Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ségrégation et fragmentation dans les métropoles

 | 
Marion Carrel
, 
Paul Cary
, 
Jean-Michel Wachsberger

Partie I. Concepts et mesures

Une radiographie des territoires de la ville. Les social surveys anglaises du XIXe siècle et les prémices de la sociologie urbaine

Jacques Rodriguez

Texte intégral

1L’histoire de la sociologie est souvent racontée en majorant le rôle des théoriciens par rapport à ceux qui menèrent des recherches plus empiriques, mais aussi en insistant sur l’influence des savants consacrés par l’institution univer­sitaire, ceux qui auraient tourné le dos à l’amateurisme pour s’atteler à un véritable projet scientifique. Ainsi attribue-t-on parfois à l’École de Chicago le mérite d’avoir démarré des recherches novatrices en ma­tière de sociologie urbaine : au cours de la deuxième décennie du XXe siècle, la ville américaine devient ce « laboratoire social » que Robert Park présente à ses étudiants comme un terrain d’études fertile. Sous son impulsion, de fait, la socio­logie se détache alors du travail social : elle ne cherche plus à contrôler les populations pauvres mais à comprendre les événements sociaux, comme le souligne Gérard Leclerc. De même, elle s’éloigne du reportage journalistique auquel Park a consacré la première moitié de sa carrière, car « le reporter couvre l’événement tandis que le sociologue découvre la structure » sous-jacente (Leclerc, 1979, p. 73). Quand bien même certains travaux qui ont fait le renom de cette École se démarquent avec peine des études sociales de facture « pré-sociologique », une nouvelle définition du champ a contribué à disqualifier bien des recherches antérieures, reléguées dans la catégorie des travaux « infrascientifiques » ou d’inspiration philanthropique (Gordon, 1973 ; Breslau, 1988).

2Ainsi, lorsqu’il envisage les enquêtes sociales locales – ou enquêtes de communautés – conduites aux États-Unis, à l’instar de la Pittsburg Survey (1910-14), Park leur dénie toute visée réellement scientifique : « elles ne produisent pas de grandes généralités à portée universelle » écrit-il, mais constituent simplement un « corps de matériaux ». De même, à propos du travail imposant mené par Charles Booth à Londres, il prétendra que « ce que nous avons dans ces volumes, c’est un exposé détaillé et minutieux de la période de la civilisation urbaine qui correspond à la fin du XIXe siècle, telle qu’elle se manifeste dans la vie du travailleur de Londres », ajoutant aussitôt que, si « ces volumes constituaient à l’époque une étude sociologique, ils sont aujourd’hui pour nous un document historique » (Park, in Grafmeyer, Joseph, 1994, p. 172-173). Il s’en trouve pourtant parmi tous ces travaux qui présentent nous semble-t-il un réel intérêt sociologique, que leur lien éventuel avec le réformisme social, les charities ou le journalisme d’investigation ne saurait invalider a priori.

3Ce disant, il ne s’agit cependant pas, ici, de questionner les contours de la sociologie urbaine, ni de s’interroger sur les raisons pour lesquelles tel chercheur figure désormais au Panthéon de la discipline tandis que tel autre en aurait été (injustement) écarté – même si un tel débat est à la fois utile et passionnant (Levin, 1973 ; Connell, 1997). L’objectif de ce texte est plutôt de rappeler l’originalité et la fécondité de certaines enquêtes britanniques qui, tout au long du XIXe siècle, explorent un monde urbain en pleine croissance. C’est bien avant leurs homologues d’Outre-Atlantique, en effet, que les villes anglaises sont marquées par l’industrialisation et l’urbanisation, à l’origine d’un développement anarchique qui leur vaut d’être décrites, parfois, au moyen de métaphores biologiques suggestives – Londres est par exemple assimilée à une déviation pathologique, un néoplasme ou un « polype » (Briggs, 1968). Et parce qu’elles suscitent alors l’inquiétude et la perplexité, ces villes donnent lieu à des investigations fouillées dans lesquelles la « question sociale » se trouve bien vite enchâssée dans la « question urbaine », des investigations qui, en étudiant la pauvreté urbaine, tendent à ériger la ville, avec sa dynamique et ses découpages, en objet d’étude à part entière.

4Certes, le résultat de ces recherches successives a pu décevoir ceux qui, en dressant le bilan de la sociologie urbaine anglaise, n’y ont pas trouvé l’équivalent de ce qui a été échafaudé aux États-Unis, notamment à Chicago (Glass, 1955). Mais là n’est pas l’essentiel, en réalité – sauf à considérer qu’il n’existe qu’un seul mode de développement de la sociologie, sous-tendu par un projet intellectuel univoque. Car, à leur façon, ces travaux vont lever le voile sur une réalité jusqu’alors méconnue ou négligée en proposant une analyse féconde des dynamiques socio-spatiales qui travaillent, en Angleterre, l’environnement urbain. Les études menées par Friedrich Engels, Henry Mayhew et Charles Booth – publiées respectivement dans les années 1840, 1860 et à la fin de la période victorienne – s’avèrent à cet égard très riches. Elles soulignent en particulier la fragmentation de la ville en territoires séparés et la faiblesse des liaisons organiques rattachant les divers groupes sociaux (I) ; elles examinent finement les conséquences sociales du cloisonnement urbain (II) et inaugurent, finalement, un nouveau registre d’analyse de la ville, comme entité socio-spatiale (III).

