Version classiqueVersion mobile

Les belles infidèles

 | 
Georges Mounin

Préface

Michel Ballard et Lieven D’hulst

Texte intégral

  • 1 Georges Mounin, Les problèmes théoriques de la traduction, Paris, Gallimard, 1963.
  • 2 Maurice Pergnier, Les fondements sociolinguistiques de la traduction [1re ed. 1978], édition remani (...)

1Georges Mounin est décédé le 10 janvier 1993 à l’âge de 83 ans. On a de la peine à utiliser le terme « disparu » pour parler de l’événement tant la présence de celui qui a été un véritable « Maître » demeure forte. Il laisse derrière lui une œuvre immense, qui touche à des domaines aussi divers que la poésie, l’histoire, la linguistique et la traductologie ; œuvre sur laquelle on n’a pas fini de revenir pour la commenter et l’invoquer, et au centre de laquelle on trouve l’homme et son rapport au langage. Cependant, il est indéniable que pour beaucoup, il demeurera le fondateur de la traductologie française avec sa thèse publiée chez Gallimard sous le titre de Problèmes théoriques de la traduction1. L’un des plus beaux hommages qui lui ait été rendu est sans doute celui de Maurice Pergnier dans Les fondements sociolinguistiques de la traduction2 :

L’histoire des rapports entre la linguistique et la théorie de la traduction est marquée, notamment, par l’ouvrage de Georges Mounin sur Les problèmes théoriques de la traduction ; ouvrage, qui par son ampleur et sa nouveauté, a fait date et a définitivement changé l’optique dans laquelle les problèmes linguistiques de la traduction ont été depuis lors abordés. Non pas qu’avant cet ouvrage les problèmes de la traduction n’aient pas été abordés à la lumière de théories linguistiques, ni que les linguistes s’en soient désintéressés. Mais pour la première fois, étaient rassemblées en un même ouvrage, en une synthèse impressionnante, les connaissances élaborées sur les langues les plus diverses, par plusieurs générations de linguistes, philosophes, anthropologues, de Humboldt à Martinet, de Bloomfield et Saussure aux écoles linguistiques les plus récentes, en passant par Hjelmslev, Trier et de nombreux autres. L’ouvrage de G. Mounin établissait de manière définitive, par la comparaison de nombreuses données empruntées aux langues disparues aussi bien qu’aux langues vivantes, la non-coïncidence des univers linguistiques avec l’univers tout court. Il mettait en évidence, en s’appuyant sur ces travaux, l’obstacle apparemment insurmontable auquel se heurtait la traduction.
Pergnier, 1993, 79-80.

2Cet « obstacle apparemment insurmontable », Mounin en avait déjà traité de manière plus simple mais non moins efficace dans un petit ouvrage devenu introuvable mais que l’on s’accorde à considérer comme un classique.

  • 3 Roger Zuber, Les « Belles Infidèles » et la formation du goût classique : Perrot d’Ablancourt et Gu (...)

3Les Belles Infidèles est un titré qui peut paraître trompeur car cet essai ne traite pas spécifiquement de ce type de traduction qu’on vit fleurir au xviie siècle en France et dont le promoteur le plus zélé fut Perrot d’Ablancourt. Ce genre a été étudié de façon magistrale par Roger Zuber dans sa thèse : Les « Belles Infidèles » et la formation du goût classique3. Que sont Les Belles Infidèles alors ? D’après les propres termes de l’auteur « une Défense et illustration de l’art de traduire », une entreprise pour combattre « cette maladie qui paralyse les traducteurs eux-mêmes avant d’avoir commencé leur tâche : la conviction séculaire qu’ils entreprennent une tâche théoriquement impossible » (p. 101). Un coup d’œil à la table des matières confirme cet objectif : le chapitre premier s’intitule « la traduction est-elle possible ? », le second lui répond : « la traduction est possible », le troisième examine les manières de traduire. Les problèmes théoriques vont en fait revenir de façon beaucoup plus scientifique, avec l’aide des acquis de la réflexion linguistique sur ce qui dans la nature et la diversité des langues semble faire obstacle à la traduction. Ce qui disparaît dans Les problèmes théoriques, ce sont les considérations sur la diversité des façons de traduire et les références à l’histoire. Dans Les problèmes théoriques, qui est incontestablement un ouvrage fondateur par sa démarche, Georges Mounin rompt pour ainsi dire avec l’histoire :

Les noms de Cicéron, d’Horace…, de Croce, de Gide, ébauchent à peine la bibliographie des écrivains, qui, presque toujours à propos d’autre chose, ont donné leur opinion sur la traduction. Mais, dans les cas les meilleurs, ils proposent ou codifient des impressions générales, des intuitions personnelles, des inventaires d’expériences, et des recettes artisanales. En rassemblant, chacun selon son gré, toute cette matière, on obtient un empirisme de la traduction, jamais négligeable, certes mais un empirisme.
Mounin, 1963, 11-12.

  • 4 G. Mounin, Teoria e storia della traduzione, Turin, Einaudi, 1965.
  • 5 G. Mounin, Die Übersetzung. Geschichte, Theorie, Anwendung, Munich, Nymphenbürger Verlag, 1967.

4Il faudra attendre 1965, avec la publication de deux ouvrages à l’étranger Teoria e storia della traduzione4 et Theorie und Geschichte der Übersetzung5, pour que Georges Mounin réintègre l’histoire dans un livre traitant de traduction sous un angle général et théorique.

