Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ségrégation et fragmentation dans les métropoles

 | 
Marion Carrel
, 
Paul Cary
, 
Jean-Michel Wachsberger

Partie II. Contextes

La fragmentation : un nouveau regard sur la ville brésilienne ?

Michaël Chétry

Texte intégral

  • 1 L’auteur remercie les organisateurs de cet ouvrage pour leurs commentaires sur une première version (...)

1Dans le débat contemporain qui s’intéresse aux différenciations socio-spatiales dans les grandes villes, le renvoi à la notion de fragmentation est largement répandu pour expliquer les phénomènes d’éclatement de l’espace urbain. C’est le cas au Brésil, où le succès du terme de fragmentation tient aussi de son apparente évidence au regard du paysage contrasté des grandes métro­poles, avec la présence des ensembles résidentiels fermés et sécurisés d’un côté et des favelas de l’autre. La question centrale qui sera développée dans ce chapitre est celle de l’utilité de la notion de fragmentation dans l’analyse de l’orga­nisation socio-spatiale des métropoles brésiliennes. On s’attachera succes­si­vement à retracer les conditions d’émergence de la notion de frag­men­ta­tion dans la recherche urbaine brésilienne, à identifier ses apports et à évaluer sa pertinence comme clé de lecture de la ville en prenant l’exemple des favelas de Rio de Janeiro.1

Émergence et usages de la fragmentation dans la recherche urbaine brésilienne

Une rupture dans les processus d’urbanisation

  • 2 Les cortiços sont des résidences divisées en logements destinés à être loués et occupés par général (...)

2Historiquement, le processus de structuration des métropoles brésiliennes et notamment de Rio de Janeiro est expliqué comme étant le résultat d’une part, d’une « périphérisation de la pauvreté », amorcée dès le début du siècle avec les premières actions de modernisation du centre et de destruction des cortiços2, puis consolidée avec les campagnes d’éradication des favelas et d’autre part, de l’inégale répartition des investissements publics en termes d’infra­structures et d’équipements au profit du centre et au détriment de la périphérie (Abreu, 1997 ; Lago, 2000). Dans ce modèle centre-périphérie, la présence des favelas dans les parties centrales de l’espace métropolitain était considérée comme un phénomène résiduel face à l’extension de la périphérie et de fait, ne rompait pas avec la dualité spatiale (Lago, 2000). Dès lors, cette lecture binaire de l’espace urbain opposant le centre et la périphérie se retrou­vera au centre des analyses sur la compréhension des dynamiques d’orga­nisation de la ville.

3À partir des années 1980, les grandes métropoles brésiliennes vont subir de profondes mutations rendant nécessaire l’adoption d’un nouveau mode de pensée (Vidal, 1994). Au cours de cette décennie, dans un contexte de stagna­tion économique, le processus d’expansion des métropoles connaît une inflexion sous l’effet du ralentissement de la croissance de la population. Sa source principale réside dans la diminution des flux migratoires qu’a connue le pays à cette époque, affectant en priorité les grands centres urbains, au bénéfice des villes moyennes et des capitales régionales, notamment du Sud. Les nouveaux arrivants, dont l’effectif élevé alimentait le développement de la périphérie des grandes métropoles, seront remplacés par une population provenant pour majorité de l’intérieur de l’espace métropolitain, en nombre bien moins important, contribuant ainsi au ralentissement de l’expansion des grands centres urbains (Lago, 2000).

4Ces changements traduisent une évolution du mode d’organisation de la ville qui se caractérise par une nouvelle configuration socio-spatiale. À São Paulo et Rio de Janeiro, des études soulignent une augmentation de la pauvreté au centre de la métropole, révélant un processus d’« involution urbaine » (Santos, 1991) ou de « périphérisation du centre » (Ribeiro, 1992, Vidal, 1994). En parallèle, on assiste à un mouvement contraire, celui de la diffusion des catégories moyennes et hautes dans la périphérie. Si ce phéno­mène a pu donner lieu à une diminution de la ségrégation à l’échelle métro­politaine, certains auteurs ne manquent pas pour autant de la qualifier de pervers (Rolnik, 1990) : il s’apparente selon eux, au mieux à une simple redistribution spatiale, et à une aggravation de la pauvreté dans le pire des cas. Cette évolution s’accompagne de nouvelles formes d’urbanisation avec l’émergence d’espaces résidentiels ou commerciaux exclusifs, comme les ensembles résidentiels fermés et sécurisés et les shopping centers. En d’autres termes, les tendances en cours dans les métropoles brésiliennes convergeraient vers l’installation d’un modèle de différenciation socio-spatiale toujours plus accentué, à travers la formation d’enclaves dans l’ensemble du tissu urbain, aussi bien de populations riches que pauvres (Lago, 2000). L’ensemble de ces processus remet en cause le modèle dual centre-périphérie, qui ne semble plus en mesure de saisir la nouvelle organisation de l’espace urbain. Les qualificatifs de partition, d’éclatement ou de fragmentation apparaissent alors pour caractériser cette « nouvelle » ville.

La prise en compte des effets de la mondialisation sur les métropoles

  • 3 D’autres études sur Londres (Hamnett, 1995) ou Paris (Preteceille, 1995 ; 1998) parviennent à la mê (...)

