Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre IV. Entre les guerres et les trêves (1339-1505)

Anne-Dominique Kapferer

Texte intégral

1En 1339 la flotte anglaise de l’amiral Morley approche du port, il y a une brume de chaleur, on est en août et personne ne l’a vu venir : surpris, le Bourg est incendié et pillé, mais la Ville est intacte. Dès lors, jusqu’en 1550 au moins, Boulogne subit la guerre et, pendant les trêves, les raids des fourrageurs et des pirates, le poids des dépenses nouvelles, la peste et ses récurrences, l’angoisse jour et nuit ; mais aussi Boulogne, entre le Ponthieu et le Calaisis, l’Artois bourguignon et la mer, va devenir un carrefour de mercenaires et de marins de tous pays, le lieu de passage et de séjour des négociateurs et des princes au château ou à Notre-Dame, dont jamais le luminaire n’a été aussi brillant ; c’est pourtant l’époque où les officiers boulonnais implorent des remises de dettes pour la ville et le comté dans une correspondance avec les officiers du duc de Bourgogne, étudiée par Isabelle Clauzel.

1339-1416 : Guerres, fêtes et misère

2Depuis déjà 1337 la fièvre s’était emparée des marins, de l’amiral Quiéret aux plus pauvres des gens de mer normands, picards ou boulonnais. Des mercenaires génois ou écossais hantaient les tavernes de Calais à Saint-Josse et le corsaire boulonnais Jean Marant, au service de Philippe VI, montait la garde avec ses hommes jusqu’à Saint-Valéry-sur-Somme. Quelques mois après la dévastation du port (mais un port mal équipé est alors vite remis en état) Quiéret demanda à tous les « seigneurs et maîtres de nefs » de les tenir prêtes. La plupart des ports normands fournirent plus de bateaux et plus d’hommes que Boulogne qui, avec 7 nefs et 520 hommes, se trouva au même rang que Rouen et qu’Étaples. Les navires normands vinrent mouiller devant Boulogne et de là la « grande armée » cingla vers Calais puis la Flandre. On n’a pas à faire ici le récit de la bataille de l’Écluse en juin 1340 : la catastrophe fut complète ; la mer rejeta sur la côte flamande des milliers de cadavres et ceux des survivants traqués, blessés ou infirmes qui purent rentrer chez eux contribuèrent à attiser la haine pour l’Anglais. On chercha naturellement des responsables : on accusa les Génois d’avoir manqué d’ardeur et l’amiral Béhuchet (un ancien trésorier du roi qui connaissait mal la mer) d’avoir voulu faire des économies en levant des équipages de… « povres poissoniers et mariniers de France… » qui ne savaient pas se battre. Ce furent pourtant ces matelots boulonnais et picards que d’aucuns méprisaient qui ont sillonné la mer et tenu tête pendant un siècle et demi à la piraterie anglaise à laquelle bien entendu ils répondaient avec la même férocité.

3Dès l’été 1346, la guerre qui s’était quelque peu éloignée de Boulogne s’en rapprocha brutalement. Les comptes de la vicomté de la ville en témoignent : jusqu’alors les recettes annuelles tournaient autour de 1 200 livres et les voici entre 200 et 300 livres en 1346, 47 et 48. L’abbé de Tournai Gilles Le Muisit, contemporain, a raconté comment la flotte anglaise qui longeait le littoral vers Calais survint encore une fois devant Boulogne au début de septembre et comment la partie de la ville située « sous les remparts » et qu’il appelait « villa infería » (ville basse) fut encore une fois incendiée. L’ost du roi d’Angleterre qui allait de Crécy à Calais par la terre hésita à faire le siège de Boulogne, semble-t-il, mais y renonça. À Calais le blocus terrestre de l’armée d’Edouard III allait réduire à néant les efforts obstinés des marins français. Les Boulonnais étaient partout, pas seulement à Boulogne mais aussi au Crotoy ou à Saint-Valéry, avec des nefs marchandes équipées pour la guerre dont la majorité se situaient autour de 90 à 100 tonneaux et pouvaient porter de 60 à 80 hommes. On le sait, tous les sacrifices furent vains et les Anglais restèrent à Calais plus de deux siècles ; or, comme l’écrivit Froissart : « Entre Boulogne et Calais n’a que 7 lieues bien courtoises et beau chemin et ample (et) à deux lieues de Calais… on entre sur terres (qui) étoient pour ce temps au roi d’Angleterre… ». Dès lors, comme le répète plus d’une fois le chroniqueur, les « gens d’Angleterre couroient souvent… jusqu’aux portes de Saint-Omer et de Boulogne (et) ramenoient en leur ost grant foison de proie… ». Ce fut une sorte de leitmotiv chez tous les chroniqueurs jusqu’à la fin du XVsiècle comme chez Monstrelet en 1436 : « … Iceulx Anglais vinrent courre devant Bouloigne et cuidèrent prendre la Basse-Bouloigne… (ils brûlèrent une partie des navires qui étaient au havre…) » ou Jacques du Clercq qui ici a fait allusion aux petits profiteurs de la guerre : « … En ce temps-là couroient plusieurs garnements lesquels desroboient les pauvres gens… et vendoient aux Anglais (ce qu’ils avaient pillé)… ». Ceci évoque une affaire boulonnaise du milieu du XIV: il s’agit d’un petit marchand de la ville, Gilles Beaurepaire, aux prises avec les justices locales pour avoir salé chez lui, en temps de carême, un mouton et en avoir vendu d’autres qu’il prétendait avoir récupérés sur une bande de pillards anglais alors qu’il les avait froidement volés à de pauvres paysans boulonnais !

