Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre XII. Loisirs et vie de l’esprit dans une cité balnéaire au XIXsiècle

Yves-Marie Hilaire

Texte intégral

L’essor culturel et artistique à l’apogée de la vie mondaine (1850-1880)

1Boulogne fut au XIXsiècle l’une des premières stations touristiques et balnéaires françaises : la proximité de l’Angleterre, les agréments du paysage, la vogue nouvelle des bains de mer, le dynamisme commercial des Boulonnais ont représenté des atouts décisifs pour attirer pendant la belle saison et retenir parfois plus longuement des milliers d’hôtes étrangers ou nationaux. Avant que l’expansion du chemin de fer ne permette de lancer d’autres stations à la fin du Second Empire, Boulogne a joui d’une sorte de monopole du tourisme sur la future côte d’Opale pendant une cinquantaine d’années. La chance de Boulogne fut de posséder une haute société aristocratique et bourgeoise et une classe moyenne active, capables d’accueillir de nombreux visiteurs et de leur offrir un cadre de vie agréable.

2Le journal La Boulonnaise définissait ainsi la Société en 1839 : « elle consiste en deux classes : les gens dont le dîner est plus grand que l’appétit, et ceux dont l’appétit est plus grand que le dîner ». Si les premiers retiennent surtout notre attention dans ces pages, n’oublions pas que les retombées de l’essor touristique faisaient vivre beaucoup de monde.

3Qui faisait partie de cette « société » boulonnaise au XIXsiècle ? Sur place l’aristocratie et la haute bourgeoisie participaient à la vie mondaine. Les demeures de la Haute Ville abritaient encore beaucoup de familles nobles ou à prétention nobilaire : lors de la souscription de 1877 pour la fondation des Facultés catholiques de Lille, sur 81 donateurs de la paroisse Notre-Dame, 27 portaient des noms à particule. Pendant longtemps ces familles côtoyèrent celles des opulents banquiers, armateurs, négociants à l’établissement de bains, aux courses, dans les œuvres paroissiales, sans s’allier à elles.

4À la fin du siècle plusieurs demoiselles de la famille Adam se laissèrent séduire par les titres de noblesse, mais elles épousèrent des jeunes nobles étrangers au Boulonnais par leurs origines. En effet, beaucoup de Français de diverses régions fréquentaient les bains de Boulogne pendant la belle saison : le Boulonnais attirait les peintres – Manet y séjourna plusieurs fois entre 1864 et 1872 – les poètes, de Victor Hugo à Mallarmé, les auteurs de théâtre, tel Alexandre Dumas fils, les sportifs, les amoureux de la mer et de la nature.

5Les étrangers de toute nationalité y affluèrent, puisqu’en 1850 dix-sept états y accréditaient des consuls. Maintes têtes couronnées passèrent à Boulogne. Un hôte fort illustre vint terminer ses jours à Boulogne : José de San Martin (1778-1850), libérateur de l’Argentine, du Chili et du Pérou. Le Libertador, qui avait transformé des gauchos en soldats, franchi les Andes, gagné une dizaine de batailles, et qui s’était montré aussi habile tacticien dans la guerre de partisans que dans les batailles rangées, refusa le pouvoir et vint vivre en France, pays de la liberté. En 1848, il se fixa à Boulogne où il passa les deux dernières années de son existence.

6Une nationalité était omniprésente si l’on en croit l’observation d’un visiteur séduit en 1844 par cette « charmante petite ville pavée d’Anglais et de souvenirs de Napoléon ». La proximité de l’Angleterre et l’agrément du site en faisaient une ville « semi-anglaise » selon le sous-préfet en 1859. En été, saison où les visiteurs de passage et les baigneurs venaient s’ajouter aux résidents, des milliers de sujets britanniques séjournaient à Boulogne. Beaucoup d’Anglais s’y étaient établis durablement : le nombre des résidents originaires d’Outre-Manche, qui oscillait entre 1 000 et 1 500 à la fin de la Restauration, monta à 3 000 au milieu de la Monarchie de Juillet, et resta à peu près à ce niveau jusqu’à la fin du Second Empire. L’achèvement du réseau ferré français et la guerre de 1870 inaugurèrent un déclin qui fit tomber le nombre des résidents au-dessous du millier à la fin du siècle.

7Les Anglais formèrent bientôt une véritable nation dans la ville avec leurs cinq églises, leurs pensionnats, leurs journaux, leurs librairies, leurs magasins, leurs représentations théâtrales, leurs sept médecins… Pourtant la colonie anglaise restait assez hétérogène : membres de l’aristocratie ou de la haute bourgeoisie attirés par les bains, l’air sain et vivifiant, ou par le désir de procurer une éducation française à leurs enfants ; familles pauvres de la gentry ou vieux militaires se fixant à Boulogne pour des raisons d’économie ; catholiques séduits par les grandes fêtes de Notre-Dame de Boulogne ; couples irréguliers, filles-mères, marginaux de toutes sortes ; réfugiés politiques irlandais – successivement libéraux, fenians, home-rulers – ; débiteurs insolvables qui finissaient par se faire enfermer dans la prison de la Haute Ville surnommée « l’Hôtel d’Angleterre ». D’illustres écrivains ont contribué à répandre au loin la renommée de Boulogne : le poète Thomas Campbell vint y mourir en 1844, Thackeray en admira les remparts, Dickens y séjourna trois années en 1853, 1854 et 1856, et sut évoquer les vêtements aux couleurs vives des matelotes et les amours du « jeune pêcheur enlaçant sa pêcheuse par la taille ou par le cou ».

