Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre XVI. Boulogne à la croisée des siècles

Bruno Bethouart

Texte intégral

1En partie détruite lors des combats de la Libération, sinistrée à 85 %, la ville de Boulogne procède dès les années cinquante à une véritable reconstruction de ses structures de base. Sous la houlette d’un Amiénois de 36 ans, Pierre Vivien, choisi par les autorités municipales, sont ouverts des chantiers tels que le redressement de la Liane, la construction d’une gare SNCF sur la rive droite, l’établissement d’une armature industrielle de la pêche à Capécure, la pénétration d’un réseau de communications jusqu’au port de la cité et le lien entre les deux rives de la Liane. La modernisation et la rénovation urbaine entraînent, à la suite d’opérations de remembrement et d’expropriations, la restructuration complète du quartier de Saint-Pierre et l’édification des grands immeubles du quai Gambetta.

2L’homme qui incarne cette volonté de renaissance de la cité, Henri Henneguelle, est né à Fruges en 1908 dans une famille de commerçants. Entré à l’École normale en 1925, il devient instituteur dans les mines puis enseigne à l’école primaire Dezoteux de Boulogne-sur-Mer. Membre de la SFIO depuis 1927, secrétaire de la section boulonnaise en 1934, il est déjà candidat à des élections avant-guerre. Fondateur avec Robert Lejosne de Libération-Nord dans sa ville, il fonde le journal Nord-Soir après avoir réussi à échapper aux Allemands. Élu maire le 20 mai 1945, député socialiste du Pas-de-Calais de 1945 à 1958, il se consacre surtout à sa ville d’adoption où, durant 26 années, il exerce les fonctions de premier magistrat.

3Outre la priorité à la reconstruction qui lui coûte un mandat de 1947 à 1953, Henri Henneguelle s’attache également avec succès à renforcer l’implantation socialiste en veillant à s’entourer de personnalités qui lui sont totalement dévouées dans la section socialiste boulonnaise. Fort d’un soutien unanime, il siège au Conseil général du Pas-de-Calais et devient sénateur de 1967 à 1974. En accord avec les autorités consulaires, Henri Henneguelle réussit à moderniser le port en réalisant une extension favorable à la pêche mais aussi au commerce à partir de 1967. Durant ces « Trente Glorieuses », expression de Jean Fourastié qui évoque la période faste des années cinquante et soixante dans les pays industrialisés, la ville renoue avec le dynamisme et l’audace du XIXe siècle. Malgré les crises liées au ralentissement de la pêche au hareng et aux conflits entre les armateurs et les marins des chalutiers, Boulogne demeure le premier port de pêche de France, développe son activité commerciale grâce notamment au trafic transmanche et favorise des implantations industrielles dans le cadre du « Grand Boulogne » par le biais du Syndival, syndicat mixte d’aménagement de zones industrielles, créé en 1963.

4À la fin des années soixante-dix, le chômage touche plus de 5 000 personnes dans la cité mais la stabilité politique, l’entente soigneusement entretenue avec les professionnels de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Boulogne-Montreuil (CCIBM) permettent d’envisager de faire face à la conjoncture défavorable issue de la double crise pétrolière.

5L’examen de la vie politique de la cité boulonnaise, de son activité économique dans les vingt dernières années, complété par un portrait démographique, sociologique et religieux peut permettre de saisir la réalité du premier port de pêche français à la veille du XXIe siècle.

Une vie politique à rebondissements

6Le contraste entre la sérénité des années d’après-guerre et l’effervescence des années quatre-vingt-dix est tout à fait saisissant. La ville, dominée par un puissant parti socialiste structuré et associé dans le cadre de l’union de la gauche avec le parti communiste de 1977 à 1989, devient, en mars de cette dernière année, l’un des lieux d’interrogation du paysage politique de la région à la suite de l’élection assez surprenante de Jean Muselet à la mairie de Boulogne-sur-Mer.

Guy Lengagne, le successeur désigné

7Cet universitaire, professeur agrégé de mathématiques, est né le 11 juillet 1933 à Boulogne. Son père, fonctionnaire, est le premier adjoint d’Henri Henneguelle de 1945 à 1947. Le jeune Guy Lengagne passe son enfance dans la propriété familiale de la rue Évariste Galois, la bien nommée puisqu’il s’agit d’un mathématicien français. Il y connaît les affres des terribles bombardements de la dernière guerre. Il perd sa grand-mère décapitée par un éclat d’obus et voit ses parents vivre « dans l’angoisse de la mort ». Guy Lengagne enseigne à la Faculté des sciences de Tananarive puis à l’Université d’Amiens. Il entre dans le Conseil municipal d’Henri Henneguelle en 1971.

8La nouvelle stratégie des socialistes de François Mitterrand oblige les responsables boulonnais à pratiquer l’union de la gauche aux municipales de 1977. Dans l’agglomération, des réticences se font jour au point qu’un journaliste de La Voix du Nord estime que « le Grand Boulogne va-t-en guerre en gauche dispersée ». En effet, seuls Wimereux et Dannes pratiquent cette union et mettent en place une liste socialo-communiste. À Boulogne, Francis Leroy, adjoint sortant, fait sécession plutôt que d’accepter une entrée éventuelle des communistes à la mairie. Il prend la tête d’une liste « Boulogne d’abord » à dominante apolitique mais soutenue par la majorité présidentielle. Estimant que Guy Lengagne conduit « une liste politique », il mène une campagne sur le terrain dans tous les quartiers de Boulogne, annonce son intention de défendre la pêche boulonnaise qui occupe le quart des activités des deux arrondissements concernés, de développer le réseau des transports urbains et d’aider le club de football dont il est le trésorier. Du fait des changements tactiques, le scrutin, selon la presse locale, s’annonce serré.

9Guy Lengagne, enfant du pays, fils de l’ancien premier adjoint, succède comme tête de liste à Henri Henneguelle qui n’est plus candidat. Dès le début de la campagne, il rappelle que « les élections locales comme les autres sont une lutte politique ». Il estime nécessaire d’inclure dans la vie municipale le PCF qui représente « au moins le quart de la population ». Pourtant l’union de la Gauche nouvellement instaurée y est laborieuse, les communistes doivent se contenter de 10 places sur les 14 souhaitées.

10Lors de sa dernière réunion électorale, Guy Lengagne estime que « la campagne fut dure, quelquefois décevante en raison de certaines attaques ». Il rappelle que les communistes ne sont « que dix », qu’un seul commerçant figure sur sa liste mais qu’il est favorable à la création d’un organisme de concertation entre la municipalité, les associations de commerçants et la Chambre de Commerce. Il propose également la mise en place d’un syndicat municipal de développement, organe de concertation avec les industriels, les commerçants et artisans, le Syndival, des représentants de l’État et de la Région. Fondateur dès 1972 de l’Office Municipal de la Culture Boulonnaise (OMCB), il souhaite développer les activités musicales et théâtrales. Comme son adversaire, il estime que les impôts locaux risquent d’augmenter de 26 % mais à l’opposé de Francis Leroy, il juge que l’aide à la construction de terrains d’entraînement pour la pratique du sport pour les jeunes est prioritaire. Les préoccupations humaines et sociales doivent, selon lui, se conjuguer à la rigueur de gestion du budget.

11La forte participation des électeurs (77 %) indique l’intérêt pour ce scrutin qui marque un tournant dans la vie politique du fait du départ d’Henri Henneguelle. La liste « Pour l’avenir de Boulogne, liste de la Gauche unie » obtient 58,06 % des suffrages exprimés alors qu’au premier tour en 1971 la liste d’Henri Henneguelle avait rassemblé 57,7 % des voix contre celle d’Henri Collette, le notaire de Licques, venu tenter la conquête de la citadelle boulonnaise. Le succès est indiscutable, il est conforté par un appel de M. Henneguelle et par l’emprise de la gauche dans l’agglomération avec les réélections de Raymond Splingard, Jeannil Dumortier et Jean Bardol. Francis Leroy, adversaire vaincu, résume assez bien la situation politique et involontairement semble annoncer des échéances futures : « j’ai dit et répété souvent au cours de cette campagne que l’administration d’une ville n’est pas l’affaire de partis politiques, mais de gestionnaires plaçant l’intérêt de la cité au-dessus des luttes partisanes : le scrutin ne m’a pas donné raison ».

12Le 122e maire de Boulogne, après l’évocation par la doyenne d’âge de la mémoire de son père Auguste Lengagne, rend hommage à Henri Henneguelle, « un bâtisseur, un administrateur, qui, j’en suis certain, tiendra à nous aider encore dans les temps à venir ». Conscient de la lourde succession, Guy Lengagne affirme sa volonté de prendre en compte les aspirations des jeunes : le complexe sportif de la Waroquerie à Ostrohove est programmé en priorité. Il met en place une structure composée d’un adjoint aux affaires sociales, Dominique Dupilet, aidé par deux conseillers municipaux pour s’occuper de tous les problèmes sociaux « qui sont notre hantise ». La lutte pour l’emploi devient rapidement un objectif essentiel. Les responsables des Aciéries de Paris et d’Outreau (APO) annoncent, dès la fin du mois de mars 1977, la réduction d’horaire pour plus de 500 salariés et l’arrêt d’un haut fourneau à cause « de la crise économique qui affecte notre industrie ». En décembre 1978, une manifestation en faveur de l’emploi réunit 15 000 personnes à Boulogne. Devenu député de la 5e circonscription en 1981 et président du Conservatoire national du Littoral, Guy Lengagne cherche à lutter contre l’enclavement du port en le reliant à l’autoroute A26, à électrifier le réseau ferroviaire vers Paris. Un jour et demi par semaine à Paris et Lille, il s’efforce de défendre la pêche boulonnaise en obtenant des subventions pour sauver des chalutiers en situation financière désespérée, en tentant de régler les conflits entre les armements et les syndicats de marins. Lors du violent conflit de l’été 1980, il est ainsi amené à s’interposer le 25 août entre les forces de l’ordre et les grévistes pour empêcher « le bain de sang ».

13Soucieux de la qualité de la vie, il inaugure une politique d’embellissement qui se traduit par la réalisation d’un passage piétonnier dans la rue des Religieuses anglaises et veille à développer une politique culturelle pour le grand public. La bibliothèque municipale est installée dans l’ancien couvent des Annonciades restauré dès 1975 : elle renferme 300 000 volumes, 1 150 manuscrits et 86 incunables. Le Conservatoire de Musique, l’École des Beaux-arts sont installés dans des locaux plus appropriés. Une telle richesse culturelle permet d’espérer le choix de la cité pour une faculté de Sciences humaines dans l’hypothèse d’une implantation universitaire. Le château de Boulogne, qui a longtemps servi de prison, est l’objet d’une restauration complète qui lui permet en juillet 1988 d’accueillir les collections du Musée des Beaux-arts. La vie associative se développe autour des activités culturelles : la cité compte alors 70 associations soutenues par une « convention de développement culturel » signée entre le ministère de la Culture et la ville de Boulogne en 1982.

« Le grand magistrat de l’après-guerre »

14Cette affirmation louangeuse semble traduire le sentiment de la majorité des citoyens boulonnais à l’issue du scrutin municipal de 1983. Guy Lengagne est en effet brillamment réélu à la tête d’une liste, « Ensemble pour Boulogne » qui recueille 61,74 % des suffrages exprimés. Les trois premiers adjoints conservent leurs places et attributions : Lucien Dégardin est aux travaux, Robert Baillieux, le communiste, aux sports, Dominique Dupilet aux affaires sociales. « Succès flatteur » qui s’explique par la désunion de la droite déchirée en deux listes rivales, « mais aussi par la qualité de la gestion de M. Lengagne qui obtient ainsi un satisfecit éclatant et qui ne surprendra pas les observateurs impartiaux, témoins du travail qu’il accomplit à la mairie » selon La Voix du Nord. Il peut s’appuyer sur la section socialiste, animée par Claude Allan, le premier secrétaire, forte de près de 600 membres issus de tous les milieux. L’augmentation de 3,68 % par rapport à 1977 non seulement réjouit les communistes mais confirme l’audience du député-maire dans sa ville natale.

