Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre VII. Les Boulonnais et la Révolution (1789-1799)

Christian Seillier et Louisette Caux-Germe

Texte intégral

1789 : les États généraux

1Le 16 mars 1789, au Palais Royal de la sénéchaussée, dans la Haute Ville de Boulogne-sur-Mer, les députés des trois ordres sont réunis sous la présidence de François-Marie-Omer de Patras (1749-1828), chevalier, seigneur de Campaigno, sénéchal héréditaire du Boulonnais, accompagné de M.-M. François-Joseph Pagart, seigneur d’Hermensart, conseiller du roi, lieutenant-général, Pierre-Victor Wyant (1755-1824), conseiller du roi, son procureur audit siège et assisté de Me Louis Segoing Daugis, greffier en chef civil et criminel.

2Au mois de novembre 1788, le second refus des notables succédant à celui de janvier 1787, accula Louis XVI à la convocation des États Généraux, assemblée dont la réunion précédente remontait à l’année 1614. Le clergé du Boulonnais donne un récit circonstancié des événements, des choix politiques des parlements comme de la montée du mécontentement populaire, en liaison avec le déficit des finances publiques et une nécessaire modification de la fiscalité directe que les notables refusent d’assumer seuls. La publicité de la lettre de convocation du Roi, datée du 24 janvier a été considérable en Boulonnais à compter du 16 février 1789, par l’annonce publique, la notification officielle aux « officiers municipaux, curés et syndics des villes, Bourgs, villages, Paroisses et Communautés du ressort de la Sénéchaussée du Boulonnais », la lecture en chaire par les curés et l’apposition d’affiches aux portes des églises.

3L’Assemblée générale des « trois États de la Province du Boulonnais » débute par la vérification des pouvoirs des procureurs représentant certains des membres du Clergé et de la Noblesse pour lesquels le suffrage était direct, comme de ceux des députés du Tiers-État originaires des paroisses ou des villes. Le Clergé, sous la présidence de Mgr de Partz de Pressy (1712-1789), compte 129 membres dont 40 effectivement présents, 77 s’étant fait représenter. La Noblesse, conduite par M. Patras de Campaigno, se divise en 42 présents sur 49 pour les gentilhommes assignés (possédant un fief ayant justice exercée), et 110 pour les gentilshommes non assignés dont seulement 28 ont délégué leurs pouvoirs. Le Tiers-État sous la présidence de M. Pagart d’Hermensart, fort de ses 284 membres est égal au Clergé et à la Noblesse réunis, en application de la décision royale du 27 décembre 1788. Les paroisses et bourgs de moins de 200 feux élisent 2 députés, celles de plus de 200 feux en ont 3, les villes de Loi en désignent 4. Boulogne-sur-Mer compte 8 députés issus surtout de la robe et des fonctions échevinales mais aucun négociant. L’analyse, par Bernard Gros, le 10 mars courant, des enjeux politiques des futurs États généraux a convaincu :

Ces députés n’auront pas besoin de moins de lumières et de capacités pour discuter… les questions de droit public… pour saisir les rapports qu’elles peuvent avoir avec notre constitution ; pour examiner si les Lois, les Règlements qui seront proposés, n’auront rien qui blesse notre régime, nos usages, notre droit coutumier. Car il ne faut pas s’y méprendre, les prochains États généraux ne s’occuperont pas de tous les menus détails relatifs à chaque pays.

4La gestion de l’avenir politique « d’une Province qui a même des droits particuliers à faire valoir », alors que « la conservation ou la perte de ses privilèges, peut dépendre des talents ou de la maladresse de ses représentants », commandait un choix judicieux des députés de la ville à l’assemblée du Tiers-État.

5Ce 16 mars, M. Wyant définit dans un discours les limites politiques des futures délibérations ; le vocabulaire est largement emprunté aux Lumières, reflète l’esprit de concorde et la volonté réformiste qui anime la majorité des membres : « C’est l’Élite de la Province que le Patriotisme rassemble… ces sont des citoyens animés du même zèle, unis par les mêmes sentiments, qui pour répondre à la confiance dont le Roi les honore, vont concourir avec la Nation assemblée à la réforme des abus et à la prospérité de l’État… ». Un programme classique, celui fixé par le roi, dans lequel « Révolution » ne figure que pour signifier le retour des États, cette « nation assemblée » par la volonté de Louis XVI et de Necker. L’optimisme de l’orateur ne se départit pas d’une conception traditionnelle de la société où le « Clergé prodigue des secours généreux… la Noblesse verse tout son sang et… le Tiers-État ouvre les canaux du commerce et de l’industrie… ». Rien de révolutionnaire, tant par la qualité de procureur du roi que par celle des auditeurs. La raison guide désormais « la saine politique », le Tiers-État est reconnu comme « la force et la richesse de l’État… cette classe d’hommes qui cultivent l’Agriculture, le Commerce et les Arts… » ; les privilégiés sont très indirectement invités à imiter ceux d’entre-eux qui pour diminuer la dette de l’état ont abandonné leur privilèges : « Et qui sait jusqu’où pourra s’étendre ce zèle patriotique, si digne de notre reconnaissance et de notre admiration ! ».

6Les trois Ordres doivent désormais rédiger leur cahier de doléances à l’échelon de la Sénéchaussée et élire les députés et suppléants qui les représenteront à Versailles à compter du 5 mai 1789. Le 17 mars, en réponse à la possibilité d’une délibération débouchant sur la rédaction d’un cahier unique et le choix en commun des députés formulée par M. le Lieutenant Général, le Tiers-État et le Clergé décident de siéger séparément, « parce qu’il est évident que chacun a dans son Ordre une connaissance plus particulière de ceux qui méritent sa confiance ». Une concertation est prévue entre les trois Ordres, « sur ce qui pourra concerner le bien du royaume en général et celui de la Province en particulier ». Le Clergé diligente, à partir du 17 mars, 12 commissaires élus, dont 6 curés afin de procéder à la rédaction de son cahier sous la direction de l’évêque de Boulogne ; le 18 mars l’Abbé de Montgazin, vicaire général, est choisi pour être le député de cet Ordre, mais Laurent-Joseph Cossart, son suppléant, curé de Wimille, ne le sera que le 30 du même mois. L’approbation des différents articles du cahier du Clergé interviendra le 31 mars 1789. La Noblesse, pour sa part, désigne le 16 mars, 6 commissaires pour assurer la rédaction de son propre cahier dont les doléances sont validées le 30 du même mois ; l’après-midi de ce jour, il a été procédé à l’élection du député et de son suppléant : le choix des 147 présents s’est porté sur le duc de Villequier-Aumont (1736-1814), alors gouverneur du Boulonnais, avec plus de 80 % des suffrages ; son absence entraîne un second vote destiné à la désignation immédiate de son suppléant, M. Dublaisel du Rieu (1721-1794), ancien président de l’Administration du Boulonnais. Cependant, par une lettre datée du 31 mars à Péronne, le duc de Villequier-Aumont (1736-1814) accepte la charge à lui confiée par ses pairs et approuvée par le Tiers-État ; il s’interroge avec une certaine lucidité : « … l’esprit d’effervescence qui règne à peu près dans tout le royaume, ce système accrédité des innovations sont bien fait pour alarmer celui qui se présente à cette auguste et importante assemblée, avec le seul amour pour sa patrie, son dévouement pour son Roi, et la profonde reconnaissance pour la province qui a daigné l’élire ».

7Le Tiers-État tint ses séances dans la salle de la Sénéchaussée ; dans l’après-midi du 17 mars une députation du Clergé lui fit connaître « son consentement à ce que ses biens soient imposés dans la même proportion que ceux des autres ordres, tant que les États généraux estimeront que devront durer les subsides par eux, être consentis, pour parvenir à l’extinction de la dette de l’état ». La noblesse fit la même démarche en soulignant le caractère essentiellement temporaire d’une égalité d’imposition. Le cahier général des « remontrances, plaintes et doléances » fut rédigé par 12 commissaires ; le travail était cependant considérable car il fallait fondre en un cahier unique ceux des différentes paroisses et communautés de la sénéchaussée dont 128 sont parvenus jusqu’à nous. Le vote d’approbation accompagné de félicitations aux commissaires-rédacteurs intervient le 30 mars. Le lendemain, Nicolas Latteux (1718-1808), doyen des avocats, ancien mayeur de Boulogne, présentement administrateur du Boulonnais, et Bernard Gros (1736-1802), avocat, procureur fiscal, ancien membre de l’administration de la province, sont élus, avec plus de 60 % des suffrages, députés du Tiers-État de la sénéchaussée du Boulonnais ; leurs suppléants sont MM. Le Gressier de Bellanoy (1746-1816) et Grandsire (1736-1816), tous deux avocats. Ce même jour, les députés du Clergé et du Tiers-État prêtent serment de se conformer aux instructions et pouvoirs qui leurs seront remis « et de faire céder tout intérêt personnel et particulier à l’avantage de la patrie » ; celui de la Noblesse le fera le 9 avril.

8Les cahiers des trois Ordres présentent, au niveau de la sénéchaussée, une double convergence qui est la conséquence de la crise de l’Ancien Régime, saisie essentiellement dans ses implications financières : une revendication fiscale à caractère national avec l’égalité des trois Ordres devant l’impôt et la souveraineté des États généraux pour le consentir, un système qui pourrait être considéré comme révolutionnaire s’il ne se référait aux normes anciennes abandonnées depuis deux siècles ; un souci profond des intérêts locaux, par la demande de conservation des privilèges du Boulonnais et celle de la nécessaire restauration de ceux qui ont été usurpés : ces franchises étant surtout fiscales, la relation à la première doléance est évidente. L’idée que l’état des finances publiques nécessitait une augmentation des impôts a provoqué la prise de conscience de la nécessaire égalité de répartition, de son inéluctabilité, et dans un même mouvement, la volonté de préserver les acquis en matière de taille, de gabelle, comme celle d’obtenir réparation au niveau des aides, francs-fiefs, offices de priseurs-vendeurs ainsi que pour les haras. Ces cahiers parlent la langue des légistes de l’Ancien Régime, mais ils manifestent un évident désir de réformes ; ils sont des constats, classés du général au particulier pour le Clergé et la Noblesse, alors que le troisième Ordre consacre 27 articles aux « objets qui concernent le Boulonnais en particulier », et 18 à ceux « qui intéressent en commun le Tiers-État », tant de la Province que de tout le royaume ».