5La question de la fragmentation trouve son origine dans des travaux de la sociologie nord-américaine sur la mondialisation des structures éco­no­miques et de ses impacts sur la configuration des grandes métropoles mondiales (Mollenkopf et Castells, 1992 ; Sassen, 1996). Pour Sassen (1996), la mon­dialisation conduit à un processus de dualisation de la société, carac­térisé par une polarisation croissante entre les catégories supérieures et inférieures contribuant à une augmentation des inégalités. Ce processus induirait des logiques de séparation et l’apparition de frontières à l’intérieur des villes, et aboutirait à l’émergence de la ville éclatée, rompant avec l’ancien modèle de la ville organique. Cette thèse sera réfutée par des recherches portant sur plusieurs métropoles, et notamment Rio de Janeiro. Dans cette dernière, l’étude menée par Ribeiro (2000) montre qu’aucun indice fiable ne permet de conclure clairement à un processus généralisé de dualisation sociale, ni même spatiale3. Quoi qu’il en soit, la prise en compte de la réflexion autour des effets de la mondialisation de l’économie sur l’espace va contribuer à installer la fragmentation au cœur du débat sur les mutations de l’espace urbain au Brésil. Au-delà du triptyque restructuration économique-dualisation sociale-réorganisation spatiale, d’autres approches de la fragmentation vont rapi­de­ment voir le jour, contribuant ainsi à une diffusion de la notion au sein de la communauté scientifique et à l’élaboration de définitions plus précises du terme. Dès lors, les ouvrages aux titres évocateurs se sont multipliés pour décrire, sous divers angles, la question de l’éclatement de l’espace urbain des grandes métropoles brésiliennes : « métropole fragmentée » (Santos, 1990), « ville des murs » (Caldeira, 2000), « ville partagée » (Ventura, 1994), « ville divisée » (Fantin, 2000), « ville en morceaux » (Sposati, 2001).

Les différents usages de la fragmentation

6Au Brésil, le premier à faire un usage explicite du terme fragmentation est Milton Santos (1990) à propos de la métropole de São Paulo. Il l’envisage comme le résultat de la faible mobilité des populations pauvres qui résident dans la périphérie et qui se trouvent prisonnières de leur lieu de résidence : « L’immobilité d’un si grand nombre de personnes amène la ville à devenir un ensemble de ghettos et transforme sa fragmentation en désintégration » (Santos, 1990, p. 89-90).

7Si d’autres auteurs envisagent la fragmentation de l’espace urbain dans une dimension technique (Sposati, 2000) ou encore culturelle (Fantin, 2000), ce sont surtout les analyses sur les nouvelles formes d’urbanisation qui s’empa­re­ront de la notion de fragmentation et participeront à sa vaste diffusion. En leur cœur se trouvent les études sur les ensembles résidentiels fermés et sécurisés, les condominios fechados, dont le développement spectaculaire est perçu comme un symptôme évident de la fragmentation des métropoles brésiliennes. L’émergence de ce type d’habitat est alors interprétée comme une forme exacerbée de ségrégation socio-spatiale avec l’édification de murs et de barrières dans la ville, derrière lesquels se retranche une partie des élites et des classes moyennes. Ce phénomène est avant tout abordé comme une conséquence du climat d’insécurité et de peur résultant de la montée de la violence et de la criminalité dans les grandes villes dans les années 1980.

8C’est en ce sens que Caldeira (2000) dans son ouvrage Cidade de muros, analyse le processus à travers lequel une partie de la population se retranche sur des territoires fermés et sécurisés dans la métropole de São Paulo. Elle voit dans ces enclaves fortifiées le principal instrument d’un nouveau modèle de ségrégation justifié par la peur du crime et la violence. Se focalisant avant tout sur les stratégies de mise à distance des élites, elle analyse en contrepoint de ce processus de fragmentation les zones de pauvreté situées dans la périphérie de la ville. Dans une approche similaire et plus élaborée, le géographe Marcelo Lopes de Souza (2000, 2002, 2006) utilise la notion de fragmentation en référence aux impacts socio-spatiaux du narcotrafic dans les grandes villes brésiliennes et notamment à Rio de Janeiro. Il développe la notion de fragmentation du tissu sociopolitico-spatial qui renvoie à un double processus, d’un côté la territorialisation des favelas et des autres espaces ségrégés par des groupes de trafiquants de drogues, et de l’autre l’auto-ségré­gation des élites et d’une partie de la classe moyenne dans des résidences fermées et sécurisées, en réaction à la sensation d’insécurité croissante dans les quartiers traditionnels (Souza, 2000). S’il rejoint Caldeira sur le fait que l’émergence des condominios fechados est une des composantes de la frag­men­tation du tissu urbain, l’élément principal réside selon lui dans la multi­plication d’enclaves terri­toriales, dominées par les trafiquants. Dès lors, considérant le territoire comme un espace défini par et à partir des relations de pouvoir, la frag­mentation revêt pour ce dernier une dimension politique et correspond « à des fractures socio-politiques érigées dans l’espace à mesure que les groupes criminels défient l’État et étendent leur domination sur les favelas » (Souza, 2002, p. 500). Ce recours de plus en plus fréquent à la fragmentation dans l’analyse des diffé­ren­ciations socio-spatiales dans les métropoles nécessite alors de s’interroger sur les apports de cette notion par rapport à d’autres concepts utilisés jusqu’alors.

