Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre VI. Boulogne au XVIIIsiècle : Les débuts d’une nouvelle croissance

Alain Lottin

Texte intégral

1Boulogne est une ville qui se transforme et se développe au XVIIIsiècle. C’est tout au moins ce que laisse penser l’augmentation sensible du nombre de ses habitants qui en un siècle fait plus que doubler. À la fin du XVIIe en effet, la population était évaluée à 3 748 habitants par l’intendant Bignon et à 4 463 habitants selon d’autres sources. En 1790 on en dénombre 10 434 ; cette croissance est en grande partie due à la conjoncture et, après 1713, à l’absence de conflits ayant des conséquences dévastatrices.

Un difficile début de siècle

2En effet, le XVIIIsiècle avait bien mal commencé avec la guerre de Succession d’Espagne qui, une fois de plus, faisait de l’Angleterre, alliée aux Provinces Unies et à l’Empire, une ennemie. Mais, grâce aux conquêtes de Louis XIV, Boulogne n’était plus ville-frontière que vers la mer. Jusqu’en 1708, la guerre avait surtout entravé le commerce et la pêche et avait été une nouvelle fois l’occasion pour de hardis marins de se transformer en corsaires. Jean Coilliot, Gédéon Bloquet, Pierre Bart, François d’Isques et bien d’autres avaient ramené leurs proies au port. Mais en 1708 l’inquiétude grandit. La ville avait vu passer en mars Jacques III, prétendant au trône d’Angleterre, parti s’embarquer à Dunkerque pour conquérir « son » royaume et l’avait vu repasser en avril « mortifié » de son échec. La riposte anglaise n’avait pas traîné et en août était apparue au large de Boulogne une escadre anglaise commandée par l’amiral Byng et comprenant près de 6 000 hommes prêts à débarquer. Ce qui restait de troupes boulonnaises dans le pays se déploya le long des côtes ; finalement, on en fut quitte pour la peur.

3S’ensuit alors la terrible année 1709 marquée par le froid et la famine. De tout temps Boulogne était une ville exposée à subir des chertés car « le Bas-Boulonnais produit si peu qu’il ne peut en aucun cas suffire à sa propre consommation » ; un seul quartier du Haut-Boulonnais pouvait partiellement l’approvisionner et de manière insuffisante. Pour ces raisons les prix des grains y connaissaient des augmentations importantes, même en temps ordinaire et a fortiori quand la crise était générale. En 1709, le setier de blé qui valait 18 livres en janvier atteint 51 livres en juillet, 62 en septembre. Il ne redescendit à 16 livres qu’en mars 1710. Des mesures draconiennes, et habituelles en cas de crise, sont prises ; chaque habitant doit déclarer les grains qu’il possède ; il est interdit de faire de la bière ou de la pâtisserie. Artisans, journaliers, gens de métier doivent se débarrasser de leurs chiens. L’évêque Pierre de Langle vend sa vaisselle d’argent pour venir en aide aux malheureux qui sont légion. En 1710-1712, les Hollandais, arrivés jusque dans le Calaisis, exigent du Boulonnais une contribution de guerre de 40 000 écus, auxquels s’ajoutent 13 685 livres en 1712. On comprend donc avec quels transports de joie est accueillie la paix d’Utrecht lorsqu’elle est publiée à Boulogne le 13 juin 1713.

4Le XVIIIsiècle voit encore à plusieurs reprises la France et l’Angleterre s’opposer, notamment pendant la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748), celle dite de Sept Ans (1755-1763) et lors de la guerre d’indépendance américaine (1778-1783). La pêche et le commerce boulonnais en pâtissent. En 1745, on vit même plus de 15 000 hommes rassemblés à Boulogne pour une expédition projetée contre l’Angleterre puis abandonnée. Pendant ces guerres, des Boulonnais armaient des navires pour la guerre de Course tout particulièrement pendant la période 1740-1748 où on dénombre 63 armements de ce type, chiffre qui tomba à une cinquantaine pendant la guerre de sept ans et diminua encore pendant la dernière (Yann Gobert-Sergent). Mais par bonheur les combats ne se déroulent pas sur le sol boulonnais. Après 1713, commence donc une nouvelle période de l’histoire de la ville, beaucoup moins dominée par les événements militaires qu’au cours des siècles précédents. Mais paradoxalement la société boulonnaise est alors secouée pendant plusieurs décennies par un conflit religieux qui déchaîne les passions, et trouble les esprits.

Une vie religieuse mouvementée et intense

5La révocation de l’édit de Nantes, en 1685, avait eu des conséquences notables dans la campagne et dans le Calaisis, mais peu en ville même semble-t-il. En revanche, Boulogne et son diocèse sont profondément marqués par le jansénisme. Pendant près d’un demi-siècle, ce problème provoque des drames de conscience, divise les catholiques, les dresse les uns contre les autres et entraîne des scènes qui évoquent parfois celles qui surgirent pendant la Révolution française. Le diocèse de Boulogne est beaucoup plus touché que ses voisins précisément parce que cette terre avait été et restait influencée par la spiritualité de la réforme catholique française. Le problème apparaît en pleine lumière avec la nomination, en 1698, de Pierre de Langle comme évêque. Né à Evreux, docteur de la Sorbonne en 1670, puis précepteur du comte de Toulouse, cet ecclésiastique était un ami de Bossuet. À Boulogne il mène une vie austère, vivant très frugalement ; en 1709, comme nous l’avons dit, il vend sa vaisselle d’argent au profit des pauvres. Il rédige de nouveaux statuts synodaux en 1701, repris lors du synode de 1704 ; il visite consciencieusement les paroisses de son diocèse, facilite l’établissement des Frères des Écoles Chrétiennes pour instruire la jeunesse. En 1702, il manifeste son rigorisme en faisant fermer la chapelle de Jésus Flagellé à Wimille, car à ses yeux cette dévotion encourageait dans le peuple trop de superstitions.

6La grande rupture intervient, en 1713, lors de la publication par le pape de la Bulle Unigenitus, condamnant 101 propositions extraites des Réflexions morales du Père Quesnel. Louis XIV ordonna de recevoir cette constitution pontificale et de s’y soumettre. L’évêque de Boulogne refuse d’y adhérer et de la publier : le 1er mars 1717, il lève l’étendard de la révolte, en lançant avec les évêques de Senez, Montpellier et Mirepoix le célèbre Appel au Concile contre la Bulle. Dès lors, à Boulogne, la division est profonde : « Appelants » ou partisans de la Bulle Unigenitus s’affrontent. Tous les chanoines, sauf quatre, les Oratoriens, les Annonciades adhèrent à l’Appel. Les Lazaristes, officiellement discrets, en sont de chauds partisans ; d’ailleurs le Supérieur, le Père Cusson est confesseur de l’évêque. En revanche, les Récollets, les Minimes, les Capucins, fidèles à Rome, sont en opposition directe avec le prélat. Celui-ci leur retire bientôt l’autorisation de confesser et de prêcher dans son diocèse.

