Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ségrégation et fragmentation dans les métropoles

 | 
Marion Carrel
, 
Paul Cary
, 
Jean-Michel Wachsberger

Partie I. Concepts et mesures

Portée et limites des indicateurs statistiques de fragmentation et de ségrégation

Jean-Michel Wachsberger

Texte intégral

1Ce chapitre se propose de réfléchir à la portée et aux limites des mesures statistiques de la ségrégation ou de la fragmentation pour attester soit de l’importance de ces phénomènes sur un territoire donné, soit de leur évolution dans le temps. On pourrait penser que si fragmentation ou ségrégation socio-spatiale il y a, cette dernière devrait pouvoir être objectivée et mise en évidence par un calcul statistique approprié. Une telle évidence participe cependant d’une vision poppérienne des sciences sociales selon laquelle les théories, pour être scientifiques, doivent pouvoir être exposées à la réfutation. Dans cette vision inspirée du modèle des sciences dures, la mesure statistique se présente comme un mode de validation particulièrement opérant. Or, l’utilisation de la mesure comme élément de démonstration peut se heurter, en sociologie, à un certain nombre de difficultés. J’en citerai ici trois, étroitement liées les unes aux autres.

2Une première difficulté tient à la nature des concepts employés en sciences sociales. Comme l’indique Passeron (1991), ils sont soit trop théoriques pour pouvoir être mesurés (cas de l’intégration ou encore de la reconnaissance), soit au contraire trop particuliers pour permettre une généralisation, ce dont témoigne par exemple la difficulté de constitution d’un lexique des formes et processus socio-spatiaux. Pedro de Almeida Vasconcelos (2012) montre en effet très clairement que les notions destinées à traduire la « réalité sociologique » de ces phénomènes sont à la fois multiples, polysémiques et historico-géographiquement construites.

3Une deuxième difficulté tient au caractère souvent multidimensionnel des phénomènes sociaux, ce qui empêche d’en rendre compte à partir d’un indicateur synthétique. L’analyse statistique de la pauvreté a par exemple été considérablement compliquée par la reconnaissance officielle, au début des années 2000, de ses multiples facettes (pauvreté monétaire, pauvreté en conditions de vie, pauvreté en capacité, vulnérabilité, exclusion, pauvreté subjective) (Banque mondiale, 2001).

4Une troisième difficulté peut enfin venir de l’échelle d’analyse des phéno­mènes sociaux. Lorsqu’ils sont observés, comme c’est de plus en plus souvent le cas, au niveau micro-sociologique des individus et de leurs comportements, ils ne peuvent plus être aussi facilement mesurés que lorsque l’échelle d’observation est plus large.

5Ces difficultés renvoient finalement à la question plus globale de l’argu­mentation en sociologie. Comme l’a bien montré Passeron (1991a), le recours à la mesure statistique, s’il est souvent utile et nécessaire, ne peut être que temporaire, et les énoncés ne peuvent finalement se faire que dans un langage non formalisé. Il montre par exemple que l’analyse d’un tableau statistique en sociologie ne peut être menée qu’en référence au contexte d’interprétation dans lequel il a été produit (1991b). Le raisonnement socio­logique ne peut être qu’un raisonnement de l’entre-deux, caractérisé par « un va et vient argumentatif entre raisonnement statistique et contex­tualisation historique » (Passeron, 1991a, p. 11).

  • 1 Les qualités attendues d’un bon indicateur sont multiples. On peut en identifier quelques-unes parm (...)
  • 2 Cette distinction entre mise à l’épreuve technique et mise à l’épreuve épistémique s’inspire de la (...)

6Je me situerai ici dans le droit fil de ces réflexions critiques en réfléchissant à l’usage des indicateurs de ségrégation et de fragmentation socio-spatiale des espaces urbains. Je montrerai qu’ils peuvent être (et ont été) utilisés comme éléments de mise à l’épreuve des analyses sociologiques mais qu’ils peuvent eux-mêmes être soumis à l’épreuve du raisonnement sociologique. Les indicateurs statistiques ne doivent en effet pas être seulement évalués à l’aune de leurs qualités (simplicité, robustesse, spécificité, sensibilité1), mais aussi de façon épistémique2, par la mise en évidence des implicites théoriques, voire paradigmatiques, sous-jacents à leur construction.

La mesure de la ségrégation dans le débat scientifique

7Si l’on veut procéder à une mesure de la ségrégation ou de la fragmentation, il est nécessaire de choisir au préalable, d’une part, les limites de l’espace au sein duquel on souhaite le faire (quartier, ville, agglomération, département, région, pays, …), et d’autre part, le niveau de finesse auquel on mènera l’obser­vation (logements, blocs, voisinages, quartiers, circonscriptions, arron­dissements, …). Ces choix ne relèvent pas de la technique statistique mais impliquent d’emblée un point de vue sociologique. Comme l’indique E. Préteceille (2006, p. 70), cela revient en fait à décider de « l’ensemble dont-on suppose qu’il fait ou devrait faire « société », et dont les différenciations socio-spatiales sont susceptibles de compromettre la cohésion ». Or, ces choix conditionnent aussi évidemment les résultats obtenus.