Le patchwork urbain

5Les grandes enquêtes sociales britanniques du XIXe siècle ont trait le plus souvent à la pauvreté et à ses diverses manifestations – sous-emploi, conditions de logement, insalubrité, etc. (Rodriguez, 2007). Si leur intérêt pour la ville est donc oblique, leur présentation du phénomène urbain n’est pas superficielle. Elles découvrent en effet un système de vie fondé sur un « nouveau principe totalisant », selon l’expression d’Asa Briggs, une nouvelle forme d’organisation sociale, à la fois spontanée et incessamment travaillée par un processus de recomposition ; bref, en étudiant les déséquilibres spatiaux, la ségrégation sociale, les processus de désocialisation, elles jettent les bases d’une approche sociologique de l’espace urbain. L’organisation spatiale de la ville et les processus d’appropriation territoriale sont placés au cœur de l’analyse, préfigurant en cela, à certains égards, l’écologie humaine.

6À titre pionnier, Friedrich Engels propose, dès 1845, une étude très précise des territoires séparés qui forment l’agglomération de Manchester-Salford (Engels, 1973). Son analyse du processus d’expansion urbaine se double, ici, d’un examen attentif de la distribution spatiale et sociale du territoire de la ville.

7Tout d’abord, il faut noter qu’Engels dépasse les descriptions tradi­tionnelles de l’expansion urbaine, en termes de superficie ou d’accrois­sement numérique (Poussou, 1992). Il livre une description novatrice de l’espace urbain, sous la forme de cercles concentriques qui éloignent du centre-ville les catégories sociales privilégiées et maintiennent à proximité de celui-ci les bras nécessaires à son animation quotidienne.

« À l’exception du quartier commercial, toute la ville de Manchester proprement dite, tout Salford et tout Hulme (…) ne sont qu’un district ouvrier qui entoure le quartier commercial comme une ceinture (…). Au-delà de cette ceinture, habitent la bourgeoisie moyenne et la haute bourgeoisie – la moyenne bourgeoisie dans des rues régulières, proches du quartier ouvrier (…) – la haute bourgeoisie dans les pavillons avec jardins, du genre villa, plus éloignés (…) au grand air sain de la campagne » (Engels, 1973, p.85-86).

  • 1 L’enquête menée par Charles Booth dure 17 ans, de 1886 à 1903. Elle s’organise en trois « séries », (...)

8Une telle présentation du processus d’extension spatiale des villes et de la distribution indissociablement sociale et spatiale du périmètre urbain se retrouve sous la plume de Charles Booth à la fin du XIXe siècle : l’enquêteur note l’existence d’une tendance centrifuge responsable, à Londres, de mouvements de population, socialement ordonnés, du centre vers l’extérieur (Booth, RI, vol. 1, p. 15)1. On découvre là, sous une forme balbutiante, l’analyse que livrera Burgess en 1925 lorsqu’il schématisera « la représentation idéale des tendances qu’a toute ville, petite ou grande, à s’étendre en rayonnant à partir de son centre d’affaire » (Grafmeyer, Joseph, 1994, p. 134). C’est un même modèle analytique qui charpente sur ce point les analyses d’Engels, de Booth et, plus tard celles de McKenzie et Burgess : les résidents de la ville sont engagés dans une compétition pour l’appropriation des périmètres urbains les plus recherchés. Victimes de cette compétition, les ouvriers de fabrique décrits par Engels, autant que les travailleurs immigrés du Chicago des années 1920, sont confinés dans le voisinage immédiat des infrastructures économiques ou relégués dans les zones déshéritées du périmètre urbain (Briggs, 1968). Engels se démarque toutefois du schéma écologique, qui assimile l’extension urbaine à un processus essentiellement naturel délivré de toute influence extérieure : derrière les forces sociales qui façonnent l’environnement urbain, il en appelle aussi à la malice bourgeoise.

9Lorsqu’il rend compte de l’organisation de l’espace urbain, Engels étudie méticuleusement le confinement des pauvres. On peut « habiter des années [à Manchester], en sortir et y entrer quotidiennement sans (…) même rencontrer d’ouvriers » ; ce qu’Engels explique aussitôt en indiquant que « cela tient principalement à ce que les quartiers ouvriers (…) sont séparés avec la plus grande rigueur des parties de la ville réservées à la classe moyenne ». La cause de cet endiguement des classes populaires réside dans « un accord inconscient et tacite autant que (d’une) intention consciente et avouée » (Engels, 1973, p. 85). Derrière les grandes artères, les passages et les venelles sordides où résident les ouvriers demeurent invisibles, comme « dérobées au regard des classes plus heureuses » (Engels, 1973, p. 62). En raison de la nature de l’activité commerciale, qui suppose la proximité du chaland, cette disposition urbaine est assez classique, explique Engels ; mais à Manchester, elle s’inscrit dans une stratégie « d’isolement systématique » de la classe ouvrière. Et selon l’auteur, cet enclavement traduit avant tout l’hypocrisie bourgeoise : si le hasard a incontestablement présidé aux destinées de la ville, « j’ai comme l’impression », indique-t-il, « que les industriels libéraux, les ‘bigs whigs’ de Manchester ne sont pas tout à fait innocents de cette pudique disposition des quartiers » (Engels, 1973, p. 87).

