Version classiqueVersion mobile

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre V. « La ville la plus frontière de la France » (XVIe-XVIIe siècles)

Alain Lottin

Texte intégral

1En ce XVIsiècle qui voit les grands États territoriaux s’affirmer et s’affronter, Boulogne et le Boulonnais, de par leur situation géographique ont donc la redoutable charge d’être la sentinelle avancée de la France. Mission difficile et dangereuse qui vaut aux habitants de cette région de vivre pendant deux siècles au rythme des conflits européens et d’en subir les conséquences. La cité et le petit pays qui l’entoure sont en effet enfoncés comme un coin en terre hostile. À l’ouest, au-delà d’une mer rapidement franchie, se profile l’Angleterre, proche et menaçante. L’Anglais, toujours lui, est présent sur le continent même, non loin, à Calais ; il possède ainsi une tête de pont à partir de laquelle il peut constamment lancer des attaques. Au nord-est, à l’est, au sud-est, prenant le comté en tenaille, c’est la Flandre et l’Artois qui, après 1506, appartiennent à l’héritier des ducs de Bourgogne et des rois d’Espagne qui de surcroît devient empereur du Saint-Empire romain germanique sous le nom de Charles Quint. Boulogne et le Boulonnais ne sont reliés à la Picardie, et donc à la France, que par Montreuil et le cordon ombilical côtier qui à tout moment peut être coupé. Situation inconfortable et périlleuse s’il en est.

2Pour faire front et se défendre contre les agresseurs, les Boulonnais doivent donc compter d’abord sur eux-mêmes, en attendant d’éventuels renforts, et ils le savent. Il est vrai que leur Haute Ville avec son château et ses remparts est réputée imprenable. Mais l’entretien de ces fortifications coûte cher. À situation exceptionnelle, privilèges exceptionnels. Le roi a consenti au Boulonnais la franchise et l’exemption de « toutes tailles, subsides et gabelle », ce qui n’est pas peu ; mais en retour il exige que les hommes valides soient en permanence prêts à prendre les armes pour la défense de leur province et du royaume. Les habitants apparaissent ainsi comme « un peuple qui porte tous les jours les armes sur le dos, sujet au guet et à la garde ». D’ailleurs, l’empereur Maximilien considère ce pays comme celui où « l’on fait les meilleurs gens d’armes de France ».

3En une époque qui voit se heurter les ambitions et les intérêts de François 1er, d’Henri VIII d’Angleterre et de Charles Quint une telle situation ne peut avoir que de funestes conséquences. En 1520, le roi de France, qui effectue un rapide passage à Boulogne, essaie vainement au Camp du drap d’or, près de Guînes, de dissuader l’Anglais de s’allier avec le Habsbourg. Le sénéchal Oudart du Biez tient la garnison et les hommes en alerte en passant de fréquentes « montres » et revues. Les deux rois se retrouvent, cette fois à Boulogne même, le 20 octobre 1532, sous le prétexte d’envisager une croisade contre les Turcs. Ils sont logés, ainsi que leur suite, à l’abbaye Notre-Dame. La réception est fastueuse : Anne Boleyn accompagne Henri VIII, le connétable Anne de Montmorency est décoré de l’Ordre de la Jarretière, tandis que le duc de Norfolk reçoit celui de Saint-Michel. Mais le résultat politique est décevant. Boulogne et le Boulonnais sont bientôt aux prises avec les soldats de Charles Quint qui dévastent Montreuil mais qui sont défaits par les hommes du sénéchal du Biez à Desvres.

L’occupation anglaise et le retour à la France (1544-1550)

41544 ! Cette année allait marquer une des dates les plus noires de l’histoire de Boulogne. La nouvelle alliance scellée en 1542 entre Charles Quint et Henri VIII était lourde de menaces ; celles-ci se concrétisent dès 1543. En juillet les troupes de l’Empereur brûlent Desvres tandis qu’en octobre les Anglais de la garnison de Calais massacrent les habitants d’Audinghen réfugiés dans leur église, ravagent Marquise et ses environs. « Environ la moictié du Boullognois est bruslé et habandonné jusques aux portes de Boullongne. En plusieurs lieux les povres gens ont esté bruslez en leur clochers » écrit un moine de Cysoing venu à Saint-Omer et il ajoute que le roi d’Angleterre a fait prêter serment à ses hommes de ne faire aucun prisonnier, « mais tout tuer, hommes, femmes et enffans ». Ce n’était que les prémices de l’apocalypse qui allait s’abattre sur la ville.

Dessin d’un anonyme représentant le siège de Boulogne par l’armée française en 1549.

Dessin d’un anonyme représentant le siège de Boulogne par l’armée française en 1549.

Dans la Haute Ville occupée par les Anglais on reconnaît la tour de Notre-Dame et plus loin à droite le beffroi et Saint-Wulmer. La porte visible au niveau de Notre-Dame est celle des degrés. En Basse Ville figure l’église Saint-Nicolas ; à l’extrême gauche on identifie facilement la tour d’Odre.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer. Portefeuille 46/37.080.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

5Le 14 juillet 1544, Henri VIII débarqua à Calais avec 25 000 fantassins, 4 000 cavaliers et un grand nombre de canons. Renforcées par des hommes de la garnison de Calais, ces troupes commencent le siège de Boulogne le 18 juillet. La ville ne peut leur opposer que 1 800 soldats environ commandés par un homme contesté, Jacques de Coucy, sire de Vervins, gendre du maréchal du Biez : parmi eux 500 mercenaires italiens sont placés sous les ordres du capitaine Philippe Corse. Pour se défendre Boulogne doit donc aussi compter sur ses bourgeois et sur ses manants dirigés par le mayeur Antoine Eurvin (ou Evryn) et sur la noblesse rurale venue se réfugier dans la cité. Quant aux troupes royales de du Biez elles couvraient Montreuil.

6La Basse Ville ne pouvait tenir longtemps : elle est prise et saccagée le 21 juillet ; la Tour d’Odre est conquise le lendemain. La garnison tente quelques sorties et les combats font rage. Le roi d’Angleterre s’installe à Terlincthun et prend officiellement le commandement du siège. Pour interdire toute communication avec le territoire français il s’empare du château d’Hardelot ; par ailleurs, les Anglais s’implantent solidement sur le Boulemberg (Mont Lambert) dominant la cité. Celle-ci est soumise à de continuels bombardements qui font de nombreux morts et blessés. Comme le rapporte en vers rimés un témoin oculaire, le prêtre Antoine Morin, la population prend part à la défense

Et de nuict et de jour on chassoit des soudarts
Et toutes gens d’église besongner aux remparts
Pauvres gens de village, femmes enfants aussy
Pour deffendre une ville, on y a mainct soucy.

7Le 19 août, le capitaine Corse décède des suites des blessures qu’il avait reçues, ce qui démoralise les mercenaires italiens qu’il commandait. Bombardements et attaques continuent de plus belle.

Qui voudroit justement nombrer jusqu’à ce jour
Tous les coups de canon, tout depuis leur séjour
Le temps de six sepmaines ont rué trente mille
Ou plus de leurs boulets, ens et par sus la ville.

8Le 13 septembre 1544, le gouverneur, persuadé que la situation était sans issue et soucieux d’éviter un bain de sang, envoie des délégués vers Henri VIII pour négocier une capitulation honorable. Le mayeur, les échevins, des bourgeois s’opposent à cette solution car ils espèrent toujours être secourus à temps par l’armée que conduit le dauphin. Ils veulent donc se battre jusqu’au bout. « Ils s’accordèrent, promirent, jurèrent et signèrent, tant pour eux personnellement qu’aux noms de ceux qui se trouvaient à la garde des postes de s’enterrer sous les ruines de la ville plutôt que de manquer à leur prince ». Le mayeur Eurvin « fait offre au dit seigneur de Vervins que s’il vouloit s’en aller, luy avecques les citadins et les gens de bonne volonté garderoit la ville ; jamais ne fut ouy ». En effet, le lendemain

L’an mil cinq cent quarante et quatre
Un Vervins, lassé de combattre
Par un jour de la Sainte-Croix
A rendu Boullongne aux Anglois.

Claudius Jacquard : Allégorie représentant le mayeur Eurvin refusant de signer la capitulation de Boulogne-sur-Mer assiégée par les Anglais en 1544.

Claudius Jacquard : Allégorie représentant le mayeur Eurvin refusant de signer la capitulation de Boulogne-sur-Mer assiégée par les Anglais en 1544.

Boulogne-sur-Mer, Hôtel de ville.

© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

9Ce jour, à 2 heures, le duc de Suffolk reçoit les clefs de la cité. Conformément aux accords conclus, les habitants quittent la ville : un long et pitoyable cortège de 1 927 femmes et enfants, 1 563 piétons, 67 cavaliers et 87 blessés, soit 3 664 personnes se mettent donc en marche. Ces malheureux, partis pour la plupart vers Étaples et Abbeville, sont d’ailleurs une proie facile pour les soldats qui les dépouillent et violent femmes et filles. Dans la ville conquise, les Anglais pillent et ruinent les demeures et les églises. L’abbaye Notre-Dame est transformée en magasin de munitions ; la chapelle de la Vierge est saccagée et la statue emmenée en Angleterre.

10Or, le 18 septembre 1544, soit quatre jours après la reddition de Boulogne, est signé le traité de Crépy-en-Valois qui met temporairement fin aux hostilités entre le roi de France et celui d’Espagne, ce qui ne facilitait pas les choses pour les Anglais installés à Boulogne. Le dauphin Henri, fort de renseignements qu’il avait reçus et qui ne se révélèrent pas très exacts, pensa qu’on pouvait reprendre Boulogne tout de suite, en agissant par surprise. Le 30 septembre 1544 une troupe de soldats français conduits par de Taix, Montluc et Fouquesolles mènent donc contre la cité une hardie camisade. Ils s’emparent de la Basse Ville, tentent vainement de s’infiltrer dans la Haute Ville et doivent finalement évacuer la première en laissant de lourdes pertes. Ce coup d’audace avait échoué ; le roi de France savait désormais que reprendre Boulogne ne serait pas une mince affaire.

