Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ségrégation et fragmentation dans les métropoles

 | 
Marion Carrel
, 
Paul Cary
, 
Jean-Michel Wachsberger

Partie I. Concepts et mesures

Processus et formes socio-spatiaux des villes : une contribution au débat

Pedro de Almeida Vasconcelos

Texte intégral

1Les inégalités sociales se reflètent dans l’espace urbain et les formes qui en résultent diffèrent en fonction de chaque contexte. Les structures spatiales des villes nord-américaines sont, par exemple, très différentes de celles des villes européennes. Les notions et concepts conçus dans un univers social et intellectuel spécifique ne sont donc pas automatiquement transposables et on peut questionner le transfert de notions originaires des États-Unis, comme celle de ségrégation ou même de ghetto, vers d’autres réalités. Il en va de même pour des notions appliquées aux villes brésiliennes comme la périphérisation qui n’a pas le même sens dans les villes nord-américaines.

2Ce chapitre se propose de contribuer aux débats en cours dans les sciences sociales en précisant le contenu de certaines notions liées aux processus socio-spatiaux et aux formes qu’ils prennent, notions souvent utilisées sans la rigueur nécessaire. Le texte vise également à différencier les notions liées aux processus sociaux, en soulignant la diversité de leurs origines (contextes, temporalités et disciplines différents), en prenant également en compte leurs usages politiques, leur utilisation universitaire et leur banalisation par la presse et le sens commun. Les schémas que nous proposons cherchent à représenter les différentes formes spatiales découlant des processus sociaux analysés.

  • 1 Je remercie Marcelo Lopes de Souza pour le débat constructif sur la question, Léandro Macêdo Minoso (...)

3Les notions retenues dans ce texte sont proches de la notion de ségrégation sur laquelle nous nous sommes penchés dans des articles antérieurs (Vasconcelos, 2004 et 2009). Nous avons tenté de les différencier, afin de prolonger les interrogations de chercheurs comme Marcuse (2004) et Wacquant (2001, 2008) sur leur utilisation en dehors des contextes d’origine. Les principales sources que nous utilisons sont des textes théoriques de différents chercheurs en sciences sociales, principalement des géographes et des sociologues. Cet article se limite aux notions liées aux espaces résidentiels, déjà nombreuses ; nous avons ainsi écarté les notions liées aux espaces économiques pour limiter la taille du chapitre1.

 

  • 2 Voir par exemple Marcuse et Van Kempen, 2000.

4Les processus et formes socio-spatiaux sont le résultat des changements actuels superposés aux inerties du passé. Des processus comme la globalisation et les changements dans l’économie (« post-fordisme »), la réduction du rôle de l’État, les migrations nationales et internationales, sans oublier le rôle des mouvements sociaux, sont autant de facteurs qui ont modifié les formes des villes, créant souvent de nouvelles inégalités, sans pour autant éliminer les conflits raciaux, religieux et politiques existants2.

5Il est intéressant de noter que les processus et formes spatiaux peuvent se superposer et que des formes spatiales semblables peuvent être le résultat de processus différenciés. Dans cet article, les différentes notions et concepts utilisés par les chercheurs, mais également par les professionnels conseillant ou intervenant sur les formes urbaines, seront discutés et regroupés en trois blocs (notions liées aux espaces ; aux individus ; aux individus et aux espaces).

Les notions liées aux espaces

Différentiation socio-spatiale et inégalités socio-spatiales

  • 3 Il est intéressant de noter que la théorie de la différentiation résidentielle a été analysée par d (...)

6Il n’existe pas d’espaces homogènes, surtout à l’échelle des villes. Dans certains cas, par exemple dans les villes sud-africaines, la différentiation socio-spatiale peut « être vue de l’avion » comme le signale Guillaume (2001). En effet, dans les anciennes villes coloniales africaines, les différences socio-spatiales entre quartiers européens et africains se reflètent souvent dans les formes des villes. Dans ces cas, les formes spatiales coïncident avec les structures sociales. Par contre, les « ghettos » noirs nord-américains sont « invisibles » de l’avion, car les formes spatiales ne sont pas différenciées (Tricart, 1951). Les quartiers coloniaux européens et quartiers marocains présentent également une différenciation socio-spatiale. C’est le cas à Rabat pendant la période coloniale étudiée par Abu-Lughod (1980). La différentiation des favelas dans l’espace des villes brésiliennes est également visible sur photographies aériennes. Les résultats de la différentiation socio-spatiale apparaissent donc dans des contextes variés, comme conséquences des différents processus3 tels que la colonisation, ou des inégalités provenant de systèmes sociaux du passé comme l’esclavage.

 

7Les inégalités socio-spatiales peuvent se refléter dans l’espace ou au contraire être cachées. L’exemple donné par Engels (1985) de la ville de Manchester au milieu du XIXe siècle est révélateur des inégalités résultant de la révolution industrielle. Pourtant, on pouvait traverser une partie de la ville sans même percevoir la pauvreté dominante. Par contraste, la division de Londres en un « West Side » aristocratique et un « East Side » prolétaire s’observe depuis le XIXe siècle et s’expliquerait en partie par la pollution des vents dominants en direction de l’est (dans l’hémisphère nord). Actuellement, la société brésilienne, une des plus inégales du monde, est un des meilleurs exemples des inégalités entre aires de grande richesse distantes (mais parfois proches) des aires de pauvreté extrême. Dans les villes des pays pauvres, comme Port au Prince, la capitale de Haïti, les quartiers « bourgeois » contrastent avec la misère de l’ensemble de la ville dont les favelas s’étendent jusqu’au littoral. Dans les sociétés riches où l’État est plus interventionniste, les inégalités spatiales diminuent mais ne disparaissent pas. Sposati (2004) a préféré utiliser la notion d’inégalité socio-spatiale à la place du concept de ségrégation, dans le cas de la ville de São Paulo.

Juxtaposition et séparation

8La juxtaposition s’applique au cas de la proximité spatiale, malgré une énorme distance sociale. Elle a été examinée dans les années 1970 par Chamboredon et Lemaire (1992 [1970]) dans l’étude des ensembles sociaux des villes françaises. Il s’agit d’une forme d’inégalité socio-spatiale à l’échelle du quartier et même de la rue. Les villes brésiliennes illustrent très bien cette juxtaposition. À Salvador, les immeubles luxueux font face ou côtoient les résidences modestes résultant de l’occupation illégale. À São Paulo, la juxtaposition du quartier du Morumbi et de la favela Paraisopolis est célèbre. Cette proximité spatiale permet d’éviter les coûts du transport aux travailleurs domestiques et des services qui exercent leurs activités dans les quartiers de hauts revenus. Il y a comme un processus de symbiose, dans la mesure où chaque famille résidente des quartiers « riches » dépend (et exploite) les services des bonnes, concierges ou hommes à tout faire qui, sous-rémunérés, cherchent à habiter à proximité de leur lieu de travail. Un aspect à observer est que la vue de ces quartiers ou de ces résidences pauvres ne semble pas « déranger » les habitants de ces hauts immeubles avec vérandas, situés dans les quartiers ou immeubles cossus voisins. Dans les villes nord-américaines comme New York, les aires pauvres de l’Harlem noir et de l’Harlem portoricain sont aussi juxtaposées.

 

  • 4 Voir Kaplan et Holloway (1998).

