Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre XV. Ruine et renaissance de la cité (1939-1980)

Guy Bataille et Xavier Boniface

Texte intégral

De la mobilisation à la capitulation. 3 septembre 1939 – 25 mai 1940

1Dès le 23 août 1939, un détachement mobilisateur prend ses quartiers à Boulogne, avant la mobilisation partielle qui commence le 27. Au soir du 29, des réservistes du 310e RI se déploient autour des batteries de la marine de la Crèche et du Mont de Couppes, modernisées à la fin des années 1930, et du poste de commandement du fort de la Tour d’Odre. Ils s’installent également en défense le long du littoral et établissent des points d’appui au Portel. Avec la mobilisation générale le 2 septembre 1939, puis la déclaration de guerre le lendemain, la ville entre dans « la drôle de guerre ». Sous les ordres du capitaine de vaisseau Duftoy de Mont de Benque, la Marine nationale doit assurer la défense du port et du front de mer. Son état-major est installé au château, dont les caves médiévales abritent un central téléphonique ultramoderne. L’aéronautique navale occupe l’aérodrome d’Alprech et constitue une « hydrobase » près du casino. Un bataillon du 11e régiment régional, également caserné au château, assure les services de la place. La prise de conscience de l’état de guerre s’accroît lors de l’arrivée des premiers éléments de la force expéditionnaire britannique le 12 septembre. « Comme en 14 », disent les Boulonnais. Le 1er octobre, la pêche reprend avec les petites unités, car 109 chalutiers sont armés, avec mission d’interdire le pas de Calais aux sous-marins ennemis. Boulogne doit aussi jouer un rôle de base logistique pour les alliés, comme pendant la Grande Guerre.

2Mais le 10 mai 1940 se produit le coup de tonnerre de l’attaque allemande. À l’aube, la Luftwaffe bombarde le terrain d’Alprech. Les premiers réfugiés belges arrivent le soir même, bientôt suivis par des Néerlandais et des habitants du Nord, que les Boulonnais s’efforcent d’accueillir au mieux. Mais les bombardements se multiplient à partir du 14 mai, tandis que des soldats en déroute gagnent la ville. À leur tour, au bout d’une semaine, les Boulonnais commencent à partir, à pied, en voiture, en train – mais la voie ferrée est coupée vers le sud –, ou, pour un millier d’entre eux, en bateau de pêche.

3Les événements militaires se précipitent. Le 20 mai, la menace allemande se rapproche après que le port a été mitraillé la veille. Dans la nuit, extrapolant les ordres reçus, qui lui prescrivaient d’évacuer Boulogne seulement s’il n’était plus possible de tenir, le commandant Duftoy fait détruire matériels et armement, puis rembarquer les troupes. Seuls les canonniers de marine et les aviateurs décident de se défendre. Mais l’amiral Platon, commandant le secteur, ordonne de tenir Boulogne, et fait mettre aux arrêts Duftoy, remplacé par le commandant de Lestrange, venu de Cherbourg. Le maire, Canu, et le sous-préfet, Morin, demeurent dans la cité, alors qu’ailleurs les autorités font bien souvent défection. L’arrivée de renforts, notamment d’éléments de la 21e DI qui battent en retraite depuis la Belgique, permet de réorganiser la défense de Boulogne. Des Britanniques arrivent le 22, mais rembarquent sous le feu le 23. Ce même jour est marqué par la chute des batteries côtières, attaquées par les blindés de la 2e Panzerdivision, malgré l’appui d’une flottille de contre-torpilleurs français, qui perd peu après l’Orage puis le Chacal. La ville haute, derrière ses remparts, tient jusqu’au matin du 25, ce qui vaudra à sa garnison d’obtenir les honneurs militaires après sa reddition. Les Allemands font 10 000 prisonniers, dont les généraux Lanquetot et Hémelot. Les pertes sont importantes : 96 civils tués, dont des réfugiés belges, et 80 blessés ; 179 militaires français, 56 belges et polonais, 57 britanniques et 107 allemands sont tombés dans la bataille, outre trois espions exécutés ; 191 immeubles sont détruits, 109 rendus inutilisables, des centaines endommagés.

Les rigueurs de l’occupation en zone rouge

4Boulogne occupée est rapidement incluse dans la « zone rouge », située le long du littoral, à l’ouest d’une ligne allant d’Ardres à Neufchâtel. Elle est par ailleurs rattachée administrativement à l’Oberfeldkommandantur 670 de Lille et dépend du commandement militaire allemand de Bruxelles, comme tout le Nord et le Pas-de-Calais, en zone interdite. Dès l’été 1940, la ville est gérée par une délégation spéciale, désignée par Vichy et remaniée le 29 octobre 1942. M. Goulois, « le maire de guerre », à qui il est reproché d’avoir fait confiance au docteur Pierre Baron, qualifié de « gaulliste » et, de fait, authentique résistant, est alors remplacé par Charles Brevers.

Canon allemand.

Canon allemand.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

5Les soldats de l’armée de terre (Heer) et les marins de la Kriegsmarine transforment Boulogne en port de guerre pour préparer l’invasion de la Grande-Bretagne (opération Seelöwe). Le 1er juillet 1940, ils ont d’ailleurs détruit le monument Britannia, symbole de l’alliance franco-britannique. Hitler leur rend visite dans la nuit du 24 au 25 décembre 1940. L’opération Seelöwe a été abandonnée quelques semaines plus tôt, mais, face à l’Angleterre, Boulogne conserve une importante garnison allemande durant toute la guerre. Cette présence massive de la Wehrmacht explique les nombreux bombardements subis par la ville.

6Du 12 juin 1940 au 21 septembre 1944, 126 bombardements ont tué des centaines de Boulonnais, mais ce sont au total près de 500 raids aériens qui ont touché la ville, devenue un objectif stratégique. Durant l’été 1940, la Royal Air Force cherche à détruire la flotte allemande rassemblée en vue de l’opération Seelöwe. Puis à partir de 1941-1942, bientôt appuyée par l’US Air Force, elle adopte une stratégie plus offensive, s’attaquant au potentiel militaire allemand, la base de vedettes rapides sur le port, les stations radars et les centres de transmissions, les infrastructures de transport et les postes d’alimentation électrique. En bombardant le Boulonnais en 1943 et 1944, les alliés veulent faire croire à leur futur débarquement dans le Pas-de-Calais : ces raids font partie d’une vaste opération d’intoxication, dont la destruction du Portel en septembre 1943 est le plus dramatique exemple. Enfin, les raids de la fin de l’été 1944 préparent la libération de Boulogne et visent, plus à l’intérieur du pays, les zones de lancement des armes de représailles, V1, V2 et V3 (Mimoyeques).

Postes TSF confisqués.

Postes TSF confisqués.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

7Les bombardements les plus terribles sont celui du 14 août 1941, qui fait 120 morts et 126 blessés, et celui du 15 juin 1944, qui tue 150 personnes. Toutefois, la population, résignée, rejette la responsabilité de ces raids meurtriers sur l’occupant, plus que sur les Britanniques. Lors des obsèques des victimes de celui du 14 août, un envoyé de Vichy, Abel Dehé, rapporte que les Boulonnais « acceptent d’être soumis aux bombardements, à condition de rester Français » car ils craignent que « le gouvernement [renonce] à maintenir le Nord et le Pas-de-Calais dans l’unité française ».

Le bombardement du 17 août 1942, rue du Moulin à Vapeur.

Le bombardement du 17 août 1942, rue du Moulin à Vapeur.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

8Malgré la proximité de la Grande-Bretagne et les opérations militaires sur mer, la pêche continue d’être pratiquée. Certes, elle n’est possible que le long de la côte française, dans les lieux autorisés par les bureaux de surveillance des pêches maritimes. Dès le 19 novembre 1940, les pêcheurs boulonnais manifestent leur intention de reprendre la mer. Quelques jours plus tard, 12 bateaux, dont 6 à rames et à voile, sont autorisés à pêcher du lever au coucher du soleil, à moins de 3 milles de la côte. Le 11 janvier 1942, le Georges et Jeanne, un 17 mètres de 30 tonneaux, est baptisé à Étaples, ce qui témoigne du maintien de l’activité halieutique. Les campagnes au hareng reprennent la même année. Elles débutent avec de petites unités en bois armées à cette fin et basées à Gravelines, à l’initiative d’un armateur boulonnais qui donnera sa pleine mesure après la guerre, Jean Delpierre, qui passe de deux à treize bateaux en un an. Au printemps 1942, le poisson réapparaît véritablement à Boulogne. Durant l’hiver 1943, 80 navires boulonnais, gravelinois et belges prennent part à la campagne du hareng et débarquent quelque 13 000 tonnes de poisson, après les 7 000 de l’année précédente. Cela permet à la population d’améliorer un peu le ravitaillement et aux jeunes marins d’éviter le travail obligatoire en Allemagne. La campagne d’hiver 1943-1944 rapporte encore 13 000 tonnes. Mais à partir de mai 1944, les apports baissent nettement, puis tout s’arrête. Des bateaux se sabordent alors pour que les Allemands ne puissent les utiliser à partir de Dunkerque.

9En même temps, la pêche est réorganisée. Le 22 décembre 1940, un bureau national de répartition du poisson est constitué, avec le Boulonnais Jacques Altazin comme président, pour commercialiser les produits de la pêche. En novembre 1942 sont créés un comité corporatif, associant armateurs, mareyeurs, saleurs et conserveurs, puis un comptoir du Poisson, dirigé par Jean Coppin, secrétaire de l’union de leurs syndicats. C’est le comptoir du Poisson de Gravelines qui organise et surveille la commercialisation du hareng. En décembre 1943, un foyer du marin boulonnais est ouvert à Dunkerque. Toute une vie corporative maritime se développe à Boulogne : la communauté de pêche, qui a son siège place des Victoires, édicte ses règlements, rendant obligatoire par exemple l’apprentissage des mousses.

