Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ségrégation et fragmentation dans les métropoles

 | 
Marion Carrel
, 
Paul Cary
, 
Jean-Michel Wachsberger

Introduction. Les métropoles soumises à des transformations socio-spatiales

Paul Cary et Sylvie Fol

Texte intégral

  • 1 Certains des textes de l’ouvrage ont d’abord été présentés sous forme de contribution orale lors d’ (...)

1Cet ouvrage est né d’un souci de réfléchir aux dynamiques urbaines contem­poraines1. Marquées par la montée en puissance des métropoles, celles-ci font l’objet de constats pour le moins contrastés : si certains chercheurs mettent en évidence les phénomènes de fermeture de la ville contemporaine, dans laquelle les distances sociales s’accroitraient (Augé, 1992 et 1994 ; Sorkin, 1992), d’autres soulignent que la ville reste le lieu d’une expérience unique, celle de l’apprentissage de l’altérité et, au fond, de l’expérience égalitaire de la démocratie (Agier, 2004). Bien entendu, les constats varient significativement selon les contextes nationaux, d’autant plus que ce sont les métropoles non occidentales qui présentent les croissances les plus impressionnantes. Le débat sur les dynamiques urbaines met finalement toujours en scène, en filigrane, deux questions entremêlées qu’on peut distinguer pour l’analyse.

  • 2 Question qui traverse encore les manuels de sociologie urbaine : Grafmeyer (1994), Stébé et Marchal (...)

2La première porte sur l’autonomie de la question urbaine par rapport à la question sociale. Dans Metropolis, sorti en 1927, Fritz Lang mettait en scène deux mondes sociaux très séparés, reliés par la question de l’exploitation de classe : à l’oisiveté des classes dirigeantes répondait le labeur de la classe ouvrière. La ségrégation spatiale venait réifier les positions de chacun, rendant tout contact improbable. Cette mise en scène correspond très largement à la fonction attribuée à la ville dans les dynamiques sociales jusqu’à la fin du XIXe : elle apparaît comme un cadre, comme une scène sur laquelle peuvent se jouer les phénomènes sociaux (Donzelot, 1984). Tout au long du XIXe siècle, en France, nombre d’événements se produisent en ville (révolte des Canuts à Lyon, Commune de Paris) mais, pour J. Donzelot, la question fondamentale est bien la question sociale, au moment où le mouvement ouvrier pèse pour que soit reconnue, dans le champ économique, une partie de l’égalité qui a été accordée dans le champ politique. La question urbaine n’apparaît alors pas comme indépendante de la question sociale. Dans un monde aujourd’hui urbanisé, que ce soit dans ses structures matérielles mais également dans son imaginaire, est-il encore possible de considérer l’urbain comme une simple scène2 ? Ne faut-il pas, à l’inverse, considérer que la question urbaine dispose d’une réelle autonomie ? On soulignera alors, par exemple, le rôle des grands ensembles, héritage de l’urbanisme moderne, dans l’émergence des malaises sociaux en banlieue française. Cette question de l’autonomie de la question urbaine prend d’autant plus de sens qu’avec la métropolisation, nombre de travaux ont montré comment les métropoles utilisaient la grande variété de leurs espaces pour favoriser des formes de production différenciées…

3La seconde question porte plus précisément sur la façon dont la ville a partie liée avec la différenciation socio-spatiale, c’est-à-dire la façon dont les différents groupes sociaux se répartissent sur l’espace urbain et se côtoient ou s’évitent. La littérature et le cinéma se sont inspirés de l’ambivalence de la grande ville : c’est le lieu de la division sociale, mais également le lieu des contacts sociaux et des expériences nouvelles et risquées (Dorian Gray va s’encanailler dans les bas-fonds londoniens). Les analyses sociologiques des métropoles, qui émergent notamment sous l’impulsion des sociologues et anthropologues de Chicago, reposent toutes sur cette donnée fondamentale : les métropoles sont le lieu d’expression de la division sociale, plus ou moins raffinée (Est / Ouest, en cercles concentriques, en division moderniste de l’espace) et simultanément le lieu de l’expérience de l’anonymat, de la découverte de la différence, de la mise en regard des identités. Aujourd’hui, les débats sont particulièrement animés sur la capacité des métropoles à constituer des supports de l’urbanité : sans figer artificiellement les positions, disons que, d’un côté, c’est sur la fermeture des espaces qu’on insiste, en soulignant les barrières physiques et les durcissements identitaires ; alors que, de l’autre, on souligne le fait que l’expérience urbaine continue à permettre les transgressions et la rencontre.

4Cet ouvrage explore ces questions à de nouveaux frais, en partant de deux constats qui doivent amener à réfléchir sur des notions ou des concepts utilisés depuis parfois plus de cent ans.

  • 3 Ainsi certaines villes africaines ou asiatiques dépassent le million d’habitants sans pour autant c (...)

5Le premier constat est que le monde est aujourd’hui, d’une certaine manière, devenu non pas seulement urbain, mais métropolitain. C’est au milieu des années 2000 que l’ONU a daté le fait que plus de la moitié des habitants du monde habitent en milieu urbain (soit dans des agglomérations de plus de 20 000 habitants). Pour autant, c’est d’ores et déjà à une autre échelle que s’organise la marche du monde contemporain et cette échelle est largement métropolitaine. On peut donner trois grands types d’arguments. Le premier est d’ordre statistique : on recense aujourd’hui plus de 400 agglomérations urbaines millionnaires (Halbert, 2010). Certes, le critère de la taille ne suffit pas à faire d’une agglomération une métropole3 mais il est un des indices de la puissance métropolitaine. La croissance de la taille des grandes villes les fait déborder sur les espaces environnants, rendant obsolète la distinction urbain / rural, d’autant plus dans les régions très urbanisées qualifiées de mégalopoles par J. Gottmann (1961). Le second renvoie à la concentration des pouvoirs – économiques et financiers, politiques – au sein d’agglomérations conceptualisées sous les appellations de villes mondiales ou globales (Friedmann, 1986 ; Sassen, 1991) mettant en évidence la concentration des sièges d’entreprises multinationales et des professions du tertiaire supérieur. Cette concentration s’opèrerait aujourd’hui de façon relativement indépendante des États-nations. Le troisième renvoie à la « métropolisation », entendue comme une politique par laquelle les acteurs locaux cherchent à se doter des attributs conférés aux métropoles (infrastructures de haut niveau, campagnes de marketing territorial destinées à mettre en évidence la qualité de vie, accueil d’événements de portée régionale ou internationale). Cette politique, qui est aussi une course à la grandeur, entraîne des concurrences entre les villes, notamment voisines, par exemple pour accueillir les infrastructures. Les conséquences dépassent largement les métropoles concernées puisque c’est un véritable remodelage des espaces nationaux qui s’opère, dans un cadre à l’intérieur duquel les acteurs locaux peuvent, en partie, s’extirper des injonctions nationales (Jouve et Lefèvre, 2004 ; Harvey, 2010 ; Le Galès, 2011).

6Pour résumer notre propos, si l’imaginaire métropolitain de la rencontre, de l’altérité, de l’anonymat, tel que certaines villes avaient pu le dessiner dès le XIXe (Londres, Paris) s’est bel et bien maintenu, avec des variations bien décrites par exemple dans la métropole de Los Angeles (Dear, 2000 ; Robin, 2009), celui-ci ne revêt plus la même signification dans un monde où l’expérience quotidienne se forge majoritairement en milieu urbain. En d’autres termes, nous faisons l’hypothèse d’une complexification notoire, à la fois dans l’organisation du milieu urbain (où l’illusion d’un planificateur démiurge a fait long feu) mais aussi dans les représentations qui y sont associées. Ainsi, les débats sur l’étalement urbain ou sur la croissance du périurbain mettent-ils toujours en contraste une expérience urbaine idéal-typique (celle de l’habitant du centre-ville) avec une expérience urbaine de second rang (celle des temps de transport, de la distance domicile / travail, de la fréquentation de centres commerciaux périphériques, etc.), ce qui rompt avec la spécificité et la relative unité de l’expérience urbaine dans la grande ville décrite au début du XXe, par G. Simmel notamment. De même, nombre de métropoles apparaissent aujourd’hui comme multipolarisées et, comme le soulignent les géographes de Los Angeles, on est bien en peine, dans la métropole post-moderne, de trouver un centre cumulant les fonctions que le loop pouvait avoir dans la métropole fordiste. Cette multipolarisation complexifie les représentations cartographiées des métropoles, moins lisibles que, par exemple, le schéma en cercles concentrique de Burgess ou l’opposition Est / Ouest parisien de P. H. Chombart de Lauwe (1952), symboles de l’âge d’or d’une représentation d’une ville intégrée et ségréguée.