8Étudiant la ségrégation des populations immigrées en France, Mirna Safi (2009) montre par exemple qu’elle apparaît d’autant plus faible qu’on réduit le niveau global d’observation. En ne considérant que la ville de Paris, la ségrégation est plus faible que lorsqu’on y ajoute la petite couronne, encore plus faible que lorsqu’on considère toute l’agglomération parisienne, nette­ment plus faible que lorsque l’espace d’observation est toute l’Ile de France. La question est alors de savoir sur quel espace une inégale distribution des immigrés peut être jugée « anormale », ce qui implique de se demander pour quelle raison et selon quelle logique les immigrés « devraient » être également répartis sur ce territoire. À quelle(s) condition(s) peut-on par exemple parler de ségrégation si on constate qu’ils sont très inégalement répartis sur l’en­semble du territoire français ?

  • 3 Les IRIS (Ilots Regroupés Pour l’Information Statistique) sont des quartiers d’environ 2 000 habita (...)
  • 4 Dans son travail sur le séparatisme social en France, E. Maurin fait une analyse secondaire des enq (...)

9Le niveau de finesse de l’analyse influe, lui aussi, sur la perception de la ségrégation. Etudiée au niveau des petits voisinages (30 à 40 logements adjacents) comme dans le travail d’E. Maurin (2004), la ségrégation socio­professionnelle apparaît par exemple comme étant plus importante que lorsqu’on compare des subdivisions plus larges telles que les IRIS (environ 2 000 personnes)3, comme le fait E. Préteceille (2006). Privilégier un niveau d’observation plutôt qu’un autre, même si ce choix est en fait souvent dicté par les contraintes de l’enquête utilisée4, implique alors toujours un point de vue spécifique sur la ségrégation ou la fragmentation. Étudier les petits voisinages revient par exemple à observer la composition sociale des immeubles. Ceux-ci apparaissent plus homogènes socialement que ne le sont les quartiers au sein desquels ils se trouvent. Mais pour que cela traduise une ségrégation sociale, il est nécessaire de bâtir un grand nombre d’hypothèses sur les causes et conséquences de cette homogénéité sociale des immeubles : ce phénomène traduit-il une mise à l’écart, volontaire ou imposée, de certaines catégories sociales ? Empêche-t-il les interactions entre les groupes sociaux ? Influe-t-il sur les chances d’accès des uns et des autres à différents biens ou services ? Autant de questions qui ne trouvent pas leur réponse dans l’analyse statistique mais dans la réflexion sociologique.

  • 5 Je ne présenterai pas ici les indices de centralisation (qui calculent la proportion d’un groupe do (...)

10Une fois opérés les choix du territoire et de l’échelle d’analyse, il faut ensuite construire un ou des indicateur(s) statistique(s) propre(s) à rendre compte de la plus ou moins grande ségrégation ou fragmentation spatiale d’une population donnée. Là encore, plusieurs possibilités s’offrent au chercheur. On peut ainsi identifier, à la suite de Massey et Denton (1988), cinq types d’indicateurs de ségrégation spatiale : des indices d’égalité (evenness), des indices d’exposition (exposure), des indices de concentration (concentration), des indices de regroupement spatial (clustering) et des indices de centralisation (centralization). Or, si ces types d’indicateurs expriment en partie des facettes différentes de la ségrégation, ils reflètent aussi un point de vue, explicite ou implicite, sur sa nature, sur les processus qui l’engendrent, voire sur les conséquences qu’elle entraine. C’est ce que je vais rappeler ici en présentant certains de ces indicateurs, les usages qui en ont été faits et les débats dont ces usages ont pu être l’objet5.

11Les indices d’égalité sont historiquement les premiers indices de ségré­gation développés et sont encore les plus fréquemment employés (Rhein, 1994). Ils mesurent la régularité ou l’irrégularité de la distribution d’une population dans les différentes aires considérées, en comparaison avec la distribution du reste de la population (indice de ségrégation) ou d’une population de référence (indice de dissimilarité). Construits sur des principes statistiques déduits de la courbe de Lorentz, ils peuvent apparaître comme étant « neutres » vis-à-vis de la théorie sociologique. L’indice de ségrégation (ou de dissimilarité) mis au point par Duncan et Duncan (1955) mesure par exemple l’écart entre la distribution observée de la population considérée dans les différentes aires et celle du reste de la population (ou de la population de référence) : lorsque cet écart est nul, la distribution est parfaitement égale ; lorsque cet écart vaut 1, la ségrégation est au contraire maximale.

Encadré n° 1. L’indice de ségrégation

Encadré n° 1. L’indice de ségrégation

12Il est nécessaire cependant de s’interroger sur le sens sociologique d’une équirépartition des populations sur un territoire donné et du même coup sur l’usage que l’on peut faire de cet indicateur dans l’analyse sociologique. L’indice de dissimilarité fait en effet implicitement l’hypothèse qu’une distribution d’une population spécifique similaire à celle avec laquelle on veut la comparer est une situation sociale « normale » et que tout écart à cette régularité traduit sinon une pathologie sociale, du moins un phénomène à interroger. L’usage d’un tel indicateur n’a donc d’intérêt sociologique que si l’on est en mesure de justifier en quoi il devrait être « normal » que la population considérée (les immigrés, les ouvriers, les musulmans, …) soit également répartie sur le territoire observé, et, du même coup, de formuler des hypothèses sur les facteurs qui peuvent conduire à son inégale distribution.

