Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La franc-maçonnerie et la crise boulangiste (1886-1891)

 | 
Julien Rycx

Chapitre 1. La maçonnerie à la veille du boulangisme

« Les mondes maçonniques » dans une société en mutation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Fidèlement représenté, dans le roman de Jules Romains Les hommes de bonne volonté (1932-1946), sous les traits du franc-maçon Lengnau, c’est probablement à travers la pensée du maçon Oswald Wirth1 que s’exprime le mieux la vision que la maçonnerie a d’elle-même, de son organisation et de ses idéaux, de sa place dans la société comme de son rôle dans la destinée de celle-ci, en cette fin de XIXe siècle : « Je me contenterai donc pour le moment d’attirer votre attention sur l’importance capitale de la mission qu’aurait à remplir dans notre démocratie française une association puissante constituée en vue d’une action analogue à celle des fameux clubs de la Révolution […] Puisse-t-elle [la franc-maçonnerie] en comprendre toute l’importance, en mesurer l’étendue et se mettre à l’œuvre avec une confiance inébranlable dans les destinées glorieuses que l’avenir réserve à notre sublime institution »2. Sublime et puissante, la maçonnerie présiderait aux destinées de la nation et se définirait...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540