15Lors de la campagne, le courant autogestionnaire estime « globalement positif » le bilan de l’équipe municipale tout en regrettant « le sous-développement économique et culturel de Boulogne ». Les membres du PSU (Parti Socialiste Unifié) qui ont renoncé à présenter une liste rappellent qu’« à une époque récente, une collaboration du pouvoir économique local (patronat, Chambre de commerce) et du pouvoir politique (députés, municipalité), n’a pas su ou pas voulu sortir Boulogne de l’enclavement fatal à tous égards ». Henri Henneguelle apporte son net soutien au maire en quête de réélection : « Nous croyons profondément qu’il sera, demain comme hier, le meilleur défenseur de notre ville ». Il reste que cette nouvelle poussée de la gauche boulonnaise dans un contexte national difficile ne se retrouve pas dans certaines villes proches comme Marquise où la liste PS homogène est en ballottage, de même qu’à Outreau et à Saint-Martin Boulogne. Le caractère spécifique du « succès personnel éclatant » de Guy Lengagne est ainsi renforcé : il explique les futures nominations ministérielles. Comme le rappelle le maire réélu : « apparemment à Boulogne-sur-Mer, les déçus du socialisme ça n’existe pas ». Une surprise attendait les électeurs des bureaux de vote de l’hôtel de ville : « un très bel aquarium était installé dans un décor “romantique”, une préfiguration du futur Centre de la Mer, histoire de mettre l’eau à la bouche des Boulonnais ».

16Les adversaires de Guy Lengagne lui ont cependant facilité la tâche. Francis Leroy, à la tête de la liste « Boulogne vivra », n’obtient que 23,79 %, malgré une campagne axée sur le souhait d’un dialogue permanent entre les acteurs économiques, sur le rappel de la priorité absolue à l’emploi « négligée par la municipalité socialo-communiste » et l’espoir de « faire venir du monde à Boulogne ». Ayant constaté la baisse de participation électorale qui passe de 78,80 % à 73,27 %, il l’explique par l’abstention d’un « nombre important d’électeurs de l’opposition, sans doute déçus que l’union ne se soit pas faite ». La perte électorale de cet ancien colistier d’Henri Henneguelle par rapport à 1977 est sensible, elle provient aussi de l’apparition d’une autre liste d’opposition « Boulogne Espoir » qui obtient 14,47 %. Le total des voix de ces deux listes n’atteint pas 40 % alors qu’Henri Collette a rassemblé, en 1971, 42,30 % sur son nom. Les explications de Jean-Pierre Dickès, médecin issu d’une famille de vieille souche boulonnaise, défenseur de la liberté de l’enseignement et animateur de la troisième liste, mettent en exergue les délais trop justes de mise en place de sa liste mais aussi « les tracts et les affiches s’en prenant à [son] honneur et à [sa] famille » qui « ont joué en [sa] défaveur ». Rappelant qu’il est le « représentant légitime et unique de Jacques Chirac », il critique « ceux qui ont cru que l’intérêt du RPR était dans le sillage de M. Francis Leroy », et rappelle que « tirant les enseignements de ces derniers jours, le ciel de l’opposition va être nettoyé ».

17Vainqueur aisé d’une triangulaire qui a déchiré l’opposition et inauguré une montée des abstentions, Guy Lengagne connaît dans les années qui suivent une période particulièrement faste pour sa carrière politique. Déjà conseiller régional depuis 1976 puis vice-président de cette instance depuis 1980, élu conseiller général du canton de Boulogne-Sud en 1979 puis député de 1981 à 1983, il prend alors une dimension politique nationale : de 1983 à 1984, il est nommé secrétaire d’État à la Mer auprès du ministre des Transports dans le gouvernement Mauroy. « Lorsque la nouvelle fut connue, elle n’a pas fait sensation. Les Boulonnais s’y attendaient. Ils n’ont pas été surpris par l’ascension d’un maire et d’un parlementaire qui tient toutes les espérances mises en lui, mais par contre, elle a provoqué une immense satisfaction dans la région boulonnaise. Après Léon Abrami, qui fut député de Boulogne en 1912, secrétaire d’État à la Défense nationale pendant la Première Guerre mondiale, voici que notre cité a, enfin, un homme d’état » (La Voix du Nord, 26 mars 1983). Remplacé comme député par Michel Sergent, maire de Desvres, conseiller général depuis 1978, Guy Lengagne va s’installer à Paris en milieu de semaine mais veille à être présent en début et fin de semaine dans sa cité « et de toutes façons, en liaison constante avec [sa] ville ». Il est reconduit dans ses fonctions nationales de 1984 à 1986 auprès du ministre de l’Urbanisme, du Logement et des Transports dans le gouvernement Fabius.

18Lors de sa seconde investiture, Guy Lengagne, une nouvelle fois rend hommage à son prédécesseur, « le grand magistrat qui a reconstruit la ville », estimant que ce qu’il a réalisé durant les six dernières années « était inscrit dans les projets d’Henri Henneguelle ». Plus tard, lors de la campagne de 1995, il évoque « un coup de téléphone qui [m]’a fait monter les larmes aux yeux » grâce auquel il reçoit, le lendemain de sa réélection, l’assurance du soutien et la proposition d’aide du vieux chef socialiste. Cependant, il considère que le rôle du maire qui gérait jadis « en bon père de famille » évolue vers celui non seulement de bâtisseur mais également de gestionnaire des problèmes économiques et d’animateur de la ville.

19Outre l’avancée du dossier de mise en œuvre de Nausicaa avec le choix de Jacques Rougerie comme architecte concepteur, Guy Lengagne s’efforce de faire évoluer le port de Boulogne en concertation avec la Chambre de commerce. Comme le rappelle le président de l’organisme consulaire, Pierre Rémoleux « le Transmanche a la côte d’amour à Boulogne ». Les quatre millions de passagers, 350 000 véhicules dont 30 000 autocars répertoriés en 1982 justifient des investissements pour le remblaiement d’une partie du bassin Napoléon, pour l’établissement de quatre postes à quai au lieu de trois, d’une passerelle double, pour l’obtention d’un des bateaux de la nouvelle génération dans le but de maintenir la ville comme second port de voyageurs, d’en faire « la porte de l’Angleterre ». Les cent cinquante millions de francs nécessaires doivent permettre à la cité de recevoir plus de six millions de voyageurs, 200 000 véhicules commerciaux pour 1,5 millions de tonnes de marchandises. La réalité n’est pas au rendez-vous des espérances : en 1988, le trafic voyageurs du Transmanche est inférieur à 2 millions de personnes.

20Dans le domaine de la gestion à long terme, Guy Lengagne veille, en lien avec les autorités compétentes, à doter Boulogne d’un centre important pour la recherche maritime. Des rencontres entre professionnels et scientifiques permettent la création en 1984 d’IFREMER (Institut Français de Recherche et d’Exploitation de la Mer), issue d’un regroupement d’organismes spécialisés. Boulogne est ainsi appelée selon lui à devenir une base capitale pour le développement des activités liées à la mer grâce à ce centre de recherche, à la station marine de Wimereux et au futur Centre National de la Mer.

21Devant les difficultés grandissantes de certains piliers de l’activité économique boulonnaise, Guy Lengagne oriente sa politique dans deux activités d’avenir. Il participe à ce grand effort mené par les membres du Conseil général en faveur de la création d’une implantation universitaire dans le Pas-de-Calais et sur le Littoral. Dès 1962, Calais, par l’entremise de Jacques Vendroux, le premier magistrat de la cité, avait obtenu l’ouverture d’une formation en sciences. Les élus de la région dénoncent en matière d’enseignement supérieur le « retard du Nord-Pas-de-Calais ». En octobre 1987, s’ouvre à Boulogne une antenne de l’Université de Lille III (Sciences humaines, Lettres, Arts), à l’initiative de son président, Alain Lottin, qui a signé le 18 juin précédent une convention avec Guy Lengagne, le président du SIVOM (Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple) de l’agglomération boulonnaise. Le premier magistrat affirme également la vocation touristique du premier port de pêche français. À la veille des échéances municipales de 1989, il annonce la création d’un poste de directeur de station. Vieux centre balnéaire, la ville est selon lui appelée à redevenir une cité de villégiature. Pascal Thérain, directeur du Comité régional du tourisme Nord-Pas-de-Calais est chargé de faire la promotion de la ville, de « vendre » un produit constitué par la plage, le château-musée, la façade maritime, la vieille ville et le futur Centre National de la Mer. Un contrat Ville-Région-État portant sur trois millions de francs doit faciliter à partir du mois d’avril suivant la mise en place, comme le précise Claude Alian, « d’une fusée à plusieurs étages » tels que la mission Côte d’Opale mais dont le fer de lance est le Syndicat d’initiative de Boulogne.

Convention pour l’ouverture d’une antenne universitaire à Boulogne-sur-Mer signée entre Alain Lottin, Président de l’Université Charles-de-Gaulle - Lille III, et Guy Lengagne, Député maire de Boulogne-sur-Mer (juin 1987).

Convention pour l’ouverture d’une antenne universitaire à Boulogne-sur-Mer signée entre Alain Lottin, Président de l’Université Charles-de-Gaulle - Lille III, et Guy Lengagne, Député maire de Boulogne-sur-Mer (juin 1987).

Collection particulière.

22Les difficultés du secteur industriel, les problèmes de la pêche accélèrent la montée du chômage qui atteint 18 % en 1989. Le désenclavement espéré de la cité par la mise en place de l’A16 se fait attendre. L’insuffisance de parkings rend la circulation à l’intérieur de la ville souvent difficile. Cependant une enquête menée auprès des chefs d’entreprise de l’arrondissement en mars 1989 fait état d’une situation assez paradoxale : les dirigeants ont le sentiment d’être désavantagés par rapport au reste du département en matière de transport, de formation et d’enseignement mais considèrent qu’ils bénéficient d’un cadre de vie agréable et font preuve d’un optimisme supérieur à la moyenne départementale dans l’espoir d’une reprise de leurs activités. Guy Lengagne peut donc espérer une issue favorable à son troisième rendez-vous avec les électeurs. « Chauds les beffrois » annonce le quotidien régional le samedi 11 mars 1989 : cette exclamation concerne davantage, selon les spécialistes, d’autres cités littorales que Boulogne.

Le coup de tonnerre de mars 1989

23« L’avenir est bel et bien une vitre brouillée. Il y a un mois, personne, mais absolument personne n’aurait parié le moindre kopeck sur la défaite de Guy Lengagne à Boulogne, l’une de ces villes du Pas-de-Calais que le PS paraissait détenir pour des lustres encore ». En ce dimanche 19 mars 1989, un nouveau venu, Jean Muselet, âgé de 67 ans, encore inconnu politiquement de la plupart des Boulonnais quelques mois auparavant, voit sa liste l’emporter sur celle de l’ancien secrétaire d’État à la Mer. Le père du surprenant vainqueur, menuisier d’origine, devient, à la suite de son mariage, épicier, place Navarin à Boulogne. Le jeune garçon reçoit une éducation catholique. « Forts soucieux de l’évolution de la distribution » et de l’apparition d’un « succursalisme du camion », ses parents vivent dans l’inquiétude des mutations obligées de la profession et font partager ce souci des problèmes socioprofessionnels à leur fils. Habitant à proximité de la Bourse du Travail, il est marqué par les conflits entre manifestants et gendarmes à cheval en 1936 mais aussi par ces chômeurs qui pointent rue d’Artois et défilent dans la rue en réclamant « du travail et du pain ».

24Jean Muselet quitte sa ville natale pendant la guerre 1939-1945 et réussit à être embauché dans le sud de la France comme domestique de ferme, puis comme bûcheron et charbonnier aux Chantiers de jeunesse (Le Monde, 26/27 mars 1989). Au lendemain de la guerre, il travaille avec ses parents dans l’entreprise familiale, une épicerie, qu’il rachète ensuite à ses frères et sœurs. Responsable de cette petite entreprise, il y met en place un système de « communauté de travail » avec intéressement et participation des salariés. En 1962, il crée sa première grande surface de vente.

25Autodidacte, Jean Muselet partage le souci de la distribution de ses parents et réussit à partir d’une petite entreprise familiale de quartier à monter une chaîne de 20 supermarchés rassemblant un millier d’employés avec un chiffre d’affaires proche du milliard de francs. Comme le rappelle très habilement ce directeur de société dans une publicité qui paraît dans La Voix du Nord du mercredi 8 mars, « partir d’une petite entreprise pour en arriver là, c’est une réussite, la réussite, ce n’est pas du hasard ». Jean Muselet confie au public du quotidien régional ses « secrets » : la qualité de la communication entre les personnes, la répartition des résultats entre tous ceux qui travaillent, la culture du sentiment d’appartenance à l’entreprise, les économies faites grâce à une concentration des supermarchés dans la région, le dynamisme de chaque collaborateur. La photo qui accompagne le texte montre Jean Muselet intervenant dans un petit groupe de jeunes salariés de son magasin.

