Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre VIII. Boulogne et le rêve conquérant de Napoléon

Pierre-André Wimet

Texte intégral

1Le Consulat et l’Empire ont profondément marqué la vie boulonnaise. La guerre avec l’Angleterre, l’occupation militaire du littoral, les gigantesques préparatifs d’une invasion toujours remise, les visites et séjours répétés de l’homme qui remodelait la France ont pendant plusieurs années mêlé l’histoire locale à l’histoire nationale et fait d’une petite ville de province qui comptait à peine plus de 10 500 habitants en l’an VIII une sorte d’annexe de la capitale.

2À la veille du Consulat la situation de Boulogne n’est guère brillante. Le port est en mauvais état. Il a, en 1798, retenu un instant l’attention du Directoire qui, déjà, désirait en faire la principale base d’une expédition outre-Manche, mais les travaux de réfection entrepris alors furent vite abandonnés en même temps que le projet. La pêche est entravée par les hostilités. Impossible de jeter filets et lignes ailleurs qu’à proximité de la côte et les apports s’en trouvent réduits. Si la poursuite d’un trafic interlope avec l’Angleterre par l’intermédiaire des smogglers, si l’armement des corsaires et les prises faites par ces derniers entretiennent un certain courant commercial et permettent à l’artisanat de survivre, l’administration municipale connaît par contre le plus complet dénuement. Sans revenus, sans subsides, écrasée de dettes elle ne peut plus payer ni fournisseurs, ni employés, ni encore moins entretenir l’hospice. Il n’y a même plus assez d’argent en caisse pour louer le tombereau nécessaire à l’ébouage.

La renaissance de la vie urbaine sous le Consulat

3Aussi le coup d’État du 18 Brumaire, qui apporte l’espoir de jours meilleurs, est-il bien accueilli par les Boulonnais. Leur concitoyen et représentant Berquier-Neuville, membre du conseil des Cinq-Cents, qui a été témoin de l’événement, lui est favorable. Un autre de leurs concitoyens, Daunou, participe à la rédaction de la nouvelle constitution. La place de 3e Consul doit lui revenir, mais Bonaparte qui se défie de cet inébranlable défenseur des libertés lui préfère Lebrun.

4Lors de la mise en place de l’administration départementale prévue par la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800) Boulogne, chef-lieu de l’un des six arrondissements du Pas-de-Calais, devient le siège d’une sous-préfecture. Celle-ci est d’abord confiée à un Douaisien Amé Masclet, ancien avocat au Parlement de Paris et ancien adjudant des généraux de l’armée du Rhin. C’est un homme dynamique qui s’ingénie à développer l’économie de sa circonscription : il procure un bailleur de fonds à un artisan pour exploiter une carrière de marbre, fait faire des expériences de fabrication de ciment dont il a obtenu la composition d’un Anglais transfuge, anime la Société d’Agriculture, des Sciences et des Arts et participe à ses travaux… etc. Malheureusement il n’occupera ce poste que trois ans. Son successeur, un nommé Duplaquet, est loin de le valoir. Malgré une réputation douteuse et de nombreuses plaintes de ses administrés il restera en place jusqu’en 1813. De l’aristocratique comte de Castéja qui sera le dernier sous-préfet de Boulogne de l’Empire, il n’y a rien à dire si ce n’est qu’il s’empressa de faire acclamer Louis XVIII.

5Le conseil d’arrondissement n’aura, dans l’ombre du sous-préfet, qu’un rôle effacé. Y figurent des notabilités comme Bernard Gros, ancien député des États Généraux et Dumont de Courset le savant botaniste.

6Au tribunal de district succède dans chaque arrondissement un tribunal de première instance qui, à Boulogne, comprend lors de sa formation en juin 1800 : un président (Grandsire père), trois juges (Baret, Gaspard Leriche et Sauvage-Combeauville), trois suppléants et un commissaire du Gouvernement (Caron-Falempin). Sont maintenus la justice de Paix et le tribunal de Commerce.

7La sécurité et l’ordre public sont assurés par une brigade de gendarmerie sous le commandement du lieutenant Hacot et par un commissaire de police, Amable Lambert, qui dépendait à la fois de la municipalité et du commissariat général de Police des Côtes de la Manche.

8Les douanes sont représentées par un directeur, un capitaine et des préposés. L’état militaire se compose d’un commandant d’armes, d’un commandant et d’un garde d’artillerie, d’un chef et d’un adjudant du génie. La ville compte en outre un inspecteur et un receveur des contributions directes, un ingénieur et un conducteur des Ponts-et-Chaussées et un inspecteur de l’administration forestière.