7Dans une œuvre partiale mais plaisante, rédigée à l’époque, Charles Louis de Tresvillon, alors commissaire général de l’artillerie, a bien montré la formation des clans dans la ville, notamment dans le monde des nobles, des rentiers, des hommes de loi, des dévotes qui peuplaient la Haute Ville. Selon lui, deux chanoines, Monnier et Gaultier « avaient gagné les cœurs de toute la noblesse ». La veuve d’un orfèvre, « l’ardente Savery, sybille enchanteresse », se fait la zélée propagandiste des Appelants

Pour donner au prélat des preuves de sa foy
Ne tenoit presque plus le marteau Saint Eloy
On n’entendit pour lors que des Vive Quesnel
Et les sansonnets même articuloient Appel

8L’auteur évoque, dans le camp « romain », la figure d’un chapelain de Saint-Nicolas, François Morette, qui

Ranimoit malgré tout l’ordre de saint François…
Et dès qu’il rencontroit femme, fille ou fillette
Qui revenoit le soir du bosquet d’amourette
Il les admonestoit d’un ton tendre et bénin

9Ces quelques traits révèlent à quel point les passions étaient exacerbées. Ces problèmes divisaient les hommes et les femmes de la noblesse, de la bourgeoisie, mais aussi les milieux populaires entraînés dans cette querelle essentiellement théologique par les prédicateurs et les confesseurs. On en venait aux injures et même aux mains. En 1720, à Quernes, village du diocèse, l’évêque est lapidé par les habitants et doit fuir. Ces derniers ne doivent qu’à son pardon, qu’ils sont venus implorer à Boulogne, de ne pas être durement punis par le pouvoir. En 1722, le prélat emporté par la passion, défend même aux Frères des Écoles Chrétiennes, coupables de ne pas partager ses opinions, d’enseigner. Au nom du roi, le marquis de Colembert fait rouvrir leurs écoles et leur défend seulement de faire le catéchisme, puisque ce domaine était du ressort de l’évêque. Simultanément celui-ci avait fait venir les Frères dits « Tambonneaux » (du nom de leur fondateur, ex-président de la Chambre des Comptes à Paris) pour prendre leur place, les avait logés au Séminaire et tentait d’attirer les enfants, en leur offrant « des craquelins ». En mars 1723, ces Frères « Tambonneaux » sont expulsés par ordre du roi. Pierre de Langle meurt en 1724 refusant jusqu’au bout de se soumettre.

10Pour lui succéder on choisit un homme qui mène la politique inverse avec une énergie comparable, à savoir Jean-François Henriau, né en 1661, fils d’un conseiller au Parlement de Paris

Jamais les marsouins, présageant la tempête
Ne s’agitèrent tant, et la queue et la tête.

La Savery brodoit… Une vieille servante
De quelques-uns d’entre eux bigote gouvernante
Vient lui dire en tremblant : « Tout est perdu grand Dieu
Un abbé Clémentin vient évêque en ce lieu ! »
La brodeuse entendant cette horrible nouvelle
Jette deux grands soupirs, roule les yeux, chancelle

11Le nouveau pasteur, que Saint-Simon et les partisans de Quesnel vont surnommer « le loup de Boulogne », va « déjanséniser » avec ardeur. Arrivé à Boulogne le 24 novembre 1724, il publie un mandement acceptant la Constitution Unigenitus dès le 2 décembre. Il brise l’opposition du chapitre avec l’appui de lettres de cachet : huit chanoines, dont le grand chantre Dacquebert, ayant refusé de se soumettre, il leur interdit de paraître au chœur quand il officie. Puis il fait exiler le grand pénitencier Duvoy et le théologal Godde. Chez les Oratoriens, objets de ses foudres, le Père de Saint-Amand est lui aussi exilé. Le prélat passe de longues années à tenter de réduire les Annonciades. Cette communauté, comme beaucoup d’autres, revit à son niveau le drame de conscience de Port-Royal autrefois. La religieuse la plus rebelle, Marie Desforges (sœur des Anges), bien qu’exilée, refusera toujours de se soumettre. À plusieurs reprises des incidents violents se produisent et l’évêque intervient durement. En 1727, le promoteur de l’officialité accompagné d’archers vient s’emparer de la supérieure pour l’emmener à Bergues. On devine l’émoi et le trouble provoqués dans la population boulonnaise par ces querelles et ces incidents. Toutefois l’épiscopat de J.-F. Henriau et son œuvre à Boulogne même ne se limitent pas à cette lutte impitoyable. Il rétablit certaines fêtes et des dévotions supprimées par son prédécesseur et notamment les offices du Saint Nom de Jésus, du Rosaire, celui de sainte Ide. Il publie surtout un Catéchisme, qu’il accompagne d’un Abrégé pour les enfants, car il était très préoccupé par le problème de l’instruction religieuse.

12Son successeur d’Hervilly de Devise (1738-1742) ancien archidiacre de Cambrai et disciple de Fénelon, puis prévôt de Saint-Pierre à Lille, continue dans la même voie. Pendant son bref épiscopat il confie en particulier au Père Duplessis, un jésuite né au Québec, le soin de prêcher une mission qui dure cinq semaines ; celui-ci, dans la relation qu’il en donne, se montre très satisfait. « Boulogne était une des villes de France les plus rebelles aux décisions de l’Église et aujourd’hui elle est une des plus soumises » écrit-il. La croix bénie à cette occasion avait été exposée quatre jours à Notre-Dame, quatre jours à Saint-Nicolas et avait été vénérée par une foule considérable jusqu’à 10 heures le soir. À la fin de la mission, accompagnée par l’évêque et 600 personnes tenant des flambeaux, la croix est plantée « sur un coteau voisin dominant la rade ».

13La violence des sentiments exprimés et des oppositions, la multiplication des scandales et des incidents depuis 1713 de la part des deux camps n’ont-ils pas partiellement contribué à discréditer l’Église et la religion chez les bourgeois, les artisans et les ouvriers ? On peut se poser la question sans pouvoir y répondre affirmativement car, par ailleurs, cette rivalité avait décuplé les ardeurs et le zèle. Et puis, surtout, Boulogne va avoir pendant 46 ans pour évêque le « saint et savant » Gaston de Partz de Pressy. Celui-ci, né à Équirre et âgé de 30 ans, était le « premier évêque artésien nommé par les rois de France depuis la réunion de l’Artois à la Couronne ». Il va certes poursuivre avec vigueur la politique répressive à l’égard des prêtres jansénistes, tels ceux de Belle ou l’ancien curé d’Alincthun, exilé à Blangy enterré « sine luce, sine cruce sine prece » (sans lumière, sans croix et sans prière) ; Le prélat est vivement interpellé à ce propos dans une longue lettre présentée comme émanant de ses anciens paroissiens et rédigée en patois pour faire plus authentique. « Monseigneu, queu quo venez vous fère… Os avez même ordonné qui sero intarré… came en Kien [comme un chien]… On nous a dit ichi… qu’il éto Jensinistre. O vollons estre Cartiens [chrétiens] came nos toyons l’ont été… L’Euvangile et nos Catéchismes, vla no loi et nous nous y tanons came à nos carrue » (cité par Ph. Moulis).