4On comprend alors que l’organisation du guet ait fait partie des préoccupations premières de l’échevinage ; mais à peine Calais avait-elle été prise et les marins avaient-ils eu le temps de compter leurs morts et de réparer leurs nefs que se profilait à l’horizon du royaume une autre catastrophe bien plus mortelle encore : la Peste Noire avait atteint l’Italie, elle allait ravager la France et atteindre l’Angleterre à la fin de 1348 et au début de 1349, faisant périr entre un quart et un tiers de la population. De la peste à Boulogne on n’a aucun témoignage historique ou archéologique précis mais l’épidémie était tout autour de la ville, à Montreuil, à Saint-Omer, à Calais, sur les côtes anglaises : comment Boulogne y aurait-elle échappé ? Quelques testaments, quelques indications laconiques dans les comptes du bailliage en 1349 sont des signes qui peuvent alerter l’historien : un bailli et un vicomte morts en cours d’exercice, une forte baisse des revenus (en 1349, les revenus vicomtaux cités plus haut tombèrent à 104 livres pour remonter brutalement en 1350-51 à 677 livres) et surtout ces deux lignes qui signalent que de nombreuses amendes n’ont pas été perçues pour cause d’appel et que les « appelants sont morts et leurs successeurs n’ont pas relevé le procès ».

5L’archéologie pourrait peut-être dire ce que fut la mortalité à Boulogne en 1349 mais des cimetières de Notre-Dame et de Saint-Nicolas du Moyen Âge : le premier n’a pas encore donné lieu à une publication archéologique et le second est inaccessible.

6Après quelques années d’un faible répit, Boulogne apprit la sinistre nouvelle : le roi fait prisonnier par les Anglais à Poitiers en 1356 était emmené à Londres. Se succédèrent alors chevauchées et pourparlers (dont certains menés par le cardinal Gui de Boulogne, oncle de la comtesse Jeanne qui, veuve, avait épousé Jean, duc de Normandie et était devenue en 1350 dans les comptes boulonnais « madame la reine ») ; après révoltes, angoisses, négociations rompues et reprises, en octobre 1360, les sujets du roi Jean le Bon apprirent que le roi revenait parmi eux. Il n’était plus question de céder le Boulonnais aux Anglais et de plus le roi délivré devait venir en pèlerinage à Boulogne. Lisons Froissart : « … Et se mist le roi de France tout à pied en intention de venir en pèlerinage à Notre-Dame de Boulogne… ». Et il poursuivit : … « Ainsi vinrent-ils à pied jusqu’à Boulogne devant dîner où ils furent reçus avec moult grande joie et là étoit le duc de Normandie (le dauphin) qui les attendoit… et en l’église Notre-Dame de Boulogne firent leurs offrandes moult dévotement puis retournèrent en l’abbaye qui étoit appareillée pour recevoir le roi et les enfants d’Angleterre. Ils y furent le jour et la nuit en suivant… en grande réjouissance… ».

7Alors que Jean le Bon retrouvait son royaume, ses fils, garants de la rançon et de l’exécution du traité de Brétigny-Calais, partaient en otages en Angleterre avec des bourgeois de bonnes villes du royaume (aucun de Boulogne). Mais en 1362 un des otages, le prince Louis d’Anjou, qui se trouvait à Calais, obtint une « permission » pour venir en pèlerinage à Boulogne ; il savait y retrouver sa jeune femme et, ne pouvant résister à la double fascination de l’amour et de la liberté, il s’enfuit. Le déshonneur atteignait le roi que Boulogne revit alors, chevaleresque et pas très politique, attendre à Notre-Dame le vent favorable pour rejoindre ses prisons anglaises ; c’est encore Froissart qui raconte que lorsque « … les mariniers eurent vent, ils le signifièrent au roi et le roi entra en son vaisseau vers minuit et tous ses gens dans les autres et ils restèrent à l’ancre tout le temps de la première marée jusqu’à ce que vint le jour devant Boulogne… Alors ils eurent vent à volonté… et arrivèrent à Douvres à l’heure de Vêpres… ». Il ne devait plus jamais revoir la France.

8Bien que 1377 eût, encore une fois, vu entrer les Anglais dans le port, la fin du XIVsiècle fut à Boulogne comme en d’autres villes du royaume relativement calme. Le bruit des escortes princières et des fêtes remplaça souvent celui de la guerre mais si les rencontres des chevaliers accourus pour les joutes de Saint-Inglevert ou des négociateurs qui retrouvaient leurs partenaires anglais à Leulinghen donnaient lieu à des réjouissances populaires, elles contribuaient encore à endetter la ville. Les passages de princesses comme Isabelle promise à Richard II (et un demi-siècle plus tard Marguerite d’Anjou conduite à Henri VI) pesaient lourd sur le budget urbain (l’une et l’autre repasseraient par Boulogne après la mort ou la défaite de leur royal époux). Les conférences de Leulinghen à mi-chemin entre Boulogne et Calais, sans-cesse interrompues et reprises avant la fin des trêves, durèrent plus de vingt ans, mais parfois ce fut à Boulogne même que les Français et les Anglais se rencontrèrent, en certaines années avec des Écossais, des Castillans ; le roi de Chypre y vint aussi, voulant offrir ses bons offices et partant en Angleterre. Des comptes, à la charnière des XIVe et XVsiècles, évoquent les fêtes du château quand s’y réunissaient le duc de Berry, comte de Boulogne par son mariage avec la petite Jeanne en 1389, et le duc de Bourgogne : tant pour les « valès qui ont soufflé les orgues aux festes solennelles durant le temps que mondit seigneur a été à Boulogne… » et plus tard, tant pour « plusieurs héraulx et ménestrels qui cornèrent au château de Boulogne… ».