10L’exercice du métier est plus périlleux que jamais car les autorisations de sortie étant quelquefois rares, les marins affrontent la mer par tous les temps. Le 30 janvier 1943, le Seigneur, conduisez-nous fait ainsi naufrage devant Wimereux, perdant quatre hommes ; en avril suivant, le chalutier Janine coule au large de Gravelines, faisant cinq victimes, dont deux disparus. L’activité le long de la côte boulonnaise ne permet aucun contact avec l’Angleterre pourtant très proche, car les vedettes rapides allemandes et les avions de surveillance harcèlent le Détroit, tandis que des voitures « gonio » sillonnent le littoral : l’occupant est persuadé que des chalutiers envoient des renseignements à Londres par des émissions de TSF à faible distance. Quant à la BBC, elle met régulièrement en garde les pêcheurs côtiers et les incite à rester au port « en raison des attaques lancées contre les sous-marins de l’Axe ». Repliée à La Rochelle, Lorient et Concarneau, une partie importante de la flottille boulonnaise poursuit son activité avec des équipages mi-bretons, mi-boulonnais. Par l’intermédiaire de Jacques Altazin, elle fait parvenir à Boulogne du poisson qui s’ajoute à celui pêché à Audresselles et Wissant.

11Les rapports des médecins boulonnais sont alors formels : la population est sous-alimentée. Cependant, des efforts ont été entrepris dès janvier 1941. Comme en 1914-1918, la Ligue du Coin de Terre a requis des terrains inoccupés et favorisé les jardins ouvriers. Le 29 janvier 1941 a été constitué un comité d’entraide boulonnaise qui, sous l’égide des docteurs Baron et Houzel, a organisé des soupes populaires puis, à partir du mois suivant, des distributions de poisson. Malgré la diminution de la population (45 % de Boulonnais partis en août 1941), ces efforts apparaissent insuffisants. Les adoptions de Boulogne par les villes de Sète (janvier 1942) et de Casablanca (octobre 1942) apportent une aide précieuse mais limitée – les liaisons entre le grand port marocain et la France sont d’ailleurs coupées après le débarquement allié en Afrique du Nord le 8 novembre suivant. Le 20 janvier 1943, la municipalité ouvre, rue du Maréchal Pétain (Grande Rue), le « Restaurant boulonnais », qui aura bientôt deux annexes à Bréquerecque et Capécure : plus de 750 000 repas seront servis jusqu’à la fin mars 1947, c’est-à-dire bien après le conflit. En ce qui concerne les rations de pain, de confiture, de lait, de viande, de sucre, on prend partiellement en considération les observations des médecins dépistant la tuberculose, d’où la distribution de biscuits vitaminés dans les écoles et l’organisation par la Croix-Rouge de séjours de vacances d’enfants sous-alimentés en milieu rural. La ville de Pau s’est ainsi montrée très accueillante envers les petits Boulonnais.

12« Le marché gris », aussi appelé « marché noir », bat son plein. Les agents du contrôle économique ne manquent pas de besogne. En 1943, ont été saisis 5,5 tonnes  de lard, 8,1 de viande, 1,9 de denrées diverses, 665 kilogrammes de légumes contingentés, 158 de beurre, 33 de volaille, 4 061 œufs et 14 vaches. Ce marché illicite s’explique par les insuffisances du ravitaillement : collecte insuffisante d’un lait de qualité souvent discutable, cartes non honorées même pour les « travailleurs lourds », espérances d’amélioration déçues chaque mois.

13Mais la population souffre beaucoup. Les 15 et 16 février 1944, 10 000 Boulonnais, femmes et enfants surtout, « les bouches inutiles » selon le Standort-Kommandant Menke, sont évacués vers la Marne et la Nièvre, avec un viatique de 750 francs par tête et un maigre bagage. Le 31 mars, on ne recense plus que 15 293 Boulonnais en ville. Ils ne sont plus que 12 921 un mois plus tard, 12 667 le 31 mai et environ 6 000 le 30 juin. Les bombardements de plus en plus nombreux justifient ces évacuations. Le 19 mai, le centre de la ville est écrasé. Le 22, une bombe détruit la cave de l’ancien Arsenal, en haute ville, où des civils  s’étaient abrités : 45 tués, 52 blessés. La population vit ensuite au ralenti. Le 26 août 1944, Le Télégramme paraît pour la dernière fois.

La répression allemande

14L’occupation allemande se manifeste par une politique répressive. De 1940 à 1944, près d’un millier d’otages ont été pris, répondant de leur vie d’actes de sabotage – certains sont même exposés sur les convois ferroviaires. Quelque 189 personnes ont été emprisonnées au moins pendant un mois pour des motifs politiques : « chants séditieux », tels que l’Internationale, la Marseillaise ou l’hymne britannique, injures envers l’armée allemande, graffitis, simple suspicion de sentiments anglophiles ou de communisme. 41 résistants ont également été arrêtés. C’est aussi le cas de six francs-maçons boulonnais, le 9 octobre 1941. Pourchassés par le régime de Vichy, ils étaient surveillés par la police, qui avait dressé des listes de membres présumés des loges. Le mobilier et la bibliothèque de la Loge « L’Amitié » (Grand Orient de France) ont été vendus aux enchères le 14 juin 1941.

15Comme dans toute l’Europe, les juifs sont persécutés. La communauté de Boulogne comptait à la veille de la guerre 235 personnes, dont au moins une cinquantaine d’origine étrangère. À l’été 1940, elle se trouve réduite à une centaine de membres, du fait de l’exode et des retours impossibles en zone interdite. Le 16 décembre 1940, 54 juifs sont arrêtés à Boulogne, détenus à l’enclos de l’évêché puis déportés vers un centre de transit à Troyes, d’où la moitié parvient à s’évader avant avril 1941. Mais le nombre – quinze parmi les seuls internés à Troyes ? – et l’identité de ceux qui ont péri dans les camps d’extermination ne sont pas connus, d’autant que des juifs boulonnais réfugiés à Paris ont également été déportés. En tout cas, leurs biens ont été « aryanisés », c’est-à-dire spoliés. Par ailleurs, à partir de 1942, des juifs non boulonnais travaillant sur le mur de l’Atlantique sont enfermés dans des conditions éprouvantes au lycée Mariette.

La résistance

16La résistance apparaît rapidement et de manière spontanée. Dès août 1940, une femme d’humble condition, âgée de 52 ans, Blanche Paugham-Lefebvre, sectionne des fils téléphoniques allemands. Arrêtée, elle est condamnée à mort, puis sa peine est commuée en travaux forcés à perpétuité, mais elle mourra d’épuisement en avril 1945 à Bergen-Belsen. Une autre forme de résistance spontanée consiste à venir en aide à des soldats anglais qui n’ont pu se replier lors de la campagne de France – de tels gestes reflètent peut-être une anglophilie remontant à la Grande Guerre. Dans un deuxième temps apparaissent de petits groupes de résistants, avant l’essor des mouvements et réseaux. Le groupe Patrie, plus tard rattaché à l’OCM, se constitue ainsi en mai 1941, avec le docteur Vanheeckhout et le chanoine Guillemin. Ses membres diffusent à plusieurs milliers d’exemplaires jusqu’en mai 1944 une feuille clandestine qui se présente comme « l’organe des patriotes opprimés, affamés, mais résistants ». Puis en juillet 1941, Gaston Demailly, un instituteur de l’enseignement public, ancien combattant de 1914-1918 et officier de réserve, implante l’OCM à Boulogne. Prisonnier en 1940, libéré l’année suivante, il s’attache surtout au renseignement militaire, créant les Unités Combat-Renseignement (UCR). Arrêté en 1943, il mourra des suites de sa déportation le 15 mai 1945. En janvier 1942 se forme également à Boulogne la première cellule du Front national, proche du parti communiste : Émile Popelin, Roger Thierry et Eugène Blamengin développeront le mouvement l’année suivante. En août 1942, Henri Henneguelle, militant SFIO, implante Libération-Nord dans sa ville, avant d’en devenir le responsable régional en 1943.

17Au début de 1943, ces résistants instituent « un comité de coordination » dont la compétence s’étendra à tout le Boulonnais et d’où sortira le Comité local de libération, présidé par Raymond Masselis, de Libé-Nord. La résistance boulonnaise franchit un nouveau pas le 9 février 1943 lorsque le Front national réussit son premier sabotage en provoquant un déraillement ferroviaire entre Boulogne et Wimereux. La résistance est discrète mais efficace. Pas seulement celle de Roger Farjon, vice-président du Sénat, qui s’envole pour Londres en mars 1943, ou celle du professeur Rocard, du réseau Cohors-Asturies, qui revient à la même époque sur la côte, pour la deuxième fois, afin d’étudier les installations allemandes de radar. Mais plus généralement celle des Boulonnais : ceux de Libé-Nord qui sabotent le matériel ferroviaire ; ceux du Front national qui multiplient les actions directes, telles les attaques du bureau central d’identité en juin 1943, de la perception de Saint-Martin en juillet, ou encore l’attaque de l’entrepôt des tabacs, sans compter le coup manqué contre le commissariat de police en septembre 1943. Les chrétiens de la JOC sont également actifs, comme les frères Henri (fusillé en 1943 pour avoir commis des actes de sabotage) et Raymond Duteil. Le durcissement de ces actions entraîne des coups très durs pour la résistance. Le Front national est démantelé en octobre 1943, l’OCM décimée deux mois plus tard. Mais la lutte continue à l’intérieur de la « Forteresse Boulogne ». À partir de janvier 1944, Libé-Nord maintient le flambeau, tandis qu’à peine reconstitué, le Front national reçoit de nouveaux coups.

