement, ou leur donnent un support. Lors de l’entretien avec Giovanna, il est apparu qu’elle tendait à être déçue par l’ambiance de son quartier, suite à l’arrivée de nouveaux habitants ; elle se replie sur l’Église évangélique qu’elle fréquente pour sélectionner ses amitiés. Selon elle, il convient de « chercher des amitiés qui soient de notre milieu et qui aient les mêmes valeurs ». L’Église évangélique n’est pas spécialement une institution de classe moyenne, parce que toutes les familles de cette catégorie ne la fréquentent pas, et parce qu’elle constitue, à l’échelle de la ville, un réseau englobant plusieurs couches sociales. Mais localement et ponctuellement, comme c’est le cas ici, elle permet d’assurer une certaine sélection dans les fréquentations des enfants de Giovanna.

32P. Rosanvallon (1995, p. 207) note qu’il existe « une formidable réorga­ni­sation des modes de différenciation » qui accompagne l’émergence des classes moyennes : « ceux-ci ne sont plus uniquement collectifs, ils deviennent plus individualisés ». Chaque habitant développe plusieurs identifications collectives, qui peuvent être différentes de celles de son voisin. Des logiques anta­goniques se trouvent pêle-mêle dans les réseaux des habitants : différen­tiations et préjugés sociaux, mais aussi mixité et ouverture. Alexandra, dont on a vu qu’elle évitait de fréquenter des jeunes de Viña Alta, a pourtant des amis issus de quartiers populaires, mais de quartiers plus lointains : elle les a rencontrés grâce à sa passion pour la musique électronique et le mixage de sons, et en particulier grâce à sa fréquentation de sites d’échange spécialisés sur internet. Sa passion a joué le rôle d’intermédiaire entre elle et ses amis : elle leur a donné un point d’identification en commun, ce qui a permis le contact et le partage.

Conclusion

33À partir du cas que nous avons analysé, celui d’un ensemble de quartiers résidentiels périurbains à Lima, nous avons montré que les habitants tendent à suivre des normes plus ou moins tacites qui régulent l’utilisation de l’espace public et les relations entre voisins. Elles permettent l’identification des habitants entre eux. Cependant, le rôle de support identitaire que jouent les normes de voisinage est fragile : il repose sur une conjoncture précise, à savoir la faible densité de population, la prédominance des maisons individuelles et l’organisation de l’espace urbain autour de petits parcs qui sont autant de points de rencontres. Or, ces caractéristiques s’estompent à mesure que l’espace résidentiel se densifie ; le processus de densification met à jour l’hétérogénéité des habitants et les différences dans leur façon de percevoir leur environnement.

34La faible cohésion des classes moyennes en tant que catégorie sociale apparaît également dans leur rapport aux autres catégories. Il existe clairement des préjugés à l’encontre des catégories plus populaires, mais les frontières sont, en fait, poreuses : d’une part, les familles plus démunies développent une certaine capacité de mobilité spatiale et sociale et partagent des espaces avec les classes moyennes, et d’autre part, les stratégies collectives de ces dernières sont peu efficaces pour construire la figure de l’Autre et la mettre à distance.

  • 10 La construction d’une identité sociale de groupe peut dépendre de la capacité des acteurs à s’appro (...)

35Notre conclusion nous amène à écarter l’existence de formes rigides de distinction territoriale entre les groupes étudiés10, même si les choix des individus quant à leurs fréquentations contribuent à révéler des stratégies de mise à distance et de différentiation. Les modes de différentiation se recomposent donc de façon plus individualisée et les frontières sociales sont changeantes, fluides.

Bibliographie

Bidou-Zachariasen C., 2004, « Les classes moyennes, définitions, travaux et controverses », Éducation et Sociétés, 2004/2, 14, p. 119-134.

Chamboredon J-C., Lemaire M., 1970, « Proximité spatiale et distance sociale, les grands ensemble et leur peuplement », Revue française de Sociologie, XI, 1, p. 3-33.

Doré É., Sandoval C., 2009, « Le racisme à la péruvienne, contradictions et ambigüité de la notion de cholo », in L’ordinaire Latino-américain, 211, IPEALT, Université Toulouse 2, p. 209-220.

Elias N., 1985, « Remarques sur le commérage », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 60, 1, p. 23-29.

Elias N., Scotson J.L., 1997 [1965], Logiques de l’exclusion, enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Paris, Fayard.

Gamero J., Zevallos M. (dir.), 2003, Perú hoy ¿La clase media existe?, Lima, DESCO.

Janoschka M., 2002, “El nuevo modelo de la ciudad latinoamericana : fragmentación y privatización”, Revista EURE, 28, 85, Santiago de Chile, p. 11-20.