9Alors que certaines sociétés acceptent la proximité spatiale, d’autres la refusent, ce qui conduit à la séparation totale de l’espace. La séparation est en fait une forme radicale de division de l’espace urbain par des murs ou d’autres obstacles, pour séparer différentes communautés. Dans les villes d’Irlande du Nord comme Belfast, les murs séparant les quartiers catholiques des quartiers protestants illustrent bien cette notion4. Berlin aussi a été divisée par un mur séparant deux systèmes politiques et sociaux et empêchant la circulation d’une partie à une autre de la ville. Dans le cas de Rio de Janeiro, la mairie a déjà eu l’intention sans toutefois la réaliser, de construire un mur autour de la favela Rocinha. Ce phénomène s’observe aussi à d’autres échelles, comme dans les territoires palestiniens où des murs et barrières sont élevés ou encore, aux frontières entre certains pays comme les deux Corées ou à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Il s’agit d’un phénomène de plus grande dimension que les ghettos ou les lotissements fermés et copropriétés qui se produisent à une échelle plus réduite.

Dispersion

  • 5 Je remercie Ana Fernandes de m’avoir suggéré ce processus.

10La dispersion urbaine5 actuelle va au-delà du traditionnel sprawl (qu’on peut traduire par urbanisation diffuse) qui a conduit à la formation des suburbs nord-américains, produits surtout de la ségrégation. Cette dispersion confère une « forme bizarre » aux métropoles nord-américaines dont Los Angeles est le meilleur exemple (Goldsmith, 2000). La dispersion se présente comme une nouvelle « frontière » urbaine, avec implantation de centres de travail et de résidences dans des lieux périphériques. De nouveaux noyaux urbains se forment, articulés aux réseaux d’infrastructures de transport routier et ferroviaire ou à proximité d’aéroports. Joel Garreau (1991) a dénommé ce phénomène « edge cities ». La dispersion correspond à une fuite des centres-ville dont la valeur du terrain est très élevée et où se concentrent des problèmes de stationnement ou même de déclin et dégradation. Au Brésil, l’implantation des « Alphavilles » rappelle le modèle américain qui conjugue activités et résidences. Les habitants des quartiers populaires sont aussi attirés à leur proximité en fonction de la demande du travail domestique par les classes aisées. Dans le cas français, on utilise la notion proche de périurbanisation, commentée par Donzelot (2009), pour décrire les lotissements périphériques occupés par des habitants de classe moyenne et situés au-delà des ensembles de logements sociaux relégués.

Partition et fragmentation

11La notion de partition (quartering), proposée par Marcuse (2004) recouvre l’ensemble de la ville et se réfère à la division de l’espace urbain en districts (quartiers). Le quartering peut être représenté de la même manière que le modèle sectoriel de Hoyt, utilisé pour les métropoles brésiliennes par Villaça (1998). La ville, surtout nord-américaine, examinée par Marcuse, est divisée en plusieurs parties : aires riches, aires « gentrifiées », quartiers ouvriers et aires abandonnées. L’auteur propose aussi la notion de partioned city, pour la forme de la ville partitionnée (Marcuse ; Van Kempen, 2006). Les villes brésiliennes peuvent également être examinées sous cet angle de la partition, entre ses aires historiques, aires décadentes, quartiers résidentiels riches, lotissements fermés et copropriétés, quartiers ouvriers, ensembles sociaux, lotissements périphériques, favelas, etc.

 

  • 6 Dear (2000) cite le livre de Robert Fogelson de 1967 qui utilise déjà la notion de fragmentation da (...)

12La notion de fragmentation, plus récente, s’avère intéressante car elle correspond bien à l’hétérogénéité des villes actuelles, surtout dans les pays pauvres et « émergents ». Elle fait contrepoint au processus de globalisation. Les définitions sont très diverses : la notion de fragmentation figure dans le titre d’un livre de Milton Santos en 1990. Il mettait en évidence l’isolement des pauvres et expliquait que l’immobilité d’un grand nombre de personnes pourrait transformer la ville en un « ensemble de ghettos » et que « la fragmentation se transforme en une désintégration » (Santos, 1990, p. 89-90). Selon Prévôt Schapira (1999, p. 129), la fragmentation « résulte de la disparition du fonctionnement global au profit de petites unités, la dilution des liens organiques entre les morceaux de la ville [...], des îlots de pauvreté jouxtant des isolats de richesse au sein des archipels urbains ». Selon Dear (2000, p. 99), Los Angeles émerge comme une métropole fragmentée, caractérisée par des tendances à la centralisation administrative et au développement d’autonomies locales6. Paquot (2002, p. 113) considère que lorsque l’on parle d’une ville fragmentée, on sous-entend qu’elle formait un tout homogène et qu’à présent elle est constituée de territoires différents. Selon lui, la fragmentation serait le résultat d’une organisation territoriale dictée par la globalisation et par un système basé sur l’automobile (p. 115). Navez-Bouchanine va plus loin et subdivise la fragmentation en quatre dimensions : (1) sociale ; (2) de la forme urbaine ; (3) socio-spatiale ; et (4) administrative et politique du territoire urbain. La fragmentation de la forme urbaine, qui nous intéresse le plus, est examinée par l’auteure à partir d’autres lectures qui décrivent la fragmentation comme un éclatement, comme une mosaïque urbaine et comme une croissance urbaine « fractale », multipliant coupures et frontières internes. Elle différencie la fragmentation socio-spatiale de la ségrégation, en définissant la première notion comme « un processus de fermeture de territoires spatialement délimités et habités par des populations socialement homogènes » (Navez Bouchanine, 2002, p. 62). Elle utilise aussi la notion de fragmentation comme synonyme de balkanisation, « archipélisation », fracture sociale et sécession (p. 51). Souza, finalement, utilise la notion de « fragmentation du tissu sociopolitique-spatial » pour les métropoles brésiliennes. Il fait remarquer qu’outre la clôture de lotissements (condominiums fermés) et des favelas (par les trafiquants de drogues), il faut considérer dans ce processus de fragmentation l’abandon des espaces publics (Souza, 2006 et 2008).

  • 7 Sur la notion de fragmentation, voir l’ensemble du livre édité par Navez-Bouchanine (2002).

13La ville fragmentée correspond ainsi à un mélange d’usages déconnectés, mal articulés par les infrastructures de transport. Elle est produite en partie, non seulement par l’action (ou inaction) de l’État et du marché immobilier, mais aussi par la population pauvre qui envahit les terrains inoccupés7.

Les notions liées aux individus

Exclusion et inclusion

14Les exclus seraient des personnes rejetées physiquement (racisme), géographiquement (ghetto) et matériellement (pauvreté) selon Xiberras (1994, p. 18). Fassin (1996) explique que la notion d’exclusion est originaire de France et qu’elle est liée à la configuration de l’espace social du « dedans/ dehors ». En effet, les pauvres ont été exclus des aires centrales des villes françaises valorisées en fonction de leur caractère historique et commercial, à l’inverse des villes nord-américaines. Les « pauvres de Paris » avaient déjà été exclus du centre, en grande partie, dès le milieu du XIXe siècle, lors des travaux du baron Haussmann. Actuellement les exclus habitent surtout dans des grands ensembles périphériques. Cette situation s’est détériorée avec l’augmentation des immigrants venus des anciennes colonies, surtout d’Afrique du Nord. Ces grands ensembles sont aussi des espaces stigmatisés, mais ils diffèrent complètement des quartiers noirs nord-américains (Wacquant 2005), car la population y est hétérogène, il n’y a aucune institution propre et l’État est présent dans ces aires. Selon ce même auteur, l’exclusion serait aussi synonyme de bannissement et d’expulsion. Castel rappelle cependant « qu’il n’y a personne en dehors de la société » (1998, p. 569). Ceux que l’on considère comme exclus seraient plutôt des chômeurs, des jeunes et des populations « mal scolarisés, mal logés, mal soignés, mal considérés ». Certains auteurs brésiliens comme Martins (2009, p. 21) considèrent l’idée d’exclusion comme pauvre et insuffisante. Ce « concept serait ‘inconceptuel’, impropre et donnerait une image distordue du problème qu’il prétend expliquer » (p. 27). Le terme d’exclusion démystifierait le mot « pauvre » (p. 28). Kowarick (in Sposati, 2004) conteste aussi le terme d’exclusion et préfère utiliser la notion de vulnérabilité.