11L’armée française s’installe donc sur la colline d’Outreau dominant d’un côté le port, y construit le fort de Montplaisir et en bas celui de Châtillon. Les Anglais sont sur les hauteurs en face au nord, fortifiant la tour d’Odre, édifiant le fort entre celle-ci et la Ville Basse et celui du Paradis près du port. Chacun travaille à sa jetée : le Pidou pour les premiers, la Dunette pour les seconds. On se bat au Mont Lambert, sous les murs de la Haute Ville. Dans un de ces engagements, François de Guise reçoit une profonde blessure ; il est sauvé par Ambroise Paré mais conserve une profonde marque au visage. Bientôt, tant dans la cité que dehors, les troupes et les habitants sont décimés par la peste. Comme une issue militaire semblait improbable on négocie à Campagne-lez-Guînes un projet de rachat à terme de Boulogne par la France ; mais celle-ci trouve beaucoup trop élevée la somme de deux millions d’écus d’or qui est réclamée.

12Pendant ce temps, le dauphin est devenu roi sous le nom de Henri II et il décide de faire le procès de ceux qui, en capitulant, ont livré à l’ennemi une place-forte d’une telle importance. Ceci, à ses yeux et à ceux de son entourage, n’a pu se produire que par trahison ou par lâcheté. Le conseiller Michel de l’Hôpital dresse le réquisitoire et en juin 1549, Jacques de Coucy, sire de Vervins, est condamné à avoir la tête tranchée à Paris. Celle-ci ensuite devait être amenée devant la ville assiégée « et illec fichée sur un poteau, ayant le visaige vers Boulongne » ; son corps fut mis en quatre quartiers et chacun de ceux-ci fut porté en l’une des principales villes de Picardie, dont Montreuil. Quant au maréchal du Biez, il sera aussi condamné à être exécuté pour concussion, puis grâcié. Leur mémoire fut réhabilitée en 1575.

13Simultanément, le roi s’efforce de reprendre Boulogne. Il rentre en campagne pendant ce même été 1549 et prend notamment Ambleteuse. De là, il se porte avec son armée vers Wimille pour tenter de s’emparer de la tour d’Odre, dont les Anglais avaient renforcé la défense ; mais il n’y parvient pas. En effet des pluies torrentielles et prolongées, telles que « il sembloit que mesme la terre deust fondre en eau » l’obligent à partir. Néanmoins, tant du côté anglais où la situation devenait intenable que du côté français, on souhaitait aboutir à une solution. La négociation est menée par François de Montmorency seigneur de Rochefort, Gaspard de Coligny, le comte de Bedford et William Paget ; elle aboutit au traité de Capécure signé le 24 mars 1550. Le roi d’Angleterre rend Boulogne à la France moyennant 400 000 écus d’or. Le 25 avril 1550, les troupes françaises conduites par Rochepot font leur entrée par la porte Gayole tandis que les Anglais de Clinton s’en vont par la porte Flamengue en direction de Calais. Désormais ce jour, celui de la Saint-Marc, sera chaque année fêté par une grande procession. Les officiers et les membres de la justice, réfugiés à Desvres, et tous ceux qui avaient survécu regagnent leur cité après un exil qui avait duré cinq ans et sept mois. Le 15 mai 1550, le roi Henri II fait son entrée à Boulogne, entend la messe dans Notre-Dame ruinée, sous une tente abritant un autel. Il offre « une grande image de Nostre-Dame dans un batteau », en argent massif, « pour estre mise en la place de l’image miraculeuse qui avait esté emporté en Angleterre » et qui est, semble-t-il, ramenée en 1551 grâce aux bons offices de Louis de la Trémouille. Peu de temps après il fait don du traditionnel cœur d’or, en hommage à la Vierge, suzeraine du comté.

14En 1558, et partiellement grâce au concours de Jehan de Senarpont, sénéchal du Boulonnais, le duc de Guise reprend enfin Calais aux Anglais. Ceux-ci sont ainsi définitivement chassés du sol de France et Boulogne est délivrée de l’épée de Damoclès qui pesait sur elle.

La vie à Boulogne après le retour à la France

15Boulogne était donc repassée sous la souveraineté française. Mais en perdant ses archives et ses titres, la ville avait perdu, sinon son identité, du moins les preuves des droits et des privilèges qu’elle détenait. Il fallait rassurer les habitants, souligner la continuité historique et le roi s’y emploie. Mais il en profite aussi pour faire réviser la Coutume du Boulonnais ainsi que celles de Boulogne, Desvres, Étaples et Wissant. En octobre 1550, les trois États se réunissent pour y « besogner ». Lorsque les textes sont adoptés, les commissaires royaux les font enregistrer à la Sénéchaussée « pour estre doresenavant gardées et observées comme loy, statut et édict perpétuel et irrévocables ». L’article 4 de la Coutume de Boulogne réaffirme que « ladite ville est franche et exempte de toutes tailles, subsides et gabelles ». En février 1552, Henri II confirme solennellement les privilèges du Boulonnais et de ses habitants.

16« La communauté et république de la ville » reste toujours dirigée par l’échevinage. En principe, les membres qui le composent sont renouvelés chaque année le dimanche qui suit le jour de la Sainte-Croix (14 septembre). Les bourgeois élisent 20 élus, 10 de la ville haute, 10 de la ville basse et le célèbre vingt et unième, leur président, qui en quelque sorte incarne l’unité de la ville. Ces élus, à leur tour, désignent le mayeur et les échevins au nombre de 12 jusqu’en 1586, date à laquelle leur nombre est ramené à 4. Mayeurs et échevins « ont toute justice haute, moyenne et basse et la police de ladite ville, bourgade et banlieue… (Ils) ont connoissance de tous bourgeois et habitans d’icelle ville… et des querelles et procès étans entr’eux », sauf les cas royaux. Les inculpés attendent leur jugement dans les prisons désormais situées sous le beffroi. Mayeurs et échevins peuvent condamner à toutes les peines prévues à l’époque, donc au bannissement et à la mort. Les fourches patibulaires dressées à Maquétra sont le signe visible de ce pouvoir.

17La cité est également le siège d’autres justices. Et en tout premier lieu de la sénéchaussée dont relèvent de nombreux habitants du Boulonnais. À partir de la fin du XVIe la charge de sénéchal est nettement séparée de celle de gouverneur ; son titulaire « est toujours un gentilhomme d’ancienne noblesse. Il siège l’épée au costé et le plumet blanc au chapeau ». Il faut ensuite citer l’Amirauté, tribunal maritime qui avait juridiction depuis le Cran d’Escalles jusqu’à la Canche, et le Maître particulier des eaux et forêts avec ses adjoints. Boulogne était encore le siège d’un lieutenant criminel du prévôt des maréchaux qui avec ses archers veillait à la sécurité dans les campagnes. Enfin, après la création officielle du diocèse, en 1567, s’y installe une officialité, tribunal de l’évêque.

18Pour administrer la ville, le mayeur et les échevins étaient aidés par les élus. En 1550 la tâche qui les attendait était considérable. Pour commencer il fallait veiller à la sécurité puisqu’on était toujours en guerre. Avec les soldats de la garnison, les membres des milices bourgeoises s’en chargeaient, tant aux portes que sur les remparts. En 1551, on engage Jacques Guillaume pour faire le guet au clocher de Notre-Dame. D’autres veillent de même au beffroi, à Saint-Nicolas. S’ils aperçoivent une troupe, ils doivent sonner l’alarme ; dans ce cas, les bourgeois doivent sortir de chez eux avec les armes qu’ils sont obligés de posséder et se rassembler pour aller aux remparts. Les Boulonnais, sauf les exempts, doivent aussi loger chez eux « les gens de guerre », obligation pesante à laquelle chacun essaie de se soustraire. On commande « à ceux quy ont faict rompre les chambres et estables de leurs maisons, par cy-devant ordonnez pour loger les gens d’armes et leurs chevaux, de les restablir ».

19On travaille aussi à réparer les fortifications et à les améliorer. En 1553 et après, de grands travaux, qui pèsent lourdement sur les finances de la ville, sont effectués pour les fossés, les brayes, la protection des portes et des tours. Chaque « ménage » doit envoyer une personne chaque semaine pour y travailler ou verser trois sols pour payer un remplaçant : l’ordonnance précise que nul n’est exempté, ni noble, ni ecclésiastique. Pour la protection de la Basse Ville on prescrit l’établissement d’une barrière, rue des Pipots, de deux autres à Saint-Pierre et au logis « du Blanc Moyne ». À cette époque les restes de l’église Saint-Martin disparaissent et celle-ci est déplacée sur les hauteurs de Dringhen. On a aussi demandé aux habitants de la Grande Rue de paver sur une surface de sept pieds devant chez eux.

Vue de Boulogne à la fin du XVIsiècle par Claude Chastillon.

Vue de Boulogne à la fin du XVIe siècle par Claude Chastillon.

A – Cathédrale Notre-Dame avec son haut chœur du XIVsiècle ; B – Le Beffroi caché partiellement par l’abbatiale Saint-Wulmer ; C – Le château ; G – La Tour d’Odre ; K – L’église Saint-Nicolas.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer. Portefeuille 46/37.032.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

20On se soucie également d’éviter l’incendie, fléau tant redouté. En 1551, on interdit d’utiliser le chaume pour couvrir les toits et, en 1558, on précise que ceux-ci doivent être en tuiles. Le beffroi, qu’on restaure, est couvert d’ardoises : un marché spécial a été créé pour tenter de faire baisser les prix. En cas d’incendie, des crocs et des échelles sont à la disposition des habitants à la maison commune ; ceux-ci doivent tenir prêts chez eux en permanence des seaux et des cordes. En cas de sinistre grave, les lieux de rassemblement des habitants des différentes rues sont prévus et précisés.

