Version classiqueVersion mobile

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre X. Une société originale et variée

Georges Oustric

Texte intégral

Les permanences du monde rural

1La population rurale de la région boulonnaise s’accrut de 9 % entre 1851 et 1911 passant de 36 685 à 40 051 alors que celle du Montreuillois, du Ternois et du Haut-Pays diminuait. Les fabriques de ciment, les carrières de la région de Marquise ont freiné le dépeuplement rural.

2Le paysan boulonnais, tel qu’il nous est dépeint à la fin du XIXsiècle, paraît assez peu ouvert. Rude et vigoureux, il avale une nourriture frugale à base de pommes de terre et de pain et quand le cidre, sa boisson habituelle, manque il boit de l’eau. Conséquence de son isolement « le cultivateur ne se trouve à l’aise qu’avec son monde ordinaire » ; ayant peu fréquenté l’école il parle patois et si, en pays d’élevage, l’importance économique de la femme est considérable, les habitudes de soumission féminine, surtout en société, demeurent.

3Ce monde rural, Jules Huret, le voyait comme un monde immobile quand il décrivait, en 1897, le village de Maninghen situé à quelques kilomètres de Boulogne. « La vie répète là ses journées toujours les mêmes, sans autre révélation des existences extérieures que l’apparition du journal La Croix envoyé gratuitement de temps en temps, et de quelques feuilles du pays que la fermière rapporte parfois le samedi du marché. Dans ce trou perdu, très rustique, comme endormi, les luttes politiques et les changements sociaux demeurent inconnus. Le pays est assez fertile, le paysan y fait, bon an mal an, ses affaires, sans rien changer ou presque aux méthodes séculaires ».

4Autre signe des permanences de ce monde rural boulonnais, l’importance de la propriété noble ; au milieu du siècle 75 % des cotes à Samer, 66 % à Desvres mais seulement 35 % à Boulogne et 25 % à Marquise étaient des cotes nobiliaires et, au début du XXsiècle, la puissance foncière de la noblesse n’avait pas été entamée. Contraste saisissant avec une société urbaine en mutation rapide.

L’essor démographique urbain

5Les recensements quinquennaux nous permettent de suivre l’évolution de la population boulonnaise : les périodes de forte augmentation 1816-1841, 1851-1866 sont séparées par une décennie durant laquelle la stagnation démographique correspondait à l’arrêt de la croissance économique. En 50 ans, la ville passa de 16 607 h à 40 251 h, avec un accroissement moyen de 1,78 % par an. En 1911, la population boulonnaise atteignait 52 946 h ; l’augmentation moyenne, de 0,61 % l’an, s’était donc sensiblement ralentie dans les 45 dernières années.

6Mais Boulogne était au cœur d’une agglomération constituée de villes placées dans l’orbite du port : Le Portel, avec sa population maritime, Outreau avec ses usines, ou qui offraient, comme Saint-Martin, des terrains à bâtir. Globalement cette agglomération approchait les 50 000 h en 1866 dont 82 % habitaient sur la commune de Boulogne. En 1913, l’ensemble comptait 74 800 h et la part de Boulogne tombait à 74 %. C’est Outreau qui connut l’augmentation la plus spectaculaire, passant de 3 137 h en 1886 à 6 818 h en 1913, en devenant l’un des pôles industriels de l’agglomération.

7L’histoire démographique de la ville peut se diviser en deux grandes périodes. Jusqu’à la fin du Second Empire, la première, marquée par un fort accroissement naturel et des pointes de mortalité. Le taux de natalité resta très élevé, se maintenant à 40 ‰ en moyenne de 1816 à 1830, puis, après une baisse, se stabilisant à 34 ‰ de 1833 à 1853 et à 33 %o dans les dernières années du Second Empire. L’illégitimité était élevée : 18 % des naissances étaient illégitimes en 1831-1837, période de fort apport extérieur de population, le pourcentage tomba à 12 % en 1834-1838 mais remonta à 16,5 % au milieu des années 1860. Par la suite, la tendance à la baisse de la natalité devint manifeste mais fut, somme toute, limitée ; la natalité restait encore à 29 ‰ dans les 20 ans précédant la guerre de 1914.

8Le taux de nuptialité resta d’une grande stabilité, de l’ordre de 7 à 8 ‰ sur l’ensemble du siècle. Après 1884, la divortialité augmenta ; à la Belle Époque, on relevait une moyenne de 27 divorces par an – 6 % des mariages célébrés, près du double de la moyenne nationale.

