Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ségrégation et fragmentation dans les métropoles

 | 
Marion Carrel
, 
Paul Cary
, 
Jean-Michel Wachsberger

Partie I. Concepts et mesures

La ville dense et ses habitants

Olivier Piron

Texte intégral

« Les personnes et les gens sont la matière de la cité, mais son ordonnance et sa gubernation en sont la forme »
Nicolas Oresme, premier traducteur d’Aristote en français, 1392.

Position du problème

1La densité a toujours été un attribut essentiel de la ville, mais qui parle des habitants des villes denses, qui s’intéresse à ce qu’ils sont, à ce qu’ils font, à leurs conditions de vie ? Les habitants sont de fait un point aveugle du paradigme de la densité urbaine.

  • 1 Par exemple la charte d’Aalborg sur la ville durable (2003).

2Les urbanistes ont toujours mis en valeur la ville dense (FNAU, 2004), son rôle de lieu de rencontre, de fertilisation réciproque des différentes activités, et la présentent comme le creuset d’une nouvelle culture urbaine, avec les exemples d’Athènes et de Rome. C’est désormais une longue tradition qui, par exemple d’Henri Lefebvre (1970) à Olivier Mongin (2007), célèbre la civilisation et la culture urbaines. Le thème de la ville dense a été développé récemment, avec l’opposition entre le modèle d’Amsterdam de la ville dense, et celui de Johannesburg de la ville éclatée (Levy, 2004). Dans cette analyse, le désir de vivre en ville est identifié à l’amour des autres, et le souhait de vivre hors des villes au désir de se couper des autres. La population se trouve ainsi classée, selon son lieu de résidence, entre allophiles et allophobes. Sur le plan économique, la densité, qui favorise les interactions entre activités de toute nature, est considérée comme un facteur décisif de productivité comme de créativité (SESP DAEI, 2006). Ces analyses ont pris récemment une nouvelle actualité avec les approches liées au développement durable (Emelianoff, 2004) qui s’appuient notamment sur toutes les économies potentielles de déplacement liées à la densité. C’est pourquoi Jacques Lévy (2010) a pu proclamer : « la ville est la ville durable », en identifiant par ailleurs ville et ville compacte. Toute une dynamique européenne s’est d’ailleurs organisée autour de ce thème1.

3Ces approches ont toutes un point commun : le thème de la ville s’impose comme un en-soi, et le point de vue propre des habitants ne paraît d’aucun intérêt. De nombreux textes tournent en dérision les ménages qui veulent vivre ailleurs (Piron, 2011) et l’attitude de ceux qui renâclent devant la densification urbaine est d’habitude stigmatisée sous l’expression du phénomène NIMBY (not in my back-yard). D’ailleurs les tentatives de modélisation urbaine (Antoni, 2010) se concentrent de fait, pour la plupart, sur les thèmes « Formes urbaines et déplacements » en laissant de côté les questions liées à l’habitat comme à l’habitant. Nous sommes en présence d’un véritable trou noir de la pensée urbanistique habituelle.

4Par ailleurs, si on passe à une grille de lecture par le biais du logement, les discours s’inversent : les villes sont le lieu d’élection du mal logement, des SDF et des loyers ahurissants. Le thème du mal-logement en ville s’avère de plus en plus prégnant (Fondation Abbé Pierre, 2012), et celui de la flambée des prix immobiliers, avec ses conséquences sociales, déferle sur les médias comme sur les programmes des partis politiques. Sous l’angle des questions sociétales, c’est bien sûr en ville que se produisent les émeutes urbaines, avec des problèmes d’ordre public régulièrement au premier plan de l’actualité politique (Bronner, 2010).

5Autrement dit, les discours sur la ville en termes d’urbanisme cachent des réalités sociales qui sont analysées dans des corpus soigneusement séparés, alors que leur prise en compte pourrait conduire à réinterroger certains a priori de départ. Il devient alors nécessaire d’examiner les villes sous l’angle des habitants, d’en analyser certaines spécificités et caractéristiques pour enfin amorcer une réflexion sur les politiques publiques correspondantes. Une des premières façons de s’y prendre consiste à examiner les densités actuelles de certaines villes, afin de tenter de percevoir les évolutions récentes telles que les habitants les ont à la fois façonnées et acceptées.

La définition d’un corpus de communes denses

  • 2 INSEE Première, no 1364, août 2011.
  • 3 Les bases de données TERUTI, puis TERUTI-Lucas, gérées par l’INRA, définissent depuis 1982 les terr (...)

6Se pose tout d’abord une question de méthode : aucun discours sur la densité ne se donne la peine de définir de quoi il parle, et il n’existe d’ailleurs pas de définition des villes. La définition des unités urbaines selon l’INSEE descend jusqu’à 2000 habitants agglomérés – des bourgs ruraux selon l’acception commune –, ce qui conduit à dire que selon les données 2008, les villes françaises comportent désormais 47,9 millions d’habitants, corres­pondant à 22 % du territoire métropolitain2, soit plus de 118 000 km2. Or, celui-ci n’est artificialisé, d’une manière ou d’une autre, qu’à 8 %3. C’est dire que ce territoire déclaré statistiquement urbain est très majoritairement composé d’espaces agricoles et naturels, et donc peu propice à une analyse des phénomènes liés à la densité urbaine. Comment dès lors différencier les territoires denses des autres territoires ? Seule est en réalité possible une analyse à l’échelle de la commune, dans la mesure où les données disponibles de l’INSEE sont présentées à cette échelle. Or, il n’existe aucune base de données permettant, commune par commune, d’isoler la partie urbanisée de celle restée rurale ou naturelle. Pour rendre compte de la densité et de ses effets, il est alors nécessaire de se constituer un corpus spécifique, à base communale.

7Nous avons ainsi retenu dans cette étude l’ensemble des communes de plus de 5000 habitants, qui possèdent une densité démographique brute (nombre d’habitants rapporté à la superficie totale de la commune) supérieure à 2 500 habitants. Cet ensemble constitue de fait un échantillon représentatif des communes denses, d’une ampleur suffisante pour qu’on puisse en tirer des enseignements et suffisamment différencié du reste du territoire pour posséder des caractéristiques propres. Dans la suite de ce travail, le terme « régions » désignera l’ensemble des régions métropolitaines, Ile de France exclue. Sauf indications contraires, les données sont celles de l’INSEE relatives à l’année 2008.