8Cette rencontre avec la culture anglaise à Boulogne représentait un aspect d’un mouvement de portée beaucoup plus vaste. Comme le progrès venait alors souvent d’Angleterre qui avait effectué sa révolution industrielle avant les autres pays, il pénétrait en France par Boulogne dans les domaines les plus divers, qu’il s’agisse des techniques textiles, de l’industrie des plumes métalliques, de la vaccination de Jenner, de l’éclairage au gaz, des améliorations nautiques, des techniques de l’hôtellerie, de la doctrine artistique néogothique de Pugin, de nombreux sports : courses de chevaux, régates, golf, football, tennis…

9L’hébergement de ces milliers de visiteurs posait des problèmes et les guides touristiques eurent bientôt une rubrique : où loger à Boulogne ? Hôtels, pensions de famille, villas, appartements tentaient de répondre à la demande. En 1858, on recensait 70 hôtels. L’un des plus somptueux était tenu, rue de l’Écu, par la famille Muhlberque : l’Hôtel du Nord accueillit Walter Scott, Victor Hugo, Louis Philippe, le duc de Nemours, Napoléon III…

10Pendant la saison la vie de la société boulonnaise s’ordonnait autour de l’établissement de bains. Celui-ci construit en 1824, et reconstruit en 1863 est devenu « le monument des monuments de Boulogne ». Si les bains de mer ont débuté à la fin du XVIIIsiècle, la vogue de la thalassothérapie a commencé sous la Restauration, et les médecins boulonnais l’ont patiemment encouragée à travers tout le siècle : dès 1812 le docteur Rouxel traduisit l’œuvre pionnière du médecin anglais Buchan, puis successivement les docteurs Bertrand en 1829, Renaud en 1853, Livois en 1857, Noël en 1862, Henri Cazin en 1885 vantèrent les vertus curatives de l’eau de mer dans des opuscules ou des traités scientifiques ; enfin en 1894, le premier congrès de thalassothérapie se tint à Boulogne.

Premier établissement de bains.

Premier établissement de bains.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

11La croissance du nombre des entrées à l’établissement de bains permet d’évaluer la progression de la station balnéaire : on donna 30 000 bains en 1835, 65 000 en 1858, près de 100 000 à la fin du Second Empire. Les cabines roulantes tirées par des chevaux, dans lesquelles on se mettait en costume de bain, apparurent sur la plage dans les années 1820 ; il y en avait une trentaine en 1839, une centaine au milieu du siècle. Cependant ce nombre était insuffisant, et les jours de forte affluence on attendait avant de monter dans les voitures. Aussi sous le Second Empire, on eut l’idée d’installer des tentes, des chaises et des fauteuils sur la plage pour permettre aux estivants de bénéficier de l’air de la mer et aux enfants de jouer dans le sable : les plaisirs de la plage relayaient alors les plaisirs de la mer.

12Le bain des dames représentait une véritable attraction. Le costume de bain féminin constitué sous la Restauration par une longue robe de laine se compliqua ensuite, mais les vêtements mouillés trop collants moulaient les formes de façon indiscrète. Des admirateurs empressés se tenaient trop près des dames, à tel point qu’en 1838 le maire, Alexandre Adam crut bon de prendre un arrêté prescrivant aux hommes de se tenir à 20 mètres des dames. Mais cette distance réglementaire fut assez mal respectée et, par la suite, on divisa la plage de l’établissement de bains en trois départements : celui des dames, la « baignoire mixte » où l’on admit les dames et les messieurs vêtus d’un costume complet, le bain des hommes qui se contentaient d’un caleçon. En 1880, la municipalité républicaine dut faire un nouveau règlement de police des bains dans lequel on lit : « nul ne pourra se baigner sans être revêtu, les hommes d’un caleçon ou d’un maillot, les dames d’une robe ».

Bains de mer.

Bains de mer.

Léon Auguste Asselineau, 1856.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

13Les Anglais ne se contentaient pas des bains de mer. Ils avaient l’habitude de pratiquer toutes sortes de sports, et dans ce domaine ils furent les éducateurs des Français et firent de Boulogne une station d’avant garde. Les équipes anglaises et françaises rivalisaient dans les courses de yachts entre Douvres et Boulogne, et lors des régates sur la Liane qui attiraient les foules tous les ans en août. Les meilleurs chevaux anglais et français disputaient des courses variées chaque années sur l’hippodrome d’Hobengues, près de Wimereux, inauguré dès 1836 : steeple-chases, courses plates, handicaps, courses de haies…

14Les loisirs culturels étaient également en honneur avec le théâtre où se donnaient des représentations très variées – opéra, comédie, tragédie, drame, vaudeville – et le Casino où la société philharmonique organisait des concerts. La presse locale annonçait et commentait les spectacles. Sous la Monarchie de Juillet, Pierre Hédouin fut, dans l’Annotateur, un ardent défenseur des classiques, bataillant contre les « nébuleux romantiques », il préférait Casimir Delavigne à Lamartine et à Hugo. La population boulonnaise avait le goût du théâtre : Coquelin aîné, garçon boulanger de la rue de l’Écu, fit ses débuts sur les tréteaux d’un théâtre d’amateurs local avant d’entrer à la Comédie Française et de créer, à la fin de sa vie, le rôle de Cyrano de Bergerac. Le plus grand musicien boulonnais du siècle, Félix-Alexandre Guilmant (1837-1911), après avoir débuté à Boulogne où il fut l’élève de l’École de Musique, puis le fondateur de l’Orphéon, continua sa carrière à Paris où il devint organiste de la Trinité et professeur au Conservatoire.

15Cependant, tandis que le théâtre et le casino attiraient les gens du monde auxquels il faut de la « littérature facile, des sornettes, des calembours, des plaisanteries au gros sel » selon les observations désabusées de La Boulonnaise (3-3-1841), les gens sérieux et les érudits se retrouvaient à la bibliothèque, créée par un ami de Daunou, Isnardi, et développée par Adolphe Gérard. Cette bibliothèque a été le lieu de travail et de rencontre de toute une série de savants et d’érudits de valeur. Boulogne a été au XIXsiècle l’une des villes de province qui a possédé le plus de savants, d’inventeurs et d’érudits renommés. Les sciences naturelles ont été illustrées par le botaniste Dumont de Courset (1746-1824), l’un des fondateurs de la société d’agriculture et le créateur des jardins de Courset, et par l’agronome Yvart (1763-1831), membre de l’Institut et professeur à Alfort. La variété des affleurements de terrain a fait du Boulonnais le pays d’élection des géologues – Éd. Rigaut, Émile Sauvage, Ernest Hamy, Auguste-Pierre Dutertre – et le lieu d’origine de l’industrie des ciments artificiels avec le chimiste Charles Demarle. Dès la naissance des sciences de l’homme, Boulogne donna à la nation l’un de ses meilleurs anthropologistes et archéologues, Ernest Hamy (1842-1908), directeur du Musée d’ethnographie du Trocadéro, professeur d’anthropologie au Muséum et un autre grand archéologue Camille Enlart (1862-1927). La renommée des médecins boulonnais dépassait le cadre local et le domaine de la thalassothérapie, depuis que le docteur Dezoteux avait rédigé un traité sur l’inoculation de la vaccine. Le docteur Guillaume Duchenne qui, l’un des premiers appliqua l’électricité à la physiologie et à la thérapeutique, parvint à soulager les souffrances nerveuses. Trois familles de médecins, les Ovion, les Houzel et les Cazin s’illustrèrent les deux premières dans la chirurgie, la troisième dans le traitement des plus démunis. Le docteur Henri Cazin fit de l’hôpital de Berck un centre de recherches scientifiques réputé.