10L’enquêteur expose ainsi avec une singulière acuité les logiques qui gouvernent l’organisation spatiale de la ville-symbole des années 1840. Cependant, comme le souligne Françoise Choay, il ne tire pas tout le parti d’un examen pourtant très efficace de la ségrégation spatiale. Sans doute en raison de l’ambition essentiellement critique qui l’anime, Engels ne perçoit pas avec autant de justesse que ses successeurs les diverses facettes de la ségrégation orchestrée par les villes. Sous sa plume, la ville n’est que « le lieu de l’histoire », l’expression d’un « ordre nouveau » produit par le capitalisme : s’il récuse une lecture commode en terme d’anarchie ou de désordre, il envisage la ville comme l’expression spatiale d’un nouvel ordre économique, dont la dimension proprement sociale n’est pas approfondie (Choay, 1965, p. 25-28). Les travaux de Booth s’avèrent à cet égard plus riches. Analysant la ville comme structure physique, mais aussi sociale, l’auteur approche la notion de « territoire » en mêlant intimement les deux acceptions du terme, spatiale et sociale.

11Comme le montre bien Harold Pfautz (1967), la percée analytique réalisée par Booth est notoire. Celui-ci désigne en effet par le vocable d’« aire » une réalité physique doublée d’un phénomène social. Ainsi les « aires de pauvreté » ne sont-elles pas de simples divisions territoriales, naturelles ou fonctionnelles, mais des unités écologiques construites pour rendre compte de la spécificité irréductible du périmètre urbain. Et c’est avec un degré de précision et un souci de conceptualisation croissants au fil de son étude que Booth isole les divers territoires de la ville où s’exercent un certain nombre de « forces sociales ».

  • 2 Les visiteurs scolaires sont des petits fonctionnaires municipaux ayant pour fonction première de v (...)

12Au démarrage de son enquête sur la pauvreté londonienne, au milieu des années 1880, Booth utilise les découpages territoriaux existant : les trente districts qui composent la capitale, mais aussi les circonscriptions admi­nistratives des bureaux scolaires (School Board Visitors)2. C’est dans ce cadre, par exemple, qu’il examine la proportion relative de résidents « pauvres », « très pauvres » ou vivant dans le « confort ». Il s’agit donc, à ce stade, d’une étude encore assez sommaire dans laquelle la notion de « territoire » est dépourvue de tout contenu analytique. Néanmoins, l’auteur décrit avec perspicacité les contrastes urbains. Chaque quartier, explique-t-il ainsi, doit sa singularité à une histoire propre, à un enchaînement imprévisible de divers facteurs : la nature des activités économiques, les traditions locales, l’impor­tance et la fréquence des moyens de transport ou encore le niveau des loyers sont essentiels pour comprendre la « situation » sociale d’une zone déterminée. Selon Harold Pfautz, l’enquêteur suggère même l’existence d’un phénomène d’auto-renforcement lorsqu’il indique qu’« (après) un démarrage favorable suivi d’un développement graduel, (et) en l’absence de toute inaptitude particulière, le site acquiert peu à peu une pertinence spéciale : un grand marché est établi, une tradition se constitue, et les associations commerciales dominent, donnant son caractère à tout le district ». De sorte, conclut Booth, que « chaque district a son caractère – son parfum particulier » (Booth, PS, vol. 1, pp. 63, 34).

13Mais, loin de se contenter de cette présentation générale, l’enquêteur s’emploie à construire des unités géographiques plus pertinentes pour la recherche sociologique qu’il engage. Les délimitations administratives lui semblent en effet trop arbitraires et Booth propose alors deux nouveaux types de découpage du périmètre urbain (Pfautz, 1967, p. 110 sq.).

14Il note, tout d’abord, que les terrains vagues, les canaux, les voies de circu­lation ou de chemin de fer qui sillonnent la capitale, contribuent passablement à singulariser certaines enclaves territoriales. Cette découverte incite l’enquêteur à examiner le rôle de ces « aires naturelles ».

« En franchissant la barrière que constitue le chemin de fer Great Eastern , nous passons dans un autre monde. Nous laissons derrière nous la population flottante des garnis et des abris de nuit, les femmes de petite vertu des chambres meublées et la pauvreté fétide mais florissante des Juifs. On n’est plus frappé par l’étrange apparence des rues et on a conscience d’une différence dans l’atmosphère morale » (Booth, RI, vol. 2, p. 67).