9Pendant le même temps la recrudescence de la piraterie exaspérait et décimait les familles de marins. En 1385 et en 1400 Charles VI s’était inquiété de la sécurité des pêcheurs de Boulogne mais au début du XVe les archives bourguignonnes de Lille et celles de Londres portent témoignage d’enquêtes et de vaines négociations pour des trêves « pécheresses ». Ainsi l’échevinage de Boulogne, interrogé, signala en 1408 qu’à la Saint-Michel 1407 « … du port de Boulogne sortit un vaisseau pour aller pêcher… Il fut attaqué entre Étaples et Boulogne par un vaisseau anglais et de telle manière que de 7 compagnons il y en eut 2 noyés et 5 autres menés prisonniers en Angleterre… ». La solidarité des gens de mer jouait totalement, à la fois pour les rançons et pour la vengeance, comme le prouvent par exemple les actes de piraterie du Valericain Gérard Le Tourbier qui, pour se justifier, invoquait la mort d’un parent, pêcheur de Boulogne, Jean Hoyt.

10Mais 1415 approchait, et l’automne d’Azincourt : depuis l’estuaire de la Seine jusqu’à Boulogne, encore une fois toute la côte était en état d’alerte. Les dépenses de guerre s’appesantissaient bien qu’une partie en ait été assumée par le roi. L’unique registre des comptes de Boulogne est précisément celui de l’année comptable 1415-1416 ; dans les comptes rendus le 18 septembre 1416 par l’Argentier de la ville et son clerc maître Haigneré, les recettes (3 946 livres) et les « mises » (3 920 livres) ordinaires s’équilibrent à peu près ; mais au chapitre de l’extraordinaire les dépenses excèdent les recettes (pour la défense pourtant ont été reçues 1 200 livres du roi et 36 livres de Notre-Dame) : en fin de compte, un déficit de 199 livres, assez étonnamment faible en ce temps de guerre. La ville a dû cependant emprunter aux particuliers, aux orphelins dont elle assume le tutorat, à l’hôpital (pourtant pauvre) ; les crédirentiers de la ville n’ont pas toujours touché leur dû, les procureurs de la ville à l’extérieur (à Paris, à Montreuil, à Thérouanne) n’ont pas toujours reçu leur pension, les matériaux et le travail fournis pour réparer les jetées du port ou les fortifications n’ont pas toujours été payés. Malgré une certaine auto-satisfaction de l’échevinage, un endettement, un déficit. La gestion a-t-elle été rigoureuse ? Certains n’ont-ils pas tiré profit de la situation ?

Registre des recettes et mises de la ville de Boulogne-sur-Mer, 1415-1416.

Registre des recettes et mises de la ville de Boulogne-sur-Mer, 1415-1416.

Paris, AN, KK 280, fol. 9.

11La ville devait non seulement se défendre mais accueillir toute une population flottante de réfugiés, gens de villes ruinées des alentours (comme Wissant et Ambleteuse) ou des campagnes constamment ravagées. Ces déracinés inquiétaient : à la peur de l’ennemi, de la trahison, du feu et de l’épidémie se mêlait une peur de l’errance et de la pauvreté ; la « grant foison » de gens obligeait « nosseigneurs de la Loi » à rappeler aux « osteliers » de « prendre garde au feu et à la chandelle », à payer un tueur de chiens errants, à lutter contre la pollution des fontaines, et à organiser le ramassage d’ordures pestilentielles plus abondantes. Alors que les terres abandonnées et l’insécurité des chemins posaient des problèmes ardus de ravitaillement, il fallait nourrir quotidiennement une population en surcharge et stocker pour un siège éventuel du blé, du lard, des biscuits, du miel et du vin à la halle ou dans les greniers (loués parfois à cet effet aux… échevins eux-mêmes). Par ailleurs pesaient aussi dans le budget les dépenses liées aux messagers envoyés ou reçus « pour le doute des Anglais », aux concertations qui réunissaient à Boulogne abbés et échevins des villes voisines, à l’accueil plus ou moins fastueux réservé à d’illustres pèlerins ou à des prisonniers qui rentraient d’Angleterre.

12Il fallait surtout évidemment renforcer le guet et la défense. Quand on savait qu’une ville était prise dès que l’ennemi avait pu « écheler » ses remparts on ne pouvait lésiner sur l’organisation du guet.