7Le second constat renvoie au fait que ces transformations des métropoles, qui sont très largement macro-sociales, font aujourd’hui l’objet de lectures qui sont bien plus attentives à l’échelle des individus. Contrairement à la période du fordisme où c’est une vision classiste de la société qui prédominait, l’accent est largement mis sur la montée d’identités plus complexes (ethniques, sexuelles), plus flexibles, prenant acte également du fait que l’individu soit devenu l’échelle de référence (Martuccelli, 2010). Ainsi, d’un côté les sociologues regardent davantage comment des groupes spécifiques s’approprient l’espace et, de l’autre, ces groupes sont également davantage acteurs de leurs stratégies résidentielles : pensons aux études portant sur l’utilisation exclusive de l’espace par les retraités californiens (Le Goix, 2005) ; on peut aussi signaler les tentatives de R. Florida (2002) pour lier le people’s climate au pourcentage d’homosexuels dans les villes… La complexification de la représentation de la structure sociale produit aussi des effets sur leur représentation socio-spatiale, et notamment cartographique : plus la focale est précise, plus les subdivisions peuvent être nombreuses.

8L’objet du présent ouvrage est alors de s’interroger sur la capacité de deux notions fortement diffusées dans les études urbaines, la fragmentation et la ségrégation, à rendre compte des dynamiques contemporaines. Ces deux notions n’ont certes ni la même histoire (la notion de ségrégation naît précocement, au moins avec l’École de Chicago, la fragmentation émerge il a grosso modo un quart de siècle), ni la même portée (la notion de fragmentation est beaucoup moins usitée que celle de ségrégation), mais elles se penchent toutes les deux sur la compréhension des phénomènes de différenciation socio-spatiale dans les métropoles.

9La notion de fragmentation apparaît en effet dans le contexte que nous avons décrit supra (urbanisation massive et focale plus individuelle). Elle renvoie à l’idée d’une perte de l’unité organique de la ville, au profit de petites unités juxtaposées mais pas nécessairement reliées entre elles. La fragmentation a plusieurs déclinaisons. Comme le dit M.F. Prévôt-Schapira (1999), elle est d’abord d’ordre socio-spatial, soulignant de ce fait des divisions plus marquées entre groupes sociaux, lesquels tendent à renforcer les barrières physiques entre eux : résidences fermées, rues privatisées, sécurisation des logements etc. La fragmentation est également d’ordre politico-administratif, ce qui prend acte de l’émergence de pouvoirs locaux, notamment avec les phénomènes de décentralisation : entre État, structures d’agglomération, communes et autorités décentralisées de quartiers, les rivalités peuvent être conséquentes. Enfin, la fragmentation gestionnaire renvoie aux différences de périmètres d’intervention entre les acteurs, notamment les acteurs économiques privés : l’échelle de leurs projets renvoie souvent à la ville formelle, solvable et non aux zones les plus défavorisées, l’inverse pouvant parfois s’observer pour les ONG. La notion de fragmentation insiste donc sur les discontinuités dans le tissu urbain. Ainsi P. Michon (2008) a bien montré dans le cas des Docklands londoniens comment ce projet forgé autour de l’initiative privée avait créé des ruptures dans la trame urbaine, le promeneur ne pouvant par exemple pas suivre les rives de la Tamise.

10La fragmentation est cependant un phénomène complexe, des causes variées pouvant produire des effets similaires dans des contextes différents. Ainsi, au Nord, on tend à insister sur l’influence des transformations économiques dans l’organisation des espaces, notamment métropolitains. D’un côté, le passage à une économie post-fordiste, plus flexible, moins industrielle, avec des unités de production de plus petite taille, produit des effets importants sur l’espace, avec notamment une plus grande capacité des entreprises à se délocaliser. De l’autre, les villes ont elles-mêmes mis en place des politiques visant à se rendre attractives aux yeux des entreprises et de leurs cadres de haut niveau, profitant des marges de manœuvre qu’elles avaient obtenues avec la décentralisation. Au Sud, l’organisation fordiste de l’espace avait produit, au Brésil notamment (Santos, 1990), une division spatiale en termes centre / périphérie, soit un modèle à rebours de la ville étatsunienne, où les périphéries étaient plus opulentes. Les difficultés économiques des années 1980 ont favorisé la croissance des agglomérations urbaines, contribuant ainsi à un étalement urbain sans industrialisation, propice à l’érection de barrières entre les groupes sociaux, notamment lorsque les classes moyennes paupérisées par le ralentissement économique des années 1980 (Argentine, Brésil) ont cherché à mettre à distance les classes populaires en renforçant les barrières physiques en matière résidentielle.

11En dépit de sa complexité, la notion de fragmentation permet une double avancée. Elle rend d’abord compte du caractère beaucoup moins ordonné, par rapport à la ville fordiste, de la répartition des activités, résidences, lieux de loisirs, etc. sur un territoire, à tel point que les géographes de Los Angeles soulignent son caractère pratiquement aléatoire sous-entendu par l’idée d’un « capitalisme keno » ou « casino » (Dear, 2000). Elle souligne ainsi que des discontinuités dans le tissu urbain existent. La deuxième avancée, qui est intrinsèquement liée à la première, renvoie à l’action des groupes sociaux et des individus sur le tissu urbain : on observe un renforcement des phénomènes d’entre soi, d’un côté, et la multiplication des stratégies d’évitement au quotidien de l’autre (évitement des espaces publics, utilisation de véhicules sécurisés aux vitres fumées, etc.). Dès lors, cette notion permet à la fois de confronter des tendances macro (une ville éclatée) et des stratégies, individuelles (micro) ou communes à certains groupes sociaux (méso-sociales).

12Pour autant, cette notion de fragmentation a eu assez peu d’écho en France. Certes, de nombreux chercheurs français l’ont utilisée pour l’appliquer aux villes d’Afrique du Sud (Bénit-Gbaffou, Didier et Morange, 2008 ou Vidal dans cet ouvrage), d’Amérique du Sud (Prévôt-Schapira, 1999) du Maghreb (Navez-Bouchanine, 2002), le tout dans une inspiration dérivée du splintering urbanism (Graham et Marvin, 2001). De même, les gated communities ne sont pas passées inaperçues, comme le soulignent les travaux de Billard et al. (2011) ou de R. Le Goix (2003) sur des terrains en Californie. Pour autant, les dynamiques de la ville française « qui se défait » (Donzelot, 2004), marquée par la périurbanisation (Charmes, 2007), la gentrification (Authier et Bidou-Zachariasen, 2008 ; Bacqué et Fijalkow, 2006) ou encore par le débat sur la nature des quartiers populaires (Lapeyronnie, 2008 ; Wacquant, 2006) ne sont guère lues en termes de fragmentation alors même que des travaux aussi variés que ceux de E. Maurin (2004), qui mettent l’accent sur les stratégies d’évitement en matière scolaire, de B. Cousin (2008) pour les stratégies résidentielles des classes aisées ou encore de M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot (2009) pour celles de la haute bourgeoisie, s’y prêteraient assez bien, puisqu’ils soulignent les stratégies d’appropriation exclusive de certains quartiers.