Le siège de la Libération

18Les Boulonnais s’attendent à un débarquement allié chez eux, comme les Allemands d’ailleurs, entretenus dans leur illusion par la manœuvre de diversion Fortitude menée depuis la Grande-Bretagne. Le 24 février 1944, Rommel avait assisté à un exercice de débarquement durant lequel un chaland, porté par la hauteur de la marée, s’était joué de tous les obstacles accumulés sur la plage. D’où sa décision de faire édifier une deuxième ligne de résistance s’appuyant sur des abris bétonnés, bâtis à la hâte. Son inspection des défenses du Touquet au cap Gris-Nez le 17 avril ne le satisfait qu’en partie. Entre-temps, en mars, Hitler a ordonné de faire de Boulogne une forteresse, c’est-à-dire une place forte capable de se défendre par elle-même, de tous les côtés, jusqu’au bout, sans secours extérieur. Jusqu’en juillet 1944, les Allemands restent convaincus que le Pas-de-Calais reste l’objectif principal des alliés et que les opérations de Normandie ne sont qu’une diversion.

19Néanmoins, le 18 juin 1944, le général du génie Jean Mickosh a quinze jours pour tourner les défenses de la « forteresse Boulogne » vers l’intérieur des terres. Mais un mois plus tard, à la suite de l’inspection du général Von Kluge, il est envoyé en Russie. Le lieutenant-général Ferdinand Heim, un officier de carrière de 48 ans, qui a commandé un corps de Panzer sur le front russe avant d’être démis de son commandement après Stalingrad, le remplace alors. Pour la forme, comme l’a demandé Hitler, il fait signer à ses officiers le serment de se battre « jusqu’au dernier ». Heim est un homme qui obéit. Il dispose d’un bataillon de mitrailleuses, de deux bataillons et demi d’artillerie de forteresse, d’éléments d’artillerie lourde des 47e et 64e divisions, d’une infanterie médiocre (2 000 soldats ou employés venus des services, inégalement entraînés) et de marins : en tout, 9 500 hommes armés et bien équipés, dont un millier de Polonais qui ne sont pas sûrs. L’artillerie, surtout, n’est pas négligeable : 22 canons de 88 m/m, 9 de 150, quelques pièces anti-chars et des mitrailleuses lourdes. C’est beaucoup plus que n’en avait le général Lanquetot pour défendre Boulogne en mai 1940.

20Le 30 août, les FFI commencent à attaquer des éléments isolés qui se replient. Le 2 septembre, la destruction systématique du port commence, malgré les protestations des autorités municipales et consulaires. Le 3, Heim interdit aux Boulonnais de quitter leur ville, tandis que la Kriegsmarine mine le port et ses passes. Des soldats en retraite pillent les immeubles encore debout. Le 4, l’état de siège est proclamé. Le 5, la ville est investie, mais la Croix-Rouge, qui instaure un dispositif d’urgence, négocie le surlendemain l’évacuation d’une partie de la population. 1 200 Boulonnais passent la nuit dans le tunnel ferroviaire de Saint-Pierre. Le 8, Heim rejette l’offre de reddition faite par le général Spry, commandant la 3e division d’infanterie canadienne, qui a reçu la mission de prendre Boulogne (opération Welhit). Alors, le bombardement d’artillerie commence : 172 000 obus de tous calibres sont tirés pendant le siège. Des bombardiers moyens et des chasseurs bombardiers, dont des Typhoons armés de roquettes, exécutent 49 raids en 18 jours. Le 11, une trêve limitée permet d’évacuer des personnes âgées et malades. Le 12, la population restante quitte la ville, hormis un petit millier d’assiégés volontaires. L’évacuation, qui s’achève le 14, a pu être menée à bien grâce aux ambulancières de la Croix-Rouge, aux infirmières, aux secouristes volontaires et aux membres de la Défense Passive qui, depuis quatre ans, se dévouent avec courage et abnégation, au prix de leur épuisement. Pendant le siège, les résistants, sous les ordres du capitaine Masselis, incitent les Polonais à la désertion. Ils préservent de la destruction certains points vitaux, comme le pont de fer des Tintelleries, mais ne peuvent empêcher celle du port, qui s’achève la veille de l’offensive. Le 17, c’est l’assaut : 328 canons entrent en action, avant que les chars canadiens, guidés par des résistants de Libé-Nord et de l’OCM, attaquent le Mont-Lambert, encerclent les points de résistance de Bon-Secours et de la Colonne, puis traversent la basse ville jusqu’à la Liane. Le 18, en fin de matinée, le drapeau tricolore flotte à nouveau sur le beffroi mutilé. Dans l’après-midi, le sous-préfet Schmitt passe ses pouvoirs au commandant Mengin, officier de liaison français auprès des Canadiens, qui représente le commissaire régional de la République, Francis-Louis Closon. Mengin dépose le maire de guerre, Brevers, puis charge Georges Lecrivain, adjoint, et le docteur Baron d’administrer la ville. La 31e brigade de chars britanniques, bloquée le 17 au soir, a pu franchir la Liane grâce à l’installation nocturne d’un pont Bailey. Le groupement FFI Germain attaque au sud avec les Canadiens. Le quartier de Capécure est libéré. Les faubourgs sont nettoyés le 20. Mais ce n’est que le 22, à 16 h, que Heim assiégé au fort d’Alprech, ultime point de défense, se rend au brigadier-général Rockingham. Très vite, les premiers réfugiés regagnent leur ville en ruines.

La vie s’organise chaque soir, chaque nuit, dans la cave-abri.

La vie s’organise chaque soir, chaque nuit, dans la cave-abri.

Cliché R. Villain.

21Le siège proprement dit a coûté 200 tués ou disparus, 250 blessés et 9 517 prisonniers, dont 900 déserteurs, du côté allemand. Les Canadiens déplorent 462 tués ou disparus et 172 blessés. Les FFI ont perdu 9 tués et un blessé grave. Pour les Canadiens, la prise de Boulogne a été plus sanglante que celle du Havre.

Un terrible bilan

22Ainsi s’achèvent 1 582 jours d’occupation. Le bilan, à l’issue de la guerre, est dramatique. Les bombardements de Boulogne ont causé 726 tués et blessé gravement près de 700 habitants. À ces victimes, il faut ajouter 33 résistants fusillés ou exterminés et 222 soldats tués à l’ennemi. En outre, 3 500 Boulonnais ont connu l’épreuve de la captivité et 269 jeunes ont été envoyés en Allemagne au titre du Service du travail obligatoire (STO).

Ruine place Dalton

Ruine place Dalton

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

23La population boulonnaise a eu un comportement honorable face à l’occupation. Certes, il y a eu, comme partout, un nombre élevé de lettres anonymes : 4 000 pour l’arrondissement de Boulogne, selon des témoins ayant travaillé pour les Allemands. Ces pratiques sont en partie dues à la rigueur de l’occupation, alors que la ville se trouve en première ligne face à l’Angleterre, quasiment sur le front.

24L’épuration reste limitée. Les gendarmes procèdent à 139 arrestations dans les deux mois suivant la libération. Au 1er janvier 1945, 110 internés se trouvent encore à la prison de l’enclos de l’évêché en vue de répondre d’intelligences avec l’ennemi – en l’occurrence, des actes d’une collaboration souvent plus économique qu’idéologique : un journaliste, un armateur, deux médecins, quelques commerçants, le responsable du Parti franciste de Boulogne, des femmes aux mœurs légères, des dénonciateurs difficiles à confondre. Quant à Henry Gross, éditorialiste du Télégramme, il avait été jugé par un tribunal de la résistance siégeant à Pont-de-Briques, puis condamné à mort et exécuté à son domicile le 9 septembre 1943 par des FTP.

La nouvelle municipalité et la remise en état du port

25Alors que le canon tonne encore au nord, la vie reprend dans une cité martyre aux toits « en dentelles ». Pas même un Te Deum ! Les Boulonnais, qui ont trop souffert, sont incapables d’exprimer leur joie. La messe officielle d’actions de grâces n’est célébrée à Saint-Nicolas que le 13 mai 1945. Mais les habitants se mettent aussitôt au travail. Le 5 octobre 1944 entre en gare le premier train de voyageurs venant d’Abbeville.

26L’administration de la cité meurtrie relève à la fois du Comité local de libération (CLL), présidé par Raymond Masselis et représentant les principales forces de la Résistance, et de la délégation spéciale, nommée par les envoyés du Gouvernement provisoire de la République française ; comptant d’abord deux membres seulement, la seconde est élargie le 19 octobre. C’est le nouveau sous-préfet, Pierre Hars, un Boulonnais, qui en désigne les membres, avec l’accord du CLL : il y a d’anciens élus de 1935, Eugène Canu, maire, Georges Lécrivain et Francis Guilmant, adjoints, ainsi que des représentants du CLL, Raymond Masselis, Henri Henneguelle et Robert Gutekunst, qui ont aussi la qualité d’adjoints. Mais le CLL est rapidement marginalisé au profit de la délégation, portée à 31 membres le 23 janvier 1945. Désormais, les forces politiques traditionnelles retrouvent leur influence, au détriment de la Résistance – Masselis est par exemple oublié. Eugène Canu reste maire, Georges Lécrivain, Edouard Quarré et Jules Paublan sont adjoints, tandis que des édiles élus en 1935 sont confirmés, sauf Paul Bacquet, conseiller national de Vichy pendant la guerre. Le 4 février 1945, Pierre Hars installe ce nouveau conseil, mais les désignations sont contestées, notamment par les anciens combattants et prisonniers de guerre, qui se disent lésés. Les trois adjoints démissionnent aussitôt de leurs fonctions. Le conseil en élit six nouveaux dans l’ordre de préséance : François Dehove, qui fait voter une motion de reconnaissance au général de Gaulle, Auguste Defrance (PCF), Henri Henneguelle (SFIO), Robert Gutekunst, Francis Guilmant et Auguste Lengagne. C’est parmi eux que la gauche boulonnaise trouve les leaders qui vont marquer la vie politique de la cité pendant trente ans. Après avoir rendu hommage à la mémoire de Pierre Delozière, mort dans la tourmente, et à toutes les victimes boulonnaises de la guerre, le conseil s’attaque aux problèmes les plus urgents aux yeux des « 18 000 habitants qui ont retrouvé asile dans des immeubles provisoirement réparés », selon la formule de Pierre Hars.