Géographie des doléances dans le Boulonnais.

Géographie des doléances dans le Boulonnais.

Carte établie à partir des quatre premières doléances figurant dans le cahier de la paroisse.

© C. Seillier ; infographie Émilie Duvinage.

9Le vocabulaire se caractérise par la fréquente utilisation des mots, Nation, Royaume, État, comme Peuple et Public, cependant que Citoyen est ignoré. « Nation », avec ses formes composées, « nation assemblée » ou « assemblée nationale » comme vocable à la mode est synonyme d’États généraux. Le contexte de l’utilisation montre que les rédacteurs se sont situés dans le cadre institutionnel de l’Ancien Régime, car tout indique qu’à l’avenir, chaque ordre désignera séparément ses représentants. « Royaume » fréquemment cité par la Noblesse, désigne le territoire en relation avec une nécessaire uniformisation. « État », équivalent de « Royaume », contient une connotation politique par ses implications financières et par l’adhésion au système monarchique. L’attachement à la personne du roi est réaffirmé par les trois Ordres. Le Clergé a produit le texte le plus conservateur. Le plus « éclairé » est celui de la Noblesse, par la référence à la tolérance religieuse, la demande de rédaction d’un code civil et criminel comme celle de la suppression des lettres de cachet pour raison d’état, puis la liberté de la presse, celle des esclaves et celle du commerce. Le choix de Gabriel Abot de Bazinghen comme secrétaire de rédaction n’y est pas étranger. Le Tiers-État, dans son cahier, retient les idées nouvelles mais il entend les voir mises en pratique en donnant pouvoir à ses députés de se prononcer pour le vote par tête et pour la responsabilité des ministres devant les États. Il revendique, en outre, l’abrogation du règlement de 1781 pour l’accès aux grades militaires de même que les preuves de noblesse pour les charges de judicatures des cours supérieures. La corvée est un exemple d’occultation de l’échelon local à celui de la province : elle ne figure pas dans le corpus des doléances de la sénéchaussée car considérée comme insuffisante pour justifier un article particulier mais concerne 60 % des cahiers des paroisses et communautés en constituant quatre espaces de revendication dont deux sont centrés sur les principaux axes routiers de l’époque, améliorés vers le sud et l’est, en direction de Montreuil-sur-Mer et de Saint-Omer. Les cahiers de doléances font référence à de nombreux droits seigneuriaux, coutumes, redevances de toute nature. La répartition spatiale des doléances figurant en tête des cahiers privilégie les haras et les jurés-priseurs dont l’impopularité est quasi totale dans le Bas-Boulonnais alors qu’à proximité de Montreuil-sur-Mer, la vallée de la Bimoise présente un caractère plus politique. Le cas de l’office de priseur-vendeur permet de mieux cerner les conséquences de ces institutions sur la vie quotidienne dans la mesure où sa suppression figure dans 97 % des cahiers. Cet office concerne le privilège concédé aux officiers choisis par les fermiers en vue d’effectuer toutes les ventes mobilières de la province, à l’exclusion des notaires. Peu d’institutions de l’Ancien Régime ont été aussi impopulaires que ces offices créés en 1556, généralisés par un édit d’octobre 1696 et dont la vente a été réalisée en raison de l’arrêt du Conseil du 25 novembre 1780 ; ils sont acquis localement par MM. Belle et Fontaine. Cet office, touchant la transmission de la propriété, va à l’encontre des idées nouvelles de la fin du XVIIIsiècle : dans le cadre d’un nouvel ordre social, politique, économique, pensé et présenté par les Encyclopédistes, la propriété est un droit naturel, capital, dont la jouissance doit être pleine et entière comme en droit romain. De ce point de vue M. Belle et M. Fontaine représentent l’ordre ancien, et les critiques sont sévères le 10 mars 1789 mais la suppression de cet office figurera dans le cahier de la ville, comme dans celui de la sénéchaussée.

10S’il existait à Boulogne en 1789 « une bourgeoisie active, jouissant d’un esprit assez novateur, capable de se tourner vers une activité nouvelle, si le besoin s’en faisait sentir », nous sommes en droit de nous étonner de l’absence de doléances concernant les affaires commerciales comme de celles pouvant concerner le port dans le cahier de la sénéchaussée. Les enjeux étaient politiques comme l’avait précisé par anticipation M. Gros le 10 mars sur la base « d’une lecture réfléchie des Lettres de convocation, du Règlement du 24 janvier, et des principaux ouvrages qui ont paru sur cette matière » ; il était essentiel « de prévenir toute faction et de faire sentir aux députés des corporations, la nécessité de s’occuper uniquement du bien commun ». L.M.F. Belle (1732-1801) signifiera publiquement le mécontentement des négociants dont il était le député ; son Mémoire parviendra à M. Necker qui le transmettra aux États.

11Lutte du négoce contre les robins, conflit entre bourgeois ? Il fallait à la fois conquérir et préserver, et ceux qui partirent pour Versailles le 21 avril 1789 étaient bien décidés à accomplir cette double mission.

La corvée dans les doléances

La corvée dans les doléances

© C. Seillier ; infographie Émilie Duvinage.

1789-1791 : Enthousiasme et résistances aux changements

12Le lendemain de la séance d’ouverture, les 1 139 députés commencent leurs travaux débouchant à terme sur une révolution juridique réalisée sans violence. Le 27 juin, le roi enjoint à la minorité du Clergé et à la majorité de la Noblesse, qui siègent séparément, de se réunir au Tiers-État : c’est la naissance de l’Assemblée Nationale. Boulogne célèbre cette victoire dans la joie, par des sonneries de cloches, des illuminations et des représentations allégoriques unissant la crosse, l’épée et la bêche, accompagnées de l’inscription : « Vive la France, Vive M. Necker » : son renvoi puis la prise de la Bastille inquiètent. L’entrée des masses populaires dans la Révolution, fait accéder une partie de la population favorable aux idées nouvelles, à un état d’esprit différent. Boulogne adopte la cocarde tricolore : elle est présentée aux autorités. Les difficultés surgies lors de la cérémonie en l’honneur des victimes patriotes du 14 juillet parisien caractérisent l’adhésion d’une minorité de jeunes gens à des événements porteurs d’espoir.

13Le contexte de cette période est celui de la disette et de la hausse du prix des grains : le froment, au marché spécialisé de la Haute Ville, bordé par les Annonciades et l’immeuble de la Sénéchaussée, atteint près de 50 livres le setier (1,68 hectolitre) en juillet 1789, soit le double de l’année précédente et presque le triple de son prix en 1786. Gabriel Abot de Bazinghen (1779-1798) rapporte dans son journal les mauvaises récoltes de 1788 liées à un été pluvieux accompagné d’orages « qui avoient dévastés beaucoup de pays aux bleds », comme la hausse des prix qui débute classiquement dès novembre et s’amplifie ensuite d’autant que l’on s’approche de la future récolte ; l’on s’inquiète des conséquences possibles du « grand hyver » dont J.F. Cavillier nous précise un gel quasi ininterrompu du 24 novembre 1788 à la mi-janvier 1789, puis de celles du temps doux, mais pluvieux de février, et enfin des froids et des grêles de mars. Il loue aussi la prudence des autorités, officiers municipaux et Administration du Boulonnais qui avaient « dès le mois d’Avril et de May… mandé de Dantzig, de Hollande, d’Angleterre une grande provision de froment, méteil, seigle et bayard, a grands frais en vérité » ; si la ville fut préservée « des malheurs qui affligeaient tant d’autres pays », elle n’échappa pas aux manifestations de mécontentement.

14La Révolution municipale n’atteint pas Boulogne, mais les campagnes boulonnaises font l’expérience de la Grande Peur. MM. Dubois de Fosseux, Abot de Bazinghen et l’abbé Ballin constituent des sources convergentes : la rumeur atteint Brunembert le 27 juillet quand « cinquante mille hommes sont à l’entrée du pays ; mettant tout à feu et à sang » ; elle s’accompagne de panique, de mise à l’abri des « gens de campagne » dans les bois ou dans les villes fortifiées, mais elle s’éteint dans les villages proches de la ville. Quelques aristocrates ou personnes aisées de Colembert gagnent Boulogne et Dumont de Courset (1746-1824) rejoint Montreuil-sur-Mer. Samer est atteinte le 29 du même mois et des mesures sont prises pour protéger la ville mais aussi pour s’informer : « on dépêcha de suite des cavaliers de divers côtés pour tâcher de découvrir d’où venait cette frayeur presque universelle », « L’allarme était fausse ».

15La nuit de 4 août marquée par l’abandon des privilèges, voté par les députés, sous réserve de ratification par les électeurs, afin de rétablir « le royaume dans son premier état de liberté », semble vécue comme un premier aboutissement et une étape par Abot de Bazinghen : « Puisse, l’Assemblée Nationalle, en consolidant ses arrettés du 4 août dernier, rendre à tout le Royaume le bonheur et la tranquillité ! Mais qu’il luy reste encore à faire ! ». Sur l’instant MM. Gros et Latteux sont hésitants entre l’importance de l’événement qu’ils viennent de vivre et les impératifs de leur mandat, entre l’adhésion aux idées nouvelles et la volonté de conserver les usages anciens.

16Les institutions nouvelles se mettent en place. Lors de sa constitution, la garde nationale comprenait deux bataillons, soit 1 200 hommes commandés par M. Du Blaisel du Rieu ; le 9 août, lors de la cérémonie de remise des drapeaux, il y eut des incidents liés à la recherche d’armes que le commandant du château, M. de Fitz-James refusait de livrer, car « notre jeunesse à peine enrégimentée, voulut avoir des armes ». Son supérieur, le comte de Rochambeau, lieutenant-général de la province, contacté à Amiens par M. Dutertre (1753-1832), délivra les autorisations nécessaires qui permirent le retour au calme ; G. Abot de Bazinghen rapporte cet incident en insistant sur l’adhésion patriotique d’un régiment de passage à Boulogne, celle des habitants de Marquise et la nécessité de substituer un corps national de maintien de l’ordre « à ces fénéans enrégimentés, vrais marionettes et jouets des colonels et officiers supérieurs, encore plus inutiles qu’eux, et dont la nuit du 4 août commence à faire justice ! ». Le régiment de Condé avait été affecté à Boulogne ; vers la mi-septembre, l’on s’inquiétait de son éventuel départ et la réponse faite aux autorités est en harmonie avec les difficultés récentes : « les officiers qui le commandent emploieront certainement tout ce qui est en leur pouvoir pour y maintenir le bon ordre, et je vous invite à agir de même avec les troupes bourgeoises : ce ne peut être, que par un parfait accord entre les troupes du Roi et celles de la ville, que vous parviendrez à maintenir la tranquillité publique ». Les journées parisiennes des 5 et 6 octobre sont connues à Boulogne le 8 du mois.