26L’approche politique est indirecte : le journal Le Monde qui classe Jean Muselet dans les « divers droite » fait remarquer cependant que celui-ci « refuse tout attachement politique et n’a effectué que de brefs passages dans le passé au MRP et au RSU ». Ce souci de l’indépendance vis-à-vis des appareils politiques s’accompagne d’une volonté de sobriété dans les déclarations, de détachement dans les rapports avec la presse : il ne fait pratiquement pas campagne, se contente de présenter sa liste « Réussir Boulogne » composée de Jacques Girard, journaliste, d’Annie Wable, publiciste, de Philippe Guilbert, chauffeur routier sans emploi, d’Alain Vadet, vétérinaire, Nathalie Chirez, secrétaire commerciale. Cette liste, précise le journal, a été remise hier matin « par porteur, sans photo ni commentaire ». Lors de la présentation à la presse, Jean Muselet, après avoir fait remarquer qu’un « maire chef d’entreprise sera plus efficace pour accueillir des chefs d’entreprise de l’extérieur », rappelle le thème de campagne : « donnez-nous six ans pour réussir Boulogne ». Annie Wable, colistière, insiste sur le souci touristique de « créer une vitrine de la France à Boulogne ».

27Ce mystère est entretenu par ses concurrents qui, avant même sa parution, dénonce l’apolitisme fictif et inefficace de cette liste. Gérard Longuet, ancien ministre des PTT, délégué général du parti républicain, vient soutenir la liste « Pour relever Boulogne » conduite par le docteur Delecour, Francis Leroy et le docteur Dickès. Il fait remarquer que la « démarche apolitique aboutit à l’isolement » mais dénonce aussi les socialistes qui « sont compétents pour dépenser l’argent que les autres s’évertuent à gagner ». Philippe Vasseur dont l’épouse occupe la dernière place de la liste RPR-UDF, annonce l’avènement de « la nouvelle génération, celle de la reconquête ». Le programme de la liste est établi pour l’horizon 2000 et se fixe sur le combat en faveur de l’emploi, « objectif prioritaire » avec trois axes principaux, la pêche, le tourisme, les implantations d’entreprises grâce à des actions générales sur l’urbanisme, sur le désenclavement avec la future A16, le souhait de voir l’Université du Pas-de-Calais « en grande partie décentralisée à Boulogne » et des actions spécifiques avec des projets de parkings, de voies piétonnes, la construction d’un port de plaisance et l’ambition de faire de Boulogne une technopole au cœur d’une communauté urbaine.

28Guy Lengagne mène dans le cadre de l’union de la Gauche reconduite une campagne qu’il veut sereine. Dominique Dupilet, son adjoint aux affaires sociales a choisi de se présenter à Wimereux où un modéré, le docteur Bresson, renonce à briguer un nouveau mandat. Guy Lengagne refuse de répondre aux tracts et aux attaques distillées par l’Indiscret du Pas-de-Calais de Jacques Girard mais justifie le financement de sa campagne et affirme être en lutte avec « deux listes de droite ». Son programme comporte des priorités sociales, éducatives, professionnelles et urbanistiques. « Il serait dramatique que Boulogne n’ait pas un maire qui ait des contacts avec le Gouvernement quelqu’il soit, qui ait un réseau de relations ». Guy Lengagne rappelle son souhait de renforcer les liens avec les milieux économiques. Optimiste, il espère, pour faire face aux échéances européennes, à la construction du Tunnel, pouvoir signer avec l’État et la Région « un contrat de ville » pour les futurs grands projets urbains.

29Les résultats du premier tour dans le Pas-de-Calais ne comportent « pas de grosses surprises, encore que… » titre La Voix du Nord qui continue ainsi : « plutôt inattendu est par ailleurs le résultat de Boulogne où les observateurs s’attendaient à une réélection sans trop de problèmes de M. Guy Lengagne ». En effet la liste qu’il conduit obtient 47,02 %, celle de Bernard Delecour, 14,03 % et la liste de Jean Muselet atteint 38,95 %. Certes la liste Lengagne l’emporte dans 21 bureaux de vote de la ville sur 31 mais la liste de Jean Muselet est en tête dans un bureau de l’Hôtel de ville et dans 7 autres bureaux dont celui de la place Navarin. Comme pour confirmer selon la formule de Guy Lengagne que « c’est maintenant un combat Gauche-Droite », Bernard Delecour fait savoir qu’il fera « tout pour que M. Lengagne soit battu ». Philippe Vasseur se refuse à « s’interroger sur les causes de la crise que connaît l’opposition boulonnaise depuis longtemps » et considère qu’« une seule chose compte : mettre fin à la gestion de la municipalité qui a fait tant de mal à Boulogne ».

30Jean Muselet dès l’annonce des résultats confirme que sa « préférence » est de présenter une liste « identique au second tour ». Se refusant à se considérer comme « un chef », il va consulter ses colistiers. La décision de Bernard Delecour de se retirer lui facilite le choix. En dehors de la surprise causée par cette « lame de fond » en faveur de Jean Muselet, le nombre des abstentionnistes, au-delà du seuil habituel cache des déceptions, un désintérêt de certains électeurs. Le taux de participation est en effet très faible, 63,77 % de votants contre 73,26 % en 1983. Guy Lengagne peut espérer rallier des abstentionnistes en s’appuyant sur le score de François Mitterrand aux présidentielles de 1988 à Boulogne : 62,20 %. Conscient du péril, il indique qu’il a compris que les Boulonnais dans un contexte difficile ont voulu « [nous] transmettre un message ». Il fait allusion aux rumeurs qui « circulaient depuis des mois, des années mêmes ». Dominique Dupilet, lui aussi en ballottage délicat à Wimereux, rappelle qu’il soutient l’union de la gauche à Boulogne et dénonce « un tract faisant croire qu’[il] soutenai[t] la liste de M. Muselet ». Francis Leroy dénonce les campagnes de diffamation et se refuse à prendre position car selon lui « ni l’une ni l’autre [des listes] n’apporte de véritable solution ». Il considère que la droite a échoué « par ses divisions internes » et la gauche « par son assoupissement ».

31La lutte est tellement incertaine que La Voix du Nord estime que « M. Lengagne n’est pas encore battu mais s’il finit par l’emporter, il pourra considérer que le boulet est passé très près ». Boulogne devient d’autant plus « la ville phare du département » pour le second tour que les socialistes sont les grands bénéficiaires du premier tour où ils ont gagné sept villes de plus 35 000 h. Dans l’arrondissement de Boulogne, la situation est confuse avec des duels à Neufchâtel, Équihen, le Portel et Wimereux, des triangulaires à Outreau, Desvres, Samer. Dans la cité impériale, la mobilisation est forte. Des organisations se prononcent en faveur de la liste de gauche. SOS racisme estime qu’il ne faut « pas commettre l’irréparable : votons tous pour le premier pote de la ville, Guy Lengagne ». Le PSU, après avoir estimé que « certains socialistes se sont empoussiérés », considère que Guy Lengagne « est probablement le meilleur maire que Boulogne ait jamais eu » et que « gérer une ville exige une expérience différente de celle des affaires ». Le comité pour le souvenir du Général de Gaulle soutient Jean Muselet qui n’a pas modifié sa liste pour le second tour.

32Alors que la participation progresse de 6,5 %, Guy Lengagne voit cependant son bail résilié par les Boulonnais qui ne lui accordent que 49,12 % des suffrages soit 353 voix de moins que son adversaire : « le coup de semonce du 12 mars s’est transformé en coup d’assommoir pour l’ancien ministre de la Mer, terrassé non pas par ses habituels adversaires politiques mais par un nouveau venu, un de ces hommes issus de ce qu’il est convenu d’appeler la société civile et pour lesquels l’électeur a semble-t-il un fameux penchant ». Tel est l’essentiel de l’analyse fournie par Christian Cornevin dans La Voix du Nord qui titre le mardi 21 mars 1989 : « Boulogne assombrit le bonheur du PS ». En effet celui-ci gagne dans le département dix villes de plus de 3 500 habitants dont Wimereux et Desvres mais perd le premier port de pêche de France.

33Jean Muselet, fidèle à son image parle de « triomphe sage, modeste et tranquille », estimant qu’il doit son succès « à son aura personnelle », aux « erreurs de gestion » de la précédente municipalité et à « une sorte de rejet manifesté par le corps électoral pour les partis politiques ». Cette fois-ci Jean Muselet l’emporte dans 18 bureaux de vote sur 31 dont les deux de l’hôtel de ville, ceux du château-musée, du CCAS (Centre Communal d’Action Sociale), de la rue Thiers, du boulevard de Clocheville et de la rue de Bomarsund, alors que Guy Lengagne est victorieux dans 13 bureaux de vote comme ceux de la rue de la Résistance, rue A. Daudet et quai Chanzy. Le quartier de Brecquerecque est partagé de même que le quartier populaire du Chemin vert.

34Le vendredi qui suit le second tour, Guy Lengagne, lors de la passation des pouvoirs, après avoir félicité le nouvel élu rappelle que « c’est sans doute la première fois dans l’histoire politique de notre ville que des procédés que je n’hésite pas à qualifier de calomnieux ont été ainsi systématiquement utilisés ». Ayant reconnu qu’il avait « dégagé des priorités pour le long terme », que « c’était nécessaire mais peut-être insuffisamment perçu par la population », il s’engage à œuvrer en tant que député sans se substituer au maire. Dans son discours d’investiture, Jean Muselet se présente comme « un libertaire, pas à la façon de ceux qui plaçaient des bombes en 1900, mais un libertaire de l’an 2000 qui refuse les tutelles des partis ». Lors de l’élection des adjoints, les conseillers élus de l’opposition de gauche quittent la séance au moment de l’élection de Jacques Girard comme premier adjoint en signe de réprobation devant cette nomination.

35En effet, parmi les multiples facteurs qui peuvent expliquer ce résultat, figure « le travail de sape » de Jacques Girard par le canal de son journal l’Indiscret du Boulonnais. Journaliste à l’hebdomadaire de l’arrondissement, La Semaine du Boulonnais, il décide de lancer un périodique satirique qui s’en prend tout particulièrement à la gestion et aux dirigeants de la municipalité socialiste. Non content d’opérer une critique acide appuyée, selon Francis Leroy, sur « des attaques personnelles et des calomnies qui ne sont pas tolérables dans une démocratie », il réussit à préparer une liste détachée des structures de parti avec des hommes venus d’horizons très divers et à placer à sa tête Jean Muselet qui possède l’image d’un patron social, soucieux de la participation dans l’entreprise. La combinaison de la satire et de la compétence professionnelle produit un effet de séduction sur une partie de l’électorat boulonnais déçu par les divisions de la droite et la gestion de la municipalité d’union de la gauche.

36D’autres raisons tiennent également à l’attitude de l’équipe au pouvoir. Guy Lengagne, fort de ses mandats électoraux multiples, de ses fonctions ministérielles n’a pas cru nécessaire d’insister sur la réalité de son action, d’en donner à de nombreuses reprises des traces significatives. Cette confiance s’appuie sur le constat des résultats électoraux supérieurs à 60 % pour le Parti socialiste dans chacune des grandes consultations électorales, notamment lors des présidentielles et des législatives. Le maire est également victime des critiques émises à l’encontre de ce qui apparaît comme des erreurs dans la gestion de certains de ses collaborateurs diversement appréciés. D’un naturel plutôt discret, le député a estimé que les électeurs ont assez de lucidité pour comprendre que l’action politique s’inscrit dans le long terme et que des investissements, des réflexions n’aboutissent pas toujours dans le cadre d’un mandat de six ans. Conscient de ce déficit d’image, le candidat-maire a tenté à la veille de l’élection de fournir une vision plus ambitieuse de ses projets en dévoilant le plan de modernisation du centre-ville, en insistant sur la politique touristique : « Je suis frappé d’un syndrome dont sont victimes beaucoup d’hommes politiques qui préparent l’avenir à long terme et ne se préoccupent peut-être pas assez du quotidien » (La Voix du Nord, 17 juin 1995).

37Le départ de Dominique Dupilet, adjoint aux affaires sociales, apprécié dans le quartier populaire du Chemin vert, a certainement fait perdre à la liste d’union de la gauche quelques points nécessaires au succès dès le premier tour. L’ambiguïté s’est maintenue durant la campagne pour le second tour : le futur maire de Wimereux a dû rappeler son soutien total à la liste d’union de la gauche à cause de la diffusion de tracts faisant croire qu’il avait choisi et demandé de soutenir la liste de Jean Muselet. Les destins politiques de deux responsables socialistes vont à nouveau se croiser lors des échéances futures. Dominique Dupilet, né le 10 octobre 1944 à Wandignies-Hamage, d’un père coiffeur, est devenu dès 1977 le plus jeune député du Pas-de-Calais à la suite du décès de Louis Le Sénéchal puis conseiller général du canton de Boulogne-Nord-Ouest à partir de 1979. Cet ancien animateur de la Fédération Léo Lagrange devient maire de Wimereux puis président du SIVOM (Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple) de l’agglomération boulonnaise. Quand le district, créé en juillet 1991 et présidé par Dominique Dupilet avec Jacques Girard comme vice-président, prend en charge en novembre 1992 la mise en œuvre du vaste projet « Boulogne 2010 », cette instance apparaît alors comme une force de proposition crédible. L’abstentionnisme élevé, indice d’un scepticisme joint aux critiques acérées de certains opposants, et « l’aura personnelle » de Jean Muselet ont permis la victoire surprise de la liste issue de la société civile.

