Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre XVII. Boulogne depuis 2000

Bruno Bethouart

Texte intégral

1En 1996, à la mort de Jean Muselet, récemment réélu, Boulogne sort d’une période faite de rebondissements ; Guy Lengagne, alors socialiste dissident, aidé de Frédéric Cuvillier reprend la direction de la municipalité et reconstruit un consensus à gauche. Une stabilité politique s’installe avec l’ancien secrétaire d’État à la mer en mairie jusqu’en 2002 et à la Communauté d’agglomération du Boulonnais jusqu’en 2008. Frédéric Cuvillier, son disciple, son élève, en lui succédant dans chaque poste s’inscrit dans la même logique politique. Les difficultés dues au contexte général et à des faiblesses internes conjoncturelles ou structurelles n’ont pas pour autant disparu tant au niveau économique que social dans les principaux secteurs d’activités du premier port de pêche français. Pourtant, les atouts de la ville demeurent importants : ils s’appuient sur la vocation ancienne de cette ville d’Art et d’Histoire mais aussi sur des innovations technologiques, sur une volonté politique clairement affirmée d’aménagement urbain et de volontarisme social. Après avoir souligné les principales orientations des mandats municipaux du maître et de son disciple appelés à de hautes responsabilités nationales et avoir mesuré l’impact et l’emprise des problèmes qui continuent de se poser, l’analyse des atouts devrait permettre de mesurer les opportunités dont disposent la ville et son agglomération dans un contexte régional en reconfiguration et une conjoncture générale incertaine.

1) Retour à la stabilité politique

2En 1996, la cité de Godefroy de Bouillon revient dans le giron de la gauche comme de nombreuses villes de la région : seize ans plus tard, en 2012, François Hollande recueille 62 % des suffrages exprimés contre 38 % à Nicolas Sarkozy avec une participation électorale de près de 77 %. De même aux législatives, Guy Lengagne en 2002 puis Frédéric Cuvillier en 2007 et en 2012 sortent largement vainqueurs des confrontations avec Jean-Pierre Pont, Annick Valla de l’UMP et Laurent Feutry, le maire du Portel sans étiquette politique. Aux régionales de 2004 et 2010, la liste conduite par Daniel Percheron obtient dans la ville près de 60 % des suffrages alors que Frédéric Cuvillier l’emporte dans le canton du Portel en 2007 de même que Jean-Claude Étienne en 2011. Tous les autres cantons boulonnais sont tenus par des élus socialistes.

3Secrétaire d’État auprès du ministre des Transports, chargé de la Mer de 1983 à 1986, Guy Lengagne, battu par Jean Muselet en 1989, parvient à regagner la mairie en 1996. Il doit faire face, dans un premier temps, à une opposition du groupe des forces de gauche emmenée par Dominique Dupilet. Le départ le 19 décembre 1997 de M. Duflos entraîne l’arrivée de Bernard Caron, vice-président du Conseil régional ; Claude Allan est désormais le président de ce groupe d’opposition de gauche. Le 18 octobre 1998, Guy Lengagne, après avoir démissionné, est élu maire, sur proposition de Frédéric Cuvillier par 22 voix pour et 21 bulletins blancs. Le premier adjoint est désormais Hervé Hénon et le second Frédéric Cuvillier lui-même. Le projet de transformation du district en communauté urbaine, souhaité par Guy Lengagne, notamment au niveau des moyens financiers, est alors refusé par les instances ministérielles : il lui faut attendre 2000 pour être le premier président de la Communauté d’agglomération du Boulonnais.

4Parmi ses principaux objectifs municipaux figure en premier lieu le redressement financier. Dès le 5 mars 1997, il confie : « je n’ai jamais caché que la situation financière de la ville était préoccupante lorsque je me trouvais sur les bancs de l’opposition et je m’aperçois que mes craintes étaient, hélas, fondées. Il nous faut maintenant reconstituer l’épargne disponible qui est négative… L’on emprunte pour rembourser les emprunts ». Guy Lengagne décide donc de réduire les investissements et d’augmenter les impôts directs de près de 11 % pour revenir à un autofinancement plus important. L’opposition de gauche souligne par la voix de M. Duflos, « une gestion hasardeuse déjà ancienne ». La situation, au fil des années, s’améliore : le 29 mars 2001, lors de l’élection du nouveau maire, Guy Lengagne obtient 33 voix sur les 43. Il en profite pour réaffirmer le pouvoir du maire : « lui seul est le chef de l’Administration municipale. Il est libre de ne conférer aucune délégation ou de n’en conférer qu’à certains adjoints ». Il annonce les projets : « Il y a d’abord le Grand Projet de Ville qui touchera pratiquement tous les quartiers de la ville : le Chemin Vert, le Centre, Damrémont » auquel il ajoute le contrat de plan pour le port de Boulogne, la lutte contre le chômage. Un dernier point lui semble fondamental : la communauté d’agglomération. De plus en plus de dossiers sont étudiés à ce niveau. La situation n’est cependant pas facile : « plus de 50 % de notre population ne paient pas la taxe d’habitation et la taxe foncière. En outre, 71 % des Boulonnais ne paient pas d’impôt sur le revenu, la moyenne nationale étant de 50 % ».

Guy Lengagne, président de la Communauté d’agglomération du Boulonnais, le 15.04.2004.