13On peut supposer que c’est l’association assez fréquente du concept de fragmentation à celui de ville duale qui provoque un certain scepticisme. Pour E. Préteceille (2003 et 2006), les dynamiques d’occupation de l’espace urbain sont marquées par une certaine stabilité historique, et le lien établi par S. Sassen (1991) entre transformation économique et mutations socio-spatiales ne semble pas validé dans le cas parisien. Pour autant, de nombreux travaux soulignent les phénomènes de gentrification en cours dans la capitale française ainsi que dans d’autres métropoles comme Lille. Ces travaux rejoignent ainsi des analyses critiques de type néo-marxiste comme celle de N. Smith (2003), évoquant la « gentrification généralisée », qui correspond à un remodelage complet du tissu urbain, dépassant le cadre résidentiel et signifiant une expulsion des classes populaires incapables de payer les nouveaux loyers. Or, ces phénomènes de gentrification, s’ils ont des causes liées aux contextes nationaux et aux stratégies locales, s’observent sur de multiples lieux du globe et peuvent de ce fait être lus comme des conséquences des transformations sociales, politiques et économiques issues de la mondialisation. À titre d’exemple, la diffusion à l’échelle internationale de bonnes pratiques urbaines en direction des élus locaux n’est pas sans effets sur les politiques publiques. La gentrification, lue de cette façon, apparaît ainsi comme compatible avec les effets socio-spatiaux décrits par S. Sassen dans les villes globales : l’auteure souligne bien, au-delà d’une appropriation de l’« espace des flux » par les élites (Castells, 1996), l’importance de la conquête des espaces centraux par les professions du tertiaire qualifié (qui prend les formes de la gentrification), tout autant que la nécessité que des populations peu qualifiées et mal payées demeurent à proximité pour remplir les fonctions de restauration et de ménage. Cette dualisation ne semble pas, a priori, incompatible avec les constats statistiques faits par E. Préteceille (2006) ou encore T. Saint-Julien et ses collègues (2007).

14Enfin, on peut avancer une dernière explication à la faible utilisation de la notion de fragmentation en France. Le succès de la notion de ségrégation serait tel qu’il empêcherait toute analyse complémentaire. L’objectif de l’ouvrage est donc précisément de questionner sous un nouvel angle, grâce aux théories et enquêtes sur la fragmentation, des faits urbains et sociaux complexes. La comparaison internationale suggérée par ce livre pousse en effet à explorer tous les phénomènes, que l’on regroupe souvent sans les décrire, sous le terme fourre-tout de « ségrégation », qui a lui-même connu d’amples déve­loppements, autours des théories du ghetto ou celles des « effets de quartier » (cf. infra).

  • 4 Le titre de l’article étant « La ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? ».

15Comme le rappelle P. Vasconcelos dans l’ouvrage, l’origine de la notion de ségrégation, notamment reprise par L. Wirth (2006) renvoie au ghetto juif (Venise, Prague) du Moyen-Âge et donc à l’idée de barrières, de mise à l’écart volontaire imposée par un groupe à un autre. Le ghetto noir américain, tel qu’il s’est constitué au long du XXsiècle, remplit complètement ce critère : comme le montre L. Wacquant (2006), les contacts extérieurs pouvaient être particulièrement réduits pour certaines populations dans les grands ghettos de New York ou de Chicago. Pour autant, le terme de ségrégation semble avoir aujourd’hui perdu en acuité, de par une utilisation trop fréquente. On peut souligner deux types d’arguments. D’abord, un problème d’ordre lexical. Lorsque J.M. Wachsberger décrit dans cet ouvrage les indices de ségrégation (ou de dissimilarité), on voit bien que ce sont des variations de répartition socio-spatiale qui sont mesurées, indépendamment de l’existence ou non de processus de ségrégation. Ainsi, « un indice de ségrégation de l’ordre de 0,2 » peut apparaître comme une expression trompeuse, la concentration étant si faible qu’elle invalide le terme de ségrégation. Ensuite, un problème lié au raffinement de la mesure. Les interprétations d’E. Préteceille (2006) pour l’agglomération parisienne reposent par exemple sur 18 catégories distinctes, ce qui pousse à s’interroger sur la nature des processus de ségrégation pour des catégories si fines, quand bien même l’auteur pose le problème en termes de ségrégation4.

  • 5 La définition idéal-typique de Wacquant est très claire : « une constellation sociospatiale bornée, (...)
  • 6 « Il est aussi un lieu où cette population a fini par fabriquer des modes de vie particuliers, des (...)

16Cette confusion autour de la notion de ségrégation, son assimilation avec de la simple différenciation socio-spatiale, dont il faut expliquer les raisons au cas par cas, n’empêche pas qu’en France, les débats sur la ségrégation soient assez conséquents. Les travaux sur la ségrégation se sont développés, en France, à partir des années 1950 et surtout dans les deux décennies suivantes (Brun, 2008). La diffusion de la notion dans les travaux scientifiques n’a pas empêché certains chercheurs de la discuter et de tenter de la déconstruire (Brun et Chauviré, 1983 ; Brun et Rhein, 1994). La région Ile-de-France a parti­culièrement mobilisé l’attention des géographes et des sociologues intéressés par les divisions socio-spatiales et les formes prises par ces dernières dans le cas francilien ont été analysées par P.H. Chombart de Lauwe (1952), N. Tabard (1987), C. Rhein (1994) et E. Préteceille (1995, 2003, 2006). Ce dernier conteste dans ses travaux les plus récents l’idée d’une accentuation des processus ségrégatifs et l’hypothèse d’une montée du séparatisme social généralisé défendues par E. Maurin (2004) et J. Donzelot (2009). Ces deux auteurs, pour décrire les processus de ségrégation constatés en France, évoquent une évolution vers un phénomène de ghetto « à l’américaine », qui produirait tous ses effets nocifs sur les populations qui en sont victimes. Les débats sur l’application du terme de ghetto5 à la réalité des banlieues françaises sont devenus centraux. Pendant longtemps, le rejet du terme a été de mise, notamment pour des questions de morphologie urbaine (Vieillard Baron, 1996). L. Wacquant, même s’il soulignait certaines convergences entre le ghetto noir et la banlieue rouge (notamment en matière de stigmate territorial), considérait que c’était un « contresens sociologique » (2006, p. 170) que d’appliquer le terme de ghetto à la banlieue rouge tant l’histoire, la taille, la composition ethnique et sociale, les indicateurs de pauvreté et de criminalité ou encore les dispositifs institutionnels y diffèrent de ceux du ghetto noir américain. D. Lapeyronnie a adopté un point de vue distinct en soulignant qu’il est aujourd’hui possible de parler de ghetto, ce terme faisant désormais l’objet d’une construction interne et positive par ses habitants6. À la fois « cage et cocon », le ghetto, présent dans les esprits des individus, traduirait une fermeture plus nette à l’égard du reste de la société. Ainsi, les individus vivant dans les quartiers déshérités français seraient confrontés comme leurs homologues américains à des « effets de quartier » (Donzelot, 2004 ; Goux et Maurin, 2004).

  • 7 L’un des programmes expérimentaux les plus importants mis en place aux États-Unis dans le cadre des (...)
  • 8 En France, on peut évoquer les travaux de Sandrine Wenglenski (2004), qui mesurent les effets des d (...)