13On peut illustrer cela avec un débat qui a eu lieu au Royaume-Uni dans les années 2000 sur la tendance à l’auto-ségrégation des populations d’origine d’Asie du Sud. Ce débat a fait suite aux émeutes qu’avaient connues trois villes du nord de l’Angleterre en 2001 au cours desquels de jeunes asiatiques s’étaient violemment affrontés à la police. L’existence de communautés raciales et culturelles vivant repliées sur elles-mêmes dans des quartiers ségrégués, alimentées par une tendance à l’auto-ségrégation (appelée parfois muslim isolationism), avait pu alors être désignée par certains comme la source essen­tielle des désordres sociaux.

  • 6 Dans des zones spécifiques de recrutement de main d’œuvre non qualifiée, où les prix du logement re (...)

14Dans les faits, la ségrégation spatiale des populations d’origine pakistanaise ou bangladeshie apparaît comme particulièrement forte dans ces villes. Calculant l’indice de ségrégation de ces populations dans le district de Bradford en 1991, 1996 et 2001, Ludi Simpson (2004) montre que cet indice est très élevé (environ 0,75 – ce qui signifie que 75 % des personnes d’origine d’Asie du Sud devraient déménager pour assurer leur égale répartition dans les différentes zones) et est resté relativement stable au cours de la période. Or, si une forte concentration initiale des immigrés pakistanais et bangladeshis est jugée inhérente au processus migratoire6, celle-ci aurait dû diminuer au fur et à mesure que le temps passe et que ces populations s’intègrent à la société anglaise.

15Mais cela permet-il de valider une tendance à l’auto-ségrégation ? C’est en fait l’argument inverse que défend Ludi Simpson. Si la ségrégation résidentielle était une auto-ségrégation, son évolution dans le temps aurait dû, selon lui, refléter l’évolution démographique de ces populations. Compte tenu de cette supposée tendance à l’auto-ségrégation, de leur croissance migratoire et de leur croissance naturelle (plus forte que celle du reste de la population), l’indice de ségrégation aurait dû en réalité augmenter. Le maintien dans le temps de l’indice de concentration est donc le signe que des mobilités résidentielles ont eu lieu, au fil du temps, des zones d’implantation initiales vers de nouvelles zones d’habitation, même si ces mobilités résidentielles ont été rendue invisibles (dans l’indice de ségrégation) du fait de l’arrivée de nouveaux immigrants dans les quartiers d’implantation traditionnelle. Il en conclut alors que la ségrégation ne doit pas être mesurée de façon statique en comparaison avec un niveau zéro de ségrégation qui n’a guère de sens, mais de façon dynamique, afin de rendre compte du processus en cours.

16Le débat scientifique sur la portée des indicateurs ne s’arrête cependant pas là. Répondant à ces arguments, trois géographes (Johnston et al., 2005) ont en effet proposé, un an plus tard, une autre analyse des évolutions de la ségrégation reposant sur le calcul non plus d’un indice d’égalité mais d’un indice d’exposition.

 

  • 7 Les interactions peuvent avoir par exemple lieu sur le lieu de travail, dans les zones commerçantes (...)

17Les indices d’exposition mesurent la probabilité qu’un membre d’un groupe donné partage son unité d’habitation avec un membre d’un autre groupe (indice d’interaction) ou de son propre groupe (indice d’isolement). Comme pour les indices d’égalité, ils varient entre 0 (interaction ou isolement nul) et 1 (interaction ou isolement maximal). Ils reposent donc sur l’idée que le partage d’une même aire résidentielle facilite les interactions sociales, lesquelles pèsent, dans un sens ou dans un autre, sur les possibilités d’inté­gration ou d’assimilation et sur les conflits ethniques ou sociaux. Ces inter­actions sont cependant purement probabilistes. Dans la réalité, la proximité spatiale n’engendre en effet pas toujours, on le sait, une augmen­tation des échanges (Chamboredon, Lemaire, 1970 ; Oberti, 2007). Par ailleurs, les échanges intergroupes peuvent bien entendu se produire aussi en dehors des périmètres d’habitation retenus, ce que ne mesurent pas les indices d’exposition7.

Encadré n° 2. Un indice d’exposition : l’indice d’interaction

Encadré n° 2. Un indice d’exposition : l’indice d’interaction

18En calculant un indice d’exposition, Johnston, Poulsen et Forrest établissent, contrairement à Simpson, que la ségrégation des populations d’Asie du Sud a bien augmenté à Bradford entre 1991 et 2001. La croissance démographique de cette population, renforçant leur poids dans les différents quartiers d’habitation, a en effet eu pour conséquence de réduire la probabilité qu’ils y rencontrent quelqu’un qui ne soit pas de la même origine qu’eux.

19On comprend donc que le choix d’un indicateur statistique de ségrégation n’est pas un exercice purement technique mais est fortement lié au sens que l’on accorde au phénomène et processus de ségrégation. Il est ainsi impossible d’opposer les analyses de Simpson et celles de Johnson et al. tant elles renvoient finalement à des perspectives différentes : la première mettant l’accent sur les dynamiques de mobilité résidentielle et donc sur les processus de ségrégation, la seconde sur les interactions sociales et donc les conséquences de la ségrégation.