Tableau n° 1 : Définition du corpus de communes denses

Tableau n° 1 : Définition du corpus de communes denses

*Chiffres dans la géographie 2010, les autres étant de 2008. Mais les ordres de grandeur restent les mêmes.
**Définition réutilisée dans les tableaux ci-dessous.

8Ce corpus laisse de côté certaines communes urbaines avec de vastes espaces naturels, comme Fontainebleau ou Saint-Germain en Laye pour l’Ile de France, comme Arles et Aix-en Provence pour les régions : elles possèdent d’importants espaces naturels qui empêchent de les utiliser dans un raisonnement visant à réfléchir sur les densités vécues par les habitants dans leur vie quotidienne. Par ailleurs, pour l’Ile de France, on y retrouve pratiquement l’ensemble des communes des trois départements de la petite couronne. Pour les régions, cet échantillon est constitué aux deux tiers environ de chefs-lieux de département. Globalement l’échantillon retenu est suffisamment consistant – 75% de la population des communes de plus de 20 000 habitants – pour donner des résultats significatifs.

9Ces communes denses peuvent être comparées au reste du territoire, dans une analyse qui désagrège parfois les différents secteurs de la région Ile de France, assez différents entre eux, selon la catégorie Paris, Petite couronne (départements 92, 93 et 94) et Grande couronne (départements 77, 78, 91 et 95). Par contre, aucune segmentation ne s’impose nettement pour les communes dans les régions. Elles seront donc prises en bloc dans la suite de l’analyse. L’existence de forts espaces naturels dans certaines communes, comme Marseille, conduit à minorer les calculs de densité, qui doivent donc être pris comme limites inférieures de la densité des espaces spécifiquement urbanisés. Les résultats annoncés quant aux densités sont donc plus à utiliser comme ordre de grandeur que comme mesure scientifique précise.

10Sur cette base, le corpus ainsi défini sera utilisé pour trois séries de données :

  • les données historiques : leur évolution dans le temps sur une période longue.
  • les données humaines : la population globale, sa répartition par âge et taux d’activité, sa répartition par catégorie socio-proportionnelle, et son origine.
  • des grandeurs physiques : le nombre de logements, de résidences principales et la taille de ceux-ci, et une évaluation du confort spatial par habitant (voir plus loin).

Les résultats obtenus

11La première utilisation des tableaux mis en ligne par l’INSEE concernera l’évolution de la population de ce corpus :

Tableau n° 2 : La population d’ensemble du corpus (en milliers d’habitants)

Tableau n° 2 : La population d’ensemble du corpus (en milliers d’habitants)

12Cette analyse longitudinale montre que la population de ce corpus de communes denses, qui avait nettement augmenté de 1962 à 1968, est restée en gros la même de 1968 à 1999, puis a recommencé à croître au moins à partir de cette date. La partie Ile de France a toujours été en augmentation, même légère. Par contre pour les régions, le niveau de 1975 n’a toujours pas été retrouvé. Du coup, le poids de ce corpus dense a décliné au fil des ans de façon régulière, comme d’ailleurs dans d’autres pays européens (Talandier, Davezies, 2009). Il n’a représenté que 10 % du développement démographique métropolitain de la période 1968-2008. Cette évolution globale est le résultat de composantes nettement différentes, allant des communes les plus dynamiques à celles qui ont vu leur population décroître. Elles doivent être analysées l’une après l’autre.

Les différentes dynamiques de densité

13On peut distinguer, tant pour l’Ile de France que les régions, trois types différents de développement : les communes qui ont au moins doublé leur parc de résidences principales, celles qui ont connu une décroissance de population sur cette période dans son ensemble, enfin les autres communes à rythme de développement modéré. Le taux d’occupation des logements (T.O.), mesurant le nombre de personnes par résidences principales (R.P.) donne des indications sur l’évolution du peuplement.

Tableau n° 3 : Les croissances accélérées

Tableau n° 3 : Les croissances accélérées
  • 4 ZUP : Zones à urbaniser par priorité, catégorie créée par une ordonnance de 1958. Les ZUP se sont d (...)

1462 communes – dont 46 en Ile de France – ont connu une croissance accélérée de leur population. Cette croissance accélérée englobe en Ile de France aussi bien des villes nouvelles, que des actions d’urbanisation antérieures, comme certaines ZUP4. Dans les régions, elle s’appuie davantage sur des noyaux urbains préexistants, comme Montpellier. L’essentiel des zones agglomérées étant récentes, la densité trouvée in fine traduit bien le résultat concret des conceptions urbaines actuelles et de leur mise en œuvre.

Tableau n° 4 : Les décroissances de population

Tableau n° 4 : Les décroissances de population

15102 communes – dont 37 en Ile de France – ont en revanche connu une décroissance de leur population. Elle s’est produite malgré une croissance globale du parc de résidences principales. Les communes en décroissance de population depuis 1968 sont nombreuses : Paris et 35 autres communes en Ile de France, Marseille, Lyon, Bordeaux, Lille et bien d’autres en régions. Le rythme de construction de logement n’a pas réussi à compenser la disparition et la désaffectation du parc antérieur, ainsi que les effets du desserrement de la population. Trois communes, Paris en Ile de France, Roubaix dans le Nord et Sallaumines dans le Pas-de-Calais, ont aujourd’hui un parc de résidences principales inférieur à celui de 1968.

Tableau n° 5 : Les augmentations modérées

Tableau n° 5 : Les augmentations modérées

16Enfin, 161 communes – dont 83 en Ile de France – ont connu des augmen­tations modérées de leur population. Elles ont connu cependant un effort réel de construction qui s’est traduit d’abord par une forte baisse du taux d’occupation. Comme pour les zones en forte croissance, la chute est uniforme en régions – de 3 à 2 environ –, alors que dans la plus grande partie de l’Ile de France le desserrement a été moins rapide.

17Les évolutions de la densité dans le temps sont donc très différentes d’une région à l’autre et n’ont pas non plus le même sens selon l’indicateur retenu (densité brute globale ou taux d’occupation des logements). Par ailleurs, pour ces deux indicateurs, il apparaît une nette différence entre l’Ile de France et les régions.