38Très rapidement, Jean Muselet rencontre des difficultés dans la gestion de son équipe. Dès la fin de 1989, il retire sa délégation de premier adjoint à Jacques Girard en conflit avec le maire notamment sur l’achèvement du programme de construction du Centre National de la Mer. Le vote du premier budget de l’équipe nouvelle est difficilement obtenu et en juin 1990, le maire subit l’assaut de l’opposition de gauche conjugué à celui d’une partie de son équipe municipale : il est mis en minorité à plusieurs reprises, certains cadres de l’administration municipale décident de demander leur mutation. Un retrait de délégation du maire est réclamé en octobre 1990 mais le remplacement du premier magistrat par Jacques Girard au SIVOM permet d’éviter une crise majeure. Le budget primitif de 1991 est voté malgré les critiques de l’opposition sur le mode de gestion et celle des trois adjoints victimes de retrait de délégation. L’alliance objective entre ces deux types d’opposition aboutit à des mises en minorité du maire notamment sur le dossier de l’Université du Littoral dont il est question à propos du parking Saint-Louis. À trois reprises, le compte administratif 1991 est refusé et la Chambre régionale des comptes doit intervenir. Les rapports ne s’améliorent pas au sein de l’équipe municipale durant les années suivantes. Au cœur de ces difficultés, Jean Muselet, candidat lors des cantonales pour le nouveau canton du Portel, est élu et se voit réconforté par les 57 % de voix obtenues dans les bureaux de vote de Boulogne. Les divisions ne semblent pas porter atteinte à son image.

Jean Muselet, maire de Boulogne de 1989 à 1996.

Jean Muselet, maire de Boulogne de 1989 à 1996.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

La confirmation de juin 1995

39Avec un certain étonnement, la presse relate le vote relativement aisé du budget de la ville en mars 1995 : l’opposition est venue de l’adjointe au tourisme, Annie Wable qui estime insuffisante la dotation consacrée à ce secteur d’activités, en baisse de 30 % sur les trois dernières années. La situation n’est cependant guère favorable au maire. Outre les dissensions vives au sein de l’équipe municipale, la ville connaît des problèmes : les commerçants sont inquiets du lancement du centre commercial « La Cité de l’Europe », à proximité de Calais, la compagnie Meridian Ferries, à la suite d’un conflit ouvert avec les salariés, décide de fermer sa ligne à Boulogne, les pêcheurs manifestent leur colère devant les importations extra-communautaires de produits de la mer, le chômage reste très élevé. Les élections présidentielles d’avril-mai 1995 permettent à la gauche de constater qu’elle est toujours majoritaire sur la ville de Boulogne : Lionel Jospin recueille, au second tour, 54,69 % des suffrages exprimés.

40Jean Muselet décide cependant de présenter une liste malicieusement intitulée « Notre Parti, c’est Boulogne » qui s’appuie sur les fidèles du maire : il ne reste que quatre adjoints et cinq conseillers municipaux sur les 32 de 1989. Le but fixé est de terminer l’œuvre commencée. Il s’agit « d’achever l’embellissement de la ville » grâce à la modernisation du centre-ville, la piétonnisation partielle de certaines rues, l’implantation de parkings, la poursuite des travaux du quai Gambetta mais aussi de lutter contre l’exclusion, d’aider les plus défavorisés avec une maison des Associations en projet. Jean Muselet indique que sa candidature correspond à son souci de « rester solidaire de ceux qui [lui] ont apporté leur concours ». Le discours reste volontairement sobre et proche du langage quotidien, loin des envolées idéologiques et surtout opposé à tout embrigadement politique. En effet le candidat à sa propre succession refuse l’investiture officielle des partis de droite en réaffirmant sa volonté de rester indépendant des appareils politiques, ce qui ne l’empêche pas d’accepter de prendre sur sa liste le sous-préfet hors-cadre Bernard Fiolet, membre du RPR, chargé de mission au ministère de l’Intérieur.

41La ville connaît durant cette période une effervescence électorale assez rare puisque huit autres listes entrent en lice. Près de 400 Boulonnais se présentent, soit un candidat pour 70 électeurs. À l’abstentionnisme montant s’oppose un engagement militant d’une partie importante de l’électorat. À droite, Jean-Pierre Dickès se situe clairement dans la majorité présidentielle, Jacques Fourny est le responsable d’une liste animée par le Front national. Annie Wable, conseillère régionale dans le groupe Borloo, veut rassembler ceux qui ont « la passion d’agir ». Alors que Daniel Barras, écrivain public, se présente comme « la voix des exclus, des obscurs, des sans-grade » et refuse de s’installer dans le champ politique, la gauche arrive en ordre dispersé. Charles Danel présente une liste radicale, Jean Laplace, secrétaire de l’Union locale CGT, grâce au soutien de Jean Bardol obtient des instances régionales et nationales l’autorisation de présenter une liste communiste au premier tour. La raison essentielle de cette arrivée en ordre dispersé de la gauche tient à la lutte que se livrent les deux candidats socialistes à la mairie, Guy Lengagne et Dominique Dupilet.

42À la suite de divergences entre les responsables fédéraux et la section socialiste de Boulogne-sur-Mer conduite par Frédéric Cuvillier, toute acquise à Guy Lengagne, une seconde section baptisée Henri Henneguelle, de création récente et dirigée par Stéphane Duflos soutient la candidature de Dominique Dupilet investi officiellement par la Fédération socialiste du Pas-de-Calais animée par Daniel Percheron. En mars 1995, Lionel Jospin vient d’ailleurs en personne à Wimereux soutenir le candidat déclaré qui ouvre sa campagne à Outreau deux mois plus tard puis installe sa permanence, Grande Rue. Parmi les membres de son comité de soutien figurent Didier Hoyer, médaillé olympique, Jean-Marc Le Garrec armateur, vice-président de la Chambre de commerce qui entretient de bonnes relations avec le district. Dominique Dupilet vise à présenter une liste largement ouverte à la société civile, à faire une campagne de rassemblement et à tirer bénéfice de sa gestion du district, fer de lance du développement de l’agglomération.

43Alors que Jacques Girard a décidé de ne pas se présenter après avoir constaté que c’est le district présidé par le maire de Wimereux qui lui « a apporté le plus de satisfaction », Jean-Pierre Dickès interpelle Francis Leroy devenu président de la Chambre de commerce à propos de ce qu’il appelle « une sollicitude » à l’égard d’une liste concurrente et fait remarquer que Jean-Marc Le Garrec, vice-président de la CCIBM (Chambre de Commerce et de l’Industrie de Boulogne-Montreuil) adhère « au comité de soutien de ce même candidat ». La polémique s’amplifie quand des affirmations d’un homme d’affaires reprises par Jean-Pierre Dickès suggèrent qu’une subvention de 1,5 millions de Francs aurait été versée par le district à la société Meridian Ferries via la CCIBM. Dominique Dupilet, doit alors, en pleine campagne pour les municipales, menacer d’envisager une procédure contre la Chambre de commerce et reçoit des critiques venant du maire de Boulogne-sur-Mer sur sa gestion de l’argent public.

44L’adversaire le plus coriace du candidat investi par le Parti socialiste n’est autre que Guy Lengagne qui décide, alors que la section socialiste de Boulogne-sur-Mer est dissoute par les instances fédérales en mars, de se présenter « pour défendre l’honneur de la ville de Boulogne ». Dans ce contexte très tendu, Guy Lengagne annonce disposer de plus de mille soutiens dans la cité, il rappelle que sa mise à l’écart s’explique par son refus d’accepter « des décisions prises par l’appareil départemental du PS qui mettaient en péril les intérêts de la ville, qu’il s’agisse de l’autoroute, du TGV ou de la Cité de l’Europe » (La Voix du Nord, 7 mai 1995). L’autre aspect de son engagement s’inscrit dans le cadre d’une « nécessité morale ». Car, selon lui, « il s’agit de relever l’honneur perdu de ceux qui ont placé leur confiance dans un appareil dont les responsables n’ont pas su résister à l’ivresse du pouvoir ». Considérant que Dominique Dupilet a été « parachuté » à Boulogne, les dirigeants de la section dissoute s’étonnent de voir le Parti socialiste écarter Guy Lengagne, « un ancien ministre intègre dont le seul tort est d’avoir respecté la régie démocratique (…) alors qu’il tolère dans ses rangs Jacques Mellick, un ancien ministre qui a menti devant la justice ». Guy Lengagne, fort de la « paternité de Nausicaa », espère être en tête au premier tour.

45Pour expliquer cette lutte implacable, Jacques Leroy, dans La Voix du Nord du 17 juin 1995, rappelle qu’il faudrait remonter au temps de la succession d’Henri Henneguelle pour comprendre la déchirure politique qui éclate au grand jour. « La fracture du socialisme boulonnais ne naquit-elle pas de “l’éviction démocratique” d’un septuagénaire dont la jeune garde du parti jugeait qu’il avait fait son temps ? La désunion l’emporta sur la discipline ». Le choix de la dénomination de la section socialiste nouvelle favorable à Dominique Dupilet est un indice complémentaire qui pourrait étayer cette interprétation historique. Jean Muselet, le même jour, évoque ce « climat conflictuel entre Lengagne et Dupilet qui remonte à longtemps ».

46Le verdict des urnes place, à l’issue du premier tour, Dominique Dupilet en tête avec 27,56 % des voix alors qu’il espérait dépasser les 30 %, suivi de Jean Muselet qui, avec 25,99 %, est loin des 38,95 % du premier tour de 1989. Guy Lengagne obtient 23,07 % et reste dans la course. La gauche avec les 5,45 % du communiste Jean Laplace est donc largement dominante. Du fait de la « guerre des deux roses », une triangulaire permet à Jean Muselet de l’emporter avec 36,77 % des suffrages exprimés, contre 35,56 % à Dominique Dupilet, soit moins de 200 voix et 27,67 % à Guy Lengagne. Le maire réélu l’emporte dans 18 bureaux de vote contre 10 pour le candidat du PS et 4 pour Guy Lengagne. Comme le reconnaît le quotidien régional, « la lutte fratricide laissera des traces » dans une ville qui a voté à gauche à 63 %.

47Le paradoxe est donc confirmé : Boulogne-sur-Mer, ville bastion socialiste qui était réputée imprenable, continue de confier à la gauche pour l’essentiel les mandats cantonaux, législatifs, vote largement en faveur du candidat socialiste aux présidentielles mais, après 28 ans de gestion par Henri Henneguelle et Guy Lengagne, elle confie pour la deuxième fois son destin à un chef d’entreprise septuagénaire qui fait figure de sage avec une équipe plus soudée que la précédente. Une autre donnée semble solidement s’installer : « l’abstentionnite aiguë ». Elle atteint des taux élevés et reste proche de 35 % même au second tour. La cité considérée comme la ville phare du Pas-de-Calais en 1989 à cause de la victoire surprenante de Jean Muselet devient une ville au triste record pour l’abstentionnisme électoral. Le phénomène devenu chronique nécessite une sérieuse et préalable réflexion de la part de tous les acteurs politiques.

Le retour de Guy Lengagne

48Le décès de Jean Muselet, survenu le 9 octobre 1996, remet en cause la fragile reconstruction politique issue du dernier verdict des urnes. Durant la campagne municipale brève mais incisive, Bernard Fiolet, dans le cadre de la majorité présidentielle, propose une nouvelle voie conjuguant la fidélité à l’héritage légué par Jean Muselet et le renouveau, Dominique Dupilet se présente comme le candidat de l’union de la gauche, Guy Lengagne souhaite « une vie politique plus claire » et la fin « des magouilles d’appareil ». Au soir du premier tour, le 1er décembre, deux constats identiques à l’élection précédente s’imposent : l’abstention, impressionnante pour un tel type d’élection, touche plus de 45 % des citoyens et les résultats font resurgir une triangulaire où Bernard Fiolet avec 17,45 % des voix, Dominique Dupilet avec 33,43 % sont distancés par Guy Lengagne qui recueille 37,84 % des suffrages. Dans le duel qui oppose Dominique Dupilet et Guy Lengagne, la stratégie d’alliance des forces de gauche s’efface devant la capacité de mobilisation du candidat Guy Lengagne, relancé par sa bonne campagne précédente. Celui-ci rassemble au second tour 46,82 % des suffrages et laisse loin derrière Bernard Fiolet (18,09 %) qui n’a pu tirer profit de la querelle des deux frères ennemis et Dominique Dupilet (35,09 %), candidat officiel d’une gauche qui obtient presque 65 % des voix lors des scrutins nationaux.