15L’auteur va ainsi dépasser une approche purement physique de la réalité urbaine pour examiner les conséquences sociales de la partition du territoire de la ville en périmètres distincts. Il s’efforce de montrer que la ville est hérissée d’obstacles qui freinent la communication et séparent les groupes sociaux, donnant à chacun d’eux une existence relativement autonome par rapport à la totalité urbaine. Il propose alors une analyse stimulante des effets de cette configuration : le processus de ségrégation spatiale et sociale génère des « isolats » urbains dont les frontières, physiques et symboliques, organisent et pérennisent le repliement social. Pour les populations les plus vulnérables, en particulier, la structure de la ville produit les conditions d’un décrochage social durable : « il est avéré que les groupes de rues pauvres tendent à devenir malfamés quand ils sont séparés des districts environnants et privés des avantages du transit des marchandises » indique-t-il. Il résumera ces réflexions dans une formule lapidaire : « l’isolement vaut bannissement » (Booth, RI, vol. 3, p. 119-120 ; vol. 1, p. 47). Les spécificités de la configuration spatiale inscrivent donc les individus dans des territoires plus ou moins ouverts, fonctionnant aussi comme des espaces symboliques où s’élaborent des pratiques et se négocient des identités. Là encore, l’enquêteur britannique anticipe sur les réflexions conduites par les sociologues américains, Burgess qui s’intéressera aux effets de la croissance urbaine sur l’organisation sociale et les types de personnalité, mais aussi Park et ses « régions morales » (Pfautz, 1967).

16Ensuite, parvenu au terme de son enquête, l’observateur social entend offrir une représentation de Londres en unités écologiques pertinentes au regard des différents critères mobilisés dans l’ensemble de son étude (niveau de pauvreté, taux de natalité et de mortalité, surpeuplement, taux de mariages précoces). Booth élabore alors une nouvelle partition de l’espace urbain en unités analytiques qui expriment les variations conjointes de ces phénomènes sociaux. Puis, il calcule pour chacun des cinquante périmètres ainsi délimités un « indicateur social » fondé sur le niveau moyen de ces indices (Booth, FV, p. 10 sq.). Si son travail statistique est peu élaboré (Booth ne fait aucun usage des coefficients de corrélation mis au point par Karl Pearson à l’époque où il rédige son enquête), il faut souligner l’effort analytique de l’enquêteur, qui cherche à mesurer l’impact social de l’environnement urbain. Le degré d’élaboration du concept d’« aire » témoigne en particulier de l’importance du travail de Booth pour le développement de la sociologie empirique. À cet égard, Harold Pfautz souligne bien les progrès réalisés par l’enquêteur au fil de son travail, et la qualité de son analyse du phénomène urbain :

« Au début de son investigation, Booth se limite plus ou moins à l’usage d’aires administratives préexistantes, surtout dans un but descriptif. Au terme de son étude, il a non seulement élaboré sa propre unité territoriale (…) pour les besoins de sa recherche et pour mesurer les variations concomitantes entre des phénomènes sociaux spécifiques, mais il est aussi parvenu à exploiter le potentiel explicatif de la notion d’aire. Ainsi, les ‘aires de pauvreté’ tendent à être séparées du reste de la ville par un mur, par des obstacles agissant comme des frontières en isolant les habitants, en minimisant leur participation à la vie urbaine normale » (Pfautz, 1967, p. 120).

17Dès la seconde moitié du XIXe siècle, le périmètre urbain fait donc l’objet d’analyses sophistiquées – à défaut d’être conceptuellement très élaborées – qui atténuent quelque peu la nouveauté de certaines recherches ultérieures.

À la découverte de l’urbanité

18Au XXe siècle, l’un des apports de l’analyse sociologique sera de saisir l’urbanité : la ville désigne une forme de sociabilité particulière, une combinaison de « distance » et de « proximité », d’appartenance au groupe et de mobilité – le « voyageur potentiel » défini par Simmel figure le citadin (Simmel, in Grafmeyer, Joseph, 1994, p. 53-59). Mais dans les enquêtes victoriennes déjà, les effets de l’environnement urbain sur la personnalité du citadin sont approchés avec beaucoup d’intuition sociologique. D’un côté, on y trouve l’esquisse d’une véritable psychologie urbaine ainsi qu’une analyse originale du mode de vie propre aux citadins ; et d’un autre côté, les auteurs soulignent aussi combien la fragmentation de la ville suscite des attitudes spécifiques parmi les résidents de certains quartiers ségrégués.