Guy Lengagne, président de la Communauté d’agglomération du Boulonnais, le 15.04.2004.

Maire de Boulogne-sur-Mer de 1977 à 1989 et de 1996 à 2002.

© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

5Le redressement financier s’opère même si la ville devient, selon l’opposant Bernard Fiolet, en mars 1998 « la commune de plus de 10 000 h la plus taxée du Pas-de-Calais » avec une contribution pour l’habitation de 26,30 %, contre 23,36 pour Calais et 23,41 pour Saint-Omer. Frédéric Cuvillier enregistre « avec satisfaction le retour à l’investissement ». Claude Couquet, en charge du budget, souligne « la maîtrise de la fiscalité directe locale » qui passe de 11 % en 1996 à 9 % en 1997 et 3,3 % en 1998. Le 16 octobre 2000, le ministère donne son accord au Grand projet de Ville qui concerne trois sites : le Chemin Vert, le Centre-Ville et le quartier Damrémont. Frédéric Cuvillier, en charge du dossier, rappelle la structure : « nous aurons un directeur du GPV recommandé par le ministre de la Ville à la tête d’une équipe d’animation, lieu de discussion avec les autres collectivités publiques (CAB, communes) ou privées (SA HLM, Logis 62) ». Selon lui, « seuls 50 sites ont été retenus en France. Boulogne en est, et, renseignement pris, nous sommes dans le peloton de tête ». Claude Couquet, en novembre 2001, annonce que « l’endettement rapporté à l’épargne brute exprimé en années est de 5,5 pour Boulogne, 7,9 pour la moyenne nationale, 7,5 pour les villes de plus de 10 000 h dans la région Nord Pas-de-Calais ».

6Le 24 novembre 2002, Hervé Hénon, au nom du groupe majoritaire, présente la candidature de Frédéric Cuvillier au poste majoral. Sur 43 votants, celui-ci obtient 34 voix. Guy Lengagne justifie son départ puisque « la famille à laquelle j’ai toujours considéré que j’appartenais est réunie ». Il estime ensuite que Frédéric Cuvillier, « un Boulonnais de souche comme [lui] », a montré son savoir faire. Depuis près de dix ans, « il a été un compagnon de combat » en tant qu’assistant parlementaire, en charge d’un dossier extrêmement lourd, celui du logement. Il souligne les qualités intellectuelles de son disciple qui « a passé la même année deux maîtrises de droit, l’une en droit public, l’autre en droit privé et ceci avec mentions en travaillant 50 h par semaine avec [lui] ». Après avoir soutenu un DEA, il passe sa thèse à Paris sur « la moralisation des financements politiques depuis les lois de 1988 » ; ayant obtenu une mention très honorable avec félicitations exceptionnelles du jury, il devient maître de conférences en droit à l’université d’Artois puis à l’ULCO. Guy Lengagne, toujours président de la CAB, termine son propos en se permettant de lui rappeler le conseil d’Henri Henneguelle : « dis toujours non, il sera toujours temps de dire oui après ».

Frédéric Cuvillier, maire de Boulogne-sur-Mer de 2002 à 2012 et depuis 2014.

Frédéric Cuvillier, maire de Boulogne-sur-Mer de 2002 à 2012 et depuis 2014.

© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

7C’est donc un homme de 33 ans qui se retrouve aux commandes de la collectivité : Frédéric Cuvillier manifeste d’abord « un instant d’humilité devant l’immensité de la charge ». Il remercie Guy Lengagne, l’homme qui a marqué son destin : « dès mon plus jeune âge, vous l’avez su, vous m’avez influencé sans même me connaître, j’avais votre photo dans Vivre à Boulogne ». Né dans le premier port de pêche de France le 9 décembre 1968, ayant quitté sa ville pour suivre ses parents en Mayenne, Frédéric Cuvillier reconnaît sa dette : « Vous m’avez appris la valeur du travail, de ne jamais abandonner, de ne jamais laisser le sac à terre ». Lors du temps de l’épreuve politique qui début en 1989, où il accompagne Guy Lengagne exclu du PS, il avait fait la promesse « de rester fidèle, fidèle à votre travail, à votre mission, et surtout à l’homme ». Il veut donc s’inscrire dans le droit fil de son maître en politique. Le 17 mars 2002, il rappelle les priorités : un effort dans la qualité patrimoniale et la citoyenneté urbaine, une politique solidaire en direction des différentes générations grâce au Grand Projet de Ville, le domaine de la jeunesse notamment universitaire, celui de la petite enfance et de l’éducation, le domaine culturel – « Boulogne doit s’affirmer comme capitale culturelle » – autour de l’Égyptologie et d’un musée « Mathieu », une maison du patrimoine et un espace Napoléon. « De plus la ville devra s’appuyer sur le double atout de Nausicaa et de son port ». Le maire suit de près le programme de restructuration urbaine du GPV : démolition-reconstruction de logements, l’axe A16-port, le désenclavement du quartier de Damrémont, le traitement des rives de la Liane, et le projet capital de la place de la République avec la création d’un complexe d’animation, de congrès et d’hôtellerie. Le 29 mars 2005, il rappelle que le budget « se situe dans une situation financière tendue ». Le maire n’a de cesse de dénoncer le désengagement de l’État qui réduit l’augmentation de la Dotation de Solidarité Urbaine et de la DGF. Pour les écoles privées, le 20 septembre 2005, il précise que « la ville de Boulogne ne faisait pas de discrimination selon les établissements scolaires au niveau de la mise à disposition d’équipements publics. Nous sommes parvenus à un point d’équilibre qui tend à aligner la contribution sur le coût moyen d’un élève dans le public ».