  • 8 À propos de la notion d’exclusion, consulter Xiberras (1994) ; Paugam (1996) ; Sibley (2007) et Dam (...)

15Cette notion s’applique donc plus à des individus qu’à des aires, même si elle qualifie parfois ces dernières comme dans l’expression « excluded ghetto » utilisée par Marcuse (2006) ou celle d’« agglomérats d’exclusion » proposée par Haesbaert (2004), qui incluent entre autres, les favelas des villes brésiliennes. En fait, l’éradication de favelas qui a eu lieu dans certaines villes brésiliennes correspond à une expulsion de ses habitants, processus équivalent à celui de l’exclusion8.

 

  • 9 Voir par exemple Bacqué et Lévy (2009).

16L’inclusion est le processus inverse de l’exclusion, non nécessairement visible dans les formes spatiales. Par exemple, les politiques visant l’accès des habitants des aires périphériques aux aires centrales grâce à l’amélioration des systèmes de transport comme dans le cas de la région de Paris où les trains souterrains à grande vitesse permettent l’accès rapide de ces habitants aux équipements et aux commerces et services de la capitale française. D’autres politiques peuvent modifier les formes spatiales. Par exemple, à Curitiba au Brésil, des ensembles de petites dimensions destinés au logement social ont été insérés dans des quartiers à revenus plus élevés. En France, la notion de « mixité »9 est utilisée pour décrire le mélange de fonctions et de populations différenciées. Il faut rappeler que déjà au début des années 1960, Jacobs (1991) proposait ce genre de politiques pour les villes nord-américaines. Le « busing » dans les villes nord-américaines est un autre exemple et consiste à transporter des jeunes étudiants des aires ségréguées vers les écoles de meilleure qualité dans des quartiers voisins. Selon Martins (2009, p. 26), il n’y a pas d’exclusion en soi mais plutôt une « inclusion précaire, instable et marginale » dans la vie sociale et des victimes de processus sociaux, politiques et économiques excluants (p. 14).

Les notions liées aux individus et aux espaces

Ségrégation et déségrégation

  • 10 Castells a défini la ségrégation urbaine comme « la tendance à l’organisation de l’espace en zones (...)
  • 11 Voir par exemple Corrêa, 1989.
  • 12 Pinçon-Charlot, Preteceillle et Rendu, 1986, p. 5 et 107.

17La notion de ségrégation est une des plus discutées dans la littérature des sciences sociales. Son origine historique remonte à la formation du ghetto de Venise, pour la réclusion des juifs dans un îlot limité par des murs et des portes. Le terme « ghetto » est devenu synonyme d’aire ségréguée (Wirth, 1980). Le mot ségrégation vient du latin segrego, et est porteur d’une idée de cloisonnement. Son utilisation académique a débuté dans les travaux pionniers des sociologues de l’École de Chicago. Ils ont étudié Chicago, alors en pleine croissance et dont la plus grande partie de la population était formée d’immigrants, phénomène tout à fait nouveau à l’échelle mondiale. Selon Park et Burgess (1967), les différents degrés d’intégration et d’assimilation des immigrants à la société dans laquelle ils s’installent, la ségrégation imposée aux noirs, ainsi que le rassemblement préférentiel des groupes ethniques dans les mêmes endroits ont abouti à la formation de différentes « aires sociales ». Plus tard, la notion de ségrégation a été transposée à d’autres réalités et un adjectif lui a été ajouté pour former « ségrégation socio-spatiale ». Cette expression utilisée pour analyser (ou même dénoncer) les inégalités dans les villes européennes10 ou latino-américaines a même été employée pour décrire la séparation d’activités économiques11. Dans le cas de Paris, la notion de ségrégation sociale a perdu son sens original et a été utilisée pour dénoncer l’accès inégal aux équipements collectifs et le fait que la classe ouvrière ait été repoussée vers la périphérie moins équipée12. En réalité, cette population a été exclue de la ville.

  • 13 Sibley (2007) a publié des extraits du livre de Dubois.

18Dans ce texte, nous ne considérons que la ségrégation involontaire, ce processus qui conduit à la formation d’aires semblables à des ghettos dans lesquels la population est forcée à résider. Les cas les plus représentatifs sont les ghettos juifs des villes médiévales y compris portugaises (judiarias), les nouveaux ghettos implantés pendant l’occupation nazie des villes européennes comme à Varsovie et les quartiers noirs ségrégués des villes nord-américaines. La littérature sur la ségrégation résidentielle des noirs américains, en particulier, est immense. Déjà en 1899, Dubois décrivait les Juifs, les Italiens et les Noirs comme des groupes non assimilés. Mais, dans le cas des Noirs, “the segregation is more conspicuous, more patent to the eye [...]” (Dubois, 1967, p. 5)13. Dans le classique An American Dilemma (1944), Myrdal attire l’attention sur la disparité entre les idéaux américains et leurs attitudes vis-à-vis des noirs (2003). Il qualifie la ségrégation résidentielle comme forcée car le noir ne pouvait pas sortir de son quartier (p. 62). De plus, les financements pour les habitations n’étaient concédés aux noirs par l’administration fédérale que si ceux-ci allaient habiter dans des quartiers exclusivement noirs (p. 625). En 1955 le sociologue noir Frazier a publié en France le livre Bourgeoisie noire, dans lequel il critique sévèrement l’élite noire (particulièrement les métisses), qui aurait exploité les masses noires sans pitié, comme le faisaient les blancs (1969, p. 213). Dans le livre Dark Ghetto, de 1965, Clark fait remarquer que les murs invisibles du ghetto noir ont été édifiés par la société blanche (1966, p. 39), mais que ces murs protégeaient aussi les noirs (p. 49).

19Pour Massey et Denton (1995), l’exemple des quartiers noirs des villes nord-américaines est important, car l’isolement durable et forcé des communautés noires a conduit à la formation d’une sous-culture à part, avec son parler propre, l’Ebonics ou Black English, sa musique et une religiosité différenciée. De plus, Massey et Denton font remarquer que la culture de ségrégation « se définit en opposition aux idéaux et aux valeurs de la société américaine » (p. 215). Ils rappellent que l’élite noire (de politiciens et commerçants) était intéressée par la persistance du ghetto (p. 152). Malgré la loi des droits civils (Civil Rights Act) de 1964 qui a mis fin à la ségrégation légale, la ségrégation a continué et a même augmenté si l’on considère l’instabilité familiale, la dépendance, la criminalité, les logements à l’abandon et le faible niveau d’instruction des habitants (p. 166). En effet, en 1990, huit grandes zones urbaines présentaient des indices de ségrégation supérieurs à ceux de 1980 (p. 292) d’où leur suggestion du terme « hyperségrégation » pour dénommer ce phénomène (p. 103).

20Marcuse (2006, p. 111 et 117) considère, dans une optique proche, la ségrégation comme le processus de formation et de persistance du ghetto. Selon lui, le ghetto [noir] est « une aire involontairement concentrée spatialement et utilisée par la société dominante pour séparer et limiter un groupe particulier de population extérieurement définie comme raciale ou ethnique ». Le ghetto est donc selon Marcuse imposé de l’extérieur, par un ensemble de forces dont la plus importante est celle de l’industrie immobilière, avec l’État comme instrument. Selon Wacquant (2008, p. 79), le ghetto noir symbolise à la fois « stigmate, coercition, confinement spatial et enfermement institutionnel ». Wacquant (2005) et d’autres auteurs ont utilisé la notion de « ghettoïsation » comme synonyme de ségrégation.