19La ville est d’abord présentée comme un cadre permissif. De fait, les observateurs sociaux ne se sont pas contentés de dénoncer les méfaits d’une urbanisation désordonnée : ils ont également analysé les potentialités nouvelles offertes par l’essor des villes (Briggs, 1968). À titre précurseur, à contre-courant de l’opinion dominante à l’époque, Engels livre ainsi une peinture nuancée du nouvel ordre urbain. En première analyse, sa description semble introduire un clivage assez net entre le stade préurbain et l’âge des « grandes villes », suggérant ainsi l’existence d’une « dichotomie » entre la société traditionnelle et la socété urbaine (Hannerz, 1983, p. 89). Il indique en effet que, jusqu’alors, « les ouvriers vivaient une existence tout à fait supportable, et (…) menaient une vie honnête et tranquille en toute piété et honorabilité ». Résidant « à l’écart des villes », ils « vivaient selon la morale, parce qu’ils n’avaient aucune occasion de vivre dans l’immoralité » : « aucun cabaret ni maison malfamée ne se (trouvait) à proximité » (Engels, 1973, p. 36-37). Pourtant, Engels ne fait nullement l’apologie d’une quelconque existence « communautaire » ou rurale, mais insiste plutôt sur la dimension permissive de l’environnement urbain : par sa densité, la ville multiplie en effet les contacts, libère les potentialités et accroît les opportunités. Ce pourquoi, d’ailleurs, les ouvriers de l’époque préindustrielle et préurbaine étaient « intellectuellement morts ». L’enquêteur tire ici les conséquences de leur inscription dans des « rapports patriarcaux » en dénonçant leur « paisible existence végétative » : tenus à l’écart des rythmes, des échanges et de la liberté que suscite la ville, ils menaient « une existence d’un romantisme patriarcal, mais malgré tout indigne d’un être humain » (Engels, 1973, p. 37-38). Reste que dans l’étude pionnière d’Engels, la ville s’offre en réalité sous les traits d’un paradoxe : condition de la liberté de l’homme, dégagé du carcan moral et intellectuel des communautés rurales, elle est aussi au principe de son avilissement et de sa dégradation (Engels, 1973, p. 60 sq.). Cette tension s’exprimera d’ailleurs tout au long du siècle dans la littérature sociale, avec une interrogation centrale : le « romantisme patriarcal », que dénigre Engels, n’était-il pas le gardien d’une moralité que la ville fragilise ? Le morcellement du périmètre urbain en territoires séparés ne hâte-t-il pas le processus de décomposition de la société que dénoncent déjà de nombreux auteurs ?

  • 3 Mayhew (1812-1887) est le fils indocile d’une famille aisée, révolté contre son milieu comme a pu l (...)

20De fait, l’atmosphère urbaine, la promiscuité, l’espace ou l’anonymat façonnent un type de personnalité spécifique. À cet égard, on doit à Henry Mayhew3 d’avoir présenté avec justesse certaines des qualités propres au citadin. S’agissant des populations fragiles en particulier, l’enquêteur note que l’influence de l’environnement urbain est d’autant plus grande que leur cadre de vie est d’abord la rue – ce « salon des misérables » qu’évoquera Jules Vallès. Leur existence paraît ainsi plus intensément urbaine. Dans les divers territoires défavorisés de la ville, les expériences individuelles, avant d’être familiales ou domestiques, sont urbaines. En décrivant l’existence d’un jeune marchand ambulant de l’Est londonien, Mayhew ne suggère pas autre chose :

« Il passe sa vie dans les rues et sur les marchés, et comme il consacre ses loisirs à la taverne, au théâtre ou dans les salles de danse, nous devons chercher ses habitudes dans les comportements qu’il adopte en ces lieux. La maison n’est que peu attrayante pour un homme dont la vie se passe dans les rues » (Mayhew, 1967, vol. 1, p. 13).

21La rue et les facilités annexes que multiplie le cadre urbain – public-houses, salles de spectacles, lieux de débauche, recoin d’une venelle où se prennent des paris – constituent ainsi le cadre de vie quotidien de franges entières de la population. Elles n’en sont que plus sensibles aux sollicitations, aux stimu­lations ou, pour parler comme Engels, aux « occasions » qu’offre l’univers urbain (Engels, 1973, p. 37). Mayhew dévoile à juste titre les effets d’entraînement, les phénomènes de mimétisme, la diffusion de pratiques, éventuellement coupables, qui résultent de l’intensité, du nombre et de la fréquence des échanges sociaux.

« Quand on considère l’esprit d’émulation, d’imitation, de bravade, d’opposition ou simplement de futile ressentiment qui existe entre ces garçons selon leur éducation, leurs amitiés, leurs dispositions naturelles (…), il semble très important de constater combien ces inclinations ou ces sentiments sont entretenus ou stimulés par les exemples des jeunes qui vivent librement partout dans les rues » (Mayhew, 1967, vol. 1, p. 524).

22Les conditions de vie offertes aux populations pauvres laissent donc au territoire urbain une place prépondérante dans les existences individuelles : la rue, le quartier, la poche de pauvreté jouent un rôle d’autant plus grand dans le quotidien des pauvres que ceux-ci n’ont d’autre échappatoire à l’exiguïté et l’insalubrité des logements. La rue n’est plus que le prolongement du domicile, le quartier, l’appendice de la famille : là se contractent les allégeances périphériques, là se nouent des alliances répréhensibles. Là, finalement, le « déterminisme urbain » qu’examine Louis Chevalier (1984, p. 507 sq.) dans un contexte assez proche, s’exerce pleinement : les séductions de la ville ont souvent pour corollaire la désarticulation de la cellule familiale, le démarrage de carrières criminelles ou encore le déclin des pratiques religieuses.