17Autre variante de l’analyse de la ségrégation, la thèse des effets de quartier part de l’idée selon laquelle la concentration de la pauvreté serait néfaste, en particulier pour les populations pauvres elles-mêmes. Elle serait génératrice d’enfermement et d’un repli social et spatial des habitants incompatible avec un processus d’intégration. Théorisée et discutée en Amérique du Nord dans une abondante littérature (Ellen et Turner, 1997 ; Goering, 2003 ; Rose et Seguin, 2007), cette hypothèse d’un impact négatif de la ségrégation sur le destin des habitants des quartiers pauvres a justifié des politiques de déségrégation (Bacqué et Fol, 2007) qui offrent une grande similitude avec les politiques de relogement mises en place dans le cadre des opérations de rénovation urbaine en France. Dans les deux cas, l’action publique se donne pour objectif d’offrir de nouvelles « opportunités »7 aux habitants des quartiers pauvres, en leur permettant d’emménager dans un quartier plus aisé. Le contact avec d’autres types de populations et l’occasion de nouer de nouveaux réseaux sociaux, plus riches et diversifiés, la possibilité de fréquenter des écoles plus mixtes socialement, ou encore l’accès à un plus large marché de l’emploi, sont parmi les « opportunités » qu’est censé offrir le déménagement. Selon la thèse des effets de quartier, la ségrégation a donc des conséquences très négatives sur les chances d’accès des populations pauvres à différentes ressources offertes par les sociétés urbaines. Dans le même esprit, des chercheurs se sont penchés sur l’impact de la ségrégation sur les chances d’accès à l’emploi des individus pauvres et appartenant aux minorités ethniques. Dans la lignée des travaux de J. Kain (1968), de nombreuses recherches, développées là encore principalement aux États-Unis avant de se diffuser en Europe8, ont tenté de vérifier l’hypothèse d’un spatial mismatch défini comme le décalage spatial entre la localisation résidentielle des ménages pauvres et des minorités ethniques et la localisation des emplois que ceux-ci sont en mesure d’occuper compte tenu de leur niveau de qualification. Ces deux hypothèses, celle des effets de quartier et celle du spatial mismatch, ont donné lieu à de vifs débats scientifiques portant sur la réalité, la nature et le degré des effets de la ségrégation.

18Si ces débats ne sont toujours pas tranchés, il n’en reste pas moins que la répartition socialement inégale des populations sur l’espace urbain a des conséquences en termes d’inégalités d’accès aux équipements et services offerts par la ville. Dès 1986, les travaux de M. Pinçon-Charlot, E. Préteceille et P. Rendu montraient le lien, en région parisienne, entre structure socio-spatiale et structure des équipements et ses effets du point de vue des inégalités d’accès. Cette question a cependant été peu traitée en France (contrairement à la Grande Bretagne où de nombreux travaux ont porté sur la question de l’accessibilité aux ressources urbaines, notamment après la création de la Social Exclusion Unit par le gouvernement de Tony Blair en 1997). Récemment, D. Caubel (2006) a analysé les inégalités d’accès aux commerces et aux services liées aux processus ségrégatifs à l’œuvre dans l’agglomération lyonnaise, mais ce type de recherche reste isolé.

19C’est dans le domaine des inégalités scolaires que les effets de la ségrégation sont probablement les plus étudiés en France. Depuis une vingtaine d’années, la traduction de la ségrégation socio-spatiale en termes de ségrégation scolaire fait l’objet de travaux approfondis. Ces travaux analysent comment, dans un espace scolaire hiérarchisé, les divisions socio-spatiales se traduisent par des inégalités d’accès aux biens scolaires. La distribution de ces biens étant inégale, la ségrégation scolaire découle de la ségrégation urbaine et tend en même temps à la renforcer, du fait de la capacité de certains groupes à effectuer des choix très sélectifs, tant sur le plan scolaire que sur le plan résidentiel (Van Zanten, 1996 ; François, 2002 ; François et Poupeau, 2005 ; Oberti, 2005).

20Face aux situations de ségrégation, des politiques publiques ont été mises en place au niveau national et au niveau local. La mixité sociale apparaît bien souvent comme l’objectif affiché de politiques de diversification de la population, qu’il s’agit de tirer « vers le haut ». La lutte contre la ségrégation passe ainsi généralement par des stratégies de transformation sociale, voire par des stratégies plus ou moins explicites de gentrification (Rousseau, 2010), que des contributions au présent ouvrage mettent en évidence.

21Les quatre parties de l’ouvrage rendent compte de notre volonté de diver­sifier les approches autour des notions de ségrégation et de fragmentation que nous venons de décrire. Ainsi se mêlent des approches sociologiques et géographiques, avec des terrains de recherche variés (Europe, Amériques, Afrique) et une volonté constante de mêler la réflexion théorique aux travaux empiriques.

Conceptualiser et mesurer

22La première partie intitulée « Concepts et mesures » regroupe quatre textes complémentaires destinés d’une part à poser les jalons théoriques de l’ouvrage et, d’autre part, à mettre en évidence les difficultés statistiques auxquelles les chercheurs sont confrontés.

23Le texte de Pedro Vasconcelos fait un inventaire des concepts existants liés à la différenciation socio-spatiale en matière résidentielle et en propose une représentation schématique. Son propos se nourrit d’une insatisfaction à l’égard de l’usage du terme de ségrégation, qui convoie désormais trop de significations et qu’il propose de réserver à des situations où des populations sont effectivement mises et tenues à distance. D’une façon plus générale, Pedro Vasconcelos attire l’attention sur le problème de la transposition des concepts d’un contexte à l’autre, rappelant notamment l’hégémonie étatsunienne en la matière, les débats sur le terme de ghetto en étant une bonne illustration en France, tout comme le contresens possible sur la nature de la périphérisation au Brésil. De là à penser que les concepts ne sont pas transposables, il n’y a qu’un pas que l’auteur ne franchit pas, montrant en conclusion que certaines notions sont suffisamment consolidées pour pouvoir voyager.

24Jacques Rodriguez apporte sa pierre à l’édifice en se livrant à la réhabilitation de recherches menées au Royaume-Uni dès 1840. Dans des villes précocement touchées par l’industrialisation et la paupérisation, des chercheurs comme F. Engels, H. Mayhew et C. Booth ont posé les jalons d’une analyse sociologique de l’urbain. Cela passe d’abord par la description d’un patchwork urbain où se forment des isolats dans lesquels, pour les plus pauvres, « la structure de la ville produit les conditions d’un décrochage social durable », ce qui ne manque pas d’anticiper les fameux « effets de quartier » décrits supra. Cela se poursuit par la mise en évidence des traits d’une personnalité urbaine marquée, notamment pour les populations paupérisées, par des capacités d’adaptation et d’organisation dans un univers plus permissif et plus anonyme. Enfin, les enquêteurs sociaux, et principalement C. Booth, commencent à cartographier la ville, en pratiquant « une sorte d’épi­dé­moi­logie urbaine », qui permet notamment d’établir, dans les différents terri­toires, des corrélations entre des variables sociales et les conditions de vie (type de logement, situation sanitaire etc.). Jacques Rodriguez souligne ainsi que ces recherches, encore très méconnues, préfigurent largement celles que mènera ultérieurement l’École de Chicago.

25Jean-Michel Wachsberger s’intéresse pour sa part à la question de la mesure statistique comme outil de validation empirique des concepts. La mesure statistique n’est pas une preuve mais « l’étape d’un raisonnement ». Il rappelle que les choix de l’échelle (quartier, ville, agglomération) et du type d’indice (concentration, dissimilarité, etc.) portent déjà en eux-mêmes une forme de raisonnement et des hypothèses sous-jacentes. Les études de E. Maurin (2004) sur la ségrégation sont frappantes et illustrent un « ghetto français » parce qu’elles soulignent par exemple que, dans la moitié des petits voisinages qu’il observe, on ne retrouve aucun cadre. Mais ces petits voisinages ne regroupent que 30 à 40 logements adjacents, voisinages qui sont dilués dès qu’on passe à l’échelle des IRIS. De même, l’interprétation de l’évolution des indices ne va pas de soi comme en témoignent les débats sur la ségrégation des populations d’Asie du Sud à Bradford entre 1991 et 2001. La prise en compte des mobilités résidentielles, et, dans le cas de la mesure de la concentration des immigrés, celle de la seconde génération (qui n’est plus immigrée) change radicalement l’interprétation des chiffres de concentration des populations mais aussi des dynamiques de dé-ségrégation. L’auteur pose enfin des pistes qui permettraient de mesurer la fragmentation urbaine, notamment pour tenter d’évaluer la discontinuité (les différences de densité, les « trous » sur le territoire urbain, le temps passé dans chaque quartier etc.), chantier qui reste ouvert.