21Le Magistrat contrôle et réglemente étroitement la vie économique et sociale. La plupart des échanges doivent obligatoirement se dérouler au marché qui se tient le mercredi et le samedi sur la place du même nom dans la Haute Ville. Priorité absolue est donnée aux simples habitants sur les commerçants. Ainsi par exemple, les « cuisiniers et autres revendeurs de volailles » ne peuvent acheter ni gibier, ni fruit, avant 9 heures, ni aller au devant des paysans pour tourner cette défense. De même les boulangers ne peuvent pas acheter de grains avant 11 heures, « tant que le commung sera servy ». De manière générale il est interdit d’acheter une marchandise si « premièrement, elle ne ayt esté exposée en vente, criée et publiée le jour du marché ». Le commerce des « blés », dont dépend la vie et même, en cas de crise, la survie de la population est étroitement surveillé. Dès le retour sous la souveraineté française on ordonne de vendre les grains à la mesure de Paris et non à celle de Montreuil. Des bourgeois sont chargés de « visiter les mesures à grain pour les esgaller à celles de la ville ». Le rapport entre le prix et le poids des différents pains est fixé chaque année après un « essai » officiel auquel participent des boulangers et des échevins. Ainsi, en 1550, le bon blé valant 60 sols le setier, le prix du pain blanc de 16 onces est arrêté à 8 deniers, celui du pain brun de 5 livres 1/2 à 18 deniers. En 1557, le prix du quartier de mouton est fixé à 16 sols, celui du veau à 10 sols, le chapon à 12 sols et les « corneilles » à 5 sols. Taverniers et « hostelains » ne pourront exiger « de la disnée d’ung cheval à ung picotin d’avoine pas plus de 18 deniers ». Les foires se tiennent deux fois par an, une d’été dite de La Madeleine, l’autre dite de la Saint-Martin et qui dure huit jours. Lors de cette dernière s’opère une importante transaction de bestiaux, notamment de chevaux. S’y ajoute le premier mercredi de chaque mois un franc-marché autorisé en 1561, négligé partiellement et repris en 1682.

22De même la plupart des textes qui existaient avant l’occupation anglaise pour réglementer la pêche du hareng, « qui est le principal faict et commodité d’icelle ville », et sa commercialisation sont repris. On rappelle que seuls les bourgeois ont le droit de tenir « hostaiges à herencqs », c’est-à-dire de s’associer avec un maître de bateau ; il est interdit d’y mêler des étrangers. En 1551, on défend aux « maistres de navires mariniers et aultres de caquier les harengs dedans le hable (le port) ne sur le péron ». Lorsque vient la harengaison toutes les opérations sont surveillées par les échevins ou leurs représentants : débarquement du poisson, vente, salage et saurissage. Les barils remplis de harengs salés ou saurs sont marqués de la lettre B indiquant qu’ils proviennent de Boulogne. En 1554, on interdit aux tonneliers de vendre des barils aux habitants du Portel et de Capécure qui achètent trop de poisson, selon le Magistrat. Et tout naturellement lorsque Boulogne doit faire un présent aux Grands, elle songe à offrir des harengs : 2 000 au roi, 2 000 à la reine, 1 000 à Monseigneur de Vendôme, autant au connétable, 500 au chancelier, etc., en 1551.

23Mayeur, échevins, élus ont également la haute main sur tout ce qui concerne les problèmes sanitaires. Au XVIsiècle, la lèpre rode toujours. On ordonne à ceux qui sont atteints de se retirer à la Maladrerie à La Madeleine où, en 1553, on fait édifier quelques maisonnettes pour les accueillir. Exceptionnellement Antoinette Le Clercq, veuve de Nicolas Bouchet, qui avait été atteinte de cette maladie « autrefois », est autorisée à « confiner ses jours à sa maison de la Burière, au lieu de aller à la Magdelaine avec les aultres bourgeois », car sa maison était isolée. Est surtout redouté « le mal qui répand la terreur » jusqu’au XVIIIsiècle, la peste. Le Magistrat boulonnais, comme tous les dirigeants des cités sous l’Ancien Régime, le combat par la ségrégation et la quarantaine. Lorsque se déclenche une épidémie, comme en 1558-1559, on affecte un personnel spécialisé pour s’occuper des pestiférés vivants, sage-femme, médecin, chirurgien-saigneur, ou pour ensevelir les victimes. Ainsi Nicolas Hennocq et Catherine Bronnelle sont recrutés en 1559 comme « porteurs de corps morts ». Bientôt le Magistrat a bien des ennuis avec le « saigneur-chirurgien » Claude Lataignant qui refuse obstinément de s’occuper des malades de la peste, malgré les engagements qu’il avait pris.

24Comme d’ailleurs en pareille circonstance, le Magistrat se montre plus exigeant sur « l’hygiène ». Il défend aux Boulonnais d’avoir des pourceaux en leur maison. En 1561, il prévoit le lundi et le vendredi un ramassage des boues et immondices qui doivent être mises, ainsi que les « cendrées, lessives », dans une « grande mande », qui sera versée dans le tombereau qui passera. Celui qui le conduit, « aura son cheval menant ledit bleneau une clochette, affin que chacun en pust avoir advertence, allant le petit pas ».

25Mayeurs, échevins, élus se préoccupent aussi de l’assistance aux pauvres, participent à l’administration de « l’hôtellerie Sainte-Catherine » en Haute Ville, de l’hôpital situé dans le bourg.

26Ils coopèrent en la matière avec les chanoines du chapitre. Avec ces derniers ils organisent les grandes processions, notamment celles de la Saint-Marc ou du Saint Sacrement.

La cité de Notre-Dame entre les Hugenots et les Ligueurs

27Boulogne venait de prendre une importance supplémentaire en devenant chef-lieu d’évêché de manière fortuite. Elle devait cette promotion au malheur de Thérouanne que Charles Quint, pour punir les habitants de lui avoir résisté, avait fait raser de fond en comble, après l’avoir prise le 20 juin 1553. La grande majorité des chanoines du chapitre, 22, dont les deux vicaires généraux capitulaires Philippe de Senlis et Charles Pecquet (l’évêque étant mort le 28 février 1553) et le doyen Pierre Darques avaient choisi de se réfugier à Boulogne. À leur demande, l’archevêque de Reims y avait fixé le siège provisoire du diocèse. Mais la situation se compliquait du fait que six autres chanoines avaient élu domicile à Saint-Omer, donc sous la souveraineté de Charles Quint. Il fallait par conséquent négocier et ce fut long. Au traité du Cateau-Cambrésis (1559) on convient que la partie de l’ancien diocèse de Thérouanne placée sous l’autorité du roi d’Espagne, la plus riche par ailleurs, formerait les deux diocèses de Saint-Omer et d’Ypres, effectivement érigés dès 1560. Quant à la partie française elle constituait le diocèse dit de Boulogne, « considérant la population et la célébrité de celle-ci », déclare la bulle pontificale du 3 mars 1567 le créant officiellement.

28Le premier évêque, Claude-André Dormy, allait trouver une situation bien préoccupante si l’on en croit les doléances exprimées par le Tiers-État boulonnais lors de la préparation des États-généraux d’Orléans en 1560. D’après ce document, partiellement publié par l’abbé Haigneré, la plupart des curés ne résident pas dans leur paroisse et se font remplacer par « gens ignares et paouvres prebstres mercenaires… la pluspart desquels ne scavent ne lire ny escripre ». Ces modestes auxiliaires, pour vivre, se livraient à des travaux manuels, vendaient les sacrements, et évidemment « le peuple tant grandz que menuz les avait en desdaing et contemnement ». La vie religieuse était au plus bas et un peu partout on n’entendait que « juremens, blasphèmes et exécrables reniemens du nom de Dieu ».

29Or voici qu’en Boulonnais, comme ailleurs, de « nouveaux évangélistes » présentent aux populations le message de Luther et surtout celui de Calvin, et leur proposent une autre manière de comprendre et de vivre l’Évangile. Les idées de la religion réformée étaient notamment propagées par les marchands et les soldats et on sait que les uns et surtout les autres ne manquaient pas en ce port et en cette place-forte. La thèse et les travaux d’Alain Joblin permettent de mieux connaître les débuts et les progrès du calvinisme en ville. Dans le Boulonnais, comme ailleurs en France, officiers et seigneurs y tiennent un rôle important. C’est le cas tout particulièrement du sénéchal Jean d’Estrées, des gouverneurs Jean de Monchy, seigneur de Sénarpont, et Louis Lannoy de Morvilliers, tous trois clients et protégés du prince de Condé. Morvilliers, picard d’origine, est le plus influent. Sa personnalité toutefois est plus complexe que les jugements sommaires portés sur lui par quelques polémistes ne le laissent penser. Ce calviniste convaincu conserve « des réflexes anciens : fidélité à la couronne, attachement à d’ancestrales relations entre individus » (A. Joblin). Il fut un protecteur précieux pour les huguenots boulonnais, bien secondé en ce sens par son lieutenant, Louis de Waldecourt, sieur du Mesnil.