5Pour l’anecdote, mais elle n’est pas sans intérêt en l’occurrence, le titre Les Belles Infidèles fut donné par l’éditeur Jean Ballard qui animait les Cahiers du Sud, on imagine aisément pour quelles raisons : il est séduisant et parle bien plus au cœur et à l’imagination que « Défense et illustration de l’art de traduire » ou tout autre titre plus fidèle à l’intention de l’essai. On ne saurait en vouloir à ce baptême car il rend justice à bien des qualités de l’ouvrage qui sont celles que l’on retrouve dans toutes les productions de Mounin, même les plus austères d’apparence : l’art de communiquer le savoir avec grâce, avec simplicité. Le sérieux est là, les sources, les références, la rigueur dans la démonstration, mais mêlés au charme que confère la culture littéraire, là où la traduction puise l’une de ses raisons d’être, les autres étant la réalité économique, les échanges commerciaux ou les relations diplomatiques, et, de manière générale, le besoin de communiquer.

*

6Une réédition de cet essai célèbre, plus célèbre que vraiment lu, s’imposait pour diverses raisons. Introuvables, Les Belles Infidèles ont été en France la première tentative historique de quelque envergure pour comprendre dans leur continuité logique et chronologique les méthodes et conceptions de la traduction. Elles sont aussi la première contribution de Georges Mounin à une discipline dont la paternité française lui revient à juste titre. A ces motifs se joint l’intérêt croissant pour l’histoire des pratiques et des théories, intérêt qui suffirait sans doute à rendre à ce texte une nouvelle actualité. Toutefois, ne confondons pas celle-ci avec la curiosité banale qui attire vers les grands monuments du passé les regards respectueusement distants ou vaguement admiratifs des praticiens, historiens et théoriciens de la traduction. Au demeurant, Les Belles Infidèles ne recèlent pas des savoirs oubliés. Si nous offrons ce texte près de quarante ans après sa première parution, c’est enfin parce qu’il propose une attitude rétrospective qui fait trop défaut à la traductologie contemporaine, et qui peut donner à méditer tant aux traducteurs qu’aux théoriciens et historiens d’aujourd’hui.

7Cet essai est d’abord un témoignage sans vergogne pour la traduction possible et créatrice, voire un plaidoyer, mais un plaidoyer richement documenté, et remarquablement construit selon le mode d’une progression réflexive qui épouse toutes les sinuosités d’une interrogation séculaire, tour à tour sceptique, hésitante, rarement confiante ou exaltée. Solidement établi sur une observation de traducteur et de lecteur de traductions plutôt que de théoricien, l’argument de Mounin saisit dans leur caractère immédiat les perceptions variables et souvent contradictoires qu’ont eues les traducteurs de leur tâche. Mais il dépasse aussi ces perceptions en en montrant avec une grande sûreté les enjeux et les conséquences. S’ouvre ainsi un vaste champ de possibles où les traducteurs trouveront toujours ample moisson d’exemples et de méthodes.

8Loin d’être un traité, ni à plus forte raison une théorie au sens moderne et austère du mot, Les Belles Infidèles réfléchissent dans un bel effort de synthèse, dont la minceur ne doit pas cacher la densité, les expériences d’un long cortège de traducteurs. Pour l’historien, cet essai occupera une place de choix parmi ceux qui ont aidé à constituer ce qu’on pourrait appeler une « culture » de la traduction, où s’accumulent et s’expliquent, sous des éclairages variés et contrastés, d’innombrables expériences et recherches traductives . De celles-ci, Mounin nous présente un éventail dans des analyses fines et toujours stimulantes comme celles de l’image verbale ou des moyens phonétiques. S’en dégagent aussi les lignes de force d’une pensée qui leur est ajustée au plus près par les traducteurs eux-mêmes. Cette histoire est faite d’équilibres fragiles, Mounin souligne avec raison leur importance sociale et esthétique.

9Au-delà, le mérite des Belles Infidèles est aussi d’établir une alliance étroite entre les préoccupations théoriques, et corrélativement, de mettre en évidence la nature historique de toute investigation théorique : une leçon de modestie s’y dissimule pour le chercheur. Cette inscription de la réflexion traductologique dans l’histoire n’est-elle pas particulièrement souhaitable à une époque où la multiplication des démarches théoriques rend difficile sinon utopique la foi en l’unité de la discipline ? Il est vrai que cette multiplication risque d’affaiblir la conscience de l’histoire même de la traductologie, telle qu’elle s’est développée au cours de la seconde moitié de notre siècle. C’est pourtant à l’histoire qu’incombera la lourde tâche de faire le point sur cette période d’expansion fulgurante, et d’y démêler les progrès réels et les simples reformulations.

10Que Georges Mounin réunît en lui les vertus de l’historien et du théoricien n’est pas la moindre raison pour qualifier Les Belles Infidèles d’œuvre magistrale, c’est-à-dire l’œuvre d’un maître.

*

Note sur le texte : nous respectons les graphies et la mise en page de l’original à l’exception des citations longues que nous donnons en retrait.

11Les Directeurs de collection

Notes

1 Georges Mounin, Les problèmes théoriques de la traduction, Paris, Gallimard, 1963.

2 Maurice Pergnier, Les fondements sociolinguistiques de la traduction [1re ed. 1978], édition remaniée, Lille, P.U.L., 1993.

3 Roger Zuber, Les « Belles Infidèles » et la formation du goût classique : Perrot d’Ablancourt et Guez de Balzac, Paris, Colin, 1968.

4 G. Mounin, Teoria e storia della traduzione, Turin, Einaudi, 1965.

5 G. Mounin, Die Übersetzung. Geschichte, Theorie, Anwendung, Munich, Nymphenbürger Verlag, 1967.

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search