Aménagement des berges de la Liane.

Aménagement des berges de la Liane.

© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

8Le 7 novembre 2005, le style devient de plus en plus personnel : « j’assume pleinement. Les Boulonnais jugeront en temps opportun… La ville se transforme, elle bouge ». Lors du vote du budget primitif 2007, le 7 mars 2007, il rappelle qu’il sera « le maire qui aura le moins augmenté les impôts au cours des dernières années voire durant les dernières décennies » et qu’en matière d’investissement, « Boulogne a le niveau le plus élevé de la région ». Réélu très largement, le 5 juin 2008, il dénonce à nouveau la faible implication de l’État et présente donc la maîtrise des dépenses comme seule solution. Le 7 mai 2010, il rappelle que « Boulogne est une ville pauvre : nous nous trouvons à la 86e place et nous devrions toucher une DSU de la part de l’État que nous ne touchons pas. Comme l’État ne nous le verse pas, nous comptons sur nous-mêmes. Nous sommes des gens courageux ». Il lance, le 4 novembre 2010, un grand débat sur l’avenir de la ville suite à un conseil portuaire où « de grandes décisions ont été prises » en partenariat avec le Conseil régional sur la gare maritime, la place de la République, et l’axe Liane qui est « structurant » pour les 22 communes de la CAB. Il évoque le projet de faire appel à « de jeunes architectes de La Plata, notre ville jumelée d’Argentine ». Son adjoint aux finances, Claude Couquet, annonce le 16 décembre 2010 que l’État gèle la dotation en 2011, 2012 et 2013 ce qui correspond à une baisse mathématique de 5 % des revenus mais elle maintient les taux d’imposition, diminue le recours à l’emprunt. Face aux critiques notamment de Richard Honvaut qui s’appuie sur un rapport de la Chambre Régionale des Comptes, il rappelle que lorsqu’il a été élu maire « notre ville était rentrée dans le réseau d’alerte des collectivités […] Il a fallu rétablir la situation ».

9Proche de François Hollande qu’il accueille lors de sa première sortie en tant que candidat à la primaire socialiste le 1er avril 2011, Frédéric Cuvillier est nommé, le 16 mai 2012, ministre délégué auprès du ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche dans le gouvernement Ayrault. Un peu plus d’un mois après, le 24 juin, il confie aux conseillers municipaux : « Je suis heureux et fier d’être issu d’une famille modeste. Mon grand père était berger, je suis heureux d’avoir appris par mon prédécesseur notamment ce que représentaient les vertus du travail. Lorsqu’on est issu d’un milieu modeste, il y a une exigence de réussite plus grande encore. Oui, j’éprouve une fierté d’être un enfant de Boulogne issu d’une famille modeste ». Pour gérer la situation, il veut « inventer une forme de gouvernance » parce que le retour à Boulogne, « c’est une bouffée d’oxygène […] le meilleur institut de sondage, la meilleure école de formation que d’être au contact de la population au quotidien ». Le 8 juillet 2012, il propose le choix de Mireille Hingrez Cereda qu’il connaît depuis l’engagement aux jeunesses socialistes. Ce professeur de Lettres classiques à Nazareth-Haffreingue, 4e adjointe chargée de la vie associative et de la vie dans les quartiers, est élue à 42 ans : elle devient la première femme à assumer cette responsabilité. Mère de deux enfants, conseillère depuis 1996 et candidate sur la liste PC/PS en 1989, la surprise passée puisqu’elle ne s’y attendait pas, elle estime qu’il s’agit d’un geste de confiance et une fierté pour les femmes : « on n’impose pas les femmes, les femmes doivent avoir leur place tout simplement ». Dans une interview accordée à France 3 en juillet 2012, elle accepte le principe de « l’interim » : « Je suis élue au Conseil municipal de Boulogne depuis 1996 par goût de la politique, pas du pouvoir ».

Mireille Hingrez-Cereda, maire de Boulogne-sur-Mer de 2012 à 2014.

Mireille Hingrez-Cereda, maire de Boulogne-sur-Mer de 2012 à 2014.

© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

2) Les difficultés : Boulogne en danger

10La commune occupe le 2e rang des villes les plus peuplées au niveau départemental : la population de Boulogne-sur-Mer a atteint son maximum dans la première moitié du XXe siècle autour de 55 000 h mais, fortement touchée par la Seconde Guerre mondiale, elle perd alors 10 000 h. La population est plutôt jeune avec 18,6 % de plus de 60 ans contre 21,6 % au niveau national. En 2009, le revenu fiscal médian par ménage est de 12 931 €, ce qui est inférieur à la moyenne nationale, 18 355 €, et à celle du Pas-de-Calais, 15 383 €. La crise économique et la fermeture de nombreuses entreprises font que, depuis quelques années, le chômage est devenu un problème important à Boulogne avec 21,1 % en 2009.

