Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre III. Boulogne devient une ville (1113-1339)

Anne-Dominique Kapferer

Volltext

1Dans la pénombre des sources écrites (très rares, trop souvent détruites par les guerres) il est difficile pour les historiens médiévistes de trouver quelque trace des hommes et des femmes qui vécurent dans Boulogne. Le XIIsiècle boulonnais existe bien dans les archives, mais tout bruissant de prières, de coups d’épée et d’excommunications tonnantes : rien n’y perce des rumeurs du port ou du marché.

2Boulogne est-elle alors déjà une ville ? Si une ville médiévale, c’est une muraille, c’est le souvenir ou l’espoir d’un évêché, c’est une monnaie, alors Boulogne, certes, est une ville : grâce à ses murs antiques pourtant ruinés, elle a joué son rôle de ville-refuge et, à Notre-Dame (appelée à cette date Sainte-Marie) ou à Saint-Wulmer, dont les bâtiments ont alors la clarté des constructions neuves ou restaurées, on entretient la nostalgie d’un évêché plus ou moins légendaire, et les comtes battent monnaie. Mais sans activité commerciale connue, sans tonlieu important (on parle surtout de celui de Wissant), sans structure spécifique (malgré le vieux phare sur la falaise), le port s’est replié (depuis combien de temps ?) de Brecquerecque vers la petite anse où les eaux de deux ruisseaux, celui de Beaurepaire et celui des Tintelleries, viennent se mêler à celles de la marée haute ; l’artisanat n’a donné naissance à aucun grand commerce terrien ; la population roturière est presque invisible dans les actes écrits. À la différence de nombreuses autres villes du royaume et plus précisément des comtés voisins du Boulonnais, rien ne transparaît ici d’une société urbaine apte à engendrer une prise de conscience, une solidarité, une force : pas question de guilde puissante, pas question non plus d’une charte de commune et donc de bourgeoisie jurée au sens médiéval du mot ; ni les remparts ni le château actuels n’existent encore et on ne peut parler de beffroi ; il n’y a pas d’église paroissiale dans le « nieubourg », ce bourg au bord de l’estuaire que quelques très rares chroniqueurs commencent seulement, à partir du milieu du XIVsiècle, à nommer Basse-Ville (il faut attendre le milieu du XVIsiècle pour que l’appellation passe dans les registres urbains). Des pèlerins et des pêcheurs les sources ne disent rien encore au cours du XIIsiècle : elles ne connaissent que les comtes, leur famille, leurs grands officiers et les clercs.

3Mais à la fin du XIIsiècle et au début du XIIIsiècle, on apprend que des pêcheurs du Boulonnais se sont révoltés, que des hommes dans la ville se sont liés par un serment de commune, qu’il faut protéger les marchands étrangers ; bientôt aussi le nom de Notre-Dame de Boulogne apparaît dans la liste des pèlerinages pénitentiels imposés par les tribunaux lointains. De plus, après le mariage de Philippe Hurepel, fils légitimé de Philippe Auguste, avec Mahaut, la fille du comte Renaud (encore fidèle à son roi mais prêt à le trahir), l’intérêt des rois de France pour la ville va s’accroître régulièrement.

4Le XIIIsiècle est à partir de 1203 celui des chartes de Boulogne concédées, supprimées, marchandées, des relations de plus en plus difficiles entre officiers seigneuriaux et officiers urbains, comtes, bourgeois et rois ; vers 1260, alors que le comté perd le Calaisis et passe entre les mains des comtes d’Auvergne, Boulogne où se consolide un pouvoir échevinal et marchand entre dans une période de troubles et de mutations. À travers les sources du XIIIe finissant et du début du XIVe se mêlent violence et piété, fêtes et marchés, clercs et usuriers, paysans et pèlerins (de plus en plus nombreux) ; au-delà des remparts reconstruits vers 1228-1230, les maisons du bourg se multiplient autour de leur église bientôt paroissiale, Saint-Nicolas ; sur le port les hôtes, qui ont la haute main sur le commerce du poisson, discutent avec les maîtres-mariniers ; l’odeur des saurisseries rivalise avec celle de l’encens mais les ordres mendiants ne s’implantent pas dans Boulogne et c’est peut-être un signe d’inachèvement urbain. On ne peut malheureusement préciser ce que furent au Moyen Âge la structure et l’extension de la Basse Ville, et les dernières recherches archéologiques ne permettent pas encore de répondre avec précision aux questions qui se multiplient à propos du devenir des murailles antiques, de leurs articulations avec les murailles haut ou bas-médiévales, des remparts hypothétiques et du peuplement de la Basse Ville avant ou juste après le XIIsiècle.

5Le temps est proche alors où le bruit de la guerre va remplir le petit port qu’aucune muraille ne protège encore. Déjà à la fin du XIIIe siècle, l’étau s’est mis en place : après la mort en 1279 de Jeanne, comtesse de Ponthieu, sa fille et son gendre Édouard 1er, reine et roi d’Angleterre, ont hérité de ce petit comté picard ; les Anglais étaient présents au sud de Boulogne, outre-Canche, comme ils l’ont été à partir de 1347, au nord, dans le Calaisis. Cependant la guerre n’a pas été toujours mauvaise pour tous les Boulonnais, malgré la piraterie, malgré les raids anglais ou français, malgré la lourde fonction de ville-refuge et de ville-garnison, presque de ville-frontière, que Boulogne dut assumer. Jamais Messeigneurs les échevins, membres de familles dynamiques et accapareuses, n’ont été aussi puissants ; les pèlerinages et les legs sont devenus de plus en plus prestigieux à Notre-Dame.

 

6Voudra-t-on bien excuser cette introduction un peu longue ? Il a semblé nécessaire de dégager assez vite les grandes lignes de l’histoire de la ville médiévale, assez mal connue ; on y reviendra maintenant dans un cadre chronologique simple, conforme d’ailleurs au schéma classique de l’histoire urbaine française malgré quelques différences spécifiques liées à la situation géographique et peut-être à une carence des sources (tant d’archives de la ville ont brûlé !). On tentera d’abord d’éclairer l’histoire de Boulogne au cours des XIIe et XIIIsiècles, en s’arrêtant à la charnière de 1203 puis à celle de 1260, et en prolongeant le XIIIe jusqu’à ce jour d’août 1339 où un habitant du bourg sans doute terrorisé par l’entrée des navires anglais dans le port aurait enterré sa fortune monétaire dans une cruche de cuivre (retrouvée par hasard en 1949) ; dans le chapitre suivant sera abordée l’histoire de Boulogne en guerre, avec ses désespoirs et ses petits et grands profits, depuis 1340, peu de temps avant Crécy et avant la Peste Noire, jusqu’en 1416 au début de la période bourguignonne, moins effrayante, puis jusqu’à l’aube du XVIsiècle, lorsque l’abbé de Saint-Wulmer, Jehan Leest (dont le grand-père était marchand-mercier) nous livre dans un manuscrit comptable une involontaire description de sa ville, après le dernier affrontement médiéval des Anglais et des Boulonnais, au siège de 1492.

Le XIIsiècle à Boulogne : ambition, piété, violences, et, dans l’ombre, une société urbaine qui se structure

7Dans la première moitié du XIIsiècle les initiatives de la famille comtale sont fortement marquées d’un entremêlement d’ambition et d’aspiration à la sainteté où la ville n’a guère de place malgré la fondation de Saint-Wulmer et les travaux de Notre-Dame. Même à quatre petites lieues de Boulogne, au prieuré du Wast, un moine a pu raconter alors la vie et les miracles de sainte Ide sans une allusion directe à une société urbaine dont le salut lui incombait selon l’éthique du temps. Pourtant, si pauvre et si petite soit-elle, Boulogne porte au XIIsiècle un nom déjà célèbre, en Terre Sainte ou dans l’Empire, en Angleterre ou en Écosse, au Portugal ou en Asie Mineure, où l’esprit d’aventure de ses marins, les exploits et les alliances matrimoniales de la famille comtale l’ont fait connaître. Alors que l’écho des miracles accomplis sur la tombe de sainte Ide s’est fait entendre jusque dans sa terre natale, en Basse-Lorraine, alors que le nom de son fils Baudouin de Boulogne, roi de Jérusalem, s’est perpétué dans les sables du Sinaï jusqu’à nos jours (déformé par la tradition orale bédouine et égyptienne), alors que son autre fils, Eustache III, a épousé la fille de Marguerite d’Écosse, alors que Mahaut est devenue reine d’Angleterre en restant comtesse de Boulogne et que son fils Eustache IV a reçu pour femme Constance, fille de Louis VI, roi de France, comment douter que le nom de Boulogne, éponyme d’un comté, fût déjà célèbre en occident ? Mais ce n’était pas le nom d’une ville déserte ! Que peut-on savoir de tous ceux qui ne participaient pas aux expéditions des croisades et qui ne témoignaient pas à la fin des actes comtaux ?

8À côté de la petite cour comtale où serviteurs, vassaux ou grands officiers devaient venir des campagnes environnantes et mener une vie encore bien fruste, en dehors des clercs agités et rivaux, une population de fidèles apparaît indirectement lorsque l’évêque de Thérouanne règle en 1113 les rapports conflictuels des deux chapitres ; l’acte précise que dans Boulogne, antique cité épiscopale (ce qu’elle n’avait jamais été), tous les droits paroissiaux appartiennent à Notre-Dame : à Saint-Wulmer, aucune cloche ne doit appeler à aucun office des fidèles, aucun chanoine ne peut confesser ou donner les cendres, les rameaux ou l’huile des malades, le cimetière est réservé aux seuls chanoines et tout le chapitre doit très humblement se joindre aux processions qui partent de Notre-Dame ; comme ce sont là des questions qui touchent au profit, à la préséance et au prestige autant qu’au salut des âmes, on peut en inférer une population de fidèles intéressante à retenir, si faible soit-elle ; ces relations ont donné lieu jusqu’au XVIsiècle à d’âpres discussions dans des actes dont le contenu pour être très canonique n’en paraît pas moins aussi savoureux que tatillon (dès 1207 un accord entre Notre-Dame et l’échevinage à propos de l’hôpital Sainte-Catherine et de sa chapelle a interdit aussi aux frères de l’Hôpital tout acte portant atteinte aux droits de l’antique paroisse).