49Après avoir estimé que « cette victoire est celle de la démocratie », que « la ville a assez souffert des dissensions internes ces dernières années », le futur et ancien maire de Boulogne au soir de sa victoire le 15 décembre 1996 tient à rappeler que « le plus dur commence ». Le dimanche 22 décembre, Guy Lengagne est élu premier magistrat de la cité, et le 7 janvier 1997, lors du renouvellement partiel de l’assemblée des élus de l’agglomération boulonnaise, grâce aux 49 voix obtenues au second tour en sa faveur sur un total de 55, il s’installe dans le fauteuil de président du district. Francis Leroy, au nom de la CCIBM lors de la présentation des vœux, le même jour, tient à « affirmer la nécessité d’un travail en commun, dans le même sens, entre la nouvelle municipalité, le district et la Chambre de commerce ». Après le gros temps, le navire boulonnais entre-t-il dans des eaux pacifiques à la veille du siècle nouveau ?

Guy Lengagne lors de la campagne électorale de 1996.

Guy Lengagne lors de la campagne électorale de 1996.

Photo Voix du Nord. Cliché Guy Drollet.

Une activité économique en recomposition

50La prospérité et les certitudes des Trente Glorieuses ont connu une sérieuse remise en cause durant les dernières décennies au point de transformer assez profondément le profil économique de l’agglomération.

Les piliers anciens en crise

Boulogne premier port de pêche

51L’affirmation identitaire reste vraie mais son contenu a subi de sérieuses modifications en raison d’une conjoncture aléatoire. La crise de la pêche est multiple dans ses manifestations. La production a tendance à se stabiliser voire même à baisser dans les années 1980 à cause des contraintes communautaires qui obligent les marins à respecter les taux de capture fixés dans le cadre de l’Europe bleue. Le coût d’exploitation lié à la modernisation, à l’augmentation des prix du carburant, à la stagnation des prix du poisson pousse fatalement à la diminution des bateaux : de 28 navires en pêche industrielle en 1980, la flotte passe à 14 navires en 1994 et 13 chalutiers en 1995. Les 9 bateaux de pêche semi-industrielle présents surtout à Boulogne en 1980 ont tous disparu en 1994. Cependant la pêche artisanale compte 209 unités contre 199 en 1980. Elle représente désormais la moitié du tonnage ainsi que du chiffre d’affaires. Dans le domaine de l’emploi, les effectifs en pêche industrielle passent dans le même temps de 594 hommes d’équipage à 318 sur les gros bateaux en 1994 et à 253 en 1995. Les 103 marins occupés dans la pêche semi-industrielle n’ont pu se reconvertir dans l’activité artisanale qui passe de 785 à 653 matelots.

52La baisse de la ressource, la crise et l’ouverture du marché, les différences au sein de l’Europe devant le coût de protection sociale, l’inégalité de la taxation des productions locales face aux produits importés expliquent en partie les problèmes de la pêche industrielle qui a perdu la moitié de son tonnage en 15 ans. La pêche côtière semble mieux résister notamment grâce à une plus grande facilité d’adaptation. Dans les années 1970-1980 cette activité compte 450 marins sur 120 bateaux à Boulogne où domine la flotille étaploise. Face à une concurrence de plus en plus forte, le plan Mellick permet d’absorber 30 % de la flottille réduite à 60 navires et 300 marins qui représentent 10 à 15 % des apports locaux. La rémunération à la part associe l’ensemble de l’équipage à la réussite ou aux pertes du navire. La CME (Coopérative Maritime Étaploise), fondée en 1958 par Joseph Bigot, regroupe une centaine de navires, 500 marins, traite de 23 à 25 000 tonnes de poissons par an soit 40 % de la production locale vendue à Boulogne. À la prise en charge de la logistique et de la mise en marché de la production, la CME ajoute une fonction de groupement d’achat au sein de « l’Étaploise » pour l’avitaillement de ses sociétaires ainsi que l’armement à travers ACANOR (Armement Coopératif Artisanal du Nord) qui a permis d’offrir la possibilité d’accès à la propriété de 55 navires mis à flot depuis sa fondation. Des poissonneries et restaurants aux structures juridiques distinctes permettent d’écouler une partie de la production à Boulogne, Étaples, Lille.

53En 1984-1985, la baisse de la production, les chiffres d’affaires plus faibles entraînent une inquiétude générale au moment où Guy Lengagne, député de Boulogne, occupe les fonctions de secrétaire d’État à la Marine marchande. Comme en 1980-1981, des propositions de modifications d’effectifs à la baisse sont faites par les armateurs. Un accord négocié par les syndicats CFDT et CGT est refusé par les marins. D’autres manifestations en février 1994 ont trait aux salaires, au personnel à bord, elles sont également provoquées en partie par les importations de poisson des ports de la CEE et des pays-tiers. La mise en place d’un comité de survie sur le plan national vise à répondre à ce défi. En mai 1995, un navire congélateur est pris en otage à Boulogne par les marins sous la conduite de Jean-Pierre Noël. Ancien navigant, celui-ci a d’abord été délégué de bateaux dès 1971 avant de devenir permanent du syndicat maritime nord CFDT à partir de 1991. La nomination de Philippe Vasseur, comme ministre de l’Agriculture chargé également des problèmes de la pêche durant ce même mois permet aux responsables de rappeler les trois objectifs prioritaires : l’arrêt des importations de poissons extra-communautaires, l’application par les autres pays de l’Union Européenne des normes définies dans le mareyage et la salaison, la reprise des négociations salariales suspendues depuis deux ans.

54Boulogne reste donc le premier port de pêche avec 63 000 t de poisson débarqué en 1995 contre 120 000 dix ans auparavant. Le lieu noir est la première espèce de poisson frais suivie du merlan, du maquereau, du sébaste péché dans le golfe de Gascogne, du hareng. L’armement à la pêche occupe encore environ 1 500 personnes dont plus d’un millier dans la pêche artisanale et côtière. Mais surtout le port est devenu dans le même temps le premier centre européen de transformation et de distribution des produits de la mer avec 250 000 tonnes traitées. Près de 7 000 personnes travaillent dans ce secteur, soit le quart de la population active du canton dont 4 200 sur le site de Capécure où les entreprises de marée emploient 1 600 personnes, la salaison 600, les deux conserveries Pêche et Froid et Delpierre Conserves 180 personnes et les entreprises de surgélation et de fabrication de plats cuisinés plus de 1 000 personnes. La production locale ne suffit pas pour cette activité de transformation et nécessite des apports extérieurs de matières premières pour satisfaire la demande des firmes célèbres comme Findus, Pompon rouge, Brut de mer qui traitent et commercialisent le poisson.

55Plus du quart des approvisionnements de produits de la mer sur le plan national est fourni par les structures portuaires de la cité qui assure 25 % du mareyage, 65 % de la salaison-fumaison maritime, 50 % des produits surgelés et plats cuisinés à base de poisson, plus de 20 % de la production nationale de conserves. La gare de marée gère le suivi de plus de 70 lignes routières quotidiennes vers l’ensemble du territoire national mais également vers les pays de l’Union Européenne. Des problèmes financiers sont posés dans cette filière par l’indispensable modernisation des installations de traitement du poisson et la mise aux normes sanitaires européennes.

Boulogne, port de commerce

56L’activité portuaire en dehors de la pêche comporte un double trafic de marchandises et de voyageurs. Là également, les résultats sont à la baisse : de 3,8 millions de tonnes en 1981, le port de commerce passe à 2,8 millions en 1995. Les principales importations en dehors du trafic transmanche sont les minerais pour la moitié, le papier et la pâte à papier pour un quart. Les exportations se divisent en trois grands types, les clinkers, granules durs pour le ciment, le ferro-manganèse et les denrées alimentaires.

57Le trafic transmanche est l’objet d’une sollicitude financière de la Chambre de commerce qui veut en faire le second pilier de l’activité maritime avec la pêche. Alors qu’en 1982, le fret atteint 1,5 M de tonnes, il connaît entre 1994 et 1995 une grave crise liée à l’arrêt de la compagnie Meridian Ferries. Le trafic chute de 1 million de tonnes à moins de 320 000 t soit une baisse de 68 %. Le soutien financier de l’organisme consulaire à la compagnie s’explique par les enjeux économiques engagés : l’arrêt de la liaison Boulogne-Folkestone représente donc une sérieuse perte pour l’activité commerciale et a entraîné un déséquilibre dans la gestion du port par la Chambre de commerce engagée dans une coûteuse modernisation des installations vieillissantes.

58Le trafic passagers a été également fortement subventionné par les responsables du port. En 1979, le nombre de passagers s’élève à près de deux millions et demi, un Hoverport est créé. En 1982, Boulogne avec 4 millions de passagers est le second port de voyageurs, celui dont la progression est la plus importante. Grâce à d’importants travaux permettant l’accueil de ferries de la nouvelle génération, l’objectif est d’atteindre les 6 millions de passagers en 1984. Dix ans plus tard la désillusion est réelle : il ne reste que près de 750 000 clients en 1995. Une chute de 50 % entre 1992 et 1993 s’explique par l’arrêt sans préavis de la ligne Boulogne-Douvres assurée par la compagnie P&O European Ferries le 4 janvier 1993 et par l’abandon par la société Opale Ferries suite à l’incendie survenu dans le seul navire de cette compagnie. Cependant la société Hoverspeed, filiale de la Sea Containers, assure un service régulier avec un Sea Cat, catamaran géant qui, depuis juillet 1993, peut contenir 600 passagers et 80 véhicules. La baisse de trafic en 1995 par rapport à l’année précédente reste moins importante que celle qui affecte les Ferries du port de Calais, elle est compensée par une progression de 23 % des passagers en 1996. « La ligne Boulogne-Folkelstone bénéficie ainsi d’une niche spécifique qui permet de croire à sa pérennité face à la concurrence du Tunnel » selon les responsables.

Boulogne, ville industrielle

59En dehors du pôle halio-alimentaire qui représente 240 entreprises pour plus de 2 000 emplois, l’agglomération boulonnaise a connu des problèmes dans le secteur secondaire. En 1977, les trois grands secteurs de l’économie du Boulonnais sont la pêche, la sidérurgie et le bâtiment et les travaux publics. Le secteur secondaire possède alors près de 60 % des chômeurs soit 4 500 demandes non satisfaites avec une augmentation de plus de 260 % dans la sidérurgie suite aux licenciements intervenus aux Aciéries de Paris et d’Outreau. Entre 1982 et 1991, 4 000 emplois ont été perdus, dont la moitié dans les matériaux de construction et les bâtiments et travaux publics, viennent ensuite les secteurs de la fonderie, de la première transformation de l’acier, des constructions électriques et électroniques.

60La situation des APO est très révélatrice de la crise qui affecte en 1977 et 1978 l’industrie métallurgique. Cette entreprise fabrique des ferro-alliages à base de manganèse indispensables à la fabrication des aciers spéciaux et des pièces moulées dans sa fonderie d’acier. Elle exporte à 72 % ses produits spéciaux. Après avoir procédé à des réductions d’horaires, des mises en chômage partiel, à la fin de 1978, 1 025 personnes sont licenciées. Les hauts fourneaux sont repris en gérance par la société de Ferromanganèse Paris-Outreau (SFPO). En 1993, celle-ci ne compte plus que 460 personnes, produit 400 000 t de ferromanganèse et occupe la première place mondiale dans ce secteur. D’autres sociétés telles que Mausner SA dans le prêt à porter féminin, Plastic Flair spécialisée dans le salon de jardin sont présentes dans la zone boulonnaise. Conté SA, filiale de Bic, installée à Samer et Boulogne, est la première entreprise française d’articles d’écriture.

61Pour relancer l’activité industrielle, dès 1963 à l’initiative d’Henri Henneguelle et de Jean Le Garrec, le Syndival, syndicat mixte réunissant les 9 communes de l’agglomération boulonnaise et la CCIBM, a pris en charge le développement des zones industrielles en constituant un patrimoine foncier. Successivement ont été aménagées la zone industrielle de la Liane, de la Trésorerie puis celle de l’Inquéterie pour les industries légères qui accueillent essentiellement des activités de service, Créamanche et Garromanche, sous la présidence de Guy Lengagne, sont proposées pour surmonter les conséquences de la crise de 1977. Parmi les projets figurent aussi la zone de Wimereux, celle de Landacres sur 110 ha.