9La loi du 17 février 1800 a aussi réglé l’organisation municipale. Boulogne ayant plus de 10 000 habitants a le droit à un maire et à deux adjoints à la nomination du Premier Consul, à trente conseillers municipaux et à un commissaire de police. De 1800 à 1815 quatre maires se succéderont à la tête de la municipalité. Le premier est un homme de loi, Caron-Falempin. Il n’exerce ses fonctions que cinq mois durant lesquels il réorganise les service communaux. Démissionnaire pour devenir commissaire du Gouvernement il est remplacé par Merlin-Dubreuil, un négociant que la course a enrichi. C’est celui-ci qui fera face aux multiples difficultés de la période active du camp de Boulogne. Surmené et désirant reprendre en main ses affaires personnelles trop négligées il rend son écharpe en 1805. François Delporte, négociant et éleveur de moutons, conseiller général, lui succède. Il ne reste maire que quatre ans. C’est un troisième négociant, Pocholle de Menneville, ancien chef de bataillon de la garde nationale en 1789, qui devient le premier magistrat de Boulogne en 1809. Il le demeurera jusqu’en décembre 1814. Ces administrateurs surent se montrer, ainsi que leurs adjoints, à la hauteur de leur tâche exceptionnellement lourde.

10L’un des premiers soins de la municipalité après le coup d’État fut de profiter des circonstances pour améliorer ses finances en créant un octroi dont la direction fut confiée à Ch.-Fr. de Sainte-Beuve le père du critique. Cette mesure ne pouvait devenir efficace qu’avec une reprise de l’économie locale qui dépendait du rétablissement de la paix. Sur le continent cette paix est signée à Lunéville en février 1801 mais la guerre avec l’Angleterre se poursuivait. Au mois de septembre précédent, des négociations engagées avec Londres en vue d’un armistice n’avaient pas abouti. Il fallut en revenir au projet d’invasion de la Grande-Bretagne et de nouveau l’attention du gouvernement se porte sur Boulogne. On y rassemble au printemps de 1801 les soldats, marins et bateaux nécessaires à l’expédition sous le commandement d’un chef énergique et expérimenté, l’amiral Latouche-Tréville. Un crédit important a été débloqué pour l’aménagement du port où prennent place quelques 180 embarcations légères capables de sortir en une marée. Bien que de peu d’envergure ces préparatifs ne manquent pas d’alarmer l’Angleterre et le 27 juillet Nelson reçoit le commandement d’une escadre de 30 navires avec mission de détruire la flottille de Boulogne. Ayant vainement tenté à deux reprises au début d’août de l’écraser sous les bombes, le vainqueur d’Aboukir recourt aux grands moyens. Dans la nuit du 15 au 16 août, il lance une nuée de péniches à l’abordage des embarcations françaises qui tiennent la ligne d’embossage dans la rade, face au large. L’affaire est chaude et sanglante et tourne au désavantage des Anglais qui battent en retraite après avoir été fortement étrillés.

11Ce combat naval où les Français ont enfin eu le dessus a le retentissement d’une véritable victoire. Bonaparte fait distribuer des armes d’honneur aux marins et soldats qui ont si brillamment résisté à l’amiral le plus célèbre de l’Angleterre, et pour commémorer l’événement fait exécuter un grand tableau que conserve aujourd’hui le musée de Versailles. Outre-Manche c’est le découragement. On estime qu’il est temps de mettre fin aux hostilités et les préliminaires de la paix d’Amiens sont signés dès le 1er octobre. L’échec de Nelson devant Boulogne a encore une autre conséquence, celle de donner à Bonaparte, jusqu’alors réticent, une certaine confiance dans les possibilités d’une flottille face à des navires de haut-bord et de l’incliner à croire la marine britannique plus vulnérable qu’elle ne le paraît.

La plage et l’entrée du port de Boulogne.

La plage et l’entrée du port de Boulogne.

Aquarelle de R. Gautier. Collection particulière.

12La paix permet aux Boulonnais de reprendre leur activité traditionnelle. Plus d’entraves à la pêche sur une mer redevenue libre. Dans le port, dont les travaux de restauration se poursuivent, recommence le service quotidien des paquebots avec Douvres. Les Anglais s’empressent de revenir et leur présence relance le commerce local.

13D’autre part les lois d’amnistie concernant les émigrés et la signature du Concordat contribuent à apaiser les dissensions qui divisent les esprits et les consciences. Dans l’arrondissement les émigrés sont presque tous rentrés et se tiennent tranquilles. Sur le plan religieux la situation est moins satisfaisante. Le culte catholique officiel est exercé en basse ville de Boulogne dans l’ancienne paroisse Saint-Nicolas par un prêtre constitutionnel, François Roche, qui a donné des gages à la Révolution, mais en même temps des prêtres réfractaires, préfets de mission du dernier évêque de Boulogne, officient clandestinement dans certaines maisons de la Haute Ville. Le Concordat acta la suppresion de l’ancien diocèse de Boulogne et son incorporation dans celui d’Arras. L’organisation du clergé dans le nouveau diocèse ne se fit pas sans lutte. Sur l’insistance du sous-préfet Masclet le nouvel évêque d’Arras, Mgr de la Tour d’Auvergne, accepte de maintenir Fr. Roche à la cure de Saint-Nicolas, mais il rétablit en Haute Ville la paroisse Saint-Joseph avec un prêtre non-Jureur. C’est M. Denissel, détaché à Boulogne comme pro-vicaire général, qui en deviendra en mars 1803, le desservant titulaire et qui jusqu’en 1806 sera la haute personnalité ecclésiastique de la ville. Mais du fait que la paroisse Saint-Joseph ne disposait pas de local suffisant (ayant été privée dès l’automne 1803 de la chapelle des Annonciades où elle s’était installée) tous les offices, toutes les cérémonies auront lieu pendant plusieurs années en l’église Saint-Nicolas.