9Les actes épiscopaux et pontificaux évoquent bien dès lors à côté de la cité fortifiée un bourg neuf en train de s’étendre puisqu’il y est question de chapelles ou de tenures qui appartiennent à Notre-Dame. Près du rivage ou sur la pente escarpée et vallonnée qui conduit par degrés de la grève marécageuse aux remparts à demi-ruinés de la ville, il est certain que des cahutes de pêcheurs et de marins et des « couresses », cabanes ou pièces enfumées où l’on saurit le hareng, poussent sans ordre et sans protection, imposant – ou suivant ? – le tracé des premières sentes du Bourg neuf à la Ville ou du port à Bréquerecque et à la Madeleine (où sont exilés les lépreux), modifiant à peine encore le paysage amphibie de l’estuaire. Dans ce bourg, Saint-Nicolas n’avait aucune fonction paroissiale, alors qu’au nord-est, Saint-Martin, paroisse extra-muros, était ouverte sur un très vaste espace rural rayonnant de la mer à la Liane, espace revendiqué plus tard pour banlieue.

Vue de la cour intérieure du château-musée actuel.

Vue de la cour intérieure du château-musée actuel.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

10On voudrait savoir le nombre de ces fidèles que l’on se disputait mais rien ne permet d’avancer un chiffre sérieux ; on ne peut que supposer une population très faible encore. Que l’Église et les comtes ne se préoccupent pas de confier les habitants du Bourg à un clergé spécifique ne signifie rien ; par ailleurs, dans la Ville, on se demande où aurait pu vivre une population importante. À l’intérieur des vieilles murailles, sur quelque douze hectares, Saint-Wulmer et Notre-Dame, avec leurs divers bâtiments, leurs églises, leurs jardins, leurs cimetières, couvraient un bon tiers de l’espace dont l’hôpital Sainte-Catherine, bien que très petit sans doute, allait prendre encore une bonne partie ; on sait qu’un marché se tenait dans la même enceinte près de la demeure comtale située en plein centre, face au portail de Saint-Wulmer. Dans ces conditions, où aurait pu loger une population forte ? Doit-on croire qu’il y avait encore beaucoup d’espace vide ou que pour mieux doter Saint-Wulmer puis l’hôpital et peut-être agrandir Notre-Dame on ait dû recaser quelques familles dans le Bourg ? Le gonflement démographique attesté alors dans tout l’occident ne peut avoir épargné le Boulonnais où la surcharge des campagnes (étudiée ici par Robert Fossier) provoquait des remaniements et un exode. Des paysans ont dû venir vers la Ville ou le Bourg mais on ne s’improvise pas marin et pêcheur ; un artisanat s’est développé, lié à la consommation, à la construction, aux transports, qui restait très proche de ses racines rurales, peu attiré par la mer, mais le château comtal souvent déserté et les besoins de la cour peu impérieux ne pouvaient susciter une grande activité dans la ville. On ne doit pas non plus imaginer d’opulentes abbayes lorsque les chanoines réguliers furent introduits à Notre-Dame et à Saint-Wulmer : la population de chaque monastère ne s’élevait peut-être pas à plus de quinze ou vingt chanoines et ne nécessitait, ni un grand espace pour les vivants et pour les morts, ni le service d’innombrables convers et serviteurs laïques, ni d’incessantes allées et venues.

11Ce fut sous l’influence de Gervais, abbé d’Arrouaise en 1121, ancien clerc et ami du comte Eustache III, que la règle de Saint-Nicolas d’Arrouaise fut introduite dans la ville. Certes Eustache n’avait pas toujours eu des rapports harmonieux avec l’Église après son retour de Terre Sainte mais il y avait dans la famille comtale une tradition favorable aux réformes que l’Église cherchait alors à réaliser depuis plus d’un demi-siècle ; prêt à revendiquer la couronne de Jérusalem après la mort de son frère Baudouin en 1118, guerroyant en Flandre après y avoir renoncé, et enfin entrant au prieuré de Saint-Pierre de Rumilly pour y finir sa vie, le comte Eustache de Boulogne présentait bien un mélange d’ambition, de violence et de spiritualité propre à son siècle mais il n’est pas certain qu’il ait lui-même proposé l’introduction de la règle dans Boulogne. Un abbé de Notre-Dame n’apparaît dans les actes qu’après 1130, au temps de la fille d’Eustache, Mahaut, mariée à Étienne de Blois, neveu du roi d’Angleterre Henri 1er. La présence de deux chapitres réguliers à Boulogne au milieu du XIIsiècle contribue à mettre en lumière un développement urbain, si obscur par ailleurs, puisque l’introduction de la règle canoniale dans des agglomérations semble avoir correspondu à une sorte de « préhistoire du mouvement religieux » dans les villes, selon l’expression de Jacques Le Goff.

12Étienne et Mahaut, devenus si difficilement roi et reine d’Angleterre, se sont surtout intéressés à leur royaume ; s’ils ont contribué à des fondations d’abbayes dans leur comté ou à proximité, s’ils ont fait venir de nombreux Boulonnais en Angleterre, ils n’ont pratiquement pas résidé à Boulogne ; on a supposé que l’hôpital Sainte-Catherine aurait été fondé par Mahaut (sur l’emplacement de l’actuelle bibliothèque des Annonciades) mais la certitude ne peut en être acquise. De toute façon, toute fondation, toute donation pieuse n’était jamais entièrement désintéressée et au XIIsiècle les hommes d’église devaient plus d’une fois découvrir qu’ils n’étaient pas là seulement pour prier et pour aider les fidèles mais bien aussi pour soutenir le pouvoir comtal.

13On arrive en effet par un cheminement chronologique qu’on ne peut guère éviter à la crise boulonnaise des années 1159-1170 dont les divers aspects témoignent nettement dans la ville même d’une volonté de domination des orants par les combattants. Les sources éparses, toutes d’origine ecclésiastique, ne permettent pas hélas de bien suivre la crise mais d’en découvrir quelques éléments entre lesquels nous avons essayé de retrouver un fil conducteur (mais toute interprétation reste une hypothèse). Les enfants d’Étienne et de Mahaut avaient été élevés en Angleterre : la ville de Boulogne devait leur être assez indifférente. Mahaut et son fils Eustache (IV) moururent en Angleterre avant Étienne ; en 1154, à la mort d’Étienne, Henri II Plantagenêt garda auprès de lui le dernier fils de son prédécesseur, Guillaume, comte de Boulogne, qui mourut à son tour en 1159. Il restait alors un enfant d’Étienne et de Mahaut : Marie, abbesse consacrée à Ramsey, mais héritière du comté. Qu’allait-il donc advenir du comté et de sa « capitale » ? Dans la famille du comte de Flandre, Thierry d’Alsace, on regardait beaucoup dans la direction de ce Boulonnais assez remarquablement situé au carrefour maritime des royaumes de France et d’Angleterre, se confondant encore avec une Flandre méridionale dont il relevait et pouvant jouer un rôle politique et stratégique, sinon économique. Philippe de Flandre devait hériter de son père Thierry mais son frère Mathieu faisait partie des jeunes, violents et convoiteux, en quête de pouvoir et d’héritière qu’a décrits vers 1200 le chroniqueur presque… boulonnais Lambert d’Ardres (et sur lesquels Georges Duby a attiré l’attention). Mathieu ne paraît pas avoir longtemps tergiversé avec sa conscience et la mer n’était pas un obstacle (on passait facilement d’une côte à l’autre : en témoignent chroniques et œuvres littéraires du temps comme la première version de la Chanson du Chevalier au cygne à propos d’Eustache III). Mathieu accourut donc en Angleterre, à Ramsey, « enleva » Marie et devint comte de Boulogne. Guillaume d’Andres au début du XIIIsiècle et Jean d’Ypres au XIVsiècle nous racontent allègrement l’histoire : Marie était abbesse « et pour chou ke li hoir défaillirent en Boulenois… Mahieu prist a feme cele abbesse et tint la conté de Boulonoie… et puis le remist en s’abbeie… » (le texte picard et médiéval est trop savoureux pour être traduit). Oui, elle retourna au cloître après une vie conjugale fort mouvementée dont les troubles concernèrent directement la ville : que s’était-il passé ?