16Pourtant aucun de ses savants renommés ne connut la gloire posthume d’un Frédéric Sauvage (1785-1857), modeste mécanicien-inventeur dont les découvertes furent contestées ou exploitées par d’autres et qui mourut dans la misère. La liste de ses inventions révèle une ingéniosité prodigieuse : le réveille-matin hydraulique, le propulseur à main faisant fonctionner trois paires de rames, la machine à scier et à polir le marbre, le modérateur des moulins à vent, le physionotype mouleur, le réducteur artistique qui révolutionna l’art de la statuaire, le soufflet hydraulique, les pompes ascendantes et d’épuisement portatives et surtout l’hélice appliquée à la navigation à vapeur, essayée pour la première fois à Boulogne le 15 janvier 1832. Les mérites de Frédéric Sauvage furent reconnus en 1881 par la municipalité républicaine qui fit ériger sa statue et donna son nom à une place.

17Cette fécondité dans la recherche, ce culte de l’effort tenace se retrouvèrent chez les grands érudits boulonnais du XIXsiècle. Daunou (1761-1840) et Sainte-Beuve (1804-1869) firent des carrières parisiennes, mais leur génie a marqué un siècle et un milieu qui ont tenté de renouer avec le sérieux de l’érudition et l’esprit critique des grands maîtres de l’ère classique. À Boulogne même, au milieu d’érudits estimables, les Auguste d’Hauttefeuille, Louis Bénard, François Morand, Victor-Jules Vaillant, les trois de Rosny, Hector, Eugène et Arthur, la forte personnalité intellectuelle de Daniel Haigneré (1824-1893) occupa le devant de la scène pendant vingt ans. Ce fils de cordonnier, entré en septième à seize ans au collège Haffreingue, y obtint, neuf ans plus tard, la chaire de rhétorique. Il avait appris l’anglais et vulgarisait alors dans la Voix de la Vérité de Migne les doctrines néogothiques de l’architecte anglais Pugin pour la restauration du mobilier des églises. Pendant les vacances, il parcourait le Boulonnais à la recherche des vestiges celtiques, romains, médiévaux et apprenait par la pratique le métier d’archéologue. Prêtre en 1853, il soigna les cholériques de Saint-Martin-les-Boulogne lors de l’épidémie de 1854 et rédigea des brochures historiques sur Notre-Dame de Boulogne. Archiviste de la ville de Boulogne en 1854, puis directeur des fouilles archéologiques et du Musée, Daniel Haigneré participa très activement au Dictionnaire archéologique et historique du Pas-de-Calais, et à l’Épigraphie du Pas-de-Calais. Il localisa à Boulogne le Portus Itius de César. Critique averti, il publia les chartes de Saint-Bertin. Linguiste avisé, il fit des recherches sur le patois boulonnais qui ont été rééditées récemment. Témoin de son temps, il observa attentivement la vie boulonnaise dans ses chroniques de l’Impartial, mais sa fidélité à la dynastie impériale après 1870 lui fit perdre sa fonction d’archiviste municipal et entraîna son exil dans un presbytère de campagne, à Le Waast.

18Pendant qu’Haigneré régnait sur l’érudition régionale, un autre Boulonnais, expatrié sur les rives du Nil devenait l’un des plus célèbres égyptologues. Auguste Mariette (1821-1881), professeur au collège de Boulogne, commença par étudier les sarcophages égyptiens du Musée de la ville. Attaché au département des antiquités égyptiennes du Louvre, il obtint une mission officielle pour se rendre en Égypte. La lecture attentive d’un texte de Strabon l’aida à retrouver le Serapeum de Memphis. Dès lors, ses découvertes s’accumulèrent et elles prirent le chemin du Musée du Caire créé avec son aide par le gouvernement égyptien. À sa mort, en 1881, la renommée de Mariette-Pacha était universelle.

19Patrie de tant d’hommes illustres, Boulogne pouvait avoir de grandes ambitions pour son Musée. Celui-ci organisé par Charles Demarle à la fin de la Restauration recueillit les objets d’art que les voyageurs boulonnais ramenaient du monde entier : les vases incas apportés du Pérou en 1823 par le contre-amiral de Rosamel, les sarcophages égyptiens issus de diverses découvertes sur les bords du Nil, les masques funéraires esquimaux provenant des explorations du jeune Pinart en Alaska (1868-69), les vestiges des civilisations du Pacifique rassemblés par l’Amiral Huguet à la fin du siècle. De plus, le musée se trouvait enrichi par les fouilles gallo-romaines et mérovingiennes d’Haigneré et d’Hamy à Boulogne et aux alentours. Enfin, la municipalité acheta, en 1861, la célèbre collection Panckoucke de vases grecs originaires d’Étrurie et se procura quelques tableaux des meilleurs peintres boulonnais contemporains. À l’apogée de la vie mondaine dans une cité où les antiquaires trouvaient de nombreux clients, Boulogne possédait l’un des plus beaux musées de France.

Masques d’Alaska.

Masques d’Alaska.

Musée de Boulogne-sur-Mer.