17Le port est devenu celui de l’émigration avec le départ du comte d’Artois, de diverses personnes de qualité dont le duc de Luxembourg, président de l’ordre de la Noblesse. Le duc d’Orléans dont la présence n’est plus souhaitable à Paris, arrive à Boulogne le 15 octobre au soir ; la nouvelle circule vite car le 16, le comité de ville de Calais, remarquant que « les circonstances actuelles exigent que l’on prenne toutes les précautions possibles pour empêcher l’émigration des personnes qu’il importe au bonheur public de ne pas laisser sortir du royaume », se renseigne afin de connaître « si le bruit qui se répand de l’arrivée de son Altesse M. le Duc d’Orléans est fondé ». La population s’oppose à son embarquement ; l’incident est relaté par G. Abot de Bazinghen : « le peuple s’ammasse ; les matelottes surtout disent qu’il ne partira pas, et enjoignent à la Garde Nationale de ne pas le laisser embarquer. Il y aurait eu du danger à vouloir user de violence : les têtes étoient montées ». Nicolas Latteux, par écrit, préconise la modération à la municipalité : « … il nous paraît pressant que vous fassiez, Messieurs, tout ce qui peut dépendre de vous pour lever tous les obstacles qui peuvent se rencontrer encore au voyage de Monsieur le duc d’Orléans, et que dans cette occasion, vous usiez de toute la prudence et circonspection possibles ». Deux officiers de la garde nationale, MM. Wyant et Blangy père, sont députés à Paris afin d’obtenir l’attestation officielle de l’authenticité des passeports dont il était porteur ; leur retour, le 19 courant, avec les apaisements nécessaires, permet au duc d’embarquer, escorté par la garde nationale, ce qui sera reproché aux Boulonnais.

Portrait de M. Latteux.

Portrait de M. Latteux.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, cliché Capron.

18Les députés boulonnais du Tiers-État sont en relations épistolaires avec la municipalité. Ils avertissent des mesures décidées à Versailles puis à Paris, conseillent et expliquent comment ils essaient de sauvegarder les intérêts de la province. Les thèmes majeurs concernent les changements en cours et les difficultés de la période. Les finances tout d’abord, avec l’annonce du Mémoire de Necker « fort étendu sur le délabrement des finances et sur les moyens de prévenir une banqueroute prochaine » ; la question d’une « taxe extraordinaire » est agitée, mais en attendant une grande réforme, ils préviennent leurs commettants de la décision de percevoir la taille et la capitation pour 1790 en y incluant les privilégiés avec un rappel pour les six derniers mois de 1789 et en excluant les curés à portion congrue et les vicaires. Le droit de franc-fief ainsi que les abonnements pour les vingtièmes sont supprimés ; le maintien de cette disposition pour les provinces qui, comme le Boulonnais, l’avaient adoptée, les satisfait. Enfin, « nous avons échappé provisoirement à l’augmentation de l’impôt sur le sel » car la proposition avait été faite de rendre le sel « marchand » dans les pays de salines, mais en tout état de cause la pêche ne sera pas concernée par l’application ultérieure. Nous trouvons donc des attitudes caractéristiques de l’Ancien Régime accompagnées d’un réel intérêt pour les événements significatifs de cette période de changements : les dons patriotiques, de même que l’envoi pour la fonte à l’Hôtel de la Monnaie de leur vaisselle en métal précieux, par le roi, la reine et les ministres ; des Boulonnais, MM. Du Blaisel, J.F. Henry, Grandsire (maire) et Patras de Campaigno feront de même. Ils signalent les désordres dont ils ont connaissance : difficultés du régiment de Flandres à son arrivée à Versailles, incidents à Vernon et exécution de trois hommes qui avaient pillé la maison d’un boulanger. Ils donnent des conseils pour maintenir l’ordre à propos des troubles de Boulogne et de Desvres sur lesquels ils formulent l’avis suivant : « en cas de besoin même, il faudra faire usage de la loi martiale si des malveillants exitaient quelque émeute ; mais il faut espérer qu’on ne sera pas réduit à en venir à un moyen aussi violent qui ne doit être employé que dans des circonstances extrêmes ».

19Lors de la création des districts ils rédigent un mémoire signé des députés des trois ordres de la province, remis à l’Assemblée Nationale, afin de justifier la demande de conservation de l’Administration du Boulonnais, contre les prétentions de Montreuil et de Calais, au moment où certaines paroisses demandent leur rattachement à Montreuil. Cependant les rédacteurs ne dissimulent pas la difficulté du travail entrepris : « … le mal, c’est qu’il est très difficile de faire entendre raison à près de 1 200 personnes qui ne connaissent pas ces localités et qui sont entraînées vers un plan général et uniforme ». Ils annoncent d’éventuels changements dans la désignation des municipalités, en liaison avec la loi en préparation.

20Dans le courant du mois d’octobre 1789, le maire et le conseil municipal avaient été renouvelés dans les formes habituelles de l’Ancien Régime, en soumettant au roi une liste de 3 candidats pour la charge de mayeur. Le 22 courant, M. Grandsire avocat, soutenu par le duc d’Aumont, était nommé bien qu’appartenant au Tiers-État, alors que c’était à la Noblesse d’occuper ce poste à son tour, mais dans les circonstances présentes, cette solution s’était imposée. La loi du 14 décembre organise les nouvelles municipalités, élues pour deux ans au suffrage direct par les citoyens actifs (payant un impôt direct égal à 3 livres) ; les maires, officiers municipaux et notables étaient choisis parmi les éligibles (imposition directe égale à 10 livres). Boulogne-sur-Mer comptait en 1789, 796 électeurs et 478 éligibles pour une population de 10 559 habitants ; en 1790 un dénombrement recense 1 086 citoyens actifs. Les premières élections eurent lieu en février 1790 ; elles inauguraient une longue série d’assemblées électorales ; en 1790 et 1791, 4 élections réparties sur 18 journées avec souvent plusieurs scrutins pour chacune d’elles. Le nombre des votants est compris entre 584 (février 1790) et 150 (novembre 1791) : avec des inflections, la participation est en baisse constante. Le 5 février 1790, son élection confirme M. Grandsire dans ses fonctions ; le 14, le maire, le conseil général de la commune et la garde nationale prêtent serment puis ils vont ensuite écouter le Veni Creator à la cathédrale. Le 14 novembre de la même année M. Géneau de Mieurles, magistrat, devient maire ; en novembre 1791, au 4e tour de scrutin, L.M.F. Belle accède à cette charge : « Désormais la gestion des affaires allait être entre les mains d’hommes actifs, soucieux de protéger les intérêts de la classe sociale à laquelle ils appartenaient, celle des hommes d’affaires », écrit J. Thiébaut, qui précise « Belle allait même dans les années suivantes se faire une réputation de terroriste » ; cette évolution est à mettre en relation avec des événements comme la tentative de fuite du roi en juin 1791.

21La loi du 22 décembre 1789 fit du Boulonnais un district de 12 cantons réunissant 64 154 habitants répartis dans 118 communes. Les 14 membres de son Conseil Général ou Administration siégeaient dans l’ancienne sénéchaussée ainsi que le directoire permanent de 7 membres ; le premier président fut L.M.F. Belle. Les Boulonnais désignèrent 3 des 36 membres du Conseil Général du département et protestèrent contre la fixation du chef-lieu à Arras. Comme l’écrit A. Soboul, « la décentralisation censitaire succédait à la centralisation monarchique ». La réorganisation de la justice par la loi du 16 août 1790 déboucha le 12 octobre sur l’élection de Nicolas Latteux comme président du tribunal du district assisté de 4 juges dont B. Gros et Mariette père. Ils étaient officiellement installés, quelques jours plus tard, après leur prestation de serment, de même que les juges de paix dont Gabriel Abot de Bazinghen, également maire de Saint-Martin.

22La ville est aussi agitée par les questions religieuses. Le décret du 2 novembre 1789 nationalisait les biens du Clergé, essentiellement pour apporter une solution aux difficultés financières ; les ventes ont rapporté 5 374 338 livres (valeur en assignats), provenant en grande partie du chapitre de la cathédrale et de l’hôpital. Le mois d’octobre est endeuillé par la disparition de Mgr De Partz de Pressy. L’évêque avait commencé sa retraite annuelle avec les curés du diocèse au grand séminaire, lorsque pris d’un malaise, il doit quitter le groupe et rester au lit, souffrant d’une légère fièvre. La veille de sa mort, le 8 octobre, il se sent mieux, reçoit le chapitre et distribue 4 000 livres pour les pauvres. Vers minuit, un des domestique prévient M. de Gargan, doyen du chapitre. Celui-ci ne peut que constater que l’évêque est inconscient. L’abbé Balin est alors prévenu afin d’apporter l’huile des infirmes. Il rapporte les derniers instants du prélat ; « j’allai chercher le Bon Dieu…, M. le Doyen lui administra le sacrement de l’extrême-onction, puis le Saint-Viatique : pendant qu’on était occupé à réciter les prières, il faisait continuellement le signe de la croix ». Après sa mort, deux grands vicaires seront nommés pour exercer sa juridiction, MM. De Gargan et Voullone. Les Boulonnais, très attachés à Mgr de Partz de Pressy, leur évêque depuis 47 ans, se rendent dès le lendemain à la cathédrale où son corps est exposé pieds et visage découverts. On y amène les malades et les enfants, espérant un miracle de la part de celui que la reine Marie Leszczynska avait surnommé « le savant et saint évêque de Boulogne ».