26En matière de mesure de la ségrégation, la prise en compte de la densité résidentielle est une donnée importante, l’espace disponible étant souvent le signe de la qualité résidentielle. Olivier Piron se livre à une analyse critique du discours de la ville dense, très en vogue aujourd’hui chez les chercheurs, les urbanistes et les élus locaux. Analysant des données INSEE récentes, il décrit les habitants de la ville dense : plutôt des cadres et professions intellectuelles supérieures, des étudiants et des immigrés. Comment y vivent-ils ? Dans des logements en général plus petits et avec moins de pièces, d’autant plus pour les populations immigrées. Le cas de l’agglomération parisienne est assez éclairant et l’auteur y voit une nette confirmation des analyses de S. Sassen (1991) sur la dualisation. Ces données lui permettent de souligner les impensés des poli­tiques de densification urbaine, encouragées par un discours porteur sur le développement durable et qui font peu de cas des habitants. Ces politiques sont vouées à l’échec, nous dit Olivier Piron, car les chiffres montrent une convergence vers une forme de densité pivot au-delà de laquelle la ville devient invivable. Pour l’auteur, il faut bien comprendre que « les habitants choi­sissent leur densité », soit en votant, soit en votant avec leurs pieds, soit en bloquant juridiquement les opérations d’urbanisme dégradant la qualité de vie en réduisant l’espace disponible. De plus, ces politiques sont socialement discriminantes, en reléguant les classes populaires en périphérie. Inutile donc de critiquer l’égoïsme des périurbains, lesquels ne font que s’adapter à des politiques publiques, favorables aux classes aisées, qui tendent à renchérir le coût des loyers et à diminuer la taille des logements.

Contextualiser

27La deuxième partie de l’ouvrage, « Contextes », expose, sur la base de travaux de terrains variés, la façon dont certaines catégories d’habitants – les favelados brésiliens, les jeunes cubains, les classes moyennes de Lima et les migrants mozambicains – vivent la métropole et s’adaptent, de manière à trouver leur place ou à résister aux assignations identitaires (Agier, 1999). Ce n’est pas un hasard que l’Afrique du Sud et l’Amérique latine soient au cœur des débats sur la ségrégation et la fragmentation urbaine : la première connaît aujourd’hui des recompositions socio-spatiales post-apartheid tandis que l’Amérique latine a longtemps accumulé les indices d’inégalité les plus forts au monde, le cas cubain faisant exception. Dans les pays où la transition démocratique s’est initialement accompagnée d’une augmentation des inégalités et des barrières sociales, les stratégies spatiales des groupes sociaux sont particulièrement révélatrices de l’état du « vivre ensemble ».

28Michael Chétry retrace l’émergence de la notion de fragmentation urbaine et son grand intérêt dans le contexte brésilien. Avec la fin des politiques publiques de relégation des pauvres en périphérie, d’un côté, et l’émergence de nouvelles formes urbanistiques (ensembles résidentiels et commerciaux exclusifs) de l’autre, la répartition socio-spatiale devient moins lisible, d’autant qu’on assiste à un vrai appauvrissement des anciens centres-villes. La fragmentation urbaine permet de rendre compte du caractère assez complexe de l’urbanisation à la brésilienne, dont les quartiers populaires ont été un moteur (notamment par les politiques de régularisation urbanistique des aires occupées de façon illégale). L’auteur reste cependant nuancé sur l’intérêt heuristique de la notion de fragmentation et tente d’illustrer ses réserves en s’appuyant sur l’exemple des favelas. D’un côté, la notion de fragmentation rend bien compte des discontinuités du territoire urbain dont les favelas de Rio de Janeiro, par leur grande visibilité dans l’espace carioca, peuvent témoigner. Cependant, la fragmentation tend à occulter le fait que les pratiques sociales et spatiales des habitants des favelas sont aujourd’hui très proches de celles d’autres quartiers. Que ce soit pour travailler, pour consom­mer, pour voir leurs amis ou pour se détendre, la plupart des habitants sortent de la favela. De même, de nombreuses favelas « ressemblent » à la ville formelle, avec la présence d’institutions publiques et de postes de santé. Dès lors, pour l’auteur, la notion de « fragments urbains » peine, pour les quartiers pauvres, à rendre compte du processus d’homogénéisation des pratiques urbaines.

29À Lima, c’est aux classes moyennes qu’Emilie Doré s’intéresse, dans la zone de Las Viñas, du district de La Molina. Dans cette zone en forte croissance démographique, les classes moyennes côtoient des classes populaires qui habitent à proximité et l’auteure s’interroge sur leur capacité à s’en distinguer et à construire une identité sociale spécifique. Or, le moins qu’on puisse dire est que cette identité est bien fragile. L’auteure montre en effet que le système de reconnaissance basé sur la proximité et l’interconnaissance qui s’était mis en place est aujourd’hui fragilisé. Celui-ci était fondé sur une « conjoncture précise » avec des éléments particuliers : faible densité de population, maisons individuelles et petits parcs favorisant les rencontres. Il s’appuyait aussi sur des systèmes de classements moraux pour définir ce qu’est un « bon voisin ». Avec l’arrivée des classes moyennes émergentes et la densification du lieu, ce système normatif s’effrite, d’autant que certains propriétaires louent eux-mêmes une partie de leur propriété à des personnes plus pauvres. Même les grilles ne font plus l’unanimité ! Finalement, Émilie Doré décrit une fluidification des relations sociales, dans lesquelles les supports territoriaux semblent moins importants qu’ils ne le furent, dessinant ainsi une ville qui se dé-ségrégue davantage qu’elle ne se fragmente.

30La Havane, décrite par Marie-Laure Geoffray, apparaît comme une métro­pole atypique, ville des Amériques où le régime castriste a mis en place un « nouvel ordre socio-spatial », inspiré de la ville socialiste, dans lequel l’auteure étudie « les relations d’interdépendance entre nouvel ordre social et nouvel ordre spatial ». Elle souligne qu’on y observe une terri­to­rialisation spécifique, très organisée administrativement, destinée à produire de l’uniformité. Départ des élites, disparition des commerces au profit des épiceries d’État, absence des publicités, obturation des fenêtres des grandes demeures… autant d’éléments qui limitent l’affichage de la différen­ciation sociale dans l’espace, d’autant que l’héritage de la révolution est mis en scène et que les Comités de défense de la révolution veillent au respect des normes à l’échelle du quartier. Après l’effondrement de l’URSS, la ville se transforme quelque peu, notamment avec la patri­mo­nia­li­sa­tion/mar­chandisation de l’ancien centre qui accueille les touristes. Marie-Laure Geoffray souligne que les récentes transformations fonctionnelles de l’orga­nisation de la ville liées à l’ou­verture à l’économie de marché, qui recréent des hiérarchies entre quartiers, provoquent des effets importants sur les pratiques sociales de l’espace. On assiste, notamment en périphérie, à l’émer­gence de formes de contestation artistiques (notamment les graffeurs) et politiques, tolérées dès lors qu’elles ne s’aventurent pas en centre-ville, vitrine du régime. La récente autorisation de reprise des transactions sur les logements pourrait bien accé­lérer le mouvement de transformation de l’espace urbain, car la flui­dification des transactions et des mobilités devrait mettre à mal le système d’organisation de l’espace qui était solidaire d’un très fort contrôle social au niveau du quartier.