Vue de la ville, du port et de la rade de Boulogne-sur-Mer par A. Philippe, 1831.

Vue de la ville, du port et de la rade de Boulogne-sur-Mer par A. Philippe, 1831.

Musée de Boulogne-sur-Mer.

9La mortalité, en année normale, resta d’une étonnante stabilité tout au long du XIXsiècle ; de l’ordre de 24 ‰ avant 1850 et encore à la Belle Époque. L’accroissement naturel fut donc très fort jusqu’en 1830 (16 ‰ ), assurant la totalité de l’augmentation de la population urbaine ; il était encore de 11 ‰ entre 1833 et 1853. Mais de fortes poussées de mortalité furent enregistrées lors des épidémies de choléra : 1832, 1849, 1854 et 1866, et lors de la guerre franco-allemande, en 1871. Les années 1866-1871, entre le choléra et la guerre, furent une période de crise démographique : la population de Boulogne tomba de 40 251 h à 39 700 h ; une période charnière, aussi, ouvrant sur la IIIRépublique caractérisée par un accroissement naturel sensiblement réduit : aux environs de 5 ‰ dans les années 1870 et 1880 et à 5,66 ‰ en 1893-1913. Plus de graves mortalités mais l’augmentation des décès en 1890-1892 montre la fragilité persistante de la population, des classes laborieuses surtout. Dans la décennie 1887-1896, les causes principales de mortalité étaient la tuberculose (18 %), les maladies de l’appareil respiratoire (15 %) et celles de l’appareil digestif (11 %). En 1890, l’excédent des décès (1 375) sur les naissances (1 278) fut causé par une épidémie de rougeole qui fit 117 victimes (8,5 % des décès au lieu de 3 % en moyenne de 1887 à 1896) et une augmentation sensible des ravages de la tuberculose et des autres affections de l’appareil respiratoire. En 1892, les responsables de la surmortalité (1 352 décès pour 1 314 naissances) furent le choléra (43 victimes) et les maladies de l’appareil respiratoire et du tube digestif.

La population boulonnaise au XIXsiècle.

La population boulonnaise au XIXe siècle.

Graphique conçu par G. Oustric et dessiné par M. Aubry (IRHiS).

10L’état sanitaire de la ville resta longtemps d’une grande médiocrité et une frange importante de la population vivait dans la misère. Dans les années 1836-1840, le bureau de bienfaisance avait secouru 2 700 personnes chaque année en moyenne. À la fin du Second Empire et au début de la IIIRépublique, de 1866 à 1874, 1 230 familles et 5 000 personnes furent prises en charge, en totalité ou en partie, par le bureau de bienfaisance. La misère reconnue trop lourde à porter touchait 12 % de la population « qui se morfond dans les greniers, les caves et les masures ». Aussi le choléra frappa-t-il particulièrement le quartier Saint-Pierre, celui des marins, où furent distribués 47 % des secours après le choléra de 1866 et le quartier ouvrier de Capécure qui reçut 32 % des secours. Sous le Second Empire, la municipalité s’efforça de faire respecter quelques règles élémentaires d’hygiène en rappelant l’interdiction aux bouchers de jeter à la rue des débris de bestiaux et du sang et aux industriels de se débarrasser des déchets sur la voie publique, en incitant les Boulonnais à balayer devant leur porte, à vidanger leurs fosses d’aisance et en prohibant tout jet d’immondices par les fenêtres et en particulier « les matières fécales ». Elle tenta de lutter contre « l’usage répandu depuis ces dernières années d’élever dans des conditions défectueuses des animaux de basse-cour, des porcs, des chèvres » en pleine ville.

11Sans doute, toutes ces mesures et la crainte des épidémies eurent-elles des effets bénéfiques mais jusqu’en 1880 les réseaux d’adduction d’eau et d’égouts étaient d’une criante insuffisance. Grâce aux eaux de Tingry, la Compagnie des Eaux distribuait 3 000 m3/jour à la fin du XIXsiècle dont 624 m3 allaient aux particuliers et le reste alimentait 103 bornes fontaines et 180 bouches de lavage. Le réseau d’égouts qui ne dépassait pas 2,5 km en 1880 fut porté à près de 20 km vers 1890 mais il ne couvrait alors que la moitié de la longueur totale des voies publiques. Si le quartier du Centre était bien pourvu en eau et si le tout-à-l’égoût se substituait rapidement aux fosses d’aisance encore nombreuses, Saint-Pierre était mal approvisionné en eau dans sa partie haute, le réseau d’égouts y était incomplet et ne s’y déversaient d’ailleurs que les détritus de la rue où l’on entassait, « habitude déplorable », les immondices.