23M. de Montgazin, député, est prévenu afin de pourvoir au remplacement. Nommé le 18 octobre, le nouvel évêque est sacré à Paris le 3 janvier suivant. Mgr Asseline (1742-1813), XIIe évêque de Boulogne, prend possession de son siège épiscopal le 6 février 1790, en étant l’objet des plus grands éloges. Grand vicaire de l’archevêché de Paris, il possède toutes les qualités selon les chroniqueurs boulonnais pour remplacer le saint évêque. Abot de Bazinghen, en février 1790, écrit : « Son antériorité, son accueil gracieux, son éloquence luy captivèrent tous les cœurs ». L’abbé Balin en décrivant l’arrivée du nouvel évêque dans la cathédrale, remarque que cela se fait selon sa volonté, dans la plus grande simplicité : « elle n’eut d’autre éclat que celui de ses vertus ». Confronté à la Constitution civile du clergé votée le 12 juillet 1790, qui, entre autres, supprime le diocèse de Boulogne puisqu’il n’y en a plus qu’un par département, Mgr. Asseline la condamne le 24 octobre 1790 dans son Instruction pastorale sur l’autorité spirituelle qui est reprise en France par une quarantaine d’évêques et interdite par le directoire du district. À Paris, des députés inquiets incitent Daunou à la réfuter dans son Accord de la foi catholique avec les décrets de l’Assemblée nationale sur la constitution civile du clergé. Pensant briser les résistances, l’Assemblée nationale décrète le 27 novembre 1790 à tous les ecclésiastiques en exercice de prêter le serment « de maintenir de tout leur pouvoir “ladite Constitution” ». Cette décision provoque un grand trouble et un drame de conscience pour la plupart des prêtres. Le 23 janvier 1791, jour fixé pour la prestation du serment tous les prêtres séculiers des deux paroisses de Boulogne refusent de le prêter, sauf un chanoine-sacristain. En revanche les Oratoriens, les gardiens des Cordeliers et des Capucins le prêtent. Au total dans le district de Boulogne 25 % du clergé est qualifié de jureur. La fracture entre les deux clergés et chez les paroissiens va être profonde. Globalement, les prêtres assermentés de la ville correspondent, à cette date, à ceux qui sont membres de la Société des Amis de la Constitution. Au mois de mars débute la mise en place du clergé assermenté au fur et à mesure de l’élection de ses membres ; le diocèse de Boulogne est supprimé et Mgr Porion évêque du Pas-de-Calais en résidence à Arras commence, le 10 avril, sa tournée pastorale par le district de Boulogne. Le 15 mai les prêtres assermentés des deux paroisses de la ville sont élus : M. Roche (1759-1828) pour Saint-Nicolas et M. Bellanoy pour Saint-Joseph. Le 5 juin 1791, Mgr Asseline prend le chemin de l’exil et s’installe à Ypres d’où il continue à donner ses directives au clergé et aux paroissiens qui lui sont fidèles.

24La mise en place du clergé constitutionnel se fait lentement, des luttes d’influence apparaissent. Ainsi, Coquatrix, cy-devant chanoine de la cathédrale est accusé d’écrire aux prêtres de la région pour les dissuader de prêter serment. De son côté Abot de Bazinghen recommande au choix des électeurs une de ses relations en la personne de M. Lambert, cy-devant vicaire à Paris.

25Le 31 mai, jour de la procession des rogations, l’opposition entre le clergé assermenté et le clergé réfractaire se concrétise par « l’affaire de l’hôpital ». Le curé de Saint-Joseph, Legressier de Bellannoy, curé assermenté, se présente à la chapelle de l’hôpital qui, habituellement, est ornée pour recevoir la procession. La foule constatant que rien n’a été fait considère cela comme un affront. Coquatrix, qui officie dans cette chapelle, est désigné comme coupable. La foule envahit alors l’hôpital et trouve le chanoine. L’arrivée de la Garde Nationale et le transfert du prêtre dans un cachot du beffroi concluent cette affaire qui aurait pu mal tourner. Peu à peu, le clergé réfractaire entre dans la clandestinité et officiellement, il n’y a plus d’autre religion que celle dont Porion est l’évêque. L’église perd une partie de son influence sur la société lorsque la législative vote le 20 septembre 1792 la laïcisation de l’état-civil, donc le mariage civil et l’autorisation de divorcer dans trois séries de cas. Le nombre des divorces fut assez important après ce vote, puis alla en diminuant.

26Les années 1790 et 1791 sont relativement calmes. En liaison avec une émeute liée à la répression de la contrebande du tabac, la loi martiale est proclamée du 7 au 14 janvier 1790. Cette année restera celle de la fête de la Fédération ; les Boulonnais envoient une délégation à Lille, alors que 7 membres de la garde nationale participent à la célébration du 14 juillet à Paris. À Boulogne, les cérémonies officielles, à l’imitation de celles de la capitale se déroulent « sur l’esplanade entre les deux Villes de Boulogne sur mer ».

Fête de la Fédération, 14 juillet 1790.

Fête de la Fédération, 14 juillet 1790.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

De la société des Amis de la Constitution à la société des Amis de l’Égalité

27Les députés patriotes de l’Assemblée, une fois organisés, avaient pris l’habitude de se réunir. Après les journées d’octobre 1789, le Club breton s’installa à Paris, dans le couvent des Jacobins de la rue Saint Honoré. Au mois de novembre, il prend le nom de Société des Amis de la Constitution et restera connu sous celui de Club des Jacobins. Des sociétés analogues se créent en Province. Celle de Boulogne se constitue le 26 août 1790, lors d’une réunion convoquée à 17 heures dans la salle de M. de Chanlaire ; elle réunit 36 membres dont Jacques Cavillier, négociant (1737-1823), souvent considéré comme l’initiateur de ce club. Un vote décide que le nom sera le même que celui de la société parisienne mais il n’est pas question d’affiliation. Le siège sera sis dans l’ancien couvent des Cordeliers, en basse ville. En 1790 J. F. Henry en résume, pour ses lecteurs, le programme politique : « Faire connaître et aimer la révolution, propager les principes de la révolution, diriger le cours de l’opinion, chercher à manifester aux hommes en place l’esprit public, veiller au bonheur de leurs concitoyens, réunir toutes les lumières, toutes les idées, pour procurer l’amélioration du commerce et de l’agriculture, soulager la classe indigente par des établissements utiles ; tel est le but que se proposent les amis de la Constitution et ce qu’ils ont fait depuis quatre mois qu’ils sont établis… ». L’engagement est évident, mais dans un esprit modéré et favorable à l’ordre. La société comprenait 84 membres à la fin de 1790 : son influence devait être grande, car près de la moitié des officiers municipaux et des notables (conseillers municipaux) en faisaient partie, ainsi que des membres de l’Administration du district.

28La liste des 171 membres figurant dans le registre aux procès-verbaux des réunions permet de cerner les caractères du recrutement social par la connaissance de la profession de 144 d’entre-eux : 20 % sont négociants, 12,5 % exercent une profession judiciaire, 10 % d’artisans, 9,7 % de boutiquiers ou de marchands, puis 6,9 % de militaires ainsi que le même pourcentage de membres du clergé. Ce recrutement fait apparaître une large place aux riches négociants qui dirigent le commerce et des professions judiciaires également bien représentées. Les nobles vivant de leurs terres ne sont que 6 (2 %) ; les rentiers (3) sont peu présents de même que dans le personnel politique de la ville. Une autre spécificité : parmi les 55 fondateurs, 14 sont francs-maçons, soit le quart de l’effectif dont MM. Abot de Bazinghen, Belle, Antoine Butor (1743-1810), Jean-Antoine Mariette (oncle de l’Égyptologue), de Sainte-Beuve (père du critique littéraire). Ils sont issus de deux loges boulonnaises : la Tempérance et Saint-Frédérick des Amis choisis. Deux autres membres sont affiliés à la Loge, la Parfaite Union, du régiment de Lamarck. Cette participation importante est compréhensible : ils sont ouverts à la philosophie des Lumières et ce sont de riches Boulonnais qui poursuivent au sein de la Société des Amis de la Constitution une œuvre visant à contribuer au bien de l’humanité.

29La cotisation fixée entre 24 et 36 livres est assez élevée pour décourager les adhésions intempestives. Différents comités sont créés pour la rédaction des adresses, la correspondance, les travaux publics, l’agriculture et le commerce, la salubrité et la mendicité ainsi que l’économie ; ils répondent à des besoins techniques ou à ceux de l’élaboration comme de la réalisation du programme. La moyenne de 5 réunions par mois est dépassée durant les deux premiers de l’existence du Club en raison de la rédaction des statuts, du recrutement de nouveaux puis toujours quand les membres estiment que la situation politique l’exige. L’affiliation aux Jacobins de Paris est décidée le 27 septembre 1790 en raison de la résistance de la noblesse, du développement du complot aristocratique et des troubles comme l’affaire de Nancy, car les sociétés fédérées « … devenant plus fortes par cet acte d’union… renversent les projets des partisans opiniâtres de l’ancien régime ». Brevet de civisme, témoignage de solidarité pour les autres sociétés des villes du département, cette adhésion publique aux principes de 1789 peut présenter d’autres avantages, car les Jacobins de Paris sont essentiellement des députés qui peuvent éventuellement rendre de grands services, « et dans leur société en y discutant l’objet de nos demandes, et à l’Assemblée en y obtenant son approbation ».

Nombre de réunions de la Société des amis de la Constitution – Août 1790 – Juillet 1792

Nombre de réunions de la Société des amis de la Constitution – Août 1790 – Juillet 1792

C. Seillier d'après L. Caux.

30De 1790 à la fin du printemps 1792 la question de l’ordre public est souvent agitée dans les séances. C’est le cas de l’affaire de Nancy où l’on souligne le « courage héroïque qu’ont déployé en cette circonstance les gardes nationales et les troupes de ligne, pour l’exécution du décret du corps législatif » ; le 27 septembre 1790, la société reçoit une lettre de remerciements du marquis de Bouillé, cousin de La Fayette, qui avait dirigé la répression. En juin 1791, ils soutiennent le seigneur de Verton, victime d’une émeute dont l’origine serait un article de Marat. En mars 1792, pendant la lecture d’un discours « sur la nécessité de l’exécution de la loi », prononcé à la mémoire de « M. Henri Simoneau, maire d’Étampes, mort victime de la fureur populaire et pour l’exécution de la loi », la société décide de couvrir d’un crêpe noir la statue de Mirabeau ainsi que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ; en avril, elle témoignera de ses regrets à Madame veuve Simoneau.