20Cet essor artistique est encouragé par un véritable mécénat organisé entre 1836 et 1870 par la Société des Amis des Arts de Boulogne-sur-Mer fondée par Demarle. À partir de 1837, une exposition de peinture se tenait tous les deux ans pendant la saison : la première présentait 513 œuvres d’art parmi lesquelles des tableaux d’Edmond Hédouin, Philippe-Auguste Jeanron, Auguste Delacroix, peintres locaux promis à une certaine notoriété. Ensuite on vit figurer à l’exposition des œuvres d’artistes célèbres comme Isabey, Charlet, Rosa Bonheur, Corot, Manet, Courbet, Fantin-Latour, Olivier Merson. Des Belges, des Anglais présentèrent également leurs toiles. Après 1870, la municipalité républicaine contrôla la commission administrative du Musée qui refusa l’usage de la galerie à une société estimée trop peu républicaine. Celle-ci dut se dissoudre en 1881. Son action fut relayée par le mécénat privé exercé notamment par Charles Lebeau, fils d’armateur, grand voyageur ami des artistes, qui légua sa collection à la ville de Boulogne, à sa mort, en 1916. D’autre part, Boulogne avait possédé au milieu du XIXsiècle divers ateliers spécialisés, tels celui de l’Abbé Sergent pour la sculpture religieuse, ou celui des frères Haffreingue pour la céramique. En 1872, François Fourmaintraux fondait la fabrique de porcelaine de Desvres. Malheureusement la guerre n’a pas épargné les œuvres d’art boulonnaises. Si la collection Lebeau a été préservée, le bombardement du Musée en 1918 nous a fait perdre un grand nombre de tableaux des artistes du XIXsiècle.

La ramasseuse d’épaves par F. Tattegrain.

La ramasseuse d’épaves par F. Tattegrain.

Musée de Boulogne-sur-Mer.

21Boulogne eut la chance d’avoir des peintres de talent qui surent observer les paysages de la côte et la vie des Boulonnais. Le plus célèbre fut Philippe-Auguste Jeanron (1809-1877), type même du peintre « engagé » : ce fils d’un soldat du camp de Boulogne, républicain de 1830, ami de Godefroid Cavaignac, participa à Paris aux journées de juillet 1830 qu’il évoqua ensuite dans ses tableaux (Les petits patriotes). Il illustra l’Histoire de Dix ans de Louis Blanc, et, en 1848, fut chargé par le gouvernement provisoire de la direction des Musées nationaux : en deux ans, il opéra d’importantes transformations au Louvre où il organisa le musée égyptien bientôt enrichi par quelques unes des découvertes de son compatriote Mariette dont il facilita la carrière. Les tableaux de Jeanron firent école, car il traita des sujets réalistes et populaires, n’hésitant pas à représenter des ouvriers en grève en 1833 ou à peindre pour Ledru-Rollin 12 épisodes de la vie d’un prolétaire. Puisant son inspiration dans le Limousin où il avait passé une partie de son enfance – Paysans limousins, Forgerons de Corrèze –, ou dans son pays natal – Le port d’Ambleteuse (Musée de Douai), la côte d’Ambleteuse vue du Cap Gris-Nez (Musée de Boulogne) –, il exerça une influence non négligeable par son œuvre peinte et par ses écrits de critique d’art.

22Un contemporain de Jeanron, Auguste Delacroix (1807-1868) a peint un Départ pour la pêche, scène pittoresque qui n’a pas échappé non plus à l’observation de Charles Dickens. Celui-ci, après avoir évoqué les marins-pêcheurs, décrivit les matelotes dans un texte qui pourrait être un commentaire du tableau d’Auguste Delacroix : « Leurs jeunes femmes ont coutume de descendre au port les pieds nus pour leur porter des paniers de provision quand ils s’embarquent avec la marée ; elles ont les plus belles jambes sculptées par la nature dans le plus brillant acajou ; leur taille est celle de Junon. Leurs yeux sont si brillants que les longues boucles d’oreilles d’or semblent ternes à côté de ces étincelants voisins ». D’autres tableaux d’Auguste Delacroix comme les Porteloises à la procession, avec leurs belles robes multicolores, ont gardé une grande valeur documentaire.

23Francis Tattegrain (1852-1915), né à Péronne mais Berckois d’adoption, a su exprimer les physionomies des vieux marins et les paysages de la côte. Son tableau le plus saisissant reste cette étonnante Ramasseuse d’épaves qui rappelle l’existence difficile des populations côtières obligées de ne négliger aucun petit profit pour subsister. Aux débuts de la République, la réputation de Jean-Charles Cazin (1841-1901), influencé par Puvis de Chavannes, s’affirma. Artiste officiel qui représenta la Chambre mortuaire de Gambetta, il rechercha les effets de lune sur la côte et sut traduire dans ses toiles la poésie des paysages du Boulonnais. Enfin, Victor-Jules Vaillant est resté l’un des meilleurs témoins de la vie boulonnaise au XIXsiècle grâce aux nombreuses lithographies, aquarelles, gouaches qu’il nous a laissées.

Départ pour la pêche par A. Delacroix, 1839.

Départ pour la pêche par A. Delacroix, 1839.

Musée de Boulogne-sur-Mer.

Une brillante station balnéaire à la Belle Époque

24L’exil de Daniel Haigneré dans un presbytère de campagne et la dissolution de la société des amis des arts marquèrent la fin d’une époque : en compromettant l’élan de la recherche érudite et du mécénat public, le sectarisme eut des conséquences graves pour une ville moyenne. Cependant, beaucoup de talents participèrent aux grands débats politico-religieux, et le journalisme, libéré par la législation républicaine, connut un brillant essor. Grâce à l’aide du mécénat privé de Charles Lebeau et à l’éclat de la vie mondaine, Boulogne resta une ville accueillante pour les peintres, les poètes, les écrivains.

25Des découvertes archéologiques gallo-romaines importantes furent effectuées à la fin du siècle sous la direction d’Ernest Hamy et le musée lapidaire ouvrit ses portes en 1898. La galerie de peinture présentée par le guide Joanne de 1898 était celle d’un musée de province fort honorable. À côté de quelques toiles classiques, de nombreuses œuvres du XIXsiècle étaient exposées : tableaux de peintres boulonnais évoquant la nature et la vie locale, les Jeanron, les Auguste Delacroix, les Tattegrain, scènes d’histoire et célébrations d’événements patriotiques récents, peintures exotiques contemporaines de l’expansion coloniale, portraits d’une bourgeoisie satisfaite de sa réussite sociale.

