Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre XI. De la monarchie à la république. Un siècle de vie politique boulonnaise (1814-1914)

Yves-Marie Hilaire

Texte intégral

La Restauration, ère de paix et d’innovation

1En 1814-1815, dans l’espace de quinze mois, les Français virent se succéder sur le trône Napoléon, Louis XVIII, puis à nouveau Napoléon, et encore Louis XVIII. Le régime changeant chaque fois, ce fut apparemment « le temps des girouettes », les municipalités se trouvant obligées d’envoyer au souverain du moment des adresses de fidélité contradictoires à quelques mois d’intervalle. En réalité, les Boulonnais montrèrent plus de constance qu’il ne parût. En avril 1814, ils envoyèrent en Angleterre une députation à Louis XVIII qui les rassura sur ses intentions en ces termes : « J’accorderai aux négociants toute liberté, persuadé que leur intérêt leur en apprendra plus que les règlements d’un ministre ». Et Louis XVIII fut bien accueilli lors de son passage à Boulogne le 26 avril. Lorsque Napoléon, de retour de l’Ile d’Elbe, fut entré aux Tuileries, la municipalité de Boulogne adopta le drapeau tricolore le 25 mars 1815, mais elle attendit le 5 avril pour faire parvenir à l’Empereur une adresse de dévouement dans laquelle elle insistait sur les perfectionnements à apporter aux institutions de l’Empire et sur les libertés à respecter. Enfin, après Waterloo, Boulogne laissa passer trois semaines avant de se rallier à la Seconde Restauration, et n’abandonna le drapeau tricolore que le 10 juillet, après avoir reçu une injonction du nouveau préfet, le Comte de Casteja, qui s’exclamait le 5 juillet : « Quoi Boulogne, cette ville si fière, conserverait seule les couleurs de la trahison et du parjure. Jamais ! » Ainsi, au milieu des tribulations, les Boulonnais manifestaient leur attachement aux libertés dont ils espéraient le rétablissement, et aux trois couleurs que la Grande Armée avait portées dans toute l’Europe.

2Les vicissitudes des changements de régime affectèrent la mairie où seul le premier adjoint, Pierre-Daniel Dutertre, parvint à rester imperturbablement en place, car en deux ans cinq maires se succédèrent : Louis Pocholle de Menneville, le dernier maire de l’Empire, fut remplacé en 1814 par l’avocat François-Xavier Wissocq, qui, pendant les Cent Jours, dut céder la place au banquier Louis Fontaine. Puis, l’ancien maire du Consulat, François-Nicolas Merlin-Dubrœuil revint occuper pour un an le fauteuil majoral. Enfin, le 17 juin 1816, un grand propriétaire ultra-royaliste Jean-Baptiste de Rosny fut nommé à la tête de la municipalité. À partir de cette date, les trois maires qui furent désignés restèrent suffisamment de temps en place pour effectuer ou entreprendre une œuvre durable : Jean-Baptiste de Rosny (1816-1821), Jean-Pierre Vasseur (1821-1828), et François-Marie Grandsire de Belleval (1828-1830). Ils furent aidés dans la vaste tâche qui les attendait par un remarquable secrétaire de mairie, François-Paulin Mariette, le père de l’égyptologue.

3Les premières années de la Restauration furent marquées par la grave disette de 1816-17 et par les conséquences de l’occupation. De Rosny fit face à la crise alimentaire en réunissant des fonds pour acheter du blé à l’étranger, et en faisant distribuer des secours quotidiens aux indigents. Les Boulonnais se firent exempter moyennant finances du logement des troupes alliées, mais le passage de milliers de soldats et d’officiers anglais ainsi que l’arrivée de nombreux voyageurs et touristes d’Outre-Manche donna une vive impulsion au commerce local. Beaucoup d’Anglais s’établirent à Boulogne et aux environs ; de multiples constructions s’élevèrent contribuant à l’embellissement de la ville : il y avait déjà 1 100 résidents anglais à Boulogne en 1823. Pour mieux les retenir, un établissement de bains de mer, imitant ceux de Ramsgate et de Brighton, fut construit en 1824-25. Dans le domaine économique, le gouvernement de la Restauration encouragea vivement le développement de Boulogne : le 19 mai 1819, à la demande des négociants boulonnais, une ordonnance royale créa la Chambre de Commerce de Boulogne qui allait bientôt déployer une très grande activité au service des intérêts de la cité. En août 1825, la duchesse de Berry vint séjourner à Boulogne, et son passage favorisa le développement de la station balnéaire. Enfin, le 9 mai 1830, après de longues études préparatoires menées par l’ingénieur Marguet, le préfet Blin de Bourdon inaugurait les premiers grands travaux du port.

4La station balnéaire qui attirait de nombreux Français et étrangers, vit éclore des institutions humanitaires et culturelles : société humaine pour le sauvetage des noyés et des naufragés (1824), société philharmonique (1824), musée (1825). Une nouvelle salle de spectacle fut inaugurée en 1827. On y jouait alternativement des pièces en français et en anglais. Les loges franc-maçonnes « l’Amitié » et « Saint Frédéric des amis choisis », qui regroupaient la plupart des fondateurs de la Chambre de Commerce, accueillirent plusieurs frères anglais.

5La municipalité s’intéressa vivement au développement de l’instruction. Elle créa en 1819 une école de dessin et en 1829 une école de musique qui forma plus tard des musiciens célèbres parmi lesquels Alexandre Guilmant. De Rosny déplorait que « l’instruction des petites filles fut entièrement négligée ». Il fit venir, en 1819, les Sœurs de la Retraite Chrétienne, mais celles-ci provoquèrent quelques années plus tard un scandale causé par l’excès de leurs pratiques ascétiques responsables de la mort de plusieurs jeunes religieuses. Pour l’instruction des garçons, Boulogne fut l’un des théâtres privilégiés de la rivalité entre la méthode simultanée employée par les Frères des écoles chrétiennes et la méthode mutuelle, inventée par les Anglais Lancaster et Bell, et encouragée à Boulogne par un riche philanthrope Léon de Chanlaire. En 1819, un ancien militaire de l’Empire, François Cary, avait créé une école mutuelle qui permettait à un maître d’enseigner à 300 enfants, puisque ceux-ci étaient répartis en groupes dirigés par des élèves plus avancés appelés moniteurs. Mais ce procédé ingénieux à une époque où les maîtres compétents manquaient rencontra l’hostilité des milieux cléricaux. Le pamphlétaire Paul-Louis Courier raconta l’incident à sa façon : « À Boulogne-sur-Mer, Monsieur Léon de Chanlaire avait établi une école d’enseignement mutuel dans une salle bâtie par lui exprès avec beaucoup de dépense. Là, 300 enfants apprenaient l’arithmétique et le dessin. Les riches payaient pour les pauvres et de ceux-ci 50 se trouvaient habillés sur la rétribution des autres : tout allait le mieux du monde. Ces enfants s’instruisaient et n’étaient point fouettés. Les frères ignorantins qui fouettent et n’instruisent pas ont fait fermer l’école ». Les Frères des écoles chrétiennes profitèrent de leur avantage puisqu’en 1828 ils enseignaient à Boulogne dans cinq écoles tenues par 14 d’entre eux. Pourtant, à la fin de la Restauration, le regain d’influence des libéraux se traduisit en 1829 par la réouverture de l’école mutuelle dirigée par Cary.

6La Restauration vit l’essor d’un établissement secondaire qui a formé des générations de Boulonnais, l’institution Haffreingue. Issue du pensionnat que l’abbé Antoine Compiègne avait créé à Audinghem et déplacé à Boulogne en 1813, l’institution s’installa dans l’ancien palais épiscopal en 1815, et fut dirigée dès 1816 par l’abbé Benoît-Agathon Haffreingue (1785-1871). Ce prêtre cultivé et excellent pédagogue resta pendant 50 ans à la tête d’un établissement où l’on enseignait le français, les langues anciennes et modernes, l’histoire, la géographie, les mathématiques, la philosophie, c’est-à-dire tout le programme des lycées d’état sans rien en négliger. Haffreingue ne parvint pas à obtenir le rétablissement de l’évêché de Boulogne prévu en application du Concordat de 1817, mais qui échoua avec la non-ratification de ce traité par la France ; il n’en fit pas moins poser en 1827 la première pierre de la cathédrale de Boulogne, entreprise pour laquelle il se passionna toute sa vie.