14La date du mariage est inconnue mais le scandale éclata aussitôt, autour de 1159-1160 : l’excommunication tomba sur un couple que l’Église ne pouvait tolérer. Or, à la même époque, Milon (2e du nom), élu évêque très canoniquement par le chapitre de Thérouanne, se vit contesté par les clercs de Boulogne. Chroniques, lettres, bulles épiscopales et pontificales jettent quelques lueurs (fuligineuses) sur une crise boulonnaise (ou plusieurs, trop simultanées pour ne pas être liées). Alors que l’évêque se rendait à Reims pour y être sacré par l’archevêque Samson, les chanoines boulonnais les menacèrent tous deux, exigeant un évêché à Boulogne. L’évêque Milon et ses partisans durent se rendre à Rome d’où ils revinrent en 1161, satisfaits, le pape Alexandre III ayant fort sévèrement rejeté les exorbitantes revendications boulonnaises. Or, ne peut-on penser que Mathieu et Marie, condamnés par l’Église, ont eux-mêmes cherché à se soustraire aux voies disciplinaires de l’évêque de Thérouanne et à faire élire un évêque par et parmi leurs fidèles ? Les revendications boulonnaises n’avaient alors rien d’extraordinaire car, depuis la fin du XIsiècle, deux villes, Arras et Tournai, avaient obtenu le rétablissement d’un évêché. Faut-il alors s’étonner de voir les chanoines de Boulogne, encouragés par des précédents et sans doute poussés par le comte, espérer à leur tour obtenir un évêché ? Mais l’affaire ne s’arrêta pas là : les chanoines réguliers des deux abbayes furent expulsés par Mathieu qui les remplaça par des séculiers. Pourquoi ? Rien ne nous renseigne mais peut-être s’étaient-ils trop vite soumis à la décision de l’Église qui continuait à exiger la dissolution du mariage scandaleux. En 1162 l’excommunication unit au comte et à la comtesse les nouveaux chanoines, « perversos invasores » (immondes squatters), qui non contents d’avoir pris la place des réguliers refusaient d’obéir et de partir. Alexandre III exhorta Thierry d’Alsace à sanctionner durement son fils Mathieu. Toutes ces interventions (auxquelles Thomas Becket fut mêlé) n’aboutirent à rien ; à moins d’extrapoler il est impossible de connaître les réactions des Boulonnais mais si jusqu’alors ces affaires importaient peu à l’ensemble de la population, la ville se trouva en 1168 entraînée dans l’horreur d’un interdit. Nouveau scandale en effet : Constance, veuve d’Eustache IV, sœur du roi, sans doute poussée par tous les adversaires de Mathieu, revendiqua, bien que remariée, le comté de Boulogne ; à la suite d’une nouvelle intervention pontificale en sa faveur tout le comté fut mis en interdit : plus de cloches, plus d’offices, plus de sacrements (hormis le baptême des tout petits et l’absolution des mourants). Mathieu ne changea rien à son attitude. Pourtant, en 1170, ce que nul n’avait obtenu l’empereur Frédéric Barberousse l’obtint : au cours d’une fête il reprocha au comte de Boulogne le désespoir et la mort de son père, le comte de Flandre, et l’accumulation des scandales spirituels. Mathieu céda enfin : le couple se sépara et Marie reprit le voile, à Montreuil. A-t-il vraiment « cédé » ? Le mot paraît impropre car en fin de compte il a gardé son comté, ses filles ont été légitimées par le pape et si son épouse a réintégré le cloître, a-t-il tellement soupiré ? Il avait inflexiblement réalisé toutes ses ambitions. À sa mort, en 1173, il laissait deux filles, Ide, l’aînée, héritière du comté, et Mahaut (dont un descendant moins d’un siècle plus tard reçut le comté en déshérence directe) ; les deux enfants et le comté furent remis à la garde de l’oncle et suzerain, Philippe d’Alsace, comte de Flandre depuis 1168.

Gisant de Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne.

Gisant de Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne.

Musée de Boulogne-sur-Mer.

15Cette suite d’événements peut sembler présenter un caractère un peu marginal dans l’histoire de la ville et pourtant celle-ci dut être fortement perturbée ; Boulogne était trop petite pour que l’on pût y rester indifférent à ce qui se passait chez les chanoines ou dans la cour comtale et par ailleurs les condamnations spirituelles avaient encore un grand retentissement. Mais il se passait alors dans la ville quelque chose de beaucoup plus important et que l’on percevait probablement bien plus mal encore : un lent essor économique devait toucher les habitants, même les plus soumis à la misère. Alors que la même famille régnait sur les deux comtés de Flandre et de Boulogne l’économie urbaine et maritime a pu être quelque peu stimulée. Même si la situation géographique de Boulogne ne permettait pas au port de profiter pleinement de la « révolution des transports » dont parle Alain Derville à propos de Saint-Omer durant ce même XIIsiècle, il est impossible que les expéditions de harengs, par exemple, n’aient pas été alors facilitées ; les besoins des villes dont les populations augmentaient encourageaient aussi ce commerce du poisson. Par ailleurs, Philippe d’Alsace, devenu comte de Flandre, à la fin du siècle prit des mesures diverses en faveur des ports du littoral et Calais, qui faisait encore partie pour un siècle du comté de Boulogne, connut un remarquable essor, entamant avec Boulogne une rivalité qui fut peut-être stimulante. Il est vrai que de l’activité proprement boulonnaise on ne sait pas grand chose mais les pêcheurs apparaissent alors, enfin, dans la chronique de Saint-Bertin : au retour du concile de Latran de 1179 l’abbé déchaîna une révolte des pêcheurs du Calaisis et du Boulonnais en annonçant qu’une dîme des poissons serait désormais levée par l’abbaye audomaroise ; certes depuis 1169 une décrétale avait autorisé les pêcheurs à pêcher le dimanche et les jours de fête, mais apprendre par la suite qu’une dîme serait levée était insupportable. Les détails du conflit ne nous concernent pas ici, mais la colère des pêcheurs et la peur des moines peu habitués à les affronter sont intéressantes pour diverses raisons : les pêcheurs sont enfin présents dans un acte écrit qui met en lumière leur solidarité et leur capacité de résistance (qui va de pair avec la force d’une foi qui ne les dissuade pas de combattre même une puissance d’Église). Le conflit se termina par un arbitrage de Philippe d’Alsace agissant pour lui-même et pour sa jeune nièce Ide (mais la ville n’était pas directement concernée).

16Ide, plus encore que sa mère l’abbesse, fut une héritière convoitée. Philippe d’Alsace, son oncle et tuteur, la maria successivement à plusieurs candidats de son choix, fieffés d’Empire utiles à la cause flamande. Mais lorsqu’encore une fois veuve Ide fut soustraite aux assiduités d’Arnould d’Ardres par Renaud de Dammartin qui l’enleva et l’épousa, ce n’était plus l’intérêt flamand qui était en jeu mais celui de Renaud et surtout, derrière lui, du roi de France, auquel le nouveau comte de Boulogne prêta hommage en 1191, alors que son comté venait d’être soustrait à la mouvance féodale de la Flandre. Renaud se retrouva alors lourdement chargé de dettes envers le roi et envers Henri de Louvain qui avait épousé la sœur d’Ide et qui avait été depuis 1187 procureur du comté. Où Renaud trouva-t-il l’argent ? Boulogne pouvait-elle alors répondre aux besoins financiers du comte ? S’il prit des mesures en faveur de certaines abbayes et s’il parut à la demande du roi renoncer au lagan, droit lucratif sur les épaves des grèves, il restait bien néanmoins l’homme « assoiffé d’or et d’argent » dont parlent les chroniques ; en guerre larvée avec ses voisins, comtes de Flandre, de Guînes ou de Ponthieu, intrigant dès 1200 avec Jean-sans-Terre, molestant les moines, contesté par ses propres vassaux ou dupé par son ancien sénéchal Eustache dit le moine, en difficulté avec Philippe Auguste (toujours prêt au pardon jusqu’en 1211), excommunié par l’archevêque de Reims, rappelé à l’ordre par le pape pour avoir (avec d’autres) pris puis retiré la croix des croisés, Renaud fut toujours aux abois et chercha partout des fonds et des appuis (fiançant sa fille Mahaut au fils du roi et son frère Simon à Marie, héritière du comté de Ponthieu). Préoccupé par la défense de ses droits et de ses fiefs bien au-delà du Boulonnais, en Normandie, en Angleterre, homme de complot, homme de guerre, petit mécène entouré de trouvères autant que de barons et pairs du comté, Renaud avait un constant besoin à la fois d’argent et de paix dans sa ville de Boulogne : c’est de lui et de sa femme, Ide, que Boulogne allait recevoir sa première charte écrite, en 1203.

Autour de 1203 : de nouveaux rapports de force entre la ville, le comte et le roi

17Ainsi, il y avait en 1203 à Boulogne une communauté capable de discuter, d’acheter cher des libertés, de se présenter comme un interlocuteur valable à un grand seigneur tel que Renaud.

18Boulogne, à l’aube de ce XIIIе siècle urbain par excellence, ne fait pas exception : alors qu’aux siècles précédents l’histoire de la ville garde un caractère presque épique, frôlant parfois le légendaire et qu’on y parle plus des comtes et des moines que des manants, à partir de 1203 on entend s’élever la voix des habitants, ils sont présents. Tous les actes ultérieurs faisant référence à la charte de Renaud et d’Ide, on peut en effet prendre 1203 comme point de départ, et reconnaître un retard de Boulogne sur les villes flamandes, artésiennes ou picardes et sur certains villages. Mais il ne serait pas juste d’accorder à cette charte la valeur d’un acte de naissance des libertés boulonnaises, et ce, pour deux raisons : d’abord, référence y est donnée aux coutumes que les prédécesseurs de Renaud auraient promis de respecter selon l’usage de Tournai et, surtout, ces soi-disant libertés, si on les analyse de près, ne concernent que bien peu de gens et en bien peu de domaines, mais ceci n’annule pas la double question : pourquoi ce retard et pourquoi 1203 ?

19Boulogne, sur le chemin de presque tous les voyageurs de Londres à Paris ou de Canterbury à Rome (même de ceux qui ont débarqué à Wissant) était toujours à l’écart des grands axes économiques unissant la Flandre et l’Artois à la Champagne ou à l’Ile-de-France, à l’Empire ou à l’Italie, à l’écart aussi des voies de pénétration sûre et lente du pouvoir royal ; les routes terrestres passaient à l’est du comté d’Amiens (dont le roi depuis peu était devenu comte), à travers la constellation des péages de Bapaume qui n’attiraient guère les marchands boulonnais (qu’y seraient-ils allés faire ?). À Boulogne les tisserands, les foulons et les teinturiers ne travaillaient, semble-t-il bien, que pour une consommation locale ; au sud Montreuil, ville royale, était une ville drapante que les bateaux atteignaient encore ; au nord-est, les draps de Saint-Omer étaient célèbres, mais Boulogne pour se faire une solide réputation commerciale ne pouvait guère compter que sur ses harengs « sorets ». Boulogne, sans longue voie fluviale navigable et sans riche arrière-pays comme Abbeville ou comme Saint-Omer, bloquée vers les terres et exclusivement tournée vers la mer et l’Angleterre (qui n’était pas encore une grande puissance économique) n’avait pas été au XIIsiècle une ville apte à s’agréger aux regroupements urbains de Flandre et d’Artois, apte à monnayer des libertés ou à solliciter une aide royale : on passait à Boulogne, on ne s’y arrêtait guère, pas même pour un pèlerinage, sûrement pas pour un achat de produit luxueux.

