Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre XIV. Boulogne face à la guerre et à la crise (1914-1939)

Guy Bataille et Xavier Boniface

Texte intégral

Boulogne, port de guerre et capitale du Nord libre

1Le 1er août 1914, alors que la grande exposition de la Semaine du Poisson tire à sa fin, Marie-Jeanne, la petite cloche du couvre-feu à Boulogne, sonne pour la mobilisation. Le maire Félix Adam fait placarder 40 affiches annonçant celle-ci, puis il adresse à ses concitoyens un appel déterminé : « Je suis assuré, affirme-t-il, de votre civisme, de votre amour du sol national et je suis persuadé que chacun de vous fera son devoir ». Boulogne allait connaître une nouvelle fois les épreuves d’un conflit.

2En quelques heures, la ville, qui se vide de ses estivants et de ses touristes, se trouve sur le pied de guerre : les édifices publics et les points stratégiques sont gardés militairement. En une journée, les magasins sont vidés. La Banque de France est assaillie par la foule qui vient échanger les billets contre des pièces métalliques. Le conseil municipal siège en permanence, adresse une motion de confiance au gouvernement et vote un emprunt de 400 000 francs pour faire face aux dépenses sociales. Boulogne est la première ville du Pas-de-Calais à instaurer des cantines populaires qui distribueront près de 4 000 repas chauds par jour jusqu’en mars 1919. Plus tard, elle créera des jardins ouvriers réservés aux familles nécessiteuses. Pour assurer le ravitaillement, le conseil municipal vote un crédit de 1,5 million de francs : il doit permettre l’achat de grandes quantités de denrées pour alimenter le magasin municipal installé Grand Rue. Ainsi la cité sera-t-elle à même d’accueillir bientôt les flots de réfugiés déferlant d’abord de la Belgique puis de la Flandre maritime, enfin du Pas-de-Calais.

Réfugiés arrivant à Boulogne.

Réfugiés arrivant à Boulogne.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

3Le 2 août, à 23 h, le contre-amiral Rouyer, commandant de la 2e escadre légère – l’escadre de la Manche –, reçoit l’ordre d’appareiller dans la nuit et d’interdire à deux escadres allemandes qui ont quitté le canal de Kiel le passage du pas de Calais, « à l’exclusion des eaux territoriales anglaises ». Dès le premier jour de la guerre, 24 navires sont solidement embossés, tous feux éteints, devant Boulogne. Par ailleurs, le colonel comte Daru, gouverneur militaire de la place, décrète l’état de siège. Tous les chalutiers boulonnais sont réquisitionnés. Les bateaux à vapeur sont envoyés combattre sur les bancs de Flandre, ou bien opérer en Méditerranée, où certains s’illustreront, à l’instar du Nord Caper qui, le 5 novembre 1915, prendra à l’abordage une goélette turque, ou du Vega, qui recevra la croix de guerre. La grande pêche est arrêtée. Les voiliers ne sortent que deux heures par jour. La 2e division de sous-marins de Calais arrive au port afin de participer au barrage entre le banc du Colbart et la côte, avec les torpilleurs français, rejoints, le 4, par des britanniques, puis avec les chalutiers boulonnais transformés en patrouilleurs et en dragueurs de mines. Dès le 5, le dispositif allié, dont Boulogne est l’un des principaux points, est mis en place en Manche pour barrer le Détroit. Il est une application de la convention franco-anglaise du 10 février 1913 qui prévoit un partage des responsabilités en cas de guerre contre l’Allemagne : en Manche orientale, la Royal Navy exerce le commandement sur les forces maritimes françaises et britanniques.

4Le 7, entrent au port les trois premiers navires amenant le matériel qui permettra l’installation d’une des plus importantes bases britanniques en France. Le 8, arrivent sept « harengueux » et « machiniers » rappelés des lieux de pêche par TSF. À peine débarqués, les marins boulonnais filent par terre vers Cherbourg. Le 10, darrivent les premiers éléments de « la méprisable petite armée anglaise » – selon le mot de raillerie de Guillaume II –, des Highlanders du Argylland Sutherland qui, en kilt et aux accents des cornemuses, traversent la ville pour se rendre aux camps de Marlborough et de Saint-Léonard. Dès 1906-1908, l’amirauté britannique avait envisagé le débarquement des forces dans des ports au sud de la ligne Douvres – cap Gris-Nez, ceux plus au nord étant trop exposés à la menace allemande. Le 12 août, le comte Daru et le colonel Huguet, officier de liaison français, accueillent le général John French, commandant en chef de la British Expeditionary Force (BEF), à la descente du destroyer Sentinel. Les soldats anglais traversent une ville pavoisée en leur honneur. Ils fredonnent un air de music-hall récent, « It’s a long way to Tipperary », qui deviendra l’une des chansons les plus célèbres de la guerre avec « La Madelon ». Entre le 13 et le 17 août, une partie des 160 000 hommes de la BEF transitent par Boulogne, l’autre moitié passant par Le Havre, sous la protection de la Channel Fleet. En ville, l’enthousiasme, au moins de façade, est grand lorsque le 7e régiment d’infanterie territoriale relève le 8e régiment d’infanterie, dont un bataillon était caserné à Boulogne, et qui monte en Belgique, mais l’exaltation retombe vite. Le 23, la Grande Procession a quand même lieu, alors qu’arrivent les premiers trains bondés de soldats belges en déroute et de réfugiés. La grande épreuve commence.

Écossais à la caserne des écoles.

Écossais à la caserne des écoles.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

5Les nouvelles du front sont alarmantes. L’armée française plie sous les coups de boutoir des Allemands qui approchent d’Arras et de Paris. Le 26, l’état-major britannique décide d’évacuer les camps du Pas-de-Calais vers Saint-Nazaire. Le 27, les services de la préfecture quittent en hâte Arras et se replient à Boulogne, tandis que les territoriaux et les artilleurs des batteries de côte (Alprech et le Mont-de-Couppes au Portel, la Tour d’Odre à Boulogne et la Crèche à Wimereux) sont dirigés vers Paris. La banque Adam transporte en Angleterre ses fonds et valeurs. Les magasins ferment. L’exode des Boulonnais commence. Le New Haven est prêt à embarquer le colonel Daru et ses services. Les drapeaux des édifices publics sont discrètement enlevés. Le 2 septembre, Boulogne est déclarée « ville ouverte ». Le 8, le port est complètement évacué et désarmé. Il faut l’insistance du sénateur Huguet, du maire Adam et du président de la Chambre de Commerce Farjon pour éviter l’embouteillage du port décidé par la Marine. Mais on prévoit de couler dans le chenal deux chalutiers et un dragueur, à l’amenée de l’unique drapeau français qui flotte encore sur le beffroi. Il n’y a plus de courrier, ni de ravitaillement. Boulogne est une ville bondée de réfugiés, vide de soldats. La monnaie manque. La Chambre de Commerce et la Banque de France émettent des billets de 2, 1 et 0,50 franc. Certains achats sont même réglés avec des timbres-poste.

6Le lendemain de la victoire de la Marne (5-9 septembre), les navires sont autorisés à regagner Boulogne à condition de laisser les machines sous pression. Le 7e territorial revient le 18. Les services militaires rentrent à leur tour tandis que, à quai, se profilent les silhouettes familières des chalutiers. À partir du 14 octobre, avec la stabilisation du front et « la course à la mer », les troupes britanniques débarquent à nouveau à Boulogne. Celle-ci devient par ailleurs, et jusqu’à fin du conflit, la capitale du Nord. Elle est à la fois le siège de la préfecture du Pas-de-Calais, du diocèse d’Arras, du commandement des 1re (Lille) et 2e (Amiens) régions militaires – c’est-à-dire de toute l’administration militaire septentrionale – et du conseil de guerre permanent. Le conseil général du Pas-de-Calais tient régulièrement ses sessions à l’hôtel de ville. Lourde responsabilité pour une administration municipale qui, à la fin de 1918, aura contracté une dette de trois millions de francs.

7En même temps, l’industrie boulonnaise travaille à plein rendement pour la guerre. À la demande de l’intendance militaire, le ferblantier Pierre Vanheeckhoet et l’industriel Marcel Tilliette fabriquent d’abord des boîtes d’emballage de graisse pour la troupe, puis les fameuses gamelles du « Poilu ». Ainsi naît l’industrie de la boîte métallique. La Société des produits céramiques et réfractaires fabrique des grès spéciaux anti-acides pour les poudreries. En 1916, est construit à Capécure le premier entrepôt du nord de la France d’une entreprise qui se lance dans l’industrie du froid. Les chantiers de constructions navales se reconvertissent dans l’aménagement de trains blindés, dont les protections et l’armement sont montés sur place.