Le camp de Boulogne (1803-1805)

14La paix d’Amiens qui avait soulevé tant d’espoir dura à peine quelques mois. Dès sa rupture en mai 1803, Bonaparte reprend activement le projet d’invasion de l’Angleterre. Le 24 juin, il quitte Paris pour parcourir les côtes de la Manche et de la mer du Nord où son intention est de mettre en place un important dispositif militaire et naval centré sur Boulogne. Le 29, il fait étape dans cette ville où il a déjà effectué une rapide inspection en 1798, avant la campagne d’Égypte. Le lendemain et le surlendemain, il visite attentivement le port et ses défenses, passe en revue les troupes de la garnison puis poursuit sa route vers Calais.

15Les régiments constituant l’armée des Côtes de l’Océan destinée à l’invasion de l’Angleterre furent répartis depuis la Bretagne jusqu’à la Hollande mais c’est aux environs et tout autour de Boulogne que fut réuni le plus grand nombre de soldats. Leur concentration se fit progressivement à partir de l’automne 1803. En mars 1804, on comptait déjà plus de 8 000 hommes campés à Ambleteuse, 7 000 à Wimereux, près de 8 000 au camp de Droite sur le sommet de la colline dominant Boulogne au nord, et plus de 7 000 au camp de Gauche sur le plateau d’Outreau à l’ouest de la ville, soit un total de 30 000. En juillet 1804, on atteignait les 40 000 et un an plus tard, en août 1805, on dénombrera autour de Boulogne une population militaire dépassant les 60 000 individus. L’ensemble reçut curieusement le nom de camp de Saint-Omer parce que l’administration de la Guerre avait d’abord pensé établir dans cette ville, malgré son éloignement du littoral, les état-majors et les différents services.

16Aux soldats vinrent s’ajouter les équipages de la flottille dont l’effectif ne parait pas avoir dépassé 15 000 marins.

17Le commandement du camp de Saint-Omer fut confié au général, puis maréchal, Soult qui installa son quartier général dans l’hôtel Chanlaire sous les remparts, en face de la porte des Dunes. Celui de la flottille échut à l’amiral Bruix qui se logea en Haute Ville dans l’ancien évêché. Malade celui-ci alla mourir à Paris en mars 1805. L’amiral Lacrosse, son adjoint, et l’amiral Bonnefous, préfet maritime du 1er arrondissement qui avait quitté Dunkerque pour installer son administration à Boulogne dans l’ancien couvent des Minimes, héritèrent de ses charges.

18Berthier, ministre de la Guerre et chef du Grand État-Major Général, s’établit aussi en Haute-Ville dans l’hôtel Cazin d’Honnincthun tandis que ses bureaux occupaient les appartements du bel hôtel Desandrouin qui avait abrité le Premier Consul au mois de juin précédent.

19Quant à ce dernier, il fixa son quartier général au château de Pont-de-Briques, à quelques kilomètres de la ville, en bordure de la route de Paris. Il devait y faire cinq séjours : le premier du 4 au 17 novembre 1803, le second du 1er au 5 janvier 1804, le troisième du 19 juillet au 5 août 1804, le quatrième du 15 au 27 août 1804 et le cinquième du 3 août au 2 septembre 1805. Il se fit en outre construire sur la falaise de la Tour-d’Odre une baraque de commandement qui dominait l’estuaire de la Liane, la rade et la Manche. Il y avait autour de celle-ci quelques autres baraques pour les principaux chefs de l’expédition : Berthier, Soult, Bruix et Decrès, le ministre de la Marine, ainsi qu’un mât à signaux permettant de transmettre les ordres à la flottille et aux batteries.

L’engagement devant Boulogne de la flottille avec la croisière anglaise le 26 août 1804.

L’engagement devant Boulogne de la flottille avec la croisière anglaise le 26 août 1804.

Collection particulière. Cliché P.A. Wimet.

20Réunir une armée face à l’Angleterre était relativement aisé mais lui faire franchir le détroit soulevait des problèmes ardus. Cela nécessitait d’abord un grand nombre d’embarcations. De la petite flottille de 1801, il ne restait que peu d’unités utilisables. On répara ce qui pouvait l’être et on mit en chantier un peu partout, aussi bien à Paris et en Hollande que sur les côtes de France, un gros millier de petits bâtiments à faible tirant d’eau (prâmes, canonnières, chaloupes, péniches, caïques, etc.). En même temps, on aménagea les ports destinés à les abriter. On se préoccupa notamment de rendre accessible l’estuaire de la Canche à Étaples, de remettre en état le vieux port d’Ambleteuse, et de creuser un bassin à Wimereux. Mais c’est à Boulogne, où devaient être rassemblés 8 à 900 bateaux, que furent entrepris les travaux les plus importants : construction de quais et d’estacades, d’un barrage, d’une écluse et surtout excavation d’un bassin demi-circulaire dans la rive gauche de la Liane. « Ils sont 6 000 hommes avec des brouettes qui travaillent continuellement même la nuit à la lueur des torches, écrit un jeune engagé en décembre 1803… il y a plus de bruit sur le port qu’à la sortie de l’Opéra, tantôt c’est des chariots de sable, tantôt des pierres énormes ou des arbres… »