31La formation de l’opinion publique se fait grâce à la publicité des séances, pendant lesquelles des citoyens « de la galerie », peuvent intervenir, mais aussi par des adresses ; le 15 juin 1791, l’une d’entre elles, destinée aux habitants du district, les invite à participer aux opérations électorales tout en définissant le profil politique du personnel à élire : « Il nous faut des hommes qui aiment sincèrement la Révolution, et qui l’aient toujours aimée depuis le commencement ; des hommes qui connaissent bien les décrets de l’Assemblée Nationale, qui aient une bonne formation judiciaire et la tête un peu froide ; plusieurs qui connaissent les lois, les arts, l’agriculture et le commerce, d’autres qui aiment le travail, qui soient rangés et entendus dans leurs propres affaires, qui aient de la probité, du discernement ; enfin des hommes qui sachent supporter la religion des autres, et qui ne veuillent pas faire adopter la leur à tout le monde ». Compétence et tolérance sont requises au service de la Nation, de la Loi et du Roi. Certains événements déconcertent les Amis de la Constitution, ainsi la tentative d’émigration du roi, le 20 juin 1791 : elle est d’abord qualifiée le 23 « d’enlèvement du Roi », puis le lendemain, la société se refuse à faire une adresse à la population sur « l’évasion du Roi », et ce n’est que le 25 juin, après avoir écouté « la lecture publique des détails consignés dans le Journal de Paris au sujet de la fuite et de l’arrestation du Roi » qu’une décision est prise : les membres du club et le public des tribunes prêtent le serment de « Vivre libre ou mourrir ». Les réunions se multiplient durant l’été (14 du 23 juin au 28 juillet) sur des thématiques dominées par la publicité à accorder à Varennes, l’attitude à adopter après la scission parisienne – Club des Jacobins, Club des Feuillants – issue de la non suspension de Louis XVI. Le club boulonnais initialement affilié aux Jacobins se divise et décide le 5 août de correspondre avec les Feuillants, « une rupture sans avoir fait de scrutin ». Les relations avec la ville et le district sont facilitées puisque près de la moitié des notables et officiers municipaux font partie de la société. Son influence est importante ; considérée comme une force au service de la cause boulonnaise, elle constitue un pouvoir parallèle aux autorités légalement constituées. Son objectif affiché de faire comprendre et aimer la constitution la conduit à œuvrer dans tous les domaines (politique, social, fêtes et cérémonies, par exemple) pour faire respecter la loi. En ce sens, elle constitue un appui pour la municipalité et le district ; elle utilise parfois sa force de persuasion pour décider le pouvoir légal à prendre certaines mesures dans l’intérêt de la population. Les échanges oraux et épistolaires sont fréquents et caractérisés par la plus grande courtoisie.

32En janvier 1792 les rumeurs de guerre inquiètent, puis à la fin avril, les Amis de la Constitution se félicitent de la déclaration de guerre « au nom de la nation française et du Roi, aux tyrans et despotes de l’empire germanique ». Ils font des propositions pour assurer la défense des côtes et protéger le commerce. En mai, ils cherchent à se renseigner auprès des autres sociétés des villes frontières afin de connaître exactement la situation. Nous sommes alors à la veille du mois d’août 1792 qui voit, en liaison avec la journée du 10 août à Paris, la destitution du roi, la disparition de la société des Amis de la Constitution et la naissance de la société des Amis de l’Égalité, de la Liberté à Boulogne, le 23 août 1792 de l’an 4e de la Liberté et le 1er de l’Égalité.

33Parmi les 248 personnes répertoriées comme membres de la Société Populaire, 183 ont une profession identifiée : 20 % sont artisans, 19 % boutiquiers ou marchands, 13,6 % négociants et 8 % sont membres du clergé. La comparaison avec le recrutement de la Société des Amis de la Constitution fait apparaître un doublement du pourcentage des artisans ; si les négociants sont toujours présents, leur importance a diminué et seul le clergé conserve une proportion comparable à celle de la société précédente. Le recrutement de la Société Populaire s’est donc ouvert plus largement aux classes populaires tout en laissant une place importante aux tenants du commerce boulonnais. La cotisation est fixée entre 20 et 30 sols pour trois mois, mais elle est réduite pour les citoyens pauvres.

34L’émergence de la Société Populaire comme changement dans la vie politique locale n’est que la traduction d’une inflexion beaucoup plus profonde du processus révolutionnaire. Un volontaire boulonnais participa à l’insurrection comme des milliers d’autres originaires de différents départements, ce qui fait de cette journée celle du peuple français autant qu’un simple événement parisien. Resté anonyme de par la volonté de ses descendants, il signalait dès le 30 juillet que « déjà il serait arrivé deux ou trois fois au château plus de 25 000 ou 30 000 hommes qui voulaient la tête du Roi et celle de sa chère épouse » ; il ajoute : « c’était selon moi et selon tous les vrais patriotes le moyen le plus sûr de nous battre sans être trahis ». Dans sa lettre datée du 11 août, il nous donne l’interprétation populaire de cet événement : « La patrie était en danger et elle est sauvée. Cela n’a pas été sans une grande effusion de sang. Les suisses soldés par le roi ont pris son parti, ont fait feu sur le peuple. Ils ont versé le sang ; aussi le leur n’a pas été épargné ». Il rassure sa famille tout en insistant sur l’âpreté de l’affrontement : « je fus aussi du combat – je n’ai ni tué, ni été blessé, mais que notre section n’a pas donné car toutes celles qui ont donné, ont eu des tués, des blessés… ». Le 10 août met donc fin à la monarchie constitutionnelle censitaire établie par la Constitution de 1791, approuvée par Louis XVI le 13 septembre de la même année, et dans laquelle l’Assemblée, donc la bourgeoisie censitaire s’était réservée l’essentiel du pouvoir. Quelle que soit la signification que l’on donne à cet événement – point culminant d’un dérapage commencé en 1791, ou « seconde révolution » qui intègre la peuple dans la nation et marque l’avènement de la démocratie politique – il constitue pour les contemporains un discriminant très efficace : 55 des membres de l’ancienne société le seront aussi de la Société Populaire ; un tiers des notables avait exercé des fonctions municipales pendant deux mandats, en 1790 et 1791 : ils ne seront que 18 % a réaliser un troisième mandat, donc à être réélus en décembre 1792.

Buste de Daunou (1761-1840), par Ecko et Durand.

Buste de Daunou (1761-1840), par Ecko et Durand.

Ancien oratorien, prêtre en 1787, assermenté, il s’oppose à la condamnation à mort du roi. Principal rédacteur de la Constitution de l’An III, il soutient Napoléon contre Pie VII, est député sous la Restauration puis pair de France en 1839.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, cliché G. Capron.

35Du 23 août 1792 au 31 décembre 1793 le registre des procès-verbaux des séances de la Société des Amis de l’Égalité et de la Liberté nous livre les inquiétudes et les enthousiasmes de ses membres. Quelques noms, extraits des listes, reviendront souvent sous la plume du secrétaire : L.M.F. Belle, reçu le 27 septembre, sans passer au scrutin épuratoire car il était maire de la ville, Cattaert (1762-1800) qui deviendra son gendre le 23 juillet 1793, Daunou, député à la Convention nationale, Giraud-Sannier, entrepreneur et architecte, le général Carie, Blocquel, supérieur du petit séminaire et Joseph Le Bon (1765-1795). Le déroulement des séances marque aussi cette évolution : elles commencent ou se terminent souvent par la Marseillaise ou des couplets de circonstance comme ceux consacrés à la trahison de Dumouriez ; on y porte la cocarde tricolore et, fort peu de temps, le bonnet rouge. On y récite des couplets patriotiques. Les dames y furent admises mais sans voix délibérative. L’assemblée est souvent, sinon houleuse, du moins agitée, prompte aux enthousiasmes ainsi qu’aux condamnations : il faut y voir la marque d’un romantisme révolutionnaire confirmé par l’utopie de certaines propositions. Les séances révèlent trois thèmes majeurs : le plus fréquent est celui de la guerre, des départs de volontaires, des mesures à prendre tant en ce qui concerne la garde nationale que les troupes de ligne, sous la forme d’un mélange de demandes et de propositions concrètes en direction de la mairie, du district, de la Convention, avec souvent vers la première des exhortations pour appliquer la loi. Viennent ensuite, la question des salaires, des subsistances et de leur prix avec la revendication de la taxation conçue comme une parade à l’inflation des assignats, puis celle de la contre-révolution en liaison avec les aristocrates, les émigrés et les prêtres réfractaires. En refusant d’admettre pendant six mois les auteurs d’une « adresse contre la suspension du Roi, Louis XVI », en demandant à la municipalité de changer la dénomination des rues, en faisant des propositions dans de nombreux domaines, en obligeant enfin la mairie à agir alors qu’elle avait déjà quelques difficultés avec le district, les membres de la Société Populaire illustrent parfaitement ce caractère de démocratie, cette compétence de la souveraineté populaire, même si cela débouche parfois sur une certaine confusion.

36Dans les domaines du commerce extérieur et de l’entretien du port, les Sociétés se donnent un rôle de coordination et de contrôle des actions de la ville, du district, du département comme des députés dans les assemblées nationales successives. La contrebande est un atout majeur présent sous deux formes : favorable par le commerce interlope des Anglais, défavorable et combattue quand les smogglers embarquent des produits considérés comme de première nécessité dans un contexte de pénurie, voire de disette.

37Souvent, dans le cas d’événements majeurs, les délibérations illustrent l’adhésion aux décisions de la Convention, ainsi : « le citoyen Cattaert est monté à la tribune, a fait lecture d'une adresse à la convention nationale pour la féliciter sur le jugement qu’elle a rendu contre le tyran Louis Capet. Le citoyen Huin a fait une adresse sur le même sujet. Cette dernière adresse a été adoptée à l’unanimité ». Le 22 janvier 1793, Daunou, député, répond favorablement à une demande d'intervention de la municipalité boulonnaise mais surtout juge utile de rappeler ses positions publiques lors du procès et de la condamnation de Louis XVI; il termine par une mise en garde et un programme : « J’ai l’honneur de vous prévenir, que tout projet de protestation, scission, de démission, me paraîtront constamment contraires aux devoirs de l’homme public, et aux intérêts de la patrie : il est inutile et peu courageux de murmurer sur ce qui est fait ; il faut s’occuper de ce qui est à faire et ne jamais désespérer de la République ». Le 2 juin de la même année, l’éviction des Girondins débouche sur un débat relativement houleux, une situation récurrente dont Joseph Le Bon avait éprouvé les désagréments et interdit une des tribunes au public. Lors des dernières séances, la préparation d’une fête célébrant la reprise de Toulon est interrompue par le citoyen Camus qui « annonce que les esclaves de Georges sont enfin chassés de notre territoire ; que les armées de la République sont encore victorieuses » : un discours coupé par le cris « Vive la République ».