20C’est à Hardelot que la charte a été scellée, sans doute rédigée : c’est là que se réunissait de plus en plus souvent la petite cour comtale : vassaux, officiers, famille, hommes d’arme, toutes sortes de serviteurs y compris trouvères, ménestrels et chapelains. Peut-être les traces d’un événement local ont-elles disparu ; peut-être la ville ne paraissait-elle plus très sûre, non en raison de la vétusté des remparts mais à cause du site central de la demeure comtale, trop éloignée des lieux de chasse et de plaisir mais surtout trop enserrée par des maisons sordides, trop proche de ces gens dont les doigts et l’esprit étaient vraiment trop souillés par les harengs et les deniers.

21Des deniers qui expliquent bien des choses sans doute car si Renaud était à court d’argent, pour que naisse la charte il fallait bien que la ville en ait à lui donner ; or effectivement la charte est pleine de marchands, si l’on peut dire. Les jurés (ceux qui depuis quelque temps déjà peut-être s’étaient liés par un serment et que l’on n’appelait pas encore bourgeois) reçurent alors le droit de sortir de la ville trois mois par an sans perdre leur statut urbain, en mars, août et septembre (ils étaient de toute façon retenus dans Boulogne en octobre par les débuts de la harengaison, en novembre par la foire de la Saint-Martin et en hiver par le mauvais temps) ; par ailleurs le comte accorda sa sauvegarde à tous ceux qui, s’étant acquittés des droits dus, transportaient des marchandises, par mer ou par terre, en temps de paix ou de guerre, et quelle que soit leur origine. Voilà qui jette une lumière sur un trafic existant ou espéré ; c’est aussi le temps où Jean-sans-Terre exempta les marchands boulonnais du droit de lestage en Angleterre et où les esterlins, monnaie de compte ou monnaie réelle, concurrencent trop souvent dans les sources les artésiens de Flandre ou la monnaie royale pour que l’on puisse mésestimer les échanges anglo-boulonnais (s’il y a encore une frappe de monnaies comtales au XIIIsiècle, la monnaie « de Boulogne » n’apparaît plus dans les actes comme parfois au XIIsiècle). Depuis 1191, le comte de Boulogne n’avait plus à prêter hommage au comte de Flandre et pas encore au comte d’Artois : vassal direct du roi de France, Renaud escomptait peut-être un avantage économique pour la ville et le port dont le tonlieu rapporterait davantage ; on a déjà dit que le dynamisme calaisien avait pu à la fois inquiéter et stimuler les Boulonnais. Les intérêts du comte et ceux de la ville (tout au moins des jurés proches ou issus du milieu des marchands) convergeaient dans une certaine mesure. À l’exemple des grands seigneurs du temps capables, comme ceux de Flandre ou de Champagne, d’accepter et de concevoir une reconversion des revenus et de nouveaux rapports de force, Renaud a donné aux hommes domiciliés dans la ville et dans la banlieue (sous certaines conditions juridiques) quelques garanties économiques et judiciaires, quelques médiocres libertés, mais la charte qui ne faisait pas état de très fortes concessions seigneuriales montre bien ainsi que la communauté boulonnaise n’était pas encore très puissante. En 1203, il n’est fait mention d’aucun droit de lever assise ou maletote, d’aucun partage clair de la justice (affaires ou profits), d’aucune suppression de tonlieu ou de péage, d’aucun accommodement sur la défense de la ville et la participation à la chevauchée, d’aucune limite précise de banlieue ; très nettement deux questions ont été réglées de manière privilégiée : la protection du commerce et les rapports avec les officiers comtaux (dont manifestement les jurés se méfiaient beaucoup) ; dans le domaine judiciaire une clause représente une victoire urbaine sans originalité pour le temps : c’est dans la ville que devait être réglée toute contestation où un juré avait eu part. Des questions importantes semblent avoir été laissées de côté mais il est vrai que l’on ne mettait par écrit que des points plus litigieux ou plus obscurs que d’autres, alors qu’étaient passés sous silence des éléments tellement évidents pour les contemporains qu’il paraissait inutile de gaspiller temps et parchemin pour les écrire (c’est sans doute pourquoi on a pu tant discuter à la fin du siècle à Boulogne, à Arras et à Paris des droits respectifs des comtes et des bourgeois ; il est vrai aussi que la charte n’est connue que par l’acte de confirmation de Mahaut en 1258 et que l’on ne peut être tout-à-fait certain de l’exactitude du contenu et des termes). C’est néanmoins le temps où naquirent des dynasties échevinales avec les premières élections que l’on dirait quelques siècles plus tard municipales.

22Si la ville a joué au XIIIsiècle un rôle croissant dans le royaume, ce n’est certes pas uniquement à cause de l’accélération des échanges ou de l’accroissement de la population (où les marchands ne formaient qu’une infime minorité), ce n’est sûrement pas à cause d’une activité culturelle sans aucune comparaison avec celle d’Arras ou même celle d’Abbeville, ce n’est pas non plus à cause de la charte mais c’est surtout en raison d’une conjoncture événementielle et politique. L’histoire des comtes ne coïncide pas toujours exactement avec celle de la ville mais il est certain que la colère et la haine qui dressèrent l’un contre l’autre Philippe Auguste et Renaud de Dammartin, comte de Boulogne, ont eu des conséquences graves pour la ville. En 1212, Renaud, chassé de la cour du roi et refusant de se soumettre, prêta hommage à Londres à Jean-sans-Terre : il reçut alors du roi d’Angleterre fiefs, argent et promesses et contribua largement, comme on le sait, à nouer la coalition contre le roi de France. Il ne devait plus revenir à Boulogne : les officiers du roi prirent en main la ville et le comté du vassal félon que le roi traversa en 1213 au cours des préparatifs de la guerre, sur le chemin de Flandre.

231214 : Bouvines. Malgré la distance on dut très vite apprendre à Boulogne la victoire royale, la honte du comte prisonnier (prisonniers aussi son frère le comte de Ponthieu et son allié Ferrand, comte de Flandre). Renaud mourut en prison en 1227, onze ans après Ide morte loin de sa ville. Après Bouvines la révolte des barons anglais favorisa les ambitions capétiennes et pour aider Louis, fils aîné de Philippe Auguste, qui espérait devenir roi d’Angleterre, Boulogne et Calais furent sur le pied de guerre et fournirent marins et navires. C’est le temps où un ancien vassal de Renaud, Eustache le moine, ayant dû fuir le comté, avait offert ses services à Jean-sans-Terre puis à l’arrivée du comte de Boulogne en Angleterre avait fait volte-face : devenu un fidèle du prince Louis il avait sillonné la mer avec des compagnons racolés sur le port de Boulogne ou dans les campagnes environnantes comme l’attestent leurs déterminatifs (de Bazinghen, d’Hubersent, de Frencq, etc.). La mort d’Eustache au large de Sandwich en 1217 a réjoui les Anglais mais n’a pas laissé d’émouvoir quelques Boulonnais car son souvenir fut bien gardé et l’auteur anonyme d’un roman (écrit probablement dans le second quart du XIIIsiècle) l’a présenté à la fois comme un chevalier pauvre et persécuté et comme une sorte de héros local un tantinet sorcier (les Boulonnais n’ont jamais renié leurs corsaires, fussent-ils pirates).

24À la mort de Philippe Auguste en 1223, son fils Philippe Hurepel qui avait épousé Mahaut, la fille de Renaud, reçut de Louis VIII, son demi-frère, le comté que ne quittèrent d’ailleurs pas les officiers royaux. On ne sait pas grand chose de ce qu’était devenue la ville depuis la charte ; comme le prince Louis avait eu besoin à plusieurs reprises des Boulonnais et que Philippe allait se mêler aux intrigues contre Blanche de Castille après 1226, on peut penser que la ville poursuivait sans grandes secousses un essor économique et démographique sur lequel les sources ne disent rien. On sait cependant que le pouvoir échevinal coïncidait sans doute avec une police et une justice urbaines qui cherchaient à s’étendre et se heurtaient de plus en plus à l’exercice des droits comtaux : les échevins intervenaient contre les forains (ni bourgeois ni estagers, simples habitants de la ville) ou dépassaient sans vergogne les limites de la banlieue à l’intérieur desquelles s’exerçait leur juridiction. Les échevins se préoccupaient à la fois d’hygiène et de police lorsqu’ils surveillaient la gestion et les mœurs de l’hôpital Sainte-Catherine : par un acte de 1207 on sait que l’administration et le soin des pauvres et des malades étaient confiés à quatre ou cinq frères et sœurs dépendant à la fois de la ville et de Saint-Wulmer ; les droits de la paroisse de Notre-Dame devaient être rigoureusement respectés : pas de cloche, pas de tronc pour des aumônes, et interdiction de commencer aucune messe aux grandes fêtes solennelles avant l’Agnus Dei chanté à Notre-Dame ; naturellement tous les pensionnaires de l’hôpital devaient être enterrés au cimetière adjacent à Notre-Dame. De petits hospices pour la banlieue servaient de barrage pour les plus pauvres ou les plus contagieux, les étrangers ou les paroissiens de Saint-Martin.

25Tous les chroniqueurs parlent avec complaisance des travaux du comte Philippe Hurepel, à Calais, à Hardelot et surtout à Boulogne où il fit reconstruire les remparts en suivant de près le tracé de ceux du Bas-Empire toujours présents, jusque dans les souterrains du nouveau château, construit là où non seulement on pouvait le concevoir plus grand et plus moderne mais aussi à l’abri d’éventuelles révoltes urbaines (on n’insiste pas ici puisqu’un chapitre est consacré à l’art monumental) ; ce sont ces travaux qui permirent définitivement aux bourgeois d’aménager une partie de l’ancien petit château et de reconnaître le symbole de leur propre puissance dans le donjon devenu beffroi qui enfermait à la fois la salle où était rendue la justice (quand ce n’était pas à la croix du marché), un vendredi par quinzaine, les cachots des prisonniers de la ville, une chapelle, le logement du geôlier, la logette du guetteur et la cloche, la bancloque, qui appelait, en cas d’alarme et d’incendie et pour le renouvellement de la « loi » (de l’échevinage), tout le commun de la ville. Mais des travaux portuaires de cette époque on ne sait rien ; l’archéologie ne peut pas encore nous éclairer et les sources écrites se taisent.