21Pour permettre aux unités de la flottille d’entrer au port, d’en sortir et de prendre la ligne d’embossage à l’abri des attaques de la croisière anglaise on multiplie les batteries à droite et à gauche de l’estuaire de la Liane. Des forts sont construits sur la laisse de basse mer pour former une ligne de feux avancés.

22Notre propos n’est pas de retracer les péripéties de l’histoire militaire et maritime du camp de Boulogne (manœuvres diverses, revues, prises d’armes, affrontements avec l’ennemi ou avec la mer déchaînée, etc) mais seulement d’explorer les incidences qu’un tel rassemblement d’hommes, d’armes et de bateaux eut sur la vie boulonnaise.

Carte camp de Boulogne.

Carte camp de Boulogne.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, N° 36.273.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

23Le problème le plus crucial fut celui du logement. Certes, la majorité des soldats trouvèrent place dans les baraques des camps de Droite et de Gauche mais la ville dut recevoir les état-majors des armées de terre et de mer, les officiers supérieurs, les ministres, les hauts fonctionnaires, les hôpitaux, les services de santé, ceux des équipages, des fourrages, des vivres-viandes, etc.

24Nous avons vu où s’étaient installés les principaux chefs de l’expédition. Deux belles maisons de la Haute Ville furent encore réservées, dès 1803, l’une rue Saint-Martin pour Talleyrand, l’autre, près de l’évêché, pour Marmont, mais on ne put trouver aucun logement convenable ni pour le ministre de la Marine, ni pour Petiet, intendant de l’armée. Par la suite les ministres et autres personnages importants qui viendront en déplacement à Boulogne seront obligés de descendre à l’auberge.

25L’armée de terre installa son hôpital dans les locaux de l’hospice civil avec une annexe en Haute Ville dans l’ancien petit séminaire. La marine qui avait aussi son hôpital particulier réquisitionna les bâtiments de l’ex-grand séminaire dont il fallut déménager rapidement la bibliothèque de la ville.

26Le maire à qui incombait la délivrance des billets de logement se débattait au milieu de mille difficultés.

Je dois vous faire observer, écrivait-il au chef d’état-major de Soult, que les logements les plus difficiles à fournir sont ceux des officiers, qu’ils le sont d’autant plus qu’un grand nombre de lits et de litières ont été prêtés par des particuliers et des tapissiers tant pour l’ameublement du château du Premier Consul au Pont-de-Briques que pour ceux de différentes maisons occupées par plusieurs personnes de marque de l’armée, que cette circonstance est cause que des chambres restent vagues faute de moyens de les meubler puisqu’il ne reste rien ou très peu de choses chez les tapissiers.
Je dois vous faire observer encore que plusieurs officiers supérieurs sont très difficiles, exigeant plusieurs appartements et rejetant ceux qui ne sont que médiocrement meublés, que plusieurs officiers ont conservé des logements en ville pour leurs épouses et leurs enfants. Enfin que les soldats de la garde du Consul se sont fait donner les meilleurs appartements des maisons où ils ont été logés et qu’ils occupent des chambres qui auraient pu être réservées pour des officiers.

27Trouver des écuries pour les chevaux et des magasins pour les approvisionnements divers de l’expédition n’était pas un moindre problème. Toutes les caves, celliers, greniers et remises plus ou moins disponibles furent réquisitionnés. L’armée de terre fit de l’ancien couvent des Annonciades un magasin et une manutention, occupant même la chapelle qui servait d’église paroissiale à la Haute Ville. On utilisa la loge des Francs-Maçons comme dépôt d’habillement pour les hôpitaux militaires et le maire, malgré ses protestations, dut fermer l’école des Frères, que fréquentaient 140 élèves, pour permettre d’y stocker de l’avoine. La pénurie des locaux était telle que la marine fut obligée de transformer un brick en magasin à farine.

28La densité de la population, le grand nombre de chevaux, les tueries de bêtes maintenaient dans la ville un état de malpropreté constant. Dans les rues et sur les places s’amoncelaient fumiers, débris et immondices de toutes sortes. On trouva même, abandonnés sur la voie publique, des cadavres de chevaux ! L’ébouage était d’autant plus difficile à réaliser que le préfet avait supprimé du budget communal l’allocation prévue pour cet usage, que les cultivateurs de la banlieue refusaient de se charger gratuitement de la besogne et que tous les tombereaux étaient pris par les travaux portuaires. D’ailleurs à peine ramassés les monts d’ordures se reformaient aussi vite. C’était notamment le cas sur la place Dalton devant l’entrée de l’église Saint-Nicolas, si bien que le maire dut demander au commandant d’armes d’y mettre une sentinelle.