30Toutefois le protestantisme avait aussi à Boulogne des adversaires résolus, tel Antoine Chinot lieutenant-général de la sénéchaussée, le mayeur et de nombreux bourgeois. Le 3 décembre 1561, les deux premiers reçoivent l’ordre de veiller à ce qu’aucune « émotion populaire » ne se produise à l’arrivée d’un prédicant calviniste venu baptiser l’enfant de Jacques Pascal, « commis du trésorier de Boullenois ». La demeure de Pierre le Sueur est réputée abriter régulièrement des « assemblées et prières selon la nouvelle religion ». Le Magistrat prévient d’ailleurs « Maître Foursy de la Plance qui hante journellement » les huguenots que « s’il veut tenir leur secte, il ne peut plus être leur avocat ». Il ordonne d’inhumer dans les cimetières hors de la ville tout défunt qui professait ces opinions. Mais rien n’y fait et les progrès du calvinisme sont patents. Si la présence d’une « église réformée »avec son consistoire semble attestée dès 1562, il est très probable, selon A. Joblin, qu’une communauté organisée existait depuis plus longtemps. En 1563, en tout cas, le synode de Picardie désigne Jean Auber comme ministre de cette église boulonnaise, titre qu’il portera 23 ans, et celle-ci ne cesse de progresser. En 1564, les Cordeliers sont insultés publiquement ; les huguenots ont même mis sur pied une école clandestine dans laquelle les enfants sont alphabétisés et instruits dans la foi réformée.

31Bientôt le mouvement se radicalise et aboutit à des débordements violents contre « les choses ». La grande explosion iconoclaste survenue pendant l’été 1566 dans la Flandre proche, le va et vient, entre l’Angleterre et les Pays Bas, d’émigrés, de bannis, de prédicants n’y sont pas étrangers. Dès le 12 juin 1567, les calvinistes sont maîtres de la situation dans la Basse Ville où le culte catholique est interrompu près de huit mois. Le retour dans la cité du gouverneur Morvilliers accroît leur audace. Le 11 octobre 1567, la célèbre statue miraculeuse de Notre-Dame disparaît en pleine nuit. L’enquête révèle qu’elle a été enlevée par des soldats, mais elle reste introuvable. En fait elle a été emportée par le seigneur de Honvault qui la jettera dans un puits. Ces « casseurs » sont essentiellement des soldats, des « Gueux » de Flandre espagnole qui font l’aller et retour en Angleterre et quelques Boulonnais. Le paroxysme du mouvement est atteint le 2 novembre, jour des Trépassés, avec le saccage de l’abbaye Notre-Dame. Les iconoclastes y viennent purifier ce lieu de tous les symboles catholiques pour le transformer en temple.

32« Les fontz à baptiser ont été rompuz et abaptuz ; grande quantité de pavemens, tant de carreaux que tombes, levez, rompuz et mis en plusieurs pièces ; onze autels rompus et desmollis, avecq grandes tables d’austelz d’une pièce, tant de marbre que d’aultre sorte de pierre ; le pepitre (jubé) abbattus et desmolis, en la devanture duquel estoit entretaillée la passion de Nostre-Seigneur Jésus-Christ, assis sur six colonnes de pierre d’Anvers quasy semblable à pierre de marbre ». Ce beau jubé provenait de Saint-Nicolas de Calais et avait été acquis lorsqu’on avait détruit cette église pour construire la citadelle. Le procès-verbal poursuit implacablement l’inventaire des destructions : « quatre grosses collonnes de pierre noire, avec enrichissemens de vassemens et soubvassemens, à moderne et anticque, lesquels estoient devant ledict autel de Nostre-Dame… Les galeries plommées et pied-droicts qui portoient les combles ruinez et voultes atteintes du feu ; tous les combles de l’église ruinés et brullés… Toutes les verrières brisées, notamment une qui avoit esté donnée par le feu roy Henry, en laquelle estoit empraint son portraict et celuy de la Royne après, toutte peinte, et une autre de voerre, paincte en histoire ». Il faut y ajouter évidemment, les statues, les ornements et les vases sacrés, les grilles et les clôtures du chœur et des chapelles, les retables et la chaire.

33Dans les jours qui suivent les autres églises et chapelles de la ville, Saint-Wulmer, Saint-Nicolas, l’église des Cordeliers subissent le même sort. Les prêtres sont chassés, quelques-uns même massacrés. « Telle fut la conduite que tinrent dans cette ville ces furieux iconoclastes ». Il faudra attendre le 10 avril 1568 pour voir célébrer à nouveau le culte catholique à Boulogne. Entre-temps, la ville était devenue une base huguenote. Morvilliers laissait espérer aux calvinistes flamands le soutien du prince de Condé et les incitait à se soulever contre Philippe II. Boulogne vit ainsi passer Jacques Van Heule, Jean Michiels, Pierre Waels, Jan Camerlynck, le seigneur d’Hannescamps et autres « meneurs » de la cause protestante en Flandre. En janvier 1568, le duc d’Albe est averti que trois bateaux remplis d’émigrés en Angleterre étaient arrivés à Boulogne et que de l’un d’entre eux on avait vu descendre 500 hommes. Mais l’aventure finit mal pour les intéressés, beaucoup moins nombreux qu’on ne le croyait d’ailleurs. Quant à Morvilliers, le 25 avril 1568 le roi lui intime l’ordre de quitter son commandement à Boulogne et y fait entrer trois compagnies du régiment de Cossé-Brissac. L’ancien gouverneur est accusé d’être parti avec l’argenterie et les ornements précieux que lui avait confiés le chapitre. Le climat reste très tendu, puisque le doyen du chapitre, Pierre Darques est assassiné. Puis, selon un processus classique, beaucoup de huguenots se réfugient dans la campagne environnante. Le culte catholique est rétabli dans la cathédrale le 18 juillet 1568.

34L’installation à Boulogne d’un évêque, arrivé le 3 avril 1570, n’avait pas que des conséquences religieuses. Un nouveau « pouvoir » surgissait dans la cité, à côté de ceux du gouverneur, du sénéchal, du mayeur et des échevins, du chapitre. L’aspect « politique » l’emporte d’ailleurs immédiatement, en raison de la conjoncture marquée par le massacre de la Saint-Barthélémy en 1572 et à cause de la personnalité du nouvel évêque. Celui-ci était le neveu du président Dormy et donc était très lié aux milieux parlementaires parisiens. Par ailleurs son tempérament le poussait à se passionner pour les affaires du siècle. En quelques années le prélat et son entourage allaient constituer à Boulogne un « parti catholique ».

35Celui-ci apparaît discrètement lorsqu’en 1576, pour parer aux dangers que fait courir la mort inopinée du gouverneur de Caillacq se constitue une sorte de triumvirat, comprenant le baron de Bellebronne, le seigneur de Lescore mayeur, et le capitaine Chaumet, lieutenant du gouverneur pour veiller à la sécurité de la place en attendant la nomination d’un nouveau gouverneur qui sera Antoine d’Estrées.

36Mais le parti catholique boulonnais se manifeste surtout lorsqu’après la mort du duc d’Anjou se constitue, sous l’impulsion des Guise, la Sainte Ligue, pour écraser l’hérésie et empêcher le huguenot Henri de Navarre d’arriver sur le trône de France. Or voici que d’Estrées, promu, laisse le poste de gouverneur de Boulogne au duc d’Epernon, un fidèle d’Henri III, qui confie cette ville à Raymond Roger de Bernet, homme courageux, avisé et habile. Et ceci intervenait au moment où Philippe II réunissait sa grande Armada pour envahir l’Angleterre. Pour les chefs de la Ligue, il fallait donc s’assurer de Boulogne-sur-Mer. Le prévôt des maréchaux de Picardie, Pierre Vêtus, se charge de la prendre par surprise. Mais de Bernet, prévenu, s’empare de Vêtus ; l’évêque, le mayeur de Blaisel et quelques autres préfèrent alors se retirer à Montreuil. De Bernet l’année suivante, révélant le contenu de leur correspondance, les dénoncera publiquement.

37Néanmoins, la position du gouverneur n’était guère commode. Le peuple de la Basse Ville influencé par les Récollets lui était plutôt hostile, tout comme une importante partie de la noblesse, menée par les frères de Monchy respectivement seigneurs d’Inxent et de Cavron. Les curés de Wimille, Desvres, Samer étaient parmi les plus farouches ligueurs. Bientôt la menace qui pèse sur Boulogne se précise. Le 4 mai 1588, l’avant-garde de l’armée du duc d’Aumale, conduite par Rambures, s’approche, s’installe à Saint-Étienne, au Mont Lambert, au fort de Montplaisir et même en Basse Ville. Bientôt c’est l’armée entière du duc, accompagné de l’évêque et de du Blaisel, qui met devant Boulogne un siège qui va durer six semaines. De Bernet sait alors galvaniser l’énergie des bourgeois. Ceux-ci jurent sur les Évangiles, que leur présentait le théologal Jean Falluel, de « vivre et mourir, et exposer tous leurs moyens et puissance… pour le service du roy, garde et conservation de la ville ». Finalement Bertrand Patras de Campaigno venant de Calais réussit à amener quelques renforts à la garnison et le 12 mai le duc d’Aumale lève le siège de la cité. En signe de réjouissance et pour remercier les bourgeois, de Bernet, le 17 mai, offre sur la place du marché devant la sénéchaussée un banquet en plein air à 600 personnes.

38Mais le gouverneur allait bientôt déchanter. Le roi ne venait-il pas de désigner Guise comme lieutenant-général du royaume et le 10 août 1588, de décider que les élections que de Bernet faisait pour les États-généraux n’étaient pas valables et qu’elles devaient être recommencées à Étaples, « l’accès de Boulogne n’étant pas aussi libre qu’il serait à désirer » ? Du coup trois farouches ligueurs, dont l’évêque, furent désignés pour représenter le Boulonnais à Blois. Mais leur joie fut brève puisque dans cette dernière ville le roi fait assassiner, le 23 décembre, Henri de Guise et, le 24, le cardinal de Lorraine et ils doivent s’enfuir pour ne pas connaître un triste sort.