7Cependant, la prépondérance de la haute ville nobiliaire, cléricale et ultra-royaliste, était mal supportée par la basse ville, commerçante et libérale. D’après les observations faites par G. Souquet, auteur de l’annuaire du Pas-de-Calais pour 1830, sur les électeurs censitaires de cette époque, tous les banquiers et hôteliers boulonnais, la plupart des armateurs, des négociants et des fabricants affichaient alors des opinions libérales. Aussi, dès 1827, les élections législatives avaient donné, dans le Pas-de-Calais, une majorité aux constitutionnels adversaires des ultra-royalistes. En 1828, lors d’un scrutin partiel, Boulogne avait envoyé siéger à la Chambre son ancien maire des Cent Jours, Louis Fontaine, battu en 1824 par de Rosny. Pour défendre la Charte menacée par la politique ultra-royaliste, la Feuille artistique et littéraire de Boulogne, fondée en 1823, devint en 1829 un journal politique l’Annotateur. Cet organe s’engagea alors dans la campagne contre le gouvernement de Polignac en soutenant l’Association pour le maintien de la charte et le refus de l’impôt illégal qui venait d’être créée dans le Pas-de-Calais avec l’appui des principaux négociants et fabricants de Boulogne. Le gérant et le rédacteur de l’Annotateur furent poursuivis puis acquittés par le tribunal correctionnel de Boulogne, mais condamnés en appel par la Cour de Douai. Louis Fontaine, qui, le 16 mars 1830, avait voté la fameuse adresse des 221, hostile au ministère Polignac, fut fêté le 4 avril à Boulogne dans un grand banquet : on porta des toasts au Roi et à la Charte qu’on déclara inséparables, à Fontaine, aux 221, à la mémoire de Hampden, parlementaire anglais du XVIIsiècle qui, au nom des droits du Parlement, avait résisté à l’absolutisme. La Chambre ayant été dissoute, Louis Fontaine fut facilement réélu et, dans l’ensemble du pays, les partisans de la Charte renforcèrent leur majorité en conquérant 270 sièges. L’application des Ordonnances signées par Charles X le 25 juillet entraîna la suspension de l’Annotateur par le préfet, mais le succès de la révolution parisienne des Trois Glorieuses, les 27, 28 et 29 juillet, permit aux Boulonnais d’arborer avec joie le drapeau tricolore le 1er août 1830.

La grande expansion sous le premier majorat d’Alexandre Adam (1830-1848)

8Sous la Monarchie de Juillet, bien accueillie par les habitants de la Basse Ville, la ville de Boulogne connut une remarquable expansion. La Révolution de 1830 se déroula sans incident grâce à l’énergie du nouveau maire Alexandre Adam et à la détermination de la Garde Nationale réorganisée par le colonel Sansot ancien officier de la Garde Impériale : un simple rassemblement de la milice citoyenne sur la place d’armes suffit à provoquer la dispersion d’une manifestation dirigée contre l’institution Haffreingue. Pendant les mois incertains qui suivirent l’installation du nouveau régime, de nombreuses délégations provinciales vinrent à Paris pour faire allégeance au roi bourgeois. Le 25 novembre, celle de Boulogne qui comprenait 64 personnes, fut présentée par Fontaine à Louis-Philippe. Le roi la salua comme « l’une des plus belles et des plus nombreuses que les départements aient envoyé à Paris » et remit le lendemain 26 à la Garde Nationale boulonnaise un drapeau tricolore.

9Le nouveau maire François Alexandre Adam (1790-1886) fut l’une des plus grandes figures boulonnaises. Négociant et banquier, marié à Caroline Ternaux, fille d’un receveur particulier des finances, il participa à la fondation de la Chambre de Commerce en 1819, et dirigea avec compétence la maison d’affaires familiale. Libéral, partisan de la Charte sous la Restauration, son accession au pouvoir majoral en 1830 symbolise la relève de la noblesse par la bourgeoisie, de la Haute Ville par la Basse Ville. Dès son installation, il manifesta son indépendance d’esprit et sa modération en faisant l’éloge de son prédécesseur, Grandsire de Belleval, qui « en peu de temps a fait beaucoup de bien ». Alexandre Adam eut la sagesse de limiter ses ambitions aux mandats qui facilitaient sa tâche de maire : il fut conseiller général à partir de 1832, président du Conseil Général du Pas-de-Calais de 1842 à 1847, membre du Conseil Supérieur du commerce en 1836. En 1838, il fit élire à la députation pour représenter la circonscription de Boulogne, un banquier parisien influent François Delessert, qui rendit de grands services à sa ville. Il eut la chance de pouvoir constituer autour de lui une équipe solide et stable composée de deux adjoints jeunes et actifs, un avocat Augustin Louis Martinet et un commissaire priseur Pierre Nicolas Dutertre-Delporte qui succéda à son père en 1832, et de deux bons légistes et administrateurs, l’un François-Paulin Mariette, au secrétariat de la mairie, l’autre Adolphe Gérard au secrétariat de la Chambre de commerce. Les conseillers municipaux – pour moitié de gros négociants ou des banquiers – étaient fort représentatifs de la grande bourgeoisie urbaine.

10Au début, la nouvelle équipe dut affronter de graves difficultés. Elles provinrent moins de l’épidémie de choléra de 1832, assez durement ressentie sur le moment – elle laissa 177 morts –, que de la prodigieuse expansion urbaine qui se produisit alors. En effet, Boulogne était restée en 1830 une petite ville ou plutôt la juxtaposition de deux petites villes. Or, à partir du moment, en 1835, où Capécure fut rattachée à Boulogne et où les premiers grands travaux du port furent terminés, les constructions poussèrent très vite, et les quartiers côtiers de la Beurrière et de Capécure se peuplèrent rapidement. La municipalité déjà endettée et dotée de revenus limités dut faire face à de multiples dépenses qui toutes paraissaient urgentes. Pourtant en quelques années de grands travaux d’urbanisme furent menés à bien : ouverture de voies nouvelles, construction d’un abattoir, puis d’un hôtel des douanes et d’entrepôts, installation de l’éclairage au gaz. Les institutions scolaires et culturelles ne furent pas négligées : ouverture du collège communal en 1835, d’écoles en application de la loi Guizot de 1833, d’une salle d’asile, développement du musée et de la bibliothèque.

11Cependant l’équipe d’Alexandre Adam se surpassa pour gagner la bataille du rail qui permit de désenclaver Boulogne. Tandis que des villes célèbres, telles Orléans et Tours, refusaient le chemin de fer, la municipalité de Boulogne multiplia les travaux préparatoires effectués pour obtenir la construction de la ligne de Boulogne à Amiens qui rejoignit dans cette ville celle de Lille à Paris. Il fallut aussi persuader les Boulonnais d’accepter de prendre leur part des dépenses indispensables : Adolphe Gérard s’en chargea par des articles dans l’Annotateur. Commencée en 1835, la bataille fut gagnée lors du vote de la loi du 28 mars 1844. Boulogne prenait un avantage temporaire mais décisif sur Calais qui dut se contenter d’une liaison avec Paris par Lille jusqu’en 1860. Le chemin de fer de Boulogne à Amiens fut inauguré le 17 avril 1848 sous la Seconde République par une autre administration que celle qui l’avait fait construire.