14L'évêque discute avec les Oratoriens Isnardi et Cabanon, et tente vainement d’introduire en ville les Jésuites anglais. Mais Monseigneur de Pressy s’affirme avant tout comme un homme de science et un pasteur. Il écrit notamment des ouvrages pour combattre les idées nouvelles et réconcilier la foi et la raison. Il publie des statuts synodaux en 1747, un Rituel en 1750 (le dernier était paru en 1647, sous François Perrochel), deux Catéchismes et un Abrégé. Il rédige un nombre considérable d’instructions, de lettres pastorales, de mandements, notamment de carême qu’il fait imprimer et diffuser chaque année. Il vulgarise la dévotion au Sacré-Cœur chère aux Jésuites, l’adoration du Saint Sacrement, le renouvellement public annuel des vœux de baptême ; en 1779-1780, il organise une fondation pour doter une rosière dans différentes paroisses, notamment à Saint-Joseph et à Saint-Nicolas. L’année précédente, il avait supprimé certaines fêtes d’obligation, les ramenant de 34 à 22. En 1786, enfin, il crée un petit séminaire construit dans la ville haute à l’emplacement de l’ancien cimetière. Cet établissement devait permettre aux jeunes, pendant leurs études secondaires, de ne pas s’adonner à la licence, et aux pauvres qui voulaient se destiner à la prêtrise de pouvoir faire des études. Les candidats admis au petit séminaire étaient recrutés par voie de concours. « Ils sortoient la plupart de la pension du curé de Wimille devenue très considérable depuis deux ans ». En 1789, enfin, il inaugure les retraites spirituelles pour les prêtres. Au total, Mgr de Pressy est dans la deuxième moitié du XVIIIsiècle une grande figure de l’histoire boulonnaise, d’autant plus chère aux habitants qu’il avait failli être assassiné en 1759 en pleine cathédrale, par Charles Chevalier, un jeune homme désespéré de ne pas réussir les examens pour accéder à la prêtrise. À la veille de la Révolution, il était respecté même par les tenants des « idées nouvelles » : Gabriel-Charles-André Abot de Bazinghen, un de leurs représentants, constate qu’il se tenait à l’écart de la vie mondaine et ajoute : « On ne lui en savoit pas mauvais gré. On savoit que tout son temps étoit employé à l’étude, à la prière, aux fonctions de l’épiscopat, ainsi que tout son revenu au soulagement des pauvres de son diocèse ». Sa réputation était d’ailleurs grande dans le royaume et à sa mort, le 8 octobre 1789, l’abbé Edgeworth écrit « Nous avons perdu le prélat le plus respectable de l’Église de France, l’évêque de Boulogne ».

Les progrès de l’alphabétisation et de la scolarisation

15La croissance de la population boulonnaise au XVIIIsiècle s’accompagne d’une progression de l’alphabétisation, ce qui est significatif de l’importance de l’effort accompli. En témoigne l’augmentation nette du nombre de conjoints qui signent le registre paroissial lors de leur mariage. On peut discuter la pertinence de ce critère comme indicateur du niveau d’alphabétisation. Mais il a l’avantage d’être commode et de permettre une première approche avant d’entreprendre des études plus affinées. Or selon ce comptage, réalisé par S. Flouré, 50,5 % de ceux qui se mariaient à Boulogne apposaient leur signature dans le registre, à raison de 59,3 % des hommes et 41,8 % des femmes. La supériorité de la Haute Ville est nette : 62,8 % des conjoints y signent, contre 44,5 % en Basse Ville. La proportion des alphabétisés est peut-être plus importante encore à la Haute Ville, si l’on considère que, par définition, les célibataires ne sont pas pris en considération par cette méthode ; or ils sont nombreux en Haute Ville (ecclésiastiques, religieuses, écoliers, etc.).

16Une deuxième coupe, réalisée au milieu du XVIIIsiècle (1740-1744), montre les progrès accomplis puisque 58,9 % des conjoints signent. La suprématie masculine en la matière, classique à l’époque, se maintient puisque 71,9 % des hommes apposent leur signature contre 46,6 % des femmes. La même recherche faite sur les paroisses et les bourgs ruraux donne alors 44,8 % des conjoints signant. La croissance se poursuit ultérieurement à un rythme soutenu puisque le comptage effectué entre 1784 et 1788 indique que dans les deux paroisses de Boulogne, 67,1 % des nouveaux mariés signent, à raison de 71,8 % des hommes et 56,3 % des femmes. La supériorité de la Haute Ville est toujours évidente puisque 4 conjoints sur 5 au moins y savent signer leur nom contre 3 sur 5 en Basse Ville. Au total, en un siècle, un gain de 17 points en pourcentage a été réalisé. La moyenne de la ville de Boulogne (67,1 %) est nettement supérieure à celle calculée pour la France par Maggiolo à la même date (39,9 %) ou à celle obtenue pour les paroisses rurales et les bourgs du Boulonnais (47,7 %).

17Les progrès de l’alphabétisation, du moins tels qu’on peut les déceler par cette méthode d’observation, s’expliquent en grande partie par les progrès de la scolarisation et notamment par l’installation en ville depuis 1708 des Frères des Écoles Chrétiennes. On sait que jusqu’alors l’instruction élémentaire était essentiellement assurée par des maîtres et des maîtresses privés, auxquels les parents payaient une redevance. En 1703, l’échevinage avait ainsi approuvé l’installation de Raymond Garderé « maître-écrivain…, pour l’instruction de la jeunesse ». Mais en 1708, appuyés par Jacques Abot, seigneur de la Caucherie, subdélégué de l’intendant, arrivent des Frères des Écoles Chrétiennes. Celui-ci les installe provisoirement à Boulogne avec l’appui de l’évêque Pierre de Langle qui introduit aussi en Haute Ville les sœurs de la Providence, mais pour y tenir un ouvroir, donc pour initier des filles au travail manuel. Bientôt le Magistrat fait construire des locaux pour les Frères au quartier des Carreaux ; Jean-Baptiste de la Salle vient les visiter et ils ouvrent en 1718. On sait déjà qu’en 1722 le prélat, janséniste, avait voulu chasser les Frères, mais le gouverneur Louis d’Aumont et l’échevinage s’y étaient opposés.

18Ces petites écoles connaissent un vif succès ; le commerce de Boulogne se développant, en 1744, le Magistrat et les Frères s’accordent pour l’ouverture d’une huitième classe de commerce dans laquelle on apprendra à « écrire dans les règles, l’arithmétique, le change étranger, la tenue des livres en partie double ». Cette classe exceptionnelle ne devait pas comprendre plus de 35 élèves : 28 payant 30 livres par an et 8 admis gratuitement en raison de leurs aptitudes. Il semble manifeste que les principaux négociants de la ville avaient sollicité cette création pour que leurs fils et leurs principaux commis soient correctement formés ; d’ailleurs cette huitième classe s’installe dans une maison vendue par les Coilliot, une des principales familles de la ville. Avec l’aide de Mgr de Pressy, en 1774 les Frères ouvrent deux classes supplémentaires dans le quartier des matelots à la Beurrière. En 1786, ils scolarisent au total 447 élèves, à raison de 229 dans les 3 classes du quartier des Carreaux, 84 dans les deux classes de la Haute Ville, 134 dans les deux classes de la Beurrière, et 35 dans la classe de commerce. Mis à part le problème spécifique posé par ce dernier cours, les Frères tenaient énormément à ce que leur enseignement soit gratuit. Lorsqu’à la fin du XVIIIsiècle, le Magistrat envisage de faire payer aux élèves une rétribution pour financer partiellement la pension des Frères, leur Supérieur Général menace de les retirer de Boulogne et il écrit : « Vous voudrez bien continuer d’assurer les officiers municipaux que les supérieurs n’accéderont jamais à aucune proposition qui tende à donner, même indirectement, la moindre atteinte à la gratuité des écoles ». Le problème financier est réglé par un legs de 12 000 livres fait par l’imprimeur Battut ; selon Abot cette manne providentielle les « fixa pour toujours en ceste ville d’où ils étaient prêts à sortir, n’ayant pas de quoi vivre, ce qui eut été un très grand malheur pour les pauvres et les matelots à l’instruction desquels ils se livrent tout entier ». Il faut aussi rappeler qu’existaient toujours en ville des maîtres et des maîtresses privés vivant de leur métier.