62En trente ans le paysage industriel a changé, des restructurations ont pu être bénéfiques mais l’agglomération boulonnaise reste touchée par le problème du chômage. Dans la zone de Boulogne, en 1995, près de 11 000 demandeurs d’emploi sont recensés par l’ANPE soit un taux annuel moyen de 16 % pour les hommes et de 22 % pour les femmes contre 6 000 chômeurs en 1980 et 3 000 en 1976. La catégorie la plus touchée parmi les jeunes de moins de 25 ans est celle du niveau CAP et BEP. Le chômage s’installe dans la durée : 44 % des personnes à la recherche d’un emploi le sont depuis plus de 12 mois.

Des faiblesses structurelles à surmonter

Boulogne, ville enclavée

63« Avec la fin des travaux de l’A26 dans le Pas-de-Calais, l’agglomération boulonnaise serait, dans quelques années, la seule de plus de 100 000 h de la région à ne pas être reliée au système autoroutier. Face à ce risque inacceptable, nous sommes intervenus à maintes reprises tant au niveau régional que national. Ces démarches ont été faites en liaison avec le maire de Boulogne qui est intervenu, de son côté avec toute son autorité et une détermination égale à la nôtre, auprès du Conseil régional ». Ce texte est extrait du rapport moral de Pierre Rémoleux lors de l’Assemblée générale de la CCIBM pour l’exercice 1977. Le président signale que, puisque l’un des objectifs du VIIe plan est d’assurer la transformation de l’ensemble de la liaison Boulogne avec l’autoroute A26 en route rapide à deux fois deux voies, il est possible, dans le cadre du VIIIe plan, d’envisager un désenclavement définitif par la mise en œuvre de l’autoroute A16.

64Cet isolement au sein de la région provient de la priorité longtemps accordée par les Boulonnais aux relations avec Paris et la Picardie, par le caractère monopolistique des activités de la cité qui n’incite pas à la remise en cause, par la méfiance traditionnelle vis-à-vis des voisins calaisiens et dunkerquois. Conscients des risques d’asphyxie liés au maintien d’une telle situation, les responsables économiques et politiques s’entendent pour combattre le fléau. Lors de la campagne de mars 1989, la liste dirigée par Bernard Delecour et Francis Leroy « tire un coup de chapeau à Chirac et Méhaignerie » pour la future A16 dont la section Boulogne-Abbeville ouvre au printemps 1998. En 1993, Dominique Dupilet estime qu’un effort important a été réalisé au cours des douze dernières années mais qu’il existe toujours un retard pour le raccordement à la métropole lilloise par la RN42 et qu’il faut préserver la liaison Boulogne-Amiens et donc « se battre contre la SNCF soucieuse de rentabilité maximale ». Les objectifs sont en voie de réalisation pour la liaison de l’A16 avec le port qui doit assurer la desserte de Capécure, mais le désenclavement ferroviaire vers Paris et vers Arras grâce à l’électrification des lignes reste problématique.

Chantier de l’autoroute A16.

Chantier de l’autoroute A16.

Photo Voix du Nord. Cliché Guy Drollet.

Le problème du centre-ville

65Dès 1977, Francis Leroy, tête de liste contre Guy Lengagne, avait évoqué la nécessité de faire une étude complète du réseau des transports urbains pour faciliter la liaison à l’intérieur de la cité, il s’inquiète du devenir du centre commercial Daunou, voulu par Henri Henneguelle, réalisé par la SEPAC (Société d’Équipement du Pas-de-Calais) créée en 1966 : « ce centre n’est pas une réussite » (La Voix du Nord, 9 mars 1977). Guy Lengagne s’engage dans une action volontariste pour redonner vie aux quartiers commerçants de la basse ville grâce à une piétonnisation de certains secteurs. La création de parkings en sous-sol ou en hauteur, place Dalton et sur l’îlot Saint-Louis, est évoquée par Bernard Delecour en mars 1989 en priorité avant les rues piétonnes. Lors de la dernière campagne des municipales, la question du commerce boulonnais est l’occasion d’un débat renouvelé sur l’implantation de parkings pour favoriser l’arrivée des consommateurs en centre ville. La rénovation du quartier commerçant de la ville nécessite la mise en place d’un plan de circulation, d’une piétonnisation mesurée, d’un juste équilibre entre les implantations de banques, administrations et le commerce. La sécurité et la propreté des rues, la rénovation des habitations délabrées doivent permettre de redonner toute sa capacité d’attraction au centre ville.

66Lors de l’ouverture de la Cité de l’Europe, Francis Leroy, devenu président de la Chambre de commerce rappelle en mars 1995 que « dès 1977, Henri Henneguelle avait conçu un projet cohérent de restructuration du centre. Ni l’actuelle municipalité, ni d’ailleurs sa devancière n’ont cru devoir s’en inspirer ». Dominique Dupilet estime que la meilleure réponse à la concurrence de cet ensemble est d’offrir aux Boulonnais « un centre propre, agréable, convivial, sécurisant et animé » et Jean Muselet s’inquiète du risque de surcapacité de propositions qui peut porter atteinte aux hyper et supermarchés boulonnais. Jacky Lebas, directeur des Arcades, plaide pour le cinéma en centre-ville : « c’est la dernière enseigne allumée ».

67La moitié des 800 commerces de la ville est située en centre ville. Des friches commerciales se multiplient chez les indépendants, alors que les commerces alimentaires disparaissent victimes de la concurrence des 60 000 m2 de grande distribution dans l’agglomération avec deux zones commerciales de 13 000 et 8 000 m2. Le commerce boulonnais est fortement touché par la baisse de la fréquentation de la clientèle britannique liée à l’arrêt de l’exploitation des lignes car-ferries entre Boulogne et l’Angleterre. L’augmentation des clients belges et hollandais ne compense que partiellement ce déficit.

Les enjeux scolaires et culturels

68À l’image du département, de la région, le Boulonnais possède des handicaps dans le domaine de la formation initiale. En 1975, dans la zone de Boulogne, près des trois quarts de la population adulte sont considérés comme sans diplôme (excepté le CEP), 6 % seulement le baccalauréat ou le brevet. En 1982, il y a toujours près de 75 % de population qui n’a pas le niveau BEPC contre 68,5 % en France et seulement 5 % de bacheliers contre 7,1 % en France, moins de 5 % ont un niveau supérieur au baccalauréat alors qu’ils sont près de 8 % en France. En 1990, le niveau de diplôme de la population est en légère progression : 65 % de la population a le BEPC ou moins ce qui correspond aux résultats du département et de la région contre 57 % en France. 19 % ont un CAP ou un BEP, résultats conformes aux données régionales et nationales, 9 % sont bacheliers, soit moins de 3 000 élèves, à côté des 11 % en France, et 7 % ont un diplôme supérieur au baccalauréat contre 12 % en France (« Les chiffres clés de l’économie, Observatoire économique, CCIBM).

69L’activité culturelle marquée par l’ancienne Société académique, les « Conférences Sainte Beuve », le groupe « Renaissance du Vieux Boulogne » a été ranimée par Guy Lengagne, alors conseiller municipal qui en 1972 crée l’Office Municipal de la Culture Boulonnaise pour répondre à l’insatisfaction exprimée par les Boulonnais dans des sondages d’opinion. À partir de 1977, Christian Lefebvre continue l’œuvre entreprise avec l’installation de la bibliothèque municipale aux Annonciades, le développement du Conservatoire de Musique, de l’École des Beaux-Arts, la rénovation du Musée des Beaux-Arts installé dans le Château-Musée. Des concerts de prestige tels que le Requiem de Verdi par l’orchestre philharmonique de Lille sous la direction de Jean-Claude Casadesus, la venue du célèbre violoniste Yehudi Menuhin sont proposés grâce aux subventions du secrétariat d’État à la Culture et au Conseil régional. Le souci de défendre le patrimoine historique est rappelé par le maire. En 1983, devant certaines propositions visant à supprimer le quartier sis derrière le théâtre municipal et de raser la totalité de l’hôpital Saint-Louis et en particulier « le carré Louis XIV », Guy Lengagne estime qu’il est nécessaire de préserver le patrimoine historique de la ville qui « a suffisamment souffert de la guerre, des destructions ». Boulogne est d’ailleurs classée le 17 février 1986 « ville d’art et d’histoire ».

70Les activités culturelles continuent cependant d’être réservées à une élite malgré la participation de Guy Lengagne et de son adjoint à la culture à la création et à la promotion du Festival de la Côte d’Opale. En mars 1983, le « courant autogestionnaire », dénonce le « sous-développement économique et culturel de Boulogne ». L’annonce faite par Guy Lengagne à la veille des municipales de 1989 de la création d’un directeur de station pour mettre en œuvre une véritable politique touristique est le signe d’une faiblesse à corriger. Un contrat Ville-Région-État portant sur trois millions de francs doit permettre de proposer un produit touristique varié aux visiteurs.

71Annie Wable, en charge des affaires culturelles et du tourisme dans la nouvelle municipalité à partir de 1989, tout en s’engageant à financer ce qui a été projeté, cherche à promouvoir l’image de la ville avec notamment le projet d’un musée archéologique, un musée de plein air dans l’enclos de l’évêché. Un archéologue municipal, Éric Bélot, entreprend avec son équipe de fructueuses fouilles dans les souterrains du château, le terrain Landrot, l’îlot Saint-Louis. L’OTSI (Office du Tourisme-Syndicat d’Initiative) dirigé par Luc Tassard cherche à mettre en œuvre une véritable politique touristique. Les âpres débats de la réunion du conseil d’administration de mars 1995 prouvent que les élus ne sont pas unanimes sur le but et les méthodes à utiliser. La démission de l’adjointe chargée de la culture en mars 1995 est le signe d’une désillusion : « je croyais, monsieur le maire, que vous aviez compris l’importance primordiale du tourisme. Mais il faut se rendre à l’évidence, vous avez décidé de faire de l’Office du tourisme, une coquille vide ». (La Voix du Nord, 2 mars 1995)

72Un doute, selon Stéphane Thiriat président de l’Atelier de Maintien des Traditions Populaires Boulonnaises (AMTPB), s’est instauré au sujet de la connivence entre les habitants actuels et l’histoire de leur marine avec son quartier Saint-Pierre, la célèbre « Beurrière », avec Bâtisse et Zabelle immortalisant dans la Revue le comportement du matelot et de la matelote. La ferveur religieuse manifestée jadis dans les pèlerinages de Jésus flagellé à Terlincthun, de saint Adrien à Baincthun, dans les bénédictions de la mer, la procession mariale ainsi que le patois, élément d’identification et de cohésion ont été sérieusement ébranlés par la Seconde Guerre mondiale qui a détruit le quartier Saint-Pierre à 80 %. Les marins dispersés dans la ville adoptent le mode de vie usuel : Boulogne-sur-Mer mériterait désormais selon le responsable associatif d’être appelé Boulogne-sur-Terre malgré les tentatives récentes de réhabilitation du patois, du port du costume, de la grande procession ou de certains pèlerinages. (La Voix du Nord, 28 mars 1995)

73Le succès toujours assuré de la célèbre Revue de Boulogne invite à nuancer ce regard lucide sur le patrimoine culturel de la cité. Déjà présentes au XIXe siècle, les revues locales écrites par des auteurs parisiens ou par le rédacteur en chef de La France du Nord, Charles Quettier, évoquent la vie boulonnaise sous la forme de vaudeville. Au début du XXe siècle une tendance à la revue patoisante se manifeste avec Docquois, l’auteur de « j’temmène à la Colonne » en 1928. Les deux boulonnais Feuillade et Thierry durant les années vingt et trente présentent en 32 ans de carrière plus d’une trentaine de revues dont la célèbre « O Guenel » écrite avec Chatelle et jouée au Kursall en mars 1925. Le titre de leur dernière revue, « mine d’Aryen » en mars 1940 évoque le drame lié au conflit mondial. Les années d’après-guerre sont incontestablement marquées par Marcel Vasseur, dit Marvas, contrôleur des impôts, originaire du Touquet qui collectionne les revues à succès avec entre autres productions, « Monster d’Inglais » en 1945, « Artroussons nos manches » en 1946, « Boulonne s’l’ gril » en 1950, « c’est pon pour dire » en 1959. Marvas oriente ses spectacles sur la vie de Boulogne, son port, il évoque les difficultés de la reconstruction, les succès d’Henri Henneguelle puis la crise de la pêche avec « Tout va très bien de Boulogne à Marquise » en 1979. Deux ans plus tard, Jean Jarrett et Robert Jordens dit Ch’guss créent leur premier spectacle patoisant, « Qu’o qu’ t’in pinses ». Le décès de Jean Jarrett met fin à un duo qui, après la prestation de mars 1995, « Vaut miu n’in rire », préparait le spectacle pour 1997, « Quo ku’te m’dis la ! ».