Une densité pivot

18Mais on voit surtout apparaître une densité pivot, autour de 4000 hab./km2, aussi bien pour les zones de forte urbanisation que pour les régions. Seules les zones historiquement denses de l’Ile de France restent à un niveau bien supérieur. Que des zones d’urbanisations récentes, forgées aussi bien par ce qu’on appelait les conceptions du mouvement moderne, que par des conceptions plus récentes, se retrouvent au niveau de densité de zones d’urbanisation anciennes à évolutions lentes, voire négatives, doit être souligné. Le chiffre ainsi obtenu peut se traduire par 250m² par habitant. On retrouve ici des ordres de grandeur déjà avancés – de 200 à 400m² par habitant – en 1973 après des comparaisons internationales sur « l’impératif territorial de l’homme et ses besoins d’appropriation » (Falque, 1973). Cela conduit alors à forger l’hypothèse suivante : les habitants choisissent leur densité. Ils opèrent de plusieurs façons :

  • Soit les habitants refusent les opérations d’urbanisme dont ils ne veulent pas, par le bulletin de vote ou les actions contentieuses,
  • Soit les promoteurs publics comme privés ne veulent plus lancer d’opérations se traduisant par un refus potentiel du milieu environnant,
  • Soit les habitants déménagent, pour des raisons de coût ou de confort, dans des endroits de densité plus faible, et correspondant mieux, sous un angle ou sous un autre, à leur inspiration. Ils votent avec leurs pieds.

19Les analyses suivantes vont permettre de mieux appréhender ce phénomène en comparant les populations habitant les communes analysées à celles du reste du territoire

Première série de données : qui habite la ville dense ?

20Un seul tableau chiffré permettra de faire trois constatations fortes. Il concerne les populations métropolitaines, réparties par tranche d’âge, et présente les regroupements pour les catégories suivantes : communes denses en Ile de France – avec un zoom sur la Seine-Saint-Denis –, communes denses en région et France entière. Il permet de faire les constatations suivantes :

Tableau n° 6 : Les structures par âge de la ville dense

Tableau n° 6 : Les structures par âge de la ville dense

21Pour tout ce qui est communes denses, le poids des 0 à 5 ans, qui devrait être la moitié de celui des 6 à 17 ans, comme on le constate pour l’ensemble de la France métropolitaine, est nettement supérieur. Seule explication possible à cette distorsion : une tendance des familles à vivre hors zone dense dès que l’on atteint les deux enfants. Par contre, le poids des jeunes enfants en communes denses est plus fort en Ile de France que dans les autres communes denses. C’est logique : il est assez facile, en région, d’habiter en maison dans la campagne environnante avec ses enfants tout en allant travailler dans la partie dense des agglomérations, alors que ce n’est pas le cas en Ile de France.

22Mais pour les tranches d’âge supérieur, les chiffres sont clairs : les personnes de plus de 55 ans, en majorité retraitées, et donc sans contraintes profes­sionnelles, vivent plutôt hors des zones denses, au moins autant par confort – l’attrait de l’espace ouvert – que par contrainte financière. Par contrecoup les communes denses ont un pourcentage de personnes entre 18 et 54 ans – étudiants (cf. tableau 8 infra) ou personnes actives – particulièrement élevé. Cette proportion plus forte de personnes actives permet de supporter des coûts immobiliers plus élevés. Les équations économiques sont cohérentes.

Taux d’activité et nature des emplois occupés

23Le tableau ci-dessous donne des réponses précises sur l’attractivité respective des diverses zones en indiquant les proportions respectives de cadres et d’ouvriers dans les populations employées :

Tableau n° 7 : Poids respectifs des cadres et ouvriers en zone dense

Tableau n° 7 : Poids respectifs des cadres et ouvriers en zone dense

*Catégorie INSEE intitulée : « Cadres et professions intellectuelles supérieures »

24Cette présentation socio-économique met en évidence les différences de poids de la catégorie intitulée « cadres et professions intellectuelles supérieures » selon les régions. De près de 44,5 % des actifs à Paris, on tombe à 20 % dans la le reste de l’Ile de France, à 19,7 % comme dans l’ensemble villes denses en région (avec cependant de fortes disparités). Le reste du pays est à 12,4 % pour une moyenne métropolitaine de 16,1 %. Bien entendu cette concentration a son corollaire : la répartition des ouvriers va absolument en sens inverse. De 13,4 % en moyenne des actifs employés en Ile de France dense, ils sont à 19,1 % dans les communes denses en région pour une moyenne nationale de 22,7 %, et 25,4 % dans le reste du pays.

25La répartition des élèves et étudiants donne des résultats spécifiques. Alors que la catégorie « élèves, étudiants et stagiaires non rémunérés » est à peine plus forte en Ile de France que la moyenne nationale, elle a un poids nettement plus élevé dans les communes denses en région, poids qui peut dépasser les 20 % dans les communes comme Lille, Rennes ou Montpellier.

26Mais ces chiffres intègrent la forte proportion d’immigrés dans les zones denses. Les immigrés sont pris ici au sens du Haut comité à l’intégration (HCI) : personnes nées étrangères à l’étranger. Les autres sont dénommées « natifs » (voir la dernière colonne du tableau 8). Si on rapporte la population étudiante à la population sans immigrés (mais en conservant les étudiants immigrés), on obtient des chiffres qui éloignent sensiblement l’Ile de France de la moyenne nationale et la rapproche des autres régions denses.

Tableau n° 8 : Poids des élèves et étudiants dans la population de plus de 15 ans

Tableau n° 8 : Poids des élèves et étudiants dans la population de plus de 15 ans
  • 5 Loi « Solidarité et renouvellement urbain » (décembre 2000) qui prônait, au moins dans son exposé d (...)