Plan de la Haute et Basse Ville de Boulogne-sur-Mer en 1724.

Plan de la Haute et Basse Ville de Boulogne-sur-Mer en 1724.

19Quant aux filles, certaines étaient enseignées par les Ursulines qui tenaient en Haute Ville deux classes de 60 à 70 élèves chacune. En Basse Ville les Filles de la Charité avaient à l’hôpital général deux classes accueillant 280 élèves en 1776, date à laquelle elles obtiennent l’autorisation d’en ouvrir une troisième ! Le seul énoncé de ce chiffre montre que l’effort d’encadrement fait en direction des milieux populaires féminins, sans être inexistant était moins important et moins efficace que pour les garçons. Quant à l’enseignement secondaire, il était toujours assuré par les Oratoriens qui, en 1742, étaient au nombre de 10, en l’occurrence un supérieur, un préfet, deux professeurs de philosophie et six régents pour les humanités. En 1712, ils avaient séparé la sixième de la cinquième et obtenu à cette occasion le droit de demander aux élèves de ces classes une rétribution de six livres par an. En 1742, en raison de la cherté de toutes les denrées, ils obtiennent l’autorisation de faire de même pour les élèves de 4e, 3e, 2e et rhétorique, à raison de 4 livres 10 sols à la saint Luc et de 3 livres 10 sols à Pâques. En 1748, les Jésuites anglais, appuyés par la dame de Bazinghen et Mgr de Pressy, tentent d’établir à Boulogne un établissement réservé aux Anglais ; celui-ci s’installe dans une maison en ville. Mais les Oratoriens et leurs protecteurs savaient très bien que ce collège ne tarderait pas à s’ouvrir aux Boulonnais et ils obtinrent un ordre d’expulsion en 1752.

Les transformations du paysage urbain

20Le paysage et le décor urbains boulonnais connaissent au XVIIIsiècle des transformations qui, pour ne pas être majeures, n’en sont pas moins importantes. Nous ne les évoquerons que sur le plan de la politique urbanistique sans nous attarder sur les aspects architecturaux et artistiques puisque Jacques Thiebaut traite par ailleurs ce sujet. Les deux grandes phases de ces travaux se situent, la première entre 1720 environ et 1744, la seconde après 1764. Manifestement les difficultés conjoncturelles et l’influence néfaste des conflits avec l’Angleterre se font sentir dans la période comprise entre ces deux dates.

21Au début du XVIIIsiècle, on avait utilisé les matériaux provenant de la démolition des fortifications pour paver certaines rues : celles de la Porte Neuve (1703), de Saint-Martin (1704), des Pipots (1707), etc. On avait ouvert une nouvelle rue à l’occasion de la construction de l’Hôpital général, dont la première pierre avait été posée, rappelons-le, en 1692 ; les bâtiments sont achevés en 1726. Piganiol de la Force trouvera cet ensemble « admirable » et il est décrit par de nombreux voyageurs comme une des beautés de Boulogne.

22Mais il fallait songer à réparer le beffroi, sauvé de justesse d’une destruction complète, lors d’un incendie survenu en 1712, grâce au courage du peintre Berthe. Pour financer l’opération, la ville vend un terrain lui appartenant dans la Beurrière. Les travaux effectués entre 1721 et 1724, repris entre 1734 et 1736 aboutissent au bâtiment surmonté de sa tour octogonale.

Vue du beffroi et de l'hôtel de ville.

Vue du beffroi et de l'hôtel de ville.

Le palais de justice, dans le fond, date du XIXe siècle. Lithographie d'Asselineau (vers 1860).

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

23À partir de 1723, l’essentiel des travaux accomplis en ville l’est sous l’impulsion et le contrôle du mayeur Achille Mutinot qui va consacrer un long mandat de 25 ans à aménager et embellir sa ville, mettant à profit une conjoncture favorable. En 1726, le Magistrat s’accorde avec Madame Bonningue, propriétaire de la ferme de Beaurepaire, pour que la source qui y jaillissait soit amenée en Haute Ville. Ces « eaux vives et pures » vont alimenter deux fontaines sur les places et des jets d’eau dans le jardin de la Maison du gouverneur et du Palais épiscopal. Mgr d’Hervilly de Devise, arrivé en 1738, fait d’ailleurs reconstruire l’aile gauche de celui-ci. Le mayeur Mutinot et l’échevinage s’attachent surtout à remplacer l’ancienne Maison Commune par un Hôtel de ville neuf. Ici encore pour financer partiellement les travaux on avait vendu à un marchand, Lobet-Lejeune, un terrain dans le quartier des Carreaux.

24Mutinot se préoccupe aussi de mieux rattacher la Haute Ville à la Basse Ville, et d’améliorer les communications avec l’extérieur, condition indispensable pour les échanges. Déjà avait été comblé le « ravin » qui séparait la porte Neuve du faubourg du dernier Sol. En 1732, « la montagne (sic) entre la haute et basse ville a été coupée, afin de rendre la communication plus aisée entre les deux ». La Grande Rue est alors reliée à la porte des Dunes par une chaussée carrossable, composée de grès bâtard. On perce une rue au-dessus du séminaire des Lazaristes pour relier la rue des Pipots à la Grande Rue. Enfin, le mayeur fait également aménager les abords de la porte Gayole pour permettre la communication avec la chaussée de Montreuil et Paris que le gouvernement et les États font réaliser en ayant choisi le trajet par Samer plutôt que par Neufchâtel. Par tous ces travaux, la Haute Ville est donc plus solidement amarrée à la ville basse et au port vers lesquels se déplace l’activité essentielle. La Grande Rue est le cordon ombilical qui relie la première, centre administratif, ecclésiastique et politique à la seconde, centre du commerce et de l’artisanat. Un dénombrement de 1747, portant sur celle-ci, montre qu’avec 5 350 habitants elle recèle à elle seule plus d’habitants que Boulogne entière n’en avait à la fin du XVIIsiècle. Le quartier des Carreaux, où étaient installées trois classes tenues par les Frères, se peuple. On avait commencé à faire assécher quelques marais du côté de Bréquerecque. Et surtout, comme nous le verrons, on avait entrepris de sérieux et onéreux travaux pour tenter d’améliorer le port.

