Version classiqueVersion mobile

Les territoires vécus de l’intervention sociale

 | 
Maryse Bresson
, 
Fabrice Colomb
, 
Jean-François Gaspar

Deuxième partie : Tensions et concurrences entre professionnels pour la définition et l’occupation du territoire

Chapitre 7. Les territoires vécus des travailleurs sociaux

Jean-François Gaspar

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le lieu, topos, peut être défini absolument, comme l’endroit où une chose ou un agent « a lieu », existe, bref, comme localisation, ou, relationnellement, topologiquement, comme une position, un rang dans un ordre1. Pierre Bourdieu.

Introduction

Notion polysémique et ambiguë, « le territoire » renvoie, pour les travailleurs sociaux, tantôt à des éléments de géographie sociale, tantôt à des divisions politiques, tantôt à des contraintes perçues comme « bureaucratiques », tantôt aussi à des éléments plus abstraits dotés d’une plus-value symbolique.

Comment les travailleurs sociaux vivent-ils les territoires sur lesquels ils interviennent et où, parfois, ils vivent ? Le territoire est-il perçu comme une contrainte, une pesanteur à l’instar de ces tâches (comme, les tâches administratives) les « empêch[ant] d’accomplir leur travail comme il conviendrait »2 ? Est-il vécu comme un « lieu d’ancrage » entretenant un « sentiment d’appartenance »3, voire un espace de reconnaissance de ce qu’ils ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search