La fragmentation : un changement de perspective

9Dans la recherche urbaine brésilienne, la fragmentation a succédé au dua­lisme qui exprimait l’opposition entre un centre intégré et une périphérie non intégrée, puis la coupure entre la ville formelle et la ville informelle repré­sentée par les favelas. De manière imagée, on pourrait avancer que le passage de la ville duale à la ville fragmentée résulte d’une dislocation de la ville for­melle à travers l’émergence des ensembles résidentiels fermés, tandis que les favelas ont été partie intégrante du processus d’urbanisation. Par rapport au dualisme, la fragmentation semble être une notion plus précise. En effet, l’approche de la ville duale, de par sa nature, produit des effets homogénéisants en considérant comme secondaires les différences internes aux deux parties par rapport à celles qui les opposent (Navez-Bouchanine, 2002). Sur cet aspect, la fragmentation permet de mieux rendre compte de la réalité urbaine en autorisant la prise en compte de la diversité qui existe entre les fragments. D’un point de vue purement géographique, elle permet aussi d’exprimer de manière plus fidèle la distribution des favelas et des ensembles résidentiels fermés dans la ville, ces derniers étant dispersés dans l’ensemble de l’espace urbain.

10On peut également s’interroger sur ce qui distingue la fragmentation par rapport à un autre paradigme couramment utilisé pour traiter des différenciations socio-spatiales dans l’espace urbain, la ségrégation. Bien que, dans le cas des pays du sud (Navez-Bouchanine, 2002) et plus spécifiquement brésilien (Vieillard-Baron et Vasconcelos, 2004), le recours au concept de ségrégation pour analyser la configuration socio-spatiale des grandes villes fasse débat, le terme est régulièrement employé par les chercheurs sous l’influence des travaux académiques portant sur les sociétés urbaines des pays du Nord. Sur ce point, le passage de la ségrégation à la fragmentation exprime l’idée d’une séparation plus rigide, d’une rupture dans l’espace qui serait impossible à résorber. Dès lors, la fragmentation compromet l’idée même de ville, comme unité dans la diversité, alors que la ségrégation elle, n’ôte pas la perception de la ville comme une entité géographiquement cohérente et ne génère pas une remise en cause de l’ensemble (Navez-Bouchanine, 2001).

11Mais, de manière plus générale, il nous semble que ces deux concepts ne se situent pas sur le même registre. En effet, par rapport à la ségrégation entendue comme l’inégale répartition des groupes sociaux dans l’espace urbain (Preteceille, 2006), la fragmentation traduirait des stratégies d’évitement et des mouvements de repli sur soi, volontaires ou subis, d’une partie de la popu­lation. De ce point de vue, la fragmentation déplace le questionnement sur le vécu de la ville et permet ainsi de renouveler l’approche sur les divisions socio-spatiales de l’espace urbain. Elle opère le passage d’une vision par le haut dans laquelle l’individu est considéré comme un objet abordé d’un point de vue extérieur et normatif, à une vision par le bas qui le définit comme un sujet à part entière, caractérisé par ses actions. Ainsi, la fragmentation peut dépasser les approches classiques de la ségrégation lorsque celles-ci se basent sur l’analyse des caractéristiques socio-économiques de la population, en apportant des éléments permettant de mettre en lumière des tendances à l’inclusion ou au contraire à l’isolement.

12Cependant, les analyses en termes de fragmentation comportent aussi des défauts. Tout d’abord, on peut citer la connotation essentiellement pessimiste de la fragmentation qui renvoie à l’éclatement de l’espace urbain et de la société urbaine, présumant à terme la fin des villes (Navez-Bouchanine, 2001). De même, les approches de la fragmentation à partir de ses formes extrêmes et opposées que sont les condominios fechados et les favelas contribuent à réactiver les représentations dualistes de la ville, même s’il est vrai que ces dernières n’avaient jamais réellement quitté le devant de la scène. Dès lors, cela favorise, d’un côté comme de l’autre, un discours stigmatisant à l’encontre de ces espaces et de leurs habitants : les condominios fechados sont ainsi assimilés à des ghettos de riches alors que les favelas sont identifiées comme le lieu par excellence de l’exclusion, de la criminalité et de la violence. Enfin, en se focalisant sur ces objets urbains, on risque aussi d’occulter d’autres processus de séparation, moins visibles, qui se jouent à des échelles plus larges. Au terme de cet état des lieux non exhaustif sur la fragmentation, il convient d’évaluer plus finement la pertinence de cette notion comme clé de lecture de la ville brésilienne.

Les limites des analyses en termes de fragmentation : l’exemple des favelas

  • 4 Rio de Janeiro est aujourd’hui la deuxième ville du Brésil avec un peu moins de 6 millions d’habita (...)

13Dans le cadre de cette partie, nous nous contenterons d’évoquer le cas des favelas de Rio de Janeiro avec l’objectif de nuancer la vision de ces espaces comme des enclaves dans la ville4. En effet, si la diffusion des ensembles résidentiels fermés et sécurisés est un facteur déterminant de la fragmentation urbaine, nombre d’auteurs (Caldeira, 2000 ; Souza, 2000 ; Navez-Bouchanine, 2001 ; Capron, 2006) font aussi référence aux favelas et autres quartiers pauvres comme parties prenantes du phénomène.