25La mort d’Achille Mutinot en 1748, mais bien plus évidemment les difficultés dues à la conjoncture et aux conflits avec l’Angleterre, expliquent sans doute qu’il faille attendre le dernier tiers du XVIIIsiècle pour voir à nouveau entreprendre des travaux importants. La reprise de l’activité commerciale, et notamment des échanges avec les Anglais, l’explique partiellement. Mais il faut aussi faire intervenir l’effet de réformes administratives qui affermissent le pouvoir des notables. En 1760, pour l’élection de l’échevinage, phénomène devenu assez rare, compte-tenu des « continuations » intervenues ou des ventes d’offices et des rachats par le corps de ville, il était précisé que seize des élus devaient être de la Basse Ville pour quatre de la Haute Ville. C’était un signe évident que désormais la première, et les marchands qui l’habitaient, tenaient le rôle moteur. Surtout, en 1764, s’applique à Boulogne la célèbre réforme de L’Averdy. Les élus disparaissent et sont remplacés par 12 notables qui choisissent l’échevinage et administrent avec eux la cité. Notables, mayeur, échevins représentent essentiellement le monde des hommes de loi, des professions libérales, des professions productrices de biens matériels. « Métier, profession, fonction et fonction sociale passent avant tout. L’Ordre disparaît. La réforme ébauche la représentation d’une « société à talents » (R. Mousnier). Seule une étude approfondie des édiles boulonnais pourrait nous indiquer à quels milieux précis appartenaient les hommes qui ont dirigé la cité avant, pendant et après cette réforme. Celle-ci en effet est supprimée en 1771 et dès 1772, à Boulogne, on revient à l’ancien système, la ville ayant une fois de plus racheté les offices créés.

26L’autre innovation qui a plus encore favorisé une politique de travaux est la création le 6 mai 1766 d’un « Corps administratif pour la régie de l’octroi et des autres affaires communes du comté et gouvernement de Boulogne » ou « Administration provinciale ». Avec les ressources provenant d’une taxe prélevée sur l’eau-de-vie consommée dans le Boulonnais et grâce à des emprunts, ses membres peuvent favoriser la création de chemins à la campagne et de travaux à Boulogne même. Pour abriter leurs réunions Giraud-Sannier élève précisément le bâtiment de l’Administration provinciale sur l’esplanade proche de la porte des Dunes, lequel abritait également dans ses annexes des boucheries publiques, des écuries, etc. Après 1780, on édifie vers le port, des casernes avec des caves destinées à recevoir des fûts de genièvre : « il n’était pas possible d’en voir de plus belles ». On prolonge les quais ; ces travaux sont dirigés par « Sauvage, homme unique en cette partie » ; on appelle rue de Boston et place des Victoires, en hommage aux combattants de la liberté américains, les nouvelles voies. On travaille également en Haute et Basse Ville. Dans la première, Giraud-Sannier, dont Jacques Thiebaut évoque plus loin l’œuvre, élève l’église des Annonciades de 1772 à 1779 et l’hôtel particulier que se fait construire en 1777 le vicomte Desandrouin, maître-verrier et concessionnaire de mines dans le Boulonnais. Dans la seconde, le même architecte travaille à partir de 1773 à l’église du séminaire et à la reconstruction de la nef de Saint-Nicolas ; les travaux effectués dans celle-ci sont financés par une contribution exceptionnelle prélevée sur les paroissiens. En 1776, le cimetière qui l’entourait est déplacé non loin de l’Hôpital général, au Jardin Gueulle (place Navarin). Celui de la Haute Ville, près de Notre-Dame, avait été transféré trois ans auparavant extra-muros vers la route de Saint-Omer.

27Enfin des constructions visant « la commodité » et « la vie de plaisir » chères aux élites du XVIIIsiècle étaient apparues, notamment en 1772 un théâtre réalisé par le sieur Baret, rue de l’Ancienne Comédie. Cette salle contenait environ 500 personnes : 280 au parterre et 220 dans les loges. Un règlement de police de 1776 prévoyait trois représentations par semaine. Non loin du port, vers 1787, se crée le premier Établissement de bains de mer de France, à l’initiative de Cléry de Bécourt, et « qui promet d’être un édifice de la plus haute importance pour la ville ». Comme le constate vers 1788 Gabriel Abot de Bazinghen avec quelque fierté : « la Basse Ville s’embellissoit jusques dans les quartiers les plus écartés ».

Hôtel élevé en 1777 par Giraud Sannier pour le vicomte Desandrouin, propriétaire de la verrerie d’Hardinghem. Napoléon y résida trois fois.

Hôtel élevé en 1777 par Giraud Sannier pour le vicomte Desandrouin, propriétaire de la verrerie d’Hardinghem. Napoléon y résida trois fois.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

Un magasin pour les Anglais

28Le port se présentait au visiteur comme « une large baye fermée par deux montagnes parallèles distantes l’une de l’autre d’environ six cens pas ». Mais le rapport rédigé en 1729 souligne son état lamentable. D’ailleurs pour y entrer les petits navires marchands et les bateaux des pêcheurs devaient, lorsque c’était la basse mer, mouiller en rade « pour attendre le flot dont ils se servaient pour entrer dans le port ».

29Une des activités essentielles, était toujours la pêche, et avant tout celle du hareng et du maquereau. Celle-ci est en déclin ; en 1729, il n’y a plus que 32 bateaux boulonnais de six à douze tonneaux, auxquels on peut ajouter 12 portelois, alors que, selon l’auteur du rapport, il y en aurait eu 80 à 100, cinquante ans plus tôt. « À mesure qu’un bateau dépérit, constate-t-il avec amertume, il n’est point remplacé ». À ce déclin, plusieurs causes : les taxes, notamment le droit d’un sol par livre mis sur les exportations de poisson salé vers la Normandie, les guerres avec l’Angleterre surtout « l’estat dangereux du port… presque bouché par un banc de sable ». Les jetées édifiées par les Anglais et les Français au XVIsiècle, à savoir la Dunette et le Pidou, n’étaient plus que des amas de rochers.

30Cette situation désastreuse gêne bien plus encore le commerce. Or, en temps de paix, Boulogne pouvait être un centre intéressant de commerce avec une Angleterre en pleine expansion. Les marins boulonnais allaient à Brouage chercher du sel pour le poisson, et surtout à La Rochelle, Nantes et Bordeaux chercher du vin et des eaux-de-vie. Ils y portaient parfois des bouteilles de la verrerie d’Hardinghen. Les Anglais avaient leur propres entrepôts et leurs négociants (les Francia, les Ballantyne) installés à Boulogne. Plus que le trafic légal importait, pour les eaux-de-vie plus particulièrement, le commerce interlope assuré par les smogglers, les navires contrebandiers anglais qui les introduisaient en fraude dans leur pays. Compte aussi le trafic du thé qui va prendre de l’importance. Les Anglais viennent certes y chercher le bon thé fourni par la Compagnie des Indes. Mais s’y ajoute un commerce d’un thé de très mauvaise qualité dit de Flessingue. Les Hollandais s’en servaient, paraît-il, pour emballer les porcelaines ramenées d’Extrême-Orient. Il coûtait six fois moins cher que le précédent, et certains négociants peu scrupuleux faisaient des mélanges et des bénéfices considérables.