La grande base britannique menacée et bombardée

8Selon le romancier René Bazin, auteur de Gingolph l’abandonné (1913), Boulogne « est aussi anglaise qu’une ville de France peut l’être » (L’Illustration, octobre 1917). De fait, la ville et le port vivent au rythme de l’armée britannique qui y a installé une grande base, avec ses dépôts, ses services, ses hôpitaux et ses camps. Celle-ci est commandée successivement par les généraux Asser, qui gagne ensuite Le Havre, puis Wilberforce. Dès le début de 1915, elle est en mesure de soutenir une force de 300 000 hommes et 100 000 chevaux. Mais elle ne suffit bientôt plus, ce qui amène les Britanniques à en créer une autre à Étaples. Autour de Boulogne sont dressés des tentes et des baraquements, où cantonnent des troupes venues de tout l’Empire, tels les Indiens dans le quartier de Marlborough, ou des Canadiens. Des témoins soulignent le symbole des campements britanniques au pied de la colonne de la Grande Armée, à proximité des emplacements de l’ancien camp de Boulogne : l’adversaire d’hier est devenu l’allié d’aujourd’hui. Des milliers de travailleurs coloniaux, dont des Égyptiens, s’activent en outre sur le port. En 1917, 2 000 Chinois arrivent aussi à Boulogne, à la suite d’un accord signé entre la Chine, qui vient de déclarer la guerre à l’Allemagne, et la Grande-Bretagne. Les conditions de vie et de travail sont rudes. Aussi, en septembre 1917, éclate une « mutinerie » des travailleurs coloniaux et chinois, durement réprimée par l’armée : une vingtaine d’entre eux sont tués, près de quarante blessés.

9Les Britanniques occupent plus de la moitié des 3 400 mètres de quais, à la suite d’accords négociés avec les autorités consulaires françaises : ils utilisent tout le bassin Loubet, où ils dressent une estacade supplémentaire, et une partie du bassin à flot, puis le quai Chanzy. Plusieurs dizaines de hangars et d’entrepôts, qui couvrent quelque 3 hectares, sont construits sur le port qui compte, en 1918, 71 grues, dont une douzaine d’anglaises, plus perfectionnées. En ville, au casino d’abord, puis dans les hôtels, dans l’ancien collège des jésuites, dans des entrepôts et enfin dans des camps sanitaires sous tentes, les Britanniques aménagent des formations sanitaires, encadrées par un millier de membres du personnel médical, qui peuvent accueillir jusqu’à 2 000 blessés en une seule journée. Certains soldats intransportables outre-Manche sont soignés sur place, mais, gravement touchés, ils connaissent une forte mortalité. Il y a aussi dix hôpitaux pour les soldats français.

Camp de convalescents.

Camp de convalescents.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

10Les Boulonnais accueillent les Britanniques et leurs alliés avec chaleur. Les Écossais avec leurs kilts, puis les Indiens avec leurs turbans suscitent leur curiosité. Dans les rues, des commerçants s’adaptent à ces nouveaux clients, auxquels des enfants tentent de vendre menus objets et journaux. Mais les liens avec la population restent finalement assez ténus au regard des effectifs militaires, car les civils ne peuvent accéder ni aux camps des Britanniques, ni dans les parties du port contrôlées par eux.

11Le 13 juin 1917, les premières troupes américaines destinées à la France, 53 officiers et 146 soldats, ainsi que leur commandant en chef, le général John Joseph Pershing, transportés sur l’Invicta, débarquent à Boulogne-sur-Mer. Précédés d’une mission restreinte de 5 officiers, ils sont accueillis par René Besnard, sous-secrétaire d’État à la Guerre. Pershing est reçu au château par le colonel Daru, avant de gagner Paris. Les Allemands répliquent en lançant leurs hydravions de chasse, leurs sous-marins et leurs destroyers. C’est ainsi que, le 26 août, le sous-marin poseur de mines UC 51 s’échoue sur la plage de Wissant.

Le général Pershing débarque à Boulogne le 13 juin 1917.

Le général Pershing débarque à Boulogne le 13 juin 1917.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

Le général Pershing est accueilli par les autorités civiles et militaires (carte postale).

Le général Pershing est accueilli par les autorités civiles et militaires (carte postale).

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

12Porte d’entrée des Tommies et des premiers Sammies, Boulogne-sur-Mer est un centre vital pour la conduite logistique de la guerre. Inférieur à 0,9 million de tonnes en 1914 à Boulogne, le trafic de marchandises dépasse 2 millions de tonnes en 1916 et 1917, avant de diminuer légèrement en 1918. Cette augmentation générale est surtout due à l’acheminement des approvisionnements militaires britanniques, qui représentent les deux tiers des entrées de navires et plus de 80 % du tonnage débarqué. Il faut toutefois relativiser l’importance de Boulogne pour la logistique anglaise : en 1915, Rouen et Le Havre, qui abritent aussi des bases britanniques, ont des trafics respectifs de plus de 8 millions de tonnes et de presque 5 millions. Mais ce sont quand même, pour le port de Boulogne de 1914 à 1918, 55 000 mouvements de navires transportant près de dix millions de tonnes de fret et dix millions de passagers, civils et militaires, dont des troupes de renfort, des permissionnaires et des blessés. Par ailleurs, dès le début des hostilités, la cité devient un très important nœud ferroviaire : 20 kilomètres de voies ferrées supplémentaires sont construits et une gare de triage est aménagée près de Pont-de-Briques. En 1922, le sénateur-maire Roger Farjon cite des chiffres éloquents : la gare de Boulogne a assuré durant le conflit le départ de 25 022 trains comprenant 408 308 wagons d’explosifs et 857 000 wagons de pierres provenant de la région de Marquise et destinées aux routes du front. Une autre statistique a établi que d’octobre 1914 à décembre 1916, la même gare a expédié en direction du front 1 708 trains de troupes britanniques, soit 1 750 312 officiers et soldats, et a reçu 1 625 trains-ambulances transportant 18 959 officiers et 436 317 soldats anglais blessés. Dans cette statistique est compris le roi d’Angleterre qui, blessé dans une chute de cheval près d’Aire-sur-la-Lys le 28 octobre 1915, est transporté à Boulogne le 1er novembre et embarqué sur le navire-hôpital Anglia. Quelques semaines plus tard, ce bâtiment sera torpillé et coulé avec son équipage et la plus grande partie des blessés qu’il transportait.

Déchargement d’un navire anglais dans le port.

Déchargement d’un navire anglais dans le port.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

13Du fait de sa situation stratégique, Boulogne devient l’une des plaques tournantes de l’alliance franco-anglaise. C’est pourquoi les ministres des deux pays s’y retrouvent le 22 août 1915 pour discuter du financement de la guerre. Le roi d’Angleterre y débarque le 8 août 1916, avant de visiter les camps et les troupes britanniques. Le 20 octobre suivant s’y déroule une conférence franco-anglaise au sujet du front d’Orient, réunissant les commandants en chef des armées françaises et britanniques, les généraux Joffre et Haig, et les chefs de gouvernement des deux pays, Aristide Briand et Herbert Asquith. Le 27 septembre 1917, s’y retrouvent leurs successeurs, Painlevé et Lloyd George, ainsi que les chefs d’état-major, les généraux Foch et Robertson, pour évoquer l’unification du commandement allié.

14La concentration d’hommes et de matériels ne peut qu’attirer l’attention de l’adversaire. L’aviation allemande largue ainsi plus de 600 projectiles sur Boulogne, au cours de 18 raids, dont la moitié de mars à août 1918. La première torpille, qui tombe le 25 septembre 1914, ne cause que des dégâts légers. Mais les bombardements suivants (5 janvier, 25 avril, 15 novembre 1916, 1er mai, 2 et 4 septembre, 1er octobre, 22 décembre 1917, 12 et 23 mars, 30 mai, 6 et 30 juin, 1er, 10, 13 et 24 août 1918) détruiront totalement 42 maisons, partiellement 65, en endommageront 347 et feront 61 victimes parmi la population. Celle-ci s’inquiète. Les habitants de Capécure, en septembre 1917, comme ceux de Saint-Pierre, en mai suivant, pétitionnent pour que des abris soient aménagés. Les rumeurs d’espionnite circulent également : le 6 septembre 1917, la foule s’en prend à un Anglais soupçonné, à tort, de travailler pour l’adversaire.