  • 14 Sur la notion de ségrégation, voir Brun et Rhein (1994) ; Grafmeyer (1994) ; Kaplan et Holloway (19 (...)

21En France, l’existence de ghettos dans les périphéries urbaines fait l’objet de débats. Selon Veillard-Baron (2001, p. 273) « Certains quartiers défavorisés ont été assimilés à tort à des ‘ghettos’. En amalgamant les références sociales et spatiales, en mêlant les notions de concentration, de ségrégation ethnique, de marginalité et d’exclusion [...] ». Wacquant (2005, p. 114) considère lui aussi que « Les ‘banlieues’ dites défavorisées [...] ne sont pas des ghettos dans le sens américain du terme ». Par contre, Lapeyronnie, qui a publié une étude volumineuse sur les ghettos français, affirme que « depuis une dizaine d’années, des formes sociales plus ou moins proches du ghetto se sont développées dans les quartiers populaires en France » (Lapeyronnie, 2008, p. 13) et que « les distances ont remplacé les conflits de classes » (Idem, p. 15)14.

  • 15 Voir aussi la version française du débat dans Veillard-Baron et Vasconcelos (2004a et 2004b).

22Quelques chercheurs comme Schor (in Sposati, 2004) critiquent cependant le concept de ségrégation parce qu’il « explique trop de choses », et qu’en même temps, il ne s’applique pas aux favelas, qui seraient plutôt des quartiers ouvriers (Wacquant 2008, p. 84) où les pauvres, au lieu d’être confinés, entrent ou sortent selon leur situation économique (Vasconcelos, 2004)15.

 

23La déségrégation représente le processus inverse de la ségrégation c’est-à-dire la sortie d’une partie de la population du ghetto noir observée par exemple dans les villes nord-américaines à la fin de la législation prohibitive. Cette notion a été proposée par Marcuse (2006, p. 111) et se réfère à « l’élimination des barrières contre la libre mobilité des résidents d’un ghetto ». Les politiques de discrimination positive et l’élimination des barrières ont permis aux Noirs des classes moyennes et supérieures de sortir des anciens quartiers noirs. En contrepartie, des hyperghettos se sont constitués dans les aires abandonnées (Wacquant, 2005). La situation dans ces ghettos aurait empiré, car seuls y restaient ceux qui n’avaient pas les conditions d’en sortir avec comme conséquence la prédominance de la criminalité et l’absence de familles stables et de figures représentatives des communautés qui pourraient servir d’exemples alternatifs (Wilson, 1994). Néanmoins, Wacquant (2008) observe que les nouveaux faubourgs noirs sont toujours ségrégués. La fin des ghettos juifs peut aussi être considérée comme une résultante du processus de déségrégation.

Apartheid

24Les blancs sud-africains ont introduit une notion spécifique pour définir la séparation de la majorité noire africaine dans leurs villes. Outre la ségrégation officielle plus rigide qu’aux États-Unis, avec la séparation des blancs, métis, indiens et noirs, la notion d’apartheid a conduit à une forme spatiale résultant de l’interdiction aux Africains noirs (qui ont leurs cultures et langues propres) de résider dans les villes. Ils pouvaient y travailler sous le contrôle de passeports internes. Dans ce cas, les Noirs étaient obligés de « rester en dehors » des villes, au contraire des autres groupes qui, bien que séparés, vivaient à l’intérieur des villes sud-africaines, comme les métisses qui parlent la même langue que les descendants hollandais. Contrairement aux favelas brésiliennes et équivalentes des autres pays pauvres, les townships sud-africaines ont été planifiées par l’État sud-africain dans les périphéries des villes. La fin du régime de l’apartheid n’a pas fait disparaître ces townships dont quelques-uns, comme Soweto, sont géants. Elles ont connu un processus semblable à celui qu’on observe dans les quartiers noirs des villes nord-américaines où les habitants au pouvoir d’achat plus élevé ou plus impliqués dans la politique ou le gouvernement ont pu se déplacer avec leurs familles vers d’autres aires de la ville.

  • 16 Sur la notion d’apartheid, voir Houslay-Holzschuch (1995) et Guillaume (2001).

25Abu-Lughod (1980) a utilisé la notion d’apartheid pour dénoncer la planification coloniale réalisée dans la capitale du Maroc, séparant les colons français des habitants musulmans16.

Auto-ségrégation, groupement et fortification

  • 17 Je remercie Paul Cary pour ses suggestions au sujet des notions d’auto-ségrégation et de groupement (...)

26L’auto-ségrégation est le résultat d’une volonté de se rassembler de la part de groupes socialement homogènes. Le meilleur exemple est celui des lotissements fermés et copropriétés, avec leur entrée restrictive, leurs murs et leurs systèmes de sécurité. C’est une forme radicale de groupement résidentiel défensif, qui cherche à réunir les « semblables », exclure les « différents » et empêcher l’accès aux indésirables17. Marcuse a proposé le synonyme d’« emmurement » (walling out) en 2004. Cette thématique fait l’objet de plusieurs études parmi lesquelles Cidade de Muros de Teresa Caldeira est exemplaire (2003). L’auteure utilise les notions d’« enclaves fortifiées » et d’« enclaves de luxe ». Dans le cas brésilien, le pouvoir d’achat élevé des trafiquants de drogues leur permet l’accès à ces aires exclusives (Souza, 2000).

  • 18 Cette notion s’applique aussi à d’autres quartiers bourgeois situés autour de Paris comme Neuilly o (...)

27Ce phénomène est mondial et aux États-Unis, ces aires sont dénommées gated communities ou exclusionary enclaves, par Marcuse et Van Kempen (2000). En France, Paquot les appelle des « ghettos de riches » et les considère comme des « enclaves résidentielles sécurisées » (Paquot, 2009)18. Ils se sont également constitués dans des villes petites et moyennes et on les observe même dans d’autres classes sociales comme dans le cas de nouveaux ensembles sociaux entourés de murs. Ce processus peut se produire à l’intérieur de villes denses ou autour des villes. Il caractérise « l’antiville » dans la mesure où il crée des ruptures dans le « tissu urbain » et pose des obstacles ou des empêchements à la libre circulation. Ces enclaves sont souvent réalisées de manière illégale par les promoteurs ou par les propres habitants qui ferment des lotissements qui ne sont pas, en droit, des copropriétés, et dont la fermeture empêche la libre circulation sur des voies publiques.

 

28Le terme groupement réunit des notions d’agrégation, d’agglomération (clustering), de congrégation (congregating) et de concentration (spatial concentration) (Marcuse, 2006). Ces notions s’appliquent aussi aux activités économiques. C’est par ces processus que certains groupes sociaux préfèrent se séparer des autres, par exemple des groupes ethniques et religieux chez les Juifs orthodoxes, les Chinois et dans une certaine limite, les Italiens dans les villes nord-américaines, pour conserver leurs caractéristiques culturelles et religieuses et faciliter l’aide mutuelle. Ils se situent, en grande partie, autour d’une synagogue, d’une église ou d’un centre communautaire ou se concentrent dans des quartiers commerciaux ethniques. Ces aires sont dénommées « enclaves ethniques » par Marcuse et Van Kempen (2000). Cependant, elles ne sont pas aussi homogènes que les quartiers noirs ségrégués : Wacquant (2008) donne l’exemple de Little Ireland à Chicago, qui en 1930 n’avait qu’un tiers d’Irlandais dans sa population. Soja (2000, p. 292) mentionne des enclaves ethniques au milieu de la population suburbaine de Los Angeles, comme celle des Arméniens qui compte 111 000 habitants dans l’agglomération.