31Si l’on voulait tirer parti de toutes les possibilités commerciales, il fallait aménager le port, en particulier régler le problème du banc de sable qui en barrait l’entrée. Pour cela on envisage de réédifier la jetée autrefois dressée par les Anglais, dite la Dunette, dont il ne restait que des ruines. Le coût des travaux est estimé à 150 000 livres. Le comte de Flahault de la Billarderie obtient du roi que l’État en paie la moitié. Mutinot engage la ville pour 11 500 livres, les négociants offrent 18 500 et les trois États assemblés 45 000 livres. Les travaux menés par l’ingénieur Hache sont achevés en 1741. On pense alors à reconstruire l’autre jetée, le Pidou. Mais la crise et la guerre ne permettront pas, semble-t-il de donner suite à ce projet.

32Simultanément le mayeur Mutinot appuyé par les échevins et les meilleurs négociants combat les abus et les fraudes. « Je suis avertis, déclare-t-il, du dehors et des villes les plus jalouses de l’estat florissant de notre commerce… que les eaux-de-vie de Boulogne, qui cy devant estoient dans la plus haute estime en Angleterre et qui s’y aschetoient cy-devant sur la seule inspection de la marque de la ville y estoient actuellement en discrédit ; qu’elles estoient falsiffiées, mélangées, droguées, en un mot qu’elles ne valoient rien lorsqu’on les consommoit en Angleterre. De sorte que les Calaisiens chantent déjà victoire ». Mutinot fait procéder à des dégustations et des enquêtes. De même il a des démêlés avec un négociant important, Jean de la Sablonnière, pour l’obliger à respecter les règlements destinés à empêcher les mélanges frauduleux de thés. Le mayeur alla même jusqu’à faire placarder un avis en français et en anglais annonçant que la Sablonnière avait fait venir de Flessingue en Zélande 2 885 livres de thé afin que les marchands étrangers « eussent à se précautionner là-dessus ». Il est vrai que ce commerce était florissant et en pleine expansion puisqu’à Boulogne on avait exporté 100 000 livres de thé en 1738, 306 000 en 1740, 424 000 en 1741.

33Les guerres successives avec l’Angleterre portent un coup très rude à cette vie commerciale, encore qu’apparemment les contrebandiers continuaient leur trafic quand ils en avaient la possibilité. Après la guerre de Sept Ans, le commerce reprend mais les rapports alors établis font valoir qu’il atteignait la moitié de celui réalisé dans les années 1740, « époque où le commerce de Boulogne étoit en sa plus grande vigueur ». On incriminait la conjoncture, la concurrence des rivaux, hollandais ou français, mais on mettait surtout en cause l’état du port. Un rapport très circonstancié de 1776 explique que les travaux entrepris 40 ans plus tôt pour l’améliorer avaient été faits en dépit du bon sens. « Le grand point étoit de percer un banc de sable qui baroit l’entrée du chenal et on crut y parvenir en élevant en pierre l’ancienne jettée des Anglois dont on avoit retrouvé les fondemens ». Lourde erreur, selon l’auteur de ce texte, car le chenal se porta de plus en plus vers la falaise Nord et le banc de sable augmenta. Certes en 1773, on avait construit une ligne de fascinage pour donner au chenal une meilleure direction. Mais pour l’auteur du rapport, il serait « ridicule, pour remédier à cet inconvénient, de donner dans l’autre extrémité en se jettant sur la falaise du midy ». En fait, selon lui, le chenal devait être au centre, et il conclut avec un bon sens qui ne soulève peut-être pas l’enthousiasme mais est réaliste : « Boulogne n’a point de rade, point de canaux, point de débouchés… Il ne lui faut qu’un port marchand dont la force soit relative au genre de commerce qui peut s’y faire ». Les Boulonnais en sont bien conscients et comme l’a montré Yann Gobert-Sergent dans sa thèse consacrée au port et à ses activités au XVIIIe siècle, de grands travaux sont entrepris entre 1772 et 1785 : désensablement du chenal, allongement des digues, aménagement d’un quai marchand.

34Le « genre de commerce », à la veille de la Révolution, c’est certes pour une petite part celui du sel, du charbon de terre, du tabac, des produits de la verrerie d’Hardinghen, ou de la Faiencerie fondée en 1773 sur la route Royale ; c’est surtout celui du poisson salé et du hareng saur, du thé, des vins et des eaux-de-vie. Même en ce domaine le goût des Anglais évoluait et il fallait se préoccuper de leur offrir du genièvre. En 1784 d’ailleurs, « le commerce des eaux-de-vie de genièvre occupait une quantité de bras si considérable pour la confection des demi-ancres que la plupart des artisans ne vouloient plus faire autre chose ». En fait, comme l’écrit l’auteur du rapport de 1776 et qui est sans doute un négociant bien implanté en ville : « Boulogne est pour ainsi dire le magasin où les fraudeurs anglois viennent prendre tout ce qu’ils peuvent débiter chez eux en fraude des droits… La saine politique est d’y tenir tout ce qui peut, dans les différentes circonstances, flatter leur goût ou leur caprice ». Conclusion cynique certes mais qui est un excellent commentaire du mouvement du port en 1789 tel que l’a relevé Henry : sur les 1 136 bateaux enregistrés à l’entrée, on relève 117 navires français (sans compter les caboteurs), 88 hollandais et danois, et 931 smogglers, les célèbres bateaux des contrebandiers anglais : chiffre éloquent s’il en est. « Le smogglage est le véritable “poumon économique de la ville” » résume Yann Gobert-Sergent.

Une société contrastée

35L’exploitation d’un certain nombre de sources permettra de mieux connaître la société boulonnaise au XVIIIsiècle ; malheureusement elles n’ont pas encore été systématiquement exploitées et il faut se satisfaire de notations partielles ou sommaires.

Rue Guyale. Dessin de J.E. Vaillant.

Rue Guyale. Dessin de J.E. Vaillant.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, N° 577/F.67.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

La porte des Dunes vue de l'intérieur de la ville haute et, à droite, l'ancienne sénéchaussée.

La porte des Dunes vue de l'intérieur de la ville haute et, à droite, l'ancienne sénéchaussée.

Aquarelle de J.E. Vaillant, XIXe siècle.

Bibliothèque municipale de la ville de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