26La poésie resta un moyen d’expression de beaucoup d’hommes cultivés qui n’avaient pas oublié les nombreux vers latins ou français qu’ils avaient appris au collège. Un seul d’entre eux se distingua véritablement par la délicatesse de l’inspiration et la richesse de l’écriture poétique : Auguste Angellier (1848-1911), professeur d’anglais et doyen de la Faculté des Lettres de Lille, et boulonnais d’adoption. Beaucoup d’auteurs se contentèrent d’écrire des poésies de circonstance tel cet hommage à Boulogne et à l’Entente Cordiale publié en 1911 par Charles Quettier, conseiller municipal et rédacteur en chef de la France du Nord. Après avoir évoqué les « corsaires stoïques » d’autrefois, Quettier conclut ainsi :

Mais de notre gloire navale,
Si les fastes nous font honneur
C’est vers l’Entente Cordiale
Que nous guide aujourd’hui le cœur.

Avec nos amis d’Outre-Manche
Quand surgissent quelques conflits
C’est qu’on s’est trouvé manche à manche
Au golf, au foot-ball, au tennis.

27Ce médiocre poème révélait les préoccupations d’un journaliste républicain habitué à commenter l’actualité depuis la fin du Second Empire. La presse boulonnaise possédait alors d’autres talents : depuis 1883, le journal de Charles Ternisien, le Farceur, rédigé essentiellement par son directeur, émaillé de nouvelles en patois du pays, faisait la satire de la vie politique et sociale locale. La polémique était animée par le radical Émile Lemaitre, successivement journaliste à l’Indépendant, puis rédacteur en chef du Boulonnais qui rompait des lances avec le journal conservateur, le Télégramme. Enfin, né dans un port où l’invitation au voyage se trouvait toujours renouvelée, Jules Huret était devenu l’un des plus grands reporters français : après avoir débuté dans la presse locale, il menait des enquêtes pour le Figaro sur des milieux sociaux variés et sur des pays lointains comme la République argentine. Attiré lui aussi par la mer, le chartiste Henri Malo (1868-1949) évoqua dans ses romans Eustache le Moine, pirate boulonnais du XIIIsiècle.

28En effet, les grands horizons s’ouvraient toujours plus largement avec la création à Boulogne des nouvelles lignes de navigation en direction de l’Algérie en 1894, de Londres en 1907, de Bordeaux en 1911. Les grands travaux du port reprenaient au début du XXsiècle avec le prolongement de la digue Carnot en 1909, et l’inauguration du bassin Loubet en 1912. Une cale de radoub en 1905 et un dock flottant en 1913 facilitaient les réparations navales. Cependant le Boulonnais était un lieu d’expérimentation pour de nouveaux modes de communication et de locomotion. Le 27 mars 1899, Marconi et Branly firent un essai de TSF à Wimereux. Les conquérants de l’air trouvaient des bases autour de Boulogne : le 9 septembre 1883, l’aéronaute Lhoste traversait la Manche avec le ballon Ville de Boulogne ; en 1910, le capitaine Clément effectuait la traversée en dirigeable. Pendant l’été de 1909, l’échec tragique du vol Boulogne-Folkestone tenté par le capitaine Ferfier ne découragea pas la création d’un Aéro-Club de Boulogne.

29Des progrès décisifs affectaient l’hôtellerie et la vie mondaine à « la Belle Époque ». Les annonces publicitaires des grands hôtels boulonnais signalaient la présence de la lumière électrique et du téléphone, l’existence de salles de bains et de garages pour autos. D’autre part Boulogne n’avait plus le monopole du tourisme sur la côte. Wimereux, relié à Boulogne par tramway depuis 1900 avait inauguré son casino en 1902, et était devenu une station aristocratique qui attirait de nombreux Anglais. Sur la rive sud de la Canche, Le Touquet-Paris-Plage connaissait un essor rapide, et possédait une colonie anglaise. Aussi pour faire face à la concurrence, Boulogne devait multiplier les festivités et les attractions et accroître son équipement touristique.

Le Casino au début du XXe siècle.

Le Casino au début du XXe siècle.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer. 3Fi 1-3.

30Quelles possibilités de distractions le Guide Merridew de Boulogne-sur-Mer et ses environs proposait-il en 1909 aux touristes qui cherchaient à « s’amuser après le bain » ? Il suggérait d’abord une visite du casino et de ses dépendances « rendez-vous permanent de conversation, de musique, de lecture, de danse, de causeries intimes et de flirtations non moins intimes » ; il conseillait également de fréquenter la plage « où il suffit pour retrouver la santé de se laisser vivre – vie de lézard – au grand soleil, en pleine brise marine, parmi les effluves réparatrices de l’air marin, surchargé d’ozone et d’iode ». Après avoir recommandé la visite de la ville et du quartier si original de la Beurrière, le guide vantait le théâtre, le musée, la bibliothèque, les concerts donnés par six sociétés de musique et s’attardait sur la foire du mois d’août et sur les fêtes des corps de métier célébrées par une messe le matin et un bal le soir : de mai à novembre se succédaient la Saint-Léonard, la Saint-Éloi, la Saint-Pierre, la Saint-Sauveur, la Saint-Fiacre, la Saint-Michel, la Saint-Crépin et la Sainte-Cécile. Enfin, stimulés par la présence des Anglais, les Boulonnais avaient remarquablement développé leur équipement sportif que le Guide présentait avec fierté.

Rue Machicoulis quartier de la Beurrière.

Rue Machicoulis quartier de la Beurrière.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

31L’Union sportive boulonnaise (USB) est une société de football fondée en 1898 qui « dispose d’une aire de jeu plutôt sommaire, située sur la place de Capécure » (O. Chovaux). L’hiver le football était devenu populaire et les matches opposaient les joueurs français et anglais. Pendant la belle saison, les rameurs Boulonnais s’entraînaient à la société d’Émulation Nautique et au Boulogne Club, et les régates sur la Liane étaient disputées par des équipes françaises, belges et anglaises. Les fêtes des sociétés de gymnastique et les courses cyclistes attiraient également les foules. La haute société s’adonnait maintenant au tennis et au golf. Le Tennis Club avait été fondé en 1885, et depuis 1896, Anglais et Français des deux sexes s’affrontaient sur les courts du Boulevard Eurvin. Les amateurs de golf disposaient de plusieurs terrains à Hardelot, au Touquet et autour de Boulogne à Hobengues, puis à l’Inquéterie.