12Difficiles à appréhender concrètement, mais réels, étaient les ravages de l’alcoolisme ; en 1913, Boulogne se plaçait au 4e rang des villes de plus de 30 000 h pour la consommation d’alcool avec 11,53 1/habitant alors que la moyenne des villes de cette catégorie s’établissait à 5 1.

13Sous la IIIRépublique, l’apport extérieur fut considérable entre 1876 et 1881 et en 1896-1901 assurant alors 86 % et 60 % de l’augmentation de la population mais entre 1886 et 1891 les départs l’emportèrent sur les arrivées et sur l’accroissement naturel et la ville perdit un millier d’habitants. Après 1900 et jusqu’à la guerre, la croissance fut assurée uniquement par le solde naturel, croissance relativement modeste de la ville-centre à l’étroit sur son territoire communal, comparée à celle des villes de l’agglomération.

14La société boulonnaise présentait au XIXsiècle une structure très originale ; à côté de ses bourgeois et de ses ouvriers vivaient le monde si particulier de la marine et une importante communauté britannique.

15Au milieu du siècle, en sus d’une population municipale de 31 000 h, la ville comptait plus de 4 000 étrangers ; le dénombrement de 1866 recensait 40 000 Boulonnais et 3 500 étrangers dont 2 800 étaient sujets britanniques. Par la suite, l’importance de la population étrangère se réduisit sensiblement ; la communauté anglaise tomba de 1 407 en 1886 à 916 en 1896. Présents dans le négoce, l’hôtellerie, les Britanniques eurent un rôle limité dans l’économie locale. Ils constituaient une communauté spécifique avec leurs médecins, leurs écoles et leurs chapelles mais participaient à la vie sociale de la cité et leur présence ne semble pas avoir provoqué de réaction xénophobe.

Une bourgeoisie dynamique

16La bourgeoisie d’affaires fit preuve, tout au long du XIXsiècle, d’un remarquable dynamisme. Négociants aux activités multiples, les Adam, les Fontaine, les Lonquéty, les Lebeau s’occupaient de commerce maritime, de banque, d’armement à la pêche, de salaison. Dès la première moitié du siècle, une tendance à la spécialisation des activités se manifesta ; elle se confirma sous le Second Empire. Certains de ces négociants procédèrent à de décisives reconversions pour l’avenir de l’économie locale en s’intéressant à l’industrie. Ce fut le cas de Huret-Lagache qui d’armateur de pêche devint filateur à Pont-de-Briques à partir de 1854. Ce fut aussi le cas de P. Lonquéty, fils d’un négociant armateur, il développa l’entreprise paternelle mais, dès 1856, il devenait l’un des actionnaires directeurs de la fabrique de ciment Demarle-Lonquéty et Cie. Banquiers, négociants, armateurs de pêche, industriels étaient présents, pour les plus influents d’entre eux, à la Chambre de Commerce, la plus ancienne du département, fondée en 1819. Outre leurs nombreuses interventions d’intérêt local, les hommes d’affaires dominant la Chambre se rallièrent au libre-échange dès 1834, ils accueillirent donc le traité de 1860 avec enthousiasme et se résignèrent au retour du protectionnisme en 1881 et 1892.

Armateur et équipage d’une goélette au retour de la pêche morutière d’Islande.

Armateur et équipage d’une goélette au retour de la pêche morutière d’Islande.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

17Certaines dynasties bourgeoises traversent le siècle, les Adam, banquiers, d’Alexandre à Félix en passant par Achille dont le mariage avec l’héritière de la banque Fontaine prépara la fusion de la clientèle des deux maisons. Les Vidor, armateurs de pêche, agents décidés, avec L. Bouclet, de la modernisation de la flotte de pêche. Mais quelques-uns sont des self-made men et le meilleur exemple en est P. Blanzy. Né à Paris en 1800, bientôt orphelin, il termina ses études avant de s’engager dans l’armée qu’il quitta en 1830 avec le modeste grade de sergent-major. Il se fixa alors à Boulogne où il obtint un poste de professeur de mathématiques à l’Institution Haffreingue. En 1846, il persuada quelques négociants de la possibilité d’implanter à Boulogne une fabrique de plumes métalliques ; l’entreprise réussit. Le succès économique fit de lui un notable.