11Le début du XXIe siècle est marqué par le déclin économique de l’une des villes les plus dynamiques de France lors du siècle précédent. Il s’explique par la remise en cause de l’activité portuaire qui a fait la fortune de la ville, la fermeture de commerces en centre-ville mais aussi par la disparition de certaines entreprises phares de la ville. La désindustrialisation touche la ville depuis les dernières décennies du XXsiècle. En octobre 1999, un conseiller cite la liquidation de la dernière entreprise textile « Paul Maussner », avec à la clé, 140 licenciements secs, la restructuration de la SFPO, anciennes Acieries Paris-Outreau, avec là aussi 125 suppressions de postes, l’usine « Pêche et Froid » qui décide de délocaliser sa production à Madagascar et licencie 140 personnes, soit 500 emplois au total. La plus emblématique est celle, en 2003, des hauts-fourneaux de la Comilog qui remplace la SFPO. Ce site de fabrication du ferromanganèse, l’un des plus importants au monde a produit de nombreux emplois directs et indirects : près de 58 % de l’activité portuaire de Boulogne y est rattachée. La hausse du prix de la matière première, la concurrence internationale, la baisse de la demande expliquent cette décision sans oublier la question de la pollution du port et de la plage de Boulogne à cause du mercure notamment. Le maire de la ville considère que la fermeture de la Comilog est une « catastrophe pour la ville ». En effet, la réduction du trafic fait passer le port de Boulogne de la 10e à la 20e place des ports de commerce, le taux de chômage grimpe et la CAB se voit privée d’un revenu important lié à la taxe professionnelle.

12La fonction portuaire est également en péril. Boulogne reste le premier port de pêche en France devant Lorient mais la baisse est de 18 % par rapport à 2006. Idéalement placé, le port transmanche qui date du XIIIsiècle est remis totalement en cause par l’ouverture du tunnel sous la Manche et le développement du port de Calais à la fin du XXe siècle : SeaLink ferme en 1992 et P&O en 1993 pour se concentrer sur la ligne Calais-Douvres. Jusqu’en 2008, le trafic oscille entre 500 000 et 1 million de passagers par an mais l’arrêt définitif de ces liaisons en septembre 2010 pénalise lourdement l’activité touristique et commerciale. Dans le débat qui oppose les tenants d’un avenir du port exclusivement tourné vers l’activité de plaisance et ceux qui souhaitent poursuivre la diversification des activités, la CCI de Boulogne, gestionnaire du port a mis en place, avec le soutien du Conseil régional, un hub port destiné aux escales des bateaux à grande vitesse et aux services fret. Celui-ci, construit en 2009 pour 46 millions d’euros, n’a pratiquement jamais été utilisé. La situation récente ne s’améliore pas : à Capécure, où est concentrée la transformation du poisson, le mareyage a perdu 300 emplois depuis janvier 2012, Continentale Nutrition, le principal producteur de nourriture pour chiens et chats est en redressement judiciaire depuis mai 2012, de même que CL Prestation Filetage Marée et ses 28 salariés ; la Coopérative Maritime Étaploise qui compte 200 salariés et 47 salariés est également en procédure de sauvegarde.

Deux ferries au port.

Deux ferries au port.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

13Le commerce en centre-ville subit la concurrence des centres commerciaux périphériques tels que le centre Leclerc à Outreau et surtout le groupe Auchan à Saint-Martin-Boulogne. La question du stationnement est posée de façon récurrente : le 27 mars 2000, Bernard Caron rappelle que « chacun sait qu’il y a dans notre cité des problèmes de circulation » et il souhaite l’installation de « parking de persuasion ». Guy Lengagne estime qu’il est impossible de les créer à Boulogne mais qu’ils « pourraient être envisagés dans les communes périphériques ». Le parking Saint-Louis est pris momentanément en charge par la municipalité et le stationnement payant est instauré en centre-ville avec des extensions en 2002. Le 30 juin 2005, Frédéric Cuvillier rappelle que « contrairement à ce que l’on croit, le stationnement gratuit n’est pas gratuit. Le stationnement payant pèse sur les usagers mais le stationnement gratuit pèse sur les contribuables qui en paient l’aménagement et l’entretien ». Des abonnements sont proposés permettant une différenciation tarifaire dans le cadre d’une concession pour 25 ans à une société Q Park qui a obtenu la délégation de service public le 4 novembre 2010. Le 15 août 2013, dans la Semaine dans le Boulonnais, Mireille Hingrez Céréda déclare que « les annonces de fermeture de commerce de centre-ville m’ont laminée ».

14Sur le plan social, la ville possède des quartiers difficiles : dès le 6 novembre 1997, Frédéric Cuvillier en charge du dossier présente l’OPAH du centre-ville où se trouvent 380 logements vacants. Le 29 octobre 2001, Vincent Lena, adjoint à l’urbanisme, estime que « le Grand Projet de Ville nous permettra de passer à la vitesse supérieure ». Pour lutter contre l’insécurité, en 2012, les quartiers de Beaurepaire, le Chemin Vert, Marlborough sont classés en « zone de sécurité prioritaire » avec pour objectif de lutter contre les phénomènes de délinquance et d’incivilités qui y sont enracinés. « Ces quartiers concentrent près de trois quart des incendies de véhicules et, plus généralement, la plupart des phénomènes de violences urbaines de la circonscription » selon la Semaine dans le Boulonnais du 15 décembre 2012.