Des tendances à la fragmentation

14Il est vrai qu’une première analyse des favelas peut faire croire à une fragmentation. Tout d’abord, leur présence au cœur de la ville est à l’origine d’une rupture dans le paysage qui contribue à cristalliser la perception d’un espace totalement différent. Les favelas présentent en effet une forme urbaine singulière résultant d’un mode de développement marqué par l’informalité et l’absence de planification. Parmi les éléments contribuant à cette singularité, on peut citer une densité d’occupation élevée, conséquence d’un mode d’occu­pation spontané qui répond à la logique d’utilisation du maximum d’espace. Dès lors, les constructions tendent à occuper toute la superficie du terrain et s’appuient les unes aux autres, formant un agglomérat continu. Les espaces non bâtis sont ainsi réduits à leur strict minimum. Il s’agit notamment de rues étroites sinueuses ou d’escaliers essentiels pour circuler et accéder aux habitations. Le tout forme une trame viaire labyrinthique avec des points d’étranglement et de blocage, contribuant à produire une forme urbaine irrégulière. Cela complique également les déplacements de la population qui se font alors, majoritairement, à pied ou en deux roues.

15Les favelas présentent également une morphologie du bâti carac­téristique tant au niveau de l’architecture des constructions que des matériaux employés ou du niveau de finition, qui résulte de la forme de production de logement par le biais de l’auto-construction. Dans les favelas de Rio de Janeiro, le type d’architecture dominant correspond à des constructions sur plusieurs niveaux (deux, voire trois étages ou plus), surmontées d’une toiture terrasse. Cette dernière est d’ailleurs un élément typique des favelas à Rio de Janeiro, véritable prolongement de la maison qui remplace le jardin des maisons traditionnelles, inexistant faute de place. Pour la plupart, les maisons ne disposent d’aucun revêtement, laissant apparaître les briques rouges qui confèrent au paysage une touche particulière et caractéristique des favelas. Au total, l’ensemble de ces éléments physiques donne aux favelas une allure d’espace désordonné et inachevé qui est à l’origine d’une forte hétérogénéité de la forme urbaine.

16Un autre argument fondamental de la fragmentation est celui de la discontinuité dans le tissu urbain. Concernant les favelas, la nature même des sites sur lesquels elles se sont développées (zones marécageuses, bords de cours d’eau ou sites escarpés), en marge de l’urbanisation, les prédispose déjà à un certain enclavement. Les coupures introduites peuvent être naturelles, ou causées par l’implantation d’aménagements destinés à articuler les espaces à une échelle supérieure, telles que les larges voies routières ou les voies de chemin de fer. Cette séparation physique entre les favelas et le reste de l’espace urbain peut être aussi intentionnelle comme dans le cas de l’édification de murs par les pouvoirs publics autour de certaines favelas de Rio. Concrè­te­ment, elles ne disposent que d’un nombre restreint d’accès ce qui contraint la popu­lation à emprunter le même chemin pour entrer et sortir, rendant impossible toute traversée des favelas de part en part, comme on le ferait dans n’importe quel autre quartier de la ville. En définitive, ce déficit d’articulation contribue à l’accentuation d’un certain isolement, limitant la fréquentation des favelas à leurs seuls habitants.

17Au-delà des difficultés d’accessibilité, les personnes extérieures, y compris celles provenant d’autres favelas, hésitent également à y entrer. Aux effets de la stigmatisation et des discours d’exclusion tenus à l’encontre des habitants de certaines favelas s’ajoute la domination bien réelle de groupes criminels armés (liés au trafic de drogue ou aux milices), ce qui non seulement leur donne une visibilité supplémentaire en termes de violence mais contribue directement à leur fermeture, compliquant les échanges avec l’extérieur. On peut également observer des tendances au repli dans les favelas. Pour les habitants, la favela joue un rôle prépondérant voire exclusif pour certains d’entre eux dans la vie quotidienne. Ces attitudes se déterminent à un niveau individuel en fonction des caractéristiques des habitants, selon le sexe, l’âge, le niveau de revenus ou de scolarité, ou encore l’ancienneté de résidence en ville. Ainsi, certains se montrent plus disposés que d’autres à un espace de vie resserré autour du lieu de résidence : les plus démunis, contraints à l’immobilité, des femmes de par leur charge familiale ou encore les migrants récents qui ne sont pas encore adaptés au mode de vie citadin en sont quelques exemples. Plus généralement, le coût que représente le transport pour les habitants dont les revenus sont faibles, notamment lorsque les favelas sont distantes, constitue un handicap évident à la pratique de la ville, de même que le fort sentiment d’insécurité ressenti en dehors, qui peut les conduire à limiter leurs déplacements.

18Au regard de ces quelques éléments, il est donc possible d’interpréter les favelas comme une expression de la fragmentation urbaine. Toutefois, sans nier les réelles difficultés auxquelles sont confrontés les habitants, on peut mettre en évidence des formes d’articulation et de participation à la ville qui méritent tout autant d’être soulignées.

