Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre XIII. L’art monumental

Jacques Thiebaut et Frédéric Debussche

Texte intégral

1Née sur la rive droite de l’estuaire assez encaissé de la Liane, Boulogne, dans son aspect du XXsiècle, associe une ville haute d’allure aristocratique et enfermée dans ses remparts médiévaux, à une ville basse commerçante et active, des pentes souvent raides et coupées de vallons reliant les deux éléments principaux de l’ensemble urbain ; jusqu’aux travaux modernes, le port s’est inséré dans l’un de ces vallons, celui des Tintelleries avec le bassin du Petit Paradis. Ce n’est qu’au XIXsiècle que la ville a colonisé l’autre rive de l’estuaire, celle de Capécure.

2Ce site était favorable à l’établissement d’une forteresse ; dès l’Antiquité, Boulogne a rempli cette fonction qu’elle a conservée au Moyen Âge et même au-delà jusqu’au XVIIIsiècle. L’ancienneté même de son histoire aurait dû se traduire par une richesse monumentale exceptionnelle, mais ni les guerres, ni le vandalisme n’ont épargné les témoins de ce riche passé. Néanmoins, en dépit même des importantes destructions que le dernier conflit mondial a infligées à la ville, ce qui subsiste de son patrimoine mérite de retenir l’attention. Cet héritage se trouve essentiellement concentré en Haute Ville, encore que le développement des activités économiques au siècle dernier ait enrichi les quartiers voisins du port de nouvelles églises et d’un patrimoine immobilier intéressant.

Les fortifications de la Ville Haute

3Au Haut Moyen Âge, la ville se restreignit à sa partie haute qui avait été ceinte de remparts au Bas Empire. C’est là, à peu près à l’intersection des routes principales, que le comte, au XIIsiècle établit son habitation ; il en sera question plus loin. Entré en possession de son domaine en 1223, Philippe Hurepel ne tarda pas à entrer dans la rébellion ourdie par les grands vassaux contre la régente Blanche de Castille ; il entreprit alors de grands travaux de fortifications à Calais, Hardelot et Boulogne ; une inscription aujourd’hui perdue mais dont le texte a été transmis par J.F. Henry dans son Calendrier historique pour 1791 indiquait que le château et les remparts avaient été construits en 1231 ; cette date doit correspondre à l’achèvement des travaux ; dès l’année précédente, Hurepel avait d’ailleurs dû se soumettre.

Vue des fortifications.

Vue des fortifications.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

  • 1 Au cours des années 1990, la partie orientale des sous-sols du château comtal a fait l’objet de fou (...)

4L’enceinte réalisée alors décrit un rectangle long de 410 mètres et large de 325 ; un rentrant s’y dessine là où a été érigé le château. Des vestiges de fortifications antiques y sont encore présents près de la Porte Neuve, entre la Tour Notre-Dame et la Porte des Dunes, près de la tour Gayette. Les remparts médiévaux construits avec des pierres extraites des falaises et des carrières voisines, se sont donc superposés à ceux de l’Antiquité sur leurs fronts NO et NE ; d’après des fouilles récentes faites au château, il semble que celui de l’est correspond à peu près au tracé antique1. Par contre, du côté du sud-ouest, la courtine médiévale a dû être érigée un peu en retrait de celle du IIIsiècle ; ceci peut être déduit, mais sans totale certitude, de deux observations : la tour Gayette a été plantée à cheval sur un mur antique biaisant fortement par rapport à la muraille nord-ouest ; celle-ci devait donc se prolonger vers le sud en s’infléchissant ; aux dires d’un érudit du XVIIsiècle, l’abbé Luto, il existait alors, à l’emplacement de l’actuel Boulevard du Prince Albert, des ruines connues sous le nom de « murs sarrazins » et dont les maçonneries étaient fort proches de celles de la Tour d’Odre ; il y a donc tout lieu de croire que ces vestiges étaient ceux des murs antiques de ce front.

5Les murailles médiévales jadis crénelées et talutées à leur base furent flanquées de tours ; celles du front nord-est ont disparu depuis le XVIsiècle. Les autres subsistent, mais elles ont été dérasées au niveau des murs que, primitivement, elles commandaient d’un étage ; des poivrières les coiffaient. Une tour plus importante renforce chaque angle, sauf, naturellement, à l’endroit où se trouve implanté le château ; il s’agit de la tour Gayette à l’angle ouest et qui servait au guet, de la tour du Coin à l’angle sud (c’est la mieux conservée) et de la tour Notre-Dame à l’angle nord (celle-là a été transformée sous François 1er). Alors que les courtines sont pleines, toutes ces tours superposent deux salles couvertes de coupoles, le troisième niveau étant simplement couvert par la poivrière ; elles avaient été dotées d’archères puis de canonnières. Ces salles ont été pour la plupart remblayées par la suite. Ces fortifications n’ont jamais dû être pourvues de mâchicoulis, les corbeaux de pierre qu’on trouve de place en place ont dû simplement servir à supporter des hourds ; les comptes de 1415-1416 en mentionnent d’ailleurs explicitement.

6Les quatre portes qui donnaient accès à la ville haute sont aujourd’hui bien défigurées. Suivant le schéma classique, elles étaient défendues par des tours rondes dont les salles étaient dotées d’archères ; leur passage était couvert d’une voûte en berceau et muni d’une herse et de lourds vantaux. La longueur du passage de la Porte Neuve s’explique par le fait qu’elle défendait le secteur le plus exposé ; en 1632, cet ouvrage, sans doute fortement endommagé en 1544, fut fortement modifié ; ses sorties reçurent un tracé en éperon, son portail refait avec un arc surbaissé entre deux pilastres à refends supportant un entablement et un fronton timbré aux armes royales ; au-dessus, une niche abrite depuis 1830 une statue en bois de la Vierge nautonnière ; au XXsiècle, un passage pour piétons a entaillé la tour de gauche. Une opération semblable avait déjà été infligée aux deux tours de la Porte des Dunes, mais celle-ci a conservé un grand arc formant mâchicoulis bandé au-dessus du portail. Rouverte depuis 1895, la Porte des Degrés n’a jamais été accessible qu’aux seuls piétons et son passage n’a jamais été voûté, ce qui explique l’effondrement de sa terrasse. Jusqu’à la dernière guerre, c’était donc la Porte Gayóle qui était la mieux conservée ; les maisons qui la couronnaient et lui donnaient un aspect fort pittoresque ont été détruites en 1940 de même que les deux pignons sur corbeaux qui flanquaient ses côtés et qui devaient servir d’encadrement à des hourds en charpente surplombant l’entrée ; la municipalité se crut alors autorisée à entreprendre la démolition de l’ouvrage ; l’intervention de l’architecte des monuments historiques P. Drobecq arrêta cet acte de vandalisme. Les autorités allemandes exigèrent d’autres mutilations : s’il ne fut pas nécessaire, comme à la Porte Neuve, de détruire les arcs intérieurs du passage pour permettre la circulation des camions militaires, il fallut sur leur ordre percer l’une des tours d’un couloir piétonnier, ce qui mit d’ailleurs fin à un débat qui, depuis 1926, opposait la municipalité à l’administration des monuments historiques ; on eut la sagesse de retenir la solution la moins dégradante, celle d’un guichet entaillant la tour de gauche sur sa face latérale.

7Le compte municipal de 1415-16 mentionne l’existence de barbacanes en avant des portes ; au cours du premier tiers du XVIsiècle, ces ouvrages furent renouvelés ; le développement de l’artillerie imposait alors d’apporter des modifications aux défenses héritées de l’âge antérieur ; c’est en 1523 que fut établi le « boulevard » protégeant la porte Gayole, mais il se trouvait réuni à elle par un ouvrage intermédiaire. Un Moineau fut aussi construit devant la Porte des Degrés, la tour du Coin fut doublée par un gros bastion ovoïde, la tour Françoise, une barbacane très complexe protégea la Porte des Dunes, en 1882, on voyait encore en avant de la Porte Neuve un large passage voûté en plein cintre. Des lices précédées de fossés reliaient ces défenses avancées. L’essentiel de ces ouvrages fut réalisé entre 1515 et 1565 tant par les Français que par les Anglais ; ceux-ci, devenus maîtres de la place, empâtèrent notamment la base des courtines de remblais de terre pour y disposer de l’artillerie. Ces ouvrages avancés ont disparu en 1689 sur l’ordre de Louis XIV ; sans la protestation des habitants, les murs médiévaux auraient dû subir le même sort.