27Dès lors que ces chiffres prennent en compte les lycéens, répartis grosso modo de façon uniforme sur l’ensemble du territoire, on peut évaluer le surcroit par rapport aux communes non denses comme correspondant en gros au poids des étudiants, ou des lycéens en internat. Autrement dit, la ville dense attire les cadres et professions intellectuels supérieures et les étudiants. Les ouvriers se localisent de préférence ailleurs. Cette localisation ouvrière est logique (Piron, 2007). Le grand thème lancé depuis la loi SRU5 « Reconstruire la ville sur la ville », pour freiner au maximum l’étalement urbain, pousse bien entendu à utiliser "au mieux" sur le plan immobilier les terrains bien situés en zone urbaine. Alors les usines ou installations logistiques, qui prennent de la place avec une faible valeur ajoutée par m² au sol, vont ailleurs, et nombre d’ouvriers qui travaillaient dans ces secteurs suivent bien sûr le mouvement. Par ailleurs, les usines avec du travail posté ont des horaires radicalement incompatibles avec des transports collectifs. Alors les ouvriers ne peuvent que venir en transport individuel, en habitant donc dans un secteur avec stationnement gratuit, et dans la limite de leurs moyens financiers. Les zones périurbaines ou rurales apportent les réponses nécessaires. En conséquence les zones denses, qui n’ont en moyenne que 20 % de maisons individuelles contre 70 % pour le reste du pays, conservent essentiellement les ouvriers liés au tertiaire – transports collectifs, garages, entretien des immeubles –, les ouvriers plus liés à des cycles de production se trouvant du coup en majorité en zone périurbaine ou rurale.

28Mais comme les discours sur la ville sont tenus par des personnes qui s’y sentent bien, les contraintes économiques et spatiales des ouvriers sont radicalement ignorées, au profit d’un discours d’habitude, emprunt de commisération. Cette attitude est bien représentée par P. Bourdieu qui dénie aux accédants en maison individuelle leur capacité de choix autonomes ; il parle en ces termes des pavillonnaires : « Les aspirations (…) du petit-bourgeois, victime par excellence de la violence symbolique, semblent toujours devoir quelque chose à la complicité de celui qui les subit, et aux désirs mystifiés, extorqués, aliénés par lesquels, incarnation moderne de l’Heautontimorouménos, il conspire à son propre malheur » (Bourdieu, 2000, p. 289). D’autres textes glosent sur le projet « pathétique » (sic) d’échapper à la folie des villes et à l’évolution de la société (Renaudie, 2000). Ailleurs, le désir des ouvriers d’avoir une maison individuelle est identifié à une volonté de « privatiser l’espace à leur profit » (Lévy, 2000). Cette dissociation de regards a été clairement analysée par C. Guilly dans Fractures françaises : des mondes urbains, périurbains et ruraux qui ne se connaissent plus (Guilly, 2009).

Le poids urbain des immigrés

29Un dernier trait de caractère des villes denses doit être analysé de près, celui du poids comme du rôle des immigrés actifs. Une bonne moitié est devenue française au fil des ans, ainsi d’ailleurs que leurs enfants, mais reste traitée dans cette catégorie statistique. Bien entendu, et par construction, les recensements de l’INSEE laissent de côté les immigrés clandestins. Les pourcentages indiqués ci-dessous seront donc toujours des minorants de la situation réelle.

  • 6 Emplois informels : ceux qui sont de fait hors des normes administratives, juridiques et fiscales h (...)

30La répartition des immigrés est très différente selon les régions, comme le montrent les dernières colonnes du tableau 10. Les anciennes orientations vers les régions industrielles comme le Nord ou la Lorraine ont fait place, à partir de la chute de la demande industrielle en main-d’œuvre peu qualifiée dans les années 1970, à une forte attraction pour les villes, et spécialement celles de l’Ile de France, qui possèdent à la fois un vaste marché d’emplois, notamment informels6, avec des possibilités d’hébergement de tous ordres, au moins dans un premier temps. L’analyse se concentrera sur les immigrés dans la tranche d’âge active, entre 25 et 54 ans, qui représente 11,4 % de la population métropolitaine correspondante. Le poids spécifiques des zones denses apparait nettement dans le tableau suivant, ainsi que la différence de localisation entre les immigrés de 25 à 54 ans, essentiellement actifs, et celle des immigrés de 55 ans et plus, essentiellement retraités (colonnes 5 et 6).

Tableau n° 9 : Localisation des immigrés (en milliers)

Tableau n° 9 : Localisation des immigrés (en milliers)

31Clairement les immigrés sont aujourd’hui attirés par les communes denses, essentiellement par l’Ile de France, pour des raisons d’emploi, et malgré les problèmes d’hébergement. Le taux d’immigrés de la classe d’âge 25-54 ans y est de 27,5 % en moyenne, avec 39,9 % pour la Seine-Saint-Denis, et des pointes à 60 % dans certaines communes, par exemple Clichy-sous-Bois. Il n’est que de 14,9 % dans la moyenne des autres secteurs français denses, pour tomber à 7,8 % dans les secteurs ruraux, avec une moyenne nationale de 11,4 %. Cette situation démographique a ses conséquences sociologiques : par exemple plus de 52 % des mariages en Seine-Saint-Denis – et 37 % pour l’Ile de France – comportent au moins un conjoint étranger (INSEE, année 2008). Les jeunes ayant au moins un parent étranger forment 57 % des jeunes dans ce département, et 37 % en Ile de France, contre 16 % en 1968 (Aubry, Tribalat, 2009). Cette situation est source d’inquiétudes constantes sur la capacité de la société française à intégrer cette nouvelle population. Les signaux négatifs sont souvent mis en valeur (Kepel, 2011). À l’inverse, des chercheurs (Bussi et al, 2011) viennent de montrer qu’au fil des ans, le vote protestataire d’extrême droite est en proportion de moins en moins urbain, et de plus en plus rural. Il en va de même pour les items qui lui sont d’habitude liés. Au lieu d’être en relation directe avec la présence effective d’immigrés, ce vote est plutôt en relation inverse. Peut-on y voir, de façon optimiste, des effets positifs de l’interconnaissance entre populations urbaines qui fait tomber les préjugés ?

32Désormais, au plan national, l’augmentation en nombre des immigrés correspond à l’augmentation de la population active, mais avec de fortes différences régionales. Ainsi en Ile de France, il se produit une véritable substitution entre population française et étrangère, puisque l’Ile de France a un régime démographique qui s’appuie en moyenne depuis 10 ans sur un déficit de 80 000 habitants par an avec les autres régions françaises, mais un solde positif de 40 000 personnes avec les migrants venant de l’étranger. Et c’est le solde naturel plus fort que la moyenne nationale qui permet à l’Ile de France d’évoluer en gros au niveau de l’ensemble de la France métropolitaine. Cette situation est logique : vivre en zone dense coûtant cher, ceux qui peuvent la quitter – étudiants, actifs ou retraités – sont tentés de le faire, alors que ceux qui cherchent d’abord un emploi indépendamment de leurs conditions de vie acceptent de s’y installer dans des conditions d’habitat souvent dégradées, pour ne pas dire plus.