13Vingt-quatre guetteurs au moins, sur les remparts, le long des fossés avec des chiens, au haut des clochers, au château, au haut du beffroi, à la Tour d’Odre, sur le rivage, au port, pour lesquels sont payées 200 livres de gages auxquelles il faut ajouter l’entretien de la cloche du beffroi, des huisseries des portes de la ville, des « logettes » de veille, des lanternes, les fagots pour chauffer le guet et le vin pour le désaltérer, l’inspection nocturne, le voyage de l’homme qui était allé chercher la solde des trois gardes assumés par le roi.

14Pour l’entretien du port et des fortifications le duc de Berry, alors comte de Boulogne par mariage, avait offert des chênes et des aulnes des forêts comtales (de Boulogne et de Desvres) mais la ville avait dû payer les maîtres-charpentiers, l’abattage, le transport, la main-d’œuvre (on avait travaillé même le dimanche). Il avait fallu chercher à Rouen au Clos des Galées trois canons et 30 000 carreaux d’arbalète, à Saint-Omer du salpêtre, acheter des pierres « à canon », fabriquer de la poudre… ; les arbalétriers génois ou espagnols, bien que soldés par le roi, coûtaient cher à la ville et si les arbalétriers, les archers et les quelques canonniers de Boulogne ne grevaient guère le budget urbain, ceux que Montreuil, Saint-Riquier et Amiens avaient envoyés devaient être logés et entretenus.

15Il est impossible d’établir le montant précis des dépenses de guerre, trop inextricablement mêlées aux autres dépenses, et l’absence d’autres sources comptables de la ville ne permet ni de comparer les années ni d’évaluer le poids de la guerre dans la faiblesse des recettes ; néanmoins, la recette nulle du droit portuaire de « hanse » (à moins qu’il ne fût tombé en désuétude) et la faiblesse du droit de « fouier » de la harengaison (18 maîtres-pêcheurs seulement y contribuent cette année-là) semblent devoir être imputées à l’insécurité. On ne peut évidemment savoir si ce fut la guerre qui empêcha de faire monter plus haut la ferme des assises (seule celle des cervoises atteignit la forte somme de 500 livres, suivie par celle de la draperie avec 33 livres, la dernière étant celle de la corderie pour 3 livres, qui ne tenta guère). En temps plus calme, la taille urbaine rapportait-elle plus de 109 livres ?

16Sur 503 Boulonnais « taillés » cette année 1415-1416, quatre seulement ont dû donner plus de 40 sous (48 sous au plus, dans la Ville) ; dans le Bourg, auquel on doit ajouter Maquétra et Brecquerecque, 49 % des taillés ont payé 12 deniers, une taille symbolique à une époque où un « manouvrier » touchait 20 deniers par jour et où un demi « lot » de vin (environ 1 litre) coûtait 8 deniers ; en revanche dans les quatre quartiers de la Ville (le Château, Notre-Dame, l’Hôpital, la Dépense) 20 % seulement des 344 imposés payaient 12 deniers et on y trouvait les plus fortes contributions. Il semble donc bien que parmi les plus riches (qui habitaient avec sécurité à l’intérieur des remparts) beaucoup devaient ne pas payer (par privilège) ou payer trop peu (par accommodement ou par vice de déclaration, faite pourtant sous la foi du serment) mais sans doute la faiblesse des montants de cette taille urbaine est-elle aussi un signe de pauvreté de la ville.

17Pourtant l’activité boulonnaise n’était pas entièrement bloquée. La foire de la Saint-Martin en novembre 1415 avait attiré beaucoup de monde… quinze jours après Azincourt. En cours d’année, 654 tonneaux de vin étaient arrivés en ville, par terre ou par mer (de Rouen ou de La Rochelle, en particulier) mais il est toujours impossible de comparer avec le trafic des autres années. Si malgré la guerre les marchands et les charretiers n’avaient pas cessé de parcourir les chemins comme les hommes d’armes et les messagers, les pèlerins n’y avaient pas non plus renoncé bien que telle chevauchée ou telle épidémie aient pu retarder leur départ. Princes, ducs et pauvres gens, femmes de capitaines ou de gouverneurs n’ont jamais cessé de venir à Notre-Dame prier la Vierge miraculeuse de Boulogne. Le XIVsiècle a été marqué par des fondations de chapellenies et de messes dont les desservants avaient de bien petites dotations ; à partir de 1360 Charles dauphin puis roi, Jean le Bon, Charles VI, ont multiplié les actes de pieuse générosité, comme la création d’une messe royale et de son luminaire (respectée jusqu’à la Révolution) ou le don de 1 000 francs d’or pour la réfection de la toiture de la nef ; en 1383, suivant la tradition des donations flamandes, Louis de Male avait légué un « drap d’or ouvré de broderies » ; les pèlerinages pénitentiels se poursuivaient et des testateurs demandaient des pèlerinages posthumes. Notre-Dame de Boulogne s’enrichissait peut-être d’autant plus que plusieurs monastères des environs étaient ruinés et désertés.

18Dans cette petite ville (trois mille habitants ? À peine… et combien de réfugiés ?) les achats publics aux fèvres, merciers, échopiers, l’appel à une main d’œuvre de mineurs, fossilleurs, potiers de tuiles, maçons, serruriers, charretiers, l’achat et la manutention « pour l’honneur de la ville » de harengs triés, préparés (enfermés dans les « balles de cannevas » peintes aux armes de Boulogne et expédiés à la duchesse de Berry, au Trésorier de France, au Maître de l’Artillerie du roi) devaient permettre à chacun d’avoir un petit travail, quelques deniers, et de survivre ; quant aux « osteliers », marchands de vin, marchands de bois (ces derniers « mangeurs de pauvres gens »), bouchers dont les étaux se serraient au pied du beffroi, bien que tous surveillés par les « eswards » de la ville, ils tiraient profit des allées et venues incessantes.