Des pratiques relativisant le retrait des habitants sur l’espace de résidence

19Lorsque l’on s’intéresse aux pratiques urbaines des habitants des favelas, il semble falloir relativiser l’idée d’un repli de la population sur l’espace de résidence. On peut tout d’abord évoquer le cas des trajectoires résidentielles déployées par les habitants et qui montrent qu’ils sont loin d’être captifs. On rencontre ainsi dans les favelas, et de plus en plus, des habitants dont la trajectoire résidentielle antérieure s’est inscrite dans différents lieux de la ville, intégrant des passages dans les quartiers traditionnels ou d’autres favelas. Les stratégies résidentielles des habitants des favelas sont étroitement liées aux réseaux relationnels, les connaissances permettant d’accéder à l’information et de faciliter l’installation. Les exemples d’itinéraires résidentiels montrent qu’ils s’inscrivent à différentes échelles spatiales. Le plus souvent, ils prennent place dans une zone limitée, une grande partie des habitants provenant en effet des quartiers ou des favelas environnants. C’est notamment le cas lorsqu’il s’agit d’accéder à la propriété. Les trajectoires résidentielles peuvent également se diversifier et s’étendre en fonction du motif d’emménagement dans la favela. À Coroado par exemple, une favela centrale de Rio, nombre d’habitants qui s’y sont installés pour se rapprocher de leur emploi, ont vécu auparavant dans d’autres parties de la ville, dans des quartiers en périphérie ou des favelas distantes de la Zone Ouest. Ainsi, l’itinéraire résidentiel des habitants s’inscrit dans un éventail de choix qui, bien que restreint, n’est pas nul, offrant ainsi des opportunités qu’ils peuvent saisir pour atteindre un équilibre entre leurs aspirations et leurs possibilités.

20De même, l’essentiel des pratiques quotidiennes, que ce soit pour le travail, les achats, les études, la santé ou les loisirs, amène les habitants à sortir des favelas, y compris des grandes, qui présentent une densité élevée d’emplois et de commerces. En effet, malgré la présence de discontinuités physiques, les favelas ne sont pas totalement coupées de l’espace urbain. Dans l’ensemble, il existe des voies d’accès et des moyens de transport qui les relient au reste de la ville. Celles qui se situent dans la zone centrale de l’espace urbain bénéficient d’une offre de transport variée avec la proximité du métro et de nombreuses lignes de bus qui circulent dans les environs. Quant aux favelas localisées dans des zones plus distantes, où les réseaux de transport en commun sont moins denses, elles disposent généralement d’une bonne accessibilité au centre-ville. Très souvent, leur desserte est encore améliorée par un réseau de transports alternatifs (minibus, moto-taxis) qui circulent dans la favela et assurent la liaison vers les quartiers voisins. Depuis quelques années, les pouvoirs publics implantent également des projets destinés à faciliter les déplacements dans les favelas situées sur des sites escarpés, avec l’installation d’un funiculaire ou d’un télé­phérique pour les plus grandes.

21La majorité des habitants des favelas gagnent leur vie à l’extérieur. Suivant leur localisation dans l’espace urbain, les environs des favelas peuvent être fortement pourvoyeurs d’emplois aussi bien dans le secteur informel que formel. C’est notamment le cas des favelas situées dans les parties centrales et valorisées de la ville, zones qui concentrent de nombreuses activités et dans lesquelles vivent les classes sociales moyennes et supérieures. Les habitants ont accès de fait à un marché du travail particulièrement adapté dans les commerces et les services : vendeurs, livreurs ou serveurs, domestiques ou femmes de ménage, gardiens d’immeuble ou vigiles, ou encore employés de services dans les bureaux du centre-ville. Pour les habitants qui travaillent dans le commerce ambulant, les environs de ces favelas garantissent une demande stable et un espace de commercialisation. Lorsque les favelas sont plus distantes du centre-ville, l’éloignement des zones d’emploi oblige une grande partie des habitants à faire quotidiennement de longs trajets pour se rendre à leur travail. Cette situation caractérise généralement ceux qui occupent un emploi formel, dont le nombre ne cesse d’augmenter dans les favelas comme dans le reste de la société : les avantages de stabilité, de protection sociale et de manière moins évidente de salaire permettent de compenser le temps passé dans les transports.

  • 5 Entendu comme l’amélioration du cadre physique des favelas à travers l’implantation d’équipements e (...)

22Concernant l’accès à l’éducation et à la santé, une grande partie des favelas sont aujourd’hui dotées d’écoles et de postes de santé. Depuis leur apparition, les transformations subies par les favelas traduisent sans aucun doute un mouvement de rapprochement avec les standards de la ville. La plupart d’entre elles ont connu, à des degrés divers, un processus de normalisation urbaine5, soit à l’initiative des pouvoirs publics, soit par l’action directe des habitants ou leur mobilisation pour revendiquer une intervention. De ce point de vue, les disparités entre les favelas et le reste de la ville vont en diminuant. Toutefois, la déficience dans la qualité des équipements, causée par un manque récurent de moyens humains et financiers, pousse les habitants à développer des stratégies de contournement. Un certain nombre d’entre eux scolarisent leurs enfants et se soignent dans les établissements des quartiers voisins, y compris privés, qui offrent un meilleur service. C’est également à l’extérieur des favelas que se trouvent d’autres équipements fréquentés par la population tels que les hôpitaux, certains collèges et les lycées. Les jeunes habitants qui poursuivent des études dans ces établissements sont donc amenés eux aussi à sortir quotidiennement, et peuvent parcourir de longues distances, le choix de l’établissement scolaire dépendant le plus souvent de l’obtention d’une bourse d’étude, de la spécialité de l’enseignement proposé ou de la réussite au concours d’entrée en ce qui concerne l’université.

  • 6 Pour une analyse plus détaillée des pratiques de consommation et de loisirs des habitants des favel (...)

