Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrire et faire écrire dans l’enseignement postobligatoire

 | 
Maurice Niwese
, 
Jacqueline Lafont-Terranova
, 
Martine Jaubert

En guise d’épilogue. Former à l’enseignement de l’écriture

Former les enseignants du primaire à l’écriture : qu’en est-il en Belgique francophone, en France, au Québec et en Suisse romande ?

Christiane Blaser, Didier Colin, Stéphane Colognesi et Roxane Gagnon

Résumé

Issue d’une table ronde organisée dans le cadre du colloque, dont cet ouvrage est une des valorisations, cette contribution dresse un rapide panorama de la formation des enseignants du primaire à l’écriture en Belgique francophone, en France, au Québec et en Suisse romande. Notre ambition, dans le cadre de cette présentation, est de mettre au jour la manière dont les futurs enseignants du primaire sont formés à l’écriture dans les quatre territoires et de contraster, d’un endroit à un autre, le cadre institutionnel, la structure, les acteurs et les objets de la formation. Quelles sont les similarités et les divergences marquantes observées dans les curriculums ? Quelles sont les lignes de conduite adoptées pour permettre aux futurs enseignants non seulement de pouvoir utiliser l’écriture dans les différentes disciplines qu’ils seront amenés à enseigner, mais aussi de l’enseigner dans le cadre de la classe de français ?

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le cadre d’une table ronde organisée dans le colloque, la commande était de dresser un rapide panorama de la formation des enseignants du primaire à l’écriture en Belgique francophone, en France, au Québec et en Suisse romande. Ces quatre entités géographiques, où l’on parle le français, n’ont pas le même statut : pays, province, région, fédération. La première difficulté de notre travail a été de choisir le terme qui désigne cette réalité. Bien que nous ayons conscience que la délimitation du territoire (région, province, pays) ne correspond pas toujours à celle de la zone linguistique1, nous avons opté pour le terme « territoire ». La deuxième difficulté a été de passer d’une table ronde où chacun s’exprime à son tour quelques minutes à la rédaction d’un texte collectif. Nous avons tenté d’élaborer cet article en relevant les défis qu’une telle tâche d’écriture représente.

Notre ambition, dans le cadre de cette contribution, est de mettre au jour la manière dont les futurs ens...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540