8Le château construit par Philippe Hurepel à l’angle nord-est de l’enceinte occupait un site excellent. La forteresse se trouvait en communication directe avec la ville fortifiée qu’elle commandait et, à l’extérieur, elle était couverte par des marais ; à l’intérieur, une source d’eau mettait les hommes à l’abri de la pénurie en cas de siège. Le château ne fut cependant guère habité : la veuve de Hurepel n’y résida qu’après avoir été abandonnée, en 1248, par son second mari devenu roi du Portugal. La Guerre de Cent Ans ne lui causa que des dégâts minimes. Cependant, les hostilités continuelles du XVIsiècle obligèrent de lui apporter d’importantes transformations : entre 1515 et 1544, pour le mettre à l’abri des projectiles de l’artillerie, on empâta son front extérieur d’un énorme blindage de pierre qui engloba cinq de ses tours réduites ainsi à l’état de niches encastrées dans d’épaisses maçonneries ; plus tard, vers 1565, un vaste bastion, le Fer-à-cheval, fut construit en direction des marais, sur l’emplacement occupé aujourd’hui par le monument aux Morts.

9Le château de Boulogne correspond à l’une des formules de fortification mises au point par les ingénieurs de Philippe Auguste, celle des châteaux polygonaux dépourvus de donjon. À l’ère des vastes châteaux aux contours de tracé irrégulier et englobant des bâtiments dispersés, succédait alors une nouvelle génération de forteresses, celle où les plans sont ramassés, les formes géométriques, les tracés étant rectangulaires ou polygonaux et les bâtiments s’adossant au revers des courtines ; la cour intérieure se trouvait donc totalement dégagée. Désormais la fonction militaire tendait donc à prévaloir sur les autres au bénéfice du seul détenteur de la place, les populations ne pouvant plus espérer pouvoir trouver un refuge à l’intérieur de ses murs.

Vue générale du château

Vue générale du château

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

  • 2 Une étude récente tend à remettre en question l’existence de cette salle d’armes voûtée et qui s’ét (...)

10Les neuf côtés du château de Hurepel décrivent un polygone irrégulier ; les angles qu’ils forment sont marqués par autant de tours cylindriques qui, autrefois, commandaient les courtines ceintes d’un fossé rempli d’eau. Deux de ces tours défendaient l’entrée à laquelle on accédait par un pont-dormant et un pont-levis qu’un pont moderne a remplacés, mais, dans ses piles, on aperçoit encore des passages que l’on pouvait relier par une passerelle à une poterne située sous l’entrée, ce qui permettait éventuellement de faire des sorties pour prendre à revers un ennemi qui se serait emparé de la barbacane. Le passage de l’entrée était défendu par des archères, une herse dont subsistent les rainures, un assommoir et de lourds vantaux de bois ; à l’extérieur, un hourdage en protégeait l’accès. Le niveau inférieur du château n’est souterrain que par rapport à la cour intérieure remblayée pour la mettre à l’abri des inondations ; il est constitué par un couloir continu voûté en berceau que des remaniements ultérieurs ont étranglé de place en place ; à la base des tours de l’entrée, on trouvait des postes de garde et, surtout, à leur gauche, on avait ménagé une vaste salle de vingt mètres sur dix et haute de sept. Celle-ci est connue sous le nom de la Barbière ; trois colonnes isolées, coiffées de chapiteaux fort simples (un seul est décoré de feuilles d’arum), la divisent en huit travées voûtées d’ogives. De là, par un large escalier de pierre, on accédait à une autre grande salle couverte d’une charpente sans doute lambrissée reposant sur trois poteaux de bois. C’était l’aula où siégeait le comte face à la cheminée ; cinq fenêtres l’éclairaient, une donnant sur les douves, quatre sur la cour ; ces dernières sont tracées en tiers point et leur linteau repose sur trois colonnettes monolithes couronnées de beaux chapiteaux ; ces baies modifiées par l’administration militaire ont retrouvé en partie leur forme originelle au cours des travaux récents de restauration liés à l’aménagement du château en musée. De la grande salle, le comte pouvait passer dans la tribune de la chapelle voûtée qui longeait le côté nord-ouest de la cour et qui comprenait une partie droite et une abside à trois pans. La tour voisine du pan occidental abritait les archives et le trésor dans une pièce voûtée d’ogives prismatiques se rejoignant autour d’une belle clef ornée d’une rosace de feuillages. La salle qui fait suite à la chapelle a un plan coudé ; c’était la salle d’armes. Le chemin de ronde qui court ailleurs à l’intérieur des courtines s’ouvrait ici sur elle : ce large passage permettait aux officiers de surveiller leurs soldats ; c’est sur ce chemin de ronde que reposaient les arcs des cinq voûtes d’ogives qui couvraient la salle, mais ils ont été arrachés au XVIIIsiècle2. C'était probablement à droite de l’entrée que se situaient les appartements comtaux, mais ils ont été tellement défigurés au XVIIIsiècle qu’il est impossible d’en reconnaître les dispositions primitives : des ouvertures rectangulaires ont été percées, les murailles surélevées, une couverture mansardée s’est partout substituée aux toitures médiévales, tout ceci pour transformer les lieux en casernes. Classé monument historique, le château abrite aujourd’hui les collections du musée ; faute de documents probants, les toitures primitives n’ont pas été restituées ; il est impossible pour le visiteur actuel de se faire une idée des dispositions primitives de la chapelle et de la salle d’armes.

11Le castrum primitif de Boulogne était trop vaste pour être réservé uniquement à l’usage du comte ; en fait c’était là que résidaient les habitants, la ville basse formant un bourg neuf mentionné pour la première fois dans une charte de 1129. Il est possible que Hurepel l’ait entouré d’un mur ; en 1544 cependant, celui-ci était doté d’éléments bastionnés ; relevé dix ans plus tard, il décrivait un triangle délimité par la Liane, le ruisseau des Tintelleries et la route de Paris et par ses extrémités, il se rattachait à la barbacane de la Porte des Dunes et à la tour Françoise ; quelques portes donnaient accès à l’intérieur du bourg, la porte de l’Abreuvoir au nord-est, celle de Saint-Michel au nord-ouest, la porte Wallotte du côté du rivage, enfin, à l’est, la porte royale. Ces ouvrages, jugés sans valeur par Vauban, furent alors détruits.

Les édifices religieux

  • 3 Les vestiges de cette crypte romane se trouvent au centre de la vaste crypte aménagée par l’abbé Ha (...)