27D’abord la pêche : c’est la priorité des Boulonnais. Sous l’impulsion du maire et du sous-préfet, les édiles se tournent vers le port, la raison d’être économique de Boulogne. Il ne reste que 300 mètres de quais sur les 3 600 de 1939, une seule grue en état de fonctionner sur les 61 d’avant-guerre. Les hangars, les ateliers de marée, de salaison, de conserverie proches du port sont anéantis. Il n’y a plus un mètre de voie ferrée sur les quais. L’écluse du bassin à flot est détruite. Une énorme brèche coupe en deux l’éperon de la gare maritime. Les terre-pleins sont hérissés de blockhaus. La souille transatlantique n’a pas été draguée depuis quatre ans. La rade est envasée et minée. On estime qu’il va falloir évacuer 1 700 000 mètres cubes de décombres. Au milieu des 120 épaves repérées dans les bassins, on ne recense que trois petits bateaux de pêche à flot. Mais quatre semaines après la Libération, 1 000 mètres de quai sont déjà dégagés. On travaille jour et nuit au déminage avec la Royal Navy et, miracle de la volonté, le 12 octobre 1944, le port devenu partiellement utilisable reçoit son premier navire. Le 26, l’oléoduc Dumbo commence à amener à Boulogne, depuis l’Angleterre, le carburant indispensable au corps expéditionnaire allié pour la poursuite les opérations. Le port retrouve ainsi un peu son rôle logistique de la Grande Guerre.

La reconstruction du Foyer du Marin.

La reconstruction du Foyer du Marin.

Collection particulière.

28En novembre, 188 bateaux sont inscrits au quartier maritime, dont 75 étaplois et 25 boulonnais, et on vend à nouveau du hareng. Malgré la rareté du carburant et du sel, 30 bateaux boulonnais se livrent à la pêche côtière. L’enlèvement des mines étant achevé, le port est rendu aux autorités françaises le 25 décembre 1944, et la pêche redevient libre le même jour. Mais ce n’est que le 1er mars 1945 que les autorités civiles, aidées par la Marine nationale, pourront exploiter seules le port ressuscité, non sans difficultés d’ailleurs. On le constate le 12 février 1945, quand le cargo Adjutant est déchargé au prix de mille difficultés grâce au courage des dockers, ou le 1er août 1952, quand la drague Pas-de-Calais II saute sur une mine, faisant onze morts et six blessés. Mais l’exploitation est également fêtée lorsque, le 7 juillet 1945, le premier chalutier boulonnais, le Rosetta, entre au port avec une cargaison de marchandises diverses offertes par la ville de Casablanca, la généreuse marraine de Boulogne.

La reconstruction de la ville et le plan Vivien

29En septembre 1944, le port est à l’image de la ville. En 1939, Boulogne était une cité prospère, riche de ses 52 371 habitants. Cinq ans plus tard, elle est une ville brisée.

30Les deux quartiers les plus pittoresques, mais aussi les plus insalubres et les plus pauvres, Saint-Pierre et Capécure, sont rasés. Sur les 9 584 immeubles recensés en 1939, 5 192 sont détruits totalement, 3 967 partiellement, dont 533 seulement restent habitables. Il n’en reste que 425 indemnes ou presque. Il faut tout reconstruire, et vite, la basse ville, le quartier balnéaire et le quai Gambetta anéantis. René Mayer, le ministre des Travaux publics et de la Marine marchande, déclare le 9 décembre 1944 : « Mettez-vous bien d’accord sur votre plan de reconstruction dont l’adoption conditionne l’octroi des crédits de réparations des dommages de guerre ». La ville n’est pas prise au dépourvu. Elle y a pensé dès 1941, et un programme de reconstruction a même été élaboré avec le concours des armateurs, dont l’influence reste puissante. En janvier 1942 a germé l’idée de la transformation du quartier de Capécure en « cité industrielle du poisson ». Cette idée directrice fondamentale va entraîner le remodelage de toute la cité, rendu possible par l’ampleur des destructions, qui offrent une « chance amère », selon l’architecte en chef Pierre Vivien. Au printemps 1945, celui-ci est chargé d’établir un plan de reconstruction pour Boulogne, et les communes avoisinantes, en s’inspirant du projet Outrey de 1930 qui prévoyait l’extension des installations portuaires. Cet Amiénois de 36 ans, qui a été architecte en chef des bâtiments civils et des Palais nationaux, puis chargé de la reconstruction de Doullens (Somme), est nommé à Boulogne par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, qui privilégie des personnalités extérieures aux villes à rebâtir, sans lien affectif avec celles-ci, pour éviter des reconstructions à l’identique. S’inspirant de la charte d’Athènes, signée par Le Corbusier (1942), qui met en avant la modernité, Pierre Vivien se penche sur l’histoire et la topographie de la cité, puis, après quelques mois de réflexion et de travail, élabore un projet qui cherche à concilier le passé et l’avenir. François de Viry, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, est spécialement chargé de la reconstruction du port, à partir de vues définies après la Première Guerre mondiale et reprises dans l’étude établie en 1944 par Roger Bernier, le prédécesseur de Vivien.

Immeubles du quai Gambetta.

Immeubles du quai Gambetta.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

31Trois plans successifs sont élaborés. Le « plan A », principalement dû à François de Viry, concerne surtout le port de pêche : il prévoit d’agrandir le bassin à flot, au détriment du quartier de Capécure, et d’y concentrer les industries liées à l’activité halieutique. Quoique approuvé par le conseil municipal en août 1945, il est abandonné devant l’opposition des négociants du port qui auraient beaucoup à perdre dans les expropriations. Un second plan privilégie l’aménagement d’un vaste port de commerce, mais il est jugé « grandiose » et trop dispendieux, et il se heurte à l’opposition des milieux de la pêche. Vivien et Viry proposent alors un plan « C », à la fois d’aménagement, d’urbanisme et de circulation, qui correspond grosso modo à la reconstruction effective de Boulogne. Il insiste sur l’idée du zonage : sur la rive gauche de la Liane, les activités portuaires et industrielles ; sur la rive droite, les logements et les commerces. Il prévoit aussi, comme l’avait déjà imaginé Berrier, le redressement du cours de la Liane pour récupérer 20 hectares, permettant de construire un « quartier de compensation » pour reloger des habitants de Capécure – d’autres quartiers sont prévus à Montplaisir, sur les pentes de la vallée, et à Damrémont. Cela implique de construire la gare SNCF sur la rive droite, mais aussi de prévoir une pénétration du réseau ferroviaire et routier jusqu’au port. Afin de relier les deux parties de Boulogne, il est envisagé plusieurs ouvrages d’art, les futurs viaducs routiers Jean Jaurès et Jean-Jacques Rousseau.

32Le conseil municipal adopte le 22 mai 1946 un plan provisoire. Celui-ci, remanié après la visite le 9 mars 1947 de François Billoux, ministre communiste de la Reconstruction et de l’Urbanisme, est approuvé par l’arrêté ministériel du 31 mai suivant. Ce plan, l’un des trois plus ambitieux de France, est alors évalué pour les dommages de guerre non portuaires à 33 milliards de francs. Il sera le seul en France à être mené à terme, non sans mal, car sa réalisation exigera de lourdes procédures administratives. Le 12 septembre 1947, le conseil municipal adopte, à l’unanimité, le plan que Pierre Vivien accepte de modifier en remplaçant le square prévu près du théâtre par un îlot permettant la réinstallation de commerçants irrités. Mais il maintient la largeur des rues centrales et exprime des réserves quant aux limites territoriales de Boulogne à l’intérieur desquelles son projet étouffe. Ce plan de reconstruction n’est pas définitif pour autant. Au terme de nombreuses retouches, il est évident qu’il est devenu un plan d’urbanisme. L’idée de concentrer à Capécure toutes les activités de la pêche disséminées dans les communes et les quartiers environnants et de faciliter l’accès du port à la route et au rail annonce les futures zones industrielles. Elle met aussi un frein au développement d’une ville qui depuis Napoléon s’effectuait, dit-on alors, selon les « lois de la biologie urbaine ». Toutefois, le plan Vivien suscite de vifs débats, comme en témoignent les réactions presque unanimement hostiles des Boulonnais lorsqu’il est soumis à enquête publique en septembre 1947 : nombre d’entre eux lui reprochent notamment de sacrifier des habitations de Capécure au profit d’un « avenir lointain », alors que sévit une terrible crise du logement, de ne pas prendre en compte les activités balnéaires et, surtout, d’être « imposé » par l’État. Cette opposition, relayée également par une pétition, explique peut-être pourquoi aucune rue de Boulogne ne porte aujourd’hui encore le nom de Pierre Vivien. Les retouches de détail s’ajoutent. Le 30 juillet 1948, le plan est globalement adopté par le Comité national de l’Urbanisme (CNU), avant d’être approuvé par l’arrêté du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme du 2 mars 1949. Les derniers arbitrage, notamment financiers, sont faits le 30 juin 1950 par le CNU et validés par l’arrêté ministériel du 25 octobre suivant. Les délais administratifs sont longs, mais pas plus qu’ailleurs, et sont justifiés par l’ampleur et le coût du projet.