 

  • 8 Certaines mesures de concentration sont plus directement géographiques : elles reposent globalement (...)

20Les indices de concentration sont un troisième type d’indice de ségrégation reposant encore sur une logique différente. Ils cherchent en effet à rendre compte uniquement du degré de regroupement d’une population donnée dans certains quartiers. L’accent n’est donc pas mis sur les probabilités d’inter­actions mais uniquement sur le partage physique d’un territoire, sans exprimer explicitement d’hypothèses, ni sur les causes ni sur les effets de ce regrou­pement. Ainsi, même si les valeurs des indices de concentration et d’exposition ne sont pas indépendantes (une forte concentration va de pair avec un fort isolement), les seconds peuvent apparaitre plus descriptifs, donc plus neutres. Ils reposent pourtant eux-aussi sur une vision spécifique de la ségrégation, comme liée à la problématique du ghetto. Ils rendent en effet compte de la part de la population considérée vivant dans des quartiers ou périmètres dans lesquels elle dépasse un certain pourcentage de la population (quartiers ou zones à forte densité de population pauvre, étrangère, ouvrière, …)8. Ils tendent ainsi à accorder un poids plus important à ces quartiers ou zones fortement concentrées en négligeant relativement les individus du groupe considéré qui sont disséminés dans les autres quartiers. Ils peuvent nécessiter par ailleurs de déterminer, arbitrairement, un seuil de concentration. Dans son travail sur les ghettos américains, P. Jargowsky (1997) calcule ainsi un taux de concentration des pauvres comme étant la part des personnes pauvres (en dessous du seuil de pauvreté) vivant dans un quartier dans lequel 40 % des individus sont eux-mêmes pauvres. On peut certes, comme le font E. Préteceille (2009) pour la concentration des immigrés non-européens ou Johnston et al. (2005) pour celle des originaires d’Asie du Sud, faire le calcul de la concentration à plusieurs seuils possibles et produire un profil de concentration (tableau ou courbe) synthétisant les résultats de ces différents calculs (voir encadré no 3). Néanmoins le passage à l’analyse et l’interprétation nécessite toujours de privilégier un seuil plutôt qu’un autre. E. Préteceille met par exemple plutôt l’accent dans ses commentaires sur celui de 30 % : il détermine ainsi qu’en 1999, la concentration des immigrés non-européen est de 20 % puisque 20 % d’entre eux vit dans des communes ou quartiers dans lesquels 30 % de la population est immigrée.

Encadré n° 3. Le profil de concentration

Encadré n° 3. Le profil de concentration

21Les derniers indices de ségrégation que je présenterai ici sont les indices de regroupement qui rendent compte non seulement de la concentration des membres d’une population considérée au sein des quartiers mais aussi de la proximité géographique des quartiers ségrégués. Ils traduisent ainsi le degré auquel une population donnée constitue une enclave dans le périmètre géographique considéré. Concentration et regroupement donnent alors des informations différentes. Une population peut en effet apparaître très concentrée (une majorité de ses membre loge dans quelques zones géo­graphiques dans lesquelles elle occupe une part importante de la population) tout en étant très peu regroupée si ces zones sont éloignées les unes des autres. C’est ce qui ressort très clairement de l’analyse de M. Safi (2009) sur la répartition des populations immigrées dans les communes de la région parisienne. Elle montre en effet que les Asiatiques constituent des poches importantes d’occupation dans quelques communes spécifiques et espacées les unes des autres, alors que les populations africaines se trouvent fortement concentrées dans un ensemble de communes pauvres, stigmatisées et proches les unes des autres. La prise en compte du regroupement ou non des quartiers d’habitation donne alors des pistes pour l’interprétation des mécanismes conduisant à la concentration des populations dans des quartiers ségrégués. Pour les Asiatiques, cela pourrait par exemple « refléter une stratégie de formation d’un réseau dans certaines communes plutôt que des mécanismes d’exclusion dans une zone géographique défavorisée » (Safi, 2009, p. 546).

22Le graphique qui suit, réalisé par mes soins, permet de visualiser le sens de chacun des différents indicateurs présentés ci-dessus.

Graphique 1. Mesures et niveaux de ségrégation

Graphique 1. Mesures et niveaux de ségrégation

De la ségrégation à la fragmentation

23Chacun des indices de ségrégation renvoie ainsi à une façon très spécifique de traiter la question et peut aussi être interprété de différentes façons. Ils ne peuvent donc constituer qu’une étape du raisonnement. Ils ont cependant un intérêt particulier dans la mesure où ils obligent à définir clairement les termes de la question et à en circonscrire précisément les limites. Passer par la mesure est en effet toujours un travail exigeant de transformation d’une question générale en une question spécifique.

24On peut illustrer ce dernier point en s’interrogeant sur les mesures possibles de la fragmentation. Si la ségrégation et la fragmentation traduisent en partie une même réalité (la différenciation d’un espace géographique en périmètres d’occupation spécifiques), les deux termes ne sont en effet, a priori, pas synonymes. Ils se succèdent d’ailleurs dans le temps, ce qui implique l’idée d’une évolution historique des formes spatiales.