38La société intervient par des « lettres, pétitions et adresses de la Société Républicaine de Boulogne » auprès des corps constitués ou de simples citoyens. En septembre 1793 on relève 33 manifestations épistolaires dont 35 % destinés aux autorités locales (municipalité, district, département), 23,5 % au niveau national (représentants en mission, Convention, Club des Jacobins, Comité de Salut Public), 20 % vers les sociétés affiliées (Dunkerque, Calais, Samer, Wimille) ; son action peut alors être située comme celle d'un groupe de pression.

Nombre de séances mensuelles de la Société Populaire d’août 1792 à décembre 1793.

Nombre de séances mensuelles de la Société Populaire d’août 1792 à décembre 1793.

L. Caux et M. de Sainte-Maréville. 1990. La Révolution à Boulogne-sur-Mer. T VIII Mémoire de la Société Académique du Boulonnais, p. 113.

39Ce rôle, joué notamment dans la délivrance des certificats de civisme, dans sa fonction d’enquête et de surveillance, a contribué à orienter la vie politique à Boulogne. La Société délivre aussi des attestations, appelées diplômes, concernant ses sociétaires. Le 30 septembre, la forme des diplômes est arrêtée de la façon suivante : « les citoyens de Boulogne-sur-Mer réunis en Société des Amis de la Liberté et de l’Égalité certifient que le citoyen N… membre de ladite Société a donné des preuves du plus pur civisme, et qu’il est à regarder comme l’un des vrais enfants de la République. En témoignage de quoi, le Président et les secrétaires de ladite Société ont délivré ces présentes au dit Boulogne ». Ce genre de certificat est un document qui permet de se rendre dans d’autres villes et d’assister aux séances d’un club similaire ou affilié ; les procès-verbaux en conservent quelques exemples.

40Les certificats de civisme comportent trois degrés : le premier spécifie que le citoyen n’a jamais donné de preuves d’incivisme et qu’il a toujours respecté la loi ; le second degré certifie qu’il a dans de nombreuses occasions donné des preuves non équivoques de son patriotisme, alors que le troisième degré est réservé à ceux qui ont développé la plus grande énergie, ont toujours été « sur la cîme de la Montagne », et se sont comportés en francs Jacobins. De par la loi du 21 mars 1793, les municipalités « patriotes » disposent du droit de délivrer des certificats de civisme ; à compter de l’été 93, les Comités de section (membres de la Société Populaire détachés dans les divers quartiers de la ville) délivrent ces papiers : le 25 septembre Hamy les met en garde car ils s’apprêtent à en délivrer aux détenus. Il semble que dès octobre la Société reprenne le contrôle strict de leur délivrance, sur la base d’une demande publique ; le 3 courant, il est décidé que l’obtention, après affichage de l’identité des demandeurs durant trois jours, sera soumise à la critique de l’assemblée et des tribunes. Hamy obtient le 6 une dispense pour les cas urgents. Les Sociétaires peuvent demander à la fois un certificat de civisme et un diplôme de la Société, comme le médecin Le Camus qui se rend à l’armée du nord (10 octobre 1793). La caution de l’assemblée et des tribunes ne constituait peut-être pas une garantie suffisante puisque le 21 brumaire, l’un des trois frères Guche s’élève contre la facilité avec laquelle les certificats de civisme ont été délivrés ; il insinue que des sommes auraient été versées à la Société pour favoriser son accord.

41La fonction d’enquête et de surveillance de la Société s’officialise durant l’été 1793 ; lors d’une séance non datée, mais située entre le 27 juillet et le 05 août, nous apprenons que le district, dans une délibération, a décidé d’engager la Société à nommer un commissaire qui sera chargé d’enquêter, dans diverses communes avoisinantes, sur des faits importants concernant l’accaparement des grains ; cette délibération provoque une vive discussion, ce qui conduit le président à proposer la nomination d’un second commissaire pour remplir cette mission. Le 5 août, un citoyen d’Audresselles est accusé du recel de plusieurs septiers de blé. La commission d’enquête sera composée de membres de la Société Populaire et de quelques membres du district. Timide lors de sa mise en place, la dénonciation s’intensifie ; il ne se passe pas de séances sans que quelques personnes ne soient dénoncées : fonctionnaires remplissant mal leur tâche ou accusés d’avoir tenu des propos, jugés antipatriotiques, et rapportés par un indiscret. Un Comité secret est constitué le 25 août afin de recevoir les dénonciations. Les membres désignés sont : Blocquel, Guche, Triquet, Saddet fils, Foissey et Sauvage ; tout citoyen peut s’y adresser pour faire une dénonciation car cette pratique semble être, à ce moment, un attribut de bon patriote et l’on propose même des récompenses aux dénonciateurs.

La guerre et ses conséquences économiques

42« Une coalition des despotes et des tyrans de l’Europe menace notre sainte constitution… Si notre destin voulait que nous ne puissions trouver la mort en combattant pour elle, jurons de n’accepter aucune place, de n’exercer aucun emploi sous la domination des tyrans de la patrie, et d’employer tous les moyens qui seraient en notre pouvoir pour la venger et l’arracher à l’oppression » : ce serment est prêté, au début de l’année 1792, par le président, la société et un grand nombre d’officiers et de soldats du 18e régiment d’infanterie ; « L’enthousiasme et l’ivresse du patriotisme étaient dans tous les cœurs ». La guerre prochaine mobilise les énergies mais elle va aussi gravement affecter l’économie de la ville et de la région.

43Le port, par manque d’entretien, est en très mauvais état à la veille du conflit ; il le restera malgré de nombreuses études et demandes de travaux. Au niveau national, sa valeur stratégique est considérée comme faible en raison d’autorités modérées et des mouvements réels ou supposés d’émigrés. Polyvalent (pêche, commerce, passagers) il est la principale source des emplois de la ville basse. Son arrière-pays (continental) procure peu d’exportations : « Le Boulonnais était avant tout un pays d’élevage » ; il est, par contre, très étendu pour la diffusion des produits de la pêche, frais, salés ou fumés, dont les autorités surveillent la qualité. Le commerce est en partie international : les entrées sont issues d’un avant-pays « maritime et continental » (d’outremer) : au sud, le sel, au nord, des grains pour pallier l’insuffisance de la production locale, des eaux-de-vie de genièvre, du thé, du tabac. Les Smogglers investissent l’arrière-pays commercial, l’espace de desserte, Outre-Manche.

44La pêche reste une activité économique importante confrontée à des difficultés : écologiques quand la prolifération des chiens de mer rend problématique la harengaison, humaines en raison des levées de matelots pour la marine royale à partir de 1790 affectant la formation des équipages alors que l’intervention de N. Latteux et B. Gros diligentée par les « hôtes » est un échec, financières enfin par la dévalorisation des assignats et le rejet de la demande de n’être payé qu’en numéraire. De plus, le 22 octobre, le Conseil Général de la commune doit appeler au respect de la législation concernant le salage et le saurissage des harengs, en raison de nombreuses infractions. Le commerce reste florissant : de 1789 à 1791 le port connaît environ 1 100 entrées par an et autant de sorties dont 90 % sont réalisées par les smogglers qui « viennent chercher des eaux de vie que nous tirons de France et de Hollande, des thés que nous tirons de l’Orient. Ce commerce occupe annuellement 940 bateaux smogglers, dont l’exportation peut être évaluée à deux millions sept cent mille livres ». Le commerce interlope est essentiel pour la ville ; il n’a d’ailleurs pas été trop affecté par les précédents conflits du XVIIIsiècle. Le trafic passagers est important avec l’Angleterre. Cependant la situation économique générale n’est pas bonne : « comme partout ailleurs le travail y manquait et déjà les répercussions de l’agiotage sur l’assignat se faisaient sentir ». La ville crée un atelier de charité pendant le 1er semestre 1790.

45La déclaration de la guerre à l’Autriche le 20 avril 1792, entraîne la prévision de mesures de protection pour les pêches et le commerce en raison de l’existence de la façade maritime des Pays-Bas autrichiens. Les opérations militaires se présentant mal pour nos armées, le Conseil général de la commune publie, sur le modèle parisien, le 25 juillet, la déclaration de la Patrie en Danger : « Citoyens ! la patrie est en danger. L’Europe se ligue et s’unit aux Français rebelles, pour vous replonger dans les fers : de nombreuses armées s’avancent pour vous combattre… Elles sont à vos portes, sur vos frontières, et brûlent d’égorger les amis de la Liberté et de l’Égalité, les plus fermes appuis de la constitution… Citoyens, vous avez à défendre vos personnes, vos propriétés, vos pères, vos mères, vos femmes, vos filles, vos enfants, votre liberté et cette constitution sublime, pour laquelle vous avez tout sacrifié depuis quatre ans… La constitution ou la mort, cent fois vous l’avez juré. Le moment est venu de tenir vos serments… ». Cette adresse énergique, situant bien les enjeux, s’accompagne de mesures précises : l’invitation faite aux citoyens de « s’inscrire pour la défense des frontières et de la liberté », le contrôle accru des passeports, la mobilisation permanente de la garde nationale, la déclaration des armes et des munitions détenues chez les particuliers, le port obligatoire de la cocarde tricolore, à la fois signe de reconnaissance et témoignage de patriotisme.

