Version classiqueVersion mobile

La politique cinématographique de la France en Allemagne occupée (1945-1949)

 | 
Laurence Thaisy

Préface

Jérôme Vaillant

Texte intégral

1L’ouvrage que nous propose Laurence Thaisy s’inscrit dans une déjà longue tradition de la recherche française sur la politique d’occupation menée par la France en Allemagne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Les premiers ouvrages avaient été américains et allemands, la recherche française ne se saisissant réellement du sujet qu’après l’ouverture, dans le courant des années 1980, des Archives de l’occupation déposées à Colmar. Il porte sur un aspect de la politique culturelle de la France que l’auteur comprend à juste titre non seulement comme une contribution à la rééducation du peuple allemand, mais qu’il saisit dans toute sa dimension économique en raison même de la spécificité du cinéma qui est autant outil de propagande culturelle que levier économique. L’ouvrage a le mérite également de replacer l’action culturelle de la France en Allemagne dans un double contexte historique puisqu’il retrace la politique allemande de la France après 1945, ses objectifs, ses moyens, ses structures et son fonctionnement, mais la situe également par rapport aux expériences faites en matière de propagande culturelle sous le IIIe Reich et dans la France occupée.

2Pour ce qui est de l’aspect culturel, L. Thaisy montre bien, par une analyse des programmes et des études de cas, comment, dans l’esprit des concepteurs d’une politique cinématographique française en Allemagne, le cinéma doit contribuer à extirper des Allemands les comportements hérités de la pensée orientée du IIIe Reich, leur apprendre la démocratie en leur apprenant à penser librement. Mais elle relève aussi que pour l’occupant français, le modèle de référence est inévitablement l’idéal français de démocratie conforme à la mission universelle que la France s’attribue dans le monde depuis la Révolution française. La France, d’ailleurs, poursuit en Allemagne une politique de prestige, il s’agit pour elle d’y tenir son rang de grande puissance et elle le fait avec d’autant plus d’acharnement qu’elle craint toujours de passer pour une puissance d’occupation de second rang, arrivée sur le tard, quand les Trois Grands avaient déjà réglé entre eux les principes de leur occupation de l’Allemagne, à Yalta, puis à Potsdam où la France n’était présente qu’avec rang d’observateur. Au nom du prestige, la France dit avoir le souci de la qualité des films français qu’elle présente au public allemand. Mais souci de prestige et préoccupations de propagande peuvent avoir des effets contre-productifs. L. Thaisy montre que propagande et qualité ne vont pas toujours de pair, les films projetés sont, dans l’ensemble, plutôt de qualité médiocre. Ils relèvent souvent plus du divertissement que de la réflexion critique. Deux procès-verbaux de la commission de choix de Baden-Baden, publiés en annexe, l’un pour justifier le refus de projeter un film, l’autre pour expliquer une acceptation, sont on ne peut plus parlants. Ils font prendre en peu de mots la mesure de ce qui sépare les grands principes sur le développement de l’esprit critique dans la rééducation des Allemands du souci de ne leur présenter de la France qu’une image policée et agréable, loin des querelles intestines françaises. L. Thaisy nous conduit tout naturellement, au terme d’une argumentation solidement charpentée, à faire un bilan plutôt mitigé de la politique cinématographique française conçue comme politique culturelle.

3Pour ce qui est des enjeux économiques, la France a été dans un premier temps plus efficace. Elle a poursuivi l’objectif de créer, dans une zone démunie de tout, une industrie de production cinématographique et de mettre en place des circuits de distribution dont elle garderait le contrôle au-delà de l’occupation. Cette industrie devait profiter à sa propre industrie cinématographique et lui donner le moyen d’exercer une influence sur la masse des Allemands. Mais cette politique a été très vite soumise aux aléas des évolutions historiques. Partie pour occuper l’Allemagne au moins dix ans après la guerre, la France doit s’adapter à une évolution qui est, dans le contexte de la Guerre Froide, dictée par les États-Unis. Il lui faut accepter de voir se constituer, à partir de 1948, un nouvel État allemand par l’unification des trois zones d’occupation occidentales, ce qui ne lui permet plus de mener une politique autonome au sein de sa zone d’occupation. Elle est obligée de composer. A cela s’ajoute que la réforme monétaire de 1948, si elle jette les bases de la réussite économique de la future République fédérale, bouleverse profondément, dans un premier temps, le marché ouest-allemand. Elle réduit la demande culturelle des Allemands et met tous les secteurs de la culture en difficulté, le cinéma ne fait pas exception. Avec la formation de la Trizone, la France admet que sa zone doit s’ouvrir à la concurrence des deux autres zones occidentales, l’américaine et l’anglaise.

4L’ouvrage de L. Thaisy brille par sa capacité à étudier les structures mises en place par la France, mais il sait encore faire revivre certaines personnalités fortes, telles celle de Marcel Colin-Reval, aussi important pour la Section Cinéma en Zone française d’occupation que R. Schmittlein pour l’ensemble de la politique culturelle au sein de la Direction de l’Education publique du Gouvernement militaire français installé à Baden-Baden. L’auteur montre ainsi que l’histoire, c’est aussi toujours l’affaire d’hommes qui contribuent, de par leur personnalité, leur force de caractère et leur tempérament, à façonner l’histoire et à impulser, dans un contexte historique particulier, un nouveau cours des choses. Cet ouvrage est un beau travail d’historienne de la culture, d’une germaniste civilisationniste qui s’interroge, à partir de documents français et allemands, sur une phase importante de l’histoire de l’Allemagne et des transferts culturels entre les deux pays dans une phase aussi anormale que peut l’être une période d’occupation – une occupation particulière toutefois puisque celle-ci était conçue, conformément aux Accords de Potsdam, comme une propédeutique dont le but était de permettre au sujet à rééduquer de retrouver un jour son autonomie de pensée et d’action, et à l’Allemagne en général sa place au sein de la communauté des peuples.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search