31Pour clore cette partie, Dominique Vidal nous entraine à Johannesburg, métropole où certains font le constat du passage d’une organisation fordiste de la ville sur une base économique et politique (apartheid) à une ville fragmentée mais sans unité organique. Se gardant de trancher le débat, il privilégie une approche de sociologie des migrations, dans laquelle il trace le quotidien d’une expérience urbaine d’un groupe qui fait tout pour ne pas se définir en tant que tel, les migrants mozambicains. Pour ces « citadins interstitiels », tout l’enjeu semble résider dans le fait de passer inaperçu pour ne pas se faire repérer par la police et pour faciliter leur « projet d’accumuler le plus possible le plus vite possible » afin de rentrer au Mozambique. On ne peut donc pas observer de quartiers mozambicains, alors que d’autres nationalités se regroupent dans l’espace de la métropole. De même, Dominique Vidal souligne la faiblesse des liens communautaires et le peu d’intérêt pour le sort de ses compatriotes… Dès lors, que reste-t-il comme support de l’identité ? Bien peu de choses : un souci d’apparaître comme de « bons voisins » sur leur lieu de résidence, et de ne pas faire de vagues lorsqu’ils travaillent comme ambulants dans la rue. Groupe ethnique en creux, les migrants mozambicains se différencient par trois critères : ardeur au travail, probité et dénonciation du « tribalisme » des Noirs sud-africains. Face à la xénophobie de ces derniers, ils affirment leur singularité par leur individualisme et leur capacité à s’adapter à la métropole, qui constitue le support de leur identité quotidienne, mais pas le lieu où ils souhaitent demeurer.

Instituer

32La troisième partie, « L’impact des institutions », porte sur la façon dont les acteurs institutionnels mettent en œuvre des stratégies de régulation de la dynamique métropolitaine et sur les effets de cette régulation sur la ségrégation socio-spatiale. Dans un contexte de réagencement spatial, ou « rescaling » (Brenner, 2004) de l’action publique, les acteurs locaux utilisent des moyens variés pour attirer les investisseurs ou les populations désirables. Si les acteurs intervenant dans la dynamique métropolitaine sont désormais plus nombreux et si les intérêts privés interviennent davantage dans les décisions stratégiques, la palette des possibles reste cependant très large et dépend fortement de la capacité des territoires à tirer profit de leurs éventuels avantages spécifiques.

33Le texte d’Hugo Lefebvre, qui ouvre cette partie, tend à mettre en évidence les avatars des stratégies territoriales risquées. Il présente le cas de trois comtés, Merced, Stanislaus et San Joaquin, qui forment la « Northern San Joaquin Valley », à l’Est de la baie de San Francisco. Après une forte période de croissance démographique, les trois comtés connaissent aujourd’hui de grandes difficultés, qui s’expriment par l’importance des taux de saisie découlant de la crise des subprimes. Hugo Lefebvre montre que les comtés de cette région rurale ont tous joué la carte de l’immobilier pour attirer des travailleurs des alentours de San Francisco. Ils ont ainsi mis en place des stratégies de « moins disant fiscal » pour attirer les entrepreneurs du secteur de la construction, afin de bénéficier des revenus induits par l’arrivée de nouveaux habitants sus­ceptibles d’attirer à leur tour des entreprises (services, commerces etc.). L’absence de planification concertée dans ces confins de l’agglomération a entraîné un retour de bâton. Ces constructions étaient en effet destinées à des populations situées en bas de l’échelle sociale, lesquelles n’ont pas pu rembourser leurs emprunts lorsqu’a surgi la crise des subprimes. Résultat : un grand nombre de saisies immobilières, qui marque l’échec de la stratégie des comtés et qui augmente encore la relégation des territoires. L’auteur y voit une conséquence très nette de la fragmentation territoriale et administrative de la région, qui rend impossible une planification cohérente.

34Ana Maria Melo, de son côté, s’intéresse à la réception et à la mise en œuvre de la Planification Stratégique Urbaine (PSU) dans deux métropoles, Lille et Recife. Elle montre qu’au-delà d’un discours sur le fait que la PSU ne serait que l’application du modèle du marché en matière urbaine, sa mise en œuvre présente de fortes variantes selon la façon dont les acteurs locaux (élus et urbanistes en particulier) adaptent les recommandations stratégiques aux enjeux locaux. Ainsi, à Recife, on peut observer la mise en place d’une double échelle de planification urbaine : la première est l’échelle stratégique, qui fait la part belle aux grands projets urbains de la ville « formelle » ; la seconde est l’échelle participative, qui se maintient en dépit des variations électorales car il se révèle impossible de gouverner la ville en tournant le dos aux classes popu­laires, associées par le biais de dispositifs comme le budget participatif. En France, Lille apparaît comme pionnière en matière de course à la métro­polisation, en pariant sur l’ouverture internationale, notamment autour de l’emblématique opération Euralille. Dans cette ville restée populaire, ces politiques s’accompagnent également de dispositifs participatifs, qu’on peut lire comme un moyen de « mettre les formes » à l’égard des classes populaires, dans un climat d’importantes mutations urbaines. Dans les deux cas, si le positionnement stratégique semble porter ses fruits d’un point de vue économique, les deux métropoles peinent à contenir l’augmentation de la ségrégation socio-spatiale.

35Les deux derniers textes de cette partie s’intéressent à la métropole parisienne par le biais des politiques de (re)logement et nous donnent à voir des réalités bien différentes. Alors que Maud Le Hervet observe comment la ville de Paris tente de réguler l’explosion des prix immobiliers, Marianne Hérard s’intéresse à la façon dont les enjeux politiques et institutionnels se dessinent autour de la destruction d’un bidonville rom et d’un projet de relogement à Saint-Denis.

36Paris apparaît comme une ville où l’exclusivité sociale est de mise. Elle concentre les hauts loyers et les populations aisées (les cadres représentent à eux-seuls environ 43,7 % des actifs en 2006) alors que le taux de rotation du parc de logement social est très bas et que peu de constructions sont mises en chantier. Maud Le Hervet signale que la délégation des aides à la pierre et la mise en place de deux Programmes Locaux de l’Habitat sous les mandats Delanoë témoignent d’un certain volontarisme, notamment pour atteindre le seuil des 20 % de logements sociaux. Pour autant, elle souligne que la ville ne s’inscrit guère dans l’optique d’une gouvernance métropolitaine de l’habitat alors même qu’une gestion intra-muros n’a guère de sens dans une logique d’agglomération. Elle fait le diagnostic d’une fragmentation institutionnelle, que les rapports tendus entre l’État et la capitale n’ont pas arrangée.

37Cette fragmentation institutionnelle traverse également l’article de Marianne Hérard. Suite au démantèlement, en juillet 2010, du bidonville du Hanul, situé près du Stade de France et occupé par des Roms, se mettent en place des logiques bien distinctes. La mairie de Saint-Denis et l’inter­com­munalité de Plaine Commune optent pour un certain volontarisme en faveur d’un projet de relogement innovant, tandis que l’État, par le biais du Préfet, adopte d’abord une posture répressive, avant finalement de s’impliquer dans le projet en mettant un terrain à disposition. Au milieu de ces enjeux insti­tu­tionnels, l’auteure retrace les péripéties de la définition d’un projet de relogement pérenne entre les habitants des marges urbaines et les acteurs impliqués à leur côté (associations, architectes, sociologues, étudiants). Cet exemple « hors normes », de par sa situation géographique et le nombre d’acteurs impliqués, se révèle particulièrement instructif pour penser la ville contemporaine.

Contourner

38La dernière partie de l’ouvrage, « Acteurs et contournements », met l’accent sur la façon dont les acteurs réagissent aux mutations urbaines, s’y adaptent et y résistent. Les trois chapitres insistent sur les redéploiements des rapports sociaux qui s’opèrent dans des contextes de transformation urbaine – implantation de centres commerciaux, gentrification de quartiers, etc.

