Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique de l’indépendance

 | 
Bastien François
, 
Antoine Vauchez

Partie I. L'entrée en politique de l'indépendance

L’indépendance dans les discours sur la justice en France : énigme et double jeu

Isabelle Boucobza

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme l’indique l’introduction générale de cet ouvrage, l’univers judiciaire est de longue date un terrain de prédilection pour l’indépendance. Un juge qui ne serait pas indépendant des parties aux procès, plus largement de certaines puissances privées ou encore du pouvoir politique suscite immédiatement la méfiance. Surtout, que l’on soit en période normale, ou comme récemment en état d’urgence, si le pouvoir lui-même est susceptible d’être à l’origine de violations des droits et libertés, comment croire qu’un juge dépendant de lui sera en mesure d’en sanctionner les atteintes ? La suspicion de partialité, en l’absence de garanties d’indépendance suffisantes, s’impose comme une évidence. Ce soupçon occupe régulièrement le débat politique et juridique sous la Ve République avec plus ou moins d’intensité, en fonction du contexte et du caractère plus ou moins sensibles des « affaires » en cause.

Précisons avant d’aller plus loin l’angle d’observation adopté dans le cadre de ce chapitre...

Auteur

Professeure de droit à l’Université Paris-Ouest-Nanterre (CREDOF-CTAD)

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540