18Pour tous ces hommes d’affaires les voies de la notabilité sont les mêmes : la Chambre de Commerce et le conseil municipal. La première moitié du siècle est dominée par un grand notable orléaniste, A. Adam. Associé par son père à la direction des affaires en 1807, il lui succéda en 1829. Maire de la ville de 1830 à 1848 et de 1855 à 1861, il fut entre temps président de la Chambre de Commerce et présida le Conseil général de 1852 à 1866 ; retiré des affaires, il vécut une retraite active dans son château de Condette où il mourut, comblé d’honneurs, en 1886. L’étoile de Bertulphe Gosselin monta sous le Second Empire ; ce Frugeois, avocat au barreau de Saint-Omer, s’agrégea au monde des affaires en épousant la fille du banquier Trudin-Roussel auquel il succéda. Maire de Boulogne (1861-1864) il fut aussi président de la Chambre de Commerce (1869-1881).

19Le mariage fut aussi un moment crucial dans la vie de Ferdinand Farjon (1841-1916). Fils d’un propriétaire de Wacquighen, il fit ses études au lycée de Saint-Omer avant d’entrer à Polytechnique puis à l’école d’application du génie d’où il sortit sous-lieutenant. Il participa à la guerre de 1870-1871, dans l’armée impériale puis dans l’armée du nord et, en 1872, il fut attaché à l’État major de la place de Boulogne avec le grade de capitaine. Il épousa alors l’une des filles de F. Lebeau, démissionna de l’armée et se fit industriel. À la mort de son beau-père, en 1875, il dirigea avec son beau-frère C. Baignol, la fabrique de plumes Baignol et Farjon ; en 1905, tout en restant commanditaire de l’entreprise, il céda la place à son fils Roger associé à son cousin Albert Baignol. Élu à la Chambre de Commerce en 1886, il en fut président de 1900 à 1916. Attaché depuis toujours « aux doctrines laïques et républicaines », cet homme d’affaires fut un grand notable républicain ; conseiller municipal de 1878 à 1908, il céda le siège à son fils ; il fut député de Boulogne de 1906 à 1910. Il disposait d’une influence sociale considérable. Administrateur de l’École pratique d’industrie et de commerce, il reçut les titres d’Inspecteur départemental et de Conseiller supérieur de l’enseignement technique. Il était en outre président de la société de Géographie locale et actionnaire de la Société sportive de Boulogne, fondée en 1908, dans laquelle se côtoyaient sports équestres, golf, tennis, tir aux pigeons, mais aussi, plus populaire déjà, le football. Puissance économique, notabilité sociale, engagement politique, tels étaient les traits caractéristiques du monde des affaires boulonnais.

20Les professions libérales participaient activement à la vie sociopolitique de la cité qui eut pour maires les docteurs Livois, Duhamel et Aigre, l’avocat Baudelocque dans la seconde moitié du siècle. Le groupe des employés et commis des banques et des entreprises de transport et de commerce voyait grossir ses effectifs. Les rentiers se maintenaient nombreux.

Répartition de la population active en 1886

hommes

%

femmes

%

agriculture

patrons

69

0,52

7

0,10

ouvriers, journaliers

130

1,00

16

0,24

industrie, artisanat

patrons

624

4,79

136

2,06

employés, commis

110

0,84

12

0,18

ouvriers, journaliers

4 247

32,60

3 359

51,04

transports

patrons

297

2,28

employés, commis
ouvriers, journaliers

144

1,10

677

5,19

399

6,06

marins

2 425

18,61

commerce

patrons

632

4,85

435

6,61

employés, commis
ouvriers, journaliers

870

6,67

65

0,98

577

4,42

123

1,87

hôteliers, logeurs, cabaretiers

patrons

247

1,90

115

1,74

employés, commis

53

0,40

8

0,12

ouvriers, journaliers

102

0,78

46

0,70

professions libérales

patrons

563

4,32

191

2,90

employés, commis
journaliers

97

0,74

6

0,09

42

0,32

37

0,56

administration publique

506

3,88

4

0,06

militaires et gendarmes

364

2,79

domestique

250

1,91

1 621

20,07

Total

13 026

100

6 580

100

Recensement Archives municipales

La diversité de la classe ouvrière

21Pour se convaincre de la diversité de la population active boulonnaise il suffit de consulter le tableau dressé à partir du recensement de 1886. On comptait alors près de 20 000 actifs dont 1/3 de femmes ; 51 % d’entre elles étaient ouvrières et journalières de l’industrie et 20 % domestiques. L’emploi masculin était beaucoup plus diversifié avec deux groupes numériquement dominants, les ouvriers et journaliers de l’industrie et de l’artisanat (33 %) et les marins (19 %). Avec près de 8 500 personnes, le secteur industriel et artisanal employait 43 % des actifs ; le secteur tertiaire en occupait autant. Environ 12 % des actifs naviguaient sur les bateaux de pêche et 1 % travaillait dans les jardins et les pépinières de la ceinture maraîchère de la ville.