Boulogne et la guerre en Manche

15Le port est la clé de voûte du barrage tendu devant les sous-marins ennemis qui, dès septembre 1914, montrent leurs périscopes en Manche. Fin novembre, on met à l’essai un barrage de protection confectionné de filets de pêche tendus sur deux lignes de dix kilomètres chacune et maintenus en place par des chalutiers escortés de torpilleurs. Or les submersibles ennemis mouillent des mines de nuit. Le 4 février 1915, les Allemands déclarent d’ailleurs « zone militaire » les eaux baignant les côtes anglaises. Les chalutiers réquisitionnés sont armés d’un canon de 47 millimètres et équipés de la TSF. Sous les ordres du commandant de la Division de la Manche, le capitaine de vaisseau Merveilleux du Vignaux, basé à Boulogne, ils livrent, par groupes de quatre ou cinq, un combat méconnu contre les U-Boote. Dès mars 1915, les dragueurs tracent en permanence, au milieu des champs de mines allemands, des routes entre la France et l’Angleterre, et le long de la côte, de Dunkerque au Havre, pour permettre l’indispensable trafic. Des hydravions basés à Boulogne et deux petits dirigeables installés à Rinxent appuient les patrouilleurs dans leurs périlleuses missions. Le commandant Merveilleux du Vignaux dispose de 24 chalutiers, de 10 dragueurs chargés des routes côtières, de 8 petits torpilleurs et de 5 sous-marins ; avec les flottilles anglaises, notamment la Dover Patrol (patrouille de Douvres), il doit s’opposer à toute tentative d’embouteillage du port de Boulogne et à tout débarquement sur le littoral septentrional, et assurer la sécurité des couloirs de Gris-Nez à Dunkerque et de Gris-Nez à Barfleur. C’est surtout sur Boulogne que se porte le principal effort des U-Boote qui veulent profiter de la présence en rade de nombreux navires attendant la marée pour pénétrer dans le port. Dans la nuit du 20 au 21 décembre 1915, ils réussissent à couler les transports anglais Bedford et Huntley, et, le 4 mars 1916, l’Hermatrix. Les chalutiers boulonnais, dont l’armement est renforcé (2 pièces de 16, 2 de 14 et 4 de 10), sont parmi les rares au combat sur les bancs de Flandre, tandis que 22 dragueurs basés à Boulogne dégagent le chenal d’accès du port. On y ramène le 2 avril 1916 l’épave du Sussex, un paquebot-poste torpillé par l’U-18 le 24 mars, à 13 milles de la côte anglaise. L’évolution du conflit fait que Boulogne prend de plus en plus d’importance, travaillant en liaison avec la patrouille de Douvres. En mai 1916, la Division de la Manche est renforcée par 20 harenguiers à voile de Boulogne et de Fécamp réquisitionnés avec leurs équipages.

16Le 26 octobre 1916, 12 contre-torpilleurs attaquent les harenguiers qui gardent les filets de mines anti-sous-marines, coulent le transporteur Queen et le chalutier boulonnais Montaigne entre le Gris-Nez et Calais. L’amiral Ronarc’h, commandant supérieur de la Marine des armées du nord, renforce alors le dispositif. Mais du 23 décembre au 18 janvier 1917, le port est quand même embouteillé par suite de la tempête qui a provoqué l’échouement entre les jetées du grand vapeur Araby. C’est le début de la guerre sous-marine « à outrance ». À partir de mars 1917, le trafic des transports de troupes et de matériel militaire, qui ne peut être interrompu à aucun prix, se fait sous escorte à travers le Détroit : 12 chalutiers opèrent sur les bancs de Flandre et 23 autres naviguent entre le cap Gris-Nez et Dunkerque. Le long de la côte, les navires, obligatoirement groupés en convois, sont protégés par 14 chalutiers armés et surveillés par avions et dirigeables : le système est efficace puisque les pertes sont pratiquement nulles.

17Devant la recrudescence des attaques de sous-marins, qui préoccupent la population, l’amiral Bacon, commandant la Dover Patrol, fait poser en décembre 1917 deux barrages de mines, l’un entre le banc du Colbart et Folkestone, l’autre entre le Colbart et le Gris-Nez. Aux deux portes, la ligne française étant située au Cran aux Œufs et protégée par la batterie des Ridens, chalutiers et torpilleurs de Boulogne assurent la surveillance. La nuit, les barrages sont balisés par des bateaux-feux et une soixantaine de patrouilleurs, moins puissants que ceux de Folkestone et du Gris-Nez, mais armés de projecteurs. Ces illuminations doivent, en principe, interdire aux sous-marins le franchissement des barrages immergés. L’ensemble paraît efficace, car trois destroyers allemands tentent un raid dans la nuit du 14 au 15 février 1918. L’adversaire ne parvient plus à mouiller autant de mines le long de la côte (310 au premier semestre 1917, mais 210 au second). En définitive, le grand barrage du Détroit s’avère plus opérant que le filet métallique initial tendu par les Britanniques, soutenu par des bouées et descendant jusqu’au fond de la mer.

18Mais il faut faire face à une difficulté supplémentaire : les hivers très rigoureux. Les houillères du Nord et du Pas-de-Calais sont presque toutes occupées par l’ennemi et on manque de charbon. Comme on l’avait fait en février 1916, mais à une plus vaste échelle, on décide d’aller chercher du charbon en Angleterre. Après la campagne du hareng, une cinquantaine de harenguiers armés d’un canon de 47 ramènent de Poole, puis de Grimsby à Boulogne le précieux combustible, indispensable à la flottille de guerre et à la population. Ce nouveau trafic s’opère par convois de trois à six harenguiers, transportant chacun de 200 à 250 tonnes par voyage. Des navires de toute la région participent à cet effort. À Boulogne, à la différence d’autres ports, les bateaux ne sont pas réquisitionnés, mais mis à disposition par les armateurs, notamment Mory et Cie. En 1917, ses harenguiers et ceux de toute la côte amènent 30 444 tonnes de charbon à Boulogne et plus de 8 000 tonnes à Calais. L’année suivante, ils feront mieux encore. Cet approvisionnement est toutefois réalisé au prix de la perte de 18 navires de Mory et Cie, dont 15 coulés avec leur chargement. Mais la bataille du charbon sera gagnée.

19Au printemps 1918, l’armée allemande lance plusieurs offensives, vers Amiens, la Lys et Ypres, qui visent au-delà Dunkerque et les ports de la Manche. Le 27 mai, Clemenceau, président du Conseil, envisage l’évacuation du port de Boulogne comme en septembre 1914. On commence donc à vider les hangars de leurs marchandises, et l’état-major de la Région se replie à Amiens puis à Beauvais. Les grands hôpitaux anglais sont rapatriés. Les inscrits maritimes sont envoyés à Cherbourg et les jeunes Boulonnais des classes 1919 à 1921 sont regroupés. Des prières solennelles sont dites à la cathédrale. On creuse des abris sous les remparts pour la population. L’autel Torlonia de la basilique est protégé avec précaution.

Les Barrages du détroit du Pas-de-Calais en 1918.

Les Barrages du détroit du Pas-de-Calais en 1918.

20Bien que l’offensive allemande soit contenue en juin, on étudie encore le 17 l’évacuation totale du port – un projet abandonné le mois suivant. Le trafic reprend ensuite avec plus d’intensité. Les troupes anglaises qui s’apprêtent à contre-attaquer ont en effet besoin de renforts en hommes et en matériel, qui transitent notamment par Boulogne. Malgré les risques des bombardements, la côte et le port sont éclairés de nuit car la rotation des navires est de plus en plus rapide. On ne met seulement en place que des engins fumigènes qui doivent dissimuler les objectifs portuaires aux avions allemands. L’attente sur rade et aux abords du port est telle que de nouvelles patrouilles de torpilleurs et de chalutiers armés sont instaurées pour les protéger des attaques des sous-marins. L’un d’eux coule encore un harenguier-charbonnier dans le Détroit le 1er juillet. On craint même une tentative d’embouteillage du port par un navire allemand camouflé. Chaque bâtiment qui n’est pas annoncé est visité sur rade. Le long de la côte, des guetteurs de navires sont installés. Les chalutiers de la Manche, dragueurs ou arraisonneurs, sont enfin tous équipés de postes de TSF. L’espionnage des ondes commence.

21Les Boulonnais qui ne sont pas au front travaillent de longues journées malgré les difficultés du ravitaillement. Celles-ci favorisent, à partir de juin, la propagation d’une épidémie de grippe espagnole (peste pulmonaire) qui fera près de 200 victimes à Boulogne. Les pauvres surtout souffrent du manque de pain, de viande, de lait, de beurre, d’œufs, de tabac, de chaussures, de vêtements, de pétrole lampant. C’est la disette, à peine tempérée par le poisson et les « surplus » des camps anglais et de prisonniers, ces derniers étant parfois mieux nourris que la population. C’est le triomphe des mercantis, des « nouveaux riches », malgré l’établissement des cartes de pain en février 1918 et l’action sociale de la municipalité.

Un lourd bilan

Hôtel Dervaux bombardé (carte postale).

Hôtel Dervaux bombardé (carte postale).

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

22Cependant, la population comprend désormais que le sort des armes devient favorable à la France. Certes, le 1er août 1918, les bombes allemandes écrasent, dans la Grande Rue, l’hôtel Dervaux, où est installé l’état-major de la base anglaise, et causent au musée, situé en face, des pertes irréparables. Mais le 7, le président de la République, Poincaré, vient réconforter les Boulonnais et les Portelois. Après le 24 août, plus aucun avion ennemi n’est vu dans le ciel de Boulogne. On attend fiévreusement la fin des hostilités. Toute la nuit du 10 au 11 novembre 1918, les bureaux du Télégramme sont envahis par des gens impatients. Les rues sont pavoisées de nuées de drapeaux alliés. À 11 h, c’est l’armistice. Civils et militaires déferlent comme une marée en ville puis se précipitent vers le quai Gambetta malgré la pluie. Les cloches des églises et du beffroi préludent à la sonnerie des sirènes du port qui s’élève à 14 h 30. Les canons tonnent de joie. Au théâtre municipal, le public entonne les hymnes français, anglais et belge. À 19 h 30, de la mairie part une retraite aux flambeaux qui parcourt la cité. Le défilé est scandé par ce refrain boulonnais : « Allaïe, allaïe, Guillaume il est noyaïe » (Allez, allez, Guillaume, il est noyé)… « quand on l’a ramassaille, il étoit tout mouillaile » (quand on l’a ramassé, il était tout mouillé).