Escalier du château.

Escalier du château.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

La Barbière.

La Barbière.

Cette grande salle basse du château, répartie en huit travées par trois colonnes, et voûtée d’ogives, doit sans doute son nom à la confrérie de Madame Sainte-Barbe, des arbalétriers.

Musée de Boulogne-sur-Mer.

26À la mort de Philippe en 1234 Mahaut dut s’engager à confier pour dix ans aux officiers du roi les châteaux comtaux, à ne pas se remarier sans l’accord royal et à faire jurer fidélité au jeune roi Louis par tous ses vassaux et par toutes ses « bonnes villes » du Boulonnais : Wissant, Ambleteuse, Desvres, Étaples et Boulogne. Mahaut, très surveillée, tenue de résider souvent à Paris, fut mariée à un neveu de Blanche de Castille, Alphonse, frère du roi Sanche de Portugal ; mais devenu roi de Portugal à son tour, Alphonse répudia Mahaut et se remaria au grand scandale de la chrétienté (toute sa vie il garda le titre de comte de Boulogne !). Quand Mahaut revint à Boulogne après avoir dû faire demi-tour en Galice, elle multiplia les actes de piété et de charité ; le plus célèbre dans la ville fut le don à Notre-Dame du domaine de Moulins-l’Abbé, assorti de l’obligation de distribuer au jour anniversaire de sa mort un petit pain et un hareng « soret » à tous les pauvres ; ce que l’on a appelé la « partie Mahaut » dura de janvier 1259 à la fin du XVIIsiècle ; la distribution fut alors convertie en rente en faveur du nouvel hôpital.

Après la mort de Mahaut (1259) : nostalgies, cas de justice, revendications

27Lorsque mourut Mahaut ce fut incontestablement la fin d’une période, non seulement pour les historiens qui survolent les siècles mais pour ses contemporains. Sa répudiation, la mort de ses deux enfants, la certitude que son héritage allait donner lieu à des troubles (malgré un accord avec Mahaut d’Artois sa cousine), le souvenir de la fin lamentable de ses parents (l’un en prison, l’autre en exil), la surveillance tracassière des officiers royaux à Boulogne et de Blanche à Paris, ont fait d’elle une figure assez exceptionnelle. Lorsqu’à partir de 1285-86 se succédèrent des enquêtes sur les droits respectifs de la ville et des comtes, on se référait souvent au temps de la comtesse Mahaut ; les témoins, de « soixante ans ou environ », avaient souvent été à son service, et de leurs dires convergents se dégageait la vision idéalisée d’une ville où malgré les violences et les abus régnait la « paix comtale ». On lui attribuait des fondations charitables dont elle n’avait pas eu l’initiative et on lui attribuait un titre qu’elle n’eut jamais : reine de Portugal. La ville dans le souvenir de ceux qui avaient connu Mahaut était bien telle que la présente le roman picard écrit à la même époque, Jehan et Blonde : une excellente petite ville où l’on trouve la meilleure des auberges et pour vous y soigner le meilleur des médecins et sur le port, pour vous conduire et vous attendre à Douvres, le meilleur des marins, le « bon marinier », comme l’appelle l’auteur, Philippe de Rémi-Beaumanoir (le juriste, ou peut-être son père).

28Mais Mahaut était morte en janvier 1259 et elle n’avait plus d’héritier. Cousins et cousines plus ou moins lointains se sont jetés sur l’héritage, quitte à le dépecer, descendants des comtes de Dammartin ou surtout de la seconde fille de Mathieu d’Alsace et de l’abbesse Marie, une autre Mahaut qui avait épousé Henri de Louvain, duc de Brabant ; le roi lui-même ne pouvait oublier qu’il était le neveu de Philippe Hurepel et que l’Artois dont relevait depuis 1237 le comté de Boulogne était un apanage royal. Il est inutile de détailler ici toutes les tractations et tous les procès qui durèrent des années après la mort de la comtesse ; lorsque le Parlement eut jugé l’affaire à Paris tout parut réglé mais Robert, comte d’Auvergne, arrière-petit-fils de Mathieu d’Alsace, ne devenait comte de Boulogne et d’Auvergne qu’au prix de 40 000 livres, somme fabuleuse, due à un oncle, Henri de Brabant, et de bien d’autres compensations monnayées dues à de petits et grands seigneurs : qui allait payer ? La ville, le comté ? Étaient-ils en mesure de soutenir les efforts financiers d’une nouvelle dynastie comtale qu’ils ne connaissaient pas encore ?

29Entre temps Boulogne avait commencé à jouer un rôle de carrefour diplomatique que les XIVe et XVsiècles allaient plus tard accentuer.

30En Angleterre un conflit entre le roi Henri III et des barons rassemblés autour du comte de Leicester, Simon de Montfort, ne trouvait pas de solution : l’arbitrage du roi de France fut demandé et rendez-vous fut pris à Boulogne où déjà en 1254 le roi Henri était venu, reçu par Mahaut. Sur les rassemblements prestigieux qui eurent lieu en 1263-1264 dans la ville les chroniqueurs n’ont pas donné beaucoup de précisions et les actes de chancellerie sont lacunaires. Saint Louis serait venu plusieurs fois dans la ville : on est étonné qu’alors il ne soit resté aucune trace de son passage à Notre-Dame de Boulogne qui était devenue le lieu d’un grand pèlerinage. C’est à Amiens, néanmoins, que le roi a condamné les barons anglais, en janvier 1264, provoquant une reprise de la guerre civile outre-Manche. Le légat du pape, un Français (pape lui-même l’année suivante sous le nom de Clément IV) vint alors à Boulogne pour passer en Angleterre, mais les Anglais révoltés, partisans de Simon de Montfort, le lui interdirent ; il réunit en août 1264 quelques évêques anglais dans l’abbaye Notre-Dame et peu de temps après Simon fut excommunié. Clément IV devait se souvenir de son séjour dans l’abbaye boulonnaise (ou on prit soin de le lui rappeler…) car il confirma biens et privilèges de Notre-Dame comme l’avait déjà fait Innocent III.

31À la même époque aurait éclaté la grande colère de Saint Louis contre les Boulonnais : la décennie est décidément confuse car ici encore on ne peut savoir exactement ce qu’il s’est passé. Pierre le Chambellan, un des conseillers préférés du roi d’après Joinville, aurait été molesté par les Boulonnais auxquels était demandé un subside pour la croisade en 1268, mais en fait on ne connaît bien ni la date ni les circonstances du « crime » de la ville. L’affection du roi pour son conseiller suffit-elle à expliquer qu’il ait supprimé la charte, fait briser le sceau urbain et la cloche du beffroi alors que la résistance aux levées pour la croisade a été générale dans le royaume ? Pourquoi par ailleurs, s’il avait eu des raisons d’être aussi dur, le roi aurait-il remis dès 1269 au comte de Boulogne Robert 1er (ou V d’Auvergne) le soin de terminer l’affaire en rétablissant la charte ? Saint Louis a-t-il eu des remords à la veille de son départ à l’égard de la ville ou du comte ? Les Boulonnais allaient payer très cher pour recouvrer leurs libertés.

32Les Boulonnais ont payé, les écrits en portent témoignage et en 1278 ils ont pu payer encore, volontairement cette fois (mais on ignore combien) pour une nouvelle charte extravagante où l’énormité des concessions du jeune comte Robert VI allait provoquer jusqu’en 1296 une suite interminable d’enquêtes, d’ajournements, de jugements à l’initiative du comte Robert d’Artois qui se jugeait lésé (mais on peut se demander si le comte de Boulogne regrettant l’abandon à la ville de gros profits de justice ne se trouvait pas tout aussi lésé…). Le changement dans la famille comtale, les contradictions entre les différents pouvoirs, l’enrichissement des marchands boulonnais depuis le début du siècle, ont pu faire naître non seulement des espérances échevinales mais aussi des troubles urbains ; certes les archives n’en ont pas gardé le souvenir mais le souci des échevins de renforcer à l’extrême leurs pouvoirs de justice et de police permet d’en évoquer l’éventualité ; à la même époque des révoltes éclatent dans de nombreuses villes du royaume et en particulier du nord et ce ne sont pas seulement les conséquences de la mort de Mahaut qui expliquent les déchirements et les revendications mais aussi, comme ailleurs, des mutations économiques, sociales, démographiques.

33À la fin du XIIIsiècle la Ville et le Bourg formaient deux agglomérations jumelles, plus juxtaposées que confondues ; s’il a fallu au Bourg un siècle encore sans doute pour dépasser la population fiscale de la Ville, il a obtenu au XIIIsiècle de constituer une paroisse et au pied de Saint-Nicolas (sur l’actuelle place Dalton) le cimetière et le marché rassemblaient déjà la population. Sans protection, le Bourg était habité par les plus pauvres et les plus vulnérables des habitants de Boulogne venus souvent de tous les villages environnants comme l’attestent les déterminatifs toponymiques des patronymes qui commençaient à se fixer et qui se dérobaient parfois déjà à leur signification première, comme les noms de métier et les sobriquets. La ville présentait encore une structure aérée (qu’elle n’a curieusement jamais perdue) ; les nouveaux remparts suivaient à peu de chose près le tracé des anciens et de toute façon Boulogne ne paraît pas avoir jamais éprouvé le besoin d’élargir sa ceinture de murailles comme d’autres villes à la même époque (ce qui eût d’ailleurs été bien difficile dans les conditions topographiques du site). Il aurait fallu un dynamisme économique et politique plus grand pour attirer et retenir une forte population mais, si on tient compte de sources hélas très imprécises, des pertes du XIVe et des enseignements du XVsiècle, on peut suggérer très prudemment une population qui aurait atteint ou dépassé dans la Ville et le Bourg trois à quatre mille habitants au plus.