36Comme le laisse présager le décor urbain de la Haute Ville, avec son château, sa cathédrale et ses couvents, son « palais de l’auditoire », sa « maison du gouverneur », son beffroi et son hôtel de ville, « ce quarré entouré de murs et de remparts » est avant tout le domaine des ecclésiastiques, des militaires, des nobles, des rentiers, des écoliers et de leurs serviteurs. Un rapport de 1729 parle de « 400 maisons de pierre, toutes habitées par les chanoines, des gentilshommes dont il y a environ 30 familles, les officiers de justice, les avocats, les procureurs ». On peut y ajouter les domestiques. Dans un travail de recherche Pierre Le Glohaec en a relevé trois cents sur 1 974 habitants en 1781, alors qu’ils sont, à la même date, 283 sur 6 526 en Basse Ville. Gabriel Abot de Bazinghen dans son célèbre « journal » a décrit le genre de vie de cette noblesse vivant en Haute Ville, entretenant des relations étroites avec les officiers de la garnison. « Dans cette ville où la religion de nos pères était encore respectée », les femmes âgées et les jeunes demoiselles allaient à la messe le matin. À midi, le repas était frugal « soupe, bouilly, deux entrées, quelque chose au dessert, surtout du beurre, la bierre pour boisson ». On se rendait des visites, « jusqu’à l’heure de l’assemblée qui étoit entre cinq et six heures… » On y jouait aux cartes. « Les familles qui soupoient mangeoient du rôti ; à dix heures la cloche de retraitte pour la Haute Ville, dont les portes se fermoient » donnait le signal du repos nocturne. De temps à autre un repas de cérémonie était organisé. La domesticité comprenait généralement un laquais sans livrée, une femme de chambre et une cuisinière, touchant chacun environ 100 livres par an. L’écrivain anglais Tobias Smolett, lors d’un séjour de quelques mois en 1763, avait fait des observations analogues mais en avait tiré des conclusions très dures. Il avait surtout noté que ces nobles prétendaient à cette date, « ne pas devoir entretenir de rapports avec les marchands qu’ils appellent des plébéiens… Mais l’on voit bien que tout cela n’est affecté que pour cacher leur pauvreté ». En effet, selon lui, bien peu ont six mille francs de rente par an et beaucoup n’en ont même pas la moitié. Témoignage intéressant car il reflétait l’opinion de l’importante colonie anglaise qui vivait à Boulogne, à savoir plus de 160 personnes, et des milieux commerçants boulonnais. Toutefois d’autres nobles sont plus riches, tel le comte de Sainte-Aldegonde qui se fait construire un beau château à Colembert après 1775.

37Au XVIIIsiècle, la Basse Ville est le centre essentiel de l’activité boulonnaise. Derrière sa modeste clôture, percée de 9 portes qu’on ne ferme plus, elle dessine un triangle partant de la porte des Dunes d’un côté jusqu’à l’ancien fort de Paradis, de l’autre vers Bréquerecque. C’est le monde du négoce et du commerce, de l’artisanat, et de la pêche. Selon le dénombrement de 1747, elle renferme au moins 5 350 habitants ; en 1781, on en compte 6 526 auxquels il faut ajouter les 328 répertoriés à Bréquerecque, les 245 peuplant le vallon des Tintelleries, les pensionnaires de l’hôpital général et les militaires, selon les calculs de Pierre Le Glohaec. Mais ce monde n’est pas uniforme. Commerçants, négociants, « gens de bien », sont établis plutôt Grande Rue et autour de Saint-Nicolas, l’église de l’unique paroisse. Smolett décrit les demeures et le genre de vie de ces habitants qu’il fréquente :

Leurs maisons se composent d’un rez-de-chaussée, d’un étage et de mansardes… Les chaises sont en paille… Les tables sont dressées sur des tréteaux… Les lits sont si hauts qu’on est parfois obligés d’y monter avec une échelle… Les lits de plumes sont peu employés ; les Boulonnais se couchent sur une paillasse… sur laquelle ils mettent deux ou trois matelas… Dans chaque chambre il y a une armoire garde-robe et des commodes de fabrication grossière. Les bourgeois de Boulogne ont ordinairement la soupe et le bouilli à midi et un rôti et de la salade à leur souper… Le thé qu’ils boivent dans l’après-midi est plutôt bouilli qu’infusé… Tout bourgeois a sa fourchette en argent… Le couteau est peu employé… Chacun a devant lui son gobelet pour son usage personnel… Lorsqu’un bourgeois de Boulogne désire prendre l’air, il loue une voiture à deux roues attelé d’un seul cheval… Mais l’on voyage surtout à Boulogne à dos d’âne, et chaque jour on peut voir aux abords de la ville un grand nombre de femmes qui sont ainsi sur un âne.

38Certaines rues sont peuplées par les artisans de corporations spécialisées ; la rue des Pipots notamment est le domaine des métiers du cuir. Quant aux matelots, leur famille et tous ceux qui vivent de la pêche, ils peuplent les rues du Pot d’Étain, la rue Tant perd, Tant paye, et surtout le quartier de la Beurrière qui est leur royaume. Smolett faisant allusion à l’inscription maritime note que les marins « sont divisés en classes et inscrits pour le service du roi. Ce sont des gens robustes et maigres… Les femmes les plus pauvres ne sortent pas sans de grandes boucles d’oreilles (mille anneaux) et une croix d’or pendue au cou ». L’écrivain anglais note leur grande dévotion envers l’image miraculeuse de Notre-Dame qu’ils portent chaque année à la procession.

39Ces hommes, ces femmes, ces enfants qui vivent directement ou indirectement de la mer ou de métiers manuels, composent en grande partie le monde des pauvres constamment à la merci d’une crise de subsistances, d’une mauvaise saison de pêche, des maladies. Parmi eux beaucoup de veufs et de veuves, avec ou sans progéniture : 340 foyers sur 1 220 en 1747, dont 218 composés d’une veuve chargée d’enfants. Ils forment vraisemblablement l’essentiel des 388 ménages reconnus comme pauvres à la même date dans la Basse Ville. Les médecins, en 1771, témoignent que les maladies attaquent principalement « la basse populace dont les familles misérables et nombreuses logent dans des caves, dans les petits endroits et dans les quartiers humides, malsains et malpropres ».

40En 1740, lors de la grande crise de subsistances qui frappe le pays, alors qu’une fois encore le prix du blé atteint des sommets, est créé un Bureau de charité pour secourir le grand nombre de malheureux. Son conseil est composé des représentants du roi, de l’Église, de l’échevinage. Un bureau s’occupe l’un de la Haute Ville, l’autre de la ville basse. Celui-ci comprend le curé de Saint-Nicolas, les échevins, les administrateurs de l’hôpital, trois habitants notables. Le territoire de la paroisse est divisé en six quartiers avec deux Dames et deux Messieurs comme responsables dans chacun d’eux. Ils se chargent de quêter pour les pauvres dans les maisons ; mais aussi « ils veilleront à l’emploi, et s’occuperont spécialement du soin de mettre les garçons en état d’embrasser quelque profession ». En cas de « désordres notables » (causés) par des ivrognes, des débauchés, des fainéants » les responsables doivent avertir le Magistrat. Des ateliers temporaires de travail sont créés : les garçons sont employés à fabriquer ou réparer des filets de pêche, les filles à faire de la dentelle.

41Parfois il faut faire face à des événements exceptionnels. En 1755, on quête pour les habitants du Portel ravagé par un terrible incendie. En 1759, la ville doit prendre en charge 179 Canadiens de l’lsle Saint Jean, prisonniers des Anglais et débarqués à Boulogne lors d’une tempête. Mais presque toujours il s’agit d’assister les pauvres boulonnais. En 1757, la ville achète du grain et leur fait distribuer du pain à prix coûtant. En 1768, la saison de pêche ayant été désastreuse, il faut aider les matelots qui ne peuvent ni rembourser les avances consenties par les « hôtes », ni subvenir aux besoins de leur famille. Le ministre de la marine accorde un secours exceptionnel de 2 400 livres : 238 marins de Boulogne, 55 du Portel, 40 d’Étaples, 37 d’Audresselles, 7 de Wissant touchent ainsi six livres.