23Mais la joie n’est pas générale. Il est des foyers où l’on pleure. Sur les 8 000 Boulonnais mobilisés en quatre ans, 1 642 sont morts ou portés disparus ; des civils ont été tués par les raids aériens. Dans les seuls hôpitaux de Boulogne, plus de 6 000 officiers et soldats, tant français qu’alliés, sont décédés. Les principaux cimetières militaires britanniques du Boulonnais (Boulogne, Saint-Martin, Terlincthun, Wimereux, outre Saint-Étienne-au-Mont pour les Chinois) comptent quelque 12 000 tombes.

24La marine boulonnaise a perdu 53 navires, dont 27 chalutiers à vapeur et 26 voiliers, sur les 90 chalutiers et 13 cordiers réquisitionnés. Au cours de cette guerre impitoyable, le port de Boulogne-sur-Mer a joué un rôle essentiel, souvent oublié ou tout au moins sous-estimé, grâce au trait d’union établi avec la Grande-Bretagne. Qu’il suffise de rappeler les deux millions de passagers militaires et civils ayant annuellement transité par Boulogne ou les 1 700 000 tonnes de marchandises manipulées en moyenne chaque année. Toutefois, le trafic commercial civil a diminué au profit de la logistique britannique. La lutte contre les sous-marins a été efficace puisque sur 25 000 transports partis de Douvres et de Folkestone à destination de Boulogne et de Calais, seuls douze ne sont pas arrivés. Une vingtaine – il n’y a pas de statistique sûre – de submersibles ennemis ont été coulés dans le Détroit. Ce résultat est dû en partie aux chalutiers et cordiers boulonnais qui, pendant quatre ans, ont mené un combat périlleux et peu connu contre les submersibles ennemis, tandis que les harenguiers remportaient la bataille du charbon.

25C’est l’heure de la reconnaissance. Les postiers boulonnais, qui ont dû assurer le très lourd entretien des lignes téléphoniques militaires et civiles, sont cités en 1918 à l’ordre de la Nation, comme les pilotes de Boulogne, qui ont « su tirer le meilleur parti d’un port auquel la guerre a donné une extension imprévue et ont assuré les mouvements des navires de la base anglaise pendant les bombardements de nuit ». Le 24 octobre 1918, la compagnie de sapeurs-pompiers de Boulogne est citée à l’ordre du Gouvernement militaire par le général Falque, qui commande alors la place : « … a donné un bel exemple de dévouement en restant constamment en alerte toutes les nuits pendant de longs mois, se constituant ainsi gardienne de la ville au même titre que le personnel de la DCA. Au cours de nombreux bombardements, la compagnie, quoique privée de ses éléments les plus jeunes, a déployé, sans souci des dangers courus, beaucoup de courage, d’endurance et d’habileté professionnelle, tant dans la lutte contre les incendies provoqués par les projectiles ennemis que dans les sauvetages des victimes ». Citation d’autant plus méritoire que les sapeurs-pompiers boulonnais étaient des bénévoles. Le 28 octobre 1919, Boulogne est citée à l’ordre de l’Armée, ce qui lui vaut de faire figurer la Croix de guerre sur son blason : « […] base militaire de premier ordre pour les armées alliées et l’un des principaux objectifs de l’ennemi, [elle] a subi pendant de longs mois des bombardements aériens meurtriers. Malgré les pertes éprouvées, a conservé intact son moral et a maintenu sans défaillance son activité ». Cette distinction a été demandée en réalité par son député (alliance démocratique) Léon Abrami, par ailleurs sous-secrétaire d’État à la Guerre depuis 1917. Le 11 juillet 1920, le maréchal Pétain remet lui-même la Croix de guerre à la commune, et l’on retrouve le même enthousiasme que celui avec lequel a été acclamé, le 14 décembre 1919, le président du Conseil Georges Clemenceau à son retour de Londres. Enfin, la médaille de la Reconnaissance sera plus tard accordée aux femmes qui se dévouèrent sous le signe de la Croix Rouge.

26Des statistiques permettent de mesurer, bien imparfaitement, les conséquences de la guerre sur une population qui fut, d’une certaine manière, à la fois à l’arrière et au front. Il y a tout d’abord un rattrapage en matière de nuptialité. En 1910-1912, 465 mariages étaient célébrés en moyenne à Boulogne chaque année. Ce chiffre s’élève à 780 pour la période 1919-1921, lors du retour des mobilisés les plus jeunes, et demeure autour de 602 de 1922 à 1924. De manière concomitante, le nombre de divorces augmente : d’une quarantaine avant la guerre, il dépasse les 60 à partir de 1920, une pointe de plus de 90 étant même relevée en 1919. Le conflit aggrave par ailleurs la crise du logement qui sévissait déjà en 1914. À Boulogne, on ne construisait que 100 maisons par an avant la guerre. Les bombardements, la transformation de logements en bureaux et en magasins dans une ville au commerce florissant malgré les épreuves, réduisent un parc immobilier limité par ailleurs par l’absence de construction de logements supplémentaires au cours du conflit. Or, dans le même temps, la population augmente (de 53 128 habitants en 1911 à 55 336 en 1921). Cette situation a des effets sérieux sur la mortalité : l’enquête officielle menée à ce sujet par le docteur A. Tellier en 1925 fait ressortir en filigrane les méfaits d’une guerre cruelle.

Lendemains de guerre

27Les dernières notes du Te Deum de la Victoire, chanté à la cathédrale le dimanche 17 novembre 1918, à peine envolées, il faut songer à remettre en route l’économie boulonnaise. Plus que d’une remise en route d’ailleurs, il s’agit d’une réadaptation, car le port dont dépend la vie de la cité a connu une activité intense pendant quatre ans. La reconversion est assez difficile, même si les suites de la coûteuse victoire suscitent de nombreux espoirs dans un premier temps.

28Le 27 novembre le roi George V, la princesse Mary, le prince de Galles et le prince Albert débarquent à Boulogne du destroyer Broke en vue d’aller féliciter le gouvernement français de la victoire. Cette visite donne lieu à une manifestation spontanée de la population envers le roi d’Angleterre, accueilli par le général Falque et le premier adjoint au maire, Auguste Chochoy. Les Boulonnais manifestent leur attachement à la Grande-Bretagne, l’alliée fidèle. La princesse Mary, qui porte l’uniforme bleu du Voluntary Aid Detachment, visite les camps et les hôpitaux, ainsi que les ateliers de camouflage d’Hobengues. L’allégresse s’exprime encore le 3 mars 1919, lorsque Boulogne retrouve le glorieux bataillon du 8e RI.

29Tristesse le 28 mars, lorsqu’on apprend la mort à l’âge de 52 ans de Félix Adam qui, épuisé, a abandonné ses fonctions majorales le 30 avril 1918 avant d’être cité à l’ordre de la Nation le 14 juillet suivant. Allégresse encore le 14 juillet 1919 pour l’éclatante « Fête de la Victoire ». Des services catholique, protestant et israélite sont célébrés à la mémoire des morts. Les libres penseurs boulonnais se retrouvent devant le monument du Souvenir Français avec l’un des leurs, Auguste Chochoy, qui a fait preuve d’une attitude énergique durant toute la guerre et administre la cité depuis la démission de Félix Adam.

L’embarquement du guerrier inconnu anglais au port de Boulogne-sur-Mer le 10 novembre 1920.

L’embarquement du guerrier inconnu anglais au port de Boulogne-sur-Mer le 10 novembre 1920.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

30Le conflit s’estompe lentement : la sortie de guerre est longue. Le 1er janvier 1920, la base anglaise quitte Boulogne. Le 5 mai, le général Diebold met fin à ses fonctions de gouverneur. Le 21 juin, se tient à Boulogne l’importante conférence interalliée qui réunit à la villa « Belle », propriété du sénateur-maire Roger Farjon, Lloyd George et Alexandre Millerand, ainsi que les maréchaux Foch et Wilson. Durant deux jours, ceux-ci se penchent sur les délicats dossiers des conséquences financières du conflit, des réparations à réclamer à l’Allemagne, de la nécessité de son désarmement, avant de décider de se revoir ultérieurement à Spa.

31Les Boulonnais pavoisent leur ville comme ils ne l’ont jamais encore fait. Ils ont l’impression de tourner définitivement la page de la guerre. Ils retrouveront cette ferveur patriotique lorsque le 13 mai 1922 le roi George V et la reine Mary viendront inaugurer le cimetière militaire britannique de Terlincthun et, plus encore, le 13 juillet 1924, quand le maréchal Foch consacrera le monument élevé à la mémoire des Boulonnais morts pour la France et des victimes civiles.