29La police municipale avait aussi fort à faire avec la surveillance des auberges, des diligences et autres voitures publiques et d’une foule d’étrangers en quête de profits plus ou moins licites à laquelle se mêlaient des voleurs de tout acabit. Mais c’est la prostitution qui donnait le plus de soucis au commissaire Lambert. La ville était envahie de femmes de mauvaise vie. Beaucoup étaient expulsées et reconduites par la gendarmerie dans leur pays d’origine. Certaines trouvaient grâce aux yeux du commissaire, mais on surveillait de près leur état de santé par des visites répétées. On craignait particulièrement les ravages que pouvaient causer dans l’armée les maladies vénériennes. Les femmes atteintes ou suspectées de l’être étaient arrêtées, incarcérées puis dirigées sur les hôpitaux de Lille pour y être soignées.

30Assurer la sécurité d’une ville quotidiennement exposée à recevoir des bombes n’était pas non plus une sinécure. Pour lutter éventuellement contre le feu la municipalité organisa quatre escouades de 30 pompiers chacune. Le matériel ne comptait malheureusement que six pompes, aussi les habitants étaient-ils tenus de mettre des barriques pleines d’eau à leur porte. Grâce à ces précautions, les quelques incendies qui se déclarèrent pendant la durée du camp furent vite circonscrits. Par contre l’imprudence d’un fumeur provoqua dans le port le 27 novembre 1805 l’explosion de trois canonnières. Cet accident qui aurait pu tourner à la catastrophe endommagea plus de 200 immeubles de la Basse Ville.

31Les bombardements anglais firent moins de dégâts. Les nombreuses batteries côtières en maintenant les vaisseaux ennemis à distance les empêchaient d’envoyer leurs projectiles jusqu’en ville. En août 1803, quelques bombes incendiaires tombent tout de même près du port mais ne causent que la destruction d’une maison. En octobre 1804, des brûlots qui éclatent en rade ne brisent que des vitres. L’ennemi fut plus heureux dans une nuit d’octobre 1806. Des fusées parviennent à atteindre le bout de la rue de Boston et mettent le feu à plusieurs immeubles. À part cela la ville ne souffrit pas autrement des affrontements de la flottille avec les Anglais ou avec la mer mais les marins pêcheurs eurent souvent à se porter au secours d’embarcations ou d’équipages en détresse notamment le 20 juillet 1804 quand une violente et soudaine tempête drossa une partie des bateaux qui tenaient la ligne d’embossage sur les enrochements du Portel.

Plan du port de Boulogne-sur-Mer en 1805.

Plan du port de Boulogne-sur-Mer en 1805.

32Les préparatifs de l’invasion de l’Angleterre eurent sur l’économie boulonnaise des conséquences diverses, à la fois heureuses et malheureuses. La pêche retomba dans le marasme. Les bateaux pêcheurs demeurés dans le port malgré la présence envahissante de la flottille ne pouvaient prendre la mer qu’avec l’autorisation de la police et ils devaient rester près de la côte sous la protection des canons des batteries. Par contre la course, encouragée par Napoléon et financée par certains chefs de l’armée comme le maréchal Soult, retrouva son activité d’avant la Paix d’Amiens. Des corsaires dont les plus célèbres s’appelaient Duchenne, Pollet, Broquant et surtout J.-O. Fourmentin dit le baron Bucaille, multiplièrent les prises dans le détroit. Le commerce local connut aussi une ère de prospérité, plus particulièrement la brasserie. Cantines et guinguettes proliférèrent autour des camps rapportant de substantiels bénéfices. « Comme la solde était toujours alignée et qu’on avait une foule de suppléments considérables, à cause des ouvrages extraordinaires que l’armée accomplissait, la ville s’enrichissait à vue d’œil » note un jeune officier de marine. La commune profita de cet enrichissement grâce aux recettes de l’octroi qui lui permirent de parer à ses besoins les plus pressants.

33Boulogne connut pendant deux ans une animation extraordinaire. C’était à travers la ville un incessant roulement de voitures, de chariots, de pièces et de prolonges d’artillerie, un piétinement continuel de troupes et de chevaux. On coudoyait dans les rues des uniformes de tous grades et de toutes armes. « Quel mouvement ! Quelle célérité ! Quelle immense population ! » s’exclame en juin 1804 un Boulonnais ébahi qui ajoute : « Il semble que notre pays est au reste de la France comme le cœur est au corps ; nous sommes le point central de la circulation… ».

34Outre les grands chefs de l’armée et de la marine, Boulogne reçoit dans ses murs nombre de hauts personnages : des ministres (Maret, Barbé-Marbois, Gaudin, Talleyrand), des ambassadeurs de différents pays, des membres de la famille impériale – Eugène de Beauharnais et sa sœur Hortense, Jérôme Bonaparte, le ménage Murat, le prince Borghèse et surtout Joseph Bonaparte qui fit un stage de colonel au camp de Gauche.