19Au début du XVsiècle la ville n’abritait pas une société aussi constamment anxieuse et traumatisée qu’on pourrait l’imaginer à travers l’histoire événementielle du temps ; les mieux placés sur le plan politique et économique étaient évidemment les échevins et leurs parents, amis, alliés ou clients qui non seulement intervenaient facilement aux enchères des assises affermées ou des travaux urbains mais tissaient tout un réseau d’influences et de créances à travers la ville, sa banlieue et sans doute le comté (et leurs noces comme leurs funérailles étaient en partie assumées par les « deniers communs »). Les mairies étaient monopolisées par quelques familles à peine émues par le simulacre électoral du jour du « renouvellement de la loi » où les trente hommes élus par les bourgeois allaient à leur tour élire les autorités de la ville ; les Clay du Hil, les Gosse, Marchant ou Vinet assumaient quasi à tour de rôle les fonctions de « maieur » (Jacques Vinet a été onze fois maire). Une solidarité d’argent, de famille, de fonction (« mes frères » les échevins disait-on dans l’échevinage) avait pris le relais de la solidarité des bourgeois et les forains, bien qu’assujettis à quelques taxes supplémentaires, jouaient dans la ville un rôle croissant (mais il n’y a pas de preuve de l’existence d’une « bourgeoisie foraine » comme à Wissant) ; les sept « estagers » qui ont acquitté 18 sous en 1416 pour acquérir le droit de bourgeoisie étaient d’ailleurs, pour au moins cinq d’entre eux, de petites gens.

20Le faible déficit des comptes urbains ne semble avoir inquiété personne ; apparemment il n’eût pourtant pas été difficile de le réduire.

Ne pouvait-on renoncer aux crêpes et aux saucisses mangées en l’hôtel du maire par les « frères » de l’échevinage à la mi-carême après une partie de soûle, réduire les interventions procédurières dont l’origine n’était souvent qu’une vanité urbaine, simplifier les réceptions, diminuer le vin des « dons et courtoisies » qui coûtait autant que le guet, pourchasser les fraudeurs de tous acabits, accepter moins d’accommodements avec les Picards marchands de guède ou transporteurs de vin, « corriger » mieux la taille ?

21Cependant Boulogne, ville-refuge, ville-carrefour, ville au péril des guerres, avait pu voir naître une forme de solidarité précaire face aux dangers et face à des étrangers qui n’étaient pas tous des paysans des environs. La situation n’était pas toujours dramatique mais incohérente et confuse ; les poissonniers joutaient toujours en février et les archers de la confrérie de Saint-Sébastien tiraient toujours le « papegay » en mai alors qu’en octobre on fêtait le « premier hareng » ; en revanche le petit hospice de Saint-Nicolas d’Audisque et surtout l’hôpital de Sainte-Catherine tombaient peu à peu dans un singulier état de vétusté.

22Mais en cette même année 1416 le duc de Berry était mort. Jeanne, comtesse de Boulogne, duchesse et veuve fort peu éplorée, se remaria très vite avec Georges de La Trémoille. Tirant aussitôt profit de la circonstance, Jean-sans-Peur, duc de Bourgogne, comte de Flandre et comte d’Artois, fit occuper le comté de Boulogne : chacun y devint bon gré mal gré bourguignon pour un peu plus d’un demi-siècle ; à l’automne 1416 une nouvelle période était commencée.

1416-1505 : Boulogne bourguignonne puis royale

23Les ducs de Bourgogne qui séjournaient si souvent dans leurs terres septentrionales étaient moins indifférents à Boulogne que les comtes d’Auvergne, lointains seigneurs de la ville depuis plus d’un siècle. Boulogne vécut assez bien l’ère bourguignonne. L’entente anglo-bourguignonne valut à la ville une paix relative et Boulogne put profiter en 1417 d’une trêve marchande consentie par le roi anglais Henri V ; la piraterie, les « maléfices » de la mer furent pour quelque temps moins effrayants. Peut-être la ville connut-elle vers 1421 une épidémie : tout ce que nous en savons est une intervention du pape Martin V pour faire accepter par le clergé paroissial l’usage de l’aître Saint-Martin hors les murs pour l’inhumation des malades de Sainte-Catherine. En 1422, après la mort de Charles VI, le pauvre roi fou, l’enfant-roi d’Angleterre Henri VI devint roi de France par le traité de Troyes : les Boulonnais se sentirent-ils vraiment concernés ? Leur seigneur le plus proche était Philippe le Bon et la gestion bourguignonne était précise et assez juste. Quelques Boulonnais purent entrer à son service ; la défense de la ville fut renforcée ; naturellement les ducs couvrirent d’offrandes et d’attentions Notre-Dame de Boulogne où ils vinrent plusieurs fois en pèlerinage.