12Cette administration dynamique qui dérangeait trop d’habitudes était loin de faire l’unanimité. Ainsi voulant rendre Boulogne l’émule des villes de Hollande qu’il avait visitées, Alexandre Adam brava l’impopularité en publiant un arrêté, vite surnommé le « règlement monstre », qui interdisait d’étaler, de fendre du bois ou de tuer des bestiaux sur la voie publique, afin d’assainir les rues et de faciliter la circulation. Les oppositions se coalisèrent contre le « système Adam » et soutinrent une presse brillante et mordante. Si l’Annotateur défendait intelligemment la politique de la majorité orléaniste, l’opposition lança en 1832 le Guetteur, trop violent pour durer, puis en 1835 la Colonne, qui polémiqua contre le collège communal, en faveur de la liberté d’enseignement. En 1842, les légitimistes, désireux de soutenir la candidature de Berryer aux élections législatives, lancèrent leur journal l’Observateur, dirigé par Jean-Baptiste Hermand. Cependant, insuffisamment soutenu par la noblesse locale, l’Observateur dut fusionner avec la Colonne dès 1844. La Colonne critiquait une municipalité qui ne « faisait pas assez pour les pauvres » et, déplorait « l’état de détresse où se trouvaient des milliers d’indigents ».

13Les oppositions ne désarmèrent pas pendant toute la Monarchie de Juillet : la plus violente, celle des bonapartistes, tenta un pronunciamento à Boulogne en 1840 ; la plus persévérante, celle des légitimistes, fit une propagande active et présenta des candidats aux diverses élections. De son côté l’opposition de gauche, dynastique avec Vivien, ou républicaine avec le banquier Constant Chauveau-Sire, obtenait des résultats électoraux comparables à ceux des légitimistes.

14Les événements d’août 1840 ont figuré longtemps dans tous les manuels d’histoire. Louis-Napoléon Bonaparte, alors réfugié à Londres, crut que la popularité croissante de la légende napoléonienne, sensible à l’annonce du retour des cendres, lui donnait quelque espoir de rallier les garnisons françaises et de rééditer le voyage triomphal de Napoléon au début des Cent Jours. Les souvenirs napoléoniens accumulés à Boulogne, la reprise des derniers travaux de la Colonne de la Grande Armée en vue de l’érection de la statue de Napoléon 1er, quelques intelligences nouées dans la place lui laissaient supposer que la garnison et la population de Boulogne étaient prêtes à le suivre. Mieux même, il n’est pas impossible que le président du Conseil Thiers lui ait tendu un piège, puisque, dans le gouvernement provisoire annoncé à Boulogne par le prétendant, Thiers conservait ses fonctions. Louis-Napoléon débarqua avec une cinquantaine d’hommes à Wimereux, le 6 août 1840, et n’y trouva que quelques conspirateurs. Les conjurés entrèrent alors en ville où ils affichèrent des proclamations et distribuèrent de l’argent, mais la première tentative pour rallier la garnison de la caserne se solda par un échec ; les officiers refusèrent de rejoindre Louis-Napoléon et donnèrent l’alarme. On ferma les portes de la Haute Ville. Bientôt les conjurés poursuivis par les militaires et les gardes nationaux durent refluer vers la Colonne de la Grande Armée, puis vers la plage où ils s’embarquèrent dans un canot qui, trop plein, chavira. L’un des conjurés se noya, un autre fut tué par les poursuivants. Les survivants furent repêchés et faits prisonniers. Parmi eux se trouvait le Prince Napoléon dont l’équipée peu glorieuse se termina par un long emprisonnement. Le maire Alexandre Adam, le sous-préfet Launay-Le-Provost et les officiers fidèles furent récompensés quelques jours plus tard lors de la visite du roi venu exprès à Boulogne pour les remercier. La famille royale fut logée à l’Hôtel du Nord dont le propriétaire était un ancien soldat de l’Empire, chef de la Cavalerie de la Garde Nationale, Adolphe Muhlberque.

15Les joutes électorales des années quarante furent animées par les légitimistes. Aux élections législatives de 1842, la candidature du grand avocat légitimiste libéral Pierre Antoine Berryer contre François Delessert n’impressionna pas beaucoup les électeurs qui ne lui accordèrent que 13 % des suffrages. L’opposant dynastique Joseph Vivien, ancien ministre de la Justice, fit mieux avec 19 %, et Delessert fut confortablement réélu. En 1846 la Haute Ville soutint avec plus de vigueur un candidat local, l’avocat Auguste Gros. Celui-ci fit une ardente campagne : il exalta les bienfaits d’une liberté à laquelle l’Irlande devait « les immortelles et pacifiques conquêtes de O’Connell et l’Angleterre celles de Colden ». Aidé efficacement par le parti légitimiste réorganisé par Alexis Cousin, Auguste Gros obtint 24 % des voix, et devança Vivien qui dut se contenter de 17 %. Delessert était réélu avec une majorité réduite.

16L’érosion des positions de la majorité se manifesta aussi lors des élections municipales de 1846 : sur 27 conseillers, huit opposants furent élus dont quatre légitimistes tandis que le précédent conseil ne comprenait que quatre opposants. Le 25 novembre 1846, lors de l’émeute des pommes de terre, la foule s’en prit à la maison du maire.

Les Boulonnais célèbres.

Les Boulonnais célèbres.

1– Alexandre Adam (1790-1886), Maire de Boulogne (1830-1848 et 1855-1861) ; 2– Daniel Haigneré (1824-1893), archéologue, historien et journaliste ; 3– Auguste Mariette (1821-1881), égyptologue, l’un des créateurs du Musée du Caire ; 4– Frédéric Sauvage (1785-1857), inventeur de l’hélice appliquée à la navigation à vapeur en 1832.

Collection particulière.
Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

17La Révolution de 1848 mit fin au premier majorat d’Alexandre Adam et porta au pouvoir municipal les républicains de la veille : le banquier Constant Chauveau-Sire devint maire avec pour adjoints l’avocat Louis-Antoine Ballin et l’imprimeur Leroy-Mabille.

Seconde République et Second Empire : des municipalités d’affaires actives

18La Révolution de 1848 survint en pleine crise économique à un moment où le chômage était important. La cherté des denrées alimentaires provoqua quelques manifestations de mécontentement notamment le 25 mars à l’occasion de l’embarquement de volailles et d’œufs pour l’Angleterre. Ces remous furent vite apaisés, car la proclamation de la République suscitait beaucoup d’espoirs dans le peuple et les multiples célébrations patriotiques permettaient aux citoyens de fraterniser : le 9 avril, on planta solennellement l’arbre de la Liberté qui fut béni par le doyen de Saint-Nicolas, et en septembre, un immense rassemblement de Gardes Nationaux attira à Boulogne 9 000 citoyens en armes qui défilèrent dans les rues et participèrent à divers concours ; un banquet réunit 3 000 convives autour de la Colonne de la Grande Armée, puis des délégations de Gardes Nationaux se rendirent en Angleterre pour y célébrer l’amitié franco-anglaise.

19Les premiers scrutins au suffrage universel représentaient de véritables fêtes civiques de caractère unanimiste. On vota dans l’enthousiasme pour l’Assemblée Constituante le 23 avril 1848, mais les candidats boulonnais ne furent pas élus. Aux élections municipales de juillet-août 1848, les Boulonnais refusèrent une gestion partisane, ce qui mit en difficulté le maire républicain Chauveau-Sire : celui-ci était élu avec 13 républicains, mais il vit entrer dans son conseil 8 orléanistes et 5 légitimistes. Aux élections présidentielles du 10 décembre, si Louis-Napoléon Bonaparte l’emporta avec 64,4 % des suffrages, le général Cavaignac, candidat des républicains modérés, fit un score honorable avec 31,5 % des suffrages, sa moyenne départementale étant de 27,8 %. Enfin, aux élections législatives du 13 mai 1849 où l’affrontement entre la gauche et la droite fut très net, la droite l’emporta et Boulogne eut cette fois un représentant, l’avocat légitimiste Auguste Gros. Tenant compte de cette évolution conservatrice des électeurs, en juin 1849 le gouvernement remplaça Chauveau-Sire à la mairie par un conseiller municipal modéré, Louis Fontaine, fils du député de 1830.