35Mais les moments forts de cette animation furent les séjours de Napoléon chaque fois accueilli avec enthousiasme : arcs de triomphe, illuminations, volées de cloches, salves de canons… La foule le suivait dans ses déplacements, curieuse de le voir de près et toujours prête à l’acclamer.

36La vie mondaine, à laquelle participait la bourgeoisie locale, rivalisait presque avec celle de Paris. Tous les soirs chez Bruix on jouait gros jeux. Soult et les généraux de l’armée donnaient des banquets et des bals. « De leur côté, les habitants de la Haute Ville se piquaient de donner des fêtes, et les plaisirs succédaient aux travaux » rapporte le futur amiral Grivel, et ajoute-t-il : « Les bals des autorités ou des divers corps avaient lieu au spectacle, et la salle pouvait à peine contenir les invités. On venait non seulement de la banlieue, mais des villes voisines et souvent de Paris. C’était une véritable fortune pour les belles qui aimaient la danse, et aucune ne courait la chance de rester sur sa chaise, quelque peu que la nature l’ait favorisée, car il y avait trente cavaliers pour une dame, si ce n’est plus ». Il en résulta maintes liaisons et quelques mariages.

37D’autre part diverses cérémonies contribuaient aussi à entretenir dans Boulogne une ambiance de fêtes. Tous les dimanches en l’église Saint-Nicolas était célébrée une messe militaire à laquelle assistaient les états-majors, les autorités civiles et le détachement qui assurait le service de place. Sous les voûtes du vieux sanctuaire le clergé local, ayant parfois l’évêque à sa tête, s’époumonait en Te Deum à l’occasion des événements marquants de l’époque : la proclamation de l’Empire, le Sacre, le couronnement en Italie… sans oublier les anniversaires du 18 Brumaire et, chaque mois d’août, la fête de l’empereur qu’accompagnaient des réjouissances populaires.

Vue et plan de la disposition des troupes pour la première distribution de la légion d’honneur en 1804.

Vue et plan de la disposition des troupes pour la première distribution de la légion d’honneur en 1804.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer. Nos 36.306 et 36.307.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

38De toutes ces fêtes la plus importante, celle dont la ville est restée marquée, fut la distribution solennelle des décorations de la Légion d’Honneur aux militaires de l’armée des Côtes. La grandiose cérémonie se déroula le 16 août 1804 au nord de Boulogne, dans le vallon de Terlincthun ouvert sur la mer comme un amphithéâtre sur une scène, au milieu d’un immense déploiement de troupes hérissées de baïonnettes, de drapeaux et d’étendards. Il y avait là environ 80 000 hommes qu’entouraient quelques 20 000 spectateurs. Pendant sept heures, du haut d’une estrade, adossé à une brassée de trophées pris à l’ennemi, l’empereur entendit monter vers lui, des régiments et de la foule couvrant les pentes et les crêtes du vallon, une formidable acclamation sans cesse renaissante, qu’un rude vent de mer hachait et emportait avec le grondement des canons, le bruit des cuivres et le roulement des tambours. Il remit lui-même, un par un, environ 2 000 insignes. On relève parmi les décorés des noms prestigieux de l’épopée : Junot, Ney, Soult, Suchet, Vandamme, Bertrand, Lasalle, Morland, Cambronne… Il y avait aussi quelques légionnaires appartenant à la marine boulonnaise comme le corsaire J.-O. Fourmentin.

39Ce jour-là, le cœur de la France battit vraiment à Boulogne. L’émotion populaire fut intense. Tous les témoins, l’ont noté, même les adversaires de Napoléon, comme le futur amiral Tupinier qui reconnaît que les troupes étaient « électrisées ». À travers son armée, avant-garde du peuple commandée par des gens du peuple, c’était la jeune nation française qui s’identifiait à son nouveau chef.

40Afin de rappeler aux siècles à venir cet instant héroïque il fut décidé, à l’instigation du maréchal Soult, que les soldats de l’armée des Côtes érigeraient sur le plateau qui est à l’est de Terlincthun une colonne de marbre de cinquante mètres de haut à la gloire de l’empereur, de ce jeune chef prestigieux qui venait de mettre au fond de leur giberne, à côté du légendaire bâton de maréchal, la « plus belle étoile des deux ». Pour donner au maître de l’heure un « témoignage éclatant de son amour et de son admiration », la ville de Boulogne s’associa au geste de l’armée en prenant à sa charge l’acquisition du terrain. La première pierre fut posée par Soult le 9 novembre 1804, cinquième anniversaire du 18 Brumaire. La construction commença de suite mais le monument, baptisé colonne Napoléone, dépassait à peine vingt mètres à la chute de l’Empire. La Restauration l’achèvera pour le consacrer aux Bourbons et la Monarchie de Juillet le rendra à sa première destination, mais sous le vocable de colonne de la Grande Armée.

Wimille. La colonne de la Grande Armée.

Wimille. La colonne de la Grande Armée.

© Henday.