  • 19 Étudié par Thoumin (1937).

29Ce phénomène s’observe aussi dans les villes islamiques comme dans l’ancienne ville de Damas19. Il peut aussi se produire un processus de substitution de communautés ethniques comme dans les villes nord-américaines où certaines aires passent par un processus de détérioration (slums) et où une communauté plus récente remplace l’autre (Davis, 1993).

 

30La notion de fortification, très proche du groupement, est plus utilisée dans le sens de la formation de citadelles (citadels) (Marcuse, 2004), dans les centres des villes nord-américaines (Central Business District – CBDs), surtout dans les aires de bureaux, des grandes corporations comme à Los Angeles étudiée par Mark Davis (1993). Là, l’accès des indésirables est empêché par des barrières physiques qui barrent le passage des piétons (Davis, 2001, p. 348). Pour que les habitants du quartier décadant de Skid Row restent à l’écart du CBD de Los Angeles, des mesures ont été adoptées qui évitent le déplacement de la population et assurent son confinement (Containment Policy), comme la construction d’autoroutes et la fermeture de voies d’accès au centre (Ghorra-Gobin, 2002, p. 251).

31Des espaces résidentiels centraux valorisés, des programmes de rénovation portuaire, peuvent placer des barrières avec le même objectif que dans les aires de concentration d’entreprises. Elles seraient semblables aux enclaves résidentielles fortifiées, traitées lors de la discussion sur l’auto-ségrégation dans des lotissements et copropriétés fermés. L’entrée contrôlée de Battery Park City, à New York est citée comme exemple par Marcuse et Van Kempen (2000, p. 253). Santos (1990, p. 110) a utilisé la notion de « fortification » ou de ghettos « à l’envers », créés par les classes moyennes et aisées de la population.

Polarisation socio-spatiale et dualisation

32Dans les villes nord-américaines ce sont les classes moyennes et supérieures qui vivent dans la périphérie, dans les suburbs, tandis que les plus pauvres, comme les « chicanos » et les noirs, résident dans les aires centrales les plus précaires. En fonction de la croissante polarisation sociale, les classes moyennes diminuent alors que le nombre de riches augmente, en particulier les yuppies, jeunes gens qui travaillent dans les secteurs financiers et technologiques. Le nombre de pauvres, de sans-emplois et de sans toit s’est aussi accru en fonction de la crise économique et de la précarisation de l’emploi. Elle serait un des résultats de la crise du régime fordiste de production, de l’affaiblissement de l’État providence, de la précarisation du travail dans les temps actuels et de l’avancée de l’idéologie néolibérale. Les changements dans l’espace sont également dénommés « polarisation spatiale » dans l’analyse des métropoles globales par Sassen (1991). Les auteurs américains ont alors commencé à utiliser la notion non spatiale de underclass pour désigner une « sous-classe » désignant ceux qui sont à la base de la société et qui vivent dans des conditions de grande précarité comme les noirs habitant des hyperghettos. Cette notion est toutefois contestée (Wilson, 1994 ; Wacquant, 2005). Les villes européennes souffrent aussi de processus de polarisation sociale bien que sous d’autres formes spatiales, dans la mesure où les aires centrales sont plus valorisées.

 

33La notion de dualisation est liée à l’idée de la « ville duale » récemment remise en évidence. La notion de dualisme a été brillamment combattue par Oliveira depuis 1962 (2003) et elle n’est pas nécessairement spatiale. Récemment Sassen (1991), Mollenkopf et Castells (1991) ont repris cette notion pour examiner les « villes globales » et les métropoles nord-américaines où les conséquences de la globalisation et de la restructuration de l’économie auraient conduit à la formation de villes divisées, comme New York. Pour ces deux auteurs, la métaphore des « deux villes » est le résultat de la croissance inégale et de la tendance à la polarisation ; de la juxtaposition de la consommation effrénée et de la dégradation sociale (p. 104). Pour ces auteurs, la ville duale serait une notion idéologiquement utile parce qu’elle dénonce les inégalités, l’exploitation et l’oppression dans ces villes (p. 405). En fait, dans la perspective spatiale, le dualisme renvoie à l’opposition entre les aires de classes moyennes blanches situées dans les suburbs et les aires à forte présence de minorités ethniques et/ou cultures immigrantes autour des centres (p. 414). Par ailleurs, c’est une notion réductrice dans la mesure où elle élimine les situations intermédiaires entre les « deux » villes, celle des riches et celle des pauvres. Sa logique est proche de la notion de polarisation.

Gentrification et invasion

34Ces deux notions, apparament contradictoires ont en commun d’être toutes deux les résultats de l’action de différents groupes sociaux.

  • 20 En français, le terme gentrification est également utilisé de même que l’adjectif gentrifié utilisé (...)

35La notion de gentrification, barbarisme car ce mot vient de l’anglais « gentry » signifiant petite noblesse20, a été créée par Glass, en 1964, pour décrire le mouvement d’invasion des quartiers ouvriers de Londres par les classes moyennes. Elle explique le ‘process of gentrification’ comme suit : “ One by one, many of the working-class quarters of London have been invaded by the middle classes – upper and lower […]” (Glass, 1989, p. 138). Plus tard, il s’est étendu aux aires situées autour du centre, surtout celles comprenant un patrimoine historique ou même des fabriques abandonnées. Cette « invasion » par des artistes, yuppies ou même des familles de classe moyenne sans enfants (« double income no kids »), entraîne la valorisation des immeubles et l’expulsion des habitants originels. Smith est un des principaux auteurs à poursuivre ces études (Smith, Williams, 1988). Hall a proposé en 1988 le terme alternatif de « yuppification » (Hall, 1995, p. 420). Plusieurs études de cas sont décrites dans Bidou-Zachariasen (2006). Ce processus peut aussi être impulsé par l’État au travers de programmes de rénovation comme à Salvador, au Pelourinho, où des aires résidentielles pauvres ont été transformées en aires commerciales et de loisirs de standing plus élevé, tournées vers le tourisme. Les termes alternatifs tels que anoblissement, ennoblissement, embourgeoisement, etc. pourraient être utilisés.

 

  • 21 Maricato a souligné que si la loi fédérale de 1979 sur le parcellement du sol urbain criminalise le (...)

36La notion d’invasion a été utilisée par les sociologues de l’École de Chicago pour décrire l’invasion d’une aire déjà occupée par des habitants d’un groupe arrivé depuis peu. Dans les pays pauvres, les résultats de ce processus d’invasion ou d’occupation de terrains (et d’immeubles) par des individus, familles ou mouvements sociaux prend des appellations diverses : favelas, bidonvilles, villas miséria ou squatters. Les terrains publics et privés, surtout ceux qui font l’objet de disputes judiciaires, sont appropriés illégalement. Ces aires sont considérées comme « ségréguées » dans la littérature, mais en fait, elles sont le résultat de l’action de la population plus défavorisée qui occupe des espaces moins valorisés de la ville n’intéressant pas le marché immobilier. Ces terrains sont situés sur des collines, des versants ou dans des plaines inondables, le long des voies ferrées ou dans d’autres aires publiques et périphéries lointaines. La population pauvre abandonnée à son sort par l’État (qui n’offre pas de logements sociaux en nombre suffisant ou compatibles avec leurs revenus faibles et irréguliers) ne réunit pas les conditions nécessaires pour participer au marché immobilier, même irrégulier (en lotissements)21 ou au marché de maisons à louer. Cette population envahit alors des petites aires ou des terrains de grandes dimensions et essaye de résister aux tentatives d’expulsion. Dans certains cas, ces populations envahissent (ou occupent) des aires valorisées par le marché. C’est le cas de l’« Invasion das Malvinas », actuel quartier de La Paz, le long de l’avenue Paralela à Salvador. Dans d’autres cas, il s’agit de terrains situés à côté d’aires valorisées comme les versants de Salvador plongeant dans la mer ou proches de l’océan Atlantique comme la favela Rocinha à Rio de Janeiro, étudiée, entre autres, par Valladares. Elle rappelle que les favelas ne sont pas les aires les plus pauvres de la ville si on les compare aux lotissements irréguliers et aux taudis des aires centrales. Ce sont des lieux d’insertion, de mobilité, de mutation, de différenciation, d’accumulation et de modernité (Valladares, 2002). Il faut encore ajouter qu’il existe un flux et reflux des habitants de ces localités, en fonction d’une aggravation ou amélioration de leur situation économique.