Seconde série de données : Comment est-on logé en ville dense ?

33Les premiers critères physiques de qualité des logements sont simples : le nombre de personnes par résidence principale (R.P.), et le nombre de pièces par habitant. Ces deux grandeurs sont reliées par une donnée simple : le nombre de pièces par logement. Les premiers tableaux sur les évolutions de densité ont bien montré dans la durée le poids du desserrement pour les différentes catégories de communes analysées. Voici la situation d’aujourd’hui :

Tableau n° 10 : Conditions d’habitat en zone dense

Tableau n° 10 : Conditions d’habitat en zone dense

34La différenciation entre les zones est nette. Pour une moyenne nationale de 2,33, les zones denses de province ont 2,08 personnes par résidence principale, chiffre souvent inférieur à 2 dans des grandes villes comme Lille ou Bordeaux. La moitié environ du parc de logements est constituée de résidences principales occupées par une seule personne – étudiants, personnes âgées, divorcés, célibataire, etc. Les familles, notamment celles avec plusieurs enfants, vont de préférence dans la partie non dense des régions, par exemple dans le périurbain lié aux métropoles régionales.

35Le cas francilien réclame une analyse plus fine, en distinguant Paris, la Petite couronne, la partie dense la Grande couronne et les autres communes métropolitaines.

Tableau n° 11 : Conditions d’habitat en Ile de France

Tableau n° 11 : Conditions d’habitat en Ile de France

36On y voit que Paris, comme d’autres grandes villes en régions, a un taux d’occupation au-dessous de 2, mais que petites et grandes couronnes ont les taux d’occupations les plus élevés du pays. Grace à ses banlieues, proches ou lointaines, l’Ile de France continue à loger une partie de ses enfants. Ces différences peuvent être interprétées en termes de confort. L’analyse en termes de confort doit se subdiviser en deux : le confort domestique, mesuré par le nombre de pièces par habitant, et le confort spatial, en nombre de m² au sol par ménage. Le nombre de pièces d’habitation est calculé sur les seules résidences principales, en le plafonnant à 5, pour limiter le poids de certaines vastes demeures, notamment en région. Pour le confort en termes de pièces par habitant (les cuisines de moins de 12m2 sont exclues), le tableau suivant donne des chiffres extrêmement nets :

Tableau n° 12 : Occupation du parc de logement en Ile de France

Tableau n° 12 : Occupation du parc de logement en Ile de France

37Le cas de l’Ile de France apparaît spécifique. Cette moyenne de 1,310 pièce par habitant est nettement en dessous de la moyenne nationale, y compris de celles des autres villes denses. L’analyse du corpus montre d’ailleurs qu’il n’y a dans les régions que deux communes – Creil et Beausoleil (à côté de Monaco) – pour avoir une moyenne inférieure à celle de l’Ile de France prise dans son ensemble. Mais l’Ile de France n’est bien sûr pas uniforme. En Seine-Saint-Denis, ce ratio tombe à 1,200, malgré de nombreuses maisons indi­viduelles d’habitude habitées plus largement que la moyenne. C’est dire qu’en compensation dans certaines communes ce taux est voisin de 1, avec souvent des cas particuliers encore plus tendus, quand par exemple des ménages en accueillent d’autres, ou que des familles n’ont pas de logement au sens ordinaire du terme. Les constatations de l’ANRU sont limpides : dans son secteur d’action francilien, il faut en moyenne reloger 1,2 famille quand on supprime un logement, voire 1,4 dans des cas difficiles.

  • 7 Ministère délégué auprès du Premier ministre, chargé de la protection de la nature et de l’environn (...)

38À ce critère du nombre de pièces par habitant on peut ajouter celui de confort spatial global. En effet, les familles vivent au sol (Piron, 2010b) : les enfants réclament des espaces verts, privatifs comme publics, pour se dégourdir les jambes, et les parents préfèrent en général des cours d’école de taille correcte et indépendantes du bâti existant. Il existait d’ailleurs des recommandations publiques sur la taille minimum d’espaces verts en ville par ménage7 (circulaire du ministre de l’environnement, 1973) (Boutefeu, 2011), suggérant 10 m² par habitant en centre-ville. Dans ces conditions, les différents secteurs urbains peuvent se définir par leur confort spatial spécifique, c’est à dire le nombre de m² au sol par logement, en cumulant ce qui est nécessaire pour l’implantation des logements stricto sensu, les équipements d’infrastructure – voirie, trottoirs –, et les autres éléments collectifs – écoles, espaces verts de proximité. Du coup, la présence ou l’absence d’équipements publics occupant de la surface au sol pour les enfants a une incidence directe sur la composition des ménages – avec ou sans enfants – qui vivent dans un secteur donné. La nature de la population, et donc le nombre de personnes par logement, se trouvent fortement corrélés avec les surfaces en équipements publics. Le tableau 11 infra en est une illustration. Il distingue trois groupes de communes selon leur niveau de densité brute et calcule pour chaque cas la densité opérationnelle, le COS (coefficient d’occupation des sols), le confort spatial par logement et le confort spatial par habitant.

39La densité résidentielle brute correspond au rapport entre la population et la surface totale de la commune, concept déjà utilisé dans les tableaux 1 à 5. La densité opérationnelle est utilisée lors des opérations d’aménagement. Elle s’exprime usuellement en logement/hectare, à savoir le nombre de logements prévus sur les terrains destinés au logement, y compris la desserte en voirie immédiate, mais en excluant les terrains pour équipement public. Ces densités opérationnelles s’écrivent également en termes juridiques via des COS (coefficient d’occupation des sols) qui se trouvent définis dans les PLU (plans locaux d’urbanisme, anciennement POS, plans d’occupation des sols).

40On appellera confort spatial (C.S.) par logement la surface des terrains en zone résidentielle (équipements publics compris) rapportée au nombre de logements. Il dépend évidemment de la taille des logements et des équipements qui leur sont liés. Quant au confort spatial par habitant, il exprime cette même surface par rapport au nombre d’habitants.