12Au Moyen Âge, la Ville Haute enfermait deux grandes abbayes augustines. Comme le montre M. Rouche, il est vraisemblable que Boulogne a connu très tôt le christianisme. Un groupe cathédral dut y être installé ; son baptistère figure encore sur la vue de Duviert et une aire de béton aurait été trouvée sur son emplacement. L’évêché ne dut cependant connaître qu’une existence éphémère : après les troubles du Vsiècle, c’est à Thérouanne que saint Omer fixa le siège épiscopal. Il semble que saint Victrice, évêque de Rouen, ait fondé au IVsiècle une église dédiée à saint Martin près de la future porte Gayole, mais extra muros ; elle fut ultérieurement transférée dans le village qui porte encore ce nom. L’église Notre-Dame implantée près de la Porte Neuve fut reconstruite au début du XIIsiècle. Un légendaire aujourd’hui perdu attribuait le mérite de ces travaux à sainte Ide, mais son contemporain et biographe n’en parle pas, peut-être parce qu’il ne s’agissait que d’une restauration et non d’une fondation. Cette construction basilicale détruite sous la Révolution comprenait une nef flanquée de bas-côtés, un transept et un chœur lui aussi doté d’annexés latérales et sans doute terminé à l’est par une chevet plat. En 1827, au cours de ses travaux, l’abbé Haffreingue en a retrouvé la crypte, mais n’étant pas archéologue, il a mutilé les extrémités de la salle, ce qui nous prive de renseignements précieux. Il est cependant probable que cette crypte, divisée en trois nefs par deux files de deux colonnes se terminait à l’est par trois niches abritant des autels. Ses chapiteaux s’inscrivent parfaitement dans la production régionale du temps3. L’élévation intérieure de l’église haute n’est pas connue de façon assurée. Les éléments de chapiteaux retrouvés permettent de reconstituer un vaisseau présentant, avec ses grandes arcades brisées reposant sur des piles dotées de colonnes engagées, un niveau de fausses tribunes et des fenêtres hautes, une charpente apparente couvrant l’ensemble, une certaine analogie avec celui de la collégiale de Lillers. La façade occidentale flanquée de tourelles montées en encorbellement ne disposait pas d’entrée parce qu’elle aurait été exposée aux coups des vents de mer, selon C. Enlart ; nous devons cependant remarquer que des entrées principales ou importantes ont été aussi aménagées aux flancs des cathédrales d’Arras, de Thérouanne et de Cambrai et à la collégiale de Saint-Omer. Grâce à la générosité du duc de Berry, entre 1389 et 1416, la porte latérale de Notre-Dame de Boulogne fut reconstruite somptueusement ; des quadrilobes sculptés en ornaient les ébrasements ; détruite au XVIIIsiècle, il n’en subsiste que quelques épaves conservées dans la crypte et au musée.

13Dès le XIIIsiècle, l’abbatiale fut l’objet de transformations importantes : une seconde crypte fut creusée au nord de celle qui existait, surtout les fenêtres hautes de la nef furent agrandies et une voûte épaulée par des arcs-boutants fut montée ; un beau fragment de la corniche du XIIsiècle qui fut remaniée et remontée au XIIIsiècle, est conservé dans la crypte ; ces précieux restes lapidaires ont failli disparaître pendant la guerre alors que les lieux servaient d’abri pour les troupes d’occupation. Le surhaussement de la nef masqua les parties basses de la tour-lanterne centrale, mais celle-ci conserva toute sa beauté originelle du côté de l’est puisque le chœur primitif ne fut pas modifié. Mais la tour connut par la suite d’autres malheurs : en 1367, sa flèche et son étage supérieur furent renversés par une tempête et en 1544 le bombardement ruina derechef son couronnement. Suivant la tradition, ce serait vers 633 que la statue de la Vierge serait arrivée dans la rade guidée par des anges, mais son culte ne connut réellement le succès qu’à partir du XIIIsiècle. L’afflux des pèlerins enrichit dès lors l’abbaye. En 1307, l’abbé Laurent de Condette posa la première pierre d’un agrandissement considérable, un déambulatoire s’ouvrant sur cinq chapelles rayonnantes polygonales entourant un nouveau sanctuaire construit en arrière du chœur primitif. Les nervures des voûtes hautes devaient reposer sur des dais abritant des statues ; le thème se popularisa vite ; on le retrouve dans une trentaine d’édifices du Boulonnais dont la chapelle de Saint-Léonard et les chœurs de Montcavrel, Preures, Samer, Auxi-le-château, Douriez et Saint-Nicolas à Boulogne. Dans l’extrémité orientale de la crypte actuelle, les bases des piles de la chapelle de la Vierge de Laurent de Condette sont encore visibles. Sans être un monument de tout premier plan, en 1798, à l’époque de sa destruction, Notre-Dame de Boulogne était une œuvre qui n’était pas dépourvue d’intérêt.

Chapiteau roman restauré de la crypte de la basilique.

Chapiteau roman restauré de la crypte de la basilique.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

Plan de l’ancienne cathédrale et de l’évêché, 1811.

Plan de l’ancienne cathédrale et de l’évêché, 1811.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

14Dès janvier 1791, elle avait été fermée au culte et le 28 septembre 1793, sur l’ordre du représentant du peuple Dumont, la vénérable statue de la Vierge fut brûlée. Le 21 juillet 1798, le bâtiment fut vendu pour être livré à la pioche des démolisseurs. Le Concordat de 1817 avait envisagé le rétablissement d’un évêché à Boulogne, mais le projet échoua. Depuis 1811, le petit séminaire était installé dans l’ancienne résidence de l’évêque. L’abbé Haffreingue, son directeur, se rendit acquéreur des locaux et des ruines de l’ancienne cathédrale. Toute sa vie, il rêva de voir Boulogne récupérer son siège d’évêché ; comme l’un des arguments mis en avant pour justifier le refus du rétablissement avait été que la ville ne disposait pas d’une église méritant le rang de cathédrale, à partir de 1827, il se lança dans l’aventure de la reconstruction du sanctuaire de la Vierge. L’argent manquant, les projets initiaux furent modestes : un massif carré creusé d’absidioles et supportant un dôme reposant sur une colonnade intérieure, le tout précédant un oratoire monté sur l’emplacement de l’ancienne chapelle absidiale. Des Boulonnais avaient rêvé de voir ressusciter l’ancienne cathédrale médiévale ; Haffreingue appartenait à une génération qui avait été nourrie de culture néo-classique et l’époque n’était pas encore celle du néo-gothique ; une réalisation de cette nature aurait de plus posé des problèmes techniques difficiles à résoudre faute d’ouvriers compétents.

15Cependant, le projet prit rapidement de l’ampleur. Les notables souhaitaient disposer d’une paroissiale plus vaste que celle qui était la leur, l’ancienne chapelle des Annonciades. En 1837, Haffreingue présenta au pape Grégoire XVI un projet complet d’église qu’avait dessiné son ami, l’architecte Edouard Betencourt. Ces dessins d’ensemble qui présentent quelques variantes ont été modifiés par la suite au cours de la réalisation, mais ils prouvent qu’à cette date on avait une idée précise de ce que l’on voulait faire. Ce projet prévoyait une nef longue de sept travées, les six dernières étant groupées deux par deux et couvertes de coupoles ; les collatéraux aussi hauts que la nef étaient simples et voûtés d’arêtes ; quatre coupoles correspondaient à chaque croisillon, à la croisée et au chœur ; celui-ci se prolongeait par une rotonde qui se dilatait en huit exèdres s’ouvrant sur le déambulatoire dont les huit colonnes servaient de supports au dôme couvrant l’espace central ; déjà celui-ci comprenait deux tambours ; la façade dominée par deux tours carrées aurait superposé deux ordres ; une foule de statues aurait animé les masses extérieures un peu sévères d’aspect, notamment au niveau des balustrades dissimulant les toitures. C’est en 1839 que fut posée la première pierre de l’église paroissiale. Désormais l’appui des autorités fut accordé à l’œuvre ; une souscription publique, une grande loterie (1846) furent organisées ; l’argent vint de partout, de France, des pays étrangers ; la presse parisienne se fit l’écho de l’entreprise, Vigny, Hugo, Michelet, Lamennais figurèrent parmi les souscripteurs. Les travaux purent donc être rapidement menés ; le 29 mai 1840, Mgr de la Tour d’Auvergne, évêque d’Arras, bénit la chapelle de la Vierge ; en 1848 la nef était terminée ; en 1856 la lanterne du dôme avec sa flèche. C’est en 1854 que se déroula la première grande procession, en 1856 que fut organisé le premier train de pèlerinage. Le 24 août 1866 eut lieu la consécration de la nouvelle basilique. Pour faciliter le règlement du problème de l’évêché qui lui tenait toujours à cœur, Mgr Haffreingue (en 1859 il avait été élevé à la dignité de protonotaire apostolique), offrit de céder à l’État l’ensemble des bâtiments. Sur le refus du gouvernement, l’église fut finalement remise à la ville pour qu’y soit transféré le siège paroissial.