20Autre temps, autres idées, autres journaux : la presse fit peau neuve. L’Annotateur trop lié au régime déchu, disparut. Il fut remplacé par l’Impartial, feuille conservatrice et bientôt bonapartiste. En 1849, les légitimistes créèrent leur journal, le National boulonnais. Enfin, la Colonne et l’Observateur continuaient leur carrière, toujours animées par un esprit indépendant de tendance légitimiste, Jean-Baptiste Hermand. En 1850, les trois journaux hebdomadaires avaient un tirage relativement modeste, se partageant à eux trois 1 200 abonnés (près de 500 pour la Colonne, plus de 400 pour l’Impartial, et moins de 300 pour le National). À la même date, la presse anglaise était représentée par deux feuilles hebdomadaires ayant un peu plus de 200 abonnés chacune, The Boulogne Gazette et The Pater’s Telegraph and Boulogne Advertiser.

21L’évolution de l’opinion vers le conservatisme fut précipitée par les événements de Paris et par l’envoi de 184 volontaires de la Garde Nationale pour réprimer l’insurrection ouvrière de juin 1848. Des hommes de tous les partis se présentèrent. Les Gardes Nationaux boulonnais empruntèrent le chemin de fer qui venait d’être inauguré. Partis le 25 juin dans l’après-midi, ils débarquèrent le 26 au soir à Saint-Denis après avoir été rejoints par les volontaires d’autres villes. Ils arrivèrent après la bataille, furent passés en revue par le général Cavaignac le 28, et retournèrent chez eux couverts de fleurs à leur arrivée le 29. Huit jours plus tard les officiers de la Garde Nationale se rendirent auprès du maire pour demander la fermeture des clubs où l’on avait parfois « prêché la destruction de tous les liens sociaux ». Ce mouvement des Gardes Nationales vers Paris eut une portée immense, car il démontrait que le peuple parisien ne pouvait pas imposer une révolution au pays contre la volonté du suffrage universel nouvellement instauré.

22La municipalité républicaine s’efforça d’apaiser la crise sociale en organisant des ateliers communaux pour donner du travail aux chômeurs. Ceux-ci furent employés au curage de la Liane, à la construction des quais, à l’établissement d’un boulevard, l’actuel boulevard Daunou, et à la création de promenades autour des remparts.

Palais de justice vu de la bibliothèque municipale..

Palais de justice vu de la bibliothèque municipale..

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

Palais de justice.

Palais de justice.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

23L’activité reprit progressivement, et de 1849 à 1870, des municipalités d’affaires, comprenant des hommes d’opinions diverses et dirigées par des maires entreprenants, se relayèrent à l’Hôtel de Ville. Louis Fontaine, maire de 1849 à 1855, relança une politique de grands travaux : construction d’un palais de justice néoclassique selon les plans de l’architecte Épellet, édification des églises Saint-Vincent-de-Paul à Capécure et Saint-Pierre au cœur du quartier des marins, et surtout construction sur la Liane du pont Marguet servant de barrage-écluse, réalisé grâce aux crédits votés par l’Assemblée législative après intervention d’Auguste Gros. Enfin la municipalité acquit l’établissement de bains et commença la restauration de l’Hôtel de Ville. En 1851, le commerce local bénéficia du passage de 108 000 voyageurs attirés en Angleterre par l’Exposition Universelle de Londres. Cependant la gestion de Louis Fontaine fut endeuillée par deux très graves épidémies de choléra, celles de 1849 et 1854 qui firent respectivement 632 et 678 victimes à Boulogne et aux environs. Le Coup d’État du 2 décembre 1851 troubla assez peu les Boulonnais. Pourtant leur représentant Auguste Gros fut arrêté deux jours ainsi que le représentant de Calais Legros-Devot et beaucoup d’autres députés. Après cet attentat contre la représentation nationale, Auguste Gros refusa de se rallier au nouveau régime et vécut très dignement dans une demi-retraite, donnant des consultations juridiques et intervenant dans la presse en faveur des intérêts catholiques.

24Au début, l’Empire chercha à rallier à lui le clergé en soutenant les œuvres cléricales et en donnant beaucoup d’éclat aux grandes cérémonies religieuses. Pour le 15 août 1853, fête de Notre Dame et fête de l’Empereur, on vit l’armée prendre part à la procession. Ce rapprochement du sabre et du goupillon qui s’amplifia avec la guerre de Crimée fut un fait nouveau qui laissa des traces profondes. La guerre de Crimée occasionna un autre rapprochement de très grande portée à long terme également : la fraternité d’armes franco-britannique scella la réconciliation des deux pays, et Boulogne fut l’un des théâtres privilégiés de cette mutation des rapports internationaux à l’occasion de la visite de la reine Victoria en France en 1855. Commentant ce bouleversement, un vieux marin invalide constatait que les Anglais ne lui rendraient pas la jambe qu’il avait perdue au combat, et concluait : « tout de même c’est drôle que nous nous soyons battus comme des chiens pour en arriver à cela ! ».

Arrivée de la reine Victoria en 1855.

Arrivée de la reine Victoria en 1855.

Tableau d’Eugène Bénard.

Musée de Boulogne-sur-Mer.

Réception de la reine Victoria dans le port de Boulogne-sur-Mer par Napoléon III, le 18 août 1855.

Réception de la reine Victoria dans le port de Boulogne-sur-Mer par Napoléon III, le 18 août 1855.

C31D4;C1405;MV1938, Armand Louis (actif en 1856), Localisation : Compiègne, château.
© RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Daniel Arnaudet.

25Pendant deux ans, de septembre 1853 à août 1855, Boulogne fut l’une des villes que Napoléon III a le plus fréquentées. En septembre 1853, il vint avec Eugénie sur les lieux des événements de 1840 pour les effacer des mémoires. Il visita le château où il fut jeté en prison, il rassembla les vieux soldats de l’Empire à la Colonne de la Grande Armée, et fut reçu à la Chambre de Commerce où son président, Alexandre Adam, l’ancien maire, qui l’avait fait arrêter en 1840, lui présenta un programme de grands travaux pour le port. Puis en juillet 1854, au début de la guerre de Crimée, l’Empereur vint inspecter les troupes du corps expéditionnaire de la Baltique qui s’apprêtaient à embarquer. Cependant, à partir de cette date, des effectifs importants furent maintenus en réserve dans les camps du Boulonnais. Napoléon III revint donc en septembre 1854 pour assister à des manœuvres et pour présenter les troupes françaises aux souverains étrangers : il reçut le roi des Belges, le roi du Portugal, le prince Albert d’Angleterre. Pendant tout l’hiver, la présence des militaires dans les environs profita au commerce boulonnais. Boulogne revit Napoléon III au printemps lorsque celui-ci passa à l’occasion d’un voyage en Angleterre. Le 18 août 1855, une foule immense se rassembla à Boulogne pour accueillir la reine Victoria qui fut reçue par Napoléon III. Lors de son voyage de retour vers l’Angleterre, Victoria passa en revue avec les souverains français, les soldats des quatre camps de l’armée du Nord, et s’embarqua le 27 août au milieu d’une affluence considérable. Ces grandes fêtes firent beaucoup pour la popularité de l’Empire à Boulogne. En 1857, une abondante distribution de médailles de Sainte Hélène aux 241 soldats et marins survivants de l’épopée napoléonienne, resserra encore les liens entre le peuple et la dynastie. Dans la longue liste des décorés, beaucoup de noms de famille très connus, ou destinés à l’être, apparaissaient : Bourgain, Cary, Coquelin, Cousin, Demarle, Delpierre, Ducrocq, Duhamel, Fontaine, Fourmentin, Geneau, Hennuyer, Huret, Lefebvre, Lejeune, Leprêtre, Moleux, Morand, Quettier, Sauvage, Ternisien, Wacogne, Yvart etc.

Le camp du nord (1854-1856)

En mai 1854, peu après le déclenchement de la guerre de Crimée, Napoléon III décide de réunir deux grands camps pour entraîner son armée, un dans le sud de la France et un autre dans le nord. Il fait implanter ce dernier dans le Boulonnais, en souvenir de « l’armée des côtes de l’Océan » rassemblée au camp de Boulogne par son oncle en 1803-1805. La proximité avec l’Angleterre, devenue une alliée, permet aussi d’envisager une coopération militaire avec elle. Par le biais de ce camp, le Second Empire cherche également à affirmer sa puissance, à travers celle de son armée que Napoléon III entend commander lui-même. Enfin, par sa situation septentrionale, Boulogne peut servir de base de départ pour une opération de diversion contre la Russie dans le golfe de Finlande. De fait, en juillet 1854, la division du général Baraguey d’Hilliers quitte Honvault pour Calais, où elle embarque sur des navires britanniques, avant de s’illustrer le mois suivant lors de la prise la forteresse de Bomarsund, dans les îles Äland.