Marginalisation et périphérisation

  • 22 À propos de la notion de marginalité, voir Kowarick (1977).

37Selon Fassin (1996), la notion de marginalisation a été appliquée en Amérique latine et sa configuration dans l’espace social est du type « centre/périphérie ». Différemment de l’exclu, le « marginal » ne serait jamais entré dans les villes. Pour Paugam, la marginalisation sociale caractériserait des personnes fragiles assistées et des marginaux, qui « ne disposent ni de revenus liés ou dérivés d’un emploi régulier, ni d’allocations d’assistance » (Paugam, 2009, p. 117). Le mot « marginal » est utilisé dans la presse et le langage courant, au Brésil, comme synonyme de criminel, délinquant, etc. Sur le plan spatial, la notion de marginalité correspond à la dualité centre-périphérie, typique de la plupart des villes des pays pauvres, où les aires centrales sont mieux équipées et dotées d’infrastructures tandis que les marges connaissent l’inverse. Ces marges sont aussi appelées périphéries. Le livre de Perlman est un classique qui combat l’idée d’une population marginale. Selon Perlman (1979, p. 242-243), les habitants de favelas étaient socialement organisés et unis ; culturellement, ils étaient très optimistes ; du point de vue économique, ils travaillaient dur et politiquement, ils n’étaient ni apathiques ni radicaux. D’autre part, Wacquant (2005) introduit la notion de « marginalité avancée » dans le cas des quartiers ségrégués des villes nord-américaines, combattue par l’émergence d’un « État pénal ». Selon lui, quatre logiques sont liées à la marginalité avancée : dualisation occupationnelle ; désocialisation du travail salarié ; reconstruction de l’État providence ; et concentration et stigmatisation22.

 

38La notion de périphérisation au Brésil se substitue à celle de marginalisation spatiale. Très proche de cette dernière, elle comporte cependant une composante spatiale plus forte. Elle évoque aussi la dualité « centre-périphérie » mais ne reflète pas la complexité des villes, dans la mesure où les pauvres s’installent aussi autour des centres. Cette notion est très utilisée au Brésil, mais n’a pas de sens dans d’autres réalités comme celle des faubourgs nord-américains riches, par exemple. Elle est souvent confondue avec la notion d’exclusion ou apparait comme synonyme de pauvreté. Il faut rappeler que la population, bien que repoussée à la périphérie, n’est pas ségréguée. Elle occupe l’espace où l’État tolère des implantations hors normes officielles, voire même irrégulières, dans des aires qui n’intéressent pas le marché immobilier. Comme l’État n’investit pas suffisamment dans les logements sociaux (ni dans les infrastructures et équipements urbains) et comme une grande partie de la population ne remplit pas les conditions pour profiter des programmes sociaux a cause de l’irrégularité de ses revenus, elle va habiter les espaces périphériques où sont permis des usages qui seraient interdits dans les aires plus centrales et qui dépendent d’autorisations municipales.

39Le cas de São Paulo est l’un des plus parlants, car les lotissements irréguliers y sont la forme la plus commune d’occupation du sol : les parcelles sont achetées grâce à des crédits de long terme, dans des terrains peu valorisés à cause de leur éloignement et précarisation. Les logements y sont construits par auto-construction et grâce au travail collectif (mutirão). Cette situation a été étudiée entre autres, par Rolnik (1997). Le processus d’amélioration des périphéries se produit grâce à la pression des mouvements sociaux revendiquant la construction d’infrastructures et l’installation de meilleurs équipements. Ces améliorations valorisent les terrains et finalement les habitants sont expulsés et vont former de nouvelles périphéries (Caldeira, 2003). Souza (2006, p. 472) explique que la majorité de la population est « repoussée » par manque d’options vers des espaces périphériques méprisés par la minorité privilégiée.

Relégation

40Ce processus caractérise des aires abandonnées, surtout par l’État. Il a notamment été étudié par Amendola (2000). Il décrit des aires de la ville que l’on ne visite pas, des aires inconnues et perçues comme dangereuses. En partie à cause de l’illégalité des occupations et de l’irrégularité de celles-ci, l’État ne se sent pas obligé d’y investir comme dans les autres parties de la ville. L’accès difficile de ces aires ne facilite pas non plus l’action de l’État. De plus, le discours sur la valorisation des espaces visités par les touristes sert aussi à l’abandon des autres, comme à Salvador.

41La notion d’abandon peut aussi être utilisée dans le sens d’une aire abandonnée par les classes moyennes comme les hyperghettos traités par Wacquant (2005). Cet auteur explique que la petite bourgeoisie noire et la classe des travailleurs qui ont réussi à sortir des ghettos sont à nouveau maintenues, contre leur volonté, dans des quartiers périphériques complètement noirs ou dans des quartiers ségrégués, contigus à la ceinture noire (Wacquant, 2008, p. 22 et 72). Donzelot (2009) a utilisé la notion de relégation pour commenter la situation des ensembles sociaux des périphéries des villes françaises. Les aires abandonnées peuvent se situer à l’intérieur du « tissu urbain » comme dans les villes nord-américaines, ou dans les périphéries des villes françaises et latino-américaines, mais aussi à l’intérieur de celles-ci comme c’est le cas des favelas difficilement accessibles de Rio de Janeiro.

Conclusion

  • 23 Le livre récent édité par Topolov et al. (2010), est très riche, en huit langues, mais se réfère pl (...)

42Ce texte s’inscrit dans la lignée des auteurs comme Brun et Rhein (1994), Paugam (1996), Navez-Bouchanine (2002), Topalov (2002) et Topalov et al. (2010)23 qui se préoccupent de la précision des notions et des concepts appliqués aux villes et sociétés urbaines.

43Il montre que certaines notions sont bien souvent inventées pour décrire une situation socio-spatiale spécifique à une époque et un lieu donnés et qu’elles perdent finalement en précision lorsqu’elles sont employées dans un contexte différent. Elles deviennent alors polysémiques, ce qui complique la compréhension des phénomènes urbains. Ceux-ci sont très complexes et nécessitent l’élaboration de nouvelles notions et concepts qui correspondent à ces réalités différentes, résultats des luttes de divers groupes économiques, sociaux, raciaux, religieux et autres pour la vie et pour l’espace dans la ville. L’utilisation des notions de ségrégation et périphérisation apparaît ainsi souvent comme une manière de dénoncer les inégalités sociales. Cependant, elles manquent de rigueur et de précision pour pouvoir servir d’instrument analytique utile pour l’avancée des connaissances de la réalité urbaine.

44Nous souhaitons conclure notre texte en soulignant le caractère plus ou moins spécifique des notions utilisées et en commentant leur degré de précision.