22La classe ouvrière boulonnaise se caractérisait par sa grande hétérogénéité. Ouvriers d’usine dans le textile, les fabriques de plumes, la cimenterie ; ouvriers hautement qualifiés des chantiers de construction ; ouvriers d’entreprises quasi artisanales comme les scieries, les tonnelleries ; ouvriers à domicile de l’industrie de la chaussure ; main d’œuvre saisonnière des ateliers de salaison. Combien étaient-ils ? Une statistique de 1852 recensait 494 ouvriers dans les industries situées en amont de la pêche, 841 dans les deux usines textiles, 474 dans les deux fabriques de plumes, 57 dans la cimenterie, soit un total de 1 886 personnes dont 45 % de femmes et 6 % d’enfants de moins de 15 ans. Mais la statistique est incomplète. En 1866, on comptait 4 247 hommes et 3 359 femmes dans la catégorie des ouvriers et journaliers de l’industrie et de l’artisanat.

23Outre Boulogne, il faut signaler la présence de communautés d’ouvriers à Marquise, à Desvres, à Outreau, à Condette et dans les villages de Neufchatel, Dannes et Camiers, au sud de Boulogne, quand s’y implantèrent des cimenteries.

24Si l’on peut estimer que, dans la période 1840-1880, les créations d’emplois l’emportèrent sur les suppressions, la tendance s’inversa par la suite culminant avec le naufrage de la métallurgie à Marquise et à Outreau en 1884-1887. Le chômage pesa sur les travailleurs boulonnais jusqu’à la reprise industrielle postérieure à 1895 marquée par le redémarrage de la métallurgie dont la main d’œuvre s’éleva, de 1902 à 1913, de 170 à 800 ouvriers à Outreau et de 300 à 690 à Marquise.

25La première manifestation revendicative des ouvriers boulonnais date du premier 1er mai, en 1890 ; on rencontrait « des groupes d’ouvriers de diverses professions circulant à travers les rues mais sans pousser aucun cri ni se livrer à aucune manifestation », et les cinq chambres syndicales (métallurgistes, tonneliers, charpentiers de navires, menuisiers, charpentiers), et les délégués des ouvriers du cuir apportèrent à la sous-préfecture une pétition réclamant la journée de 8 heures et un salaire minimum ; dès 1892, les syndicats disposèrent d’une Bourse du Travail. Un début d’organisation, une grève plus ou moins largement suivie le 1er mai, ainsi en alla-t-il jusqu’à la Belle Époque. Premier frémissement en 1901, lorsque 34 ouvriers des chantiers navals et 60 ouvriers de la fabrique de chaussure Thierry se mirent en grève. Explosion sociale en 1905-1907 quand, à un moment ou à un autre, à peu près toutes les catégories d’ouvriers s’engagèrent dans la lutte avec plus ou moins de détermination pour obtenir des augmentations de salaire. Les métallurgistes des chantiers de construction navale cessèrent le travail du 18 au 31 octobre 1905 avec succès, par contre les grèves de femmes dans les fabriques de plumes tournèrent court. Spectacle nouveau pour les Boulonnais que ces défilés d’ouvriers, drapeaux rouges en tête, chantant « la Carmagnole » et « l’Internationale » et se heurtant aux forces de l’ordre. Plus dispersées, des grèves éclatèrent encore jusqu’en 1913 ; le temps de la résignation était bien terminé : les travailleurs voulaient tirer quelques bénéfices de la prospérité de la Belle Époque.

Le monde de la Marine

26Les marins vivaient dans le quartier de la Beurrière, érigé en paroisse Saint-Pierre en 1852. Mais il existait des communautés de marins à Audresselles, au Portel, à Equihen et, plus au sud, à Étaples appartenant au quartier de Boulogne qui comptait 1 180 inscrits en 1816 et 2 354 en 1850. Au début de la IIIRépublique, on recensait 4 668 inscrits dont 58 % (2 720) au port de Boulogne ; à la veille de la 1re Guerre Mondiale, le nombre des inscrits du quartier s’élevait à 5 800.