Boulogne, port-frontière du Grand Empire (1806-1814)

41En août 1805, Napoléon, sous la pression des événements, prit la décision de renoncer, du moins provisoirement, à l’invasion de l’Angleterre pour courir sus à la coalition austro-russe. Dans les derniers jours du mois, il lança vers l’est ses troupes auxquelles il venait de donner le nom superbe de Grande Armée. Les camps se vidèrent. Les administrations plièrent bagages. « Le pays semble avoir changé de face » constate le 4 septembre le commissaire général de Police. Une partie de la flottille fut désarmée et mise à l’abri des boulets anglais dans l’arrière port tandis que le reste continua à prendre en rade la ligne d’embossage. Pour parer à un éventuel coup de main de l’ennemi une garnison de 30 000 soldats et de 15 000 marins enrégimentés fut maintenue sur place sous le commandement d’un général. De plus la Garde nationale, la milice civique des années révolutionnaires, fut remise sur pied. Enfin on prit la précaution de ceinturer la ville d’ouvrages fortifiés en terre.

42L’état sanitaire de Boulogne qui était demeuré satisfaisant de 1803 à 1805 se détériora subitement dix mois après le départ de la Grande Armée. De juillet 1806 à août 1807, une violente épidémie décima la population. Le nombre des morts fut tel qu’on dut ouvrir un nouveau cimetière.

43Cette seconde épreuve terminée Boulogne se reprit à vivre presque normalement. Les rues, qui avaient été défoncées par les canons et les lourds charrois, furent repavées, mieux éclairées et nettoyées avec plus de régularité. L’indispensable corps des pompiers fut réorganisé et son matériel révisé. On fit même des projets mais sans pouvoir les faire aboutir : construction d’un abattoir et d’une nouvelle salle de spectacle, création d’un collège secondaire, etc.

44Le 25 mai 1810, au cours d’un voyage de prestige effectué en Belgique et dans le nord de la France en compagnie de Marie-Louise, Napoléon revint à Boulogne. Il fut une fois de plus reçu avec enthousiasme par la population qui se pressa nombreuse sur ses pas et sous les fenêtres de l’hôtel Desandrouin qui avait été mis à sa disposition. On sonna avec tant d’énergie les cloches du beffroi que l’une d’elles, l’antique Estourmie, se brisa.

45L’empereur courut visiter les arsenaux, les forts en terre récemment aménagés, les batteries côtières et surtout le port. Pour cette circonstance, la marine s’était les jours précédents employée « avec autant de peine que de soin à sortir de l’eau quelques carcasses de bâtiments ». La garnison, qui s’était elle aussi singulièrement amenuisée puisqu’elle ne comptait plus qu’environ 8 000 hommes, fut passée en revue.

46Malgré ce quasi désarmement de la place, Napoléon n’avait pas encore renoncé au projet de descente en Angleterre. Il savait bien qu’il n’atteindrait qu’à Londres la paix qu’il ne cessait de poursuivre de champ de bataille en champ de bataille. En 1811, les Anglais étant occupés en Espagne, le moment lui parut favorable pour remettre l’expédition sur pied. Au début de l’été, sept régiments composés de sept bataillons furent envoyés à Boulogne et placés sous le commandement du maréchal Ney. En même temps la flottille, qui ne comprenait plus qu’une cinquantaine d’unités en état de prendre la mer, fut portée à 481 bâtiments capables de transporter 37 700 hommes et 1 420 chevaux. La direction en fut confiée à l’amiral Baste, colonel des marins de la Garde.

47Le 19 septembre Napoléon est de retour à Boulogne où il loge à nouveau à l’hôtel Desandrouin : l’expédition outre-Manche, quoique de moindre envergure que la précédente, va-t-elle pouvoir se réaliser ? Le 20, il assiste à un engagement de la flottille avec une frégate anglaise. Il est à bord de la prâme La ville de Mayence. Le combat tourne à son avantage et l’ennemi se retire. Le 21 les Anglais reviennent en force et attaquent la ligne d’embossage. Les petits bateaux se défendent avec courage mais, malgré l’appui des batteries, ils ont vite le dessous. Une prâme est prise à l’abordage, une autre est gravement endommagée. Il faut se replier. Napoléon a été témoin de cet échec du haut de la pointe d’Alprech. Il ne peut plus se faire d’illusions. Jamais la flottille ne pourra se frayer un passage jusqu’aux côtes anglaises. C’est la fin d’un grand rêve. Quelqu’un de sa suite qui l’observait a rapporté : « L’empereur ne disait rien mais on voyait qu’il souffrait ». Le lendemain, après avoir passé une dernière revue, il quittait Boulogne. Il ne devait plus y revenir.

48On en était arrivé aux années déclinantes de l’Empire. Boulogne qui se trouvait plus que jamais exposé à une attaque anglaise fut placé en décembre 1811 sous le régime de l’état de guerre. Le commandant de place exerça les pleins pouvoirs militaires. Au début de 1813 ce qu’il restait de garnison, à peine 7 000 hommes, alla rejoindre les unités combattantes. Les Boulonnais ne pouvaient plus compter que sur eux-mêmes pour se défendre mais les Anglais ne tentèrent pas d’intervenir sur les côtes du Pas-de-Calais laissant à leurs alliés le soin d’écraser Napoléon. Le 6 avril 1814, celui-ci abdiquait à Fontainebleau et le 10 le sous-préfet de Boulogne, le comte de Castéja, s’empressait, au cours d’une réunion extraordinaire tenue à l’hôtel de ville, de donner lecture au maire, aux conseillers municipaux et aux principaux fonctionnaires, des actes du Sénat rétablissant la monarchie des Bourbons. Au sommet du beffroi le drapeau blanc avait remplacé les trois couleurs.