23Ce sont là les topiques du discours anti-urbain, si puissant pendant la période victorienne (Briggs, 1968). Parce qu’elle conjugue croissance anar­chique, immigration désordonnée, misère, insalubrité, la ville est perçue comme une menace constante pour l’ordre public et moral. À trente ans d’écart, Mayhew et Booth souscrivent largement à cette interprétation et dénoncent tout à la fois l’emprise des tavernes et des pubs sur la vie des quartiers, le dévergondage et l’errance des enfants, socialisés à l’école de la rue, ou encore les « déplorables habitudes que génère l’entassement dans les logements », à l’origine d’une précocité des rapports sexuels que Mayhew perçoit aussi comme une cause de dislocation des familles (Mayhew, 1967, vol. 1, p. 534). Les préoccupations de Mayhew annoncent à cet égard l’intérêt de Booth pour le déclin de la moralité et des pratiques religieuses. La désertion des cultes trouve sa source dans l’affaiblissement des contrôles informels que provoque l’univers urbain : singulièrement, la grande proximité des individus se double, là, d’une très large indifférence, qui confère à chacun l’impunité de l’anonymat. L’analyse de Booth est explicite :

« Même un homme qui fut bedeau à la campagne ne sent aucune obligation à se rendre à l’église, et le citadin ordinaire sait, à cet égard, que sa conduite autant que son manque d’assiduité ne susciteront aucune observation, et si on les remarquait, aucun commentaire. D’une manière générale, la vie à Londres assure à chaque homme la plus grande marge de manœuvre » (Booth, RI, vol. 7, p. 428-429).

24Booth souligne bien l’effet déstructurant de la grande ville sur les logiques traditionnelles d’action collective : les anciennes méthodes de contrôle social, fondées sur le squire et le prêtre, les interactions de face à face et les commérages (Elias, Scotson, 1997, p. 202-224), la déférence et le paternalisme, sont désormais inopérantes en zones urbaines, notamment dans les territoires les plus désocialisés (Jones, 1971, p.14-15).

25Pourtant, si la ville entraîne un affaissement des loyautés traditionnelles, si elle tolère la différence et en favorise les manifestations, elle ne projette pas le citadin dans un univers anomique. Les enquêtes proposent à cet égard une description plus nuancée, montrant que la ville est organisée autour de groupes sociaux qui, localement, recomposent leurs propres normes. Autrement dit, la diversité ne signifie pas la désorganisation. Ce que Frederic Trasher exprimera en 1927 à propos des gangs, en tant que modalités de réorganisation spontanée, correspond en effet assez bien aux descriptions que donnent les observateurs sociaux des recoins pauvres des villes britanniques. « Le gang remplit deux fonctions distinctes » expliquera l’auteur : « il offre un substitut à ce que la société ne parvient pas à offrir et exprime une résistance aux forces de dissimulation et de dégradation » (Trasher, in Hannerz, 1983, p. 61). Sans parvenir au même degré d’abstraction et de conceptualisation, les enquêteurs victoriens ébauchent une analyse stimulante des efforts et des stratégies déployés en ce sens par les citadins les plus pauvres.

26Le matériau ethnographique de Mayhew permet ainsi de déceler les contours d’une sous-culture propre aux marchands ambulants de l’East-End de Londres, un « système de valeurs cohérent et consistant » que l’auteur ne parvient cependant pas à formuler conceptuellement (Thompson, Yeo, 1971, p. 86 sq.). Cette culture singulière s’exprime par un ensemble de pratiques et de valeurs : elle définit ce qu’on peut appeler une « personnalité de base », une configuration psychologique se manifestant par un certain style de vie, dont Mayhew rend compte avec finesse. Il évoque par exemple, en plusieurs endroits du texte, le culte que les marchands vouent au courage et à la force physique. « Dextérité et courage » sont les qualités requises pour s’adonner aux sports populaires, tels la chasse aux rats, les combats de chiens ou la boxe. Les manières de faire des marchands sont étroitement tributaires de ce goût pour la violence, et nul ne peut se dérober à l’exercice de la force : « l’homme qui voudrait éviter un combat serait recherché par tous les habitants de son quartier ». L’usage de la violence rejoint une autre caractéristique des marchands : leur aversion pour toute forme d’autorité et de discipline. C’est pourquoi, « maltraiter un policier est un acte de bravoure par lequel un marchand se distingue » (vol. 1, p. 16 ; vol. 2, p. 56). Autre caractéristique de cette « sous-culture » décrite par Mayhew : la proximité spatiale et sociale est au principe d’une forte cohésion des marchands. L’enquêteur montre bien, en particulier, comment s’affirme symboliquement l’unité du groupe face à une personne extérieure. Ainsi les idiomes linguistiques sont-ils fréquemment utilisés par les marchands : « si quelque personne étrangère est présente, ils entoureront encore plus la conversation d’expressions argotiques, de façon à la rendre inintelligible même pour des individus partiellement initiés ». De même, l’enquêteur souligne la solidarité qui soude, par exemple, les divers partenaires des jeux de cartes : « il n’y a aucune dispute autour du jeu » constate-t-il, « à moins qu’un étranger ne joue avec eux, auquel cas les marchands prennent tous parti contre lui, que cela soit juste ou injuste ». De fait, « on joue plus souvent quand des étrangers sont là pour jouer les dupes », (vol. 1, p. 13-14) lui avoue un marchand, car, au-delà du jeu lui-même, l’enjeu réside dans la collusion de partenaires socialement et physiquement proches, et dans l’appropriation d’un territoire dont ils excluent symboliquement l’étranger.

27Bref, la ségrégation urbaine et la désocialisation suscitent, sinon un sentiment de communauté de destin (Engels, 1973, p. 171-172), du moins des formes de solidarité locale, à l’échelle d’un quartier qui constitue à la fois, pour ceux qui l’habitent, une contrainte et une ressource.