23Pour l’approvisionnement alimentaire, les pratiques sont plutôt homo­gènes, la plupart des habitants recherchant le meilleur prix en incluant le coût du transport6. Dès lors, ils ont le plus souvent recours aux grandes surfaces ou aux marchés situés dans les quartiers voisins, car les prix sont généralement bien inférieurs à ceux pratiqués dans les commerces locaux. Les pratiques d’approvisionnement peuvent aussi se diversifier suivant les goûts, le niveau de revenu ou les services offerts par les supermarchés. Les habitants qui ont un peu plus de moyens préfèrent les grandes surfaces destinées à une clientèle supérieure et offrant une plus grande variété de produits. Plus rarement, l’appro­visionnement alimentaire peut se faire au-delà des quartiers envi­ronnants lorsque les habitants disposent d’un moyen de transport personnel : ils peuvent se rendre dans les supermarchés où qu’ils soient et combiner leurs achats avec d’autres activités.

24D’autres types de pratiques, plus occasionnelles, comme les achats spécifiques et plus généralement les distractions, peuvent se traduire par des déplacements à l’échelle de l’espace urbain. Ainsi, les achats non alimentaires (comme les vêtements ou les articles de maison par exemple) se font généralement dans le centre-ville où se trouve le Saara, un quartier commercial populaire très dense, et qui compte de nombreux magasins et de grandes enseignes d’habillement. Le soir, le centre est également un lieu de sortie apprécié des jeunes, notamment le quartier de Lapa pour son atmosphère populaire et mélangée, la diversité des activités (restaurants, concerts, bars, discothèques) et les prix raisonnables. Plus généralement, les sorties se font dans les établissements situés dans les quartiers proches de la favela, exception faite de la Zone Sud de la ville, où les prix sont inabordables. Parmi les loisirs pratiqués à l’extérieur des favelas, se rendre au parc mais surtout à la plage restent les activités les plus courantes le week-end, ayant l’avantage d’être gratuites. Les plages de la Zone Sud (sauf Leblon et dans une moindre mesure Ipanema qui sont plus exclusives) ou de la Barra da Tijuca sont parti­culiè­rement prisées pour leur cadre et la qualité de l’eau, même si le temps et le coût du transport limitent leur fréquentation pour les habitants des favelas les plus distantes. Au même titre que la plage et le parc, le shopping center est devenu un lieu de sortie à part entière pour une partie des habitants des favelas. Les shopping centers ne sont plus les lieux de consommation réservés des riches, leur intense développement au cours des dernières décennies s’étant aussi reposé sur une segmentation de la clientèle. Ainsi, il existe aujourd’hui des shopping centers destinés aux classes populaires qui se distinguent par leur localisation plus excentrée, par le standing des magasins et par des prix plus abordables. Ce sont ces derniers que les habitants des favelas fréquentent principalement. Si certains y font leurs achats, pour la majorité d’entre eux c’est avant tout un espace de loisirs (cinéma, restaurants, salles de jeux vidéo, bowling) et un lieu de rencontre particulièrement prisé par les jeunes. Au final, les habitants des favelas ont donc la volonté d’accéder aux différentes ressources offertes par la ville, bien que cela implique, comme on l’a vu, de surmonter des difficultés dans leur mobilité. De ce point de vue, ces pratiques spatiales sont un moyen pour les habitants de rompre avec la quotidienneté, mais elles changent surtout leur rapport à l’espace en même temps qu’elles renforcent leur participation à la société urbaine. Un exemple révélateur de cette dynamique est la fréquentation des shoppings centers, symboles d’une consommation qui est une composante importante du sentiment d’appar­tenance à la société brésilienne (Cary, 2010).

25Un dernier exemple pouvant nuancer l’image de la favela comme une entité séparée du reste de la ville est donné par l’analyse des pratiques de sociabilité des habitants. Si leurs réseaux sociaux sont fortement inscrits dans la favela, ils ne sont pas pour autant le signe d’un repli communautaire et ils s’étendent aussi largement à l’ensemble de la ville. La concentration des réseaux sociaux, principalement familiaux, dans la favela est avant tout le résultat du mode d’installation, qui s’appuie sur les réseaux de connaissances, ou de la dé­cohabitation sur place des générations successives. Cependant, la proximité spatiale n’indique en rien la fréquence et la nature de ces relations. Si elles sont intenses pour les plus démunis, la famille proche contribuant directement à la survie du ménage, pour les autres, les liens familiaux sont plus lâches et jouent un rôle de moins en moins important dans leur quotidien. Les relations de voisinage occupent elles aussi une place essentielle dans la favela mais le plus souvent elles ne sortent pas du cadre de la cordialité et permettent simplement de maintenir une cohabitation conviviale. Dans certains cas, les rapports peuvent même devenir conflictuels lorsque la promiscuité, très forte dans les favelas, est mal vécue. Le bruit, le non-respect de l’espace de chacun ou les commérages sont autant de raisons qui aboutissent à envenimer les rapports entre voisins. Les formes d’entraide se réduisent à la sphère familiale ou amicale proche. En dehors de ce cercle, la solidarité à l’échelle de la favela reste ponctuelle. Plus encore, la vie sociale interne aux favelas est traversée par des clivages, par exemple entre habitants de longue date et nouveaux arrivants ou entre les plus pauvres et ceux un peu mieux lotis, qui reproduisent ainsi la stigmatisation dont ils sont eux-mêmes l’objet à l’extérieur. De ce point de vue, il apparaît donc difficile d’associer la population des favelas à un groupe homogène et uni, qui traduirait un repli identitaire.