39Le chapitre de Paul Cary s’intéresse aux positions tranchées des chercheurs qui travaillent sur les malls, ces centres commerciaux en forte expansion, qui sont devenus un passage obligé dans la plupart des grands projets immobiliers contemporains. Les détracteurs des malls soulignent que leur émergence signe le déclin de l’espace public, l’avènement de non-lieux aliénants et le déve­loppement de la ségrégation spatiale, puisque certains malls ciblent les populations les plus aisées. D’autres chercheurs soulignent au contraire que les centres commerciaux ont fait l’objet d’une réelle appropriation par les classes populaires et qu’une certaine urbanité peut se lire dans ces lieux, notamment parce que les usagers en détournent les usages uniquement marchands. S’appuyant sur ses propres travaux de recherches, Paul Cary conclut à une ambivalence fondamentale, notamment dans les pays émergents : s’ils peuvent renforcer une certaine ségrégation socio-spatiale, les malls offrent également des supports concrets et symboliques d’émancipation, pour les classes populaires brésiliennes ou les femmes saoudiennes (Le Renard, 2011).

40Éric Marlière, de son côté, s’intéresse aux mutations du quartier des Grésillons, situé à Gennevilliers, au nord de Paris. Dans cet ancien quartier ouvrier, les transformations sont rapides depuis les années 1990. Après l’arrivée d’une ligne de métro et d’une station de RER, le site connaît ensuite de nombreuses transformations urbanistiques comme la mise en place d’une coulée verte, la rénovation de logements sociaux, l’émergence de pôles d’excellence universitaire. Les résultats se font rapidement sentir : augmentation du prix des loyers et transformation de la population résidente, avec la venue de classes intermédiaires pour lesquelles la proximité avec Paris hors de prix est un atout indéniable. Le tissu urbain se transforme en profondeur : c’est à la place de l’emblématique usine Chausson que se sont construits une nouvelle mosquée et des lotissements pavillonnaires. La saveur du chapitre d’Éric Marlière réside dans les descriptions de la transformation des relations sociales entre les nouvelles populations tertiaires et les anciens habitants, notamment les plus jeunes, lucides sur la transformation irrémédiable de leur quotidien. L’espace public permet de lire les gênes, les petites provocations, les subtiles mises à distance qui témoignent des transformations des rapports sociaux. Si la gentrification semble se faire de façon relativement apaisée, elle n’en est pas moins le signe d’une disparition de la culture ouvrière et populaire aux confins de Paris.

41C’est une situation relativement similaire que décrivent Samira Belbachir, Caroline Bert Délé, Clémence Bienvenu, Gaëlle Duchaussoy et Mohamed-Raouf Rahmania, auteurs d’une recherche action sur le quartier de Fives, à Lille. Cet ancien quartier ouvrier, dont une partie est classée Zone Urbaine Sensible, connaît aujourd’hui des transformations urbanistiques importantes, no­tamment liées à des rénovations de friches urbaines. Les auteurs anticipent une gentrification à venir, laquelle reste encore balbutiante au regard notamment des indicateurs sociaux. Dans une approche résolument ethnographique, ils s’interrogent sur la signification pratique de la mixité sociale, qui est un slogan au cœur des politiques lilloises. Si le quartier apparaît comme relativement mixte socialement, l’observation révèle un fort entre-soi, à la fois au sein d’ilots et de micro-quartiers mais aussi sur la base d’une agrégation communautaire (cafés turcs ou maghrébins). Ainsi, si la mixité sociale est valorisée dans les discours des acteurs sociaux locaux, sa mise en pratique reste limitée. Les nouveaux résidents, attirés par le différentiel de loyers et la proximité du centre de Lille, sont parfois pris dans des logiques d’évitement, en matière scolaire ou d’implication dans le quartier par exemple. Du côté des anciens habitants, l’attachement au quartier est plutôt lié au « capital d’autochtonie » et aux relations stabilisées de voisinage qui sont des supports identitaires. Pour les auteurs, si c’est dans la valorisation de ces savoirs et pratiques locales par les pouvoirs publics que réside la possibilité d’une mixité sociale apaisée, on peut néanmoins se demander si elle suffira à compenser les transformations sociales et spatiales liées à l’établissement de populations que les pouvoirs publics cherchent fortement à attirer.

Bibliographie

Agier M., 1999, L’invention de la ville : banlieues, townships, invasions et favelas, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Agier M., 2004, « La ville, la rue et le commencement de la politique », Multitudes, Paris, no 17, p. 139-146.

Augé M., 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil.

Augé M., 1994, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris Champs / Flammarion.

Authier J.Y., Bidou-Zachariasen C., 2008, « La question de la gentrification urbaine », Espaces et Sociétés, 132-133, p. 13-21.

Bacqué M.H., Fijalkow Y., 2006 « En attendant la gentrification » Sociétés contemporaines, 3, 63, p. 63-83.

Bacqué M.H., Fol S., 2007, « Effets de quartier : enjeux scientifiques et politiques de l’importation d’une controverse », in Authier J.Y., Bacqué M.H., Guérin-Pace F., (dir.), Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, La Découverte, p. 181-193.

Bénit-Gbaffou, C., Didier, S., Morange, 2008, « Communities, the Private Sector and the State. Contested Forms of Security Governance in Cape Town and Johannesburg », Urban Affairs Review, 43, p. 691-717.

Billard G. et al., 2011, Quartiers sécurisés : un nouveau défi pour la ville ? Paris, Carnets de l’info.

Brenner N., 2004, New States Spaces. Urban Governance and the Rescaling of Statehood, Oxford University Press, Oxford.

Brun J., Chauviré Y., 1983, « La ségrégation sociale, observations critiques sur la notion et essais de mesure à partir de l’exemple de Paris (1962-1975) », in D. Noin [(dir.)], Géographie sociale, Paris, p. 102-133.

Brun J., 1994, « Essai critique sur la notion de ségrégation et son usage en géographie urbaine », in Brun J., Rhein C. (dir.), La ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan, p. 21-57

Brun J., Rhein C., 1994, La ségrégation dans la ville, concepts et mesures, Paris, L’Harmattan.

Brun J., 2008, « La ségrégation urbaine : état de la question en France vers le début des années 1990 », in Jaillet M.C., Perrin E., Ménard F., (dir.), 2008, Diversité sociale, ségrégation urbaine, mixité, Éditions du PUCA, coll. « Recherche », p. 21-49.

Caubel D., 2006, Politiques de transports et accès à la ville pour tous ? Une méthode d’évaluation appliquée à l’agglomération lyonnaise, Thèse de doctorat, Université de Lyon II.

Castells M., 1996, La société en réseaux. L’ère de l’information, Paris, Fayard.

Charmes E., 2007, « Les péri-urbains sont-ils anti-urbains ? Les effets de la fragmentation communale », Annales de la Recherche Urbaine, 102, p. 7-18.

Chombart de Lauwe P.H., 1952, Paris et l’agglomération parisienne, Paris, PUF.

Davis M., 2006, Au-delà de Blade runner : Los Angeles et l’imagination du désastre, Paris, Allia.

Cousin B., 2008, Cadres d’entreprise et quartiers de refondation à Paris et Milan : contribution à l’analyse différenciée du rapport des classes supérieures à la mixité socio-spatiale et aux dynamiques d’auto-ségrégation, Thèse de doctorat en sociologie, EHESS / Science Po.

Dear M. J., 2000, The Postmodern Urban Condition, Oxford, Blackwell Publishers.

Donzelot J., 1984, L’invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Fayard.

Donzelot J., 2004, « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esprit, 303, p. 14-39.

Donzelot J., 2009, La ville à trois vitesses et autres essais, Paris, La Villette.

Ellen, I. E., Turner, M.A., 1997, « Does Neighborhood Matter? Assessing Recent Evidence », Housing Policy Debate, 8-4, p. 833-866.

Florida R., 2002, The Rise of the Creative Class : And How It’s Transforming. Work, Leisure, Community, and Everyday Life, New York, Basic Books.