39Dès lors la lutte reprend de plus belle. Le 14 avril 1589, de Bernet fait décapiter, sur la place, de Senlis qui sous l’influence des Ligueurs et du curé de Wimille avait prémédité de le tuer. Puis parvient la nouvelle de l’assassinat le 1er août de Henri III par Jacques Clément. Dès octobre, le Béarnais confirme de Bernet dans son commandement. Celui-ci toutefois trouve la mort le 31 janvier 1591 dans une expédition menée contre Étaples. On craint le pire, mais « le Chevalier noir », Michel Patras de Campaigno ramène en bon ordre les soldats et bientôt, comme substitut du marquis de Rouillac, beau-frère d’Epernon, il gouverne de fait la ville. Finalement, comme en maints endroits en France, la situation ne redevient normale qu’avec l’abjuration d’Henri IV et son entrée à Paris le 22 mars 1594. À Boulogne, l’évêque et les catholiques intransigeants sont autorisés à revenir dans la cité. Et le bon roi Henri est reçu en personne à Boulogne le 21 avril 1596. Deux ans plus tard, il promulgue l’édit de Nantes qui accorde aux protestants la liberté de conscience et celle du culte dans des conditions précises. En Picardie deux temples seulement sont autorisés dont l’un à Desvres. Mais les groupes de protestants disséminés dans le Boulonnais vont préférer se réunir à la ferme de La Haye près de Nesles et surtout au temple de Guînes érigé en 1602.

40Les Boulonnais pouvaient espérer être au bout de leurs peines. Et néanmoins les dernières années du siècle sont terribles, car « estoient les trois fléaulx de Dieu en ce pays de Boullenois, la guerre contre l’Espagnol, la famine et la peste ». Le conflit avec l’Espagne prend un aspect inquiétant. L’archiduc Albert, ne venait-il pas en 1596 de prendre Calais ; les réfugiés, accourus, s’étaient entassés dans la Basse Ville. Puis, en 1597, dans un engagement à Cuverville, près de Souverain-Moulin, le chevalier noir est frappé à mort ; le 27 septembre, le seigneur de Busca pour l’Espagne s’empare du fort du Mont-Hulin ; enfin était venue l’inquiétante nouvelle de la prise d’Amiens.

Boulogne en 1611 par Joachim Duviert.

Boulogne en 1611 par Joachim Duviert.

La vue est prise de l'intérieur des terres vers la mer. On reconnaît à gauche la ville haute avec son enceinte dotée d’ouvrages avancés, le château, la cathédrale Notre-Dame, la tour de Saint-Wulmer découronnée de sa flèche et de ses parties supérieures, le beffroi dont la flèche est couronnée par la loge du guetteur (le bâtiment à lucarnes voisin doit être l’échevinage), enfin la partie postérieure de la sénéchaussée construite au cours de la seconde moitié du XVIsiècle. En Basse Ville, on reconnaît l’église Saint-Nicolas dont on venait de découronner le clocher.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
Service Communication.

41Or non seulement régnait la famine et le pain était introuvable, mais la ville et le pays étaient accablés, comme bien d’autres, par une terrible épidémie de peste. Les morts succèdent aux morts. François Hibon perd son épouse et 4 enfants ; Antoine Laguesse, la sienne et trois enfants : Jossine Morel meurt avec les trois siens ; et l’on pourrait multiplier les exemples. En quelques semaines, 2 chirurgiens, 2 curés de Saint-Nicolas décèdent ; le troisième, Jean Mares, de l’abbaye de Saint-Germain des Près, déclare avoir enterré 72 corps à son arrivée. Sous l’impulsion de Calaisiens réfugiés, est fondée en 1596, en Basse Ville, une confrérie de la Charité Saint-Pierre qui s’assigne notamment comme but d’inhumer en terre chrétienne les morts, car « la plus grande partie des corps demeuroient sans estre enterrés ». Les statuts seront officiellement adoptés le 31 juillet 1598 et le siège en sera fixé à Saint-Nicolas.

42Le XVIsiècle s’achève néanmoins sur une heureuse nouvelle. Le 2 mai 1598, le roi d’Espagne signe à Vervins la paix avec la France et lui rend Calais et le mont Hulin. Les Boulonnais poussent alors un immense soupir de satisfaction. Peu avant ils ont appris que Bertrand de Patras de Campaigno avait été nommé sénéchal, charge désormais distincte de celle du gouverneur. Jusqu’à la Révolution, cette charge ne sortira pas de cette famille, alors que celle de gouverneur après 1622 sera exercée par les ducs d’Aumont et leurs descendants.

L’empreinte de la réforme catholique française

43Comme d’autres villes d’Europe, Boulogne au XVIIsiècle est marquée par la pénétration de la réforme catholique. Mais celle-ci y revêt des formes sensiblement différentes de celles qu’on peut observer à la même époque dans les cités de Flandre, d’Artois et de Hainaut. D’une part elle se développe moins précocement et moins ostensiblement ; d’autre part elle n’est pas directement influencée par les Jésuites puisque ceux-ci ne se sont pas installés à Boulogne. Elle est essentiellement dirigée et propagée par les évêques, par des prêtres séculiers profondément influencés par l’Oratoire de Bérulle, Saint-Lazare et Saint-Sulpice ; elle porte donc l’empreinte de l’école française de spiritualité.

44Cependant le renouveau catholique se traduit aussi par l’arrivée et l’implantation dans la ville de nouvelles communautés religieuses se réclamant d’ailleurs presque toutes de saint François d’Assise. Les Capucins, apôtres des milieux populaires, s’installent en 1618 dans la Basse Ville, au milieu des artisans, des ouvriers, des pêcheurs. Ils y établissent un vaste couvent adossé à la muraille des fortification. Prédicateurs, confesseurs, donnant l’exemple de la pauvreté, ils exercent leur ministère en ville et dans la campagne environnante. Entre 1619 et 1635, est édifiée leur église dédiée au Saint-Sauveur. Un quart de siècle plus tard, ils sont rejoints par les Minimes. En 1613, ceux-ci avaient déjà failli s’installer à Saint-Wulmer mais ils étaient partis en 1617. Ils s’établissent définitivement en 1642 dans la Basse Ville, entre la rue des Potiers et la rue du Cul-de-Sac, grâce à la libéralité d’une parisienne, Antoinette Martin, veuve de Pierre Huart, notaire au Châtelet. Il est vrai que ces ascètes, vivant un carême perpétuel et mangeant essentiellement du poisson, avaient leur place tout indiquée dans ce port de pêche. Leur église s’orne bientôt, car de nombreux Boulonnais leur firent quelques libéralités ; Antoine Le Roy de Lozembrune, pour sa part, leur légua 15 livres de rente annuelle « à charge de faire à tousjours le catéchisme des pauvres tous les dimanches de caresme dans leur église ».

45Conformément aux recommandations du Concile de Trente, le pape et la hiérarchie catholique, préoccupés de remédier aux « abus » qui pouvaient se commettre çà et là, ne concevaient de vie religieuse pour les femmes qu’à l’abri de la clôture. Les évêques et les supérieurs d’ordre ou de congrégation cherchèrent donc à imposer celle-ci aux anciennes communautés religieuses qui ne la connaissaient pas. C’était le cas à Boulogne des Sœurs grises franciscaines de Sainte-Catherine qui, de bon gré semble-t-il, abandonnèrent leur fonction hospitalière et adoptèrent la clôture, sous l’impulsion de leur chapelain et avec l’appui du gouverneur Louis d’Aumont et du mayeur Jean Framery. En 1636, elles choisissent de s’affilier désormais à la congrégation des Annonciades fondée par sainte Jeanne de Valois ; en 1650, elles sont une cinquantaine. Enfin, de 1652 à 1658, une communauté de religieuses anglaises bénédictines vécut temporairement en Basse Ville, donnant leur nom à la rue qu’elles habitèrent.

46La réforme catholique, selon les recommandations tridentines, s’attachait plus spécialement à développer l’instruction religieuse des fidèles, tâche primordiale en un siècle où se font sentir les effets de la diffusion du livre. Vers 1663, d’ailleurs, Pierre Battut ouvre la première imprimerie boulonnaise. À la fin du XVIsiècle, il existait bien quelques maîtres et maîtresses d’école apprenant à lire à des enfants et contrôlés de plus ou moins loin par l’écolâtre du chapitre. Il avait même existé au milieu du siècle une ou deux « écoles latines » mais qui étaient tombées en désuétude. En 1581, Jeanne de Henneveux, veuve du mayeur Eurvin, avait fait don de l’hôtel de Pacquesolles à cette même intention. Mais tout ceci n’était pas considérable. En 1621, les échevins se préoccupent sérieusement du problème. Comme la prébende préceptorale payée par le chapitre ne permettait que d’entretenir un seul régent, il est décidé d’y affecter les revenus de la Maladrerie pendant quelques années. Trois régents de syntaxe et de grammaire touchant 150 livres par an dispensent ainsi leur enseignement tandis qu’un quatrième, Maître Pierre Tartare, professeur de poésie et de rhétorique touche 36 livres de plus. Mais surtout l’étape décisive est franchie en 1629 lorsque l’évêque Victor Le Bouthillier confie ce collège aux Oratoriens, et leur accorde les bâtiments de l’abbaye de Saint-Wulmer et une partie des revenus de celle-ci, à savoir 1 500 livres, à condition qu’ils assurent le service divin dans l’église. Par ailleurs, le chapitre leur laisse la prébende préceptorale et l’échevinage apporte aussi son concours. Les classes ouvrirent le 28 avril 1631 et l’établissement, après un début difficile, connut le succès.