33Les dommages de guerre « habitation » sont estimés à 1,369 millions de francs (valeur 1939). La reconstruction du port à l’identique est évaluée à 5 milliards de francs (valeur 1945), sans compter l’aménagement de la zone de Capécure. Reconstruction et Urbanisme étant imbriqués, il est alors impossible de chiffrer la valeur globale de toutes les opérations d’un plan exemplaire qui conjugue reconstruction et urbanisme. Celui-ci introduit des notions de copropriété et de remembrement. Sa mise en œuvre est subordonnée à la décision ministérielle du 5 juillet 1955, qui étend le périmètre de reconstruction de Boulogne au petit port afin de pouvoir résoudre des problèmes de voirie et de création d’une zone industrielle.

1945. Le général de Gaulle en visite à Boulogne-sur-Mer sort de la porte de Calais avec à ses côtés Henri Henneguelle.

1945. Le général de Gaulle en visite à Boulogne-sur-Mer sort de la porte de Calais avec à ses côtés Henri Henneguelle.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

De la reconstruction à la prospérité

34Le 12 août 1945, le général de Gaulle est triomphalement accueilli à la mairie. Henri Henneguelle lui déclare : « Boulogne vous assure qu’elle aura toujours son cœur pour vous honorer et son courage pour travailler ». Du calvaire des marins, le Général a été saisi par l’ampleur de la destruction du port et de la ville. Il s’arrête ensuite au pont Marguet, chante la Marseillaise avec les syndicalistes de la CGT et leur déclare : « Il faut que Boulogne devienne un grand port de pêche moderne ». Henri Henneguelle lui demande des baraquements pour loger les sinistrés, et la Légion d’honneur pour sa ville sinistrée à 85 %. Celle-ci est remise le 12 juillet 1947 par le président de la République Vincent Auriol.

35La grande tâche des Boulonnais, c’est la reconstruction, qui domine toute leur vie. À partir de 1946 seulement, faute de crédit et de matériaux auparavant, des cités de baraquements provisoires, demi-lunes et UK 100, commencent à être érigées aux périphéries de la ville, comme à Ostrohove ou près de la colonne de la Grande Armée. Elles ne suffisent cependant pas pour répondre à tous les besoins d’une population qui rentre peu à peu. En 1946, 3 000 sans-abri vivent encore dans des caves, tandis que la mairie enregistre 7 000 demandes de logements, sans pouvoir les satisfaire. La reconstruction de habitats pérennes débute vraiment à l’été 1947. Les retards mécontentent la population. Parce que l’on manque de terrains et parce que plus de 10 600 Boulonnais doivent quitter Capécure, on adopte la solution de la « reconstruction verticale », après des « opérations de remembrement et d’expropriation ». C’est ainsi que sont édifiés, à la fin des années 1940, les immeubles du Parc des Quatre Moulins et de Saint-Pierre, puis, de 1951 à 1956, les quatre buildings prismatiques de 11 étages du quai Gambetta, dont Alain Resnais allait faire le cadre de son film Muriel ou le temps d’un retour en 1963.

36La remise en état du port prime. Les déchargements des marchandises s’effectuent grâce à deux péniches qui font la navette entre la rade et le bassin à flot. En visite à Boulogne le 3 mars 1946, Jules Moch, ministre des Transports et des Travaux publics, presse la remise en route du port de pêche. Les constructions de magasins de mareyage, puis d’ateliers de salaison commencent à l’été suivant à Capécure. La destruction de la flottille permet sa reconstitution avec des unités modernes, désormais toutes équipées de moteurs Diesel. Une vingtaine de solides chalutiers allemands sont en outre donnés aux pêcheurs de Boulogne au titre des dommages de guerre. Le trafic transmanche reprend progressivement : l’accostage du Hythe marque la reprise des relations avec Folkestone en mars 1946, mais les liaisons régulières ne sont rétablies qu’à partir du 1er juillet 1947, lorsque 369 passagers débarquent de l’Isle of Thanet. La même année, une gare maritime provisoire est édifiée. Le 18 mars 1947 voit la première escale d’un grand jutier, le Sandee. Les Boulonnais comptent d’abord sur les ressources locales. En octobre 1945, ils ont repoussé une offre américaine de reconstruction du port dans un temps record, offre réitérée en janvier 1946 par une délégation de l’European Reconstruction Commitee.

37En août 1948, deux statues de Notre-Dame du Grand Retour reviennent à Boulogne, point culminant de la ferveur populaire des années de guerre et d’après-guerre. Dix ans plus tôt, en vue du congrès marial, quatre effigies en plâtre de la Vierge nautonnière, dues à un sculpteur local, Pierre Stenne, avaient parcouru le diocèse d’Arras. L’une d’elles a ensuite été transportée au Puy-en-Velay pour le congrès de 1942, qui n’a finalement pas eu lieu, puis à Lourdes, où l’ont rejointe les autres plâtres. En 1943, des évêques décident une pérégrination nationale de ces statues, par le biais d’une vaste mission intérieure, le long de quatre voies : comme les pèlerins ne peuvent se déplacer à cause de la guerre, c’est la Vierge dite du Grand Retour qui vient symboliquement à eux, évoquant l’attente du retour des absents et de la fin de la guerre, puis les espoirs de la Libération et les expectatives de la reconstruction.

La procession du Grand Retour dans le haut de la Grande Rue en 1948.

La procession du Grand Retour dans le haut de la Grande Rue en 1948.

Collection particulière. Cliché X.

Henri Henneguelle : stabilité politique et continuité

38Pendant la période de la reconstruction, la vie politique boulonnaise reste placée sous le signe de la stabilité et de la continuité dans l’administration de la cité. Le 13 mai 1945 ont lieu les premières élections municipales de l’après-guerre, auxquelles les femmes participent désormais. La liste d’union des gauches (SFIO, PCF et radicaux) bat au second tour celle du MRP du docteur Baron – Henri Henneguelle, l’ancien instituteur anticlérical, n’a pas cherché l’alliance avec les centristes d’inspiration démocrate-chrétienne. Le 20 mai, celui-ci devient maire, une décennie après ses débuts en politique. Ville radicale en 1939, Boulogne devient socialiste en 1945. Toutefois, les élections municipales du 19 octobre 1947 provoquent un changement de cap avec l’arrivée aux affaires d’une alliance des républicains indépendants, des radicaux et des gaullistes (RPF), puis l’élection, également soutenue par le MRP, à la fonction majorale, de Jean Febvay, candidat malheureux en mai 1935 – ce dernier sera par ailleurs député, sous les étiquettes de gaulliste puis de républicain indépendant, de 1951 à 1958. Henri Henneguelle paie de sa défaite les lenteurs de la reconstruction et les polémiques soulevées par le plan Vivien. La vie politique boulonnaise est par ailleurs très animée, comme l’atteste le lancement de plusieurs journaux partisans en 1946, tels que La vague du Boulonnais, socialiste, ou le Vent du large, communiste.

39Henri Henneguelle reprend l’écharpe de maire le 3 mai 1953 et la conservera jusqu’au 13 mars 1977, pour la transmettre alors à Guy Lengagne, fils du premier adjoint de son premier majorat. Cette stabilité politique n’a été entamée ni par les événements de 1958, ni par ceux de 1968. Pendant sa vacance majorale, Henri Henneguelle, élu député le 17 juin 1951, assiste à Paris, avec Francis Guilmant, l’adjoint de Jean Febvay, à toutes les réunions importantes de coordination au ministère, grâce à la compréhension du directeur de l’Urbanisme. Il reste non seulement informé, mais il peut aussi suggérer des modifications à certains projets sectoriels.

Henri Henneguelle, maire de Boulogne-sur-Mer de 1945 à 1947 et de 1953 à 1977 dans son bureau.

Henri Henneguelle, maire de Boulogne-sur-Mer de 1945 à 1947 et de 1953 à 1977 dans son bureau.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

40Réélu maire, Henri Henneguelle poursuit une reconstruction résolument moderne et tient bon : « tant pis pour le folklore […]. Il faut passer et tourner la page résolument, sans se retourner » (Nord-Matin, 17 mars 1968). Il maintient l’élargissement des rues Thiers et Victor Hugo, même si certains immeubles n’ont pas été alignés. Le quartier de Capécure est délibérément placé en dehors du périmètre de reconstruction. On veut surtout moderniser la ville, ce qui entraîne la démolition d’immeubles dont certains pourraient encore être utilisés, notamment dans le quartier insalubre de Saint-Pierre. Il en résulte aussi une transformation du réseau des égouts qui, sans la guerre, n’aurait sans doute jamais été refait dans son ensemble. Une station d’épuration des eaux usées a pu ainsi être financée, alors qu’elle n’existait pas avant 1939. Il faut se livrer à une véritable gymnastique de mise en valeur des créances de dommages de guerre. C’est ainsi qu’on aboutit au financement par l’État de la reconstruction du Casino (1960) et de la construction de la piscine. Le plan Vivien, dont la réalisation nécessite l’expropriation d’environ 700 immeubles, entraîne l’édification, entre autres, à la périphérie nord, d’une cité dite de Transition, réalisée de 1954 à 1960, pour reloger les sinistrés abrités dans les baraquements. Cette cité – véritable ville dans la ville – accueille 6 000 habitants. La ville se trouve remodelée, surtout à partir de 1968, après la rectification du cours de la Liane et la construction des deux viaducs de 600 mètres reliant les deux rives. Jusqu’en 1964, toutes les opérations immobilières sont liées à la reconstruction, mais la question du relogement des sinistrés se posera encore pendant plus d’une décennie. Si le plan Vivien a pu être mené à son terme, si la ville a pu s’équiper de parcs de logements sociaux, bâtis à partir de 1964 sur 16 hectares du plateau du Chemin Vert au nord, sur les 10 hectares de Damrémont et à Henriville, si la modernisation de l’équipement de la cité a pu être réalisée, c’est avant tout du fait de cette stabilité politique.