16L’œuvre de Mgr Haffreingue n’est pas de celles qui séduisent au premier abord ; elle est desservie par son environnement, les balustrades masquent trop les toitures ; mais le dôme avec son double tambour et ses cent mètres de haut n’est pas dépourvu d’allure. L’intérieur est un peu froid. Bâtie sur les substructions de la cathédrale antérieure, cette église est de conception originale : elle associe un plan cruciforme à une rotonde enchâssée dans une souche carrée que prolonge la chapelle de la Vierge, ce qui était reprendre, de façon certainement inconsciente, un canevas préroman, celui de Saint-Benigne de Dijon par exemple. La nef principale de cette église-halle est curieusement voûtée de fausses coupoles elliptiques évidées laissant apercevoir le berceau qui constitue sa véritable couverture ainsi que celle des collatéraux internes surmonté de tribunes dont les fenêtres participent à l’éclairage général par les baies semi-circulaires ouvertes au-dessus de l’architrave supportant les pendentifs des fausses coupoles. Des colonnes cannelées coiffées de chapiteaux corinthiens supportent cette architrave. Les bas-côtés externes moins élevés sont couverts de coupoles à lanternon ; des piles quadrangulaires à pilastres séparent les deux paires de collatéraux. Au-delà du chœur peu profond, deux couloirs mal intégrés à la bâtisse donnent accès à la rotonde du dôme. Sous le grand arc séparant les deux parties de l’édifice a été placé l’autel majeur dû à la générosité des princes Torlonia et réalisé avec les marbres les plus riches ; les arcatures sur colonnettes de ses grandes faces enserrent des mosaïques représentant des saints. Des peintures contribuaient au décor ; c’est Soulacroix qui a réalisé celles consacrées à la vie de la Vierge des chapelles du dôme. Avant leur effondrement en 1921, les voûtes de la nef étaient ornées de scènes de l’Apocalypse. La façade occidentale précédée d’un grand escalier n’est pas dépourvue de monumentalité malgré sa sévérité : elle la doit aux péristyles précédant ses portes latérales et aux petits dômes coiffant le sommet de ses tours latérales.

Notre-Dame de Boulogne. Projet présenté en 1837 à Grégoire XVI.

Notre-Dame de Boulogne. Projet présenté en 1837 à Grégoire XVI.

Notre-Dame de Boulogne. Projet présenté en 1837 à Grégoire XVI.

Notre-Dame de Boulogne. Projet présenté en 1837 à Grégoire XVI.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

17De l’autre abbatiale construite dans la ville haute, Saint-Wulmer, il ne subsiste que peu de chose. Elle avait été rebâtie par sainte Ide et son fils Eustache III. C’était un édifice assez simple avec un chevet à pans coupés et une tour-porche de plan carré surmonté d’un étage octogonal coiffé d’une flèche en charpente. Des chapelles construites par la suite, deux au sud au XIIIsiècle, une au nord à l’époque moderne, formaient une sorte de faux transept ; celles du sud étaient les seules parties voûtées de l’édifice, les chapiteaux et les culots de leurs ogives étaient de belle qualité ; la chapelle orientale était surmontée de la salle du trésor, ce qui lui donnait l’allure d’une petite tour. Trop proche de Notre-Dame, l’établissement était condamné à végéter et les malheurs ne lui furent pas non plus épargnés : en 1544, son chœur fut endommagé au cours du bombardement de la ville ; au début du XVIIsiècle, sa tour découronnée servait de magasin à poudre. Cédée en 1629 aux Oratoriens, l’église se vit amputée au début du XVIIIsiècle de sa nef et de ce qui subsistait de son clocher ; le reste a pratiquement disparu depuis.

18Dans l’angle nord-ouest de l’enceinte, un établissement hospitalier dédié à sainte Catherine avait été fondé au XIIIsiècle ; en 1628, les religieuses Annonciades s’y installèrent ; leur église fut reconstruite au siècle suivant par Giraud-Sannier : sa première pierre en fut posée le 27 juillet 1772 et elle fut bénie le 16 avril 1779. Affecté au culte paroissial après 1807, cet édifice, ainsi que le reste des bâtiments de la communauté, abritent depuis 1975, après transformations, les services de la bibliothèque municipale.

Édifices civils de la Haute Ville

19Dès le XIIIsiècle, les bourgeois disposaient en Haute Ville d’un bâtiment, le Grand Hostel, qui leur servait d’entrepôt et d’arsenal et peut-être aussi de maison commune. C’était un vaste bâtiment d’une quarantaine de mètres de longueur comprenant trois niveaux, tous divisés en deux nefs ; le premier constituait une cave, le second s’appelait le Grand Disner, le troisième était un grenier. L’un des pignons s’éclairait de deux fenêtres qui présentaient beaucoup d’analogie avec celles de la salle du château.

Boulogne : le Beffroi.

Boulogne : le Beffroi.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

20À peu près à l’intersection des routes principales, le comte, au XIIsiècle, avait établi son habitation et Renaud de Dommartin y avait érigé un donjon. Après avoir construit son nouveau château en 1231, Philippe Hurepel céda à la commune cette tour devenue inutile. Sa partie supérieure fut alors aménagée en beffroi. Pour punir les habitants qui avaient molesté ses envoyés venus quêter pour la Croisade, Saint Louis en ordonna la destruction ; l’année suivante, en 1269, les privilèges communaux ayant été restitués, la partie supérieure de la tour démantelée fut réparée ; un retrait du parement sépare les niveaux des XIIe et XIIIsiècles. Une flèche en charpente coupée par la loge du guetteur la coiffait. À la suite de l’incendie de 1712, la municipalité fut contrainte de procéder à des réparations. L’architecte Martinet superposa alors à la tour carrée un disgracieux étage octogonal qu’aurait dû coiffer une courte pyramide d’ardoises. Le donjon seigneurial du XIIsiècle présentait tous les caractères des ouvrages de ce type réalisés alors. L’angle nord-est de cette simple tour carrée s’arrondit pour former une grosse tourelle cylindrique qui a dû jadis contenir un escalier de bois ; la commune en fit des cachots ; deux salles aveugles et dépourvues d’issue autre que le trou central perforant leur voûte servaient de celliers ; la salle d’audience située au troisième niveau n’était accessible que par une porte surélevée. Ces deux pièces supérieures voûtées en berceaux disposés perpendiculairement l’un à l’autre pour équilibrer les poussées communiquaient par un escalier droit en pierre logé dans l’épaisseur du mur occidental. La salle supérieure s’éclairait à l’ouest et au sud de deux fenêtres en arc brisé. À ce niveau, dans l’angle nord-ouest, une autre tourelle d’escalier, celle-là montée en encorbellement, prend naissance. Le niveau du beffroi arrondi à ses angles sud-est et sud-ouest par deux échauguettes s’éclaire sur chaque face par une petite fenêtre en plein cintre aujourd’hui bouchée et par deux baies en arc brisé que les travaux modernes ont rétrécies.

21À l’origine, le beffroi était naturellement isolé. En 1611, d’après la vue de Duviert, un bâtiment constituant l’angle des deux places lui était attenant ; en 1720, l’hôtel de ville s’étendait déjà au sud du beffroi et il comprenait alors une grande salle et une chapelle. De la construction renouvelée en 1734-1740 par le maïeur Mutinot, il ne subsiste que la façade et les boiseries de la salle de réunion (aujourd’hui la salle des mariages) et du cabinet du maire. Modifié et agrandi en 1856 par l’architecte Albert Debayser, l’hôtel de ville a été encore étendu en 1930 ; on a alors dégagé les faces nord et ouest du beffroi. En 1959, on a pris l’heureuse initiative de dégager le parement de la face sud engagée dans le bâtiment de la mairie et, dans l’ancien cellier, un petit musée lapidaire a été aménagé.