Un match de football de l’USGB au stade de la Libération.

Un match de football de l’USGB au stade de la Libération.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

15Un autre sujet divise les élus et l’opinion boulonnaise : la gestion de l’Union sportive Boulogne Côte d’Opale. En janvier 1997, le club compte 400 licenciés, 17 équipes de clubs, et rassemble 1 300 spectateurs tous les 15 jours. Installé en National 2, il est sur le point de passer en National 1 : la subvention est de 3 300 000 F sans compter la mise à disposition du stade de la Libération et l’aide technique de quatre entraîneurs. « Je me souviens de certains débats homériques qui ont eu lieu dans cette salle à propos de l’USGB qui, à une certaine époque, a failli accéder en D1. Il est indubitable que si l’USGB entre dans la division supérieure, nous devrons ici même discuter de problèmes liés à l’état du stade de la Libération » rappelle Guy Lengagne le 31 janvier 1997. Un nouveau débat a lieu le 13 décembre 1999, Dominique Dupilet est favorable à un club de la Côte d’Opale qui disposerait d’un bassin de population de 800 000 h. Le 13 juin 2000, une subvention est votée pour équilibrer les comptes à cause de la FFF et de la Commission nationale des comptes en vue d’un passage en Nationale 1. Le 21 mai 2001, Frédéric Cuvillier souligne « la fierté des Boulonnais » devant le succès sportif et Guy Lengagne souligne qu’il ne s’agit pas d’un club de Boulogne mais du Boulonnais, laissant entendre le glissement vers une compétence communautaire « Sports-Culture ». Le 20 décembre 2006, des travaux sont nécessaires pour l’accession en L2 avec notamment 8 000 places couvertes : « Nous avons demandé au Conseil régional de nous aider. Nous nous adressons également à la CAB qui peut-être agira car le stade est plus que communal. Il accueille plus de 50 % de personnes issues d’autres communes ». Une convention de partenariat est passée avec l’USBCO, également « un acteur de la citoyenneté, un acteur dans les quartiers, un acteur de la formation des jeunes, un acteur d’accompagnement aux autres clubs de quartier ». Après avoir accédé en Ligue 1, le club se retrouve en L2 en 2010 puis en National en 2012. La perspective d’un nouveau stade qui a divisé les élus s’éloigne : le stade de la Libération avec une contenance de plus de 15 000 places suffit largement.

3) Les atouts de la ville pour le XXIsiècle

Une place économique de premier ordre

16La ville demeure donc le 1er port de pêche de France en 2012. Sa production atteint 36 096 tonnes, soit une petite hausse de 1,6 % par rapport à 2011. Elle devance Lorient avec 26 947 t. Après un conflit avec les bateaux étrangers, un accord a été trouvé : en tant que ministre concerné, Frédéric Cuvillier a demandé la mise en place d’un groupe de travail sur la gestion de la pêche en Manche avec les partenaires britannique, belge, néerlandais. « La préservation de la ressource halieutique est une priorité, autant que la cohabitation, en mer comme dans le port ». Au total, c’est bien 5 000 emplois qui sont concernés par l’industrie de transformation du poisson qui arrive pour 80 % par la route. Toujours premier centre européen de transformation et de commercialisation des produits de la mer, la ville a mis en place depuis mai 2005 un pôle de compétitivité sur la filière halieutique, Aquimer. Son animateur, Jean-Baptiste Delpierre, veut faire jouer la complémentarité entre les professionnels, la recherche et les différents débouchés. Déjà de 1998 à 2001, sous l’impulsion de Guy Lengagne, un comité d’orientation scientifique a permis un rapprochement du monde de la recherche de la filière halieutique de Boulogne-sur-Mer rassemblant des représentants de l’Institut Pasteur, de l’Agence française de sécurité des aliments, de l’Institut français de recherche de recherche et d’exploitation de la mer, du Centre d’expérimentation et de valorisation des produits de la mer, de l’ULCO, du Lycée professionnel maritime. Ce travail précurseur a permis à la ville d’être choisie comme technopole avec des appuis publics comme l’Office de la mer, le Comité national des pêches maritimes et la CAB très investie dans le dossier : l’enjeu consiste à veiller à l’exploitation rationnelle et durable des espèces pérennes, et au renforcement de la technicité et de l’environnement des entreprises avec comme objectif la création de 835 emplois dans les cinq ans. Le pôle est une filière halieutique mais aussi aquatique : « La stratégie que nous avons développée vise les produits capturés par nos bateaux et les produits d’importation d’espèces sauvages en provenance d’élevage ». Dans un contexte de raréfaction de la ressource sauvage, les responsables insistent sur la nécessité de mettre en œuvre une valorisation complète des produits grâce à de nouveaux « process ».

17La nouveauté provient également de la volonté de créer, grâce à la réunion des entités portuaires de Boulogne, Calais, Dunkerque et Eurotunnel, le deuxième ensemble portuaire français avec un trafic cumulé de 104 millions de tonnes par an. Les élus marquent la volonté selon l’expression de Yann Capet, président de la Commission mer, d’un « véritable changement de braquet » notamment pour les deux ports, propriété de la Région depuis le 1er janvier 2007. Le contrat de Délégation de service public adopté le 4 juillet 2013 prévoit à Boulogne-sur-Mer un volume d’investissement de 250 millions d’euros sur 50 ans pour relancer la zone de Capécure et la volonté d’étudier « la mise en place d’une autoroute de la mer entre Boulogne et la Scandinavie ».