Napoléon et Boulogne

49On a souvent dit que Boulogne devait beaucoup à Napoléon mais celui-ci s’est-il vraiment intéressé à la prospérité et au développement de la ville ? Le 5 novembre 1803, recevant le corps municipal il s’enquit du nombre d’habitants. Le maire lui répondit que la population comptait environ 11 000 âmes mais que l’annexion des faubourgs la porteraient à 13 000. Bonaparte l’interrompit : « Qu’appelez-vous les faubourgs, où commencent-ils, est-ce au Pont-de-Briques ! » — « Pas si loin, Citoyen Premier Consul, seulement à la poste aux chevaux (c’est-à-dire à l’entrée de Bréquerecque) » — « Eh bien, faites votre demande et les faubourgs seront réunis à la ville. Entendez-vous, général, ajouta Bonaparte en se tournant vers Soult, rappelez-moi cela. Je veux que la ville de Boulogne devienne une ville de 50 000 âmes, et elle le sera, sa situation importante lui destine cette population ». Le Premier Consul tint sa promesse et le 31 décembre 1803 signait à Étaples un arrêté qui rendait à Boulogne les Tintelleries et Bréquerecque avec presque toute l’ancienne banlieue dont la Convention l’avait dépouillé. C’était un cadeau qui laissait bien augurer de l’avenir, mais par la suite Napoléon ne fit plus jamais rien en faveur de la ville. Quand on lui demanda le remboursement des dommages causés par le bombardement de 1806 il refusa, « attendu, précisait sa décision, que cette commune a assez gagné par la réunion de l’armée ». Le conseil municipal ne se découragea pas et profita de son passage en 1810 pour lui présenter une pétition réclamant à nouveau le remboursement des indemnités dues aux sinistrés de 1806, et l’aide de la cassette impériale pour financer divers travaux des plus utiles. Napoléon prit le placet, promit de s’en occuper et quatre jours après signait un décret autorisant les travaux en question mais laissant leur financement « à la charge de la ville ».

50Napoléon ne se comporta guère plus généreusement à l’égard des magistrats municipaux qui administrèrent Boulogne avec tant de dévouement pendant la période des camps. En juillet 1803 il avait bien fait remettre une boite en or au maire pour le remercier de l’accueil chaleureux que les Boulonnais lui avaient réservé, mais l’année suivante il oublia de le faire figurer au nombre des légionnaires du 16 août après lui avoir pourtant laissé « concevoir quelques espérances ». Le malheureux ne méritait-il pas le ruban rouge tout autant, si ce n’est plus, que le maire de Dunkerque qui fut décoré ce jour-là ? Le ministre de l’Intérieur s’étant tout de même rendu compte des grandes difficultés au milieu desquelles le maire, Merlin-Dubreuil, et son adjoint, Dutertre, se débattaient quotidiennement leur offrit une indemnité. Ils la refusèrent avec beaucoup de noblesse : « Ayant été appelés à remplir des fonctions gratuites et désirant, quelque pénibles qu’elles soient devenues, les voir sortir de nos mains avec toute la pureté de leur institution, nous ne souffrirons jamais que l’honneur qui y est attaché puisse être affaibli par l’idée d’une indemnité pécuniaire ». Quelle belle leçon donnée au pouvoir !

51Si Boulogne a donc peu bénéficié des faveurs impériales, la grande entreprise avortée de l’invasion de l’Angleterre, qui l’avait arraché à sa torpeur provinciale, lui laissa, avec quelques reflets de la gloire napoléonienne, un port aménagé qui allait devenir sous les régimes suivants l’instrument de sa fortune.

Table des illustrations

Titre La plage et l’entrée du port de Boulogne.
Crédits Aquarelle de R. Gautier. Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7587/img-1.jpg
Fichier image/, 146k
Titre L’engagement devant Boulogne de la flottille avec la croisière anglaise le 26 août 1804.
Crédits Collection particulière. Cliché P.A. Wimet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7587/img-2.jpg
Fichier image/, 231k
Titre Carte camp de Boulogne.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, N° 36.273.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7587/img-3.jpg
Fichier image/, 3,5M
Titre Plan du port de Boulogne-sur-Mer en 1805.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7587/img-4.jpg
Fichier image/, 304k
Titre Vue et plan de la disposition des troupes pour la première distribution de la légion d’honneur en 1804.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer. Nos 36.306 et 36.307.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7587/img-5.jpg
Fichier image/, 579k
Titre Wimille. La colonne de la Grande Armée.
Crédits © Henday.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7587/img-6.jpg
Fichier image/, 106k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540