27Quelques traits permanents caractérisent cette population maritime au XIXsiècle et d’abord l’affirmation de sa différence vis-à-vis des « Bourgeois ». Le quartier est toujours présenté, par les témoins de l’époque, « comme une ville à part » avec ses petites maisons à un étage avec un grenier mansardé. Une partie du quartier était construite sur le flanc de la falaise dominant le port : « le premier étage des premières maisons vient au rez de chaussée des suivantes et ainsi de suite jusqu’au sommet de la falaise » ; les rues étaient construites par une succession d’escaliers séparés par de courts paliers. Les témoignages insistent sur le contraste entre le propreté des intérieurs et la saleté de la rue où « s’entassent les ordures de toute sorte et de toute provenance ». Les habitants du quartier avaient « un langage, des mœurs, des coutumes d’une incontestable originalité » et le patois des marins était d’autant plus employé que la scolarisation des enfants de la marine était médiocre. L’atelier-école qui fonctionna de 1817 à 1851 puis de 1867 à 1880 ne donna guère de résultat ; la loi sur l’obligation scolaire de 1882 fut tournée et au début du XXsiècle encore la situation restait préoccupante : les parents tenaient au « mois du mousse » et les armateurs jugeaient que « les écoles formaient des jeunes gens trop prétentieux ». Jusqu’en 1907, il resta possible d’envoyer à la mer les enfants à partir de 10 ans, après, la limite d’embarquement fut portée à 13 ans mais abaissée à 12 ans pour les titulaires du certificat d’études.

Un équipage au travail : la remontée des filets sur un harenguier à vapeur.

Un équipage au travail : la remontée des filets sur un harenguier à vapeur.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

Le quartier de la Beurrière et l’église Saint-Pierre ; au 1er plan le paquebot de Folkestone.

Le quartier de la Beurrière et l’église Saint-Pierre ; au 1er plan le paquebot de Folkestone.

Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.

28Maints témoignages recoupent celui qui décrit « un métier qui, au prix des plus rudes fatigues et des dangers menaçants, nourrit à peine l’homme qui l’exerce et ne lui laisse pour perspective, dans sa vieillesse souvent prématurée, que la misère et le dénuement ». À bord des harenguiers, la manœuvre du cabestan à bras « brisait, même avant l’heure » les plus robustes marins et était responsable du nombre élevé de hernies relevées lors du service militaire ; avec la généralisation du cabestan à vapeur, dans les années 1870, la pénibilité du travail fut allégée mais au même moment l’accroissement des prises, conséquence de l’emploi des filets de coton, allongea les opérations de salaison à bord. Le bateau était aussi lieu d’habitation et en 1892 encore « le logement des matelots était très étroit, chaque homme disposait d’un petit cabanon en planches dans lequel il déposait ses vêtements et se couchait. L’espace où reposaient les vingt hommes était très mal aéré ; au milieu de la cabine un poêle chauffé à blanc, autour duquel les hommes fumaient et faisaient cuire leurs aliments. La transpiration et la respiration des hommes, l’odeur des vêtements imprégnés d’eau de mer et souillés de poisson, l’odeur du pétrole qui servait à éclairer le logement, formaient un horrible mélange qui vous saisissait à la gorge dès que vous pénétriez dans la cabine ». Sur les vapeurs qui entrèrent en service après 1894 les conditions de logement étaient bien meilleures. La nourriture resta d’une grande monotonie ; après l’épuisement de la viande et des légumes frais dans les deux premiers jours, l’ordinaire comprenait soupe aux haricots ou au riz, agrémentée de lard salé deux fois par semaine, à un repas et poisson-pommes de terre à l’autre repas. Pour varier leur alimentation, les hommes embarquaient des œufs, du chocolat, des figues sèches et l’alcool qu’ils mélangeaient au café ou au thé pour confectionner la « bistouille ».

29Les accidents de mer étaient fréquents et la tempête était la cause des plus graves catastrophes. En 1880, le mauvais temps causa des avaries si importantes que le ministère de la Marine ouvrit un crédit spécial pour venir en aide aux sinistrés. L’année suivante fut l’année terrible pour le quartier : 9 navires périrent corps et biens et l’on dénombra 155 victimes dont 23 mousses. Entre 1892 et 1910, la Statistique des naufrages comptabilisa 225 hommes perdus en mer ou tués accidentellement. Malgré la constitution de la Société de secours mutuel N.D. de Boulogne en 1854, la protection sociale des marins resta très médiocre jusqu’à la réforme des statuts de ladite Société en 1883. Le nombre d’adhérents s’éleva rapidement à un millier et, en 1888, les armateurs s’engagèrent à payer la cotisation des matelots ; désormais la protection sociale était mieux assurée.