Vue des remparts actuels.

Vue des remparts actuels.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

34Pourtant les bourgeois de Boulogne ont pu payer les chartes de 1269 et de 1278. Le commerce et le port avaient-ils pu beaucoup se développer au cours du XIIIsiècle ? Le pays n’offrait toujours pas de grandes espérances économiques et le port ne pouvait guère être approfondi ; aucune jetée ne protégeait une rade inexistante alors et le fond de l’estuaire, vers le « Pont de le Brike », n’était plus accessible aisément. On est plus tenté de croire aux barques à fond presque plat qui d’Hocquinghen (Saint-Léonard) apportaient le sel des salines et surtout le foin des coteaux ou encore aux dizaines de bateaux de pêche (sept ou huit hommes en temps de harengaison) qu’aux lourdes « kogge » qui faisaient alors la prospérité des ports plus septentrionaux. Au-delà de la Liane aux rives amphibies où l’on tirait parfois une barque et où l’on faisait sécher des filets (en acquittant un droit spécial), un village de pêcheurs, Wabinghen, où se maintenait un servage, ne pouvait être atteint de Boulogne qu’en bateau, par un gué périlleux à marée basse ou encore par un bac dont le passeur devait exempter de toute obole les serviteurs du comte et ceux des moines de la ville ; le site de Capécure n’était pas habitable. Aucune paroisse de Boulogne n’a jamais pu prétendre à des droits sur Wabinghen (Outreau) et il n’a jamais été question d’étendre outre-Liane la banlieue de Boulogne dont on a tant discuté à la fin du XIIIe (la limite venue du pont de la Bouverie près de Baincthun englobait Audisque et son petit hospice Saint-Nicolas et suivait la rivière jusqu’à la mer pour rejoindre Honvaut, le Wimereux et enfin le pont de Godincthun, la Watine et Baincthun, mais elle était fort discutée). Les terrains vagues étaient encore nombreux près du port, occupés par des teinturiers et des tanneurs, peut-être déjà quelques brasseurs, mais le Bourg commençait seulement à s’étendre de l’est vers l’ouest et ne devait guère être protégé des agressions maritimes. Sur les rives de l’anse des Tintelleries, des pêcheurs, leurs femmes et leurs enfants, des sergents du vicomte, de l’échevinage ou des abbayes échangeaient les cris, les injures et les blasphèmes qui se font entendre à travers les actes judiciaires ; le trafic commercial ne semble pas avoir été encore important, à moins que nous ne soyons victimes de la disparition des archives (Calais, qui avait été en 1260 détachée du comté pour être incluse dans l’Artois selon le vœu des deux Mahaut qui réglaient ainsi un contentieux de quint féodal, avait une activité plus forte et plus diversifiée).

35S’il y avait eu à Boulogne un grand commerce il y aurait eu de vraies dynasties de marchands et de changeurs-prêteurs, or si certaines familles étaient déjà manifestement aptes à réunir des pouvoirs variés, comme les Le Moistre (trois frères, un échevin, un abbé de Sainte-Marie de Ruisseauville, un évêque de Thérouanne), les assises de la société marchande étaient encore fragiles. Malgré une rue des Lombards à l’extrême fin du Moyen Âge on ne repère aucun financier italien, aucun « facteur » de compagnies italiennes et les deux usuriers, l’un de Douai, l’autre de Doullens, dont nous aurons l’occasion de reparler, sont en 1285 de bien petites gens qui prêtent à deux deniers la livre par semaine. Non, la ville peut espérer des richesses mais elle ne les a jamais atteintes ; le sceau urbain porte un chevalier et un cygne alors que tant de villes contemporaines, y compris Calais, y arborent une nef qui symbolise leur réussite portuaire.

36Si Boulogne n’était pas une ville riche c’était une ville où la violence était bien la marque d’une vie urbaine ; partout elle faisait exploser les colères et jaillir les dagues, maintenant en état d’alerte les serviteurs de toutes les autorités, lesquels se disputaient le droit d’intervenir, d’emprisonner et de juger.

37On a retrouvé un mourant devant la porte flamengue, un noyé dans les fossés du château, des coups ont été échangés devant la croix du marché ou devant la léproserie de la Madeleine, sur le port deux équipages se sont battus, des cambrioleurs ont été arrêtés par le guet à minuit (tous faits authentiques).

38Les prisons n’étaient pas souvent vides, ni celle du beffroi dont la garde était un revenu urbain mis à ferme, ni celle de la porte de Montreuil (porte de la Geôle) ni celles des châteaux comtaux, de Boulogne mais aussi de Bellefontaine ou de Hardelot (et il y avait des prisons dans les abbayes dont les justiciables passaient devant une cour de bailliage composée de francs-hommes). Comment les petites gens ne connaissant que crainte et pauvreté auraient-ils pu refuser la violence quand on sait que les chanoines devaient être souvent sanctionnés pour avoir oublié les devoirs de leur fonction (et un Boulonnais du XIIIsiècle dit qu’ils « sont partout, aux plaids, aux marchés, dans les rues… »), que des nobles se battaient avec des bourgeois, que les femmes des échevins s’injuriaient et que leurs époux multipliaient les abus, gardant en prison sans bonne raison une femme enceinte de Wimille ou un couple d’Anglais accusés d’avoir ramassé… des hameçons, ou surtout faisant mourir un de leurs sergents pour avoir laissé échapper un prisonnier (ce qui provoqua une grande colère comtale) ?

39Les jeux et les fêtes donnaient lieu aussi à blasphèmes, coups et blessures : le jeu de paume et le jeu de quilles se développèrent surtout à partir du XIVe mais le jeu de choule depuis longtemps avait excité riches et pauvres réunis aux abords des remparts. Enfin concubinage, adultère et mauvais mariage étaient aussi à l’origine de violences ; à la fin du XIIIe, un Boulonnais, Mathieu, nous en a donné une image qu’il voulait effroyable dans son œuvre dédiée, parmi d’autres dédicataires, à l’évêque de Thérouanne, Jacques Le Moiste, un Boulonnais comme lui ; il est vrai qu’il s’est plu surtout à dessiner une féroce caricature des veuves en quête de maris alors fort nombreuses multipliant les tractations foncières, monétaires et familiales à Boulogne comme ailleurs. Dans ce même XIIIsiècle un Picard déjà cité, Philippe de Beaumanoir, a rappelé dans son œuvre juridique les dangers des jeux de paume et de soûle et signalé que les bons pèlerins devaient passer au large des tavernes où de mauvais compagnons les mettaient en péril de mort, ou, pire, de péché mortel.

40Pèlerins ? Leur absence dans les sources du XIIe a été signalée ; en revanche celles du XIIIe montrent d’innombrables pèlerins qui cheminent vers Notre-Dame de Boulogne. Quelle série de miracles renouvelés a pu faire accourir vers l’abbaye tant d’hommes et de femmes et y faire affluer tant d’offrandes ? Pourtant dans les œuvres littéraires et les chroniques le silence paraît se prolonger jusqu’au XIVsiècle et c’est seulement la Chronique Artésienne, close sur la bataille de Mons-en-Pévèle en 1304, qui signale laconiquement que le roi va partir en pèlerinage à Boulogne.

41Les autres sources témoignent. Tout ce mouvement nouveau daterait de 1212. Pourquoi ? On n’en sait rien. Jean d’Ypres, abbé de Saint-Bertin, qui écrivait au XIVsiècle, dit après avoir parlé de la croisade des enfants de 1212 : « … Cette même année… eurent lieu à Boulogne sur la mer de nombreux miracles et une grande foule y afflua de toutes les parties du royaume. Ainsi est né le pèlerinage de Sainte-Marie de Boulogne qui depuis s’est perpétué… ». Que n’en dit-il plus ! Mais qu’en savait-il ? Quel témoignage a-t-il utilisé ? Guillaume d’Andres, un siècle plus tôt, qui termine sa chronique après avoir parlé de la mort de Philippe Hurepel, en 1234, est muet au sujet du pèlerinage à quelques lieues seulement de sa propre abbaye. L’historien doit savoir avouer son ignorance ; tout au plus peut-on rappeler au début du siècle la charte, signe d’un changement, la trahison de Renaud, le passage du roi, mais aussi, dans un plus vaste espace conjoncturel, le développement du culte marial, le succès du pèlerinage de Canterbury qui attirait tant de voyageurs qui passaient par Boulogne et par Wissant depuis la fin du XIIsiècle, enfin ce psychisme fragile, cette exaltation mystique, la pauvreté, qui avaient précisément contribué à pousser sur les chemins les enfants de la croisade en cette même année 1212.

42Toujours est-il que la place du pèlerinage croît continuellement dans les sources écrites du début du XIIIe à la fin du XVsiècle. Alors que tant d’offrandes ne durent être assorties d’aucun acte écrit et que tant d’écrits ont dû disparaître, on est étonné du nombre de témoignages qui demeurent de l’intérêt des fidèles pour Notre-Dame de Boulogne. Parmi d’autres on peut citer en 1224 une rente assignée sur le revenu de Gravelines par Jeanne de Flandre et constamment renouvelée par ses successeurs, en 1234 la rente que Marie de Ponthieu a assignée sur le revenu de Rue, au milieu du siècle, les dons d’Henri III d’Angleterre ou d’Alphonse de Poitiers, frère de Louis IX ; le chapitre de Senlis accorda à ses membres une exemption de résidence de quinze jours pour aller à Notre-Dame de Boulogne. Les pèlerinages pénitentiels se multiplièrent, comme celui des Flamands de Nieuport en 1236 qui arrivèrent pieds nus, prêts à la flagellation, criant : « Miserere… », ou des habitants de Courtrai en 1282, ou du seigneur d’Harcourt condamné par la justice royale ; au début du XIVsiècle ce sont des inquisiteurs des diocèses méridionaux qui libérèrent de prison des condamnés à la condition d’aller crier miséricorde de Rome à Cologne, à Canterbury, en passant par Boulogne… Y allaient-ils ?