Tableau n° 13 : Densité et confort spatial

Tableau n° 13 : Densité et confort spatial
  • 8 L’exercice analogue, avec donc le même résultat, a été réalisé à l’occasion du rapport « Demain l’e (...)

41Le cas 1 correspond à des quartiers proches des centres historiques, avec des densités moyennes assez fortes, mais usuelles. C’est aussi la densité moyenne des zones d’extension repérées ces dernières décennies, comme en a témoigné le tableau 2 qui reprend sur la longue durée l’histoire de ces zones denses. Elles mélangent du logement collectif et de l’individuel en bande constitué de pavillons d’un à deux étages accolés par des murs mitoyens. La densité pivot constatée correspond bien à des réalités sociales précises. Le cas 2 correspond à des centres villes anciens, comme Bordeaux ou Lille, c’est-à-dire dans la fourchette haute des densités brutes repérés en régions (cf. tableau 4). Ce sont des densités opérationnelles qui peuvent correspondre à des opérations mélangeant des logements collectifs à de la maison de ville, comme par exemple les « échoppes » bordelaises. Le cas 3 correspond au tissu parisien avec une extrême densité du bâti, et donc peu d’espaces pour les équipements publics. Les espaces verts de proximité sont rares – quelques squares – et les écoles sont souvent intégrées dans le bâti résidentiel existant. Par ailleurs un constat s’impose après calcul : multiplier la densité opérationnelle par 3 ne fait en moyenne que multiplier par 2 les surfaces effectivement construites si l’on veut éviter de réduire trop fortement le confort spatial escompté pour les habitants8.

  • 9 « J’étais un maire bâtisseur, je suis un maire battu ». Propos tenus par le général Billotte, grand (...)

42Ces chiffres expliquent en eux-mêmes les difficultés des élus pour densifier les tissus urbains existants. En effet, toute construction complémentaire risque de peser sur le confort spatial de tout un chacun, dès lors que le rythme de construction dépasserait la simple compensation du desserrement annuel de la population ainsi que le remplacement d’immeubles démolis ou désaffectés – soit 1 % en moyenne nationale Cette situation pourrait d’ailleurs se traduire par l’adage suivant : « Maire bâtisseur, maire battu9 », et qui traduit bien les obstacles politiques à la densification résidentielle en secteur déjà dense. En revanche, la construction de nouveaux logements sur des friches industrielles ne pose d’habitude aucune difficulté. En effet, elle se fait dans le cadre d’opérations qui permettent d’accueillir les nouveaux équipements publics correspondants sans limiter en rien le confort spatial des habitants déjà présents. Et c’est ainsi que le départ de nombreuses industries de la petite couronne francilienne a permis une densification résidentielle brute tout en améliorant le confort spatial global des habitants, et ce avec des maires souvent réélus. Autrement dit, ce sont de fait les habitants qui, au fil des ans, au fil des enquêtes publiques, au fil des élections, au fil des procédures contentieuses, pilotent la densification résidentielle, qu’ils l’acceptent ou qu’ils la refusent. Ainsi à Paris, depuis 1968, toute opération urbaine de quelque importance comporte en préalable une forte création d’espaces verts au profit des habitants en place, obtenue grâce à un mélange savamment dosé entre pressions politiques et actions contentieuses.

Les politiques publiques correspondantes

  • 10 La définition de ces îlots insalubres pilota de fait l’essentiel des opérations d’urbanisme jusqu’e (...)
  • 11 Chiffre caractérisant l’implantation de bâtiments par rapport à l’environnement immédiat.

43Bien entendu, ces différentes données sont étroitement corrélées avec les politiques publiques concernant le logement et l’urbanisme. Il convient de mettre au premier plan les politiques propres à l’objet logement. En effet en 1946, le parc de logement français était particulièrement vétuste et insalubre. La moitié des logements seulement disposaient d’eau courante, et les toilettes « à l’anglaise », comme on disait alors, étaient un luxe rare. Comme les modernisations d’un bâtiment fondamentalement inapte sont coûteuses pour un résultat médiocre, cette volonté de modernisation du parc entraîna de nombreuses démolitions, par exemple dans le cadre d’une politique dite de rénovation urbaine (une des ordonnances de décembre 1958) fortement calée sur les îlots déclarés insalubres en fonction de la loi de 1902 sur ce thème10. La lutte contre la tuberculose était alors un objectif prioritaire. Dans ces conditions, la construction de logements neufs vient d’abord en compensation des immeubles insalubres ou inadaptés démolis. Et la volonté constante depuis deux siècles d’améliorer les conditions d’aération des logements, et donc d’avoir des prospects plus généreux11 pour des raisons de santé des occupants s’est toujours traduite par une forte chute du nombre de logements construits sur une surface donnée. Lancée sous Louis XVI, puis Haussmann, cette tendance se maintient.

  • 12 Au sens de la géographie par aire urbaine, liée au recensement de 1999.

44Elle s’accélère même, avec un code de la Construction et de l’habitation toujours plus fourni. Par exemple les normes environnementales sur la réglementation thermique se succèdent depuis 1978. La RT (réglementation thermique) 2000 a vite laissé sa place à la RT 2005, puis 2012, en attendant la RT 2020. Mais à des contraintes réglementaires plus fortes correspondent des prix toujours plus élevés. La réglementation défendant l’accessibilité des immeubles pour tous – principe tout à fait louable – vient aussi régulièrement renchérir le prix des logements, particulièrement en zone dense. Y construire des immeubles de quatre étages ou plus est désormais nettement plus cher, en études préalables, en processus constructif comme en organisation de chantiers, que de réaliser des maisons individuelles ou des petits collectifs en zone d’extension, voire en périurbain (Piron, 2010a). Cela contribue à la diminution constatée de la taille moyenne des immeubles collectifs. Ces réalités économiques poussent les nouveaux développements résidentiels hors des villes. Ainsi, cette dernière décennie, les pôles urbains12, qui regroupent 60 % de la population métropolitaine, n’ont accueilli à définition géogra­phique constante que 40 % de l’augmentation de la population métro­politaine. Et seule l’incorporation régulière de nouvelles communes rurales – au prix bien sûr d’une baisse de densité du nouvel ensemble urbain ainsi complété –, permet de stabiliser le poids des pôles urbains dans notre pays. Une autre politique, cette fois financière, a un très fort impact, peu relevé : celle concernant les aides à la personne. Quand par exemple elle se met à stipuler que seules les chambres de plus de 9m² seront éligibles à l’APL étudiant, contre 7m² avant, elle fait disparaître ces chambres qui du coup fusionnent avec leurs voisines pour faire un studio correct, cette fois éligible à l’APL. Et c’est ainsi que, malgré des constructions récentes visibles de tous, Paris peine à retrouver son niveau de résidences principales de 1962.