46Par la bataille de Valmy le 20 septembre 1792 et l’échec du siège de Lille par les Autrichiens au début d’octobre, la patrie était sauvée, mais la République allait connaître d’autres difficultés, avec la déclaration de guerre à l’Angleterre, le 1er février 1793 ; en mars, la France est donc en guerre avec l’Europe entière à l’exception de la Suisse et des États scandinaves. Pour le port de Boulogne, la supériorité navale britannique et la proximité des côtes ennemies constituent une réelle menace ; cela peut conforter la fonction militaire du port à la condition d’en faire une base offensive. Le 2 mars 1792, le rapport de l’ingénieur Vergnes constituait un projet structuré de réhabilitation du port, mais l’Assemblée Nationale hésitera, même si désormais le port n’est plus considéré qu’en fonction de sa valeur stratégique ; par le décret du 12 juillet elle reconnaissait la nécessité de travaux « quoique le port de Boulogne ne représente point tous les avantages que l’on pourrait désirer d’un établissement dans la Manche pour la Marine nationale » et débloquera un crédit d’attente à la hauteur de 15 % de l’estimation de M. Vergnes. En 1793 Robespierre manifeste de l’intérêt pour le sujet dans une lettre adressée à un représentant en mission et datée du 20 novembre, à une époque où l’on songe à envahir l’Angleterre. En 1794 l’ingénieur Ferregueau insiste sur les caractères intéressants du site portuaire de Boulogne, pour le contrôle de la Manche, la surveillance des mouvements des Anglais, la menace à faire peser sur leurs côtes, d’autant plus facilement que les vents sont pour nous portants, et enfin sur la possibilité de bloquer le pas-de-Calais ; c’est une « position qui offre… une rade capable de contenir l’armée navale la plus redoutable… où nous pourrions porter avec sûreté 100 000 hommes aux portes de Londres ». Ce n’est que le 2 thermidor an II qu’une commission est nommée et les études sont réalisées en l’an III. De cette époque à l’an VII, un désir réel de restauration du port a existé, mais l’argent a fait défaut. Sous le Directoire la reprise du projet de débarquement permet aux Boulonnais d’espérer, mais il est ruiné par l’expédition d’Égypte. La municipalité essaie de lancer une souscription volontaire qui échoue car « le peu d’activités du port n’aurait pas compensé les sacrifices que la bourgeoisie aurait consentis ». En 1799, l’état du port ne s’est pas amélioré et les activités économiques traditionnelles sont ruinées.

47Le marasme qui affecte le port de Boulogne touche aussi l’ensemble des ports français. La pêche est désormais menacée par les corsaires anglais ; le 17 février 1793 un accord est négocié avec les autorités maritimes de Douvres, mais il n’entrera jamais en vigueur. À partir de l’an II les navires et leurs équipages sont soumis à une réglementation très rigoureuse qui doit cependant être assouplie durant la harengaison. En germinal an III la surveillance devient moins rigoureuse ; dans les deux années suivantes cette activité renaît. Finalement, tout en ne pouvant guère s’éloigner beaucoup de nos côtes, les matelots boulonnais ont pu continuer à exercer en toute tranquillité leur métier, mieux rémunéré qu’auparavant en raison de la pénurie de denrées alimentaires. Le commerce maritime est presque interrompu, tant celui d’origine nationale que celui avec les neutres, en raison de la domination maritime des Britanniques. En brumaire an II le commerce extérieur passe sous le contrôle étroit du gouvernement central ; le trafic du port reste insignifiant, bien qu’après thermidor les négociants soient admis à commercer de nouveau ; malgré une embellie de l’an V à l’an VIII, le trafic reste limité à 63 navires dont 88 % de prussiens et de danois. De l’an II à l’an VIII inclus la moyenne annuelle des entrées de navires se situe à 14 bâtiments, essentiellement des Scandinaves pour du bois d’œuvre, le sel, le vin et les eaux-de-vie. Le commerce interlope est la grande victime de la guerre, non du fait des Britanniques ou des négociants boulonnais mais en raison de l’opposition de la population. Boulogne sollicite, en février 1793, l’autorisation de la Convention pour continuer à recevoir les smogglers. Du 14 février au 10 mars, plusieurs émotions marquent l’opposition des habitants, surtout des matelots et de leurs femmes ; elles traduisent donc un caractère nouveau de ce conflit ; ceux-ci considèrent tous les Anglais comme leurs ennemis. Les smogglers cessent de fréquenter le port ce qui entraîne le manque de numéraire et la disparition d’une bonne partie du travail qui était procuré par les tonneliers et les transporteurs. Les marchandises britanniques sont strictement prohibées ; l’Angleterre n’est pas atteinte par ces mesures, tandis que les Boulonnais cherchent, dans la guerre de Course, des compensations à la dégradation de leur économie : elle est autorisée le 31 janvier 1793, puis interdite du 22 juin 1793 au 23 thermidor an III, pour reprendre ensuite. Elle poursuit un double but : enrichir les armateurs, les équipages et nuire à l’ennemi. Du 1er ventôse an IV au 1er prairial an IX, Boulogne arme 154 corsaires, réalise 201 prises et 1 967 prisonniers. La Course n’a pas ruiné l’économie britannique, mais elle a donné du travail à Boulogne.

Vivre la Révolution

48La grande masse des habitants est confrontée à un double problème : se nourrir et travailler. La récolte de 1788 a été mauvaise et l’hiver suivant très froid. Dès le printemps 1789 Boulogne doit faire venir des grains importés par Dunkerque et Saint-Valéry. Du début juin au 16 juillet, 14 navires surtout néerlandais déchargent 1 465 339 livres de grains (717 tonnes pour 62 % de seigle et 38 % de blé), engrangées dans les greniers : Magasins du Roi, Oratoire en Haute Ville, Cordeliers, Séminaire, Casernes, Frères des Écoles, Hôpital en Basse Ville. À la mi-juillet le blé reste très cher, le pain aussi, et « la récolte des bleds assez bonne dans le bas Boulonnois, mauvaise dans le haut ». Le 3 août une petite émotion permet d’obtenir une diminution considérable du prix de tous les grains, mais ce n’est que le début de la crise des subsistances. En septembre ce sont des difficultés avec Montreuil à propos des approvisionnements de la ville qui entraînent l’intervention de N. Latteux et B. Gros auprès de M. Poultier représentant de cette localité à la Constituante ; en octobre ce sont les troubles de Desvres. Le blé a encore augmenté ; notre ville crée un comité des subsistances. De 1792 à 1795 la crise des subsistances culmine, soit immédiatement après des récoltes défectueuses, soit en période de soudure. En octobre 1792, les officiers municipaux se rendent dans les villages voisins « pour engager les cultivateurs et fermiers d’apporter des grains » ; des blattiers boulonnais sont inquiétés près de Lumbres. En juin 1793, on ne fabrique plus qu’une seule qualité de pain bis dont le prix est taxé. La législation du maximun devrait apporter des améliorations, mais au début de 1794 les bouchers tournent la loi et « un désordre affreux règne dans les marchés. Des citoyens ou citoyennes fatiguent les gens de la campagne par des cris effrénés et souvent même les frappent ». L’an III et l’an IV sont proprement catastrophiques : Bernard Gros, dans sa correspondance, signale que du 15 mars au 28 juillet le septier de blé passe de 100 à 2 500 livres. Chaque arrivée de navire chargé de grains déclenche une émeute. Le 21 floréal des femmes envahissent la mairie en criant « du pain ou qu’on nous conduise à la mort ». De la fin septembre 1795 à la fin janvier 1796, en l’an IV, le prix du blé augmente de 5 000 % contre 550 à 650 % pour les salaires des ouvriers. Désormais ce ne sont plus les pauvres estimés à 700 familles en 1792 puis à 30 % de la population en 1794 qui sont touchés, mais « c’est une infinité d’ouvriers et de personnes de tout état qui manquent entièrement de pain » précise Bernard Gros. En l’an III (11-01-1795) André Dumont déplore « que les subsistances rendent votre situation critique », mais espère pour Boulogne « que la libre circulation des grains doit faire disparaître la disette qui ne peut exister réellement » ; il termine en assurant soutenir les démarches de la municipalité, sans « en promettre le succès ». En l’an IV (novembre-décembre 1795), certaines des quarante communes chargées d’approvisionner en grains les marchés hebdomadaires de la ville ont des retards de livraisons importants, tels qu’au début de décembre l’hospice civil ne dispose de pain que pour deux jours. La municipalité décide des réquisitions, utilise la troupe (la garde nationale) pour les faire exécuter, y compris les arriérés ; un moyen brutal, mais efficace : « En conséquence j'espère que vous voudrez bien retirer la force armée, et au surplus la force armée ne doit pas rester chez les particuliers qui ont satisfait. Nous attendons de vous la justice qui nous est due ». (Herly le 16 décembre 1795). D'autres communes font des propositions, ainsi Isques « supplie l’administration de réduire la réquisition à la moitié et de faire supporter la décharge aux ci-devant communes du Haut-Boulonnais, où il se trouve moins d’herbages, par conséquent davantage de grains ».Le travail est aussi difficile à trouver : un atelier de charité a fonctionné de 1790 à 1791 ; de 1790 à 1792, une partie de la population se livre à la contrebande du tabac pour trouver des ressources. Les habitants connaissent cependant bien d’autres difficultés.

Mercuriale du prix des grains An IV de la 1re République française (sept. 1795 - janv. 1796).

Mercuriale du prix des grains An IV de la 1re République française (sept. 1795 - janv. 1796).

L’échelle des prix est semi-logarithmique.

C. Seillier.

49La France révolutionnaire a essayé de contrôler ses opposants. Vue de Paris, Boulogne-sur-mer apparaît comme un foyer des adversaires de la révolution. Les déplacements suspects entre la France et l’Angleterre sont surveillés ; les mesures sont renforcées en juillet 1792. La municipalité boulonnaise ne semble, cependant, pas avoir été très vigilante. Des prêtres réfractaires émigrent en grand nombre après le décret du 26 août qui leur ordonne de sortir du royaume. Beaucoup partent vers l’Angleterre ou la Belgique. Après le début de la guerre avec l’Angleterre la surveillance ne paraît pas plus rigoureuse. Le laxisme de la municipalité est souvent dénoncé en 1793 ; en juin de la même année, la ville est perçue comme un foyer contre-révolutionnaire. Les représentants en mission se succèdent et procèdent à de nombreuses arrestations, comme André Dumont (1764-1838) qui, le 28 septembre envoie 158 personnes dont 34 nobles dans les prisons d’Abbeville. Le total des personnes arrêtées se monte à environ 600.