30Les mouvements revendicatifs des marins étaient le plus souvent défensifs. En 1888, en pleine crise harenguière, alors qu’une centaine de marins étaient sans emploi et que les armateurs prétendaient réduire les salaires mensuels, déjà tombés en quelques années de 90 ou 100 F à 80 F, à 77 F pour 10 mois de navigation, la grève éclata le 1er mars. Le 6 mars, poussés à la conciliation par le Commissaire de l’Inscription maritime, par le maire et par une opinion publique favorable aux grévistes, les armateurs acceptèrent de garantir un salaire mensuel de 80 F par mois pendant 12 mois et de payer la cotisation des marins à la compagnie d’assurances de leur choix.

31En novembre 1900, les équipages des harenguiers, au moment où la pêche côtière battait son plein et où les bateaux ramenaient en une seule nuit 6 000 à 7 000 F de poisson, déclenchèrent une grève offensive et obtinrent une augmentation de leur salaire mensuel porté de 90 à 115 F. Mais dans la période 1904-1909, alors que les armateurs se trouvaient, au dire même du syndicat, « dans une situation difficile », les luttes reprirent un caractère défensif. Les tentatives d’organisation syndicale en 1897 puis en 1904, firent long feu. La grève d’octobre 1904, lancée pour obtenir un enrôlement à l’année, fut un échec. En 1909, les armateurs de harenguiers dont les profits étaient laminés par la baisse des prix décidèrent de réduire les équipages de 23 à 17 hommes ; 400 marins se retrouvaient au chômage et le sous-préfet notait : « la dernière saison de pêche ayant été généralement mauvaise, une véritable gêne règne dans la population maritime boulonnaise et porteloise ». En réaction directe contre la décision des armateurs, se constitua le syndicat des marins de Boulogne et du Portel et « cette union complète » amena les armateurs à promettre d’armer immédiatement cinq navires et d’embaucher une centaine de matelots. Cette proposition satisfit le bureau du syndicat mais il fut débordé par la base qui décida la grève (18-19 mars). Les marins tentèrent de s’opposer au déchargement du poisson de 12 bateaux de pêche et occupèrent 3 navires pour les empêcher d’appareiller ; des heurts se produisirent avec les forces de l’ordre. Le mouvement cessa rapidement après la médiation de l’administration maritime et du sous-préfet qui se proposait « de veiller ces jours-ci à ce que les armateurs tiennent les promesses qu’ils ont faites de réarmer au plus vite ». Succès, au moins relatif, pour les grévistes.

32Il faut marquer, dans cette communauté de marins, l’importance toute particulière de la femme, souvent mère de famille nombreuse, maîtresse incontestée du foyer dont elle gère le budget. Souvent les matelotes travaillaient ; certaines, employées à l’année dans les « greniers » des armateurs, préparaient les filets pour un salaire annuel de 500 F vers 1908. Un nombre plus grand (536 en 1885) étaient occupées, d’août à mars, dans les ateliers où les saleuses gagnaient, toujours vers 1908, 300 à 600 F par an et les saurisseuses 250 à 450 F alors que le revenu annuel des hommes s’établissait à 1 200 F sur les harenguiers à voiles et à 1 500 F sur les vapeurs. Pendant la morte-saison, les matelotes vivaient de petits métiers, se faisant marchandes de fruits ou de poisson, couturières ou gardiennes d’enfants.

Pauvres et marginaux

33Boulogne avait aussi ses marginaux. Une population d’assistés, les uns permanents, les autres temporaires, vivait des distributions de vivres dont se chargeait habituellement le Bureau de bienfaisance ; le nombre des familles secourues s’éleva de 500 en 1836 à 892 en 1842 et à 1 065 en 1846. En 1896, 1 170 familles soit près de 5 000 personnes (10 % de la population) avaient été prises en charge par l’assistance publique. Quand la situation devenait plus sérieuse, en raison d’une poussée de chômage, la municipalité lançait un appel à la charité privée pour soulager l’inévitable misère au nom de la morale chrétienne : « Vous penserez que c’est surtout lorsqu’il plaît à Dieu, dans Sa Mystérieuse Sagesse, de multiplier autour de nous les misères et les souffrances de toutes sortes, qu’il est doux de se conformer à ce sublime précepte de Notre Divin Maitre : “Aimez-vous les uns les autres” ». Ainsi s’exprimait, en 1868, le maire de Boulogne ! Plus concrètement, la municipalité organisait des chantiers de charité ; dans les années 1870, elle mit en place l’œuvre des fourneaux économiques qui distribuait soupes et moyens de chauffage aux habitants les plus démunis de Saint-Pierre, le quartier des marins, et des quartiers ouvriers de Capécure et de Bréquerecque pendant les mois d’hiver. L’hiver, saison toujours rude pour les pauvres ; aussi le 2 février 1891 un « grand bal de charité » fut-il organisé dans les salons du Casino. Il y eut environ 750 entrées à 5 F, la recette brute s’éleva à 3 700 ou 3 800 F mais il fallut payer les musiciens et le traiteur qui avait préparé un repas pantagruélique comme savaient les faire les bourgeois du siècle dernier.