47Les Oratoriens avaient été précédés par des Ursulines venues de la communauté d’Amiens. François du Wicquet, seigneur de Dringhen, maître des eaux et forêts, les avait installées en 1624 dans une maison située dans la Haute Ville. Les Ursulines accueillaient quelques pauvres mais elles enseignaient et éduquaient essentiellement les filles de la noblesse et de la bourgeoisie boulonnaises. Il est par ailleurs intéressant de relever que les communautés religieuses contemplatives ou enseignantes s’établirent dans la ville haute qui était déjà le siège du chapitre cathédral. Trente ans plus tard, un administrateur français décrit ainsi la population de celle-ci : « ce sont tous prestres, gens de justice et très peu de bourgeois, attendu que le voisinage de la citadelle ne leur plaist pas ». En revanche, dans la basse ville… « la plus peuplée selon le même témoin, et composée de gens qui trafiquent, de matelots et autres canailles très séditieux » (sic !), se sont établis les religieux issus de la famille franciscaine, (Cordeliers, Capucins, Minimes). Ceux-ci nouent ainsi des relations privilégiées, qui vont perdurer, avec le petit peuple et notamment avec les matelots.

Saint-Nicolas, chapelle nord ; Saint-Nicolas, chapelle sud et le chœur.

Saint-Nicolas, chapelle nord ; Saint-Nicolas, chapelle sud et le chœur.

Les voûtes de ce sanctuaire ont été montées avant 1567 et leur retombées se font sur de belles niches abritant des statues d’apôtres du XVIsiècle (têtes refaites). Le maître-autel a été exécuté vers 1767.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

48En fait, la réforme catholique ne prend véritablement son essor qu’en 1628 avec l’arrivée à Boulogne le 5 août de Victor le Bouthillier, chanoine de Paris, qui avait été sacré évêque de Boulogne par l’archevêque de Paris, Jean-François de Gondi. Nous venons de voir qu’il a joué un rôle décisif dans l’introduction de l’Oratoire de Bérulle dans la cité. Comme le demandait le concile, il tient aussitôt un synode dont les statuts sont publiés puis renouvelés en 1630. Il fait également adopter dans le diocèse et par le chapitre cathédral la liturgie romaine. « Par acte solennel de leur vénérable congrégation et assemblée fut éteint et mis à néant pour jamais l’ancien, solennel et grave service selon l’usage de jadis Thérouanne » note le chapelain Maslebranche qui soupire : « Les livres de l’office de Thérouanne sont les plus beaux qu’on puisse voir en quelque chapitre que ce soit ». En 1630, Victor Le Bouthillier est promu archevêque de Tours. Son successeur, Jean d’Olce, un basque, arrivé en 1635 continue son œuvre avant de partir pour Agde puis Bayonne.

49Mais le plus grand prélat boulonnais du XVIIsiècle est indiscutablement François Perrochel, parent de Monsieur Olier et disciple de saint Vincent de Paul, arrivé en 1645. Avec lui, l’esprit et les méthodes du « grand saint du grand siècle » pénètrent à Boulogne. À Paris, il avait coopéré avec Vincent de Paul aux mardis de Saint-Lazare, collaborant notamment à la composition du célèbre Entretien des ordinands. Il avait prêché également à Saint-Sulpice et à Saint-Germain des Près. Dans tout ceci « il s’est acquis une telle réputation qu’il passe pour l’apôtre de Paris ». En 1645, il inaugure donc à Boulogne un long et fécond ministère de trente ans, s’inspirant des deux modèles épiscopaux dont il avait le portrait dans sa chambre : saint Charles Borromée et saint François de Sales. En 1647, il publie le Rituel du diocèse, en 1653, des statuts synodaux, et un double catéchisme diocésain. À la cathédrale, il entendait lui-même les confessions ; sa bonté et sa charité étaient légendaires. Comme il se devait, ce pasteur exemplaire visita inlassablement les paroisses de son diocèse.

50Les thèses jansénistes développées dans l’Augustinus (1640) et par Saint-Cyran font des adeptes. Louis Macquet, curé de Saint-Étienne et archidiacre de Flandre pendant 31 ans en est un éminent représentant. Il entretient une correspondance assidue avec la mère Angélique Arnauld qui lui envoie des livres. Elle l’incite à s’occuper de ses paroissiens : « Ces bonnes gens sont votre première et principale obligation ». Elle condamne le cumul des bénéfices dans une formule lapidaire : « Je trouve que qui en a deux en a trop d’un ». Toutefois, lorsque François Perrochel lors du synode de 1665 obligea tous les prêtres à signer le Formulaire condamnant les cinq propositions tirées de Jansenius et à faire la profession de foi requise, Louis Macquet accepta (Ph. Moulis). Mais l’arrivée de Pierre de Langle, janséniste convaincu comme évêque en 1698, allait profondément diviser le clergé et les fidèles du diocèse comme nous le verrons.

51François Perrochel, en bon disciple de Vincent de Paul et de Monsieur Olier, se préoccupe surtout de fonder à Boulogne un séminaire dans lequel les candidats à la prêtrise, les ordinands, recevraient une formation adéquate. Mais il se heurte à des problèmes financiers considérables. En 1668, il obtient les lettres-patentes qui autorisent cette création, mais celle-ci n’a toujours pas vu le jour lorsque François Perrochel en 1675, en raison de son âge, démissionne et se retire dans une maison Grande Rue. Son premier successeur, Nicolas Ladvocat-Billiad poursuit cet objectif et obtient de nouvelles lettres-patentes en 1681. Finalement, l’entreprise n’aboutit qu’au début de l’épiscopat de Claude Le Tonnelier de Breteuil. Les Lazaristes avaient accepté de prendre en charge cet établissement grâce aux interventions de François Perrochel. Celui-ci s’éteint le 8 avril 1682 et une foule immense se presse à ses obsèques ; « tous voulaient couper quelque chose de ses vêtements » car il était vénéré comme un saint. En novembre 1682, les Lazaristes ouvrent le séminaire dans la maison qu’il leur avait léguée Grande Rue avec tous ses biens ; 4 autres assurent des missions dans la campagne, conformément à la vocation de cette congrégation. Dans sa thèse récemment soutenue, Philippe Moulis a longuement retracé l’histoire de cette création, la vie des séminaristes et surtout la formation au sacerdoce qu’ils y reçoivent. Leur église, placée sous le patronage de saint François de Sales, ne sera construite qu’en 1715 et les bâtiments du séminaire lui-même quinze à vingt ans plus tard.

52Avec la réforme catholique s’épanouissent les grandes dévotions populaires et donc celle de Notre-Dame de Boulogne. En 1607, en effet, le bruit s’était répandu que l’image miraculeuse disparue en 1567, avait été retrouvée. Celle-ci aurait été, à cette date, jetée au fonds d’un puits à Honvault. Le seigneur de ce lieu et sa femme s’étaient décidés à la confier à un ermite de la forêt de Desvres. Celui-ci, par l’intermédiaire d’un prêtre nommé Antoine Gillot l’avait remise à l’ancien mayeur, Guillaume Mouton, un homme qui appartenait aux milieux qui autrefois avaient penché pour la Ligue. Était-ce bien là l’image authentique ? Les chanoines ordonnent une enquête et en attendant la statue est placée à Saint-Wulmer. Le problème reste en suspens jusqu’à l’arrivée de l’évêque Victor Le Bouthillier. Celui-ci consulte les Jésuites d’Amiens et surtout obtient un jugement favorable de la Sorbonne. « Le Samedi Saint 1630, fut remise et posée l’image miraculeuse de la Sainte Vierge, assez brune, que l’on voit à présent dans un navire, au-dessus de la chapelle ». Dès lors, le mouvement de dévotion s’amplifie ; les pèlerins affluent, individuellement ou avec leur confrérie. On consigne les déclarations de miracle. Ainsi Louis Fontaine, fils d’Adrien et de Diane Colombel, remercie la Vierge de l’avoir guéri de la paralysie qui l’affligeait. En 1634, c’est César Meignot qui est « débarrassé d’une maladie qui ôte le jugement et la parole ». Et on pourrait multiplier les exemples. Dès 1634, le capucin Alphonse de Montfort publie à Paris une « Histoire de l’ancienne image de Notre-Dame de Boulongne-sur-mer ». Mais le chantre le plus célèbre de la Vierge Nautonière est le chanoine Antoine Le Roy dont l’Histoire de Nostre-Dame de Boulogne paraît en 1681. Les grands de ce monde, le duc de Chaulnes, le comte de Croÿ, la duchesse d’Aumont, font de somptueux présents à la chapelle ; les humbles laissent une obole. Le pèlerin le plus illustre est alors le roi Louis XIII qui, le 21 mai 1632, accompagné du cardinal de Richelieu, des ducs de Chaulnes, Longueville, Chevreuse, etc., vient prêter le classique hommage du roi à la Vierge. Après de longues négociations, 12 000 livres assignées sur une coupe de chênes et de baliveaux en forêt de Boulogne, « pour faire bastir le grand autel au chœur de l’église Notre-Dame de Boulogne, pour le cœur d’or que Sa Majesté donne » sont accordées et l’autel est construit entre 1653 et 1656. En 1659, alors que la guerre s’achève, sur la porte des Dunes est placée « une grande image de Notre-Dame exprimée en relief, tenant un cœur dans la main droite et posée dans un batteau où plusieurs anges servent de pilote ». Quant au maréchal d’Aumont, il voudra avant de mourir couronner ses bienfaits par un superbe jubé de marbre qui forme l’entrée du chœur et qui en fait « une des plus grandes beautez ».

53On ne peut énumérer toutes les autres formes de dévotion qui naissent ou se développent alors. On se contentera de mentionner qu’à Boulogne, comme en maints endroits, se crée alors une confrérie du Saint-Sacrement. L’archidiacre Noël Gantois, « un fils de paysan d’Eschinghen » arrivé à cette haute charge, ce qui n’est pas « petite fortune », la fait ériger le 23 juin 1634 à l’autel de la paroisse Saint-Joseph, celle de la Haute Ville, suivant « le désir exprimé par plusieurs personnes de qualité ».