Inauguration du monument aux morts.

Inauguration du monument aux morts.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

32La fièvre de l’armistice retombe vite dans une ville où la présence de nombreuses troupes a créé une certaine prospérité commerciale, mais dans une cité aussi où la crise du logement se fait sentir. Dans la région, la présence de camps de prisonniers allemands crée un malaise en raison des évasions. La plus importante est celle qui se produit dans la nuit du 15 août 1919 : 37 prisonniers, déguisés en Anglais, quittent le camp du Pont-Feuillet à Saint-Léonard ; seuls quatre d’entre eux sont repris.

33Le retour des mobilisés s’effectue trop lentement au gré des familles. À peine rentrés, ils retournent au travail et, dès avril 1919, les syndicats ouvriers se réorganisent. Cheminots, employés, dockers, typographes et « métallos » réclament la journée de huit heures et déclenchent une première grève. En septembre, les dockers s’opposent à un chargement d’obus sur un navire. En octobre, 2 000 ouvriers métallurgistes soutiennent les « plumières » en grève. Ils dressent en ville des barrages sur lesquels apparaissent des drapeaux rouges.

34Ces manifestations ont une influence certaine sur les élections de 1919. Aux législatives du 16 novembre, la liste d’union républicaine sociale et nationale conduite par le député sortant Léon Abrami l’emporte sur les « Bolchevicks » de l’Union républicaine. Aux élections municipales des 30 novembre et 7 décembre, la liste de Concentration Républicaine (centre gauche) obtient 16 sièges, la liste libérale (centre droit) 12, et la liste socialiste SFIO, menée par le premier adjoint au maire de la guerre, Auguste Chochoy, six sièges seulement. L’Entente proportionnelle, système habile qui fait figurer au deuxième tour, sur une liste unique, la sélection dégagée par le premier scrutin, joue, et Roger Farjon est élu à l’unanimité maire le 10 décembre ; il succède ainsi à Félix Adam, décédé le 28 mars précédent. Le Comité libéral, œuvre de l’ancien maire de Boulogne, avait réussi à faire admettre le principe de la Proportionnelle qui donne la responsabilité des affaires à un membre de l’Alliance démocratique (centre droit). Ce résultat est pour le moins paradoxal puisque, pour l’élection des adjoints, se forme au sein de l’assemblée communale une majorité de radicaux et de socialistes (Socialistes républicains et Socialistes unifiés).

35Le 14 décembre, le républicain de gauche (qui, malgré son nom, est au centre droit) Léon Abrami et le radical Eugène Canu sont élus conseillers généraux de Boulogne-Nord et Boulogne-Sud cependant que l’Alliance démocratique fait entrer au conseil d’arrondissement le docteur Tellier et Haffreingue, représentants de ces mêmes cantons.

36On voit ainsi apparaître dès la fin de l’année 1919 cette force de gauche de l’après-guerre qui va lentement mais sûrement s’imposer à Boulogne, non sans connaître quelques aléas. À la même époque, le 27 novembre 1919, des chrétiens militants créent un secrétariat social.

37Ainsi, plus que cet échec de la SFIO, créée à Boulogne en 1905 par Auguste Chochoy, c’est la scission de Tours en décembre 1920 qui provoque son éclatement et c’est le même Auguste Chochoy qui, le 20 janvier 1921, implante à Boulogne le Parti Communiste. Mais le Parti socialiste continue. Il lui faudra plusieurs lustres et une autre guerre pour s’imposer.

Reprise économique et joutes politiques des années 1920

38C’est dans ce climat politique et social que s’effectue la reprise portuaire et économique, objet de tant de souhaits. La guerre avait surpris le port de Boulogne en plein développement, avec un plan d’extension défini par la Chambre de Commerce. Celle-ci a joué aussi un rôle important durant le conflit. De 1914 à 1920, comme cela a été pratiqué dans de nombreuses villes, elle a émis, en sept tirages, des bons de monnaie de 50 centimes et d’un franc, d’une valeur totale de quatre millions de francs, pour faire face au manque de numéraire. Durant la guerre, pour la même raison, deux maisons importantes, les Établissements Paque et Meurant et les Galeries de Paris, mettent également en circulation des bons de monnaie d’un franc.

39Chaque signe de reprise économique est interprété avec satisfaction. Dès le 18 décembre 1918, le service régulier des voyageurs entre Boulogne et Folkestone, suspendu fin 1916, reprend. Tout de suite, à la demande des mareyeurs, la Société continentale de la glace transparente relance sa fabrication, interrompue depuis quatre ans. En 1919, les chantiers Baheux construisent un chalutier, Notre-Dame de l’Espérance – quel symbole ! –, pour le comptoir Delpierre-Noël. Durant la guerre, le port de Boulogne a entrevu ses possibilités de développement. En 1918, 3 354 000 passagers, certes militaires, ne l’ont-ils pas emprunté ? Il dispose des installations et de l’outillage propres à soutenir un trafic commercial important et d’une très grande halle de débarquement du poisson. Une centaine de chalutiers sont rapidement remis en état après leur réquisition, mais non remplacés comme on l’espérait. Dès l’armistice, on répare tant bien que mal les dragues et on lutte contre l’envasement. Le 13 mars 1919, les escales transatlantiques reprennent avec le Gelnia, de la Lloyd Royal Hollandaise. Mais la Chambre de Commerce et d’Industrie doit tout mettre en œuvre pour rétablir les 44 hectares réservés au mouillage des transatlantiques, et faire draguer les fonds qui étaient remontés à 6,50 mètres. Il faudra attendre la fin de 1923 pour que la souille puisse recevoir deux navires en même temps et que Boulogne redevienne « un port transatlantique ». Boulogne retrouve néanmoins dès 1920 son trafic portuaire de l’avant-guerre. Le trafic du charbon, stimulé par celui du temps de la guerre, apporte une activité nouvelle et précieuse. En 1922, la mutuelle des armateurs crée sa propre société pour la réparation navale (la SICER). L’année suivante c’est la fondation complémentaire de la FAPMO, à Outreau, spécialisée dans la fabrication de pompes. Les installations du temps de guerre sont mises à profit par la Chambre de Commerce et, en 1924, le trafic général du port atteint le million de tonnes. On compte alors une grue par 30 mètres de quai. La flotte de pêche était pratiquement renouvelée lorsque survint la paix. Puis les trains de marée se succèdent vers Paris.

40L’été 1921 voit la reprise du tourisme. Boulogne redevient, plus que jamais, une ville de plaisirs pour les estivants. « La semaine du poisson » du 9 au 16 septembre 1923, inaugurée par les ministres Rio et Le Troquer, en présence de Lord Sanders, ministre britannique de l’Agriculture et des Pêches, et honorée le dernier jour par la présence de Raymond Poincaré, président du Conseil, marque la volonté de Boulogne d’affirmer sa vocation maritime.

41Toutefois, le milieu halieutique traverse des difficultés. Le 15 février 1921, l’armement de la pêche, menacé par les importations constantes de poisson anglais, lance un cri d’alarme – cette année-là, la pénurie de hareng entraîne une crise passagère. Les marins-pêcheurs continuent à connaître un malaise social. En février 1920, ils soulèvent le problème des effectifs embarqués, mais la grève générale échoue. En 1922, des grèves, à nouveau, entraînent une diminution de la pêche harenguière, en partie seulement compensée par l’augmentation de la production au chalut.

42Le développement des activités maritimes domine donc l’immédiate après-guerre. En une décennie, de 1913 à 1923, les marins passent de 4 000 à 4 800, même si leur âge moyen est plus élevé ; le nombre de vapeurs double : il y en a désormais 164, contre 138 voiliers. La modernisation se poursuit. Les armateurs commandent des unités modernes, des chalutiers de 70 mètres de longueur, jaugeant brut 1 300 tonneaux, chauffant soit au charbon, soit au mazout, et tous munis de TSF. En 1920 la pêche harenguière au chalut est expérimentée au sud du canal de Bristol. En 1923, Boulogne organise le premier concours de moteurs marins, qui assureront un nouveau souffle à la flottille. Ses chalutiers restent très productifs jusqu’en 1930. En 1924, les 54 589 tonnes de poisson pêchées rapportent près de 120 millions de francs. Pendant deux ans, le poisson s’est bien vendu. La loi du 26 mars 1927, que le sénateur Farjon a fait voter, établit une taxe sur le poisson débarqué, afin de financer le développement des installations portuaires et incite à l’optimisme et à l’investissement.

43À Boulogne, qui compte 52 839 habitants en 1926, l’industrie est prospère grâce à la confection des plumes métalliques, des porte-plumes et crayons (Baignol et Farjon, Blanzy et Pourre), et à l’innovation de la fabrication mécanique de la chaussure.