À partir de l’été 1854, plus de 35 000 hommes séjournent dans les camps d’Équihen, Honvault (au pied du vieux fort de Terlincthun), Wimereux et Ambleteuse. Près de 20 000 autres sont cantonnés à Helfaut, à proximité de Saint-Omer. Les cavaliers sont dans le Montreuillois. Les effectifs iront en diminuant à partir de la fin de l’année, jusqu’à la dissolution des camps en juillet 1856. L’état-major général siège à l’hôtel Brighton, à Capécure, avant de rejoindre Paris dès le premier hiver. Les conditions de vie sont rustiques dans les baraques de bois et de torchis, d’où les maladies qui affectent la troupe, comme l’épidémie de choléra de l’été 1854.

La présence du camp apporte de l’animation à Boulogne, qui participe à la « fête impériale » en accueillant Napoléon III à plusieurs reprises en 1854 et 1855. La population en tire également des avantages, notamment du point de vue commercial. Les soldats apportent leur concours pour les travaux des champs, l’aménagement de routes côtières ou une aide aux navires naufragés. Cependant, à la longue, la cohabitation s’avère parfois tendue : des militaires commettent des déprédations et des débordements, tandis que les prix des produits alimentaires augmentent. Mais ces désagréments ne remettent pas en cause l’attachement des Boulonnais aux Bonaparte.

Xavier Boniface

26L’année 1855 fut riche en événements : elle se trouva marquée par la mort héroïque d’un Boulonnais, ancien soldat de l’Empire, le Colonel Dupuis, qui tomba à la tête de son régiment lors de l’assaut de Sébastopol le 8 septembre. Elle vit aussi le retour à la mairie d’Alexandre Adam qui tenta d’appliquer le programme de grands travaux qu’il avait présentés à l’Empereur deux ans auparavant : on fit refaire le quai du Centre, et on commença les travaux du bassin à flot qui sera inauguré en 1868. On reconstruit le théâtre selon les plans de Debyser sur l’emplacement de celui qui avait brûlé sous les yeux de l’Empereur en septembre 1854. On mit en place le Conseil des Prud’hommes en 1856 et le Comité des Armateurs et Patrons de pêche en 1857.

27Porte-parole des intérêts boulonnais, Alexandre Adam profitait également de sa situation de maire de Boulogne, de président de la Chambre de Commerce (1848-1859) et de président du Conseil Général du Pas-de-Calais (1852-1866), pour mener une autre bataille, celle du libre-échange. En 1857, lors de la session du Conseil Général, il exalta « l’exemple de Sir Robert Peel, rompant avec les doctrines surannées et se séparant de son parti pour proclamer la vérité qui devait sauver son pays ». En 1859, il prôna à nouveau des « mesures libérales qui sans bouleversements, sans secousses, tendraient à améliorer le sort du peuple par l’abaissement successif des objets de sa consommation en même temps que par l’accroissement de la richesse publique qui lui assure du travail ». En 1860, il félicita le gouvernement d’avoir instauré le libre-échange, mais demanda un nouveau développement du réseau ferré pour faciliter la circulation des produits.

28Cet homme illustre parvenu au faîte de sa carrière dut quitter la mairie de Boulogne en 1861. Beaucoup d’adversaires ne lui pardonnaient pas ses audaces, et une campagne de la Colonne contribua à sa chute. Alexandre Adam se retira en déclarant : « vous m’aviez remis une petite ville oubliée sur les frontières, et je l’ai rendue l’intermédiaire des transactions commerciales entre la France et l’Angleterre. Je lui ai fait suivre le mouvement et elle a profité de tous les progrès ». Les Boulonnais n’attendirent pas sa mort pour lui rendre un hommage particulièrement solennel, puisque dès le 9 septembre 1869, une délibération du conseil municipal donna son nom à une rue de la ville. Lors de ses funérailles en 1886, l’un de ses adversaires politiques, Baudelocque s’écria : « le rénovateur de Boulogne c’est lui ».

29Un autre banquier, Bertulphe Gosselin, lui succéda à la mairie en 1861. Cet homme intelligent et ferme dut batailler pour obtenir le raccordement dans la même gare du chemin de fer de Boulogne à Paris et de celui de Boulogne à Calais en construction. Épaulé efficacement par le sous-préfet Menche de Loisne, il y parvint. Il fit construire la Halle aux poissons, le nouvel établissement de bains, inauguré en 1863, destiné à durer jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Il développa les installations scolaires et eut de grandes ambitions pour le musée qu’il voulut voir figurer parmi les premiers de France : en 1861, il fit acheter la collection de vases grecs de l’éditeur Panckoucke. Bertulphe Gosselin démissionna en janvier 1864 pour des raisons familiales, et sa courte administration laissa un bon souvenir.

30Il fut remplacé par un conseiller municipal populaire, le docteur Eugène Livois, qui savait vanter à ses clients les qualités curatives des bains de mer de Boulogne. Le nouveau maire s’intéressa aux problèmes sanitaires et fit progresser l’aménagement des canalisations d’eau et des égouts, indispensables dans une ville en expansion. Il ne parvint pas à obtenir, à la mort de Monseigneur Parisis en mars 1866, le rétablissement de l’évêché de Boulogne, demandé par le conseil municipal unanime et par des milliers de pétitionnaires, mais refusé par l’Empereur. Il dut faire face de février à décembre de la même année, à une épidémie de choléra qui lui enleva l’un de ses adjoints Charles Bellet, et fit 563 morts. En revanche, le succès de l’Exposition Internationale de la pêche d’août à septembre, et l’éclat exceptionnel des fêtes de Notre Dame, avec la consécration de la nouvelle église le 24 août 1866, et la procession du 26, marquèrent l’apogée des festivités boulonnaises sous le Second Empire.

 

31À la fin de l’Empire, le docteur Livois se heurta à un réveil de l’opposition sensible dans la presse avec la fondation, en 1869, d’un organe libéral la France du Nord par un journaliste de talent Edmond Magnier. Les diverses élections de 1869 furent très disputées. Aux législatives, l’avocat républicain Désiré Henry combattit le candidat officiel, le maître de forges Alexandre Pinart : vainqueur à Boulogne, il fut battu par le vote des campagnes. Les républicains prirent leur revanche aux élections du canton nord : Henry fut élu au Conseil Général, Ansart-Rault et Lagache au Conseil d’arrondissement. Ces élections difficiles pour le régime invitèrent l’Empereur à s’engager personnellement dans la mêlée en demandant au peuple français d’approuver les réformes libérales opérées par lui dans la constitution depuis 1860. Tandis que l’Impartial et la Colonne faisaient campagne pour le OUI, la France du Nord recommandait le NON. À gauche, les francs-maçons se divisèrent, mais la majorité, à la suite du vénérable Pierre Lonquety, préconisa le OUI. À Boulogne le plébiscite du 8 mai 1870 fut largement favorable à l’Empereur qui obtint près de 80 % de OUI contre 20 % de NON. Cependant, moins de quatre mois plus tard, la défaite de Sedan entraînait la captivité de Napoléon III et la disparition du régime impérial.

Caricatures de l’Index — deux journalistes boulonnais, Charles Aigre et Jean-Baptiste Hermand.

Caricatures de l’Index — deux journalistes boulonnais, Charles Aigre et Jean-Baptiste Hermand.

Cliché A.D.N.

Caricatures de l’Index — Charles Quettier, journaliste boulonnais.

Caricatures de l’Index — Charles Quettier, journaliste boulonnais.

Cliché A.D.N.