74Comme le fait remarquer Sonia Pilon qui a étudié l’histoire de la Revue boulonnaise, le fond et la forme de ce spectacle ont évolué au fil du temps. La publicité est très présente dès le départ, les mécènes tels que l’Union sportive de Boulogne apparaissent au cours du XXe siècle. Des chansons comme « va laver tes gambes », « des Kippers » restent gravées dans la mémoire des Boulonnais. De 1984 à 1993, dix revues sont écrites au service de la cause anti-alcoolique dans le cadre du mouvement Vie libre. En novembre 1993, l’association AMTPB (Atelier des Maintiens des Traditions Populaires Boulonnaises), dans « c’était la Beurrière », fait revivre ce quartier alors que les revues récentes s’appuient sur les héros du quartier de Saint-Pierre entièrement détruit pour évoquer les péripéties, les travers boulonnais avec un parfum de nostalgie. En effet le milieu marin reste l’élément dominant avec Zabelle la matelote en costume d’apparat avec le « soleil » et Bâtisse son compagnon : ils sont devenus spectateurs amusés ou critiques d’une cité qui évolue.

Permanences et ruptures dans la pratique religieuse boulonnaise

75Un autre facteur d’identification de la ville s’offre au visiteur qui découvre le site splendide de la cité impériale. La présence emblématique de la cathédrale Notre-Dame de Boulogne qui domine la haute ville indique le poids de la vie religieuse dans l’histoire récente de la cité. Comme le fait remarquer Lise Demagny, dans une maîtrise d’histoire sur la paroisse Saint-Nicolas de Boulogne, la pratique religieuse a connu de fortes variations marquées par des pointes autour des deux conflits mondiaux, et des périodes d’affaissement entre les deux guerres et surtout depuis les années soixante : à la période faste des années 1880-1910 correspond une phase critique dans les années 1970-1990. Dans la paroisse Saint-Nicolas, qui concerne environ un tiers de la population de la cité, sont célébrés chaque année 200 baptêmes, 150 enterrements et 70 mariages vers 1890, ils ne sont plus que respectivement 70, 60 et 30 en cette fin de XXe siècle. La messe du dimanche est suivie par un petit millier de personnes sur les 12 000 que compte la paroisse, ils étaient 3 à 4 000 au début du siècle.

76Dans une enquête effectuée à la sortie d’une messe en 1995, la moyenne d’âge des pratiquants réguliers atteint 54,7 ans, 63 % d’entre eux sont des femmes. Parmi les 37 % d’actifs présents, près de 20 % sont des enseignants. Le père Hingrez, curé de la paroisse, ancien directeur du petit séminaire de Boulogne, propose des « plages spirituelles », n’hésite pas à accueillir des chorales ou des orchestres pour des manifestations culturelles. Le pèlerinage à sainte Rita continue de rassembler 500 personnes en 1995 et lors des fêtes de Noël, de Toussaint, lors des communions solennelles, l’église se remplit de chrétiens festifs. Les jeunes qui fréquentent les activités paroissiales viennent en partie des établissements privés catholiques tels que Godefroy de Bouillon, Saint-Joseph, Haffreingue-Chanlaire. Le pèlerinage à Notre-Dame de Boulogne continue d’attirer dans la haute ville une foule importante accueillie par l’abbé Dantan, longtemps curé de la paroisse, et en présence de l’évêque d’Arras le deuxième dimanche qui suit le 15 août. Si les laïcs prennent de plus en plus de responsabilités dans la gestion et l’animation des ensembles pastoraux, la question de la « relève » se pose sérieusement dans le siège épiscopal de l’ancien diocèse de Boulogne.

Des initiatives innovantes

Boulogne 2010, un projet du district de Boulogne

77Depuis sa création, en juin 1991, par transformation du SIVOM, le district de Boulogne-sur-Mer réunit dans une structure intercommunale 9 puis 14 et enfin 22 communes rassemblant plus de 100 000 habitants. L’objectif initial est de promouvoir les transports en commun, le traitement des déchets, le financement des fonds pour la circulation et l’avenir de l’enseignement supérieur dans la zone de Boulogne. Les dirigeants partent du constat de la réalité imposante du chômage autour de 18 % contre 15 % dans le Pas-de-Calais, qui touche près d’un jeune de moins de 25 ans sur trois, d’un taux d’allocataires du RMI trois fois supérieur à la moyenne française, d’un niveau de qualification insuffisant avec 1,4 % d’ingénieurs et de cadres. Ils sont également conscients d’un certain nombre d’atouts géostratégiques qui placent Boulogne sur l’axe du trafic Angleterre-Espagne-Belgique, aussi bien qu’industriels dans l’halio-alimentaire et patrimoniaux dans le centre de la vieille cité. En novembre 1992, le projet conduit par le président du district établit cinq priorités pour les vingt ans à venir.

78Le désir de faire de Boulogne la technopole nationale de la mer et de promouvoir la cité au rang de premier centre européen de valorisation de la mer s’appuie sur la coordination du site de Capécure avec un pôle de matière grise composé d’IFREMER, Nausicaa et de l’Université. Pour Dominique Dupilet, « la modernisation de Capécure est le pivot de la renaissance économique du Boulonnais ». Le deuxième axe concerne le renforcement de la vocation touristique du Boulonnais. Il s’appuie sur une variété des propositions : tourisme urbain avec Nausicaa, le Château-Musée, les remparts, le centre-ville, tourisme balnéaire avec Wimereux, Le Portel, Équihen, Hardelot, tourisme rural avec le parc naturel du Boulonnais. L’extension du port de plaisance est prévue en accord avec la Chambre de commerce non pas comme le suggère un terre-neuvas, Roger Montagne en vue d’atteindre 3 500 mais 600 anneaux soit le doublement de la capacité actuelle en utilisant une partie du bassin Napoléon.

79Autre objectif prioritaire, l’amélioration de l’environnement urbain autour du port et de la ville est confiée à une agence de développement et d’urbanisme qui réfléchit à des projets sur la modernisation du centre ville, sur les flux de circulation, la liaison entre le centre historique, la basse-ville, le port et la banlieue proche. De même la mise en place d’un observatoire social doit faciliter la lutte contre les exclusions et renforcer la cohésion sociale. Une dernière mission consiste à prendre en charge le développement des formations universitaires et technologiques. Les difficultés du maire de Boulogne contesté par une partie de son équipe municipale de 1989 à 1995, les contraintes financières liées aux lourds investissements de la Chambre de commerce dans l’administration du port ont permis au district qui possède un budget propre de faire figure de recours dans la prise en charge globale de l’agglomération.

Nausicaa, un succès au-delà des espérances

80La paternité du projet revient incontestablement à Guy Lengagne qui en fait part lors d’une conférence de presse en mars 1989, la municipalité suivante ayant eu le courage de poursuivre l’œuvre projetée. « Lorsque nous avons commencé les études de Nausicaa, beaucoup de Boulonnais, assurés que le maire avait disjoncté, trouvaient le projet démesuré » (La Vie, 7 août 1996). Ces réflexions de Jacques Rougerie, le maître-d’œuvre du projet, permettent de saisir le climat général qui a entouré la création de ce grand crustacé de béton et de verre dont l’esquisse définitive a été remise le 7 février 1989 à la municipalité à l’origine de la commande. Sous la verrière centrale sont prévus des escaliers mécaniques pour faciliter l’accès à partir d’un parking souterrain situé sous le forum. Le coût de la réalisation du Centre National de la Mer dépasse 140 millions de francs lors de la première estimation. Plus de 90 % des sommes sont prises en charge par des organismes extérieurs à la ville. Le Fonds Européen de Développement Régional s’engage à hauteur de 45 %, la région Nord-Pas-de-Calais pour près de 16 %, les différents ministères concernés pour 14 %, le département du Pas-de-Calais finance 8 % de la somme totale, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer près de 6 %, la CCIBM, 3 %. La participation de la ville se monte à 12 240 000 F, soit exactement 8,70 % de la somme, « ce qui représente donc un très faible pourcentage en regard du profit qu’elle retirera immanquablement de l’équipement ». En effet, si une étude faite en 1987 par l’agence parisienne « Public et Communication » prévoit une fréquentation de cet équipement sans équivalent en France à 300 000 visiteurs par an, Philippe Valette le directeur de la mission du Centre National de la Mer pense que la fréquentation doit se situer autour de 500 000 visiteurs par an.

81L’inquiétude manifestée à l’annonce du projet se poursuit, toujours selon l’architecte, pendant les travaux avec des réflexions telles que « le bâtiment menace de s’écrouler (…) il n’est pas aux normes (…) ils ont dépassé le budget ». L’inauguration prévue en juin 1990 est reportée à l’année suivante. Immédiatement le succès correspond aux espoirs des inventeurs et animateurs du projet : depuis sa création plus de 3 millions de visiteurs sont venus et la moyenne annuelle est désormais autour de 600 000 touristes. Plus de 6 000 poissons s’ébattent dans le cylindre bleu de 15 000 m2 dont les célèbres requins dans une coupole de 600 000 litres d’eau de mer. Ce « voyage au centre de la mer » s’accompagne d’activités complémentaires comme le Festival des images de mer, des expositions d’été, mais aussi des rencontres ou colloques tels que celui portant sur la pêche en Manche et la Mer du Nord organisé en mai 1995 par l’Université et les professionnels de la pêche.

82Devant un tel succès, l’architecte parisien est chargé de procéder à une extension portant sur 2 000 m2 supplémentaires et prévue pour le printemps 1998. Il s’agit de prolonger le corps de la construction vers le sud par une immense coupole. Le but est de « renforcer la notion d’observatoire global pour la gestion de la mer » en abordant deux nouveaux thèmes proposés aux visiteurs et aux chercheurs. Le littoral tropical et sa gestion raisonnée face au tourisme de masse, est offert sous la forme d’une plage et d’un aquarium corallien de 1 500 m3 d’eau comprenant un récif accessible à partir d’une cloche d’observation sous-marine, « quelque chose de grandiose qui devra créer une émotion, un choc psychologique pour avancer dans la connaissance » (La Vie, 7.08.1996). La deuxième proposition emmènera les visiteurs dans l’Antarctique « parce que ces zones froides gèrent les mécanismes météorologiques de la planète. C’est là que sont les plus grandes ressources d’eau douce, c’est là que se joue l’équilibre entre océans et terres ». Une présentation de lions de mer sur la côte californienne est accessible au public grâce à une plate forme d’observation. Un puits d’image permet enfin d’avoir une vision d’ensemble de la planète mer (La Voix du Nord, 11 mai 1995).

83Le projet qui s’élève à 70 millions de Francs est pris en charge par les collectivités locales, la région et le FEDER (Fonds Européen de Développement Économique Régional). De nombreuses personnalités en quête d’idées à prendre viennent visiter les installations de Jacques Rougerie qui offrent au commerce local, à l’équipement hôtelier une activité renouvelée : le taux d’occupation de l’hôtellerie dans l’arrondissement de Boulogne est de 52,6 % pour les établissements à deux étoiles et 56 % pour les trois étoiles en 1995.

Le centre de la mer, Nausicaa.

Le centre de la mer, Nausicaa.

© A. Rosenfeld - NAUSICAA.

L’implantation de l’Université du Littoral, une clé pour l’avenir

84En conclusion d’un colloque à Dunkerque en juin 1984, un mot d’ordre est lancé : « le Littoral veut son université ». À la fin des années 1980, les responsables socialistes du Conseil général tels que Roland Huguet, son collègue Noël Josèphe font valoir que le Pas-de-Calais est le seul département rassemblant plus d’un million d’habitants qui n’ait pas son université. Une réunion à l’Hôtel du département du Pas-de-Calais rassemble en décembre 1985 les principaux partenaires concernés par l’implantation de l’enseignement supérieur. En octobre 1987, à l’initiative d’Alain Lottin, président de l’Université de Lille III (Sciences humaines, Lettres et Arts), professeur d’Histoire, originaire de Saint-Martin Boulogne, une antenne de Lille III est ouverte à Boulogne-sur-Mer, d’autres suivent en octobre 1988 à Arras et Cambrai. Ces implantations correspondent à une volonté des présidents des universités lilloises de devenir « les mères nourricières » de futures implantations : un document sur les « positions communes des présidents des universités du Nord-Pas-de-Calais » en novembre 1988 se montre favorable à la création de deux nouvelles universités.