45Les actuelles politiques de lutte contre l’habitat indigne comme de rénovation urbaine dans les quartiers HLM vont dans le même sens : elles débouchent toutes sur une diminution du nombre de résidences principales au profit bien sûr de meilleures conditions de vie pour les futurs occupants. De façon plus générale, toutes ces politiques de modernisation du parc de logement font disparaître peu à peu les « logements sociaux de fait », à savoir l’habitat dégradé peu cher à la location, sans proposer de solutions claires pour ceux dont c’était le principal refuge. Alors les populations considérées se regroupent dans le parc existant, au prix d’une forte sur-occupation des logements existants, comme le montre le tableau suivant, qui est un simple zoom sur les données du tableau 10.

Tableau n° 14 : Communes avec l’utilisation maximale du parc de logement

Tableau n° 14 : Communes avec l’utilisation maximale du parc de logement

46Le lien entre le nombre de pièces par habitant et le pourcentage d’immigrés est établi. Sur l’ensemble du corpus de communes denses, ces données vont rigoureusement en sens inverse, dans une relation linéaire.

Doit-on alors parler de ségrégation urbaine?

  • 13 « Loyers HLM, droit au logement et mixité sociale », Haut comité pour le logement des personnes déf (...)
  • 14 Somme au-delà de laquelle les locataires ne reçoivent plus d’aide pour les loyers à payer.
  • 15 Loi Dalo : loi sur le droit opposable au logement, votée en 2007.

47Henri Lefebvre avait expliqué que la ville est la projection sur le sol d’une société entière. Cette assertion reste toujours exacte. La loi d’airain des valeurs immobilières modèle toujours la ville avec par exemple, sur cette dernière décennie, des divergences toujours croissantes entre les zones urbaines à forts revenus, et celles qui regroupent les habitants plus pauvres que la moyenne. Les tentatives de l’État pour la promotion générale du logement social dans les zones, avec les obligations pour les communes en dessous de 20 % du parc de logement social de faire un effort, permettent de loger certains salariés des déciles intermédiaires de revenus dans des communes où ils travaillent. Mais une analyse récente (Haut comité, 2012)13 révèle que les loyers des logements théoriquement les plus aidés sont désormais – sauf pour les plus anciens d’entre eux – au dessus du plafond14 de l’APL. Et la mise en œuvre de la loi DALO15 n’arrive pas à éviter la concentration des ménages les plus fragiles dans les ZUS (zones urbaines sensibles). D’ailleurs, les personnes qui, pour une raison ou une autre, ne souhaitent signaler ni leur existence, ni leur adresse aux préfectures chargées de la gérer, en sont de fait exclues. Il y a bien non-mixité des populations en termes de revenus. Mais faut-il le déplorer ?

  • 16 Expression qui exprime une distorsion entre les zones d’emplois et les secteurs où résident des pop (...)

48Toute ségrégation est aussi une agrégation (Philippe Genestier). Et l’agrégation de personnes pauvres financièrement permet la création de tissus relationnels qui sont en eux mêmes d’une grande richesse (Coing, 1966), notamment pour mieux gérer les problèmes de chacun. Alors pourquoi prendre un mot à fort sens symbolique – la ségrégation – pour simplement analyser le caractère non homogène des villes ? Plutôt que de viser une uniformité illusoire, ne faudrait-il pas simplement veiller à ce que les personnes aux plus faibles revenus vivent dans des conditions décentes, avec un réseau de transports qui évite tout spatial mismatch16, ce qui n’est déjà pas si simple.

En guise de conclusion

49De façon plus globale, on est passé, en reprenant la métaphore d’Alain Lipietz (1996), d’une société en montgolfière – avec par exemple des « itinéraires résidentiels » toujours ascendants – à une société en sablier. Les politiques publiques de logement et d’urbanisme sont dans leur expression générale bien adaptées aux populations du haut du sablier, par exemple pour les exigences de qualité en matière de logement. Mais elles n’arrivent plus à influer sensiblement sur ce qui se passe dans la partie de demande en forte difficulté financière, et débouchent plus sur une aggravation des inégalités que sur leur diminution. Cette situation est bien connue dans toutes les métropoles mondiales (Sassen, 2010), qui ont toutes le même défi à relever : assurer leur développement global en gérant à la fois la diversité des popu­lations et l’unité fonctionnelle des ensembles urbains correspondants. Les responsables politiques devront dépasser ces mauvaises traditions de juxta­po­sition d’approches des différents champs que constituent l’urbanisme, l’habitat et les transports. Ils devront, par une gouvernance appropriée, savoir intégrer ces divers éléments dans le cadre d’une politique globale urbaine qui soit à la fois comprise et acceptée par les habitants. Et bien sûr, les disciplines scientifiques devront faire de même. Car toute ville est un système, et se doit d’être analysée, pensée et gérée comme telle.

Bibliographie

Antoni J.P., 2010, Modéliser la ville, Paris, Éditions Economica.

Aubry B., Tribalat M., 2009, « Les jeunes d’origine étrangères », Commentaires, 32, 126, p. 431-438.

Bronner L., 2010, La loi du ghetto, Paris, Calmann-Lévy.

Bourdieu P., 2000, Les structures sociales de l’économie, Paris, Le Seuil.

Boutefeu E., 2011, La nature en ville, Lyon, éditions CERTU.

Bussi M., Collange C., Rivière J., 2011, « Distance(s) aux villes et comportement électoraux », Données urbaines, 6, p. 33-42.

Coing H., 1966, Rénovation urbaine et logement social, Paris, Éditions Ouvrières.

Emelianoff C., 2004, « Urbanisme durable ? », Écologie et politique, 29, p. 13-19.

Falque M., 1973, « L’espace, mythe ou réalité », Économie et Humanisme, 209, p. 4-27.