43Un témoignage un peu différent est celui du « rouleau des morts » de Guillaume des Barres, ce vieux compagnon de Philippe Auguste mort en 1233 : faisant appel à la communion des vivants et des morts le porteur du rouleau venu d’un monastère proche de Meaux a été accueilli à Notre-Dame où l’on a prié solennellement pour le mort, puis il est reparti vers le sud, vers d’autres abbayes ; peut-être à sa manière a-t-il contribué à répandre le renom de Notre-Dame.

44Les pèlerinages s’accompagnaient de tout un rituel mais aussi de tout un remue-ménage extraordinaire quand il s’agissait de grands personnages logés à l’abbaye (les règles d’Arrouaise étaient durcies depuis 1233 mais prévoyaient les devoirs d’une généreuse hospitalité). Les condamnés se procuraient le certificat attestant que leur pénitence avait été bien accomplie et tous, au moins parmi les petits, repartaient avec leur enseigne : de plomb ou d’étain, représentant la vierge dans sa barque, elle témoignait de leur passage et les agrégeait à une confrérie ; crédules, ils s’ébaubissaient devant le luminaire éblouissant, la statue miraculeuse et les reliques diverses.

45Au début du XVIsiècle, Érasme s’est moqué de l’excessive crédulité des pèlerins tout couverts d’insignes et de coquilles et du « regard hagard et glacé d’effroi » du chanoine auquel un pèlerin exceptionnel confiait ses doutes… Il est vrai que ce Colloque d’Érasme concerne un sanctuaire anglais ; on a beaucoup discuté pour savoir s’il y avait décrit Notre-Dame de Walsingham ou Notre-Dame de Boulogne mais il aurait peut-être été plus simple de penser qu’il avait fait la synthèse satirique de ses expériences variées (il connaissait Boulogne).

46La ville profitait de tous ces passages, et pas seulement les chanoines avec les rentes, terres, joyaux, tissus précieux et reliques offerts à leur vierge nautonnière ; les aubergistes, les passeurs, les marins, les marchands tiraient profit du pèlerinage. Et les pèlerins ? Ils avaient peut-être fait un beau voyage. Mais c’est le pèlerinage de Philippe le Bel en 1304 qui a donné le coup d’envoi des grosses donations, à commencer par la sienne, 300 livres parisis par an. Quant aux comtes et comtesses de Boulogne, ils demandaient à être inhumés à Notre-Dame ; même si leur vœu n’était pas toujours exaucé, il était souvent accompagné d’offrandes qui étaient respectées. Enfin depuis 1320 quelques pieux Parisiens, avec l’accord du roi Philippe V et de l’abbesse de Montmartre dont dépendait le lieu, avaient projeté et obtenu de construire une église à l’endroit dit Les Menus, près de la Seine et de Saint-Cloud : on l’appela Notre-Dame de Boulogne-la-Petite (l’actuelle Boulogne-sur-Seine).

Enseignes de pèlerinage (XIVe-XVIe siècles).

Enseignes de pèlerinage (XIVe-XVIe siècles).

M.S.A.B. t. XIII.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

47Le petit trafic du port et le grand pèlerinage de Notre-Dame ne pouvaient évidemment suffire à enrichir toute la ville ; comme les chartes de 1269 et de 1278 ont donné lieu à paiement, force est donc de conclure que celui-ci n’a pas pu être énorme à moins que la ville ne se soit très lourdement endettée, ce qui est possible. Une autre preuve de la médiocrité de la fortune urbaine se trouve dans le comportement du comte Robert VI qui devant faire face à d’énormes dépenses a cherché partout soit à vendre soit à emprunter (il a même engagé la plus grande part du revenu de la vicomté d’Ambleteuse pour mille livres que lui a prêtées un chanoine de… Londres) ; il ne paraît pas s’être beaucoup adressé aux Boulonnais. En revanche les droits que la ville a prétendu recevoir étaient démesurés et justifieraient l’hypothèse d’un endettement urbain : droits de lever tailles et assises, droits de justice exorbitants, non seulement la perception de lourdes amendes mais encore le jugement de tous les cas de haute justice et surtout l’exercice de la justice sur tous, bourgeois, estagers et forains, et dans tout le comté (sauf famille et serviteurs du comte et sauf dans les châteaux comtaux). On a suggéré qu’il ne pouvait s’agir que d’un projet, mais dans ce cas la série d’actions en justice et d’enquêtes menées au nom du comte d’Artois n’aurait pas duré plus de dix ans, les actes de la chancellerie d’Artois n’auraient pas invoqué l’extrême jeunesse de Robert VI pour l’excuser et l’affaire ne se serait pas terminée par une amende de 3 000 livres dues en principe par le comte de Boulogne lui-même au comte d’Artois. Pendant toute cette période ce sont cependant bien les échevins qui se sont défendus pied à pied : leurs nouveaux pouvoirs correspondaient à des profits substantiels et leur avaient coûté cher ; la tâche des procureurs de la ville à Arras et à Paris n’a pas dû être facile et leur échec a dû être bien mal accepté.

48De toute façon l’échevinage et derrière lui les bourgeois de la ville ne se sont pas avoués vaincus ; ils ont simplement laissé le temps passer et l’enchevêtrement incroyable des justices de l’époque devait leur être plutôt favorable. Les comtes n’étaient guère là pour surveiller leurs officiers et les conflits de compétence et de personnes étaient innombrables. Le sénéchal, grand personnage, n’intervenait pas souvent mais le bailli de Boulogne, le vicomte et leurs serviteurs faisaient sûrement figure de tyranneaux locaux. Lorsque les usuriers cités plus haut avaient promis à l’échevinage de ne pas dépasser le taux d’intérêt autorisé, ils pouvaient se croire quittes ; le bailli comtal les a pourtant fait arrêter ; les échevins sont aussitôt intervenus en protestant qu’ils étaient depuis assez longtemps dans la ville pour ne plus être considérés comme forains ; l’affaire a été portée devant le prévôt royal de Montreuil qui a interrogé le bailli, lequel s’est excusé en prétextant un ordre du comte ; on en a référé au comte qui a dit n’y rien comprendre et qui sur le conseil du sénéchal a convoqué son bailli et l’a désavoué : la ville avait gagné. Dans les campagnes autour de la ville les sergents comtaux se faisaient détester : sur l’ordre du bailli on saisissait ici une vache, ailleurs une poêle, plus loin des filets ou une cognée. Il est vrai que l’on pouvait tirer parti de la situation, comme un nommé Jean d’Offrethun qui sur le point d’être arrêté en 1289 se défendit en disant à peu près : « Je ne suis homme levant ni couchant de Monseigneur de Boulogne… Je n’ai fait nul serment à la ville (il n’était donc justiciable ni des officiers comtaux ni des officiers urbains). Je suis clerc et homme de Monseigneur d’Artois… ». Il était habile mais interpellé au marché il n’avait guère de chance de s’en tirer.

49C’était sur le port que les abus des uns et la résistance des autres donnaient lieu aux vociférations, aux brutalités, aux émotions les plus fortes, surtout à l’automne, au temps de la harengaison.

Vers 1330 : le bourgeois, le pêcheur et le hareng

50Vers 1330 les désaccords étaient devenus trop fréquents et trop violents entre bourgeois, pêcheurs et officiers comtaux pour que fût évitée l’élaboration d’un nouveau compromis entre l’échevinage et le comte. Dans un acte de 1331, Guillaume XII, comte de Boulogne et d’Auvergne, époux de Marguerite d’Évreux, nièce de Philippe le Bel, rétablissait en principe l’état ancien des choses en tenant compte des « nouvelletés » nécessaires afin d’éviter griefs et abus. Parmi les actes précédents qui sont parvenus jusqu’à nous aucun n’accordait une place aussi importante que celui-là à des clauses économiques et plus particulièrement à la pêche harenguière. On cherchait surtout à éviter au retour des bateaux toute contestation entre le receveur du vicomte et le maître marinier : non seulement le nombre de harengs perçus était soigneusement fixé selon le nombre total de harengs péchés (comptés par « last » ou dizaine de milliers) mais encore en cas de discussion on prévoyait que le maître de nef ou un de ses matelots serait cru sur serment, et que s’ils refusaient de jurer, l’agent vicomtal pourrait prendre autant de harengs qu’il le voudrait. Un accord était établi sur le tonlieu du port et toutes les autres coutumes levées au titre des droits de vicomte (rien n’était dû par le bourgeois qui ne faisait pas commerce du produit qu’il avait reçu). Les marins étaient autorisés à lester de sable ou de pierres de la côte leur nef à condition, bien entendu, de ne pas « empirier havene » (endommager le port) ; on s’inquiétait donc à la fois de l’état de la falaise et des structures portuaires, si précaires fussent-elles (plus tard on précisa qu’il ne fallait pas prendre des « pierres moullières » si utiles à la consommation).

51On a cherché à éviter aussi tout conflit sur les mesures privées ou publiques (surtout pour le sel et pour les grains) et enfin le pouvoir échevinal fut affermi ou étendu : les échevins étaient autorisés à « faire cris » dans la ville, c’est-à-dire à y faire publier aux carrefours, voire dans les églises et au marché, des communications importantes sans que les crieurs fussent gênés par les agents seigneuriaux ; les échevins ne seraient plus tenus à assister trop souvent aux plaids vicomtiers (sauf cas d’urgence) ; le droit d’exercer la justice non seulement sur tous les bourgeois mais aussi sur les forains en cas de flagrant délit était confirmé et toutes précisions étaient données pour ne laisser aucun point obscur à ce sujet ; enfin pour répondre aux besoins financiers de la ville chargée de dettes, surtout de rentes à vie dont les arrérages étaient lourds, le comte autorisait les responsables urbains d’une part à lever une maletote pour six ans (renouvelable) et d’autre part à tailler les habitants au taux de douze deniers par livre pour la fortune foncière et les rentes viagères ou de six deniers pour les biens mobiliers ; la ferme des assises était maintenue.