Saisir la globalité urbaine

28Au XIXe siècle, les enquêteurs sociaux se contentent le plus souvent de « voir sans entendre » (Jones, 1996), puis de rapporter le fruit de leurs observations. À l’instar de Flora Tristan avec ses Promenades dans Londres (1842), Engels invite ainsi son lecteur à le suivre dans les grandes villes britanniques avant d’explorer Manchester, depuis les collines qui bordent l’agglomération jusqu’aux ruelles tortueuses du quartier commercial. De même, Mayhew procède par touches successives pour restituer ce que le regard est capable de percevoir et glisse dans ses descriptions des tableaux colorés. Il s’agit donc, dans ces travaux, de rendre « lisible » ce qui est « visible » : l’état des logements, l’ethos des habitants, l’ambiance des rues, calme ou grouillante, etc. « Dans les rues en aval de Ducie Bridge », écrit par exemple Engels, « il faut descendre le plus souvent des escaliers étroits et sales pour accéder aux maisons et franchir des amoncellements de détritus et d’immondices » (Engels, 1973, p. 89). La ville, par conséquent, est saisie par le bas, « à hauteur d’homme », comme dit Christian Topalov (1991, p. 23).

29Le projet de Booth est à cet égard tout autre. Bien sûr, les dix-sept volumes de l’enquête fourmillent de descriptions et de détails où le pittoresque le dispute souvent à l’analyse distanciée. Mais Booth se livre également à un exercice original de topographie sociale et élabore, pour ce faire, tout un ensemble de cartes de l’agglomération londonienne. Dans les études sociales, le recours à la cartographie n’est certes pas un procédé inédit à la fin du XIXe siècle. Dès les années 1820, en particulier, Charles Dupin met au point le procédé de la carte « choroplèthe » qui, au moyen d’une gamme de couleurs, fait apparaître les variations d’une mesure statistique d’un territoire à l’autre (Bulmer, Bales, Sklar, 1991 ; Christen, Vatin, 2009). Par suite, la cartographie est fréquemment utilisée et, d’ailleurs, Engels et Mayhew intègrent des cartes dans leurs études : le premier, pour donner un aperçu général de Manchester ; le second, pour présenter, par exemple, l’incidence moyenne de plusieurs variables (criminalité, mortalité, etc.) dans les différents comtés du pays. Mais l’originalité de Booth tient à son intention d’utiliser les cartes pour « donner au lecteur moyen, d’un coup d’œil » (Booth, FV, p. 119), une vision d’ensemble de la ville, ses quartiers et ses rues. Il s’agit, autrement dit, de rendre « visible », immédiatement, ce qui jusqu’ici n’était que « lisible ». Ainsi sa Descriptive Map of London Poverty, étudiée par Christian Topalov (1991), offre-t-elle une « vision zénithale » de la société urbaine qui, par un jeu de couleurs, révèle la situation sociale des districts et les caractéristiques de leurs habitants. Ce faisant, la carte transforme les maux de la ville en autant de territoires soigneusement délimités, dans lesquels les associations philan­thropiques et les autorités municipales gagneraient à agir – à telle enseigne, d’ailleurs, que le quartier malfamé de Jago, à Bethnal Green, que Booth figure initialement en noir sur sa carte, fit l’objet de travaux (slum clearance) et dût être affecté d’une couleur différente à la fin de l’enquête (Carré, 1997).

30En outre, l’enquêteur londonien ne se contente pas de présenter de manière synthétique tout un ensemble de données : il établit aussi, grâce à la méthode du cartogramme, un réseau de correspondances entre différentes variables qui conjuguent leurs effets localement. Pratiquant en fait une sorte d’épi­démiologie urbaine, il innove en mettant alors en évidence, graphiquement, des variations concomitantes entre trois grandes « classes » sociales (inférieure, moyenne, supérieure) et une succession de variables dépendantes – conditions de logement, situation sanitaire, surpopulation, etc. C’est-là, dira d’ailleurs Harold Pfautz, « le point culminant de son élaboration scientifique » (Pfautz, 1967, p. 81).

31Cette tentative pour appréhender globalement la scène urbaine n’est pas restée orpheline, pas plus en Angleterre, où ce type de démarche va irriguer le mouvement du Town Planning, qu’à l’étranger. Les cartes sociales de Booth ont ainsi inspiré certaines recherches menées aux États-Unis pour rendre visible la métamorphose des quartiers populaires de Chicago – en particulier celles de Jane Addams et des résidents de la « colonie sociale » de Hull-House (Residents of Hull-House, 1895). La cartographie est ensuite utilisée par ces Chicago’s planners, formés à l’université, qui contribuèrent, dans les années 1920, à créer la réalité urbaine (quartiers, communautés, etc.) qu’ils voulaient mettre au jour (Venkatesh, 2001). De fait, avant de devenir l’apanage des géographes, la carte, qui transforme la ville en objet global, est un procédé très répandu parmi les sociologues urbains. Ernest Burgess, par exemple, en fait l’auxiliaire de l’analyse écologique et, indissociablement, l’instrument per­mettant de planifier le développement de la ville – un usage que Booth assignait déjà à ses cartes sociales (Bulmer, Bales, Sklar, 1991).

