Version classiqueVersion mobile

La franc-maçonnerie et la crise boulangiste (1886-1891)

 | 
Julien Rycx

Notices biographiques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ces notices ont été réalisées à l’aide du Fonds maçonnique, des notices biographiques et des ouvrages spécialisés mentionnés dans la bibliographie.

ANDRIEUX Louis (1840-1931) (Boulangiste)

Avocat à Lyon, préfet de police de Paris (1879-1881), il fonde le journal La Ligue (1884-1886).

Élu député du Rhône en 1876 puis des Basses-Alpes en 1885, il est battu en 1889.

Républicain opportuniste, il se rapproche du radicalisme.

Initié au sein de la loge Le Parfait Silence de Lyon en 1863, il est exclu du Grand Orient en 1885.

BENOÎT-LÉVY Edmond (1858-1927)

Avocat à la cour d’appel de Paris, il se pose comme un ardent antiboulangiste. Maçon actif et militant, conférencier bénévole pour la Ligue de l’enseignement depuis 1885 et membre de la Société nationale des conférences populaires (fondée en 1890), il a été sensibilisé aux conditions de vie difficiles des jeunes artistes par son frère, le peintre Jules Benoît-Lévy. En avril 1894, il crée la Société populaire des Beaux-Arts avec le double objecti...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search