  • 9 Le terme naturel indiquait que le développement urbain suivait des évolutions mécaniques et détermi (...)
  • 10 Pour une histoire de la notion de ségrégation dans les sciences sociales voir Brun J. et Rhein C. ( (...)

25Le premier est apparu dans la littérature sociologique au début du XXsiècle, pour caractériser ce que les auteurs de l’École de Chicago consi­déraient alors comme un phénomène naturel9 : la séparation de la ville en aires fonctionnelles et résidentielles socialement marquées10. Si par la suite le caractère « naturel » de la ségrégation n’a plus été systématiquement retenu par les auteurs ayant étudié ce phénomène, la dimension organique de la ville comme ensemble de parties fonctionnellement liées les unes aux autres est, elle, toujours plus ou moins restée associée à la notion de ségrégation.

  • 11 Ces interrogations se traduisent notamment en France par la popularité du thème de l’exclusion. Voi (...)

26Le deuxième terme est apparu, lui, dans les années 1990 (Vidal, 1995 ; Navez-Bouchanine 2002b), au moment où se posent de façon de plus en plus fréquente des interrogations sur la capacité des sociétés « post-industrielles » à « faire société »11. Ainsi, là où la ségrégation renvoie plutôt à une séparation dans l’interdépendance des aires géographiques et de leurs habitants, la fragmentation réfère plutôt, dans sa dimension spatiale, à une situation d’écla­tement – voire d’éparpillement – du tissu urbain, se marquant par l’absence de continuité et de contiguïté physique entre les différentes zones urbaines et leur faible articulation les unes aux autres (limitation des échanges inter-fragments), et dans sa dimension sociale, à une tendance au repli social, culturel, politique et/ou identitaire de ces différents fragments sur eux-mêmes (voir Navez-Bouchanine, 2002c).

27Puisque les deux termes de ségrégation et de fragmentation ne sont pas synonymes, ils devraient donc, en toute logique, faire l’objet de mesures spécifiques. Cependant, alors que la volonté de rendre compte de la ségré­gation a donné naissance à une multitude d’indicateurs de mesure, les sociologues et les géographes n’ont guère été, pour l’instant, tentés de mettre leurs analyses de la fragmentation à l’épreuve de la mesure. Il est par exemple tout à fait frappant qu’aucun des contributeurs d’un ouvrage collectif cherchant à faire le point sur la fragmentation (Navez-Bouchanine, 2002a) ne cherche à en produire une mesure synthétique.

28Des économistes s’y sont en revanche en partie essayés, tout parti­culièrement dans leurs analyses des effets économiques de la diversité ethnique dans les pays africains (Easterly et Levine, 1997 ; Temple, 1998 ; Alesina et al., 2002 ; Alesina et La Ferrara, 2004). Dans leur article de 1997, Easterly et Levine calculent ainsi un indice de fractionnalisation (adapté de l’indice d’Herfindhal-Hirschmann) qui dépend du nombre d’ethnies représentées et des parts que chacune d’elle occupe dans la population totale. La fraction­nalisation est alors maximale lorsqu’il y a autant d’ethnies que d’individus, et minimale lorsque tous les membres du pays sont de la même ethnie.

Encadré n° 4. L’indice de fractionnalisation ethnique

Encadré n° 4. L’indice de fractionnalisation ethnique

29Cet indice n’est pourtant pas, directement, un indicateur de fragmentation. D’une part, il ne prend pas en compte la façon dont les membres des différentes ethnies sont répartis sur le territoire et est donc impuissant à traduire la dimension spatiale de la fragmentation et, d’autre part, il ne dit rien non plus du degré de cloisonnement des ethnies les unes par rapport aux autres. Ce cloisonnement, qui est, on l’a vu, une des caractéristiques de la fragmentation, est en réalité implicitement considéré comme inhérent à la diversité ethnique, et ce sont finalement les modèles économétriques qui apportent ensuite la preuve des dysfonctionnements qu’il entraine (faible croissance économique, mauvaise qualité des institutions politiques, etc.). Ce n’est donc qu’en vertu de ces effets que l’on peut, après-coup, assimiler frac­tion­nalisation et fragmentation : le fait que les membres des différentes ethnies n’arrivent pas à communiquer et échanger pourrait être (mais ce n’est qu’une hypothèse) une cause d’un fonctionnement économique et politique sous-optimal.

30Pour mesurer spécifiquement la fragmentation, il faudrait donc créer un indicateur qui puisse rendre compte directement des différentes facettes qui la distinguent de la ségrégation : la discontinuité spatiale et la faible articulation des périmètres urbains entre eux. Or, ces deux critères, bien que liés, ne peuvent être, a priori, condensés dans une même mesure. Ils sont par ailleurs eux-mêmes multidimensionnels, ce qui rend encore plus difficile la construc­tion d’un indicateur synthétique. Aborder la fragmentation par la mesure implique donc, là encore, de privilégier un angle d’approche et donc une problématique spécifique. Je ne donnerai ici, pour finir, que quelques illustrations de ce propos.

  • 12 Utilisant, dans le cas français, des mesures de densité de population au niveau des communes, O. Pi (...)