45En premier lieu, les notions de différentiation socio-spatiale, de juxtaposition, de séparation de dispersion, d’auto-ségrégation, d’invasion, de gentrification et de relégation, bien qu’elles soient entre elles assez différentes, semblent revêtir un caractère universel et ne présentent pas de grands problèmes de compréhension. Elles ont des équivalents dans d’autres langues, qui n’en altèrent pas le contenu.

46Un second groupe est constitué de notions qui nécessitent encore un certain nombre de précisions conceptuelles, à l’instar de la fragmentation. D’autres sont des néologismes comme la partition, qui n’enrichissent que peu le débat. La notion de fortification est utilisée à cheval sur les espaces résidentiels et centraux et celle de regroupement peut inclure des logiques qui sont autant économiques que résidentielles.

47Un troisième groupe se compose de notions peu précises ou discutables à cause de leur utilisation simplifiée ou métaphorique, reprise par les journaux et le sens commun : on inclut dans ce groupe celles d’exclusion/inclusion, de marginalisation, de dualisation, et de polarisation.

48Un quatrième groupe regroupe les notions qui changent de sens selon les contextes d’utilisation, comme celle de périphérisation, notion spatiale devenue sociale pour désigner la paupérisation des centres-villes au Brésil. Ainsi, si aux États-Unis, la suburbanisation implique l’idée d’une valorisation résidentielle, au Brésil, les périphéries sont souvent stigmatisées.

49Pour finir, les notions de ségrégation/ déségrégation devraient voir leur utilisation réduite à des contextes historiques et nationaux spécifiques, parce qu’elles perdent leur caractère heuristique quand on cherche à tout expliquer par leur biais. Une population ou un territoire sont ségrégués en fonction de contraintes externes, ce qui différencie la ségrégation d’autres processus. De même, le concept d’apartheid renvoie à un contexte historique particulier, celui de l’Afrique du Sud.

Bibliographie

Abu-Lughod J. L., 1980, Rabat. Urban Apartheid in Morocco, Princeton, Princeton University Press,

Amendola G., 2000 [1997], La Ciudad Postmoderna, Madrid, Celeste Ediciones.

Bacqué M.-H., Lévy J.-P., 2009, « Ségrégation », in Stébé J.-M., Marchal H. (dir.), Traité sur la ville, Paris, P.U.F., p. 303-352.

Bidou-Zachariasen C. (dir.), 2006 [2003], De volta à cidade. Dos processos de gentrificação às políticas de “revitalização” dos centros urbanos, São Paulo, Annablume.

Brun J., Rhein C. (dir.), 1994, La ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan.

Caldeira T. P. R., 2003 [2000], Cidade de muros. Crime, segregação e cidadania em São Paulo, São Paulo, Ed. 34, Edusp.

Castel R., 1998 [1995], As metamorfoses da questão social. Uma crônica do salário, Petrópolis, Vozes.

Castells M., 1977 [1972], La question urbaine, Paris, F. Maspero.

Chamboredon J.-C., Lemaire M. 1992 [1970], « Proximité physique et distance sociale : les grands ensembles et leur peuplement », in Roncayolo M., Paquot T. (dir.), Villes et Civilisation Urbaine XVIIIe - XXe siècle, Paris, Larousse, p. 503-520.

Clark K., 1966, Ghetto noir, Paris, Payot.

Corrêa R. L., 1989, O espaço urbano, São Paulo, Ática.

Damon J., 2011 [2008], L’exclusion, Paris, P.U.F.

Davis M., 1993 [1990], Cidade de Quartzo. Escavando o futuro em Los Angeles, São Paulo, Página Aberta.

Davis M., 2001 [1998], Ecologia do Medo, Rio de Janeiro, Record.

Dear M., 2000, J. The Postmodern Urban Condition, Oxford, Blackwell.

Donzelot J., 2009, La ville à trois vitesses et autres essais, Paris, Ed. La Villette.

Dubois W. E. B., 1967 [1899], The Philadelphia Negro, New York, Schocken Books.

Engels F., 1985 [1845], A situação da classe trabalhadora na Inglaterra, São Paulo, Global.

Fassin D., 1996, « Marginalidad et marginados. La construction de la pauvreté urbaine en Amérique latine », in Paugam S. (dir.), L’exclusion, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 263-271.

Frazier F., 1969 [1955], Bourgeoisie noire, Paris, Plon.

Garreau J., 1991, Edge City. Life on the new frontier, New York, Doubleday.

Ghorra-Gobin C. 2002 [1997], Los Angeles. Le mythe américain inachevé, Paris, CNRS Éditions.

Glass R., 1989 [1964], “London : Aspects of Change”, in Clichés of Urban Doom and Other Essays, Oxford, Basil Blackwell, p. 133-158.

Goldsmith W. W., 2000, “From the Metropolis to Globalization : The Dialectics of Race and Urban Form”, in Marcuse P., Van Kempen R. (ed.), Globalizing cities : a new spatial order?, Oxford, Blackwell, p. 37-55.

Grafmeyer Y., 1994, « Regards sociologiques sur la ségrégation », in Brun J., Rhein C. (dir.), La ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan, p. 85-117.

Guillaume P., 2001, Johannesburg. Géographies de l’exclusion, Johannesburg, IFAS / Paris, Karthala.

Haesbaert R., 2004, O mito da desterritorialização, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil,

Hall P., 1995 [1988], Cidades do Amanhã, São Paulo, Perspectiva.

Harvey D., 1975, “Class structure in a capitalist society and the theory of residential differentiation” ; in Peel R., Chisholm M. Haggett P. (ed.), Processes in Physical and Human Geography, London, Heinemann, p. 354-369.

Houslay-Holzschuch M., 1995, Le Cap. Ville sud-africaine. Ville blanche, vies noires, Paris, L’Harmattan.

Jacobs J., 1991 [1961], Déclin et survie des grandes villes américaines, Liège, Mardaga.

Kowarick L., 1977, Capitalismo e marginalidade na América Latina. Rio de Janeiro, Paz e Terra.

Kaplan D. H., Holloway S. R., 1998, Segregation in Cities, Washington, Association of American Geographers.

Lapeyronnie D., 2008, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont.

Marcuse P., 2004 [2001], “Enclaves, sim ; guetos, não : a segregação e o Estado”, Espaço & Debates, São Paulo, 24, p. 24-33.

Marcuse P., 2006 [2002], “The Black Ghetto in the United States”, in Marcuse, P., Van Kempen R. (ed.), Of States and Cities. The Partioning of Urban Space, Oxford, Oxford Univ. Press, p. 109-142.

Marcuse P., Van Kempen R. (ed.), 2000, Globalizing cities : a new spatial order?, Oxford, Blackwell.

Marcuse P., Van Kempen R. (ed.), 2006 [2002], Of States and Cities. The Partitioning of Urban Space, Oxford, Oxford Univ. Press.

Maricato E., 1996, Metrópole na periferia do capitalismo : ilegalidade, desigualdade e violência, São Paulo, Hucitec.

Martins J. S., 2009 [1991], Exclusão social e nova desigualdade, São Paulo, Paulus.

Massey D. S., Denton N. A., 1995 [1993], American apartheid, Paris, Descartes.

Mollenkopf J. H., Castells M., 1991, Dual City. Restructuring New York, New York, Russell Sage Fondation.

Myrdal G., 2003 [1944], An American Dilemma, New Brunswick, Transaction Publisher, 2 v.

Navez-Bouchanine F., (dir.), 2002, La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, L’Harmattan.

Oliveira F., 2003 [1962], Crítica à razão dualista. O ornitorrinco. São Paulo, Boitempo.

Paquot T., 2002, « Ville fragmentée ou urbain éparpillé », in Navez-Bouchanine F. (dir.), La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, L’Harmattan, p. 113-118.