18Dans ce véritable combat pour la renaissance, Nausicaa, voulu et soutenu par Guy Lengagne, continue d’être, non sans quelques critiques, une locomotive. Le Centre national de la mer, Nausicaa, compte à son actif plus de 13 millions de visiteurs en 2012. Ouvert le 18 mai 1991, il est le premier site touristique de la région et le second au nord de Paris. Dès 1999, il reçoit le label de « Centre d’Excellence de la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO ». En 2006, il accède au statut de membre de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Plus de 40 000 espèces sont installées dans 4,5 millions de litres d’eau de mer sur une surface de 4 500 m2. Des expositions sur la faune, l’exploitation des ressources marines ont pour but de faire aimer la mer et les bonnes pratiques au public notamment scolaire. La ville a dû assumer des risques financiers notamment lors des extensions. Le 27 mars 2000, Guy Lengagne reconnaît l’existence de « difficultés de trésorerie que nous avons réglées » à cause de Nausicaa Développement qui a engagé des opérations à risque en matière d’ingénierie de même qu’il y a eu des problèmes techniques lors de la construction du bac des lions de mer rongé par l’électrolyse. Le 30 juin 2005, le débat avec Richard Honvault permet au maire de rappeler que « Nausicaa reçoit plus de 600 000 personnes par an et chacun dépense en moyenne 15 €. Si la ville verse 350 000 € par an pour faire vivre un tel instrument, je trouve que c’est un bon investissement ». Le conseil communautaire, réuni le 22 juin 2006, décide de déclarer d’intérêt communautaire le Centre national de la Mer, qui reste propriété de la ville, au titre de la compétence « développement économique » et également pour celle d’« équipements structurants ».

Quelle stratégie pour demain ?

19Dans le domaine maritime, la montée en puissance du port de plaisance est un atout : avec 470 anneaux répartis en trois bassins, il reçoit 3 500 bateaux-visiteurs. Le port dispose également d’une activité de chantiers navals, la Socarenam, société de construction de réparations navales et de mécanique. D’autre part, l’agglomération boulonnaise est la première destination touristique de la région Nord-Pas-de-Calais hors métropole lilloise. Boulogne accueille de nombreux touristes français mais sa situation géographique lui permet également de recevoir beaucoup de Belges et de Britanniques malgré la disparition des liaisons maritimes régulières. Cette ville côtière attire également de nombreux vacanciers sur sa plage qui est à nouveau reconnue, même si celles des communes voisines comme Wimereux, Hardelot, Équihen et Le Portel sont au moins autant appréciées.

20L’atout industriel est plus fragile qu’aux XIXe et XXsiècles bien que la ville possède encore des entreprises placées dans leurs spécialités comme l’usine de crayons Conté (Bic), le centre d’appels Armatis. Toujours classé premier centre européen de traitement et de commercialisation des produits de la mer, le port dispose de nombreuses entreprises spécialisées dans la filière halieutique comme Findus, Alfesca, Marine Harvest, Scamer, Copromer, Tradimar, Océan Délices. Il existe également de nombreux laboratoires de recherche appliquée appelés à se regrouper dans un ambitieux projet, le Campus de la mer porté par l’ULCO en tant que « niche d’excellence », en lien avec les partenaires de la filière halieutique, les instances politiques locales et régionales et avec le soutien du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Des parcs d’activités existent dans les communes voisines qui accueillent des fabricants de cosmétiques tels Alkos, de lessives écologiques comme Ecover, d’alternateurs automobiles comme Valeo, ainsi que la Société boulonnaise d’électronique et la Société d’impression du Boulonnais.

21L’attractivité se mesure également à la qualité de vie. L’agglomération compte de nombreux équipements sportifs : celui du complexe de la Waroquerie et la piscine-patinoire Hélicéa à Saint-Martin-Boulogne, des salles de sports comme celle de Bucaille-Degand, des courts de tennis, la piscine de Nausicaa, le nouveau centre nautique de la Liane. Sur la plage de Boulogne à nouveau accessible à la baignade, de nombreuses activités telles que la voile, la plongée, le char à voile, le kitesurf sont proposées. D’autres s’offrent aux habitants et aux résidents secondaires et touristes à proximité : le golf à Wimereux, à Hardelot où se pratique également l’équitation comme à La Capelle. Outre le club de football de l’USBCO, la ville dispose d’une équipe de basket-ball professionnel, le Stade olympique maritime boulonnais (SOMB) actuellement en Pro B, deuxième division dont la salle Damrémont, sur la rive gauche de la Liane, accueille les matchs tout comme l’Étoile sportive Saint-Michel Le Portel, installée également en ProA et qui n’a pas de salle homologuée par les instances fédérales. De nombreux champions de France et quelques médaillés olympiques sont issus des clubs d’aviron et de canoë kayak boulonnais tels que Didier Hoyer qui préside désormais ce club. À l’occasion des Jeux Olympiques de Londres en 2012, un nouveau stade nautique a permis d’accueillir des sportifs de haut niveau comme base arrière. Une dernière activité sportive, le cyclisme, connaît depuis quelques années un véritable renouveau : la ville qui a accueilli le Tour de France en 1949, l’a reçu depuis en 1994, 2001 et 2012 de même que les championnats de France de cyclisme sur route en 2005 et 2011.