Les régates de Boulogne-sur-Mer les 19 et 20 juillet 1868.

Les régates de Boulogne-sur-Mer les 19 et 20 juillet 1868.

L’Index. Cliché A.D.N.

32L’équitation restait le sport aristocratique par excellence. Le concours hippique organisé chaque année depuis 1898 sur la place de Capécure était le rendez-vous de l’aristocratie, des officiers de cavalerie et des principaux éleveurs de la région. Quant aux courses de chevaux délaissées pendant un temps avec l’abandon de l’hippodrome d’Hobengues, l’inauguration en 1908 de l’hippodrome de l’Inquéterie en présence du lord-maire de Londres dota Boulogne d’un champ de courses très moderne dont les tribunes étaient la copie de celles de Deauville.

33Cependant l’attention des Boulonnais était déjà attirée par le prochain concurrent du cheval, l’automobile. Des courses spectaculaires eurent lieu à partir de 1909, mais hélas en 1910 un accident coûta la vie au vainqueur de la compétition de l’année précédente. Lors de la coupe des voiturettes le 18 septembre 1910, certains automobilistes dépassèrent la moyenne de 90 kilomètres-heure. À ce moment-là, Boulogne entrait vraiment dans le siècle du moteur à essence et de l’électricité.

La vie religieuse d’une cité en expansion

34La vie religieuse boulonnaise au XIXsiècle fut fortement animée et colorée par le rêve romantique, mais, dans une cité en expansion, le rêve fit éclore une étonnante vitalité religieuse. Le particularisme boulonnais chercha à s’affirmer en réclamant, à plusieurs occasions, la reconstitution du diocèse de Boulogne. Or, s’il échoua dans cette voie, il parvint à s’exprimer à travers un dynamisme religieux urbain peu fréquent dans les villes françaises du XIXsiècle.

35La réorganisation de l’Église de France, qui suivit le Concordat de 1801 conclu entre le pape Pie VII et le Premier Consul Bonaparte, confirma la disparition du diocèse de Boulogne. En effet, la Constitution civile du clergé de 1790 l’avait condamné puisqu’elle faisait coïncider les circonscriptions ecclésiastiques avec les départements. Or ce diocèse avait fort honorablement traversé la tourmente révolutionnaire. Son dernier évêque Mgr Asseline, avait envoyé des préfets de mission, tels Augé, Braure et Paternelle, qui avaient prêché courageusement et organisé le culte clandestin pendant la Révolution. D’autre part, les populations rurales avaient protégé les prêtres réfractaires. À Boulogne même, les aristocrates de la Haute Ville gardaient la nostalgie de l’ancien diocèse, tandis que les commerçants et les marins patriotes et anglophobes de la Basse Ville avaient apprécié les services rendus par le citoyen Roche, curé constitutionnel qui devint ensuite curé concordataire de Saint-Nicolas où il resta jusqu’à sa mort, survenue en 1828. L’image de cet ecclésiastique patriote et dévoué se trouvait encore dans les maisons des marins à la fin du siècle.

36Dans la Ville Haute et dans maints presbytères du Boulonnais, on gardait pieusement le souvenir du saint évêque Partz de Pressy, mort l’année même de la disparition de l’Ancien Régime, et l’on rêvait à la restauration de l’ancienne France. Sous l’Empire, la police surveilla attentivement quelques prêtres royalistes, comme l’abbé Coze à Outreau soupçonné de répandre les écrits du prétendant Louis, réfugié en Angleterre, et qui avait pris pour aumônier Mgr Asseline. La Restauration sembla un temps combler les vœux des Boulonnais nostalgiques en prévoyant la reconstitution du diocèse de Boulogne dans le cadre du Concordat de 1817. Mais la ratification de cet accord ne fut pas effectuée. Le gouvernement, certes, ne tenait pas à diviser un département en deux évêchés. Cependant, comme le fit remarquer plus tard l’abbé Haigneré, l’absence de cathédrale, de palais épiscopal et la pauvreté de la caisse communale d’une cité encore modeste, contribuèrent à cet échec.

37Sous l’épiscopat de Mgr de la Tour d’Auvergne, prélat modéré et gallican, le particularisme boulonnais s’exprima à travers un courant ultra-royaliste sous la Restauration, ultramontain sous la Monarchie de Juillet. Puis, lors des vacances du siège épiscopal d’Arras en 1851 et en 1866, les Boulonnais, arguant des besoins spirituels accrus d’une ville en plein essor, réclamèrent la restauration de l’évêché de Boulogne. Chaque fois, le gouvernement s’y opposa et, dès 1853, le titulaire du siège d’Arras, Mgr Parisis, prélat ultramontain, laissa entendre que la scission du diocèse ne s’imposait pas en prenant, après approbation de Rome, le titre d’évêque d’Arras, Boulogne et Saint-Omer.

Le dôme de la cathédrale Notre-Dame de Boulogne, J.E. Vaillant.

Le dôme de la cathédrale Notre-Dame de Boulogne, J.E. Vaillant.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, portefeuille 46/37.046.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