La République à Boulogne

32La révolution du 4 septembre 1870 créait une situation politique nouvelle dans une ville où les notables républicains s’étaient sentis capables de gagner des élections locales à la fin de l’Empire, car elle leur donnait la municipalité provisoire. Or les républicains surent conserver cette municipalité, tandis qu’à l’exception d’un bref intermède entre 1881 et 1885 la circonscription législative de Boulogne restait aux monarchistes puis aux conservateurs jusqu’en 1906. De 1871 à 1877, et de 1885 à sa mort en 1887, le député de Boulogne fut le neveu d’Alexandre Adam, Hercule Achille Adam, un banquier président du tribunal de commerce, qui continua la tradition de la politique d’affaires antérieure. Évitant de s’inscrire à un groupe politique, il s’appuya sur les milieux conservateurs de la Chambre de Commerce présidée par Bertulphe Gosselin, et il s’intéressa à la législation sur les lettres de change et à la création du port en eau profonde de Boulogne.

33À cette pratique d’une administration d’affaires qui avait prévalu jusque là et qui masquait alors la division des droites, la bourgeoisie républicaine composée d’avocats, de journalistes, de médecins et de quelques industriels, opposa une administration politisée. En septembre-octobre 1870, tandis que le conseiller d’arrondissement Constant Lagache devenait sous-préfet de Boulogne, le conseiller général Henry était nommé maire avec pour adjoints Baignol-Le-Beau, Auguste Huguet et Adolphe Crouy. Face à la menace de l’invasion ennemie, la nouvelle municipalité devait contribuer à la formation et à la maintenance de l’armée du Nord, assurer un minimum de subsistance aux indigents, grâce à des fourneaux économiques, organiser l’accueil des blessés. Malgré les exigences de la Défense Nationale, l’opinion publique restait très divisée comme le prouvèrent deux incidents : le conseil municipal révoqua de ses fonctions d’archiviste municipal l’abbé Haigneré pour avoir critiqué le gouvernement dans l’Impartial ; en février 1871, l’ancien ministre de Napoléon III, Rouher, de passage à l’hôtel Christol à Boulogne, fut arrêté sur ordre du sous-préfet Lagache, et menacé par une manifestation populaire.

34Ce climat aidant, les élections municipales d’avril 1871 furent nettement politisées. Une liste républicaine affronta une liste conservatrice menée par l’ancien maire le docteur Livois et comprenant seize anciens conseillers municipaux. Les hommes de l’Empire étant quelque peu discrédités depuis Sedan, la liste républicaine fut élue en entier. Le nouveau maire, Auguste Huguet, fut un adversaire résolu des gouvernements d’Ordre Moral. Le 30 octobre 1873, il envoya une pétition à Thiers approuvant son action pour maintenir la forme républicaine de gouvernement contre la restauration du comte de Chambord. Le gouvernement de Broglie le suspendit de ses fonctions le 30 novembre 1873, mais comme il ne parvint pas à le remplacer, il dut le réintégrer. En 1877, après le 16 mai, le ministère de Broglie le révoqua, et, pendant six mois, le docteur Ovion, adjoint, fit fonction de maire. Un an auparavant, Auguste Huguet avait été élu sénateur dans le cadre d’une coalition monarcho-républicaine contre les bonapartistes, par les mêmes électeurs qu’Auguste Paris, futur ministre du gouvernement qui le révoqua. Huguet devait rester 43 ans au Sénat jusqu’à sa mort survenue en 1919 à l’âge de 97 ans. Cette longévité permit au fondateur de la République à Boulogne, né sous Louis XVIII, de voir la victoire de la France républicaine en 1918.

35Auguste Huguet entreprit non sans rudesse de républicaniser Boulogne. Il pouvait compter pour l’aider sur les 262 adhérents du cercle Daunou que le préfet fit fermer en 1873 après avoir lu un rapport de police qui dénonçait parmi eux « 200 gambettistes du plus bas étage ». Était-il soutenu et inspiré par la Franc-Maçonnerie comme on l’a prétendu ? À ce moment-là, la maçonnerie prudente et divisée n’avait pas l’influence qu’on lui a prêtée et qu’elle acquit par la suite, et la municipalité d’Huguet comprenait 9 maçons sur 27 conseillers, c’est-à-dire la même proportion que celle de Louis Fontaine en 1852 au début de l’Empire autoritaire, comme l’a montré Michel de Sainte-Maresville.

36Quoiqu’il en soit, Huguet a dirigé une municipalité de combat qui en quelques années épura les administrations et prit le contrôle d’un grand nombre de sociétés locales pour dominer la vie urbaine. Les unes après les autres, les institutions culturelles telles la Bibliothèque et le Musée, sociales comme le Bureau de Bienfaisance, le Mont de Piété, la Caisse d’épargne, le Comité de patronage, touristiques avec le Nouveau Comité de publicité, furent prises en mains par les républicains. La républicanisation des noms de rues s’effectua essentiellement entre 1879 et 1883 : rues Thiers, Nationale, Victor Hugo, Faidherbe, quais Gambetta et Chanzy. Lorsqu’en 1883 Huguet voulut continuer cette politique en proposant de changer le nom de 51 rues de la ville, la presse exprima son mécontentement, et Ternisien, dans le Farceur, se moqua du maire qui dut modifier son projet.

37La républicanisation de l’école a représenté l’un des aspects essentiels de l’œuvre de la municipalité. Huguet, qui se plaignit en 1874 de l’insuffisance de l’enseignement secondaire spécial, fut aidé par Edmond Ansart-Rault du Fiesnet, petit fils d’un compagnon de Joseph Lebon, conseiller municipal et conseiller général, député de Boulogne de 1881à 1885, président du Conseil Général du Pas-de-Calais de 1883 à sa mort en 1886. Ansart-Rault fit plusieurs rapports pour améliorer le fonctionnement du collège municipal. Il mena ensuite le combat pour la laïcisation des écoles primaires. Une brochure du Comité républicain, diffusée à 4 000 exemplaires auprès des parents d’élèves, accusa les Frères d’abêtir et de corrompre la jeunesse. Une école fut laïcisée en 1880, quatre en 1881, six en 1882. Les catholiques ripostèrent en ouvrant quatre écoles libres en deux ans.

38La dispersion des congrégations en 1880 donna lieu à des manifestations spectaculaires. Deux anciens maires de Boulogne, Alexandre Adam, et le docteur Eugène Livois, député, prirent la défense des religieux. Le 5 novembre, les portes des cellules des Passionnistes furent forcées en présence d’une foule en effervescence. Le couvent des Rédemptoristes fut investi méthodiquement par la troupe car les Pères s’étaient barricadés à l’intérieur : la grille fut descellée, la deuxième porte crochetée, la troisième enfoncée. Les notables réunis dans le grand parloir autour du Père Recteur protestèrent. On les expulsa, puis on tira un à un les Pères de leurs cellules. Ceux-ci en sortant furent acclamés par la foule.

39Pour effacer des mémoires ces fâcheux événements, la République multipliait les fêtes. Il y avait eu, en septembre 1878, de grandes fêtes pour l’inauguration des travaux du port en eau profonde avec la visite des ministres Freycinet et Say. La fête nationale du 14 juillet, célébrée tous les ans à partir de 1880, devint vite très populaire. En 1882, Huguet inaugura solennellement l’hospice communal Louis Duflos de 200 lits destinés à rendre de grands services aux vieillards boulonnais.

40Le tempérament autoritaire, le ton cassant d’Auguste Huguet étaient la cause d’affrontements à l’intérieur de la municipalité. Mis en minorité par son conseil en 1879, il avait démissionné et laissé pendant près de deux ans l’écharpe de maire au docteur Duhamel. À l’occasion des élections de 1884, le radical Émile Lemaître directeur du journal l’Indépendant, critiqua vivement le style de gestion de Huguet. Les républicains se divisant, les élections de 1884 firent entrer au conseil municipal 7 conservateurs. Huguet abandonna la mairie, et l’avocat opportuniste Jules Baudelocque fut élu maire.