22L’ancienne sénéchaussée, connue surtout par une eau-forte de Vaillant, devait dater pour l’essentiel du XVIsiècle ; le bâtiment principal présentait deux ailes du côté du rempart et vers la place il était masqué par des maisons sauf là où était érigé le pavillon d’entrée, une haute construction à trois niveaux séparés par un double corps de moulures et à deux travées animées par des pilastres superposés. Sur son emplacement a été construit le palais de justice réalisé par l’architecte du département Epellet et inauguré en 1852. L’œuvre s’inscrit nettement dans la tradition néo-classique : sa façade se divise en cinq travées sur deux niveaux ; celles des extrémités sont délimitées par des pilastres cannelés ou lisses, les trois du centre par des colonnes doriques au rez-de-chaussée et ioniques à l’étage, les baies y sont cintrées et un fronton les couronne ; le sculpteur arrageois Bougron y a représenté la Loi appuyée sur la Force et la Justice pour protéger la société et la civilisation ; les parties intermédiaires sont occupées par des niches à frontons cintrés ou triangulaires, celles de l’étage abritant les statues de Charlemagne et de Napoléon. À l’intérieur, le grand escalier et la chambre d’audience du tribunal civil ont été traités dans le même esprit.

23Le long des rues étroites de la Haute Ville, outre deux fontaines érigées au XVIIIsiècle et une ancienne hôtellerie de pèlerins remontant au XVIsiècle, se pressent de bourgeoises demeures du XVIIIsiècle au style sévère ; construites dans la rude pierre grise du pays, elles sont régulièrement percées de baies cintrées ou rectangulaires aux encadrements lisses, seuls quelques larmiers aux portes cochères, quelques ancrages et les lucarnes des toitures, ici appelées belle-voisines, leur donnent un peu d’animation. La seule demeure qui atteigne le style monumental est celle que s’est fait construire en 1777 le vicomte verrier d’Hardinghen, Desandrouin, par l’architecte Giraud-Sannier. Montée sur un soubassement, sa façade principale est divisée en cinq travées dont les trois du centre sont individualisées par des pilastres cannelés doriques traités en ordre colossal et couronnées par un fronton triangulaire ; une balustrade dissimule partiellement les toitures ; la porte cochère se trouve sur la face latérale du bâtiment ; à sa gauche, un bel escalier de pierre avec rampe en fer forgé dessert les étages dont les pièces s’ornent toujours de cheminées en marbre sculpté et de boiseries moulurées de style Louis XVI. Au moment du Camp de Boulogne, l’hôtel a été affecté au grand état-major de l’armée des côtes de l’Océan et Napoléon y a résidé à trois reprises. Restauré, il abrite depuis 1998 la Maison de la Recherche de l’Université du Littoral. Quelques hôtels moins importants ont été construits en Haute Ville à la fin de l’Ancien Régime, comme celui de Fiennes, voisin du château ; bâti entre cour et jardin, flanqué de deux ailes, il se ferme sur la rue par une porte cochère à pilastres.

Hôtel Désandrouin, salon de compagnie.

Hôtel Désandrouin, salon de compagnie.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

Hôtel Désandrouin, salle à manger.

Hôtel Désandrouin, salle à manger.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

La Basse Ville

24Ce n’est guère qu’à partir du XIIsiècle que la basse ville a commencé à se peupler. Deux chapelles y furent fondées par l’abbaye Notre-Dame ; elles furent dédiées aux saints patrons du monde de la mer, saint Pierre et saint Nicolas. La première était située vers l’impasse des Pipots et son existence est attestée jusqu’au milieu du XVIIsiècle. La seconde fut érigée après 1129, date d’une charte de l’évêque de Thérouanne qui ne cite que Saint-Pierre, mais avant 1208 puisqu’elle est alors mentionnée dans une bulle d’Innocent III ; sa fondation doit correspondre à un déplacement vers l’aval du quartier des marins, appelé alors le Nieubourc, sans doute par opposition au site plus ancien. Mieux localisée que sa concurrente, elle put se développer, mais elle n’en demeura pas moins jusqu’au XVIsiècle dans la dépendance de Notre-Dame. En 1289, elle était qualifiée de moustier ; entre 1220-1250, on lui avait effectivement d’abord adjoint un transept, puis on avait renouvelé son sanctuaire que l’on avait flanqué de deux chapelles à chevet plat. Cet ensemble traité dans un bon style fut fortement modifié après le siège de 1492 ; à cette campagne de travaux appartient le chevet polygonal avec sa voûte retombant sur des niches abritant des statues ; les deux chapelles eurent alors leur mur latéral défoncé pour faire place à des pans coupés, ce qui eut pour résultat que leur axe est devenu perpendiculaire à celui de l’église. Peu après, deux autres petits oratoires furent ménagés dans l’angle rentrant formé par leur pan occidental et le mur adjacent du transept. Les voûtes de toute cette partie de l’édifice appartiennent à des âges divers : de la seconde moitié du XVIsiècle pour celles en étoiles des grandes chapelles, de 1646 pour celle de la croisée, des années 1700 pour celles, très maladroites d’ailleurs, des croisillons. Il y a une trentaine d’années, pour supprimer les enduits des murs, on a eu recours aux procédés les plus drastiques ; les dais et leurs statues sont sortis de cette opération de vandalisme comme atteints par la petite vérole. À l’aube du XVIIsiècle, la flèche centrale fut abattue parce que, de son sommet, on pouvait surveiller la ville haute ; en 1712, l’étage octogonal du clocher disparut à son tour pour faire place à une simple flèche en ardoise. Plus tard, dans le cours du XVIIIsiècle, on dut renouveler totalement la nef qui menaçait ruine et dont le sol se trouvait en contrebas du niveau de la rue. Ce vaisseau et sa façade, à peine achevés en 1789, sont dus à Giraud Sannier et ils sont d’une rare indigence. On peut en dire autant de l’église qu’il a élevée pour le grand séminaire que les Lazaristes avaient fondé en 1682 ; ses bâtiments achevés au cours du XVIIIsiècle ont abrité les collections du musée de 1825 à 1988, date de leur transfert au château comtal, mais ils ont été fort endommagés au cours de la dernière guerre. Giraud Sannier a été heureusement mieux inspiré pour les nombreux châteaux qu’il a élevés dans la campagne pour la noblesse locale (Colembert, Recq, Pont-de-Briques, Macquinghen, et aussi Arry dans la Somme).

25Quant aux Ordres Mendiants, représentés d’ailleurs par les Franciscains, ils ne s’installèrent que tardivement à Boulogne ; leur couvent fondé en 1443 occupait l’angle des rues Thiers et Faidherbe, jusqu’à la dernière guerre, il en subsista des vestiges à l’intérieur du pâté de maisons ; il comprenait un grand jardin, divers bâtiments entourant le cloître et une chapelle dédiée à saint Laurent ; au XVIIsiècle, d’après l’image de Duviert, la façade de cette dernière, l’une des rares réalisations franciscaines connues du nord de la France, s’éclairait d’une grande fenêtre au-dessus du portail et sa toiture était dominée par une haute flèche centrale ; des documents postérieurs montrent un pignon percé d’une rose flamboyante et un lanternon conforme au goût du temps. On est encore moins renseigné sur l’église des Capucins installés en 1619 ou sur celle des Minimes dont le couvent fondé en 1642 occupait le bas de la rue Félix Adam.