41Cette stabilité, au moins à l’échelle municipale, n’a pas été sensiblement modifiée par le découpage électoral de novembre 1958 et l’adoption du scrutin d’arrondissement pour les élections législatives. Certes, Henri Henneguelle perd alors son siège de député, mais il est sénateur de 1967 à 1974. La 5e circonscription, au sud de Boulogne, est tenue de 1958 à 1973 par un autre socialiste, le maire de Saint-Martin-les-Boulogne, Jeannil Dumortier, hostile à l’Union de la gauche, et auquel succède le communiste Jean Bardol. La 6e, à dominante rurale, qui s’étend du nord de Boulogne jusqu’à Lumbres, est le fief électoral du maire gaulliste de Licques, Henri Collette, de 1958 à 1973, que lui ravit ensuite le maire socialiste de Marquise, Louis Le Sénéchal, auquel succède, à son décès en 1977, Dominique Dupilet.

1959. Le général de Gaulle, président de la République, sort de la mairie en compagnie du maire, Henri Henneguelle.

1959. Le général de Gaulle, président de la République, sort de la mairie en compagnie du maire, Henri Henneguelle.

Au second plan, on reconnaît de gauche à droite Olivier Guichard, Pierre Lefranc et Joseph Fontanet.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

L’extension du port

42Grâce à cette stabilité politique et à la bonne entente entre l’administration municipale et la Chambre de Commerce et d’Industrie, la doctrine portuaire élaborée aux lendemains de la Libération, exprimée dans le plan Vivien, se concrétise. Malgré les difficultés de l’armement à la pêche, aggravées par l’état du port, il faudra vingt ans d’efforts opiniâtres pour réaliser l’extension de celui-ci, avec l’affectation du bassin Loubet à la pêche et la création en eau profonde du havre de commerce, à l’abri de la digue Carnot. Les étapes de cette extension furent longues et difficiles. Le 14 juin 1952, on inaugure la gare maritime, à la fois moderne et modèle. L’année 1954 voit la reprise des excursions d’un jour (no passport) en provenance de l’Angleterre. La nouvelle halle couverte est mise en service en 1956 ; la gare de marée suit trois ans plus tard. La modernisation de la flottille de pêche se poursuit à outrance, malgré les craintes exprimées le 18 février 1957, lors de la visite du secrétaire d’État de la Marine marchande, devant la perspective du Marché Commun. Ce jour-là, l’ingénieur en chef Peyronnet, qui poursuit l’œuvre de François de Viry et Roger Vian, présente également le projet définitif de l’extension du port, décidée un an plus tôt. La politique de concertation des élus et des autorités consulaires aboutit en 1961 à une décision budgétaire capitale : plus du quart des crédits nationaux en matière portuaire sont affectés à Boulogne, ce qui donne, avec les fonds de concours, une masse de 5 milliards de francs. Le décret du 20 avril 1961 autorise la création de la nouvelle darse, pour laquelle s’ouvre le 11 septembre 1962 le plus grand chantier que Boulogne ait jamais connu. En même temps, la partie est de la rade est remblayée : le terre-plein ainsi réalisé doit accueillir une usine des Aciéries Paris-Outreau, exemple de sidérurgie sur l’eau, ravitaillée par des navires minéraliers.

43Lorsque le 16 décembre 1963 le ministre des Travaux publics Marc Jacquet présente aux professionnels l’intégration des pêches dans la Communauté européenne, il découvre l’importance d’un port qui étouffe dans ses limites. Cependant, la pêche au hareng s’est ralentie depuis près d’une décennie. Alors que le « poisson-roi » représente encore plus de la moitié de la production halieutique boulonnaise en 1952, il ne pèse plus qu’un quart en 1957, et 10 % dix ans plus tard. Il est alors supplanté par le lieu noir et le cabillaud. L’approvisionnement des conserveries devient précaire : sept d’entre elles fermeront d’ailleurs entre 1967 et 1973. L’armateur Jean Delpierre décide alors, pour assurer la marche des établissements « Pêche et Froid » qu’il a créés douze ans plus tôt, de tenter l’aventure thonière tropicale ; il devient le leader dans cette branche, ce qui l’amène à abandonner définitivement en 1969 la pêche hauturière, trop aléatoire. Mais il est le seul à s’engager dans cette voie. Le 29 septembre 1964, le premier « pêche arrière » boulonnais, le Petit Moussaillon entre au port, en pleine crise de la pêche.

44La nouvelle darse Sarraz-Bournet est mise en service en juin 1967. Le port de commerce de Boulogne prend alors son élan, progressant deux fois plus vite que la moyenne nationale. Le trafic des voyageurs est stimulé par la mise en place d’une ligne d’aéroglisseurs, inaugurée le 31 juillet 1968 par la princesse Margaret, puis la construction d’une nouvelle gare spécifique, ouverte le 24 juillet 1979. Boulogne joue avec succès la carte du trafic transmanche. Malgré la diminution du nombre de chalutiers et les difficultés de la pêche, l’équipement du port se poursuit. Le 10 septembre 1971, on admire la prouesse technique de la pose de la grande écluse préfabriquée du Bassin Loubet, la première construite au monde, afin de permettre aux chalutiers industriels d’entrer et de sortir à marée basse. Le 26 janvier 1972, L’Aphrodite est le premier navire à franchir cette écluse.

La grande grève des marins de l’été 1980.

La grande grève des marins de l’été 1980.

De gauche à droite : Guy Lengagne, le maire qui s’est interposé entre les CRS et les marins, Pierre Mauroy, venu à Boulogne, et un marin CFDT.

Cliché G. Capron.

Les difficultés de la pêche

45Dans les années 1970, le port de Boulogne a une dimension européenne. Il retrouve en 1978 sa place de premier port de pêche de France, qu’il avait perdue l’année précédente au profit des ports bretons. Depuis 1965, des Fonds régionaux de régularisation et d’organisation du marché du poisson contrôlent les ventes. Mais cette situation ne saurait cacher les difficultés endémiques du secteur, aggravées par la hausse des coûts du carburant à partir du choc pétrolier de 1973, les conséquences de l’overfishing et les inquiétudes relatives à la mise en place de « l’Europe bleue ». Les chalutiers industriels passent d’une centaine d’unités en 1950 à 33 en 1978 – avec des navires certes plus grands et plus modernes. Les prises ramenées au port diminuent : après le record de 140 000 tonnes en 1973, elles tombent à 110 000 tonnes quatre ans plus tard. Dès 1971 resurgissent les vieux litiges de la répartition du travail à bord des chalutiers et de la composition des équipages. Au fil des années, les soubresauts se succèdent, comme la grève de février-mars 1975. Au cours de l’été 1980 éclate le plus grave conflit qu’ait jamais connu la marine boulonnaise, avec l’épreuve de force entre les armements et les syndicats de marins. Le 23 juillet, une décision de l’armement visant à réduire les équipages, motivée par des difficultés financières, est à l’origine du conflit. La pêche artisanale se joint au mouvement. L’intervention de la Marine nationale n’arrange rien. Le 25 août, le maire Guy Lengagne évite l’effusion de sang en s’interposant courageusement entre grévistes et CRS. Le 27, par des barrages intra et extra muros, mareyeurs et transporteurs paralysent la ville où règne un climat d’émeute. Le blocus portuaire et routier est levé le 30. Mais les marins ne décident de reprendre la mer, avec 22 hommes à bord, que le 17 septembre.

Vingt ans après la Reconstruction

46Boulogne ne paraît pouvoir vivre que de la mer. Les responsables de la cité le pensent lorsque, dès 1962, apparaît le premier signe d’un chômage qui va croître rapidement malgré tous les efforts d’implantation de zones industrielles et de diversification des activités traditionnelles. L’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi inscrits à l’agence de Boulogne est significative : 570 en 1962, 842 en 1965, 1 446 en 1968. Puis on assiste à une brève régression provoquée par des implantations industrielles : 1 381 en 1969, 1 288 en 1972. Ensuite, la courbe du chômage reprend son implacable ascension : 1 336 en 1973, 1 806 en 1974, 2 771 en 1975, 3 027 en 1976, 3 770 en 1977, 4 614 en 1978, 5 826 en 1979, 5 840 en 1980, 6 808 en 1981. Après la Reconstruction, achevée au début des années 1960, le chômage s’est développé. Les fondateurs du comité d’aménagement pour la prospérité de la région boulonnaise, créé le 6 juin 1957, redoutaient déjà cette éventualité.