38Cette nostalgie de l’ancien évêché donna à Boulogne une cathédrale, car un prêtre qui domina le mouvement religieux boulonnais au XIXsiècle, Benoît Agathon Haffreingue (1785-1871) sut faire partager sa passion par la génération romantique. Issu d’une riche famille de cultivateur d’Audinghem, éducateur remarquable, l’abbé Haffreingue était, dès la Restauration, à la tête de l’un des établissements d’enseignement les plus réputés de France. Après 1830, tirant les leçons des échecs de la Restauration, il développa son établissement secondaire, mais il investit aussi beaucoup de temps et d’énergie dans la construction de la cathédrale. Grand, vif, volontaire, l’abbé Haffreingue était un homme d’action « jamais lassé », qu’Haigneré dépeignit ainsi : « Il fallait le voir sur l’échafaudage des maçons, alerte jusque dans sa verte vieillesse, activant ses aides, contre-maître idéal dirigeant habilement parce qu’il savait deviner tous les détails des métiers qu’il n’avait jamais appris. » Sa mère lui disait : « Tu mourras dans le mortier ». Ce fut un bâtisseur avant tout. Haffreingue, qui fut encouragé par les souscriptions des grands écrivains romantiques, Chateaubriand, Victor Hugo, Alfred de Vigny, Michelet, Lamennais, Berryer, avait rêvé de faire construire une cathédrale gothique, mais ce précurseur ne trouva pas sur place un architecte capable d’utiliser le style ogival. Il dut se contenter d’un édifice classique avec une coupole qui domina la Haute Ville et lui donna son cachet. Très sévère pour les nouvelles églises parisiennes, il considérait que La Madeleine était un mausolée et une salle de spectacle et que Notre-Dame-de-Lorette était un boudoir religieux surchargé d’ornements ; il déplorait que le pauvre n’y ait pas de place, et il voulut que son église fut un lieu de rassemblement pour le peuple boulonnais, pour les marins notamment, invités à y déposer leurs ex-voto.

39À cet effet, il restaura le pèlerinage de Notre-Dame de Boulogne. Celui-ci, qui avait repris lors de l’épidémie de choléra de 1849, prit de l’ampleur à partir de 1853, lorsque les marins et les paysans des paroisses environnantes commencèrent à y venir régulièrement. En 1861, 120 communes du Pas-de-Calais participaient aux pèlerinages de la seconde quinzaine d’août. Au cours des années soixante, les chemins de fer faisaient affluer les pèlerins du Calaisis, de l’Audomarois, de la Somme et même de Paris. Quant aux Anglais, ils venaient nombreux, séduits ou intrigués par les cérémonies catholiques, et la presse britannique rendait compte longuement des festivités de 1866.

40La perspective missionnaire restait toujours présente dans l’esprit de Monseigneur Haffreingue, qu’il s’agisse de la christianisation des habitants du Boulonnais ou du grand rêve caressé par les catholiques ultramontains : la conversion de l’Angleterre. Au milieu du XIXsiècle, plusieurs congrégations missionnaires orientées vers ce projet, s’installèrent dans le Boulonnais : les Passionnistes à Hardinghem, les Rédemptoristes puis les Jésuites à Boulogne. Au contact du monde anglo-saxon, Boulogne devint sous le Second Empire un important foyer missionnaire. En 1850, les prédications d’un ancien prêtre diocésain devenu le premier évêque de Cleveland aux États-Unis, Mgr Amédée Rappe, avaient déclenché le mouvement, puisque plusieurs prêtres boulonnais et quatre religieuses ursulines s’étaient embarquées avec lui pour aller évangéliser l’Amérique.

La procession de Notre-Dame de Boulogne par W.P. Frith.

La procession de Notre-Dame de Boulogne par W.P. Frith.

Durban Art Gallery. Cliché Serv. Phot. Ville de Boulogne, G. Capron.

41L’émulation avec les protestants encourageait l’élan missionnaire. Tandis que les protestants anglais disposaient de cinq chapelles en 1858, l’église réformée de France fit construire un temple au début du Second Empire, mais dut attendre une quinzaine d’années avant que les pouvoirs publics ne reconnaissent la création d’une paroisse. Catholiques et protestants entreprirent ensemble une action œcuménique avant la lettre pour tenter de faire mieux respecter le repos dominical. Le 22 octobre 1853, un notable anglican, Charles Cochrane, réunit dans les salons de l’institution Haffreingue des commerçants de la Haute Ville, des prêtres français et des ministres de l’église anglicane. Les commerçants acceptèrent de fermer les magasins le dimanche à partir du début de novembre.

42Face à la croissance de la ville et au dynamisme protestant, les catholiques se devaient de mieux répondre aux besoins spirituels des populations. Or, à une époque où les structures paroissiales de la France urbaine s’avéraient souvent insuffisantes et inadaptées, les Boulonnais parvinrent à créer quatre paroisses après avoir écouté les avis des intéressés au moyen de pétitions de quartiers et de délibérations des conseils de fabriques. L’initiative provint le plus souvent d’un prêtre qui avait expérimenté les difficultés du service religieux sur une vaste paroisse composée de milieux sociaux trop différents. Quatre vicaires de Saint-Nicolas ou de Saint-Joseph, Rémont, Sergeant, Leuilleux et Cazin, fondèrent des paroisses dans les quartiers de Capécure, la Beurrière, Brecquerecque, les Tintelleries. L’appui de Mgr Haffreingue, le concours financier de quelques laïcs riches et influents, le soutien du conseil municipal qui vota plus de 500 000 francs en 25 ans pour les églises de la ville, leur permit d’aboutir.

43Chaque paroisse correspondit à un quartier et à un milieu de vie particulier : Saint-Vincent-de-Paul rassembla les ouvriers, les artisans, les jardiniers de Capécure de l’autre côté de la Liane ; Saint-Pierre, les marins de la Beurrière, Saint-François de Sales, les ouvriers, les commerçants et les jardiniers de Brecquerecque, Saint-Michel les artisans, les commerçants et les ouvriers des Tintelleries. Les trois premières provinrent du démembrement du territoire de Saint-Nicolas, la dernière fut détachée de la paroisse de la Haute Ville qui eut pour sanctuaire Saint-Joseph puis Notre-Dame. Chaque paroisse avait ses fêtes en rapport avec les professions de ses habitants : ainsi à Saint-Pierre, le troisième dimanche de juillet, les marins, bannières en tête, et les matelotes en grand costume descendaient sur la plage pour la bénédiction solennelle de la mer avant le commencement de la pêche.

Calvaire des marins en 1876.

Calvaire des marins en 1876.

Dessin de J.E. Vaillant.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

44D’autres fondations de style gothique s’inscrivirent alors dans le paysage urbain. L’une des plus caractéristiques du goût du temps fut la chapelle du Saint-Sang reconstruite de 1859 à 1862 en mémoire de la relique envoyée de Palestine par le héros boulonnais de la Première Croisade, Godefroy de Bouillon.