26La plupart des habitants entretiennent aussi des liens avec des personnes résidant à l’extérieur de leur favela. Ces relations peuvent être de nature amicale, créées dans le cadre du travail et des études, des activités associatives (en premier lieu la pratique religieuse) ou encore issues de l’ancien lieu de résidence. Elles peuvent être d’ordre familial, construites au long des itinéraires résidentiels des individus, qu’ils soient antérieurs ou postérieurs à la venue dans la favela. De ce point de vue, le temps passé en ville ainsi que la fréquence des activités réalisées en dehors de la favela sont autant de facteurs qui contribuent à une déterritorialisation des réseaux relationnels des habitants en élargissant leur l’inscription spatiale dans l’espace urbain, en même temps qu’ils favorisent un mode de vie tourné vers l’extérieur que ce soit en termes de liens sociaux ou de pratiques. Dès lors, selon le mode de constitution des réseaux relationnels, les habitants des favelas peuvent appartenir à différents cercles de sociabilité, certains liés à l’espace dans lequel ils vivent, d’autres aux activités sociales qu’ils pratiquent.

27Cette brève exploration de la vie quotidienne des habitants des favelas souligne donc de nombreuses formes d’insertion dans l’espace urbain et montre que vivre dans une favela n’implique en rien d’avoir un mode de vie différent de celui des autres urbains. Celui-ci, au contraire, intègre les normes et valeurs de la société urbaine et ses lieux centraux et symboliques. Nul doute que les processus actuels de croissance du Brésil, dont profitent largement les classes populaires qui connaissent une élévation de leur niveau de vie, consolident cette tendance en facilitant un usage plus extensif de la ville.

Conclusion

28Au total, la fragmentation montre ses limites comme clé de lecture de la ville brésilienne. Dans le cas des favelas, bien que leur morphologie urbaine, la présence de discontinuités, leur domination par les pouvoirs parallèles ou la distance physique puissent conforter l’image d’une enclave spatiale, les comportements qui témoigneraient d’un repli sur l’espace de résidence et d’un retrait de la société urbaine sont à nuancer. Plusieurs études portant sur les ensembles résidentiels fermés aboutissent à des conclusions similaires allant à l’encontre des nombreuses critiques dont ils font l’objet, telles que celles qui les associent à des ghettos de riches (Capron, 2006 ; Charmes, 2011). En réalité, différents phénomènes prennent place dans les métropoles, s’inscrivent à différentes échelles relevant d’une dimension spatiale ou sociale, et incor­porent à la fois des tendances à la séparation mais aussi à l’intégration. Ainsi, si comme nous l’avons vu, les habitants des favelas sont de plus en plus insérés dans la ville, c’est d’une ville segmentée par des divisions internes de plus en plus rigides qu’il s’agit, lesquelles sont le reflet d’une société dans laquelle les inégalités sont profondément enracinées. La ville des moins fortunés, qu’ils habitent les favelas ou non, celle des équipements publics de mauvaise qualité, des transports difficiles, reste profondément distincte de celle vécue par les autres urbains mieux lotis.

Bibliographie

Abreu M., 1994, “Reconstruindo uma história esquecida : origem e expansão inicial das favelas do Rio de Janeiro”, Revista Espaço e Debates, 37, p. 34-46.

Abreu M., 1997, Evolução Urbana do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, IPLANRIO.

Agier M., 1999, L’invention de la ville : banlieues, townships, invasions et favelas, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Baby-Collin V., 2000, Marginaux et citadins. Construire une urbanité métisse en Amérique Latine, Thèse de doctorat, Géographie, Université Toulouse II-Le Mirail.

Caldeira T., 2000, Cidade de muros : crime, segregação e cidadania em São Paulo, São Paulo, Editora 34/ Edusp.

Capron G. (dir.), 2006, Quand la ville se ferme. Quartiers résidentiels sécurisés, Paris, Bréal.

Cary P., 2010, « Réflexions sur la « société de consommation » brésilienne », Problèmes d’Amérique latine, 37, p. 75-90.

Charmes, E., 2011, « Les Gated Communities : des ghettos de riches ? », La Vie des idées. ISSN : 2105-3030. < http://www.laviedesidees.fr/Les-Gated-Communities-des-ghettos.html >

Chétry M., 2010, Les habitants des favelas face au droit à la ville au Brésil : réalité de la fragmentation urbaine, défi de l’intégration, Thèse de doctorat, Géographie-Aménagement, Université Jean Moulin Lyon 3, Lyon.

Chétry M., 2011, « L’insertion des habitants des favelas de Rio de Janeiro dans la ville : le cas des pratiques de consommation et de loisirs », Confins, 13, [En ligne], http://confins.revues.org/7244 (consulté le 26 mars 2012).

Fantin M., 2000, Cidade dividida. Dilemas e disputas simbólicas em Florianópolis, Florianópolis, Cidade Futura.

Hamnett C., 1995, « Les changements socioéconomiques à Londres », Sociétés contemporaines, 22-23, p. 15-32.