47La mise en œuvre du plan de modernisation et d’équipement de l’agglomération, dès 1965, ne peut endiguer la crise qui s’amorce. On découvre alors que la solution des problèmes ne dépend plus uniquement des édiles d’une seule ville. Le 21 février 1966, le conseil municipal, imité peu après la Chambre de Commerce, se décide pour le « Grand Boulogne ». Il ne s’agit que d’un simple vœu à la réalisation duquel l’esprit de clocher fera systématiquement obstacle. Néanmoins, le 1er juillet 1969 est créé le Syndicat mixte pour la réalisation d’études d’aménagement d’urbanisme de Boulogne et sa région (SMEAU) qui rassemble les représentants de 23 communes et de la CCI. Il met en place le groupement permanent d’études qui, en dix-huit mois, réalise un travail d’analyse et de réflexion sur l’avenir de l’agglomération. Il définit un programme d’équipement pour les 11 communes qui compose celle-ci, bien que l’aire d’étude porte sur l’ensemble des 23 communes et qu’a été défini un périmètre d’investigation avec 43 communes appartenant à l’entité géographique du Boulonnais.

48Le SMEAU élabore le schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région boulonnaise (SDAU) à l’horizon 2000 qui, après avoir reçu, les 21 décembre 1970 et 15 octobre 1971, l’avis favorable des communes concernées, est approuvé le 26 février 1973 par le préfet de Région. Ce premier SDAU du Nord et second de France fixe à long terme (plus de 30 ans) les orientations de l’urbanisation des 23 communes. Un rapport du SMEAU expose quatre hypothèses de développement, dont la troisième, celle qui est retenue, suppose une reprise économique à partir de 1975 et une expansion démographique de 1,9 % par an, qu’il faudra revoir. Néanmoins, le syndicat mixte pour l’aménagement d’une zone industrielle dans l’agglomération, au lieu-dit « vallée de la Liane » (Syndival), est fondé le 2 octobre 1963, et reconnu d’utilité publique le 9 février 1966. La première tranche des travaux débute en septembre suivant sur une zone de 42 hectares, dont les 12 premiers, équipés pour être plus facilement commercialisés, vont surtout permettre l’expansion d’entreprises déjà en activité. Seule, la deuxième tranche a pour objectif l’implantation de nouvelles industries.

49C’est à la tâche d’urbanisation et d’implantation industrielle, finalement plus difficile que celle de la reconstruction, compte tenu de la conjoncture que s’attelle le maire Guy Lengagne porté en 1977 à la tête d’une ville qui a perdu mille habitants et qui est aux prises avec une très grave récession. Le 7 décembre 1978, 15 000 Boulonnais participent une grande manifestation de défense de l’emploi. Henri Henneguelle a reconstruit la ville. Guy Lengagne essaie de l’embellir et de lui éviter l’asphyxie économique. Il met en œuvre le plan d’occupation des sols. Sans rejeter les données de la vocation maritime qu’a reconnue à sa ville l’OREAM NORD, s’appuyant sur la Chambre de Commerce et d’Industrie et le CAPRB, il entreprend le désenclavement du Boulonnais, seule condition de la réalisation, même tardive, de l’hypothèse n° 3 du SDAU. Devenu entre-temps député et président du Conservatoire national du Littoral, il veut relier cette ville et ce port-omnium, placés devant « le plus grand boulevard industriel et maritime du monde », à l’autoroute A26 et aussi à la région parisienne, tout en militant pour l’électrification du réseau ferroviaire.

Vue d’une partie des installations portuaires de Boulogne-sur-Mer prise du Calvaire des marins en janvier 1983.

Vue d’une partie des installations portuaires de Boulogne-sur-Mer prise du Calvaire des marins en janvier 1983.

Cliché G. Capron.

50Il apparaît surtout à l’évidence que les problèmes d’une ville ne se résolvent pas uniquement à l’intérieur de ses murs.

Ruptures sociologiques

51La recherche des solutions n’a pas été favorisée par la reconstruction sur des bases entièrement nouvelles – exception faite pour la haute ville transformée en quartier administratif. En effet, la rénovation urbaine et l’évolution générale des mœurs ont entraîné des ruptures sociologiques, mais aussi un épanouissement culturel.

52La reconstruction qui a amélioré le confort des habitants, n’a pas provoqué une augmentation de la population, comme certains le pensaient. Boulogne n’a pas retrouvé sa population maximale de 1926 (52 839 habitants). En 1946, la ville n’en compte plus que 35 112. Nombre de Boulonnais sinistrés n’ont pu rejoindre leur cité. Certains la quittent définitivement, demeurant et faisant souche dans les zones d’évacuation, notamment la Nièvre et la Marne. Cependant en 1954, Boulogne franchit juste le cap des 50 000 habitants. Mais à partir de 1968, leur nombre décroît légèrement, passant de 50 138 à 48 350 en 1982. Deux facteurs principaux expliquent cette diminution. Les Boulonnais s’installent de plus en plus à l’extérieur, dans la banlieue (Condette, Hardelot, Wimereux…), tandis que des jeunes s’expatrient pour trouver du travail.

53Les racines sont moins ressenties. Certains (13 %) n’ont pas le sentiment de retrouver leur ville d’avant-guerre et en gardent une profonde nostalgie, selon un sondage de La Voix du Nord en décembre 1971.

Flux et reflux de la vie religieuse

54La dispersion de la population maritime, localisée avant guerre dans les quartiers de Saint-Pierre et de Capécure, totalement sinistrés, entraîne une première rupture profonde, car un effort important d’évangélisation avait été mené auprès d’elle par le clergé depuis le XIXe siècle. En revanche, la basilique a échappé à la destruction : au-delà du symbole, elle reste un centre de la vie religieuse boulonnaise. À la fin de 1945, certains croient par ailleurs au rétablissement d’un évêché à Boulogne. Cela aurait été l’aboutissement d’une action menée jusqu’à sa mort, en 1939, par Mgr Ferdinand Lejeune, archiprêtre, puis par le chanoine Sauvage. De son côté, au lendemain de la guerre, Mgr Remi Leprêtre, ancien délégué apostolique au Levant et originaire du Portel, demande aussi au nonce apostolique, Mgr Roncalli, futur Jean XXIII, la recréation du diocèse de Boulogne. Mais le 31 mai 1947, l’évêque d’Arras, Mgr Perrin, s’oppose fermement à celle-ci. Tout au plus son auxiliaire, Mgr Parenty, nommé en 1962, s’installe-t-il à Boulogne, avant de retourner en 1975 à Arras.

55L’encadrement religieux s’adapte aux évolutions de l’urbanisme de Boulogne. Encouragée par le curé de saint-Pierre, le chanoine Guillemin, la création de la paroisse de Saint-Patrick en 1947 doit permettre de desservir le plateau du Chemin Vert, où commencent à s’élever des cités de baraquements. La moitié des dommages de guerre prévus pour Saint-Pierre sont utilisés pour bâtir l’église au début des années 1960. Quant à Saint-Vincent-de-Paul, l’église de Capécure, elle est reconstruite sur les hauteurs de Montplaisir. Une nouvelle synagogue est édifiée en basse ville.

56Le rayonnement spirituel de Boulogne demeure. Certes, l’événement annuel de la Grande Procession connaît quelques vicissitudes au tournant des années 1960-1970 : en 1969, elle est maintenue de justesse, puis elle perd son cortège historique. Mais cette « purification » voulue par le clergé n’empêche pas, au contraire, que la station à Notre-Dame redevienne vivante et priante quelques années plus tard.

Des traditions vivantes

57Malgré les bouleversements de l’urbanisme, quelques traditions locales se maintiennent. Certes, le défilé du Bœuf Gras qui existait depuis le XIVsiècle, a été supprimé par la décision d’un sous-préfet. En revanche, les fêtes corporatives (la Saint-Pierre des marins, la Saint-Honoré des boulangers-pâtissiers, la Sainte-Barbe, la Sainte-Cécile, la Saint-Fiacre et la Saint-Éloi) ont longtemps été célébrées.

58La tradition la plus pittoresque, celle du « Guénel », s’est développée et donne même lieu à des concours. Le soir du 24 décembre, les « margats » de Boulogne s’en vont dans les rues, porteurs d’une betterave transformée en lanterne, entrent dans les magasins et les maisons, chantent leur chanson et recueillent quelque argent. Cette coutume est aussi vivante que le défilé de Saint-Nicolas, en grand apparat, dans les rues de la ville. L’année boulonnaise se termine par l’attribution du « ruban bleu » au chalutier le plus productif de la flottille industrielle.

59L’une des spécificités de Boulogne est la revue locale, un spectacle patoisant très couru, dont les représentations s’étendent sur plusieurs semaines et où l’actualité locale est brocardée. Les personnages du folklore boulonnais, Bâtisse et Zabelle y tiennent la vedette. L’origine de la revue boulonnaise remonte à 1874. Le genre a plu, et la faveur du public ne s’est jamais démentie. Ernest Deseille lui donna ses lettres de noblesse en 1877 avec « La Grande Duchesse de Boulognestein ». Charles Quettier, Jules Bénard, Alfred Dubout s’y essayèrent avec bonheur. Maurice Feuillade, Maurice Thierry, Albert Chatelle et Raymond Docquois régnèrent dans ce genre de 1900 à 1939, relayés, par Pierre Duffort qui n’était autre que Pierre Hars, le futur sous-préfet de la Libération. En mars 1940, on joua « Mine d’Aryen ». L’occupant interdit « Dins l’ noir », mais ses auteurs, Roger Marcq et Edouard Jamolli, prirent leur revanche en faisant jouer en juin 1946 une bouffonnerie d’actualité. Roger Destrée prit le relais. Puis ce fut une longue production (25 revues) de Marcel Vasseur, dit Marvas, jusqu’en 1979. Robert Jordens (Ch’Guss) et Jean Jarrett, auteurs-interprètes, ont repris le flambeau d’un genre typiquement local qui apporte un éclairage sur les mentalités boulonnaises. Rien d’étonnant donc que Boulogne-sur-mer, à l’instar des villes des Flandres, ait ses « géants » : Bâtisse, pêcheur boulonnais, et Zabelle, son épouse, qui naquirent en 1923, date à laquelle ils figurèrent dans une grande cavalcade locale. Détruits pendant la guerre, ils ne réapparurent qu’en juillet 1956. Bâtisse porte toujours la casquette de marin, la vareuse de toile cachou et le pantalon de drap bleu ; Zabelle est revêtue du costume local d’apparat : corsage, jupe et tablier noirs, châle blanc brodé et coiffe, appelée « grand soleil ». Ce costume est agrémenté des célèbres longues boucles d’oreilles (les dorlots) et d’une chaîne de cou en or. Leurs sorties irrégulières en ville se font à l’occasion de grandes fêtes populaires, comme le carnaval de 1980.