26À l’extérieur de la ville, vers la route de Paris, depuis au moins 1208, était établie la Maladrerie de la Madeleine ; après la Seconde Guerre mondiale, les restes de cet établissement ont disparu ; leur mérite était qu’ils constituaient le seul exemple complet en France d’une léproserie. Une douzaine de maisonnettes se groupaient autour d’une cour décrivant un polygone irrégulier ; au milieu de l’un des longs côtés, se situait la maison du chapelain, en face se dressait la chapelle, une simple construction rectangulaire non voûtée qui datait pour l’essentiel du XIsiècle, mais qui avait été retouchée comme le reste des bâtiments aux XVIe-XVIIe siècles. Dès le XIIIsiècle, au moins, un hôpital ou hôtellerie placé sous le vocable de sainte Catherine avait été fondé en ville haute ; dès le début du XVIsiècle, un autre hôpital fut établi en ville basse. En 1692, l’hôpital général réunit les revenus de ces établissements ; grâce aux subsides du gouverneur, le duc d’Aumont, dès 1696, près du ruisseau des Tintelleries, de nouveaux bâtiments furent entrepris ; la chapelle fut implantée au fond de la cour principale. En 1853, les libéralités de Julien Oudart de Clocheville permirent d’ajouter à l’ensemble une aile nouvelle. Sur les instances de l’inspecteur général des établissements de bienfaisance, la municipalité envisageait alors la reconstruction du vieil hôpital sur un autre emplacement. Le legs, en 1864, par un horticulteur, Louis Duflos, d’un vaste terrain près de la rue qui porte aujourd’hui son nom pour qu’y soit élevé un hospice de vieillards décida de son maintien en place. La guerre de 1870, les problèmes financiers auraient risqué de retarder indéfiniment la prise d’une décision si un procès intenté par les héritiers de Duflos n’avait pas contraint la municipalité à passer aux actes. En 1874, les plans du nouvel hospice furent établis par l’architecte Dethière, mais revus et corrigés par Eugène Rouyer le 20 juin 1875, la première pierre en fut solennellement posée. Les bâtiments inaugurés en 1882 s’ordonnaient autour d’une cour oblongue, une aile étant réservée aux hommes, une autre aux femmes, la chapelle faisant saillie sur l’extérieur d’un petit côté. La dernière guerre a ruiné une partie de ces bâtiments, notamment cette chapelle néo-gothique ; le reste avait été construit dans la tradition néo-classique et l’entrée principale, heureusement conservée, avec ses frontons brisés cintrés, son décor d’inspiration baroque ne manque pas d’allure. Libéré des vieillards, l’hôpital retrouvait suffisamment de place pour ses malades ; on se contenta donc de le restaurer ; en 1894, la municipalité décida la reconstruction de sa façade donnant sur la rue Saint-Louis. Depuis le transfert récent des services hospitaliers en direction de Saint-Martin, les vieux bâtiments ont été détruits ; sur leur emplacement, s’élèvent aujourd’hui les bâtiments de l’Université du Littoral Côte d’Opale.

27Le développement des activités commerciales permit à la basse ville de se développer dès le début du XVIIIsiècle. Mutinot fit adoucir l’abrupt qui, au voisinage de la Porte des Dunes, la reliait à la Haute Ville. Cédant la place aux armateurs et aux négociants, les marins et les pêcheurs commencèrent à coloniser le nouveau quartier de la Beurrière sur la falaise dominant le port. De l’autre côté de la Liane, Capécure était encore à la veille de la Révolution le domaine des ajoncs. Il s’y éleva cependant, dès avant 1763, probablement sur les plans de l’architecte Tricot, un important et beau château avec avant-corps saillant et ailes en retrait, le tout sur deux niveaux avec toitures à la Mansart ; au XIXsiècle, Napoléon III y reçut quelques souverains étrangers. La dernière guerre a complètement anéanti cette demeure. Annexé à la ville en 1835, ce quartier de Capécure s’y trouvait relié depuis le début du siècle par deux ponts, celui de Service en 1801 (remplacé en 1853 par le pont Marguet) et le pont de l’Écluse en 1803 (à peu près à l’emplacement de l’actuel Pont de l’Entente Cordiale). En basse ville, dans les quartiers nouveaux des Tintelleries, de Bréquerecque, depuis la mi-XIXe siècle, un important patrimoine immobilier s’est mis en place ; la dernière guerre en a épargné des témoins intéressants. Par leur sens du décor, ces maisons se différencient nettement de celles au style sévère réalisées au siècle précédent aux abords de la cathédrale ; leurs toitures s’agrémentent de lucarnes sommées de riches frontons, de beaux balcons en fer forgé ou en fonte bordent les fenêtres de l’étage ; celles d’une demeure du Boulevard Eurvin de la fin du siècle ont leurs clefs ornées de six têtes différentes de chiens, une autre de la rue Cazin exhibe une belle tête de Boulonnaise ; ailleurs ce sont des têtes de Bacchus que l’on remarque (rue Porte Gayole) ; en fait, toutes les tendances de l’architecture contemporaine, du néo-gothique (maison des Augustines de la rue Leuillieux) ou de l’éclectisme (rue Basse des Tintelleries) jusqu’au Modern Style (rue Cazin) ou au style Expo 1925 (rue E. Lemaître) sont représentées dans l’habitat boulonnais ; le pittoresque n’en est pas absent : quelques alignements de maisons basses de pêcheurs subsistent, mais la cour Thueux dont les 108 marches reliaient la rue de Boston à la rue des Signaux a disparu dans les bombardements.

99 Grande Rue, architecture 19e siècle.

99 Grande Rue, architecture 19e siècle.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

Architecture 19e siècle, Casa San Martin.

Architecture 19e siècle, Casa San Martin.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

Architecture 19e siècle.

Architecture 19e siècle.

Lithographie de Léon Auguste Asselineau, 1856.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

Hôtel Dervaux, 1923.

Hôtel Dervaux, 1923.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

28Dès 1785, Cléry de Bécourt avait fondé le plus ancien établissement de bains de mer chauds qu’il y eut en France. Le succès n’avait guère récompensé l’entreprise. Sous la Restauration, la duchesse de Berry contribua à la vogue des bains de mer. En 1824, Antoine Versial ouvrit un nouvel établissement ; les plans en étaient de Marguet : de part et d’autre de la grande salle centrale réservée aux bals, deux ailes s’offraient respectivement aux loisirs des hommes et des femmes ; une grande tente occupait la terrasse ; l’ordre dorique romain ne corrigeait guère l’impression que donnait ce grand pavillon de plaisance, celle d’une construction élégante mais provisoire ; dès 1843, des appartements remplacèrent la tente de la terrasse. En 1863 fut inauguré un nouvel établissement dû à l’architecte Albert Debayser (Lille 1804-Boulogne 1886), avec des jardins dessinés par Duvinage ; sa grande salle s’élevait sur la hauteur des trois étages ; une terrasse au premier niveau permettait de jouir à la fois du spectacle de la mer et de celui qui se déroulait dans le grand salon. Par la suite, d’importantes annexes furent ajoutées à la construction initiale ; dès 1884, on détruisit l’aquarium réalisé par Bétencourt pour le remplacer par un restaurant, puis, du côté de l’aile opposée, on édifia en 1894 une vaste salle de spectacle ; en 1903, on procéda à de nouveaux agrandissements : une grande salle de baccarat en rotonde fut élevée, de même qu’un important établissement hydrothérapique. Le grand théâtre réalisé alors par Duvinage à la droite du bâtiment, le seul élément du casino qui ait été épargné par l’incendie de 1937, n’a pas résisté aux bombardements de la dernière guerre ; la reconstruction de l’établissement prévue dès février 1939 sur les plans de l’architecte Bonhomme a naturellement été ajournée en raison des événements ; celui qui a été édifié après le retour de la paix suivant les conceptions architecturales contemporaines est fort modeste par rapport à ses devanciers.

29En 1772, Philippe Baret avait ouvert le premier théâtre boulonnais rue de l’Ancienne Comédie ; en 1827, il fut reconstruit par Labarre, l’architecte de la Bourse de Paris, sur l’emplacement des jardins des Cordeliers ; incendié en 1854, il fut alors reconstruit par Debayser ; c’est toujours le bâtiment que nous connaissons, mais sa façade a été renouvelée après 1945.

Saint-François-de-Sales.

Saint-François-de-Sales.