31En s’intéressant de façon purement géographique à la discontinuité terri­toriale, on pourrait utiliser, par exemple, les différences de densité humaine12 par quartier pour construire un indicateur de dispersion relative, tel que le coefficient de variation des densités humaines. Une valeur élevée, signifiant une alternance de « trous » dans la ville et de zones surpeuplées, indique alors l’importance de la fragmentation.

Encadré n° 5. Le coefficient de variation des densités humaines

Encadré n° 5. Le coefficient de variation des densités humaines

32Cet indicateur ne rend cependant pas compte des positions des différentes zones de densité les unes par rapport aux autres (sont-elles véritablement alternées ou sont-elles polarisées, les unes par exemple au centre de la ville, les autres en périphérie ?). Il ne dit rien non plus de la nature des espaces peu denses et donc des raisons expliquant les différences de densité. Les unités spatiales peu peuplées sont-elles des zones d’habitation réservées à quelques privilégiés, des parcs accessibles à tous, des zones industrielles ou commerciales, des terrains non constructibles du fait des caractéristiques du sol ? Il ne reflète par ailleurs qu’une dimension possible de la discontinuité territoriale dans la mesure où celle-ci peut aussi être caractérisée, on le sait, par l’existence de murs ou de frontières difficilement franchissables. Une faible dispersion des densités de quartier n’est donc pas incompatible, de ce point de vue, avec une forte fragmentation.

  • 13 L’indicateur que Romano (2012) construit pour mesurer la fragmentation urbaine consiste à rapporter (...)

33On peut aussi estimer que la fragmentation n’est effective que si les différentes subdivisions ne sont pas, ou le sont mal, reliées les unes aux autres. Il faudrait alors pouvoir rendre compte, dans notre mesure, des défauts de communication entre ces aires. Ces barrières, autoroutes infranchissables, murs, grillages, sont souvent rendus visibles par une cartographie des voies de circulation de la zone urbaine considérée. On pourrait alors choisir de construire, dans la lignée de ce qui a été déjà fait dans les recherches de biogéographie (Romano, 2012), un indicateur de fragmentation urbaine qui rende compte de l’importance de ces clôtures urbaines. Pour qu’un tel indicateur puisse être régulièrement utilisé, il est cependant nécessaire d’une part de faire une liste des types de barrières urbaines possibles (chemin de fer, autoroutes, fleuves, murs, grillages, etc.) et d’autre part d’attribuer un coef­ficient d’obstruction à chacune d’entre elles (une ligne de chemin de fer n’est pas en soi infranchissable si la circulation des trains n’est pas protégée par des grillages, une route à quatre voies ne l’est pas forcément non plus si la circulation n’y est pas dense, etc.). L’exercice est, on le voit difficile, tant les cas peuvent différer d’une zone urbaine à une autre13.

34On pourrait donc préférer construire un indicateur à partir du temps moyen passé par les individus dans leur quartier ou leur zone géographique. Si une majorité des habitants de chaque zone urbaine passe une majorité de son temps dans cette zone, cela indiquerait évidemment une certaine forme de fermeture de ces espaces les uns sur les autres. Il reste cependant que les communications entre quartiers ne se réduisent pas à la circulation des hommes. Peut-on par exemple encore parler de fragmentation si les différentes subdivisions sont économiquement liées les unes aux autres (par des échanges de marchandises), sans que cela occasionne de fortes mobilités des habitants ? Peut-on parler de fragmentation s’il s’avère qu’à défaut de communication physique, les membres des différentes zones sont connectés entre-eux par des communications immatérielles (téléphone, télévision, radio, internet) ? Inver­se­ment, une mobilité importante n’est pas en soi incompatible avec une tendance à la fragmentation, sociale cette fois, si les trajectoires et les modes de transports sont différenciés selon les catégories d’individus comme cela pour­rait être le cas dans les grandes villes brésiliennes.

Pour conclure : l’intérêt de la mesure

35Les indicateurs statistiques apportent une contribution majeure au débat scientifique sur les formes et processus socio-spatiaux. Leur construction nécessite en effet de définir très précisément le phénomène étudié et pousse ainsi à un travail de clarification des notions. La tentative de mesure de la ségrégation a par exemple conduit à en distinguer plusieurs échelles (voisinage, quartier, IRIS, arrondissement) et plusieurs dimensions (dissimilarité, iso­lement, concentration, regroupement) répondant chacune à une vision socio­lo­gique différente. Quant aux résultats qu’ils apportent, ils soutiennent forte­ment les démonstrations des auteurs et poussent leurs contradicteurs à mieux affiner en retour leurs analyses. En revanche, il y a eu, jusqu’à aujourd’hui, peu de tentatives pour mesurer la fragmentation. En menant ici une réflexion sur la construction possible d’indicateurs de fragmentation, ce chapitre entend contribuer à une meilleure appréhension de ce phénomène, qui apparaît, comme la ségrégation avant lui, multidimensionnel et déployé à de multiples niveaux.