85Ce choix volontariste s’explique par la croissance des effectifs étudiants, les mutations socio-économiques et culturelles de la région et par la volonté des politiques. Le Conseil général du Pas-de-Calais finance en juin 1987 une étude sur le développement de l’enseignement supérieur dans le département. Alors que le débat sur l’opportunité de créer un ou deux ensembles universitaires bat son plein, que trois experts, les professeurs Garden, Zalta et Bordet ont rendu leur rapport prospectif, Lionel Jospin, ministre de l’Éducation nationale, en charge du dossier, prend sa décision. À l’occasion des assises nationales « Université 2000 » du Nord-Pas-de-Calais, il annonce le samedi 9 juin 1990 à Villeneuve d’Ascq la création de deux universités nouvelles pour la région et d’un IEP (Institut d’Études Politiques) à Lille. Les collectivités locales s’engagent à prendre leur part dans le financement grâce à l’établissement d’une convention de partenariat. Le 14 décembre de la même année, deux chargés de mission sont nommés, Alain Lottin, libéré de ses fonctions de président de Lille III en janvier 1991, prend en charge le dossier de l’Université d’Artois et Michel Parreau, mathématicien, ancien doyen de Lille I assure le lancement de l’Université du Littoral.

86Le principe accepté de la multipolarité et de la polyvalence au sein de chaque ensemble n’interdit pas durant l’année 1991 de vifs débats sur le choix du siège central de cette université. « Dunkerque, cœur de l’Université du Littoral ? Une probabilité inacceptable pour MM. Capet et Dupilet » titre La Voix du Nord le 21 septembre 1991. Selon les responsables, « les efforts effectués à la fois par les villes de Calais et le district de Boulogne montrent à l’évidence que c’est dans ce secteur que le besoin est le plus criant en matière universitaire ». Philippe Vasseur s’étonne trois jours plus tard du choix de la cité de Michel Delebarre, « une ville complètement excentrée par rapport au reste du littoral ». Le décret du 7 novembre 1991 entérine la création des deux universités nouvelles qui deviennent de plein exercice le 1er octobre 1992 avec comme siège Arras pour l’Artois et Dunkerque pour le Littoral. Dès le 14 février 1992, Alain Lottin pour l’Artois et Michel Parreau pour l’Université du Littoral sont nommés administrateurs provisoires.

87Un débat s’instaure à Boulogne sur la localisation de l’implantation universitaire. Dès avril 1992, Jean Muselet propose d’installer le nouvel établissement, place Lumière, mais l’espace est jugé insuffisant par les responsables universitaires ; les élus communistes proposent de l’installer à Capécure. La Semaine du Boulonnais en juin 1992 estime que « l’Université est quelque peu victime de la guéguerre qui persiste à l’intérieur de la majorité municipale ». Jacques Girard « trouve en M. Dupilet, président du district, un allié objectif » pour adopter le principe de la construction de l’Université sur l’îlot Saint-Louis. La majorité du conseil municipal, contre l’avis du maire, décide le 25 juin de céder le terrain pour le franc symbolique au district à charge de remplacer à ses frais toutes les places de parking ainsi perdues. La question reste à l’ordre du jour en octobre 1992, puisque La Voix du Nord titre : « Université ou parking : les Boulonnais hésitent encore ». L’article se conclut par un trait d’humour : « toute cette agitation pour une Faculté des lettres dont personne ne peut nier l’utilité : il y a de quoi perdre son latin ». Paul Labit, enseignant de la FEN (Fédération de l’Éducation Nationale), membre du comité de pilotage « Université 2000 », plus acide, fait remarquer que « Boulogne semble la seule ville où le dossier s’enlise dans des débats stériles dont les atermoiements, Parking - Université sont sans doute la plus pitoyable expression ».

88Le 1er février 1993, Alain Dubrulle, ancien président de l’Université des Sciences et des Techniques de Lille (Lille I), chargé de mission à la carte universitaire au ministère succède à Michel Parreau comme administrateur provisoire de l’Université du Littoral. Originaire de Roubaix, docteur en physique en 1972, professeur en 1974, il a dirigé un laboratoire de spectroscopie hertzienne et enseigné à l’antenne de Calais qui existe depuis 1962 avant de collaborer au projet « Université 2000 ». Le même mois, l’acte de cession de l’îlot Saint-Louis est enfin signé. Sur 2 600 m2 sont prévus des locaux pour accueillir un restaurant universitaire dès 1994, des enseignements en début 1996, et sur 2 000 m2 une bibliothèque universitaire programmée pour le printemps 1997. Outre les laboratoires de l’environnement marin à Wimereux, une Maison de la Recherche en sciences humaines et sociales installée au cœur de la ville haute dans l’ancien hôtel Desandrouin, appelé Palais Impérial, doit après la restauration totale être inaugurée en mai 1998.

89Dans le partage des disciplines universitaires, Boulogne reçoit en sus de la filière langue et civilisation étrangère (LCE) comportant des enseignements d’anglais, d’allemand, d’espagnol, les langues étrangères appliquées (LEA) établies provisoirement sur le site de Tivoli, un Département d’histoire, issu d’une antenne universitaire de Lille III, justifié par la richesse de la bibliothèque municipale de la ville, un autre de lettres modernes. Ces deux unités sont installées définitivement au début de l’année 1996 au cœur de l’ancien Musée, Grande-Rue, initialement siège d’un séminaire lazariste. L’îlot Saint-Louis accueille les départements de droit et de sciences économiques. La dernière des trois grandes implantations en dehors du CUEEP (Centre Universitaire Économie Éducation Permanente) et de l’IUT (Institut Universitaire Technologique) de biologie appliquée installés au centre Duchenne, de l’IUFM (Institut Universitaire de Formation des Maîtres) d’Outreau, se situe dans la zone du port, bassin Napoléon, avec la mise en place d’un IUP (Institut Universitaire Professionnalisé) génie des systèmes industriels mention halio-industrie et procédés agro-alimentaires en connexion avec l’activité dominante du lieu. La volonté de décloisonnement se traduit par une organisation originale : la création de départements pour les formations regroupés dans un Centre de Gestion Universitaire (CGU) et de laboratoires au sein d’un Centre de Gestion de la Recherche (CGR).

Ilôt Saint-Louis, Université du Littoral, Côte d’Opale.

Ilôt Saint-Louis, Université du Littoral, Côte d’Opale.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

90L’Université du Littoral est passée de 3 500 étudiants dans les premiers et seconds cycles en 1992 à 6 100 en 1994 dont 1 700 à Boulogne. Le Département de droit compte près de 600 étudiants, celui d’anglais 480, l’histoire 420. Plus de 2 000 étudiants sont présents à la rentrée d’octobre 1995 dont les trois quarts dans le premier cycle. Des Diplômes d’Études Approfondies (DEA) viennent s’ajouter aux maîtrises ainsi que des préparations au CAPES (Certificat d’Aptitudes à l’Enseignement Secondaire) notamment en histoire et anglais. Les étudiants à Boulogne sont pour plus de la moitié originaires du Boulonnais et pour un quart du Calaisis. Un tiers des étudiants de l’Université du Littoral sont boursiers, 40 % sont issus des catégories « Employés-ouvriers » : la plupart n’auraient pas continué leurs études sans son existence. (Observatoire de la Vie Universitaire du Littoral, avril 1996)

91Alain Dubrulle, en novembre 1995 (La Voix du Nord, 7 novembre), insiste sur l’effet bénéfique pour la région. La présence de près de 2 500 étudiants au sein d’une cité est un atout multiforme pour le commerce, les loisirs, la vie culturelle. Une Maison de l’étudiant inaugurée en février 1996 accueille des services universitaires comme le CROUS (Centre Régional d’Œuvres Universitaires) et offre des salles pour la vie associative et culturelle. Des études de construction de 350 logements contenant plusieurs chambres d’étudiants sont programmées. Un projet de circulation en boucle est prévu en centre-ville de Saint-Louis vers le Musée ainsi qu’une ouverture vers le port par la rue Coquelin. Un autre projet de « boulevard scientifique de la mer » permettrait de relier de Capécure à Wimereux, les IUT-IUP en passant par Nausicaa, IFREMER. Une coopération fructueuse peut s’instaurer entre des chercheurs universitaires du site, les milieux professionnels des secteurs secondaires et tertiaires, les instances politiques, administratives, éducatives, religieuses, culturelles et sportives de la cité.

Boulogne, portrait fin de siècle

92Le profil et la personnalité de la cité boulonnaise se lisent d’abord au travers d’une série d’indications quantitatives à caractère démographique et socio-économique. Sur les 140 000 habitants que comptent les 7 cantons de l’agglomération, la ville de Boulogne a connu depuis 1982 une baisse de 8 %, passant de 47 653 à 43 668 au profit des zones de Boulogne Nord-Est et de Samer. Les jeunes de moins de 20 ans représentent 28, 6 % de cette population contre 35,5 en 1978, les personnes d’au moins 60 ans 20,3 % contre 11,8 pour les personnes âgées de 65 ans et plus en 1978. Le vieillissement s’explique en partie par une baisse du taux de natalité qui passe de 19 pour 1 000 entre 1968-1975 à 13 pour la période 1975-1982

93La population active diminue entre 1982 et 1996 de 6 %. Elle est composée d’une proportion légèrement plus importante d’hommes (9 855 sur 18 121), les jeunes actifs de 20 à 39 ans y représentant 60 %. Dans la zone de Boulogne, en 1982, plus de la moitié travaille dans le secteur secondaire, près de 36 % dans le secteur tertiaire. Le taux de chômage annuel moyen pour l’agglomération boulonnaise est de 16 % pour les hommes et 21,9 % pour les femmes en 1995. Plus de 2 000 personnes sont allocataires du RMI dans l’agglomération. Ce sont parmi les jeunes de moins de 25 ans les niveaux V et V bis (CAP, BEP) qui regroupent le plus grand nombre de demandeurs d’emplois mais les niveaux Bac plus deux et trois ont connu entre 1994 et 1995 une progression de plus de 16,6 % du nombre de chômeurs. Seuls 3 % de la population possèdent un diplôme supérieur à Bac plus deux, et 65 % ont le BEPC ou moins.

94Le revenu moyen par ménage selon les services de la Chambre de commerce est estimé à 68 323 F contre 60 900 en 1975, ce qui correspond pratiquement à celui des habitants du Pas-de-Calais alors qu’en 1978 celui-ci n’était que de 53 500 F mais s’écarte de la moyenne régionale située à 74 000 F et surtout de la moyenne nationale qui s’approche de 84 000 F contre 69 500 F en 1978. Ces chiffres indiquent que le niveau de vie augmente mais plus lentement que dans les entités géographiques environnantes. La moyenne d’habitants par logement est de 2,52 contre 3,2 en 1978, elle correspond à la moyenne française alors que la région atteint 2,81. Un tiers des habitants du Boulonnais vivent dans des immeubles contre 21 % seulement dans le Pas-de-Calais. Les logements collectifs se renforcent notamment dans les zones défavorisées comme le quartier du Chemin vert.

95La ville a traversé depuis les années soixante-dix des périodes de crise, de doute, de remise en cause. Les édiles restent très préoccupés devant l’importance du taux de chômage, les difficultés de certains secteurs comme la pêche, le trafic des voyageurs, les industries soumises à forte concurrence nationale et internationale : la nostalgie du « bon vieux temps » peut s’avérer un redoutable frein aux initiatives réfléchies et porteuses d’avenir.

96« Avant, tout venait facilement, nous ne devions pas faire d’efforts, l’activité de la pêche se portait bien, les Anglais débarquaient, consommaient » (Infothèmes, n° 10, juin 1993). Face à ce constat qui correspond à une réalité de crise larvée depuis des décennies, la ville possède incontestablement des atouts tels que la filière poisson, le tourisme avec Nausicaa, le patrimoine historique à offrir aux 2,4 millions de visiteurs qui séjournent sur le littoral de la Belgique à Berck, le pôle universitaire facteur de développement et créateur d’emplois directs et indirects. Boulogne est sur le point de sortir de son enclavement, la compétition jadis installée avec les villes voisines doit faire place à une saine concurrence et surtout à une prise de conscience de la nécessité d’une identité littorale au cœur de l’Europe du XXIe siècle.

Table des illustrations

Titre Convention pour l’ouverture d’une antenne universitaire à Boulogne-sur-Mer signée entre Alain Lottin, Président de l’Université Charles-de-Gaulle - Lille III, et Guy Lengagne, Député maire de Boulogne-sur-Mer (juin 1987).
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Jean Muselet, maire de Boulogne de 1989 à 1996.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Guy Lengagne lors de la campagne électorale de 1996.
Crédits Photo Voix du Nord. Cliché Guy Drollet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7602/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Chantier de l’autoroute A16.
Crédits Photo Voix du Nord. Cliché Guy Drollet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7602/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Le centre de la mer, Nausicaa.
Crédits © A. Rosenfeld - NAUSICAA.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7602/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Ilôt Saint-Louis, Université du Littoral, Côte d’Opale.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7602/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540