24Mais aussitôt après que, en 1435, le traité d’Arras eut scellé la réconciliation du roi de France et du duc de Bourgogne, le port et le Bourg furent de nouveau saccagés par les Anglais. Après quelques décennies difficiles, surtout à la suite d’une nouvelle détérioration des rapports franco-bourguignons, la guerre fut enfin moins dure : on se battait en Angleterre pour les « Deux Roses » et si Boulogne vit venir Marguerite, la reine, en quête de secours pour le malheureux Henri VI, l’angoisse des guetteurs y fut moins grande. En 1475, Édouard IV traitait à Picquigny avec le roi de France ; le chroniqueur desvrois, Molinet, raconte que lorsque les Anglais « retournèrent par le comté de Boullenois, ceux du pays qui jamais ne les aimèrent pour la proximité des frontières qu’ils ont ensemble… chargèrent sur eux… Ainsi par leurs mains trespassèrent qui la mer point ne repassèrent… ». La même année une trêve franco-bourguignonne de neuf ans tentait une fois encore de mettre fin aux « roberies, pilleries… rançonnements, prise de personnes, de bêtes ou d’autres biens… ». Mais deux ans après, en 1477, Charles le Téméraire mourait : il n’est peut-être pas exact, comme Molinet le prétendit, que les Boulonnais le pleurèrent beaucoup, mais enfin ils avaient pris l’habitude du pouvoir bourguignon et les Français avaient plus d’une fois saccagé le Boulonnais. Le roi fit hâter la reconquête des villes artésiennes et picardes et à Boulogne, où l’on craignait d’après Commynes que les fidèles de Marie de Bourgogne n’aient « travaillé » la population, un siège de quelques jours commença. Les Anglais de Calais étaient fort inquiets ; c’est en avril 1477 que John Paston écrivit de Calais à sa famille anglaise qu’une femme auréolée d’une lumière merveilleuse avait été vue sur les remparts de Boulogne, sûrement Notre-Dame qui aurait voulu ainsi témoigner de son amour pour sa ville ; puis, revenant à plus de réalisme, l’Anglais ajoutait : « Dieu nous préserve que la ville redevienne française… ». Ce fut cependant très vite que, malgré ses vœux, le 12 avril 1477 la garnison bourguignonne du château se rendit. La ville fut remise par le roi à son comte légitime, héritier fort lointain de sainte Ide : Bertrand de la Tour d’Auvergne. Docile vassal, il dut accepter un échange du comté de Boulogne avec le Lauragais royal et en 1478 un double état des revenus de chaque comté conclut assez étonnamment à une stricte égalité des revenus à quelques livres près. Ainsi Louis XI devint comte de Boulogne et, pour éviter la suzeraineté bourguignonne, fit hommage du comté à la Vierge de Boulogne, les mains jointes dans celles de l’abbé intercesseur. Le roi prétendit même offrir à Notre-Dame (qu’il s’imaginait de fondation royale) une grande partie des revenus de sa justice mais l’établissement de la sénéchaussée royale à Boulogne et les besoins financiers de la monarchie allaient réduire les effets de cette générosité ; tout au plus le roi fit-il établir que la sénéchaussée ne relèverait plus que du Parlement de Paris, ce qui provoqua un très vif mécontentement de la prévôté de Montreuil qui protesta à Paris par l’intermédiaire de Maître Lottin. Quant à l’atelier monétaire dont le rôle était à la fois symbolique et local, il semble avoir survécu quelques années, puis une ordonnance arrêta la frappe, la monnaie royale s’imposa.

25Mais la piraterie ne cessait pas et en 1480 une ordonnance qui précisait les droits des amirautés laissait percevoir un soupçon de malversation chez les « vicomtes et maieurs d’Estaples et de Boulongne » : ils étaient accusés de vouloir tirer profit des « faits de guerre, marchandises et pêcheries » et leurs interventions sur les bateaux furent limitées (mais le vin d’écumerie arriva toujours à Boulogne…). En 1492 enfin, dans le traité négocié avec Henri VII d’Angleterre, décision fut prise de « faire tenir la mer sûre et gardée… (pour que) les navires de France (puissent) prestement aller pescer parmi la mer… ». Les négociations se déroulaient à Étaples.

26On était en 1492 et l’ost du roi d’Angleterre assiégeait la ville de Boulogne, brûlant et saccageant des maisons que le terrier de Saint-Wulmer au début du XVIe signalait encore comme ruinées. Au traité d’Étaples cité le roi anglais demanda humblement, puisqu’il allait lever le siège, à pouvoir entrer à Boulogne pour y prier Notre-Dame, un petit moment, sans y coucher (un demi-siècle plus tard les Anglais vainqueurs entraient enfin dans la ville, ce qu’ils n’avaient jamais pu faire au Moyen Âge, et ils saccageaient l’abbaye). À la fin du XVsiècle, de toutes parts Notre-Dame recevait des signes de respect, y compris dans l’élaboration d’un somptueux manuscrit enluminé consacré à sa légende qui ornait la librairie d’Antoine, Grand Bâtard de Bourgogne.

Porte de la « geôle » ou Gayole dite aussi Porte de Montreuil, très remaniée depuis le XIIIe siècle.