Matos Mar J., 2004, “Desborde popular y crisis del Estado, 20 años después”, Lima, Fondo Editorial del Congreso del Perú.

Plöger J., 2006, “La formación de enclaves residenciales en Lima en el contexto de la inseguridad”, Revista Ur[b]es, 3, Lima, p. 135-164.

Rosanvallon P., 1995, La nouvelle question sociale, Paris, Seuil.

Vidal D., 2007, « Les supports territoriaux de l’identité personnelle des travailleuses domestiques de Rio de Janeiro », Espaces et Sociétés, 130, 3, p. 135-149.

Notes

1 Dans son célèbre ouvrage, « El Desborde Popular », Matos Mar précise qu’en 1981, 32 % de la population de la capitale (1 500 000 sur les 6 000 000 habitants) vivait dans des quartiers issus d’invasions informelles. En 2004, cette proportion atteint 59 % de la population de Lima (Matos Mar, 2004, p. 153).

2 On appelle ainsi les quartiers résidentiels légalement constitués et aménagés, par opposition aux quartiers issus d’occupations illégales.

3 Catherine Bidou rappelle qu’en France les classes moyennes ont longtemps été définies comme étant composées de salariés accomplissant des fonctions d’encadrement (Bidou, 2004, p. 121-122).

4 Le programme PERISUD (ANR et AIRD) est porté par une équipe de recherche de l’UMR PRODIG (IRD) en partenariat avec la Faculté de Géographie de l’Université Nationale de San Marcos et l’Institut National de Statistiques (INEI) du Pérou.

5 La Molina constituait un espace à vocation agricole jusque dans les années 1960. Bien qu’elle soit aujourd’hui contigüe à des districts centraux, elle est reliée au centre-ville par une seule avenue, l’avenue Javier Prado, ce qui produit de fait une situation d’enclavement, qui l’a longtemps préservée de l’agitation urbaine.

6 Une circonstance historique a par ailleurs contribué à l’arrivée d’une population aux revenus intermédiaires dans cette zone : devenus propriété de l’État après la réforme agraire, ces terrains ont été cédés aux associations de fonctionnaires des ministères de la Défense et de l’Intérieur dès la fin des années 1970, dans le but d’y loger des employés de ces ministères. Mais on n’y trouve alors aucun aménagement urbain, ni eau potable. De nombreux lots sont revendus par les propriétaires, à des prix très modérés. Les premiers services arriveront peu à peu, avec l’effort de la municipalité notamment, mais c’est surtout la construction d’un réseau d’eau potable au milieu des années 1990 qui signe le début de l’explosion démographique de cette zone. Les maisons individuelles se construisent alors, et les travaux d’infrastructures sont rapidement effectués par les autorités ou par des compagnies privées à mesure que l’occupation de l’espace progresse.

7 Source : site internet de la municipalité, www.munimolina.gob.pe.

8 Ce modèle d’occupation urbaine– un ensemble de maisons individuelles organisées autour de petits parcs – est très prisé et, s’il est particulièrement bien illustré par les quartiers résidentiels de la Molina, il faut noter qu’il tend à exister dans toutes les nouvelles extensions urbaines de la périphérie de Lima où font florès les entreprises immobilières qui aménagent des espaces conçus pour accueillir les nouvelles classes moyennes.

9 Le cholo désigne une personne d’origine indienne – andine – qui est venue vivre en ville. Ici le terme cholo acquiert clairement une connotation péjorative et raciste ; il fait allusion aux origines des habitants des quartiers populaires. Il est paradoxal de constater que ceux qui emploient cette insulte ont aussi souvent une origine andine ; pour comprendre de quelle façon la mobilité sociale permet de renégocier son apparence et ne plus être considéré comme cholo, voir Doré et Sandoval (2009).

10 La construction d’une identité sociale de groupe peut dépendre de la capacité des acteurs à s’approprier un espace : ce point de vue est celui que Dominique Vidal (2007, p. 136) appelle le « prisme du territoire », en opposition avec le « prisme des côtoiements » qui valorise la liberté que la mobilité procure au citadin et s’intéresse aux contacts qui se produisent dans des espaces publics résistant à l’appropriation exclusive d’un groupe – oubliant parfois l’influence de déterminants sociaux.

Table des illustrations

Titre Vue aérienne de la zone d’étude
Crédits Source : Google earth®.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Urbanización La Capilla.
Légende Dans cette rue, dont l’entrée est fermée par une grille, on peut voir des maisons auxquelles ont été ajoutés un ou deux étages.
Crédits Photo Émilie Doré.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540