54Instructive de l’évolution des mentalités religieuses est l’étude menée par Olivier Dupont-Sergent sur les clauses pieuses des testaments insinués à la sénéchaussée du Boulonnais de 1570 à 1696. De par la nature même de ce type de document elle concerne surtout les milieux sociaux favorisés : nobles, officiers de justice ou de finance, rentiers du sol, mais ce sont aussi les milieux influents dans la société. Et l’évolution constatée révèle la pénétration des valeurs véhiculées par la réforme catholique française dans ces milieux. Alors qu’au XVIe et au début du XVIIe le testateur recommande globalement « son âme à Dieu, notre Père créateur, à la glorieuse Vierge Marie et à toute la Cour céleste », la Vierge et des saints nommément cités sont réclamés comme intercesseurs. Ensuite preuve des progrès de la dévotion christocentrique, à la fin du XVIIe siècle 20 % des testateurs qui recommandent leur âme à Dieu « le prie par les mérites de la mort et Passion de nostre Seigneur Jésus-Christ… de vouloir colocquer son âme séparée de son corps au rang des biens heureux dans son paradis ».Une autre caractéristique est la croissance, au fil du temps, du nombre de messes votives demandées pour abréger au maximum le séjour au Purgatoire de l’âme du défunt. Après 1620, près de 20 % demandent un « annuel », c’est-à-dire une messe par jour. En croissance sont également les dons pieux et charitables à faire après la mort du testateur, notamment aux pauvres présents le jour de l’enterrement. Autant de manifestations d’un catholicisme qui se distingue nettement de la religion des réformés.

55Quant à la communauté protestante qui subsistait elle ne dépassait guère 350 personnes dans tout le Boulonnais. Les principales familles étaient surtout dans les paroisses périphériques, comme Saint-Martin ou Saint-Étienne, Nesles, Tingry. En ville même le Magistrat leur avait interdit l’exercice de certaines fonctions. Le seul pasteur calviniste d’origine boulonnaise fut François Regnard, fils de Charles, avocat à la sénéchaussée. Ce fut aussi le dernier. En effet, la politique royale vis-à-vis des hérétiques était devenue beaucoup plus rigoureuse. Des commissaires royaux avaient recommandé la fermeture « du presche de La Haye ». En juillet 1683 le temple de Guînes devait fermer. Le 18 octobre 1685, Louis XIV à la plus grande satisfaction de l’évêque Le Tonnelier de Breteuil révoquait l’édit de Nantes. La majorité des protestants durent abjurer pour pouvoir demeurer au pays ; ils devinrent des « nouveaux convertis » étroitement surveillés. Une petite minorité émigra, surtout vers l’Angleterre et leurs biens furent confisqués.

« Cari ! Cari ! » Séditions urbaines et guerre de Lustucru

56La reprise de Calais, en 1558, avait atténué le rôle frontalier du Boulonnais. Celui-ci décroît encore lorsque le roi de France conquiert l’Artois (1640), puis l’annexe (1659). Dès lors les privilèges dont jouit le Boulonnais paraissent anachroniques. Grands commis et serviteurs d’une monarchie dont le caractère absolutiste et administratif s’accentue ne pensent qu’à les supprimer. De surcroît, les besoins financiers de l’État sont considérables, notamment en raison du coût de la guerre. Pour toutes ces raisons, comme en d’autres provinces, se déclenche une offensive pour réduire le particularisme du Boulonnais et supprimer les exemptions fiscales dont ses habitants jouissent. Ceux-ci, comme les Croquants du Périgord ou les Va-Nu-Pieds de Normandie avant eux, poussés par la misère et le sentiment d’être victimes d’une injustice vont se dresser contre ces mesures qui les frappent. La guerre dite de Lustucru n’est qu’un épisode tragique des soulèvements populaires qui jalonnent l’histoire du XVIIsiècle français et qui sont à la fois des soubresauts dramatiques dûs à la misère et des formes violentes de refus d’un nouvel ordre étatique qui inexorablement s’étend.

Vitrail de l’église de Rigny-le-Ferron (Aube).

Vitrail de l’église de Rigny-le-Ferron (Aube).

D’après les inscriptions accompagnant les panneaux de ce vitrail, celui-ci, en fait, ne représente pas l’arrivée de Notre-Dame seule sur un bateau, mais son embarquement pour apporter un reliquaire à l’église de Boulogne. (XVIsiècle).

Cliché J. Thiébaut.

57En fait cette révolte est précédée « d’émotions populaires » à Boulogne même. Le 21 janvier 1634, survient une « furieuse alarme en la ville ». Selon le témoignage du chapelain Maslebranche, celle-ci se produit parce que trois « quidams » assistés du lieutenant du gouverneur, Constant, « remuoient ciel et terre » pour établir une taxe d’un sol « sur le frais pesché, moiennant quoy ils eussent vendus tout le poisson qui fut arrivé au Havre et eussent fait l’argent bon aux matelots ». Lorsque ces trois hommes descendent sur le port ils sont environnés de jeunes et de pêcheurs qui crient « Cari, Cari ». Ce mot magique, dont le sens précis n’est guère élucidé, avait pour don de déchaîner la foule. La situation est d’autant plus délicate qu’un valet de Constant avait battu un matelot près de la maison Béquelin, précisément parce que ce dernier criait « Cari ». Constant lui-même frappe des citadins, Jacques Crendale, E. Caron, l’hôtelier François Tailleur, le chirurgien Anest. L’émeute gronde ; les trois quidams doivent se réfugier chez les Cordeliers puis s’enfuir en escaladant le mur, car « la populace échauffée força la grande porte afin de les achever ». Le lendemain les troubles gagnent la ville haute ; la cloche du beffroi sonne l’alarme, les bourgeois prennent les armes et occupent le corps de garde. Le calme sera difficilement rétabli.

58Pendant la longue guerre qui oppose la France à l’Espagne de 1635 à 1659, les Boulonnais connaissent des heures difficiles ; plus que jamais ses habitants vivent avec les armes sur le dos et ils doivent multiplier les interventions. Il est vrai que l’ennemi est proche puisqu’il détient toujours l’Audomarois et la Flandre. Ainsi, en 1651, le gouverneur de Saint-Omer tente de s’emparer du fort du Mont-Hulin. Mais « toutes ces jactances n’ont abouti qu’au pillage du bourg de Desvres » et d’Hucqueliers. En juillet 1653, des soldats ennemis saccagent Wimille mais sont châtiés par les troupes du duc d’Aumont.

59C’est dans ce contexte qu’intervient une nouvelle « émotion populaire » précédée d’ailleurs par des troubles survenus à Étaples. Le 14 juin 1656, Davilly et La Grange, deux receveurs des traites, l’un du bureau de Picardie, l’autre de Calais, sont de passage à Boulogne. La rumeur se répand, comme une traînée de poudre, qu’ils sont venus instaurer la gabelle, l’impôt tant détesté sur le sel ; aussitôt la révolte gronde. Le baron de Colembert, lieutenant du roi, réussit à dégager les deux hommes auxquels la foule voulait faire un mauvais sort et il les installe en Haute Ville. Le lendemain le peuple se rassemble devant la sénéchaussée pour conspuer les « gabeleurs » ; la troupe intervient et les fait sortir par la porte Neuve, nouveau nom donné à l’ancienne porte Flamengue restaurée, en direction de Calais. Mais à Wimille des paysans leur barrent la route et les obligent à faire demi-tour. Colembert réalisant qu’il risque une sédition importante s’il les héberge au château prend le parti de les faire conduire à Marquise sous bonne escorte. Jamais, selon un chroniqueur, on n’avait vu à Boulogne « un peuple de toutes parts si esmeu ». D’ailleurs, le 8 juillet, des placards et libelles répandus dans la cité appellent la noblesse locale à se dresser contre « le grand tyran du Boulonnois », le maréchal d’Aumont, gouverneur de la ville, accouru en hâte avec des troupes le 3 juillet. Le climat reste pesant puisqu’en février 1657 de graves querelles survenues en basse ville entre des gens d’armes et des habitants provoquent la venue de l’intendant de Picardie Lefebvre d’Ormesson. Le curé de Saint-Nicolas, Chastillon, doit s’entremettre pour récupérer les armes prises aux soldats. Quelques mois après, Louis XIV, en tournée d’inspection militaire, passe rapidement dans la ville. Cette même année 1657, le Boulonnais doit payer un impôt de 81 740 livres, réparti entre les différentes communautés. Outreau est taxée à 2 634 livres, Wimille à 1 262 livres, Saint-Étienne à 1 013 livres, Saint-Martin à 304 livres. Mais la ville même de Boulogne est toujours exemptée car elle doit en permanence entretenir ses fortifications et ce n’est pas une mince charge.

60Ces « émotions populaires » ne sont que le prélude de la grande révolte qui éclate en 1662 et qui a été surnommée guerre de Lustucru, pour des raisons encore mal élucidées. À vrai dire ce vaste mouvement concerne beaucoup plus la campagne que la ville même de Boulogne ; en conséquence nous l’évoquerons succinctement. Nous savons que le gouvernement central supportait mal que le Boulonnais ne soit « ny pays d’élection, ny pays d’État mais renfermé dans ses privilèges et exemptions ». C’est pourquoi en 1661, alors que la paix était revenue, il avait astreint le Boulonnais à payer 30 000 livres pour le quartier d’hiver des troupes, payables par les communautés rurales. Cette décision met le feu aux poudres. Il faut dire que le pays épuisé par 25 ans de guerre était alors touché de plein fouet par la grave crise de subsistances de l’année 1661-1662. Les habitants avaient le sentiment d’être injustement traités puisqu’ils avaient versé l’impôt du sang en payant de leur personne dans le cadre de leurs troupes. Enfin, il était de notoriété publique que le sénéchal, François Patras de Campaigno et la noblesse locale n’aimaient guère le duc d’Aumont, gouverneur. Le 19 août 1661, les trois États tentent vainement des démarches dilatoires. En janvier 1662, le roi donne l’ordre de recouvrer l’impôt mais sans grand résultat en raison de l’inertie volontaire du sénéchal ; quant au lieutenant du roi, Le Roy de Lozembrune, il parle d’émigrer. En bref « les Boulonnais publioient haultement qu’ils ne payeroient rien, se disposoient à se défendre et à prendre les armes ». Le phénomène est essentiellement rural mais « plusieurs bourgeois même de Boulogne se jetèrent dans ce parti ».