22La présence de formations universitaires a permis un rajeunissement de la ville où des logements étudiants soit privés, soit gérés par le Crous se sont multipliés à proximité des centres universitaires Saint-Louis, Le Musée et Capécure. L’ULCO accueille à Boulogne 3 500 étudiants et propose des formations « classiques » comme les lettres, les langues, le droit, l’économie, la gestion, le tourisme, l’histoire, le Staps mais aussi sur le site de Capécure des formations dans la filière halieutique sans oublier les maisons de la recherche comme celle en sciences humaines du Palais impérial en voie de transfert dans le bâtiment Clocheville, place Navarin. Depuis 2009, une première année de médecine est proposée par télé-enseignement, en partenariat avec l’Université de Lille II et l’Institut de formation en soins infirmiers de Boulogne-sur-Mer à côté du centre hospitalier. Un restaurant universitaire, une bibliothèque et une maison de l’étudiant complètent ces structures d’enseignement supérieur auxquelles il convient d’ajouter les formations postbacs de BTS des établissements publics et privés de même que les classes préparatoires. Des associations d’étudiants offrent aux étudiants mais aussi à un public plus large des manifestations culturelles ou sportives. Une dernière structure particulière, l’Université d’été, fondée en 1951, propose, en partenariat avec l’ULCO, à des étudiants venus d’autres continents d’opérer une véritable plongée dans la vie culturelle, les traditions, la géographie du Boulonnais ainsi qu’une prise de contact avec les acteurs et les habitants de ce territoire.

23L’animation culturelle se partage entre des manifestations de nature très différente : le Festival de la Côte d’Opale, le festival Poulpaphone spécialisé dans le rap, la musique électronique, le reggae, le rock, le festival Intramurock s’adressent à des amateurs de musique récente. La Fête de la mer rassemble des milliers de spectateurs venus admirer des vieux gréements. En 2012, l’accueil du Centre Pompidou Mobile a permis d’exposer des œuvres d’art célèbres du Centre Pompidou. Avec la commémoration du Camp de Boulogne en été, d’autres manifestations correspondent à des pratiques festives plus anciennes comme la fête du hareng, le défilé de la Saint-Nicolas avec ses Guénels, et la procession multiséculaire en l’honneur de Notre Dame de Boulogne à la fin du mois d’août. La célèbre Revue boulonnaise continue, tous les deux ans, d’attirer un public fidèle dans le théâtre Monsigny récemment rénové tandis que la nouvelle salle de la Faïencerie programme des artistes contemporains tels que la compagnie boulonnaise Les Thibautins qui rayonne dans la région.

24Symbole d’une volonté de trouver des réponses notamment culturelles aux défis contemporains, l’ensemble du conseil municipal fait l’union autour de la candidature en 2003 à la création d’une antenne du musée du Louvre proposée par Richard Honvault mais qui n’est pas retenue. La richesse du patrimoine est en effet un outil essentiel de développement économique puisqu’il attire aussi de nombreux touristes. Boulogne-sur-Mer est classée « Ville d’art et d’histoire » grâce à son château-musée qui compte des collections variées : masques d’Alaska, antiquités égyptiennes de réputation internationale, objets d’Afrique et d’Océanie, sculptures romaines et médiévales, tableaux de Georges Mathieu. La bibliothèque municipale, située dans l’ancien couvent des Annonciades, abrite plusieurs dizaines de milliers d’ouvrages, dont une cinquantaine d’incunables. Le beffroi est inscrit depuis 2005 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO comme celui d’Hesdin. L’hôtel de ville avec sa façade en brique et pierre, datée de 1734 et le palais impérial où séjournèrent Napoléon, Marie-Louise d’Autriche et le tsar Alexandre Ier ornementent la place Godefroy de Bouillon. La basilique Notre-Dame dont le dôme haut de 83 mètres est visible de l’extérieur de la ville possède une crypte dont les soubassements datent de l’époque romaine : considérée comme la plus grande d’Europe du Nord, elle fait l’objet d’une restauration. Le souvenir de la fortune de la pêche est incarné par la maison de la Beurrière qui reconstitue l’habitat typique des marins pêcheurs de Boulogne. Un débat a toujours été entretenu sur la question de la valorisation du patrimoine napoléonien : le 19 décembre 1997, lors d’un débat au conseil municipal, Dominique Dupilet considère qu’il « n’est pas certain qu’il faille célébrer les vertus de Napoléon car il s’agit d’un homme qui a saigné toute la France ». Guy Lengagne le rejoint dans ce propos mais le 25 mai 1998, il fait preuve de réalisme : « À titre personnel, je ne suis pas un fervent amateur de l’œuvre guerrière de Napoléon. Ceux qui me connaissent bien le savent. Ceci dit, la manifestation appelée ‘Camp de Boulogne’ attire beaucoup de monde ».