44C’est dans cette conjoncture économique, dans l’ensemble bonne, que se déroulent les élections législatives du 11 mai 1924, marquées par la réélection de Léon Abrami, placé sur la liste d’Union républicaine. Quelques joutes politiques ont animé une campagne électorale globalement calme, avec le meeting tenu par Maurice Thorez à la salle Latteux devant 250 personnes, tandis que Léon Blum et Joseph Paul-Boncour s’adressent de leur côté à 700 auditeurs. Le défilé du 1er mai rassemble un millier de communistes dans les rues de Boulogne.

45Plus animée, en revanche, est l’élection municipale du 10 mai 1925, qui aboutit à l’entrée de la mairie, toujours selon le principe de la représentation proportionnelle, de 13 conseillers d’union sociale (Droite), de 7 de l’union progressiste, de 9 radicaux et de 5 socialistes, parmi lesquels Raymond Masselis. Roger Farjon, dont le groupe fait alliance avec les radicaux, est réélu maire et rejoint le Cartel des Gauches, tandis que l’Union sociale – étrange marché – n’obtient aucun poste de responsabilité. Mais elle compte parmi ses élus un avocat de talent, bâtonnier du barreau de Boulogne, Paul Bacquet, dont la carrière politique s’amorce alors.

46Aux législatives des 22 et 29 avril 1928, au scrutin d’arrondissement, le radical Eugène Canu bat le docteur A. Tellier et est élu député en remplacement de Léon Abrami qui ne se représente pas. Succès des radicaux, donc, qui préfigure leur victoire aux élections municipales des 5 et 12 mai 1929, les élections cantonales consacrant toutefois la réélection de Roger Farjon et d’Eugène Canu. Élections municipales très intéressantes car elles indiquent bien le glissement à gauche de l’opinion publique boulonnaise. Le radical Edmond Warluzel enlève 1’écharpe tricolore à Roger Farjon. L’avocat Paul Bacquet poursuit sa percée politique en étant élu troisième adjoint.

47Le port demeure le grand souci des élus quels qu’ils soient. La politique maritime boulonnaise se déroule avec une régularité d’horloge et de direction qui aboutira à créer presque une ville de mono-industrie, ce qui lui causera bien des soucis quarante ans plus tard. Il est des erreurs, inévitables compte tenu des mentalités d’une époque donnée, qui se paient très cher.

48Le 7 juillet 1929, quelques mois avant le krach boursier aux États-Unis puis la crise économique, on inaugure en pleine euphorie la gare maritime. Au terme de cette année-là, on enregistre le transit de 630 013 voyageurs par Boulogne. Le 16 octobre suivant, le ministre des Travaux publics et de la Marine marchande, Forgeot, enregistre la bonne santé du port, la bonne tenue de sa production. Le mois suivant, on commence à fabriquer de la farine de poisson pour le bétail. On réalise le terre-plein de la Liane pour y construire l’indispensable gare de marée et on accélère la percée du tunnel de l’Ave Maria afin de relier directement le bassin Loubet, les portiques de déchargement et les aires de stockage au réseau ferroviaire. Mais la crise est bientôt là. Les mises à terre augmentent : 61 000 tonnes d’un poisson qui se vend moins bien (1,21 franc le kilogr.) et qui se vendra encore moins bien en 1931 (0,64 franc le kilogr.). La hausse des dépenses d’entretien et de réparations et du coût du charbon obère les comptoirs d’armement naguère prospères. La menace du dépôt des rôles est brandie par les armateurs.

49Les chantiers Baheux n’en mettent pas moins en service deux cales ouvertes de 14 000 m2 permettant la construction de chalutiers de 60 mètres. Le premier slip-way de Boulogne est construit par l’Américain Crendall, dont le fils reviendra en 1962. La loi du 27 juillet 1930 autorise l’extension du port à l’ouest, prévoit la construction de la digue nord et la darse en eau profonde, car la cohabitation dans des bassins trop étroits de trafics aussi dissemblables que ceux de la pêche, des voyageurs et des marchandises soulève des difficultés. La loi autorise le dragage de 14 millions de m3 de sable et d’argile et le prolongement de la digue Carnot de 625 mètres. Elle se révèlera particulièrement bénéfique pour Boulogne. Le 14 août suivant, le ministre de la Marine marchande, Rollin, au cours d’une visite, s’intéresse à la rade. Le port va connaître une intense activité transatlantique, allant de 250 à 300 escales par an, assurées par les grandes compagnies internationales à destination de l’Amérique centrale.

La crise des années trente

50Au seuil de l’année 1931, Boulogne est à un tournant de son histoire économique. La prospérité des années de l’après-guerre s’est estompée. La ville est touchée dans son activité majeure, la pêche, qui ne nourrit plus son homme. Les marins doivent accepter la diminution des effectifs à bord des chalutiers et des réductions de salaires. Le 16 janvier 1934, leur syndicat réclame au maire de Boulogne « des allocations de chômage et davantage de travail ». Au lieu d’être engagés à l’année pour la pêche au hareng, certains ne le sont plus qu’à la marée. Une centaine d’entre eux sont au chômage. Des navires sont désarmés. De 1931 à 1936, la valeur des produits pêchés diminue de 25 %, à cause de la baisse des cours, en partie due à la surproduction, et de l’augmentation des frais d’exploitation, dont le coût du carburant, dans un contexte de crise endémique. Une partie des chalutiers sont vétustes, malgré le lancement de nouvelles unités dans la décennie précédente. Mais c’est toute l’économie boulonnaise qui est touchée par la crise. Les nouvelles activités, l’extension de la BMI et le lancement de la fabrication d’appareils radio Ondia, n’offrent pas suffisamment d’emplois. Le 20 mars 1931, le conseil municipal crée un fonds d’aide aux sans-travail.

 

51Cependant, ceux qui vivent de la mer s’efforcent d’aller de l’avant. Les grands travaux du port se poursuivent. En avril 1932, commence la construction de la digue nord à partir du pied de la pointe de la Crèche. Un nouveau slip-way de 1 500 tonnes puis, à la fin de l’année, un nouveau poste de pilotage sont mis en service. La drague Pas-de-Calais, la plus puissante du monde affirme-t-on, entre alors en service. L’armement à la pêche continue à se moderniser, malgré la crise. En avril 1931, le comptoir Gournay frères lance le Notre-Dame de France, le plus grand chalutier de Boulogne à l’époque. Le Pierre-Gustave est lancé par les chantiers Baheux. Le comptoir Huret et Cie qui fait construire au Danemark en 1934 « le plus grand chalutier du monde », le Jutland (67 mètres, 1 000 CV). Autant de signes qui pourraient paraître favorables. Les patrons et les marins s’accrochent ; la progression du poisson débarqué se poursuit : 55 649 tonnes en 1928, plus de 72 000 tonnes en 1931, 86 000 en 1934 et 104 000 en 1935. En 1933, une année économiquement sombre, on expérimente la recherche des bancs de poissons à l’aide du premier sondeur à ultra-sons. De même, en pleine crise, Émile Sénéchal fonde l’armement Manesse et Sénéchal et fait construire le premier grand chalutier à moteur semi-diesel, équipé de treuils électriques, ce qui accroît la productivité du « racleur des mers ». En outre, la congélation à bord, après l’expérience du Sacip et le lancement de l’industrie du froid, permet d’augmenter encore les qualités de la commercialisation. Émile Sénéchal ouvre une ère nouvelle pour la pêche boulonnaise dont les campagnes, après une baisse légère en 1935 et 1936, reprennent de façon spectaculaire.

52Politiquement, ces difficultés économiques devraient provoquer la progression des forces de gauche aux élections du 18 octobre 1931. C’est dans une certaine mesure le contraire qui se produit. Le docteur Tellier (Fédération républicaine) est élu conseiller général de Boulogne-Nord ; Durieux, candidat du Cartel des Gauches, passe de justesse dans le canton de Boulogne-Sud. Ce relatif échec est dû à la division de la gauche. L’effet de cette mésentente se ressent plus encore le 6 mai 1932, lorsque Paul Bacquet, qui a endossé lui aussi la livrée de la Fédération républicaine, reprend le siège de député au radical Eugène Canu. La plateforme électorale de la SFIO, fondée sur le désarmement et la crise économique, a fait peur, bien qu’elle préconisât des mesures de défense des travailleurs et un certain nombre de nationalisations (assurances, chemin de fer, etc.). En mars 1932, Mgr Dutoit, évêque d’Arras, commentant la nouvelle encyclique pontificale Quadragesimo anno, prononce des paroles très fermes : La propriété « est un droit intangible mais dont il faut faire bon usage […] ». Le salaire « est fixé par les besoins de l’ouvrier et la nature du produit. En tout état de cause, l’ouvrier doit gagner sa vie, celle de son foyer. Son salaire doit donc être familial […] ». La paix sociale : « Il y a méconnaissance d’une part des difficultés de l’entreprise et, d’autre part, des besoins de l’ouvrier […] ». On est loin du discours socialiste qui rend le capital « seul responsable de la crise actuelle ». Dans un premier temps, celle-ci semble favoriser la droite.