61À l’été 1662, la situation prend un tour dramatique alors que la crise frumentaire atteint son paroxysme. Le setier de blé qui valait 13 livres en 1658-1659, était passé à 22 livres en mars-avril 1662 pour culminer à 40 l. en juillet. Le prix du pain, aliment de base, avait donc plus que triplé. Or, Louis XIV ordonne le 24 juin à 210 cavaliers d’entrer dans le Boulonnais pour consommer sur place l’impôt qu’on ne voulait pas payer. « Quelques canailles crièrent Carri », selon Machault et ce fut l’insurrection. Les cavaliers sont chassés de Wirwignes, Questrecques, Alincthun, Crémarest par les habitants en armes. Des centaines d’hommes se réunissent à Wimille, deux mille autres à Huplandre, La Capelle, Tingry et Samer et de là partent vers Hucqueliers. Mais le roi frappe fort et vite craignant que ces troubles ne gagnent l’Artois récemment annexée. Une armée, confiée au marquis de Montpezat et au duc d’Elbeuf, écrase, le 11 juillet 1662, à Hucqueliers, la bande de paysans armés conduits par un hobereau déclassé Bertrand Postel, seigneur de Clivet. On fait 586 prisonniers ; quatre d’entre eux sont aussitôt pendus et le pays est écrasé sous les bottes des militaires. La répression, conduite par Machault, maître des requêtes au Conseil d’État, commis à cette fin et rendant compte à Colbert, fut très dure ; 363 hommes condamnés aux galères prennent la direction du bagne de Toulon. Desvres et Samer ont leurs cloches « dépendues ». Cinq bourgeois de Boulogne même, le seigneur de Clocheville, Me Melchior et Antoine Ducrocq, procureur, Jacques Hibon et Antoine Triquet, marchand en basse ville sont exilés à Troyes. Enfin on procède, à titre d’exemple, à quelques exécutions capitales. Le 29 juillet, sur la place, devant Saint-Nicolas, en cette basse ville « qui a toujours esté la plus séditieuse, afin que l’exemple les touchast de plus près », Machotte dit la Forêt de Boulogne est roué vif. Dans la ville règne « une consternation étrange ». C’est au même endroit que Machault fait bientôt supplicier le principal « meneur » de la révolte, Postel du Clivet, que Machault bien à tort, avait pris pour « un chef d’importance ».

Nous… l’avons condamné et condamnons à faire amande honorable en chemise, la teste et les pieds neuds, la hart au col, avec des escriteaux au devant et au derrière contenant ces mots Chef des séditieux, suivy de l’exécuteur de la haulte justice, au devant de l’église cathédrale de Nostre-Dame de Bouloigne et là, à genoux, tenant une torche en la main du poids de deux livres, demander pardon à Dieu, au Roy et à la justice desdits crimes ; ce faict, estre conduit en la place publicque de la basse ville de Bouloigne et rompeu vif, bras, cuisses et jambes par ledit exécuteur sur un eschaffault qui sera dressé pour cet effaict, et ensuite mis et exposé sur une roue, la face tournée vers le ciel, pour y vivre tant qu’il plaira à Dieu, après néantmoings qu’il aura esté appliqué à la question ordinaire et extraordinaire, pour avoir par sa bouche révélation des premiers et principaux autheurs desdits crimes.

62Restait le brûlant problème des privilèges. Colbert, Louvois inclinaient à les supprimer, Machault convenait que « c’était bien là le chastiment que le pays s’était attiré par la révolte ». Si l’on transformait le Boulonnais en pays d’élection, alors il faudrait installer celle-ci et les « élus », les officiers de finance, nécessairement dans Boulogne même. Mais Machault avait eu le temps de mieux comprendre la psychologie boulonnaise et il ne penchait pas pour cette solution. « Les pays frontières ont des considérations si délicates que on regarde les temps advenir, dans lesquels ils peuvent conserver des ressentiments qui ont des suites fascheuses », écrit-il. Finalement, Louis XIV suivit ce conseil et il rétablit les privilèges du Boulonnais peut-être lors de son passage en 1672, sûrement en 1682. Mais le pays avait été obligé d’admettre définitivement le paiement annuel du fameux quartier d’hiver fixée en 1662 à 50 000 livres. En 1698, l’intendant Bignon le chiffre à 43 950 livres.

63L’inquiétude que sema cette révolte, la peur de voir cette puissante ville haute tomber aux mains des Anglais ou de révoltés, expliquent partiellement la décision que prend le roi en 1689 de faire détruire ces « fortifications considérables ». Mais on invoqua surtout le fait qu’elles n’étaient plus à « l’usage moderne de la guerre ». Vauban, en 1675, en avait fait une étude minutieuse et avait présenté un projet de rénovation et d’adaptation, mais il coûtait trop cher. L’émotion soulevée par la décision du Roi-Soleil est très grande. Les Boulonnais considéraient cet acte comme un déshonneur ; surtout ils voyaient avec colère et alarme, disparaître des parties entières de ces murailles derrière lesquelles ils se sentaient en sécurité. L’un après l’autre, la tour Françoise, les ouvrages avancés protégeant les tours Gayette, Saint-Jean ou Notre-Dame, l’environnement de la porte Gayole, du château, les glacis et contrescarpes sont démantelés, démolis par le fer ou par le feu. Députations, supplications affluaient vers le roi. Mais, surtout, ces travaux coûtaient très cher. Finalement Louis XIV consent à laisser subsister l’enceinte intérieure des remparts. Il permit « que la grande allée du rempart du costé de la basse ville resteroit dans son entier sans qu’on vuida les terres entièrement, comme on les osta aux trois autres costez du rempart qui ont esté depuis remplis ». Mais comme l’écrit un témoin oculaire, « j’ay vu rabaisser beaucoup la hauteur des murs de la Haute Ville qu’on appeloit haute murée à cause de la hauteur de ses murs ». Cependant l’opération n’avait pas été totalement négative. Avec les matériaux on pave des rues de la Basse Ville ; dans celle-ci, avec les pierres, on commence, en 1692, à édifier un hôpital général dont le duc d’Aumont inaugure les travaux ; la chapelle sera élevée entre 1696 et 1702 mais le bâtiment lui-même ne sera achevé qu’en 1726. Déjà étaient arrivées, en 1687, les Filles de la Charité qui allaient s’occuper des malades.

64Mais l’arasement d’une partie des fortifications favorisait l’unité de la cité en facilitant le raccordement et les échanges entre la Haute et la Basse Ville, ce qui allait aider Boulogne à se développer au siècle suivant.

École de Van der Meulen, Vue de la ville et du port de Boulogne vers 1680.

École de Van der Meulen, Vue de la ville et du port de Boulogne vers 1680.

Musée de Boulogne-sur-Mer.

Table des illustrations

Titre Dessin d’un anonyme représentant le siège de Boulogne par l’armée française en 1549.
Légende Dans la Haute Ville occupée par les Anglais on reconnaît la tour de Notre-Dame et plus loin à droite le beffroi et Saint-Wulmer. La porte visible au niveau de Notre-Dame est celle des degrés. En Basse Ville figure l’église Saint-Nicolas ; à l’extrême gauche on identifie facilement la tour d’Odre.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer. Portefeuille 46/37.080.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Claudius Jacquard : Allégorie représentant le mayeur Eurvin refusant de signer la capitulation de Boulogne-sur-Mer assiégée par les Anglais en 1544.
Légende Boulogne-sur-Mer, Hôtel de ville.
Crédits © Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Vue de Boulogne à la fin du XVIsiècle par Claude Chastillon.
Légende A – Cathédrale Notre-Dame avec son haut chœur du XIVsiècle ; B – Le Beffroi caché partiellement par l’abbatiale Saint-Wulmer ; C – Le château ; G – La Tour d’Odre ; K – L’église Saint-Nicolas.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer. Portefeuille 46/37.032.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Boulogne en 1611 par Joachim Duviert.
Légende La vue est prise de l'intérieur des terres vers la mer. On reconnaît à gauche la ville haute avec son enceinte dotée d’ouvrages avancés, le château, la cathédrale Notre-Dame, la tour de Saint-Wulmer découronnée de sa flèche et de ses parties supérieures, le beffroi dont la flèche est couronnée par la loge du guetteur (le bâtiment à lucarnes voisin doit être l’échevinage), enfin la partie postérieure de la sénéchaussée construite au cours de la seconde moitié du XVIsiècle. En Basse Ville, on reconnaît l’église Saint-Nicolas dont on venait de découronner le clocher.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Saint-Nicolas, chapelle nord ; Saint-Nicolas, chapelle sud et le chœur.
Légende Les voûtes de ce sanctuaire ont été montées avant 1567 et leur retombées se font sur de belles niches abritant des statues d’apôtres du XVIsiècle (têtes refaites). Le maître-autel a été exécuté vers 1767.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Vitrail de l’église de Rigny-le-Ferron (Aube).
Légende D’après les inscriptions accompagnant les panneaux de ce vitrail, celui-ci, en fait, ne représente pas l’arrivée de Notre-Dame seule sur un bateau, mais son embarquement pour apporter un reliquaire à l’église de Boulogne. (XVIsiècle).
Crédits Cliché J. Thiébaut.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7582/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre École de Van der Meulen, Vue de la ville et du port de Boulogne vers 1680.
Crédits Musée de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7582/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search