41Une nouvelle période commençait avec le majorat de Jules Baudelocque qui dura de 1884 à 1892 et qui eut pour successeur à la mairie le docteur Douglas Aigre de 1892 à 1900. Devant tenir compte d’une opposition conservatrice qui avait pour organes l’Impartial et l’Express, et d’une surenchère radicale qui s’exprimait à travers l’Indépendant, les maires opportunistes, soutenus par le journal la France du Nord, surent proposer aux Boulonnais des objectifs communs qui ne déchaînaient pas les passions politiques. Cette politique d’apaisement fut d’ailleurs facilitée par divers ralliements ; celui de la majorité des membres de la Chambre de Commerce au cours des années quatre vingts, celui des catholiques pendant les années quatre vingt dix.

42Jules Baudelocque (1823-1898), avocat opposant à l’Empire, qui eut le courage de critiquer le coup d’État de 1851 lors d’une plaidoirie en 1858, fut conseiller municipal de Boulogne dès 1860. Élu maire après une crise municipale qui avait affaibli les républicains, il remit de l’ordre dans les finances de la ville, mais son éloquence mordante lui suscita des ennemis. Il dut faire face à la crise sociale ; il imita l’œuvre du Comité libéral qui depuis 1885 faisait fonctionner chaque hiver trois fourneaux économiques dans les quartiers populaires de Saint-Pierre, Capécure et Brecquerecque, et, avec l’aide de la Ligue républicaine il en créa trois autres dans les mêmes quartiers à partir de 1890 : une ration de soupe coûtait cinq centimes, une ration de viande dix centimes. Le mécontentement politique montait. Tandis que la franc-maçonnerie se radicalisait sous le vénéralat d’un professeur de rhétorique, Lelièvre (1885-1890), l’agitation boulangiste atteignait l’électorat républicain et le général Boulanger était élu conseiller d’arrondissement à Boulogne-Sud en 1889. Les festivités qui avaient marqué la réception du président Carnot en juin avec la revue de l’escadre française, n’étaient pas parvenues à détourner les esprits de la campagne révisionniste. Aux élections législatives de septembre 1889, Jules Baudelocque affronta le jeune Achille Adam, conservateur révisionniste. Cependant au premier tour les voix recueillies par le radical-révisionniste Le François mirent les deux principaux candidats en ballotage. Le François se désista pour Baudelocque, mais la majorité de ses électeurs ne le suivit pas et le banquier Achille Adam fut élu. Sur la côte le boulangisme entraîna un glissement vers la droite des voix républicaines : les révisionnistes Lalou et Georgi étaient le premier élu à Dunkerque et le second battu de peu à Calais. Ensuite le ralliement du peuple catholique à la République, qu’Achille Adam ratifia conformément aux avis du Pape Léon XIII, consolida la position du député banquier et Jules Baudelocque fut à nouveau vaincu au scrutin législatif de 1893.

Réception du Président Sadi Carnot.

Réception du Président Sadi Carnot.

Tableau de François Schommer, 1893.

Musée de Boulogne-sur-Mer.

43À ce moment-là la municipalité avait changé de maire depuis les précédentes élections municipales. Le docteur Douglas Aigre (1851-1912), est le type même du bon maire médecin de la IIIRépublique. Ancien interne des hôpitaux de Paris, sa thèse sur l’anesthésie en 1879 l’avait fait apprécier de ses confrères. Conseiller municipal en 1887, ses fonctions et son métier le mirent vite en contact avec une grande partie de la population : il devint médecin du collège, des prisons, du chemin de fer du Nord et aussi médecin légiste. Il soigna les cholériques lors de l’épidémie de 1892 qui fit 42 morts. À l’hôpital Saint-Louis, il dirigeait le service des enfants. Il présida l’œuvre de la Goutte de Lait pour améliorer l’alimentation des nourrissons. À partir de 1898, il organisa la location de jardins ouvriers sur des terrains achetés par la mairie. Pendant son mandat les prestigieux congrès de thalassothérapie et de l’Association française pour l’avancement des sciences se tinrent à Boulogne respectivement en 1894 et en 1889.

44Le docteur Aigre parvint à faire accepter non sans difficultés par le conseil municipal le legs Beaucerf qui dota la ville d’orphelinats catholiques. Il encouragea Charles Quettier, conseiller municipal et rédacteur en chef de la France du Nord, à créer en 1893 des cantines scolaires avec l’aide de subventions municipales. Il poursuivit l’œuvre d’assainissement d’une ville qui avait grandi très vite en développant le réseau des égouts. Enfin, ce patriote inaugura en 1898 le monument du Souvenir français qui rappelait le sacrifice de 26 Boulonnais en Crimée, de 29 autres en 1870-71 et de 38 autres au Mexique et aux colonies.

Les affrontements politico-religieux au début du XXsiècle

45L’affaire Dreyfus et la montée de l’agitation nationaliste mirent fin à l’apaisement relatif qui avait marqué la législature des années 1893-98, et entraînèrent une radicalisation des attitudes politiques. Tandis que la Croix du Pas-de-Calais, journal rallié et populaire, dénonçait un mythique complot des juifs contre le catholicisme, la Franc-Maçonnerie devenait plus anticléricale que jamais sous le vénéralat d’Émile Lemaître, et la Libre Pensée s’organisait et parvenait à attirer de nombreux auditeurs à ses conférences. La Ligue des Droits de l’Homme présidée par Émile Lemaître rassemblait plusieurs centaines d’adhérents.

46Les batailles électorales devinrent plus âpres : elles furent animées en 1898 et 1902 par le leader radical Émile Lemaître, bon orateur et journaliste à la plume incisive, qui se présentait contre Achille Adam. Celui-ci proposait un programme modéré en 1898 : il prônait l’apaisement, se flattait d’avoir soutenu le gouvernement de Jules Méline, désirait « corriger dans la mesure du possible les inégalités sociales », et préconisait à cet effet le développement de la mutualité. Émile Lemaître dénonçait le cléricalisme et la puissance des congrégations. Il obtint la majorité à Boulogne, mais son adversaire emporta le siège de député grâce au vote des campagnes. Achille Adam, parlementaire assez effacé mais héritier d’une fortune considérable, gagna également les élections de 1902, et parvint à rester député de Boulogne pendant 17 ans. Son adversaire politique Pierre Farjon a évoqué cette longue existence parlementaire en termes peu flatteurs : « D’abord on se colle au Centre, ensuite on palpe ses 25 francs par jour, on dort sur son pupitre, on écrit ses lettres, on hurle, on chahute, et on n’est pas obligé de parler : vingt ans sans desserrer les dents ».

47La municipalité du négociant radical Charles Péron. maire de 1900 à 1912, fit une place aux républicains de gauche et aux socialistes. Elle continua les grands travaux du port, avec la pose de la première pierre du bassin de marée par le président Loubet en 1903, au milieu de grandes réjouissances populaires. Des fêtes célébrèrent également, en 1908, le passage du président Fallières qui s’embarqua à Boulogne pour l’Angleterre afin d’y affermir l’entente cordiale.

48Cependant les radicaux avaient pour objectif principal l’affaiblissement voire la destruction de l’Église catholique. Le conseil municipal prit prétexte de la panique provoquée lors de la procession de 1903 par les pétarades d’une automobile pour interdire la principale manifestation religieuse boulonnaise. Il appliqua avec zèle la législation anticongréganiste de Waldeck-Rousseau et de Combes malgré le rapport favorable aux religieuses présenté par le docteur Aigre en 1902. Les Pères Rédemptoristes, dont la chapelle avait été fermée dès 1896 après une campagne de la presse anticléricale, furent expulsés de leur résidence en 1903 tandis que les matelotes de Saint Pierre manifestaient dans la rue en criant : « Vive les Pères ». Deux ans plus tôt en 1901, plusieurs congrégations non autorisées, Jésuites, Dames de Nazareth, Dames de Marie-Réparatrice, avaient déjà pris le chemin de l’exil. Avec le refus des demandes d’autorisation et l’interdiction faite aux membres des ordres religieux d’enseigner, les Annonciades et les Sœurs de la Retraite chrétienne gagnèrent l’Angleterre. Celles-ci, les Sœurs Grises, qui tenaient un pensionnat fréquenté par les enfants d’ouvriers et de marins, partirent en 1904. Deux ans plus tard, les Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, qui rendaient de grands services dans l’Assistance publique, et les Frères, devaient également quitter Boulogne. Les biens des congrégations furent souvent dévolus aux établissements scolaires et parascolaires laïcs : ainsi le collège de garçons fut installé dans le bâtiment des Dames de Nazareth, le patronage laïc dans le couvent des Rédemptoristes.