36Cet intérêt des indicateurs statistiques ne doit cependant pas occulter le fait que leur construction et leur interprétation dépendent toujours de la façon dont on définit préalablement le phénomène, dont on imagine ses causes et dont on anticipe ses conséquences. En ce sens, les indicateurs statistiques ne se distinguent pas des autres éléments de l’argumentation scientifique dans les sciences sociales, et n’ont donc pas une valeur supérieure. Ils ne sont pas une preuve absolue mais l’étape d’un raisonnement particulier. Ainsi, lorsque plusieurs indicateurs donnent en apparence une réponse différente, ce n’est pas forcément que certains d’entre eux soient faux, mais bien plutôt qu’ils se rattachent à des concepts définis de façon non identique et qu’ils répondent donc à des questions spécifiques : S’agit-il d’un état ou d’un processus ? Est-ce un phénomène naturel ou le résultat de comportements stratégiques ? Est-il diffus ou organisé ? Est-il choisi ou subi ? Est-il temporaire ou permanent ? Chaque façon de poser une question et de définir la ségrégation ou la fragmentation oblige ainsi à construire une mesure spécifique qui produira finalement une réponse spécifique. La difficulté à mesurer au plus juste la ségrégation ou la fragmentation est donc moins un problème statistique qu’un problème sémantique.

Bibliographie

Alesina A., Devleeschauwer A., Easterly W., Kurlat S., Wacziarg R., 2003, « Fractionalization », Journal of Economic Growth, 8, p. 155-194.

Alesina A., La Ferrara E., 2005, “Ethnic Diversity and Economic Performance”, Journal of Economic Literature, 43(3), p. 762-800.

Apparicio P., 2000, « Les indices de ségrégation résidentielle : un outil intégré dans un système d’information géographique », Cybergeo : European Journal of Geography, URL : http://cybergeo.revues.org/12063.

Banque mondiale, 2001, Rapport sur le Développement dans le monde 2000/2001 : Combattre la pauvreté, Eska, Paris.

Brun J., Rhein C. (eds), 1995, La ségrégation dans la ville, Paris, l’Harmattan.

Chamboredon J.-C., Lemaire M., 1970, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, 11, p. 3-33.

Duncan O.D., Duncan B., 1955, “A Methodological Analysis of Segregation Indexes”, American Sociological Review, 41, p. 210-217.

Easterly W., Levine R., 1997, “Africa’s Growth Tragedy: Policies and Ethnic Divisions”, Quaterly Journal of Economics, 111, 4, p. 1203-1250.

Foucault M., 1966, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard.

Jargowsky P., 1997, Poverty and Place. Ghettos, Barrios and the American City, New-York, Russel Sage Foundation.

Johnston R., Poulsen M., Forrest J., 2005, « On the Measurement and Meaning of Residential Segregation », Urban Studies, 42, 7, p. 1221-1227.

Massey D.S., Denton N.A., 1988, “The Dimensions of Residential Segregation”, Social forces, 67 (2), p. 281-315.

Maurin E., 2004, Le ghetto français. Enquête sur le séparatisme social., Paris, Édition du Seuil.

Morril R. L., 1991, “On the Measure of Spatial Segregation”, Geography Research Forum, 11, p. 25-36.

Navez-Bouchanine F. (dir.), 2002a, La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, l’Harmattan.

Navez-Bouchanine F., 2002b, « Émergence d’une notion. Quelques repères historiques », in La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, l’Harmattan, p. 19-44.

Navez-Bouchanine F., 2002c, « Fragmentation spatiale et urbanité au Maghreb », in La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, l’Harmattan, p. 153-193.

Oberti M., 2007, L’école dans la ville : ségrégation, mixité, carte scolaire, Paris, Presses de Science Politique.

Passeron J.-C., 1991a, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan.

Passeron J.-C., 1991b, « Ce que dit un tableau et ce qu’on en dit. Le langage des variables et l’interprétation dans les sciences sociales », in Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, p. 111-137.

Piron O., 2006, « La densification acceptée », miméo.

Piron O., 2008, « Le confort spatial des ménages », miméo.

Préteceille E., 2006, « La ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? La métropole parisienne entre polarisation et mixité », Sociétés contemporaines, 62, p. 69-93.

Préteceille E., 2009, « La ségrégation ethno-raciale a-t-elle augmenté dans la métropole parisienne ? », Revue française de sociologie, 50 (3), p. 489-519.

Reardon F., O’Sullivan D., 2004, “Measures of Spatial Segregation”, Sociological Methodology, 34 (1), p. 121-162.

Rhein C., 1994, « La ségrégation et ses mesures », in Brun J., Rhein C. (dir.), La ségrégation dans la ville. Concepts et mesures, Paris, L’Harmattan, p. 51-62.

Romano B., 2002, « Evaluation of Urban Fragmentation in the Ecosystems”, International conference on mountain environment and development, Chengdu, China, 15-19 octobre, http://dau.ing.univaq.it/planeco/staff/romano/pdf_pubblicazioni/China_2002.pdf.

Safi M., 2009, « La dimension spatiale de l’intégration : évolution de la ségrégation des populations immigrées en France entre 1968 et 1999 », Revue française de sociologie, 50(3), p. 521-552.

Simpson L., 2004, “Statistics of Racial Segregation: Measures, Evidence and Policy”, Urban Studies, 41(3), p. 661-681.

Temple J., 1998, “Initial Conditions, Social Capital and Growth in Africa”, Journal of African Economies, 7(3), p. 309-347.

Touraine A., 1991, « Face à l’exclusion », Esprit, 169, p. 7-13.