60La vogue de la revue et l’attachement aux traditions locales n’empêchent pas le recul du patois depuis les années 1950.

La vie associative et l’essor culturel des années 1950-1980

61L’une des plus profondes ruptures enregistrées juste après la guerre a concerné le domaine de la vie associative. Les sociétés boulonnaises mises sous l’éteignoir pendant cinq ans ont difficilement surmonté cette épreuve. La reprise fut difficile. C’est « Allez l’Union » qui se manifesta d’abord en organisant des concours de chanteurs amateurs sous ce titre significatif : « On chante dans nos ruines ». Des milliers de personnes y assistaient en plein air en suivant dans les quartiers le camion-podium. L’Union sportive de Boulogne, le vieux club créé en 1898, n’a pas supporté sa deuxième expérience professionnelle. Professionnelle en 1935, redevenue amateur après la guerre, elle adhéra, à nouveau, en 1959 au groupement des clubs autorisés. Pour son malheur d’ailleurs, car, malgré l’aide la municipalité, il lui manquait l’aire d’attraction indispensable pour rassembler le minimum de spectateurs nécessaire au fonctionnement d’un club professionnel.

La célèbre équipe de basket-ball des Corsaires bucaillais et leur capitaine André Bardol (2e à partir de la droite) qui enthousiasmèrent les Boulonnais dans les années 1952-1962.

La célèbre équipe de basket-ball des Corsaires bucaillais et leur capitaine André Bardol (2e à partir de la droite) qui enthousiasmèrent les Boulonnais dans les années 1952-1962.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

62En fait, c’est la Liane qui a permis au sport boulonnais d’avant-guerre de poursuivre son rayonnement, grâce à l’Émulation Nautique Boulonnaise, le doyen des clubs boulonnais, et au Boulogne-Club. L’aviron et le canoé-kayak sont deux des grandes disciplines du sport boulonnais. D’autres sports ont eu des heures de gloire, le basket avec l’Amicale Bucaille qui se tailla durant plusieurs saisons des lauriers nationaux, ainsi que l’athlétisme, grâce au BAC qui sut utiliser au mieux les installations du Stade de la Libération, enfin réalisé après la guerre. Les sports de voile (yachting, dériveurs, planche) connaissent les faveurs de la jeunesse. Celle-ci a également redécouvert la pratique du tennis sous les couleurs du TCB, un club glorieux bien près de disparaître à l’issue de la guerre et qui a refait surface grâce à des dirigeants d’envergure, tel Henry Reisenthel. Mais la vieille Inquéterie, qui donna plusieurs internationaux de hockey sur gazon à Boulogne, n’a pas retrouvé ses fastes d’antan. L’aéro-club de Boulogne a dû se déplacer à Ambleteuse car l’aérodrome d’Alprech n’a pas été reconstruit. Le Réveil, en revanche, a poursuivi sa carrière. D’autres clubs se sont créés dans des disciplines diverses (judo, cyclisme, automobilisme, tir-à-l’arc, tennis de table, pêche en mer, et même pétanque). Mais la donnée essentielle du dernier quart du XXsiècle est bien l’avènement du sport corporatif, phénomène particulièrement accusé dans le football.

63En revanche, il fallut attendre la fin de la reconstruction et même au-delà, pour assister à un renouveau culturel. La vieille société académique, créée sous le Second Empire, avait disparu. Le succès des « conférences Sainte-Beuve » fut éphémère. Il y avait des besoins insatisfaits de culture, comme en témoigne le sondage de décembre 1971 de La Voix du Nord : 57 % des Boulonnais interrogés estimaient la vie culturelle insuffisamment développée. Il n’avait guère été possible de lancer une grande entreprise culturelle dans une ville aux toits en dentelles et aux murs ébranlés.

64Avant 1939, la vie culturelle s’organisait autour du théâtre municipal et du casino. Dans la grande salle de celui-ci, un opéra était donné chaque mercredi. La musique était très développée. L’Harmonie du Commerce et celle des Sapeurs Pompiers d’une part, les Ocariens mandolinistes et la chorale des cheminots de l’autre, assuraient concerts et festivals. Le conservatoire était une succursale appréciée de celui de Paris. Les grandes tournées théâtrales faisaient régulièrement escale à Boulogne et il y avait un public pour ce genre de spectacles et de divertissements.

65Mais c’était une culture réservée à une élite. Au printemps de 1972, Guy Lengagne, soutenu par Maurice Wibrech et aidé par Jacques Cassar, crée l’Office Municipal de la Culture de Boulogne (OMCB). Sa tâche consiste à organiser des manifestations de qualité, concerts, spectacles, conférences, expositions, et à créer un climat favorable à leur succès. En 1977, Christian Lefebvre poursuit l’œuvre entreprise par Guy Lengagne.

66L’infrastructure culturelle de Boulogne s’est développée. La bibliothèque municipale est installée dans l’ancien couvent des Annonciades, restauré de fond en comble. Le Conservatoire de Musique, malgré ses pérégrinations, voit passer le nombre de ses élèves de 365 en 1977 à 610 en 1982. L’École des Beaux-Arts prend un nouvel essor, avec son transfert dans des locaux définitifs, Place de Picardie. La rénovation du Musée des Beaux-Arts de la Grande Rue est lancée, avec un « éclatement » en 1985 dans l’ancien château de Boulogne. Un atelier municipal d’art est créé, et le 23 octobre 1982 est signée, entre le ministère de la Culture et la ville, « une convention de développement culturel ». Ainsi, Boulogne cesse d’être « le désert culturel » qu’elle avait été dans l’immédiat après-guerre. Au milieu des années 1980, elle compte 70 associations culturelles actives, dont un groupe folklorique (recherche de danses anciennes).

67Les initiatives ne manquent pas : « L’Art dans la ville » réalise sur les murs de la Cité (rues de la Lampe, des Pipots et Thiers) de grandes fresques. D’autre part, est mis à l’étude un projet d’installation, à la place du casino, d’un Centre culturel et scientifique de la mer – c’est l’origine de Nausicaa. Quant à la haute ville, où s’active l’association « Renaissance du Vieux Boulogne », elle est mise en valeur grâce à la rénovation. Ainsi les chemins du renouveau d’une ville passent par la grande voie de la culture qui permet de surmonter les ruptures de la guerre et de refaire son unité.

68Boulogne assume donc un rôle de chef-lieu de petite région. La création de l’arrondissement de Calais en 1962, qui l’amputa de trois cantons, ne diminue en rien son rayonnement. Les efforts de ses édiles pour coordonner l’action constructive des communes voisines, cependant, ne sont pas toujours couronnés de succès. Le 22 septembre 1972, le conseil municipal adopte les statuts du futur district de Boulogne. Quelques autres communes l’imitent ensuite. Puis un syndicat intercommunal à vocation multiple est créé pour réaliser le programme prévu dans le SDAU.

69À l’aube des années 1980, Boulogne-sur-mer est confrontée à une crise plus forte que celle des années 1930. Elle souffre alors de l’enclavement de sa région, tant vis-à-vis du reste de la France que de la métropole régionale. Mais elle prend conscience que les Boulonnais ne peuvent plus, comme jadis les Morins, rester « les hommes du bout du monde ».

Table des illustrations

Titre Canon allemand.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Postes TSF confisqués.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Le bombardement du 17 août 1942, rue du Moulin à Vapeur.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre La vie s’organise chaque soir, chaque nuit, dans la cave-abri.
Crédits Cliché R. Villain.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Ruine place Dalton
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre La reconstruction du Foyer du Marin.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Immeubles du quai Gambetta.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre 1945. Le général de Gaulle en visite à Boulogne-sur-Mer sort de la porte de Calais avec à ses côtés Henri Henneguelle.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre La procession du Grand Retour dans le haut de la Grande Rue en 1948.
Crédits Collection particulière. Cliché X.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Henri Henneguelle, maire de Boulogne-sur-Mer de 1945 à 1947 et de 1953 à 1977 dans son bureau.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre 1959. Le général de Gaulle, président de la République, sort de la mairie en compagnie du maire, Henri Henneguelle.
Légende Au second plan, on reconnaît de gauche à droite Olivier Guichard, Pierre Lefranc et Joseph Fontanet.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre La grande grève des marins de l’été 1980.
Légende De gauche à droite : Guy Lengagne, le maire qui s’est interposé entre les CRS et les marins, Pierre Mauroy, venu à Boulogne, et un marin CFDT.
Crédits Cliché G. Capron.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Vue d’une partie des installations portuaires de Boulogne-sur-Mer prise du Calvaire des marins en janvier 1983.
Crédits Cliché G. Capron.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre La célèbre équipe de basket-ball des Corsaires bucaillais et leur capitaine André Bardol (2e à partir de la droite) qui enthousiasmèrent les Boulonnais dans les années 1952-1962.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7601/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5M

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540