Lithographie de Léon Auguste Asselineau, 1856.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

30L’augmentation de la population et le développement de nouveaux quartiers entraînèrent aussi au cours du XIXsiècle la création de paroisses nouvelles ; les églises Saint-Pierre (1844) et de Saint-Vincent-de-Paul (1858), détruites au cours de la dernière guerre, étaient l’œuvre de Debayser. À l’instigation de l’abbé Leuillieux, plus tard promu évêque de Carcassonne et de Chambéry, en 1857, fut entreprise l’église Saint-François-de-Sales ; le financement en fut assuré par la famille anglaise des Clifford résidant à Clifton (Gloucester) et la réalisation confiée à un architecte de cette même ville, Charles Hansom ; ce pastiche se signale au moins par une particularité, des confessionnaux de type anglais aménagés dans l’épaisseur des murs sous une série d’arcades entrecroisées qui rappellent le style anglo-normand médiéval. C’est également Hansom qui a réalisé l’église des Rédemptoristes et surtout l’élégante chapelle néo-gothique du Saint-Sang ; celle-ci remplaça en 1859 une chapelle antérieure bâtie sur l’emplacement du lieu où avait été reçue en 1100 la précieuse relique envoyée par Godefroi de Bouillon à sa mère ; le tympan du portail rappelle l’événement. Enfin, pour desservir le quartier des Tintelleries, l’abbé Cazin, en 1865, proposa de créer un nouveau lieu de culte ; entreprise par l’abbé Wallet en 1867, l’église Saint-Michel fut achevée par l’abbé Hérogué à partir de 1883 et dotée d’un riche mobilier ; mais celui-ci fut détruit et le bâtiment endommagé dans l’incendie du Jeudi-Saint de 1892 ; restaurée dans les mois qui suivirent par l’architecte Clovis Normand, l’église put être consacrée le 10 décembre 1892. Dans son vaisseau à deux niveaux d’élévation, on retrouve le thème régional des statues sous retombées. La flèche du clocher n’a été érigée qu’après la Seconde Guerre mondiale.

31Le souvenir napoléonien est naturellement vivant à Boulogne. C’est sur le territoire de la commune voisine de Wimille qu’a été érigée, à l’instigation de Soult, la Colonne de la Grande Armée. Le projet en avait été conçu un mois après la distribution des premières croix de la Légion d’Honneur ; Labarre fut chargé d’en dessiner les plans ; dès novembre 1804, la première pierre en fut posée, mais la réalisation fut lente, les contributions des soldats étant difficiles à recouvrer et l’Empereur se désintéressant d’un mémorial qui ne lui rappelait qu’un échec. Sous la Restauration, la statue due à Houdon et les bas-reliefs furent cassés ; une boule flanquée de fleurs de lys couronna la colonne achevée. Malgré les réticences du gouvernement, sous la Monarchie de Juillet, elle revint à sa destination première ; la statue de Bosio mutilée au cours de la dernière guerre a été remplacée en 1962 par une œuvre de Pierre Stenne.

32Au cours des années 1939-1945, bien que gravement atteinte par les bombardements, Boulogne n’a pas eu à déplorer de pertes graves dans ce qui subsistait de son patrimoine monumental. Malgré sa fragilité, la cathédrale a bien résisté aux épreuves et, depuis le retour de la paix, elle a fait l’objet de restaurations importantes, un nouvel orgue y a été installé et sa crypte abrite depuis 1980 quelques-uns des trésors d’art religieux les plus menacés de vol de la campagne environnante. On a vu que les riches collections de la bibliothèque municipale, d’importants manuscrits enluminés du Moyen Âge et des incunables en particulier, sont désormais conservées aux Annonciades, tandis que le château restauré accueille depuis 1988 les collections du musée. Mais l’ampleur des destructions liées à la guerre impliquait un plan général de reconstruction ; c’est l’architecte urbaniste Vivien qui l’a conçu ; il prévoyait la concentration des industries liées à la pêche dans le quartier restructuré de Capécure, le cours de la Liane serait régularisé, ce qui permettrait une récupération importante de terrains, le centre commercial aurait ses rues élargies et bordées d’un habitat collectif, la place perdue en surface se trouvant compensée par l’accroissement de la hauteur des immeubles. Si ce plan a suscité bien des critiques – on craignait que les rues trop larges ne nuisent au commerce, la construction en hauteur, même modérée, heurtait les habitudes – il a cependant été adopté par le conseil municipal en septembre 1949 et le recul du temps permet aujourd’hui de mesurer sa lucidité.

33Les objectifs essentiels ont été réalisés ; ainsi la nouvelle gare ferroviaire a été mise en service en 1962, mais des immeubles demeurent frappés d’alignement et quelques-unes de ses propositions, comme le transfert de l’hôtel de ville au voisinage du port, sont certainement abandonnées. Telle qu’elle se présente aujourd’hui, Boulogne est très différente de ce qu’elle était sous la Troisième République : l’habitat a été exclu de Capécure ; Saint-Pierre n’est plus exclusivement un quartier de marins et son église, comme celles des paroisses nouvelles de Saint-Patrick et de Sainte-Bernadette, a été reconstruite en un style résolument moderne. Centre vivant et en expansion, comme beaucoup de villes, Boulogne prend conscience de l’importance du cadre de vie et elle essaie de mieux mettre en valeur, de mieux faire connaître ses richesses monumentales et artistiques, prouvant par là-même que vitalité et respect du passé ne sont pas incompatibles.

Détail maison grande rue, architecture 19e siècle.

Détail maison grande rue, architecture 19e siècle.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

Addendum par Frédéric Debussche. Le patrimoine de la reconstruction

34On considère aujourd’hui l’architecture d’après la Seconde Guerre mondiale sous un angle nouveau qui intègre davantage sa valeur patrimoniale. Ce changement d’appréciation a été porté par plusieurs études menées ces dernières années afin de mieux comprendre et appréhender ce qui constitue une part majeure du paysage urbain de la ville de Boulogne.

35Après les premières vagues de bombardements, un architecte et urbaniste du nom de Roger Berrier (1897-1966), d’origine boulonnaise, est chargé dès 1941 de concevoir un plan de reconstruction. Les destructions massives liées à la libération de la ville l’amènent en octobre 1944 à formuler des propositions qui dessinent d’ores et déjà les grandes lignes de la reconstruction boulonnaise. Cependant, en désaccord semble-t-il avec le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, Berrier quitte ses fonctions et c’est dans ce contexte qu’est nommé Pierre Vivien (1909-1999), jeune architecte amiénois qui lui succède au printemps 1945.

36Plus qu’une reconstruction, l’entreprise porte sur un profond remodelage de l’agglomération très inspiré par la charte d’Athènes : reconversion de l’ancien quartier habité de Capécure en secteur exclusivement portuaire et industriel, transfert de la gare sur la rive droite, déviation du cours de la rivière Liane, mise en place d’une infrastructure autoroutière, création de nouveaux quartiers périphériques. Cette reconstruction est notamment régie par l’importance accordée à la problématique du logement : claire dissociation des quartiers industriels et résidentiels, diminution de la densité urbaine, mise en œuvre d’équipements et de logements répondant aux normes de la modernité.

37Plusieurs éléments se distinguent par leur intérêt historique et architectural. Conçu par Pierre Sonrel et présenté par le biais d’un appartement témoin à l’exposition internationale de 1947 à Paris, le parc des 4 moulins (route de Calais) relève des premières expériences soutenues par le ministère. Il se caractérise par la mise en œuvre de nouvelles techniques de construction par le biais de la préfabrication et d’une nouvelle réflexion sur l’organisation des logements. Suivront plusieurs ensembles relevant de conceptions semblables : le parc Saint-Pierre (rue du Camp de droite) achevé en 1950 ; le groupe Montplaisir à la périphérie de Capécure, achevé en 1951 et le parc de la Liane, mis en chantier en 1953, tous deux conçus par Vivien.

Vue générale des buildings du quai Gambetta.

Vue générale des buildings du quai Gambetta.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

38Également signés Pierre Vivien, les « buildings » offrent le visage le plus spectaculaire et emblématique de la reconstruction boulonnaise. Érigés au rang de véritables monuments dans la perspective du chenal, ils témoignent de l’importance accordée à cette question du logement. Ces tours trouvent sans doute leur origine dans une demande du MRU faite à Berrier dès 1944 pour reconstruire l’ensemble de la basse ville avec des « immeubles en hauteur ». Finalement abandonnée, cette idée a en partie survécu dans ces 4 tours jumelles de quarante mètres de hauteur et de largeur chacune érigées à l’interface de la ville et du port entre 1950 et 1955. Constituée d’une ossature en béton armé de 48 poteaux, elles superposent au-dessus d’un rez-de-chaussée commercial, 9 étages de 5 appartements. Bénéficiant d’une double orientation, les grands appartements proposent notamment un plan extrêmement rationnel séparant les espaces de nuit et les espaces de jour, faisant ainsi écho à la nouvelle organisation urbaine. À l’extérieur, les façades s’animent d’une double rangée de loggias et d’une polychromie propre à chaque tour.