Vidal L., 1995, « Les mots de la ville au Brésil. Un exemple : la notion de fragmentation », Cahiers des Amériques latines, 18, p. 161-181.

Vasconcelos P. de A., 2012, « Contribution au débat sur les processus et formes socio-spatiaux des villes », in Carrel M., Cary P., Wachsberger J.M. (dir.), Ségrégation et fragmentation dans les métropoles : perspectives internationales, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, p. 30-55

Notes

1 Les qualités attendues d’un bon indicateur sont multiples. On peut en identifier quelques-unes parmi les plus souvent retenues. La simplicité est le fait d’être facile à calculer, à comprendre et à interpréter. La sensibilité est le fait de varier dans le même sens que les variations du phénomène étudié, y compris lorsque ces dernières sont de faible amplitude. La robustesse indique qu’il doit rester opérationnel même si les hypothèses d’application ne sont pas toutes exactement réunies et qu’il doit être peu sensible à la présence de valeurs extrêmes. La spécificité est enfin le fait de ne varier que si le phénomène étudié subit lui-même une variation. Pour un exemple de réflexion sur les qualités des indicateurs de ségrégation spatiale, voir par exemple Reardon et O’Sullivan (2004).

2 Cette distinction entre mise à l’épreuve technique et mise à l’épreuve épistémique s’inspire de la réflexion menée par M. Foucault. Dans son essai sur l’archéologie des sciences humaines (Foucault, 1966), il différencie la technè qui détaille le contenu des savoirs et l’épistémè qui décrit les « conditions [culturelles] de possibilité de la connaissance ». Il s’intéresse ainsi à ce qui est, à chaque période historique, possible et « impossible à penser ».

3 Les IRIS (Ilots Regroupés Pour l’Information Statistique) sont des quartiers d’environ 2 000 habitants. Ils correspondent à un découpage du territoire mis en place par l’INSEE pour le recensement de 1999.

4 Dans son travail sur le séparatisme social en France, E. Maurin fait une analyse secondaire des enquêtes « Emploi » de l’INSEE dont l’une des particularités est que les ménages répondants sont tirés au sort par grappes de 20 ou 40 logements contigus, toutes les personnes de plus de 15 ans de chacun de ces micro-voisinages étant ensuite enquêtées. E. Préteceille base lui son travail sur les recensements et est contraint par les règles de confidentialité des données. L’Iris est en effet le plus petit niveau géographique auquel il est possible pour les chercheurs d’obtenir des informations, sans risquer de compromettre l’anonymat des personnes enquêtées.

5 Je ne présenterai pas ici les indices de centralisation (qui calculent la proportion d’un groupe donné résidant dans le centre-ville ou proche du centre-ville) dans la mesure où ils renvoient spécifiquement à la situation historique des grandes villes américaines dans lesquelles le centre-ville (inner-city) a été souvent abandonné aux populations les plus déshéritées.

6 Dans des zones spécifiques de recrutement de main d’œuvre non qualifiée, où les prix du logement restent abordables, où les nouveaux immigrés ont déjà des membres de leur famille ou de leur village, au sein desquelles ils pourront plus facilement avoir des échanges interpersonnels du fait de leur culture et de leur langue commune.

7 Les interactions peuvent avoir par exemple lieu sur le lieu de travail, dans les zones commerçantes. Par ailleurs, elles peuvent aussi avoir lieu avec des individus d’une zone géographique contigüe (Cherkerboard problem), ce qui ramène à la difficile détermination des subdivisions géographiques servant au calcul des indicateurs (Morril, 1991)

8 Certaines mesures de concentration sont plus directement géographiques : elles reposent globalement sur une comparaison de la part de la superficie de la zone géographique occupée par la population considérée et de la part que cette population occupe dans la population totale. Voir Apparicio (2000).

9 Le terme naturel indiquait que le développement urbain suivait des évolutions mécaniques et déterminées au même titre que n’importe quel milieu écologique, d’où le nom d’écologie urbaine associé à cette première sociologie urbaine.

10 Pour une histoire de la notion de ségrégation dans les sciences sociales voir Brun J. et Rhein C. (dir.), La ségrégation dans la ville, Paris, l’Harmattan, 1995

11 Ces interrogations se traduisent notamment en France par la popularité du thème de l’exclusion. Voir le texte séminal d’A. Touraine (1991).

12 Utilisant, dans le cas français, des mesures de densité de population au niveau des communes, O. Piron (2006, 2008) montre qu’on assiste plutôt à une convergence des densités, ce qui contredit, de ce point de vue, la thèse de la fragmentation urbaine.

13 L’indicateur que Romano (2012) construit pour mesurer la fragmentation urbaine consiste à rapporter la longueur totale des barrières urbaines de tout type pondérées par leur coefficient d’obstruction (en excluant les viaducs, tunnels et portes qui permettent de les franchir librement) au périmètre de la zone urbaine considérée.

Table des illustrations

Titre Encadré n° 1. L’indice de ségrégation
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Encadré n° 2. Un indice d’exposition : l’indice d’interaction
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7807/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Encadré n° 3. Le profil de concentration
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7807/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 1. Mesures et niveaux de ségrégation
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7807/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Encadré n° 4. L’indice de fractionnalisation ethnique
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7807/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Encadré n° 5. Le coefficient de variation des densités humaines
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7807/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540