 

34Au menu :

consommé froid et chaud
jambon d’York, galantine, langue écarlate
saumon sauce verte
poulardes mayonnaise, aloyau piqué, pommes duchesse
homard parisienne, écrevisses de la Meuse
dinde truffée, salade russe, pâté de foie gras en croûte
glace vanille, gâteaux assortis. Vins.

35Nous ne connaissons pas la somme effectivement distribuée aux pauvres. Dès la première moitié du XIXsiècle, la mendicité et la prostitution connaissaient une recrudescence saisonnière favorisée par l’afflux des touristes au moment de la saison des bains. Drapée dans sa vertu, la presse locale s’indignait de la présence des filles de joie sur les quais et sur les trottoirs des rues les plus fréquentées de la ville tandis que les mendiants s’attroupaient à l’arrivée des diligences « poursuivant les voyageurs de leurs lamentables sollicitations ». Dans les années 1890 encore, l’arrivée des étrangers, en été, était une aubaine pour les mendiants qui « fourmillent à cette époque de l’année » malgré les interdictions municipales et pour les enfants qui « assaillent avec persévérance tout ce qui a l’aspect d’un Anglais ». En 1903, la France du Nord s’en prenait toujours à ces bandes de gamins qui poursuivaient « avec une insistance de lazzaroni les excursionnistes dans l’espoir d’avoir un sou ».

36Aux prostituées occasionnelles comme cette journalière de 19 ans condamnée pour « provocation de mobilisés à la débauche » et aux habituelles comme ces 15 « filles publiques » poursuivies pour n’avoir pas respecté les règlements municipaux sur la police sanitaire (mars 1871), s’ajoutaient « ces femmes de mœurs légères qui sont aujourd’hui la plaie de nos villes de bains où elles viennent étaler leur luxe et leur audace ». À la Belle Époque, la prostitution faisait vivre une cinquantaine de « filles soumises en maison » tandis qu’une vingtaine de « filles isolées » cherchaient les clients sur les trottoirs de Boulogne.

37La répression d’une délinquance faite le plus souvent de petits délits fournissait la maison d’arrêt où étaient recluses 59 personnes en 1841, 94 en 1856 et 106 en 1891.

38Par-delà les permanences, d’importants changements sociaux se sont produits entre 1815 et 1914. La bourgeoisie, la bourgeoisie d’affaires en particulier, a joué pleinement le rôle de classe dirigeante : négociants, banquiers, armateurs, industriels considéraient avec une parfaite bonne conscience que leurs intérêts particuliers coïncidait avec l’intérêt général. Ce n’est que tardivement, à la Belle Époque, qu’enfin organisés en syndicats, les ouvriers, les marins, et les dockers firent irruption, comme force de contestation, dans la vie de la cité. Chaque été, la saison des bains attirait des touristes ; un petit nombre d’aristocrates et de riches bourgeois dans la première moitié du siècle puis une foule plus mélangée quand la compagnie du Nord organisa les trains de plaisir et lorsque les compagnies de navigation anglaises mirent en service les paquebots d’excursions. À la veille de la première guerre mondiale, les Boulonnais, partisans de la conservation sociale pour les uns et espérant le changement pour les autres, envisageaient l’avenir avec un optimisme certain.

Table des illustrations

Titre Vue de la ville, du port et de la rade de Boulogne-sur-Mer par A. Philippe, 1831.
Crédits Musée de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre La population boulonnaise au XIXsiècle.
Crédits Graphique conçu par G. Oustric et dessiné par M. Aubry (IRHiS).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7591/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Armateur et équipage d’une goélette au retour de la pêche morutière d’Islande.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7591/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Un équipage au travail : la remontée des filets sur un harenguier à vapeur.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7591/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Le quartier de la Beurrière et l’église Saint-Pierre ; au 1er plan le paquebot de Folkestone.
Crédits Archives municipales de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7591/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search