Appartement témoin des buildings.

Appartement témoin des buildings.

Extrait de la Maison française 1955.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

39Le boulevard Gambetta est le secteur où s’élèvent les principales administrations selon un principe de regroupement également inspiré de la charte d’Athènes. La Banque de France, due à Paul Tournon en 1958 ; la Poste sur les plans de Leys, architecte de l’administration en 1954 ; et, réalisés par Vivien, le bâtiment des Inscriptions maritimes et des Ponts-et-Chaussées ainsi que l’hôtel consulaire inauguré en 1956. Deux autres administrations échappent néanmoins à cette localisation : la sous-préfecture reconstruite par l’architecte Pierre Requier en 1956 sur l’emplacement du précédent bâtiment et la Sécurité Sociale, œuvre de l’architecte boulonnais Alexandre Colladant en 1958.

40Deux édifices complètent encore le cadre urbain « années 50 » du secteur portuaire. D’une part, sur la rive gauche, la très fonctionnelle gare maritime due à André Lacoste et Georges Popesco, aujourd’hui désaffectée. Mise en fonction en 1952, elle associe un terminal maritime et une gare ferroviaire. D’autre part, sur la plage, s’élève sur l’emplacement de son prédécesseur, le nouveau casino réalisé par Pierre Sonrel, architecte spécialiste des salles de spectacles, en association avec le boulonnais Marcel Bonhomme. Particulièrement remarquable par ses fonctionnalités et sa qualité architecturale, il a malheureusement été détruit dans les années 1980, témoignant du rejet et de l’incompréhension à cette époque de cette architecture moderne.

Église Saint-Vincent-de-Paul, façade.

Église Saint-Vincent-de-Paul, façade.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

41La reconstruction est aussi celle des églises. Très endommagée, l’église Saint-Vincent-de-Paul autrefois au cœur du quartier de Capécure, est reconstruite en 1959 sur les hauteurs de Montplaisir sur les plans de Yves Laloy associé à Henri Lhotellier qui signe les vitraux. L’édifice se compose d’une grande nef, aujourd’hui désaffectée, associée à une chapelle de jour et un campanile. Réduite à la simplicité d’une grande figure triangulaire, la façade s’ajoure d’un grand claustra et d’une porte monumentale. L’intérieur est constitué d’une série d’arcs brisés en béton dégageant une large nef centrale accostée de bas-côtés et tribunes. L’église Saint-Pierre dans le quartier des marins est une reconstruction plus modeste. Ses dommages de guerre furent il est vrai en partie utilisés pour l’établissement d’une seconde église paroissiale, en l’occurrence Saint-Patrick, au cœur du quartier du Chemin Vert. Le quartier Damrémont reconstruit le long de la Liane est lui aussi doté d’un établissement religieux : le couvent des franciscains, chargés de mission auprès des marins pêcheurs (aujourd’hui consacré à d’autres fonctions). Érigé en 1963, il se compose d’un bâtiment conventuel et d’une chapelle dont la particularité réside dans sa légère voûte en béton reposant sur trois points d’appuis. Cet ensemble est l’œuvre de l’architecte boulonnais, Pierre-André Dufétel, grand prix de Rome, et de l’ingénieur René Sarger.

42Ce même binôme est l’auteur de deux autres constructions remarquables : la station-service Caltex, boulevard Daunou, constituée d’une coque de béton en hyperboloïde elliptique, mais construction malheureusement détruite au cours des années 1980 ; le lycée technique Édouard Branly achevé en 1964 auquel ils associent le sculpteur André Bloc. Par sa salle de gymnastique et sa structure constituée de poteaux triangulaires, ses ateliers éclairés de sheds en voile de béton, le mur rideau et les décors en relief du bâtiment d’externat, celui-ci est l’élément le plus intéressant de l’abondant patrimoine scolaire issu de l’après-guerre.

43Aujourd’hui le patrimoine de la Reconstruction fait l’objet d’une plus grande attention. Une importante partie de la ville reconstruite est intégrée au sein de la Zone de Protection du Patrimoine Urbain et Paysager (ZPPAUP) effective depuis 2005. Témoignage aussi de la reconnaissance de cette architecture, plusieurs édifices sont labellisés au titre du patrimoine du 20siècle : la chapelle des franciscains, l’église Saint-Vincent-de-Paul, les buildings et d’autres sont en lice : la Banque de France, la Sécurité Sociale et la gare maritime.

Notes

1 Au cours des années 1990, la partie orientale des sous-sols du château comtal a fait l’objet de fouilles archéologiques menées par le service municipal ayant effectivement révélé l’assise partielle de la forteresse médiévale sur la courtine du Bas-Empire. Cette enceinte est constituée de gros blocs de réemploi en assises de fondation que surmonte un appareillage de petits moellons assez régulier et lié par un mortier de tuileau. Une brèche pratiquée à une époque indéterminée permet d’observer le cœur de la muraille formé d’un blocage de maçonnerie. Sur la partie supérieure écrêtée de la courtine repose la voûte en berceau du 13siècle. Cette partie des sous-sols est ouverte au public depuis l’an 2000. (F. D.)

2 Une étude récente tend à remettre en question l’existence de cette salle d’armes voûtée et qui s’étend sur deux des côtés du château. Il semble en effet que ces voûtes, comme celles de la chapelle voisine, n’aient été aménagées qu’au 16siècle par les Anglais, maîtres du château et de la ville fortifiée de 1544 à 1550, pour établir une plateforme d’artillerie dans le prolongement du « blindage ». Le contrebutement de ces voûtes par des arcs venus obstruer d’anciennes ouvertures dans la portion du chemin de ronde derrière la chapelle ou le différent système d’appareillage des voûtements comparés à ceux attestés d’origine, comptent parmi les arguments en cette faveur. Par ailleurs la découverte d’un compte sur la restauration du château au 15siècle conforte l’idée de l’inexistence d’une telle salle d’armes au profit d’une succession de pièces plus petites à cet endroit. (F. D.)

3 Les vestiges de cette crypte romane se trouvent au centre de la vaste crypte aménagée par l’abbé Haffreingue lors de la reconstruction de Notre-Dame au 19siècle. Celle-ci a fait l’objet de 2010 à 2014 d’un chantier de restauration et d’une nouvelle muséographie permettant la mise en valeur des peintures murales et des deux collections qu’elle abrite : une collection lapidaire rassemblant des éléments de l’église médiévale disparue à la Révolution et une collection d’art sacré (orfèvrerie, sculptures). (F. D.)

Table des illustrations

Titre Vue des fortifications.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Titre Vue générale du château
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Chapiteau roman restauré de la crypte de la basilique.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Plan de l’ancienne cathédrale et de l’évêché, 1811.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Notre-Dame de Boulogne. Projet présenté en 1837 à Grégoire XVI.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Notre-Dame de Boulogne. Projet présenté en 1837 à Grégoire XVI.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Boulogne : le Beffroi.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Hôtel Désandrouin, salon de compagnie.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Hôtel Désandrouin, salle à manger.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre 99 Grande Rue, architecture 19e siècle.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Architecture 19e siècle, Casa San Martin.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Architecture 19e siècle.
Légende Lithographie de Léon Auguste Asselineau, 1856.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Hôtel Dervaux, 1923.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Saint-François-de-Sales.
Légende Lithographie de Léon Auguste Asselineau, 1856.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Détail maison grande rue, architecture 19e siècle.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Vue générale des buildings du quai Gambetta.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Appartement témoin des buildings.
Légende Extrait de la Maison française 1955.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Église Saint-Vincent-de-Paul, façade.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7595/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540