Le Front populaire

53L’année 1934 est assez agitée. À droite, les Croix de Feu, les Briscards et les milieux d’anciens combattants manifestent bruyamment ; ils réclament le rétablissement de l’ordre et, en février, constituent « un comité d’entente et d’union ». À gauche, on réagit surtout devant la montée du chômage : 840 chômeurs à Boulogne au début de 1934, 1 303 à la mi-mai, 1 500 deux ans plus tard. La progression est inquiétante.

54Les événements parisiens du 6 février 1934 sont connus à Boulogne quelques heures plus tard. Dans la soirée du 8, les cheminots confédérés et les chômeurs tentent de lancer une manifestation qui échoue. Il en est de même du rassemblement du dimanche 10, place Dalton, où ne se retrouvent que deux cents personnes. « 80 communistes, précise le rapport de police, tentent de former un barrage à l’entrée de la rue Thiers ». L’affaire se termine par onze interpellations. Le même jour, l’Union nationale des combattants organise, à la mémoire des victimes de Paris, devant le Monument aux Morts, une cérémonie qui se déroule sans le moindre incident. Le 12, la grève générale nationale est largement suivie à Boulogne. 300 chômeurs manifestent devant le Palais de Justice où comparaissent les onze personnes interpellées le 10. Trois jours plus tard, la Fédération républicaine tient un meeting. À la fin du mois, les anciens combattants renforcent leur comité d’entente.

55Le calme revient dans la cité. La grève des fonctionnaires du 16 avril n’y recueille que peu d’écho. Seuls, 150 douaniers « descendent dans la rue ». Le climat, cependant, est tendu. Lors de l’inauguration du Foyer du Marin, le 22 avril, Monseigneur Dutoit, qui a près de lui le député de droite Paul Bacquet, se garde bien de prononcer un de ces discours politiques dont il a le secret.

56Malgré le calme apparent, on entre dans un processus qui aboutit à l’installation à Boulogne du Front populaire. Entre-temps cependant, la droite remporte la victoire aux élections cantonales du 7 octobre 1934 : Paul Bacquet (Alliance démocratique cette fois), soutenu par la Fédération républicaine et le Parti démocrate populaire, reprend le siège détenu par Eugène Canu à Boulogne-Sud, tandis que Roger Farjon est réélu très confortablement à Boulogne-Nord. Ce double succès est néanmoins éphémère.

57En effet, on voit apparaître, pour ce scrutin, des hommes politiques neufs qui, lentement mais sûrement, vont s’imposer. Deux figures se font connaître : Henri Henneguelle, un instituteur SFIO, qui devance le communiste Robert d’une seule voix, et le communiste Auguste Defrance, qui profite, il est vrai, de la division des socialistes Mathé et Favre.

58En un an, la situation politique évolue considérablement. Aux élections municipales des 5 et 12 mai 1935, la gauche prend une revanche éclatante. Grâce à l’alliance au deuxième tour des radicaux socialistes, socialistes SFIO et communistes qui, le 10 mai, ont signé une affiche commune, la droite n’a qu’un seul élu, Paul Bacquet. Le 19 mai, Eugène Canu est élu maire de Boulogne.

59Le combat politique n’est pas fini pour autant. En janvier 1936, Roger Farjon est élu vice-président du Sénat. Le soutien qu’il accorde le 26 avril suivant à Paul Bacquet, qui se présente alors comme « républicain de gauche » est déterminant. Celui-ci obtient dès le premier tour 7 528 voix et Eugène Canu ne recueille que 4 566 voix. Pour la droite, c’est un succès éphémère car aux doubles élections cantonales et d’arrondissement des 10 et 17 octobre 1937 la gauche et la SFIO vont enregistrer une progression.

60À Boulogne-Nord, le docteur Tellier (libéral), soutenu par l’Alliance démocratique, la Fédération républicaine, le Parti populaire français et le Parti social français, est élu avec 67 voix d’avance seulement sur Henri Henneguelle qui a réalisé l’union de la gauche. Cet insuccès de justesse est enregistré par les socialistes boulonnais comme une victoire, et trente ans plus tard, dans les joutes politiques, on y fera encore référence. À Boulogne-Sud, le docteur Dehove, un radical, l’emporte plus aisément sur le libéral Lorge.

61Le destin politique de Boulogne-sur-Mer paraît alors scellé : le Front populaire tient la mairie, progresse en profondeur. On s’en rend compte lors des scènes d’agitation qui se déroulent à Boulogne du 9 au 16 juin 1936 à l’occasion des grèves des marins et des ouvriers de marée, grèves qui dépassent en intensité tous les autres mouvements lancés pour obtenir l’application des promesses électorales du Front Populaire victorieux.

62Des tonnes de poisson, d’une valeur d’un million de francs, se décomposent sous le soleil ; les piquets de grève en interdisent l’enlèvement. Officiellement, pour de seules raisons d’hygiène, le maire Eugène Canu fait appel à la troupe qui, sous la protection de la gendarmerie et de la garde mobile, chargent le poisson en putréfaction sur les chalands des ponts et chaussées maritimes. Le 7 juin, 900 métallurgistes d’Outreau déferlent sur les quais. Le 10, les tramways ne circulent plus. C’est la grève générale à Capécure ; 600 manifestants font le siège de la halle du quai Thurot. Dans cette lutte, les marins grévistes sont les plus acharnés : le 12, ils rompent l’accord conclu et occupent la halle où ils se barricadent. Le conseil municipal vote des secours : 30 000 francs pour les chômeurs, 500 000 francs pour les grévistes. Mais le travail sur le port ne reprend que le 17, après les accords Matignon. Cette affaire ne connaîtra son épilogue que le 7 février 1939, lorsque la Cour d’Appel de Douai rendra un arrêt condamnant pour moitié la ville de Boulogne et l’État à indemniser les armateurs et les mareyeurs.

63La fièvre politique ne tombe pas après le conflit du port. « La Solidarité Française » (23e section de Boulogne) tient une réunion à Boulogne et proteste contre la dissolution des ligues. Les grèves gagnent les usines. L’union des syndicats patronaux de Boulogne et Calais fait des propositions au sous-préfet de l’arrondissement, le 19 juin, pour régler le conflit car, dans chaque usine, on a élu, en 48 heures, des délégués qui présentent des nouveaux barèmes de salaires et qui réclament de meilleures conditions de travail. Quelques reprises du travail ne durent pas. Les grandes usines sont maintenant occupées. Le 20 juin, des milliers de grévistes défilent dans les rues de Boulogne en arborant drapeaux tricolores et rouges et en chantant l’Internationale. Les pouvoirs publics cherchent des mesures d’apaisement. Le 23, la Sûreté nationale notifie la dissolution des Croix de Feu à ses représentants boulonnais. Le 30 juin, les grévistes défilent à nouveau dans les rues du centre-ville, avant de se rassembler au jardin des Tintelleries. Le 2 juillet, le préfet Rochard est à Boulogne pour étudier la situation. La métallurgie, le bâtiment, les tramways, les grutiers et les services de l’outillage du port sont en grève. Le 5 juillet, un grand défilé est encore prévu. Partout la CGT a placé ses piquets de grève. Les chômeurs occupent la mairie de Saint-Martin-Boulogne.

Grèves de 1936 : manifestation au Jardin des Tintelleries.

Grèves de 1936 : manifestation au Jardin des Tintelleries.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

64Mais la situation évolue vers une reprise du travail, qui est effective le 7 aux Aciéries de Paris-Outreau et dans les fabriques de chaussures, alors que les grèves se poursuivent aux usines métallurgiques et dans les carrières de Marquise jusqu’au 9 et au 10. Le 10, c’est aussi la reprise aux Chantiers maritimes du Boulonnais, à la SICER, à l’usine Ondia, dans le bâtiment, aux Céramiques et Terres réfractaires, à la fabrique Huret-Marcq, aux Ets Gaultier. Se produisent alors d’autres cortèges, des défilés de gratitude au Monument aux Morts et devant les mairies. Le 17 juillet, il y aurait encore 500 ouvriers en grève à Boulogne et 300 au Portel. Le 24, quelques mouvements se déclenchent encore. Le feu social couve toujours. Le 11 septembre, le conseil municipal vote un nouveau crédit de 500 000 francs pour venir en aide aux grévistes et porter secours aux chômeurs.

65L’application de la loi des 40 heures ne se fait pas facilement. Le 29 septembre, les travailleurs de la marée et du port sont en grève. La semaine du 4 au 11 octobre est marquée par des incidents. La fin de cette grève dure n’intervient que le 17 octobre. Les chômeurs, de leur côté, ne sont pas restés inactifs. Le samedi 19 septembre, un millier d’entre eux ont refusé le pointage au bureau de la place Navarin. Une centaine sont allés occuper l’Hôtel de Ville après avoir débordé les barrages de police. Quant aux marins, ils se sont mis à nouveau en grève le 29 septembre. 107 chalutiers sont désarmés, condamnant à l’inactivité leurs patrons, autant de chefs mécaniciens, 76 radios, 5 seconds mécaniciens, 376 chauffeurs et 1 327 matelots qui, jusqu’au 14 octobre, vers la fin du conflit, auront perdu un million et demi de francs de salaires. Cette statistique nous renseigne sur la structure de la marine boulonnaise.