Porte de la « geôle » ou Gayole dite aussi Porte de Montreuil, très remaniée depuis le XIIIe siècle.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

27Lorsque Molinet voulut évoquer Boulogne à la fin du XVsiècle, il ne cacha pas son admiration : « Boulogne est merveilleusement forte et de remparts et de fossés… », mais il ne dit rien de plus de la ville et rien du tout du port qui ne l’intéressait pas. Boulogne avait alors bien changé depuis les débuts du XII: il n’y avait plus une Ville et un Bourg mais, malgré le maintien de ces appellations, une seule ville unie par la « grant rue qui maisne de la porte des Dusnes à Sainct Nicolas » (et en fait trois des portes avaient alors leur nom définitif : portes des Dunes, des Degrés et de la Gayole, la quatrième étant encore la porte flamengue). Il est frappant de découvrir dans les pouillés du XIVe que dans le doyenné de Boulogne le bénéfice de Saint-Nicolas est taxé presque au double de ceux de Notre-Dame ou de Saint-Martin, à 40 livres (ceux d’Ambleteuse ou de Wissant, ruinés, entre 12 et 15 livres). Néanmoins en 1415 le nombre des feux fiscaux de la Ville était, comme on l’a vu, presque le triple de ceux du Bourg ; mais en 1469 la fiscalité bourguignonne dénombrait au Bourg 250 feux fiscaux, certes un peu abstraits, mais qui peuvent se comparer aux 200 de la Ville cette fois nettement dépassée d’autant plus que le Bourg comptait beaucoup plus de pauvres qu’elle ; il est évidemment impossible de chiffrer la population d’après ces archives bourguignonnes de Lille.

28Boulogne avait toujours ses deux paroisses, plus Saint-Martin, mais pour répondre aux besoins du Bourg on avait acheté un terrain près du port, d’anciennes tanneries sans doute, pour y édifier un nouvel hôpital bordé par son cimetière et fermé de murailles ; le médecin y était un frère lai de Saint-Wulmer en partie payé par la ville ; à Sainte-Catherine, depuis 1468, les malades et les pauvres étaient confiés à des « sœurs grises », proches d’un tiers-ordre franciscain mais aussi peut-être des béguines (il y avait eu à Boulogne un béguinage dont on ne sait rien sinon qu’il était situé près des remparts). Tout près du rivage, des Franciscains s’étaient installés en 1444, prouvant eux aussi l’essor du Bourg et, depuis, leurs démêlés avec les clergés paroissiaux n’avaient pas cessé. Mais c’était toujours à l’intérieur des remparts de Philippe Hurepel que vivaient les familles les plus puissantes, dans des hôtels où pierres et tuiles avaient parfois été utilisées et auxquels des enseignes ou des sculptures donnaient quelquefois un nom (du cygne ou de la rose), hôtels à peine plus vastes que les maisons très étroites encore couvertes de chaume, mais dont on s’enorgueillissait. La texture très serrée des maisons allait de pair avec des jardins, puits, écuries (dont certaines étaient d’anciennes maisons d’habitation). Partout les siècles avaient enchevêtré les droits fonciers et les murs : surcens et rentes respectaient la seigneurie originelle mais conféraient aux usufruitiers des droits qui parfois frôlaient la propriété par une courbe asymptotique. Les vrais propriétaires étaient les deux abbayes, le vieil hôpital Sainte-Catherine, le roi substitué au comte ; pour toucher des droits de reliefs les unes des autres les églises étaient représentées par des « hommes vivants et mourants » selon l’ancienne habitude. Si les cens étaient très faibles (deux œufs, un chapeau de violettes ou six deniers, un hareng…), les rentes étaient plus lourdes mais les débirentiers louaient parfois cher les maisons grevées, récupérant ainsi leurs charges.

29La population de la ville avait vécu ce long temps de guerre moins durement que celle des campagnes : la ville haute n’avait jamais été prise, sauf, quelle dérision, par l’armée du roi.

30Au reste, en deux siècles, aucun signe d’un fort mécontentement ou d’un effroi sociaux : un silence des sources, peut-être ? Plutôt sans doute était-ce que la ville restait sous la menace constante d’une attaque maritime ou terrestre et que, n’ayant jamais été ni grande ville drapante ni grande ville de foire ou de trafic portuaire, il ne pouvait y être question d’arrêt brutal ou de fortes régressions des activités ou de tension entre les métiers ; la peur et la colère sociales ne pouvaient y atteindre le même degré que dans d’autres villes parce qu’ici tout le monde se connaissait, que l’Anglais était l’ennemi commun et qu’aucun peut-être ne focalisait les haines.