49Une nouvelle vague de laïcisations accompagna ces mesures : elle fut marquée par l’enlèvement des emblèmes religieux des écoles et des tribunaux. À la campagne, les Boulonnais réagirent en peignant des croix de couleur sur les portes des écoles. Aussi les inventaires de 1906 se déroulèrent-ils dans un climat tendu. À Notre-Dame de Boulogne, la désignation d’un prêtre défroqué comme délégué du maire pour participer aux opérations fut considérée comme une insulte qui suscita une protestation de l’évêque. Après l’inventaire, une manifestation hostile se produisit pendant laquelle une religieuse sécularisée, Rosalie Bigot, gifla l’agent des Domaines. La résistance aux inventaires fut particulièrement vigoureuse dans les cantons de Samer, Marquise et Guines puisque la force publique dût procéder à 22 effractions avec crochetages de serrures ou bris de portes pour pouvoir pénétrer dans les sanctuaires.

50Les inventaires eurent lieu quelques semaines avant les élections législatives de 1906 marquées dans le Boulonnais par la retraite politique du député-banquier Achille Adam. Une période d’instabilité électorale commença alors avec la vive compétition opposant le catholique Albert Desmyttère et le républicain de gauche Pierre Farjon. Celui-ci, qui était soutenu par les socialistes fut accusé de serrer la main des blasphémateurs, un membre du Parti Ouvrier Français, Marius Blot, ayant traité les catholiques de « bondieusards qui bouffent des pains à cacheter et baisent des dieux en plâtre ». Lorsque Farjon l’eut emporté avec 53 % des suffrages, le journal Le Boulonnais publia le faire-part suivant : « Vous êtes prié d’assister aux obsèques politiques d’Albert Desmyttère, de la part de tous les monarchistes, hobereaux, nobliaux et calotins de la première circonscription de Boulogne ».

51Cependant l’heure de Pierre Farjon passa vite, malgré les appuis politiques et financiers dont disposait ce conseiller général propriétaire d’aciéries et président de la Chambre de Commerce à partir de 1909. Tandis que les socialistes s’éloignaient des radicaux au pouvoir, et fondaient à Boulogne la loge maçonnique dissidente « Émancipation et Travail », la première circonscription de l’arrondissement était remaniée et perdait ses cantons ruraux, ce qui avantageait une éventuelle candidature radicale. Le résultat du premier tour des élections de 1910 surprit les Boulonnais : le député sortant Pierre Farjon était devancé par le radical Émile Lemaître et talonné par le socialiste Louis Myrens, le catholique Dubout arrivant en quatrième position. Les membres du Comité républicain qui soutenait Farjon, refusèrent d’admettre un désistement pour Lemaître qui aurait été conforme à la discipline républicaine. Au second tour les voix catholiques et la majorité des voix modérées firent échec au vénérable de la loge maçonnique en se reportant sur le professeur socialiste Louis Myrens qui fut élu avec près de 2 000 suffrages d’avance.

52L’année 1910 fut encore marquée par l’élection du socialiste Auguste Chochoy au Conseil Général à la place du radical Émile Lemaître, et par le duel qui opposa Lemaître, intrépide défenseur des droits du journaliste, au colonel Ravaut, président de la Ligue de la Patrie française. Les adversaires du radicalisme avaient trouvé un terrain d’entente avec la revendication de la représentation proportionnelle. L’opinion se passionnait pour les débats électoraux et les réunions politiques étaient très suivies. Tandis qu’en novembre 1909, un meeting de protestation contre l’exécution du révolutionnaire espagnol Francisco Ferrer réunissait 600 personnes à la Bourse du Travail, en octobre 1910 et en mars 1912, l’Action Française, rassemblait respectivement 700 et 500 sympathisants. Les meetings de l’extrême droite étaient préparés par la propagande vigoureuse d’une quarantaine de camelots du roi. La montée du nationalisme affecta le langage politique et les propos injurieux tenus par Léon Daudet en 1910 étonnèrent ses partisans habitués aux mœurs de la Vieille France. Dans ce climat nouveau, plus tendu mais plus exigeant aussi en matière de respect des libertés, le rétablissement des processions interdites par la municipalité radicale devint un problème politique : dès 1909, 8 000 Boulonnais pétitionnaient pour l’obtenir, et, pendant l’été, les fidèles de Boulogne se rendirent nombreux au Portel où la procession mariale eut lieu.

53Aux élections de 1912, la municipalité dominée par les radicaux, usée par le pouvoir, présenta 19 conseillers sortants sur 34 candidats. Elle fut mise en ballotage par une liste de droite rassemblant des monarchistes, des libéraux et des progressistes, menée par Félix Adam, et une liste socialiste conduite par Auguste Chochoy. Les radicaux refusant de composer le conseil municipal à la représentation proportionnelle en tenant compte des résultats du premier tour, la droite et les socialistes firent liste commune en vue du second tour en appliquant la proportionnelle, et l’emportèrent nettement.

54La nouvelle municipalité, composée de 20 « libéraux », 13 socialistes et 1 indépendant, élut maire Félix Adam et premier adjoint, Auguste Chochoy. Elle rétablit la procession de Notre Dame qui rassembla 10 000 fidèles le 25 août 1912. En revanche, l’année suivante la campagne de la gauche contre la loi militaire de trois ans ne passionna pas les Boulonnais, et le meeting du 1er mai 1913 ne réunit qu’une centaine de militants. L’opinion était sensible à l’aggravation du péril extérieur, et aux élections législatives de 1914, le républicain de gauche Léon Abrami, qui devint plus tard secrétaire d’état à la guerre dans le cabinet Clemenceau, battit le socialiste sortant Louis Myrens.

55Ainsi, à la veille de la guerre, la diversité des courants d’opinion qui se manifestaient à Boulogne, faisait de cette cité un microcosme de la vie politique française. De plus, les Boulonnais se trouvaient en avance par rapport au reste du pays : leur sensibilité aux périls de la conjoncture internationale les fit devancer, en 1914, le glissement d’opinion de l’ensemble des Français ; cependant la coalition des catholiques et des socialistes qu’ils avaient placée, en 1912, à la tête de leur municipalité, laissait présager, à plus ou moins long terme, des changements importants dans les mentalités.

Table des illustrations

Titre Les Boulonnais célèbres.
Légende 1– Alexandre Adam (1790-1886), Maire de Boulogne (1830-1848 et 1855-1861) ; 2– Daniel Haigneré (1824-1893), archéologue, historien et journaliste ; 3– Auguste Mariette (1821-1881), égyptologue, l’un des créateurs du Musée du Caire ; 4– Frédéric Sauvage (1785-1857), inventeur de l’hélice appliquée à la navigation à vapeur en 1832.
Crédits Collection particulière.Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Palais de justice vu de la bibliothèque municipale..
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Palais de justice.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Arrivée de la reine Victoria en 1855.
Légende Tableau d’Eugène Bénard.
Crédits Musée de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Réception de la reine Victoria dans le port de Boulogne-sur-Mer par Napoléon III, le 18 août 1855.
Crédits C31D4;C1405;MV1938, Armand Louis (actif en 1856), Localisation : Compiègne, château.© RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Daniel Arnaudet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7592/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Caricatures de l’Index — deux journalistes boulonnais, Charles Aigre et Jean-Baptiste Hermand.
Crédits Cliché A.D.N.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7592/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Caricatures de l’Index — Charles Quettier, journaliste boulonnais.
Crédits Cliché A.D.N.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7592/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Réception du Président Sadi Carnot.
Légende Tableau de François Schommer, 1893.
Crédits Musée de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7592/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540