25Il y a enfin une volonté d’aménagement urbain avec de 2008 à 2012 la construction de l’Espace Lumière, un ensemble de commerces et de logements, sur la place du même nom, après la rénovation de logements et la construction de nouveaux lieux publics dans le quartier du Chemin Vert. Le 4 novembre 2010, un conseil portuaire réunit le propriétaire du port, des représentants de la ville, de la CAB et tous les acteurs de la vie portuaire. Lors de cette réunion, le président du Conseil régional propose de céder à la ville tous les terrains de l’Éperon au maire qui constate que le tourisme est un levier de développement économique : « En trois ans, l’emploi dans le tourisme a augmenté de 14 %. En temps de crise choisir de développer le tourisme sous tous ses aspects est une véritable bonne décision ». Le 18 novembre 2012, Mireille Hingrez-Céréda présente le projet de requalification des berges de la Liane entre le Pont de l’Entente cordiale et le boulevard de la Liane. En 2013 les travaux sur la rive droite doivent permettre la réalisation d’un giratoire sur le viaduc et la poursuite de l’aménagement des berges. Sur la rive gauche, après la reconstruction du stade nautique, la place Léon Blum et le boulevard Chanzy ont été entièrement requalifiés. L’ambition est de créer un véritable parc urbain paysager avec des espaces de loisirs et de détente et une promenade autour de la Liane. Dans le cadre du projet République-Éperon, destiné à renforcer l’attractivité, les procédures de déclassement du domaine public maritime de la place de la République ont été engagées avec un objectif de cession à la ville des terrains concernés.

26Depuis 2007, dans cette ville aux quatre fleurs, un jardin éphémère pittoresque est installé chaque année pendant cinq mois sur la place de l’hôtel de ville. Outre la création d’un écoquartier prévu en remplacement des friches industrielles derrière la gare de Boulogne-Ville, de nombreux projets axés sur le « développement durable » sont en cours de gestation : diminution de la consommation d’énergie dans les logements, aménagement de pistes cyclables et des transports en commun, mise en œuvre de l’éclairage basse consommation, extension des espaces verts, mise en place de containers enterrés pour la collecte.

Le Centre Pompidou mobile au pied du beffroi, 2012.

Le Centre Pompidou mobile au pied du beffroi, 2012.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

27Les difficultés ne manquent pas en ce début de XXIsiècle pour une ville dont la progression démographique, économique et culturelle a été remarquable durant les deux derniers siècles. Depuis la fin des trente glorieuses, le premier port de pêche français doit relever de nombreux défis internes dans la restructuration de son maillage urbain et retrouver des champs nouveaux d’expansion, de renaissance à l’exemple du concept pionnier de Nausicaa. Comme l’ont bien compris Guy Lengagne et son héritier Frédéric Cuvillier, le destin de la ville se situe désormais dans un périmètre à plusieurs dimensions. Un premier ensemble s’impose : celui de la Communauté d’agglomération. Celle-ci s’est substituée au district depuis 2000, elle a acquis en 2004 la compétence environnement, en 2005 celles du sport et de la culture et intégré en 2007 Nausicaa. Composée de 22 communes rassemblant plus de 120 000 h, cette intercommunalité a choisi de faire de la Liane, colonne vertébrale de l’agglomération, l’axe stratégique du Boulonnais regroupant un certain nombre de projets dont l’aménagement de l’espace République-Éperon. Une autre structure peut également porter le destin de la ville : le Pôle métropolitain de la Côte d’Opale qui, depuis novembre 2013, succède au Syndicat Mixte Côte d’Opale (SMCO) sur un territoire rassemblant près d’un million d’habitants du Dunkerquois au Montreuillois en passant par le Boulonnais, le Calaisis et l’Audomarois. Cet espace territorial cohérent porte d’ambitieux objectifs tels que la création d’un ensemble portuaire de Dunkerque à Boulogne et la mise en valeur du Campus de la mer sur le site universitaire boulonnais. Dans le cadre d’une reconfiguration régionale multipolaire, à côté d’une métropole lilloise en pleine émergence, ce territoire littoral dispose de quatre atouts soulignés par les responsables de la chambre de commerce et d’industrie Côte d’Opale : l’innovation énergétique, l’intelligence des flux, l’excellence océanographique et la vitalité attractive. Au regard des rivalités ancestrales, une partie appréciable du chemin vers cette intégration à géométrie variable a été parcourue depuis quelques décennies. La ville de Boulogne dispose donc, dans ces différents périmètres, d’atouts indéniables à promouvoir en cohérence avec les autres partenaires territoriaux.

Table des illustrations

Titre Guy Lengagne, président de la Communauté d’agglomération du Boulonnais, le 15.04.2004.
Légende Maire de Boulogne-sur-Mer de 1977 à 1989 et de 1996 à 2002.
Crédits © Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Frédéric Cuvillier, maire de Boulogne-sur-Mer de 2002 à 2012 et depuis 2014.
Crédits © Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Aménagement des berges de la Liane.
Crédits © Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7604/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Mireille Hingrez-Cereda, maire de Boulogne-sur-Mer de 2012 à 2014.
Crédits © Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7604/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Deux ferries au port.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7604/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Un match de football de l’USGB au stade de la Libération.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7604/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Le Centre Pompidou mobile au pied du beffroi, 2012.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7604/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540