31Pourtant les ambitions des possesseurs fortunés s’accroissaient sans cesse, les éloignant de plus en plus des « nichils », des pauvres. Dans cette société qui glissait vers des temps modernes, rien ne paraissait encore plus prestigieux que les titres de la noblesse et de la chevalerie ; alors que tant, dans le Bourg, gardaient encore le nom du village d’où leur famille était venue ou du métier qu’ils exerçaient véritablement (Jehan Le Potier ou Jehan Le Cordier), d’autres dans la Ville portaient le nom d’un fief récemment acquis, étaient appelés « sire » s’ils avaient été maires, épousaient des « demoiselles » et se proclamaient écuyers sans pouvoir prétendre à la noblesse, comme Desre de Lespaut ou Rasse de Seninghen, qui l’un et l’autre payaient la taille alors que Pierre de Le Capelle, écuyer comme eux, cherchait à l’esquiver. Les Camoisson et les Hupplandre entreraient bientôt dans la noblesse ; le service de l’Église ou celui du roi, l’étude du droit, en facilitaient l’accès autant que l’achat d’une terre noble. Au début du XVIe siècle le fils de Jehan d’Oultremepuis, écuyer, sire de Fernehen, conseiller et avocat du roi, était lui-même garde du sceau royal et procureur du roi en la sénéchaussée de Boulogne ; il habiterait, rue Maître Thomas au pié (rue de la Providence), l’Hôtel du Bucquet légué par son père vers 1523 ; il était fort riche, prêtait sur gages de grosses sommes, était l’hôte de plusieurs maîtres-mariniers, possédait quelques beaux livres de droit, d’histoire et de piété, des aiguières d’argent et des traversins de plumes, il se vêtait de robes fourrées d’agneau ou doublées de velours. Les petits nobles boulonnais n’avaient pas mieux, et comment ne pas déceler alors la naissance d’une noblesse de robe boulonnaise ? Quant aux chanoines de Notre-Dame (qui ne seraient plus que huit vers 1550) auxquels on reprochait leur robe usée et mal tenue, leurs retards aux offices mal chantés et leurs histoires de femmes, auraient-ils pu rivaliser ? La respectabilité était ailleurs.

32Sous leurs chaperons et leurs courtes cottes les pêcheurs et les tonneliers, les teinturiers et les charbonniers passaient dans les rues sans se faire remarquer ; trop nombreux, trop faibles, les archives ne parlent guère d’eux. Ce n’était pas le servage qui pesait sur eux mais la résignation, mais la dépendance économique.

33En 1492 il n’y avait plus que six serfs à Boulogne, dans le Bourg : ils sont présents dans le compte du bailliage de l’année pour un denier de chevage annuel, cinq sous à leur mariage, après leur mort ou à la naissance du premier enfant d’une femme non mariée, mais leur statut juridique et fiscal de servage, transmis par les femmes issues depuis le début du XVe des familles de Lattre et de La Couture, allait bientôt tomber dans l’oubli ; il n’avait plus de signification, du moins, sans preuve, peut-on le supposer, dans la mesure où la conscience historique peut permettre une supposition.

34Les travailleurs du port et de la ville ne paraissent pas avoir été pris dans des structures professionnelles très rigides, sauf les pêcheurs, et malgré les règlements de la police urbaine ; seules se devinent quelques « connétablies » mal définies. On travaillait individuellement, en famille, ou en équipe, et on se rassemblait surtout dans le cadre des fêtes et de la religion. Les confréries étaient nombreuses : celles de « Madame Sainte-Barbe », de Saint-Barthélémy ou de Saint-Sébastien pour les arbalétriers et les archers, de Saint-Nicaise ou de Saint-Éloi, de Saint-Nicolas ou de Saint-Pierre, de Saint-Julien, de Notre-Dame des jongleurs et peut-être de Notre-Dame-des-Tisserands ; chaque confrérie avait des statuts stricts et possédait des biens fonciers. L’Église avait sauvegardé à travers les siècles médiévaux une permanence dans les comportements, dans les mentalités, dans un certain regard tourné vers Dieu, vers Notre Dame et l’au-delà ; toute la population suivait les processions ou les admirait, en particulier celle de la bénédiction de la mer, aux rogations, qui partait de Notre-Dame et dont on ne peut préciser les origines, Notre-Dame où était arrivé en 1494 le corps de Philippe de Crèvecœur, sire d’Esquerdes, mort près de Lyon d’où selon son vœu on l’avait ramené dans un grand cortège de cavaliers au milieu des flambeaux et des chants funèbres. Quelques riches bourgeois pouvaient aussi élire sépulture à Notre-Dame mais nul parmi les pauvres ne pouvait y prétendre.

35Dans les anciens parchemins de Saint-Wulmer qu’il relisait vers 1505 pour mettre à jour la liste des droits perçus par l’abbaye, l’abbé Jehan Leest trouvait-il les preuves de nombreux changements dans la ville ? Sans doute, mais au marché le parler des paysans n’avait guère changé ; aux remparts, au château et aux églises les pierres s’étaient seulement un peu usées ; sur la falaise, la Tour d’Odre était encore debout ; sur la mer les bateaux « cordiers » ou « tramailleurs » jetaient toujours lignes ou filets ; du côté du grand chemin de Calais et des communaux de la ville, les moulins battaient toujours l’air de leurs ailes. Mais c’étaient désormais les moulins du roi, et la coutume venait d’être rédigée sur l’ordre du roi, et seule en principe avait cours la monnaie du roi. À ceux qui venaient de Paris au XVIsiècle la Guide des Chemins de France annonçait toujours qu’au-delà de la Canche, c’était « fin de France et commencement de Boulenois », exactement comme l’avait écrit au XIIIsiècle le trouvère inconnu du roman d’Eustache le moine. Pourtant Boulogne était bien désormais « en France ».

Table des illustrations

Titre Registre des recettes et mises de la ville de Boulogne-sur-Mer, 1415-1416.
Crédits Paris, AN, KK 280, fol. 9.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Porte de la « geôle » ou Gayole dite aussi Porte de Montreuil, très remaniée depuis le XIIIe siècle.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7581/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540