66Paradoxalement, durant ce conflit ample et prolongé qui marque l’histoire du mouvement ouvrier boulonnais, un homme de droite, le docteur Tellier, est élu président du conseil d’arrondissement dans l’indifférence le 9 juillet 1936.

Forces et faiblesses de l’économie boulonnaise au milieu des années 1930

67De toutes les mesures prises, on attend une reprise économique générale car les effets de la crise se font toujours sentir. Toutefois, Boulogne semble relativement prospère, comme en témoignent, le 17 juin 1934, la première fête de la Mer, au cours de laquelle Mgr Dutoit bénit une importante flottille de pêche, ou, le 5 octobre, l’inauguration des nouveaux bâtiments de l’hôtel de ville. La vie associative n’a jamais été aussi dynamique dans la cité. En 1935, le port de Boulogne compte quelque 300 bateaux montés par plus de 3 300 marins. Par décret du 12 septembre 1925, la Chambre de Commerce a obtenu la concession de l’outillage portuaire et a élaboré un plan d’extension, consacrée par la loi du 37 juillet 1930, à partir du projet de M. Outrey, plan dont on reparlera après la guerre. Elle active la construction de la digue nord à partir de la pointe de la Crèche. En revanche, non rentable, le petit chemin de fer d’intérêt local Le Portel-Bonningues disparaît. La fête du 14 juillet est placée sous le signe de Paix et du Travail.

68Les travaux d’amélioration du port intérieur (74 millions de francs) se poursuivent : voies ferrées, outillage, construction de l’entrepôt du quai sud du bassin Loubet, de la gare de marée, le prolongement sur 625 mètres de la digue Carnot dont l’achèvement est prévu pour 1941, la construction de la digue nord (2 032 mètres) sont autant de signes de prospérité et, assurément, dégagent des ressources salariales qui profitent au commerce local. Le bilan de celui-ci en 1937 est d’ailleurs positif, comparé à celui de 1929, l’année de la prospérité. Mais le commerce se développe dans le centre de la cité au détriment des logements, transformées en bureaux ou en boutiques.

69Les années 1936-1939 se caractérisent également par une reprise de l’activité halieutique. En Europe, le port de pêche de Boulogne n’est dépassé que par Grimsby et rivalise avec Hull et Aberdeen. Il est le premier en France, avec le quart de la production nationale, et il est également en tête en Europe continentale. Une dizaine de trains de marée sillonnent la France chaque jour. À Boulogne, si « le hareng est roi », les autres espèces de poisson font aussi sa richesse et sa réputation. Le port est par ailleurs le deuxième de France pour le trafic des voyageurs, derrière Marseille, mais devant Calais. Il occupe la 9e place pour le trafic des marchandises. C’est un port polyvalent et actif, qui perfectionne son outillage et a des projets d’extension. L’année 1938 reste bonne, avec près de 100 000 tonnes de poisson débarquées par 109 chalutiers à vapeur, 70 à moteur diesel et 37 voiliers. Au plan de la pêche industrielle, Boulogne est à la pointe de la technique. Ses installations frigorifiques sont performantes. 563 000 voyageurs passent également par le port, qui distance le rival calaisien ; les escales transatlantiques enregistrent une augmentation de 10 000 passagers.

70Mais son économie présente aussi des faiblesses, tandis que la population stagne autour de 52 000 habitants en 1936. Du 1er septembre 1932 au 1er juillet 1935, le nombre des chômeurs a doublé. Certes, il va décroître ensuite, avec la reprise de l’industrie. Les trois fabriques de plumes métalliques, une spécialité boulonnaise, se regroupent en 1936. Néanmoins, il apparaît à quelques esprits lucides que la mer nourricière ne peut plus faire vivre tous les Boulonnais. Cette évidence ne s’imposera pas facilement. Cependant, les esprits sont absorbés par d’autres craintes. On ne voit pas, en cette année 1936 où la crise s’estompe, sans une certaine appréhension, le vieux fort de la Crèche s’armer de puissants canons.

Affiche pour la promotion de Boulogne-sur-Mer.

Affiche pour la promotion de Boulogne-sur-Mer.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

71Le tourisme continue à battre son plein. Les recettes du casino municipal ont commencé à remonter en 1934. Deux ans plus tard, la roulette y fait son entrée. Mais l’incendie de l’établissement en 1937 sera interprété comme un auspice défavorable par une population assez superstitieuse. Ce tourisme connaît en même temps un processus de démocratisation. L’été 1936, et plus encore celui de 1937, voient arriver sur les plages de la Côte d’Opale de nouveaux estivants, ceux des « congés payés » : du Touquet à Wissant, ils sont plusieurs milliers, tandis que des centaines d’entre eux campent dans les dunes. Chaque dimanche, des autocars en provenance du Nord et du Pas-de-Calais déversent sur les plages du Boulonnais des milliers d’excursionnistes qui se mêlent à ceux des « trains de plaisirs » de la région parisienne.

L’année 1938-1939 : entre festivités et inquiétudes

72On retrouve la même affluence de « congés payés » pendant l’été 1938 dominé par d’autres manifestations.

Inauguration de Britannia en 1938.

Inauguration de Britannia en 1938.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

73Le 19 juillet, le monument Britannia est inauguré par le roi George VI et la reine Elizabeth d’Angleterre, le maréchal Pétain, le Field Marshall Lord Cavan et Roger Farjon, mais la population est tenue à l’écart de la cérémonie. Il s’agit pourtant de commémorer un événement ancré dans le souvenir des Boulonnais, le débarquement, le 7 août 1914, des premières troupes britanniques de la Grande Guerre.

74Le 20 au 24 juillet, se déroule le congrès marial national. Il est présidé par le cardinal Liénart, légat du pape, qui assiste au renouvellement du vœu solennel de consécration de la France à la Vierge de Louis XIII, en présence de dizaines de milliers de pèlerins venus de toute la région, de France et d’ailleurs. La clôture est marquée par le discours du cardinal Gerlier, Primat des Gaules, prononcé en présence du général de Castelnau, président de la Fédération nationale catholique, du prince Xavier de Bourbon-Parme, représentant le sang royal de France, et de Roger Farjon, vice-président du Sénat. Du 10 au 15 août, le congrès national de la Libre Pensée se réunit à son tour à Boulogne, et dénonce « le scandale de la mascarade mariale ».

Congrès marial de 1938.

Congrès marial de 1938.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

75Mais ces manifestations diverses se déroulent dans un climat lourd d’angoisses. Aussi est-ce sans réelle surprise qu’on voit apparaître, le 24 septembre, les affiches rappelant immédiatement certaines catégories de réservistes. Des attroupements se forment près de la sous-préfecture et de l’hôtel de ville. Les gardes mobiles occupent les gares de Boulogne. L’entrevue de Munich a lieu cinq jours plus tard. Un comité de soutien se forme à Boulogne, composé d’Eugène Canu, Paul Bacquet et Roger Farjon – c’est donc l’union sacrée – et d’autres personnalités locales pour offrir au Premier Ministre anglais un objet d’art en ivoire, représentant le calvaire des marins et une silhouette de matelote. Il faut arrimer la Grande-Bretagne au continent : c’est le slogan du moment. Mais le président du Conseil, Édouard Daladier, recommande l’abandon du projet.

761939. Les esprits restent préoccupés. Un exemple : en avril, la journaliste Geneviève Tabouis, invitée par la Libre Pensée, vient parler à Boulogne de l’Espagne, mais elle traite en fait de la paix en Europe. À maints indices, la guerre semble proche. Le 15 juillet, plus de 200 bombardiers britanniques traversent le pas de Calais pour commémorer l’exploit de Blériot, mais personne n’est dupe quant à la signification de cette démonstration. Les 29 et 30 juillet 1939, l’aérodrome d’Alprech est inauguré en présence du général d’Harcourt, inspecteur de l’aviation de chasse, dans le vrombissement des Chance-Vought du porte-avions Béarn. Toutefois, la fête est endeuillée par le crash d’un appareil, tuant le pilote. Mais la guerre est bientôt là.

Table des illustrations

Titre Réfugiés arrivant à Boulogne.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Écossais à la caserne des écoles.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Camp de convalescents.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Le général Pershing débarque à Boulogne le 13 juin 1917.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Le général Pershing est accueilli par les autorités civiles et militaires (carte postale).
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Déchargement d’un navire anglais dans le port.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Les Barrages du détroit du Pas-de-Calais en 1918.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Hôtel Dervaux bombardé (carte postale).
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre L’embarquement du guerrier inconnu anglais au port de Boulogne-sur-Mer le 10 novembre 1920.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Inauguration du monument aux morts.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Grèves de 1936 : manifestation au Jardin des Tintelleries.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Affiche pour la promotion de Boulogne-sur-Mer.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Inauguration de Britannia en 1938.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Congrès marial de 1938.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7598/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540