Paquot T. (dir.), 2009, Ghettos de riches, Paris, Perrin.

Park R., Burgess E. (ed.), 1967 [1925], The City. Suggestion for Investigation of Human Behavior in the Urban Environment, Chicago, Univ. of Chicago Press.

Paugam S., 2009 [1991], La disqualification sociale, Paris, P.U.F.

Paugam S. (dir.), 1996, L’exclusion, l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Perlman J. E., 1979 [1976], The Myth of Marginality. Urban Poverty and Politics in Rio de Janeiro, Berkeley, Univ. of California Press.

Pinçon-Charlot M., Preteceille E., Rendu P., 1986, Ségrégation urbaine, Paris, Anthropos.

Prévôt Schapira M.-F., 1999, « Amérique latine : la ville fragmentée », Esprit, 11, p. 128-144.

Rolnik R., 1997, A cidade e a lei : legislação, política urbana e territórios na cidade de São Paulo, São Paulo, Studio Nobel, Fapesp.

Santos M., 1990, Metrópole corporativa fragmentada : o caso de São Paulo, São Paulo, Nobel.

Sassen S., 1991, The Global City. New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton Univ. Press.

Sibley D., 2007 [1995], Geographies of Exclusion, London, Routledge.

Smith N., Williams P. (ed.), 1988, Gentrification of the City, Boston, Unwin Hyman.

Soja E., 2000, Postmetropolis : Critical Studies of Cities and Regions, Oxford, Blackwell.

Souza M. L., 2000, O desafio metropolitano : um estudo sobre a problemática sócio-espacial nas metrópoles brasileiras, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil.

Souza M. L., 2006, A prisão e a ágora : reflexões em torno da democratização do planejamento e da gestão das cidades, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil.

Souza M. L., 2008, Fobópole : o medo generalizado e a militarização da questão urbana, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil.

Sposati A., Torres H., Pasternak S., Villaça F., Kowarick L., Schor S. [Debate], 2004, “A pesquisa sobre segregação : conceitos métodos e medições”, Espaço & Debates, São Paulo, 24, p. 87-109.

Thoumin R., 1937, « Damas : Notes sur la répartition de la population par origine et par religion », Revue de Géographie Alpine, 25, p. 663-697.

Timms D., 1976 [1971], El mosaico urbano. Hacia uma teoria de la diferenciación residencial, Madrid, I.E.A.L.

Topalov C. (dir.), 2002, Les divisions de la ville, Paris, Unesco.

Topalov C. et al. (dir.), 2010, L’aventure des mots de la ville, Paris, Robert Laffont.

Tricart J., 1951, Cours de géographie humaine : L’habitat urbain, Paris, C.D.U.

Valladares L., 2002, « Favelas, mondialisation et fragmentation », in Navez-Bouchanine F. (dir.), La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, L’Harmattan, p. 209-221.

Vasconcelos P. A., 2004, “A aplicação do conceito de segregação residencial ao contexto brasileiro na longa duração”, Cidades, Presidente Prudente, 1, n. 2, p. 259-274.

Vasconcelos P. A., 2009, “O rigor no uso das noções e conceitos na geografia urbana”, Cidades, Presidente Prudente, 1, n. 10, p. 341-357.

Vasconcelos P. A., 2011, “Processos e formas sócio-espaciais das cidades : propostas para avançar no debate”, in Silva S. B. M. (dir.), Estudos sobre dinâmica territorial, ambiente e planejamento, João Pessoa, Grafset, p. 7-28.

Veillard-Baron H., 2001, Les Banlieues. Des singularités françaises aux réalités mondiales, Paris, Hachette.

Veillard-Baron H., Vasconcelos P. A., 2004a, « Ségrégation », Diversité, 139, p. 52-56.

Veillard-Baron H., Vasconcelos P. A., 2004b, « Une lecture de la ségrégation au Brésil au regard de la situation française », Diversité, 139, p. 171-178.

Villaça F., 1998, O espaço intra-urbano no Brasil, São Paulo, Studio Nobel.

Xiberras M., 1994, Les théories de l’exclusion, Paris, Méridiens Klincksieck.

Wacquant L., 2005 [2001], Os condenados da cidade : estudos sobre marginalidade avançada, Rio de Janeiro, Revan, Fase.

Wacquant L, 2008, As duas faces do gueto, São Paulo, Boitempo.

Wirth L., 1980 [1928], Le ghetto, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Wilson W. J., 1994 [1987], Les oubliés de l’Amérique, Paris, Desclée de Brouwer.

Zoido Naranjo F. et al., 2000, Diccionario de geografía urbana, urbanismo y ordenación del territorio, Barcelona, Editorial Ariel.

Notes

1 Je remercie Marcelo Lopes de Souza pour le débat constructif sur la question, Léandro Macêdo Minoso pour l’élaboration des graphiques et Elisabeth Vasconcelos pour la traduction.

2 Voir par exemple Marcuse et Van Kempen, 2000.

3 Il est intéressant de noter que la théorie de la différentiation résidentielle a été analysée par des auteurs de différents courants comme Timms (1976), dans la ligne de l’écologie factorielle et Harvey, qui traite de l’accès différentiel aux rares ressources dans son article de 1975 (p. 363).

4 Voir Kaplan et Holloway (1998).

5 Je remercie Ana Fernandes de m’avoir suggéré ce processus.

6 Dear (2000) cite le livre de Robert Fogelson de 1967 qui utilise déjà la notion de fragmentation dans son titre : The Fragmented Metropolis: Los Angeles, 1850-1930.

7 Sur la notion de fragmentation, voir l’ensemble du livre édité par Navez-Bouchanine (2002).

8 À propos de la notion d’exclusion, consulter Xiberras (1994) ; Paugam (1996) ; Sibley (2007) et Damon (2011).

9 Voir par exemple Bacqué et Lévy (2009).

10 Castells a défini la ségrégation urbaine comme « la tendance à l’organisation de l’espace en zones à forte homogénéité sociale interne et a forte disparité sociale entre elles ... » (1977, p. 218)

11 Voir par exemple Corrêa, 1989.

12 Pinçon-Charlot, Preteceillle et Rendu, 1986, p. 5 et 107.

13 Sibley (2007) a publié des extraits du livre de Dubois.

14 Sur la notion de ségrégation, voir Brun et Rhein (1994) ; Grafmeyer (1994) ; Kaplan et Holloway (1998) et Bacqué et Lévy (2009).

15 Voir aussi la version française du débat dans Veillard-Baron et Vasconcelos (2004a et 2004b).

16 Sur la notion d’apartheid, voir Houslay-Holzschuch (1995) et Guillaume (2001).

17 Je remercie Paul Cary pour ses suggestions au sujet des notions d’auto-ségrégation et de groupement.

18 Cette notion s’applique aussi à d’autres quartiers bourgeois situés autour de Paris comme Neuilly ou Passy.

19 Étudié par Thoumin (1937).

20 En français, le terme gentrification est également utilisé de même que l’adjectif gentrifié utilisé entre autres, par Donzelot (2009). En espagnol le terme s’écrit gentrificación, conformément à Zoildo et al., 2000, p. 174.

21 Maricato a souligné que si la loi fédérale de 1979 sur le parcellement du sol urbain criminalise le lotisseur irrégulier, elle a aussi diminué l’offre de lots illégaux dans la périphérie de São Paulo ce qui a causé une augmentation en nombre de la population vivant dans les favelas (1996, p. 47-48).

22 À propos de la notion de marginalité, voir Kowarick (1977).

23 Le livre récent édité par Topolov et al. (2010), est très riche, en huit langues, mais se réfère plutôt à l’utilisation quotidienne des mots. Par exemple, la notion de “ségrégation” n’est pas citée.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540