50Le climat politique et social devient particulièrement pesant à Boulogne au printemps de 1794 où les dénonciations de « suspects » se multiplient, comme en témoigne Gabriel Abot de Bazinghen. « Je perdais […ma liberté] le 5 germinal (25 mars 1794). J’eus ordre de me rendre en la Maison d’arrêt des Ursulines ». Son épouse y contracte une maladie incurable. Il relate les vexations et tourments des 500 personnes qui y sont entassées vivant sous la menace d’être fusillées. Il concède toutefois que leur position est enviable “en comparaison de celle de nos pauvres compatriotes qui… furent charretés à Arras… qui y furent jetés dans les cachots judiciaires… Plusieurs pères de famille, 18 à 19, de notre malheureux district périrent à Arras… [en prison]… Les citoyens Briche, Rincquesen, Destée, Falempin, deux Du Blaisel” ». Les morts de maladies et de privations s’ajoutent en effet aux 391 condamnés à mort par le Tribunal révolutionnaire d’Arras. Abot de Bazinghen et sa famille sortirent de prison en juillet 1794, et Gabriel reprit ses fonctions à Saint-Martin. Dumont de Courset, lui aussi emprisonné aux Ursulines, en était sorti plus tôt car on avait besoin de lui pour le jardin botanique que la Convention demandait d’instituer dans chaque département. Au total, à Boulogne même la Terreur n’entraîne que quatre exécutions capitales, ce qui est relativement faible pour une zone suspecte.

51La ville a connu aussi quelques accès de déchristianisation avec un paroxysme en novembre-décembre marqué par la destruction le 28 décembre 1793 (8 nivôse an II) de la statue de Notre Dame de Boulogne. » En l’an III, la surveillance se relâche, puis elle est renforcée en l’an IV. Les étrangers résidant depuis fort longtemps sont inquiétés, en particulier les Anglais. Cependant les mesures sévères ne sont respectées que durant un temps souvent assez bref. « Le port de Boulogne ne fut jamais sûr », ce qui explique peut-être qu’il n’ait pas été pris en considération.

52La chute de Robespierre est connue à Boulogne le 12 thermidor ; une épuration se développe jusqu’en fructidor. Ceux qui avaient dirigé les institutions républicaines sont dénoncés et destitués, par la population et par Florent Guyot, représentant en mission arrivé le 5 fructidor (22 août 1794) ; il envoie, le 28 fructidor, 9 montagnards boulonnais devant le Comité de sûreté générale : ils seront libérés le 17 brumaire an III. C’est désormais le temps des modérés, qui restent des républicains, comme Daunou, ancien oratorien, principal rédacteur de la Constitution de l’an III et député par la ville et le département au Conseil des Cinq-Cents. L’Église constitutionnelle se réorganise mais elle est concurrencée par le culte clandestin (baptêmes, messes) assuré par des prêtres réfractaires dont l’action est dirigée par deux préfets de mission désignés par Mgr Asseline depuis son exil : M. Augé dont le nom officiel est « Batist » et « Terbek » surnom de M. Paternelle. Sous le Directoire, en conséquence de la vente des biens nationaux, des éléments marquants du patrimoine boulonnais changent de main ou disparaissent. Déjà en 1793, l’église et le couvent des Capucins avaient été vendus à Charles Butor pour 35 800 livres, et le calvaire dominant le port avait été transféré dans l’église Saint-Nicolas. En 1797, les bâtiments des Oratoriens sont acquis par Maxime Cornuel ; l’année suivante Marie Griset et Elisabeth Jouy achètent l’église des Cordeliers tandis que celle de Saint-Wulmer est vendue à l’imprimeur Gorrilliot, associé à Guillain Joseph Piteux, un rentier d’Arras. Ces mêmes personnes, associées à d’autres, le 21 juillet 1798 acquièrent pour 510 500 le Palais épiscopal et la cathédrale ; bientôt celle-ci est démolie et sa silhouette ne domine plus la Haute Ville.

53Cette période est marquée par les nombreuses fêtes républicaines, par l’essai d’implantation du culte décadaire en remplacement de celui de l’Être Suprême. Le 27 avril 1797 est fondée « La Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de Boulogne-sur-mer » pour inciter au progrès de l’agriculture ; Dumont de Courset en est le membre le plus en vue. L’instruction publique est réorganisée et Daunou fait implanter dans la ville l’École Centrale du Pas-de-Calais. Il faut fixer les acquis dans une période qui reste difficile comme en témoignent les coups d’États du Directoire, à l’occasion d’élections défavorables aux modérés désormais au pouvoir. L’économie renaît lentement.

L’oratorien P.A. Legressier de Bellanoy.

L’oratorien P.A. Legressier de Bellanoy.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, N° 38782.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication. Cliché Capron.

54La période révolutionnaire a profondément marqué la vie politique locale ; de la municipalité Grandsire (1789) à celle dirigée par Dolet (1794), l’évolution de la composition socio-professionnelle est en phase avec les inflexion nationales déjà perceptibles dans le recrutement des membres de la Société des Amis de la Constitution comme de la Société Populaire. En 1789 ce sont les négociants qui dominent en compagnie de boutiquiers-marchands et d’artisans ; 1791 voit l’arrivée des professions judiciaires et cette tendance s’accentuera dans la municipalité Belle à la fin de la même année. La Législative voit une nette remontée des négociants, désormais majoritaires, mais ils devront, sous la Convention, céder la place aux artisans, dans la municipalité de Quignon-Sauve en avril 1794. Après thermidor celle dirigée par Dolet, présente une structure analogue à celle de la première municipalité révolutionnaire, avec la prédominance des groupes d’artisans, de négociants et des boutiquiers-marchands. Un autre caractère est celui du rôle joué par les Oratoriens. Le collège est fermé en 1791, mais une partie de l’équipe enseignante est restée à Boulogne. À l’exception de Baret, Daunou et Legressier de Bellanoy, les autres Oratoriens ne sont pas originaires de la ville, mais Joseph Cattaërt, Jérôme Chomel, François Foucher, Jean-Louis Lissés et François Morillon restent et poursuivent leur action sur le plan politique ; s’adaptant rapidement à la situation, ils sont présents dans tous les domaines de la vie publique. Daunou, dont l’action dépasse largement le cadre de la ville, est un précurseur en développant les idées fondatrices de l’enseignement public : laïcité et gratuité. Lissés, agent national, occupe dans la période la plus sensible (1793-1794), une fonction essentielle ; l’intransigeance qui marque ses écrits est une façade derrière laquelle son autorité lui permet de régler les problèmes avec bienveillance. Cattaërt, grand orateur de la Société Populaire pendant la terreur, concentrera sur sa personne, les foudres de la réaction thermidorienne. Les autres Oratoriens ont œuvré pour faire comprendre les changements politiques à la population. Le cadre révolutionnaire, porteur de violence, n’a pas altéré l’éthique oratorienne : ils ont contribué, avec d’autres Boulonnais, à l’application des directives du gouvernement révolutionnaire de façon souple et humaine, laissant la place à des initiatives locales qui ont permis à la ville de traverser la Révolution en évitant de grands drames humains.

55Les témoignages de l’époque, écrits au jour le jour sous forme de journal ou quelques années plus tard, apportent à l’histoire de cette époque des informations précieuses sur la façon dont elle fut vécue par les Boulonnais. Le journal d’Abot de Bazinghen est à ce titre le plus complet. Son auteur, noble et franc-maçon, membre de la bonne société boulonnaise, relate les faits qui lui semblent importants en les complétant d’appréciations personnelles : vie pratique, sociale, petits faits divers sont ainsi commentés avec bon sens et objectivité. Ils révèlent un auteur profondément humaniste qui sait aussi faire preuve d’humour. Le journal de l’abbé Balin, témoin direct des événements, a été rédigé en 1793 à Werden en Westphalie. C’est un document précieux pour l’histoire de la ville, particulièrement en ce qui concerne le clergé. Balin est un homme de l’ancien régime qui relate les événements de façon fidèle, mais en donnant des interprétations qui contribuent à nier, au début de la révolution, une origine populaire. Un autre chroniqueur boulonnais Cavillier a également laissé un journal qui apporte des informations intéressantes mais assez ponctuelles. Il complète bien les écrits des autres auteurs.

56Au moment du coup d’État de Brumaire, le bilan de dix années de révolution doit être singulièrement nuancé. Peu de terreur, une épuration limitée, tant il est vrai que souvent, terroristes et modérés étaient de la même famille par le jeu des alliances. Les entraves au développement économique sont levées pour permettre la croissance qui sera celle du premier XIXsiècle.

Adresse du Conseil Général du District sur la disette en août 1793.

Adresse du Conseil Général du District sur la disette en août 1793.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

Table des illustrations

Titre Géographie des doléances dans le Boulonnais.
Légende Carte établie à partir des quatre premières doléances figurant dans le cahier de la paroisse.
Crédits © C. Seillier ; infographie Émilie Duvinage.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7584/img-1.jpg
Fichier image/, 659k
Titre La corvée dans les doléances
Crédits © C. Seillier ; infographie Émilie Duvinage.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7584/img-2.jpg
Fichier image/, 574k
Titre Portrait de M. Latteux.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, cliché Capron.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7584/img-3.jpg
Fichier image/, 109k
Titre Fête de la Fédération, 14 juillet 1790.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7584/img-4.jpg
Fichier image/, 78k
Titre Nombre de réunions de la Société des amis de la Constitution – Août 1790 – Juillet 1792
Crédits C. Seillier d'après L. Caux.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7584/img-5.jpg
Fichier image/, 131k
Titre Buste de Daunou (1761-1840), par Ecko et Durand.
Légende Ancien oratorien, prêtre en 1787, assermenté, il s’oppose à la condamnation à mort du roi. Principal rédacteur de la Constitution de l’An III, il soutient Napoléon contre Pie VII, est député sous la Restauration puis pair de France en 1839.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, cliché G. Capron.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7584/img-6.jpg
Fichier image/, 66k
Titre Nombre de séances mensuelles de la Société Populaire d’août 1792 à décembre 1793.
Crédits L. Caux et M. de Sainte-Maréville. 1990. La Révolution à Boulogne-sur-Mer. T VIII Mémoire de la Société Académique du Boulonnais, p. 113.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7584/img-7.jpg
Fichier image/, 64k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7584/img-8.jpg
Fichier image/, 1,2M
Titre Mercuriale du prix des grains An IV de la 1re République française (sept. 1795 - janv. 1796).
Légende L’échelle des prix est semi-logarithmique.
Crédits C. Seillier.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7584/img-9.jpg
Fichier image/, 55k
Titre L’oratorien P.A. Legressier de Bellanoy.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, N° 38782.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication. Cliché Capron.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7584/img-10.jpg
Fichier image/, 1,5M
Titre Adresse du Conseil Général du District sur la disette en août 1793.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7584/img-11.jpg
Fichier image/, 148k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540