42Compte-tenu de la misère ambiante et des traditions, les autorités locales répugnent d’ailleurs à mener une politique trop répressive. En 1764, lorsqu’une Déclaration préparée par L’Averdy prévoit des condamnations aux galères contre les vagabonds et désigne sous ce terme « ceux qui depuis six mois révolus n’auront exercé ni profession, ni métier » et ne peuvent faire certifier de leurs bonnes vie et mœurs, le mayeur et les échevins demandent qu’on ne soit pas trop rigoureux envers ceux qui ne reçoivent pas toute l’aide que leur situation misérable exigerait. « Le nombre de nos artisans et matelots est prodigieux, (celui) de nos pauvres l’est également et malheureusement la partie des riches n’est pas assez forte pour venir avec facilité au secours de ceux-ci ».

Les dernières années de l’Ancien Régime

43Dans la dernière décennie de l’Ancien Régime, la vie sociale semblait à la fois animée et contrastée. Dans la « bonne société », notamment chez les nobles et les militaires, le bal et le Carnaval étaient très prisés. On évoquait avec émotion le bal organisé en 1779 pour le mariage du sénéchal François-Marie-Omer de Patras de Campaigno avec la demoiselle de Lannoy de Lille, âgée de 16 à 17 ans ; ou encore celui donné en 1782 aux « dames » de la ville par les officiers du régiment suisse de Diesbach dans la salle de la Comédie. Il avait commencé à 7 heures du soir. À 11 heures on y avait dressé deux tables, l’une de 70 couverts, l’autre de 40 ; après le repas on avait recommencé à danser jusqu’à 7 heures du matin. Les élites raffolaient du théâtre. Dans la salle construite depuis 1772 à l’initiative du sieur Baret se succédaient des troupes sur lesquelles on portait des jugements divers. En 1786, les comédiens de Calais qui jouaient Le Mariage de Figaro « n’étaient pas suivis et ne méritaient pas de l’être ». En 1787, Gabriel Abot de Bazinghen est très sévère pour de « grands brayards d’opéra tragi-comiques, qui malgré cela furent suivis jusqu’à la rage ». Les membres des milieux « éclairés » aimaient jouer eux-mêmes les pièces. En 1781, leur « Société » avait joué Le Barbier de Séville : Abot de Bazinghen tenait le rôle d’Almaviva, Loison, celui de Figaro et Mademoiselle Swinton celui de Rosine. En 1788, on avait accueilli une « Société » de Calais, composée de parents et d’amis de Madame Belle, et on les avait trouvés meilleurs que les comédiens professionnels.

44En 1784, Dumont de Courset publiait un savant Mémoire sur l’agriculture du Boulonnais suivi en 1788 d’une Météorologie des agriculteurs. Son jardin expérimental qui s’étendait sur 7 ha au Courset, près de Desvres, attire 500 à 600 visiteurs par an, dont la moitié d’Anglais. L’année suivante, toute la population s’était passionnée pour « une expérience aérostatique qui devait avoir beaucoup de célébrité ». Pilâtre de Rozier voulait traverser la Manche en ballon et avait choisi Boulogne comme base de départ. Mais en raison d’incidents et à cause de vents contraires il dut remettre constamment son départ, et fut brocardé pour ces raisons. Devancé finalement par Blanchard qui effectua la traversée de Douvres à Calais, Pilâtre de Rozier finit par partir le 15 juin pour s’écraser à Wimereux avec son compagnon Romain.

Georges-Louis-Marie du Mont de Courset (1746-1824).

Georges-Louis-Marie du Mont de Courset (1746-1824).

Il est notamment l’auteur du Botaniste-Cultivateur, ouvrage écrit entre 1798 et 1805 et réédité en sept volumes en 1811.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer. N° 36761.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

45Les exécutions capitales, devenues plus rares, restaient également un « spectacle ». Le 27 mai 1785, on avait roué sur la place un certain Parenty qui avait assassiné Maître Martin, notaire à Marquise. Le clergé et le Magistrat pour leur part, non seulement célébraient toujours la Saint Marc, la Fête-Dieu et l’Assomption par d’officielles processions, mais l’évêque en avait organisé deux spéciales pour accueillir des reliques, les unes envoyées par le pape en 1779, les autres par l’évêque de Saint-Omer en 1787. Mgr de Pressy rassemblait les premiers éléments du dossier sur les miracles réalisés par Benoît-Joseph Labre, natif d’Amettes, pour instruire son procès de canonisation. Malgré la vénération quasi-unanime dont il était l’objet, les esprits « éclairés » n’appréciaient guère ces initiatives. En effet des nobles, des bourgeois, étaient gagnés aux idées nouvelles. Une loge maçonnique dite « La Militaire de saint Frédéric des Amis choisis » avait été fondée en 1767 par la Grande Loge. En 1781, Gabriel Abot de Bazinghen note avec fierté : « J’eus la faveur et le bonheur d’être initié apprenti et compagnon franc-maçon de la Loge de la Parfaite Union du régiment de La Marck ». Quelques mois plus tard, il signale l’adoption comme « franches maçonnes » de Mesdames Belle, Loison, d’Oppenoy et de son épouse. Ce sont là des noms qu’on retrouvera pendant la Révolution. Ce même gentilhomme applaudit d’ailleurs à la suppression des couvents de contemplatifs décidée par l'empereur Joseph II et il souhaite qu’on fasse bientôt de même partout. « Un jour viendra sans doute où les États policés de l’Europe, sans nuire respectivement au fondement de leurs religions effaceront jusques au trace et à la mémoire d’une condition riche, oisive et indépendante », écrit-il.

46Mais pour la masse du peuple, en 1789, le problème était ailleurs. Tout le monde s’accordait à dire que l’hiver était « un des plus longs et des plus rigoureux du siècle ». On avait même vu une alouette de Sibérie, oiseau que Buffon, de son vivant, n’avait pu, paraît-il, se procurer « pour la dépeindre d’après nature ». Le prix du bois et des vivres montait sans cesse. Et bien qu’il y eut « de grands secours » il y avait alors à Boulogne « beaucoup de misère ».

Table des illustrations

Titre Plan de la Haute et Basse Ville de Boulogne-sur-Mer en 1724.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7583/img-1.jpg
Fichier image/, 367k
Titre Vue du beffroi et de l'hôtel de ville.
Légende Le palais de justice, dans le fond, date du XIXe siècle. Lithographie d'Asselineau (vers 1860).
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer. © Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7583/img-2.jpg
Fichier image/, 1,5M
Titre Hôtel élevé en 1777 par Giraud Sannier pour le vicomte Desandrouin, propriétaire de la verrerie d’Hardinghem. Napoléon y résida trois fois.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7583/img-3.jpg
Fichier image/, 1,3M
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7583/img-4.jpg
Fichier image/, 658k
Titre Rue Guyale. Dessin de J.E. Vaillant.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, N° 577/F.67.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7583/img-5.jpg
Fichier image/, 522k
Titre La porte des Dunes vue de l'intérieur de la ville haute et, à droite, l'ancienne sénéchaussée.
Légende Aquarelle de J.E. Vaillant, XIXe siècle.
Crédits Bibliothèque municipale de la ville de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7583/img-6.jpg
Fichier image/, 50k
Titre Georges-Louis-Marie du Mont de Courset (1746-1824).
Légende Il est notamment l’auteur du Botaniste-Cultivateur, ouvrage écrit entre 1798 et 1805 et réédité en sept volumes en 1811.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer. N° 36761.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7583/img-7.jpg
Fichier image/, 340k

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540