45Ces églises s’emplirent de fidèles pendant la période 1850-80 où le mouvement religieux fut ascendant. Les observations pessimistes d’Haffreingue en 1850, – « Le nombre de ceux qui remplissent leurs devoirs religieux est si minime qu’on n’ose ici le donner » – ne furent plus de mise après la création des paroisses nouvelles et les grandes missions de 1855 qui virent de nombreuses conversions. La paroisse de Saint-Nicolas, qui par démembrement de son territoire, a perdu la moitié de ses paroissiens entre 1840 et 1879, n’a pas vu le nombre de ses fidèles diminuer, puisque la recette de ses chaises donnée en adjudication a légèrement augmenté entre ces deux dates.

46Les paroisses et les chapelles boulonnaises furent les foyers d’œuvres diverses : Conférences de Saint-Vincent-de-Paul qui firent découvrir aux notables les problèmes sociaux, Sainte Famille qui réunissait les ouvriers autour des Rédemptoristes, patronages, puis cercles catholiques d’ouvriers. Quelques familles généreuses soutinrent inlassablement constructions et œuvres, telle les Clifford à Brecquerecque. Un fils d’Alexandre Adam, Auguste Adam (1822-1874) fut le type même de l’homme d’œuvres dévoué et efficace : il contribua largement à l’établissement des Rédemptoristes, des Petites Sœurs des Pauvres et des Jésuites ; il voulait « donner à Dieu l’argent qu’il gagnait malgré lui », et il tentait ainsi de redistribuer une grande partie des sommes qu’il avait trop facilement acquises.

47Ces œuvres éducatives, hospitalières ou charitables ne cessèrent de se développer pendant la seconde moitié du XIXsiècle et, dans les années 1890, on comptait à Boulogne une vingtaine d’établissements de religieuses, deux établissements de religieux et six écoles libres des Frères des écoles chrétiennes. L’Institution Haffreingue avait éclaté après la mort de son fondateur en trois établissements : un petit séminaire, un collège de Jésuites destinés aux jeunes gens de l’aristocratie et de la bourgeoisie riche, et un collège Saint-Stanislas accueillant les jeunes gens de la classe moyenne.

48Cependant à partir des années 1890, d’importantes mutations religieuses et politiques se dessinaient à travers le Ralliement des catholiques à la République et la politique sociale plus hardie prônés par le pape Léon XIII. À Boulogne, Jean-Baptiste Joncquel, curé de Saint-Nicolas de 1887 à 1911, fut un remarquable abbé démocrate qui nous a laissé un volumineux registre historique de paroisse. Formé au séminaire Saint Sulpice, ancien vicaire puis curé de la paroisse ouvrière Saint-Vincent-de-Paul où il avait suivi l’œuvre des cercles catholiques d’ouvriers, Joncquel participa à la fondation de la Croix de Boulogne. Entièrement gagné au Ralliement, il organisa à Saint-Nicolas des messes du 14 juillet qui furent bien fréquentées par les officiels et par le peuple. Conférencier populaire, il fit applaudir plusieurs fois le nom du pape Léon XIII par des centaines d’ouvriers, réclama une législation sociale qui protégeât les droits des travailleurs, et encouragea la fondation de syndicats. Mais abandonné par les notables conservateurs qui dénonçaient dans la presse « les démagogues en soutane », critiqué par le sous-préfet opportuniste, Joncquel dut abandonner ses conférences populaires.

49Pourtant Joncquel, qui sut réorganiser sa paroisse après la Séparation de 1905, garda ses convictions et encouragea les organisations novatrices au début du XIXsiècle : le Sillon, très actif à Saint-Nicolas, la Jeunesse catholique, et les Ligues Féminines. En 1912, un an après sa mort, la Jeunesse catholique animée localement par Robert de Rosny, spécialiste des questions du travail, tint son congrès départemental à Boulogne : Viennet vint y présenter le syndicat des employés – précurseur de la CFTC –, et l’on décida de faciliter l’organisation de syndicats ouvriers chrétiens. Les organisations féminines – autre nouveauté de ce début de siècle – étaient dominées à Boulogne par la Ligue des Femmes Françaises fortement implantée dans la Haute Ville avec le réseau d’œuvres constitué rue Guyale par Isabelle de la Barre de Nanteuil qui a été évoquée par René Bazin dans Gingolph l’Abandonné sous le nom de Mademoiselle du Haut Berger. Cette ligue parvint à gagner 43 000 adhérentes dans le diocèse en 1911 grâce à une excellente propagandiste d’origine boulonnaise, Marie-Josèphe d’Héricault (1872-1957) douée d’un « merveilleux talent d’orateur et de conteur ». Cette conférencière sut s’adapter aux publics les plus divers – bourgeoises de villes, paysannes des campagnes, matelotes des ports, trieuses des mines –. Face à un Parlement exclusivement masculin qui avait multiplié les mesures antireligieuses, elle invita les femmes à s’enrôler dans la Ligue pour prendre modèle sur Jeanne d’Arc, et devenir elles aussi « les libératrices de la France ! ».

50Au début du XXsiècle, après les épreuves qui avaient marqué l’expulsion des congrégations et la Séparation, le catholicisme boulonnais renouvelait son langage, faisait une place plus grande aux laïcs, et commençait à regrouper les jeunes et les femmes.

Table des illustrations

Titre Premier établissement de bains.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Bains de mer.
Légende Léon Auguste Asselineau, 1856.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Masques d’Alaska.
Crédits Musée de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre La ramasseuse d’épaves par F. Tattegrain.
Crédits Musée de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7594/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Départ pour la pêche par A. Delacroix, 1839.
Crédits Musée de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7594/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Le Casino au début du XXe siècle.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer. 3Fi 1-3.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7594/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Rue Machicoulis quartier de la Beurrière.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7594/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Les régates de Boulogne-sur-Mer les 19 et 20 juillet 1868.
Crédits L’Index. Cliché A.D.N.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7594/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Le dôme de la cathédrale Notre-Dame de Boulogne, J.E. Vaillant.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, portefeuille 46/37.046.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7594/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre La procession de Notre-Dame de Boulogne par W.P. Frith.
Crédits Durban Art Gallery. Cliché Serv. Phot. Ville de Boulogne, G. Capron.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7594/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Calvaire des marins en 1876.
Légende Dessin de J.E. Vaillant.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7594/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540