François J.-C., 2002, « Évitement à l’entrée en sixième et division sociale de l’espace scolaire à Paris », L’espace géographique, 4, p. 307-327.

François J.-C., Poupeau F., 2005, « Le social et le spatial. Quelques perspectives critiques sur l’analyse de la ségrégation scolaire », Espace, Populations, Sociétés, 3, p. 367-384.

Friedmann J., 1986, “The World City Hypothesis”, Development and Change, 17, p. 69-83.

Goering, J., 2003, Choosing a Better Life? Evaluating the Moving to Opportunity Social Experiment, Washington, The Urban Institute Press.

Goux D., Maurin E., 2004, “Neighborhood Effects on Performance at School”, mimeo.

Gottmann J., 1961, Megalopolis. The Urbanized Northeastern Seaboard of the United States, The MIT Press.

Graham S. et Marvin, S., 2001, Splintering Urbanism : Networked Infrastructures, Technological Mobilities and the Urban Condition, London, New York, Routledge.

Grafmeyer Y., 1994, Sociologie urbaine, Paris, Nathan.

Halbert L., 2010, L’avantage métropolitain, Paris, PUF.

Harvey D., 2010, Géographie et capital. Vers un matérialisme historico-géographique, Paris, Syllepse.

Jouve, B., Lefèvre, C. (dir.), 2004, Horizons métropolitains, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romanes.

Kain, J., 1968, “Housing Segregation, Negro Employment and Metropolitan Decentralization”, Quarterly Journal of Economics, 82, p. 175-197.

Lapeyronnie D., 2008, Ghetto urbain, Paris, Robert Laffont.

Le Galès P., 2011, Le retour des villes européennes. Sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance, St Just la-Pendue, Les Presses de Science Po.

Le Goix R., 2005, “Gated Communities : Sprawl and Social Segregation in Southern California”, Housing Studies, 20, 2, p. 323-344.

Le Renard A., 2011, « Genre, classe, nationalité et accès des femmes aux espaces publics à Riyad », Sociétés contemporaines, 84, 4, p. 151-172.

Martuccelli D., 2010, La société singulariste, Paris, Armand Colin.

Maurin E., 2004, Le ghetto français. Enquête sur le séparatisme social, Paris, Seuil.

Michon P., 2008 « Le partenariat public-privé et la régénération urbaine. L’exemple des Docklands », Géocarrefour, Vol. 83/2., p. 119-128.

Navez-Bouchanine F. (dir.), 2002, La Fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, L’Harmattan.

Oberti M., 2005, « Différenciation sociale et scolaire du territoire : inégalités et configurations locales », Sociétés Contemporaines, 59-60, p. 13-42.

Pinçon-Charlot M., Préteceille E., Rendu P., 1986, Ségrégation urbaine. Classes sociales et équipements collectifs en région parisienne, Paris, Anthropos.

Pinçon-Charlot M., Pinçon M., 2009, Les Ghettos du Gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris, Payot.

Préteceille E., 1995, « Division sociale de l’espace et globalisation. Le cas de la métropole parisienne », Sociétés contemporaines, 22/23, p. 33-67.

Préteceille E., 2003, « Lieu de résidence et ségrégation sociale », Cahiers français, 314, p. 64-70.

Préteceille E., 2003, La division sociale de l’espace francilien. Typologie professionnelle et transformation de l’espace résidentiel, rapport de l’Observatoire Sociologique du Changement, Fondation Nationale de Sciences Politiques/CNRS.

Préteceille E., 2006, « La ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? La métropole parisienne entre polarisation et mixité », Sociétés contemporaines, 62, p. 69-93.

Prévôt-Schapira, M.F., 1999, « Amérique latine : la ville fragmentée », Esprit, 258, p. 128-144.

Robin R., 2009, Mégapolis : les derniers pas du flâneur, Paris, Stock.

Rose D., Seguin A.-M., 2007, « Les débats sur les effets de quartier : que nous apprennent les approches centrées sur les réseaux sociaux et le capital social ? », in Authier J.-Y., Bacqué M.-H., Guérin-Pace F. (dir.), Le quartier : enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, p. 217-228.

Rousseau, M., 2010, « Re-imaging the City Centre for the Middle-Classes : Regeneration, Gentrification and Symbolic Policies in ‘Loser Cities’ », International Journal of Urban and Regional Research, 33.3, p. 770-788.

Saint-Julien T., Le Goix R., 2007, La Métropole Parisienne. Centralités, Inégalités. Proximités, Paris, Belin, Coll. « Mappemonde ».

Santos M., 1990, Metrópole corporativa fragmentada : o caso de São Paulo. São Paulo, Nobel.

Sassen S., 1991, The Global City : New York, Londres, Tokyo, Princeton University Press, Princeton.

Smith N., 2003, « La gentrification généralisée : d’une anomalie locale à la « régénération » urbaine comme stratégie urbaine globale » in Bidou-Zachariasen C. (dir.), Retours en ville, Paris, Descartes & Cie, p. 45-72.

Sorkin M. (dir.), 1992, Variations on a Theme Park. The New American City and the End of Public Space. New York, Hill and Wang.

Stébé J.M., Marchal H., 2007, Sociologie urbaine, Paris, PUF.

Tabard N., 1987, « Espace et classes sociales », in Insee, Données sociales, p. 304-310.

Van Zanten A., 1996, « Fabrication et effets de la ségrégation scolaire », in Paugam S. (dir.), L’exclusion. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 281-294.

Vieillard Baron H., 1996, Les banlieues françaises ou le ghetto impossible, Paris, Éditions de l’aube.

Wacquant L., 2006, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte.

Wenglenski S., 2004, « Une mesure des disparités sociales d’accessibilité au marché de l’emploi en Île-de-France », Revue d’économie régionale et urbaine, 4, p. 539-550.

Wirth L., 2006, Le ghetto, Grenoble, PUG.

Notes

1 Certains des textes de l’ouvrage ont d’abord été présentés sous forme de contribution orale lors d’une journée d’études « Métropoles, ségrégation, fragmentation », organisée à l’Université Lille 3 le 11 octobre 2011 par le Centre de recherche « Individus, Epreuves, Sociétés » (CeRIES). Quatre autres contributions à cette journée d’études ont fait l’objet du numéro spécial « Métropoles, ségrégation, fragmentation » de la revue Géographie économie société, sorti fin 2012 et coordonné par Paul Cary et Sylvie Fol.

2 Question qui traverse encore les manuels de sociologie urbaine : Grafmeyer (1994), Stébé et Marchal (2007).

3 Ainsi certaines villes africaines ou asiatiques dépassent le million d’habitants sans pour autant concentrer les avantages métropolitains (infrastructures, concentration des pouvoirs etc.), à l’inverse de Francfort et ses 700 000 habitants.

4 Le titre de l’article étant « La ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? ».

5 La définition idéal-typique de Wacquant est très claire : « une constellation sociospatiale bornée, racialement et/ou culturellement uniforme, fondée sur la relégation forcée d’une population stigmatisée (…) dans un territoire réservé, territoire au sein duquel cette population développe un ensemble d’institutions propres » (Wacquant, 2006, p. 54).

6 « Il est aussi un lieu où cette population a fini par fabriquer des modes de vie particuliers, des visions du monde organisées autour de valeurs qui lui sont propres, bref une forme d’organisation sociale qui lui permet de faire face aux difficultés sociales et d’affronter les blessures infligées par la société » (Lapeyronnie, 2008, p. 11). 

7 L’un des programmes expérimentaux les plus importants mis en place aux États-Unis dans le cadre des politiques de déségrégation se nomme « Moving to Opportunity ».

8 En France, on peut évoquer les travaux de Sandrine Wenglenski (2004), qui mesurent les effets des divisions socio-spatiales sur les inégalités d’accès au marché de l’emploi en Ile-de-France.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540