Lago L., 1996, “Desigualdades socioespaciais e mobilidade residencial na metrópole do Rio de Janeiro : novas tendências em tempo de crise”, Cadernos IPPUR, Rio de Janeiro, agosto-dezembro, X, 2, p. 57-76.

Lago L., 2000, “O que há de novo na clássica núcleo-periferia : a metrópole do Rio de Janeiro”, in Ribeiro L. C. (dir.), O Futuro das Metropoles : Desigualdades e governabilidade, Rio de Janeiro, Revan, p. 208-227.

Mollenkopf J., Castells M. (dir.), 1992, Dual City : restructuring New-York, New-York, The Russel Fundation.

Navez-Bouchanine F., 2001, « Des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale : une approche critique de la notion de fragmentation », in Dorier-Apprill E., Vocabulaire de la ville. Notions et références, Paris, Édition du temps, p. 109-118.

Navez-Bouchanine F., 2002, « La fragmentation : sources et définitions », in Navez-Bouchanine F. (dir.), La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, L’Harmattan, p. 45-104.

Préteceille E., 1995, « Division sociale de l’espace et globalisation. Le cas de la métropole parisienne », Sociétés contemporaines, 22-23, p. 33-67.

Préteceille E., 1998, « De la ville divisée à la ville éclatée : questions et catégories de recherche », in May N., Veltz P., Landrieu J., Spector T. (dir.), La ville éclatée, Paris, Éditions de l’aube, p. 33-47.

Préteceille E., 2006, « La ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? La métropole parisienne entre polarisation et mixité », Sociétés contemporaines, 62, p. 69-93.

Rhein C., Elissalde B., 2004, « La fragmentation sociale et urbaine en débats », L’information géographique, 68, 2, p. 115-126.

Ribeiro L. C., 1992, “Crise et mudanças nas metrópoles brésileiras: a periferização em questão”, communication présentée au colloque “O novo mapa do mundo”, ANPUR, São Paulo, 1-5 septembre.

Ribeiro L. C., 2000, “Cidade desigual ou cidade partida ? Tendências da metrópole do Rio de Janeiro”, in Ribeiro L. C. (dir.), O Futuro das Metropoles : Desigualdades e governabilidade, Rio de Janeiro, Revan, p. 63-98.

Ribeiro L. C., 2004, Metrópoles : entre coesão et fragmentação, a cooperação e o conflito, Rio de Janeiro, Fase.

Santos M., 1975, L’espace partagé : les deux circuits de l’économie urbaine des pays sous-développés, Paris, Genin.

Santos M., 1990, Metropóle corporativa e fragmentada. O Caso de São Paulo, São Paulo, Nobel.

Santos M., 1991, “Involução metropolitana e economia segmentada, o caso de São Paulo”, in Ribeiro A. (dir.), Metropolização e rede urbana : perspectivas dos anos 1990, Rio de Janeiro, UFRJ-IPPUR.

Rolnik R. et al., 1990, São Paulo : Crise e mudança, São Paulo, Brasiliense Editora.

Sassen S., 1996, La ville globale. New York, Londres, Tokyo, Paris, Descartes.

Sposati A., 2001, Cidade em Pedaços, São Paulo, Brasiliense Editora.

Souza M., 2000, O desafio metropolitano. Um estudo sobre a problemática sócio-espacial nas metrópoles brasileiras, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil.

Souza M., 2002, Mudar a cidade. Uma introdução crítica ao planejamento e à gestão urbanos, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil.

Souza M., 2006, A prisão e a ágora. Reflexões em torno da democratização do planejamento e da gestão das cidades, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil.

Valladares L., 2006, La favela d’un siècle à l’autre, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Ventura Z., 1994, Cidade Partida, São Paulo, Companhia das Letras.

Vidal L. 1994, « Les mots de la ville au Brésil. Un exemple : la notion de « fragmentation » », Cahiers des Amériques Latines, 18, p. 161-181.

Viellard-Barron H., Vasconcelos P., 2004, « Une lecture de la ségrégation au Brésil au regard de la situation française », Diversité, 139, décembre, p. 171-178.

Notes

1 L’auteur remercie les organisateurs de cet ouvrage pour leurs commentaires sur une première version de ce texte présentée à la journée d’étude « Métropole, ségrégation, fragmentation » du Ceries (Lille 3).

2 Les cortiços sont des résidences divisées en logements destinés à être loués et occupés par généralement par des familles pauvres. Ces habitations collectives se caractérisaient par des conditions de vie précaires : les logements sont exigus et sur-occupés, et les équipements (cuisine, installations sanitaires) en commun.

3 D’autres études sur Londres (Hamnett, 1995) ou Paris (Preteceille, 1995 ; 1998) parviennent à la même conclusion, soulignant ainsi les limites de la thèse de la dualisation.

4 Rio de Janeiro est aujourd’hui la deuxième ville du Brésil avec un peu moins de 6 millions d’habitants (11 millions pour la région métropolitaine). Elle compte plus de 750 favelas dispersées sur l’ensemble de l’espace urbain, où résident environ 1 million d’habitants, soit un peu moins de 20 % de la population totale de la ville.

5 Entendu comme l’amélioration du cadre physique des favelas à travers l’implantation d’équipements et d’infrastructures de base, et par l’asphaltage des rues.

6 Pour une analyse plus détaillée des pratiques de consommation et de loisirs des habitants des favelas de Rio de Janeiro, voir Chetry, 2011.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540