32Sans doute cela ne suffit-il pas à faire du grand enquêteur londonien un précurseur de la sociologie urbaine américaine, ainsi que le suggère Harold Pfautz. Mais les remarques qui précèdent permettent en revanche de souligner que la tradition vivace de l’enquête sociale, que l’on s’attache désormais à distinguer soigneusement de la sociologie, partage en réalité avec cette dernière bien plus que des intuitions. Car, aussi imparfaites soient-elles au regard des standards que fixeront ultérieurement les spécialistes de l’étude du monde urbain, ces recherches jettent bel et bien un regard neuf sur la ville : elles décrivent avec précision la séparation des populations et des activités assignées aux différents quartiers, tout comme elles décryptent avec une singulière acuité les effets sociaux de cette fragmentation du territoire urbain.

Bibliographie

Booth C., 1969 [1902-03], Life and labour of the People in London, New York, Augustus M. Kelley Publisher.

Breslau D., 1988, « Robert Park et l’écologie humaine », Actes de la recherche en sciences sociales, 74, p. 55-65.

Briggs A., 1968, Victorian Cities, Harmondsworth, Penguin Books.

Bulmer M., Bales K., Sklar K. (eds.), 1991, Social Survey in Historical Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Carré J., 1997, « La pauvreté victorienne en cartes », in J. Carré, S. Body-Gendrot, Gouvernance locale, pauvreté et exclusion dans les villes anglo-saxonnes, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, p. 123-140.

Chevalier L., 1984 [1958], Classes laborieuses et classes dangereuses, Paris, Hachette.

Choay F., 1965, L’urbanisme, utopies et réalités. Une anthologie, Paris, Seuil.

Connell R. W., 1997, “Why Is Classical Theory Classical?”, American Journal of Sociology, 102, 6, p. 1511-1557.

Christen C., Vatin F. (dir.), 2009, Charles Dupin (1784-1873), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Elias N., Scotson J. L., 1997 [1965], Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997.

Engels F., 1973 [1845], La situation de la classe laborieuse en Angleterre, Paris, Les Éditions Sociales.

Glass R., 1955, “Urban Sociology in Great-Britain : a Trend Report”, Current Sociology, IV, 4, p. 5-60.

Gordon M., 1973, “The Social Survey Movement and Sociology in the United States”, Social Problems, 21, 2, p. 284-298.

Grafmeyer Y., Joseph I. (éd.), 1994, L’École de Chicago, Paris, Aubier.

Hannerz U., 1983, Explorer la ville. Éléments d’anthropologie urbaine, Paris, Éditions de Minuit.

Jones G. S., 1971, Outcast London. A Study in the Relationship Between Classes in Victorian Society, Oxford, Clarendon Press, 1971.

Jones G. S., 1996, « Voir sans entendre. Engels, Manchester et l’observation sociale en 1844 », Genèses, 22, p. 4-17.

Leclerc G., 1979, L’observation de l’homme. Une histoire des enquêtes sociales, Paris, Seuil.

Levin M., 1973, “What Makes a Classic in Political Theory?”, Political Science Quarterly, 88, 3, p. 462-476.

Mayhew H., 1967 [1861], London Labour and the London Poor, London, Frank Cass.

Pfautz H. W., 1967, Charles Booth on the City, Chicago, London, Phoenix Books.

Poussou J.-P., 1992, La croissance des villes au XIXème siècle, France, Royaume-Uni, Etats-Unis et pays germaniques, Paris, Sedes.

Residents of Hull-House, 1895, Hull-House Maps and Papers, Boston, New York, Thomas Y. Crowell & Co.

Rodriguez J., 2007, Le pauvre et le sociologue. La construction de la tradition sociologique anglaise 19e-20e siècles, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Thompson E. P., Yeo E., 1971, The Unknown Mayhew, London, Merlin Press.

Topalov C., 1991, « La ville ‘terre inconnue’. L’enquête de Charles Booth et le peuple de Londres, 1886-1891 », Genèses, 5, p. 5-34.

Venkatesh S., 2001, “Chicago’s Pragmatic Planners. American Sociology and the Myth of Community”, Social Science History, 25, 2, p. 275-317.

Notes

1 L’enquête menée par Charles Booth dure 17 ans, de 1886 à 1903. Elle s’organise en trois « séries », complétées lors de ses éditions successives et synthétisées dans un ultime volume (Final Volume, ci-après FV) : la première « série » a trait à la pauvreté (Poverty Series, 4 vol., ci-après PS), la deuxième à l’emploi (Industry Series, 5 vol., ci-après IS), la dernière concerne l’influence de la religion (Religious Influences, 7 vol., ci-après RI).

2 Les visiteurs scolaires sont des petits fonctionnaires municipaux ayant pour fonction première de veiller au respect de l’obligation scolaire et d’intervenir auprès des familles en cas d’absentéisme.

3 Mayhew (1812-1887) est le fils indocile d’une famille aisée, révolté contre son milieu comme a pu l’être Engels, dont il se rapproche également par le ton résolument critique de son étude. Celle-ci commence comme un reportage journalistique pour le compte du Morning Chronicle (1849-51) avant de devenir, dix ans plus tard, une étude minutieuse et originale de la pauvreté londonienne, divisée en quatre volumes.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540