Fondation Abbé Pierre, 2012, Rapport annuel sur le mal-logement.

FNAU, 2004, Habitat et formes urbaines. Densités comparées et tendances d’évolution en France, éditions FNAU.

Guilly C., 2009, Fractures françaises, Paris, Éditions Bourin.

IAURP, 1974, « Habitat et formes urbaines », Cahiers de l’IAURP, 34, p. 97 et suivantes.

INSEE Première, 2001, no 1364.

Kepel G., 2011, Banlieue de la République, Paris, Gallimard.

Lefebvre H., 1970, Le droit à la ville, Paris, Gallimard, Collections « Idées ».

Lévy J., 2000, « Après la tempête : territoires contre réseaux ? », Le Monde, 11 janvier.

Lévy J., 2010, « La ville est la ville durable », Métropolitiques, 3 décembre 2010.

Lipietz A., 1996, La société en sablier, Paris, La Découverte.

Mayoux J., 1980, Demain l’espace. Le logement individuel périurbain, Paris, La Documentation française

Ministère délégué auprès du Premier ministre, chargé de la protection de la nature et de l’environnement, 1973, « Circulaire du 8 février 1973 », J.O. du 22 février 1973.

Mongin O., 2007, La condition urbaine, Paris, Le Seuil.

Piron O., 2007, « Les déterminants économiques de l’étalement urbain », Études foncières, 129, p. 24-26.

Piron O., 2010a, « Densité et coût de construction », Coûts et avantages des différentes formes urbaines, revue du CGDD, ministère chargé du développement durable.

Piron O., 2010b, « Les familles vivent au sol », Urbanisme, 356, p. 45-47.

Piron O., 2011, « Du langage de l’urbano-centrisme », Urbanisme, 379, p. 6-7.

Renaudie S., 2000, « L’individu, l’autre et l’architecture » in C. Younès, T. Paquot (dir.), Éthique, architecture, urbain, Paris, La Découverte, p. 129-139.

Sassen S., 2009, La mondialisation. Une sociologie, Paris, Gallimard.

SESP DAEI, 2006, Économie urbaine, rassemblement de la connaissance, Ministère de l’Equipement, Dossier.

Talandier M., Davezies L, 2009, Repenser le développement territorial, Lyon, éditions CERTU.

Notes

1 Par exemple la charte d’Aalborg sur la ville durable (2003).

2 INSEE Première, no 1364, août 2011.

3 Les bases de données TERUTI, puis TERUTI-Lucas, gérées par l’INRA, définissent depuis 1982 les terrains artificialisés comme les terrains non agricoles et non naturels. Les mesures sont effectuées selon un sondage aléatoire, elles donnent des indications précieuses à l’échelle nationale, mais sont de fait inexploitables pour des analyses intra-urbaines.

4 ZUP : Zones à urbaniser par priorité, catégorie créée par une ordonnance de 1958. Les ZUP se sont développées selon les canons de l’urbanisme dit moderne, avec des constructions industrialisées.

5 Loi « Solidarité et renouvellement urbain » (décembre 2000) qui prônait, au moins dans son exposé des motifs, la densification urbaine pour lutter contre l’étalement urbain.

6 Emplois informels : ceux qui sont de fait hors des normes administratives, juridiques et fiscales habituelles. Ils seraient particulièrement fréquents dans les métiers du BTP comme de la restauration ou de la propreté. Les discriminations à l’embauche envers les immigrés pour les emplois classiques destinent les moins diplômés d’entre eux aux emplois informels mal rémunérés, aux fortes contraintes horaires.

7 Ministère délégué auprès du Premier ministre, chargé de la protection de la nature et de l’environnement, 1973, Circulaire du 8 février 1973, J.O. du 22 février 1973.

8 L’exercice analogue, avec donc le même résultat, a été réalisé à l’occasion du rapport « Demain l’espace », dit parfois rapport Mayoux (1980).

9 « J’étais un maire bâtisseur, je suis un maire battu ». Propos tenus par le général Billotte, grand bâtisseur du Créteil moderne, après sa défaire aux élections municipales de 1977, et souvent repris depuis.

10 La définition de ces îlots insalubres pilota de fait l’essentiel des opérations d’urbanisme jusqu’en 1990, avec à chaque fois démolition suivie de création d’espaces verts. C’est notamment ainsi que le parc de résidences principales de Paris n’a pas bougé depuis 1968. Il en fut de même dans les grandes villes en région. Et aujourd’hui l’ANRU recommence, avec beaucoup de dédensification de fait.

11 Chiffre caractérisant l’implantation de bâtiments par rapport à l’environnement immédiat.

12 Au sens de la géographie par aire urbaine, liée au recensement de 1999.

13 « Loyers HLM, droit au logement et mixité sociale », Haut comité pour le logement des personnes défavorisées, avril 2012.

14 Somme au-delà de laquelle les locataires ne reçoivent plus d’aide pour les loyers à payer.

15 Loi Dalo : loi sur le droit opposable au logement, votée en 2007.

16 Expression qui exprime une distorsion entre les zones d’emplois et les secteurs où résident des populations défavorisées. C’est évidemment la hantise des urbanistes.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 : Définition du corpus de communes denses
Légende *Chiffres dans la géographie 2010, les autres étant de 2008. Mais les ordres de grandeur restent les mêmes.**Définition réutilisée dans les tableaux ci-dessous.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau n° 2 : La population d’ensemble du corpus (en milliers d’habitants)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau n° 3 : Les croissances accélérées
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Tableau n° 4 : Les décroissances de population
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Tableau n° 5 : Les augmentations modérées
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau n° 6 : Les structures par âge de la ville dense
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Tableau n° 7 : Poids respectifs des cadres et ouvriers en zone dense
Légende *Catégorie INSEE intitulée : « Cadres et professions intellectuelles supérieures »
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Tableau n° 8 : Poids des élèves et étudiants dans la population de plus de 15 ans
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau n° 9 : Localisation des immigrés (en milliers)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Tableau n° 10 : Conditions d’habitat en zone dense
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau n° 11 : Conditions d’habitat en Ile de France
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau n° 12 : Occupation du parc de logement en Ile de France
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Tableau n° 13 : Densité et confort spatial
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Tableau n° 14 : Communes avec l’utilisation maximale du parc de logement
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7809/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540