52À vrai dire ce que l’on a appelé parfois la « charte » de Guillaume XII était une victoire des bourgeois et des échevins. Si les Boulonnais n’avaient jamais été très favorisés sur le plan économique dans la mesure où depuis 1203 la défense de leurs intérêts commerciaux n’avait jamais été prise très énergiquement par les comtes, ils avaient réussi en 1331 à conquérir certains avantages (mais c’était à la veille d’une guerre qu’ils ne pouvaient prévoir aussi dure bien qu’elle existât à l’état larvé depuis la fin du XIIIsiècle).

53Être bourgeois à Boulogne supposait alors un certain confort fiscal et judiciaire et des privilèges économiques. Depuis le XIIIsiècle les Bourgeois pouvaient compter sur une protection et depuis bien plus longtemps encore sur leur solidarité : pour défendre ou venger l’un des leurs ils s’unissaient en véritables expéditions punitives qui savaient parfois s’arrêter aux limites de la banlieue (à la grande joie des poursuivis) mais quelquefois les outrepassaient et c’est ainsi que le bailli comtal au temps de Mahaut avait dû les obliger à reconstruire des maisons qu’ils avaient abattues (voire incendiées), une fois à Conteville, une autre fois à Macquinghen. On ignore le tarif du droit de bourgeoisie (18 sous au début du XVe) et le nombre des nouveaux bourgeois dans l’année au début du XIVe mais, sans que l’on puisse affirmer qu’il s’agissait alors d’une classe urbaine économiquement cohérente, on voit bien à travers les sources se dégager l’orgueil et la sécurité d’une appartenance à une société privilégiée cependant encore aussi consciente de ses devoirs que de ses droits. D’un siècle à l’autre la présence d’un bourgeois à la prison comtale reste un scandale et une délégation échevinale est allée plus d’une fois à la porte du château (plus prison que résidence) réclamer car : « … moult s’émerveilloient qu’on leur fît un tel affront de prendre un bourgeois dedans la ville… ».

54Nul ne pouvait venir au port interpeller un maître-marinier sans éveiller des soupçons car seul un bourgeois était autorisé à négocier avec lui ; seul un bourgeois pouvait être un « hôte », soit une sorte de commanditaire et surtout d’intermédiaire obligatoire entre les pêcheurs et le commerce du poisson : le maître-marinier dépendait exclusivement du bourgeois par un contrat qui, peut être encore verbal au XIVe, n’en était pas moins irrévocable ; nul si ce n’est un bourgeois de la ville n’avait le droit de faire « harenc sor ou blanc, maquereau ou poisson salé ». Les marchands forains ne pouvaient intervenir (mais des arrangements illicites se faisaient monnayer). Tous ces privilèges des bourgeois dans le domaine de la pêche s’expliquent pour l’essor du commerce du poisson qu’attestent en nombre croissant dans tout le royaume des règlements urbains et des ordonnances royales sur la vente des poissons, surtout des poissons frais que transportaient au plus vite les chasse-marées et qui ne pouvaient être vendus que si des « visiteurs de marée » les avaient jugés « dignes d’entrer en corps humain… ». Cependant la population du Bourg vivait surtout de la salaison ou du saurissage ; les femmes, et les enfants sans doute, faisaient l’essentiel du travail de la salaison : il fallait caquer les harengs (ôter les éléments putrescibles), les saler et les paquer en barils de bois (toutes opérations qui supposent non seulement de pénibles manipulations du poisson mais un très important trafic de sel et un artisanat de tonnellerie aussi actif qu’en pays de vignoble) ; le saurissage impliquait une série d’opérations complexes qui s’appliquaient autant au maquereau qu’au hareng et qui se déroulaient essentiellement dans les « couresses » dont l’entretien était parfois signalé dans les actes de transactions foncières du Bourg ; c’était dans ces pièces sombres et enfumées que scintillaient à certaines heures les harengs « pendus » au-dessus des feux ou des braises avant de devenir harengs « sorets » ou « roux » ; le prix de la main d’œuvre masculine, du bois et des chandelles entrait dans le prix définitif du « soret », variant suivant les années, selon la pêche et les guerres, entre 1 à 2 mailles et 2 à 3 deniers. La vente locale donnait lieu à des levées de droits spécifiques, affermées, comme l’assise de la « pissonnerie », mais la pêche surtout entraînait des taxes nombreuses, droits de vicomte, droits urbains ou droits des églises et monastères évalués soit en espèces soit en parts de matelots, suivant un pourcentage complexe (ainsi pour le droit dit de sieutrie la ville prenait les deux tiers de la part d’un matelot, dont elle gardait à son tour deux tiers, cédant à Notre-Dame le troisième tiers !). Le droit de « siège de nef » en temps de harengaison, d’octobre à décembre en principe, était évidemment plus lourd pour les pêcheurs forains (comme pour les marchands étrangers) que pour les pêcheurs de Boulogne et d’Outreau. La ville qui intervenait sur le port dans de nombreuses opérations techniques, commerciales ou policières et qui entretenait le feu de la Tour d’Odre levait un droit dit de « fouier de harenghison » (4 sous en 1415) et surveillait dans la halle les enchères à la baisse qu’arrêtait un acquéreur en criant : « Mi ! » ou « Mynck » (à moi !). La ville achetait des harengs pour des « courtoisies » et le vicomte aussi, pour assurer les rentes promises depuis deux siècles aux abbayes par les comtes de Boulogne (154 000 harengs à 14 sous le millier en 1339).

55Bourgeois et marins voyaient ainsi souvent leurs sorts liés mais les premiers pouvaient avoir recours à des activités diversifiées et seuls les seconds mettaient leur vie en péril, surtout en temps de piraterie (comme en témoignent dès 1274 les négociations de Montreuil auxquelles d’ailleurs les Boulonnais n’eurent point de part). L’allégresse et les honneurs dont étaient entourés le premier bateau et le premier équipage à rentrer au port aux premiers jours de la harengaison ne compensaient pas la dureté d’une vie et d’un métier qui enrichissaient surtout parmi les habitants de la ville ceux qui ne partaient pas en mer.

56Les bourgeois de Boulogne (quelquefois, rarement, des pêcheurs devenaient bourgeois) voyaient en ce début du XIVsiècle leurs intérêts et leur temps (qui devenait précieux) constamment défendus par les échevins qu’ils avaient élus et dont ils surveillaient les comptes. La place qu’ils tenaient dans la fortune foncière de la ville où ils n’achetaient pas forcément des maisons mais des parts de maisons et des rentes, établissant cens sur cens et mettant en place tout un système fort complexe, confortait leur avenir et celui de leur descendance en un temps d’affolantes mutations monétaires ; la ville, les abbayes, les comtes s’endettaient, mais les bourgeois étaient créanciers.

57La société urbaine, très proche encore de la société rurale, était peu cloisonnée et toutes les fonctions étaient bonnes pour accéder à l’échevinage ou à la cléricature, éventuellement à la noblesse, à la condition de voir loin : tous ceux qui servaient de relais à l’autorité des comtes, des abbés ou de la ville pouvaient espérer passer d’un pouvoir à l’autre. Un tel était vicomte qui devenait échevin ; un châtelain de Bellefontaine obtenait la châtellenie de Boulogne ; un bailli de Saint-Wulmer était plus tard receveur de l’hôpital ; un procureur de la ville ou du comte auprès de l’officialité de Thérouanne ou de Reims se retrouvait chanoine ou maire. De véritables dynasties d’accapareurs de pouvoirs s’installaient comme les Angot ou les Vinet. Des petites gens en étaient, en 1338, à saisir un mouton, arpenter des bois ou arrêter une bonne femme parce qu’elle devait deux mailles ou avait proféré un mot malsonnant, ils étaient aux ordres du sénéchal du comté ou du bailli de Boulogne, mais leurs descendants étaient un ou deux siècles plus tard marchands, maires, voire abbés, écuyers plus ou moins authentiques, avec l’espoir de se voir bientôt confondus avec des nobles de vieille noblesse terrienne auxquels ils avaient acheté des fiefs ou dont les lignées s’étaient éteintes durant les guerres. Certes les comptes de bailliage des années 1330… et 40… témoignent de la faiblesse des gages ou des pensions des officiers comtaux (le receveur touchait 40 livres par an alors que chapelains ou châtelains recevaient 12 livres comme les sergents forestiers) mais tous avaient des revenus complémentaires, parfois une fonction viagère, et beaucoup bénéficiaient à l’occasion de bons frais de déplacement et d’une somme rondelette pour la livrée ou pour la robe, même les maîtres-charpentiers des moulins comtaux qui dominaient la ville ; tous jouissaient d’un certain prestige fort utile et aucun ne faisait partie de ceux que secourait la Table-Dieu (organisme d’assistance géré par des bourgeois avec l’aide de l’Église et des comtes), de ceux que l’on devine dans la ville mais dont on ne sait à peu près rien.

58Cette société ne paraît cependant ni très dynamique ni très ouverte sur le monde extérieur ; elle présentait une structure assez proche de celle des autres bonnes villes du royaume et envoyait comme celles-ci des procureurs aux assemblées convoquées par le roi, mais, sans grand artisanat textile ou autre, sans grand commerce terrien ou maritime, sans grande fonction culturelle, religieuse ou politique, Boulogne ne pouvait jouer un rôle important. On ne peut s’empêcher de trouver la ville un peu figée dans son image ancienne comme si, après un essor s’ébauchant dans un XIIsiècle assez mystérieux et se poursuivant dans un XIIIe assez agité, les choses s’étaient arrêtées avant qu’une vraie ville ne se fût constituée ; Saint-Wulmer avait pu être reconstruite vers 1255-60 grâce aux indulgences promises aux donateurs, l’abbé Laurent de Condette avait embelli Notre-Dame au début du XIVe, Saint-Nicolas avait fière allure, mais après les prémices d’un temps urbain marqué par les chanoines réguliers du XIIsiècle, il n’y a rien eu dans la ville pour attirer au XIIIe les moines mendiants. Dans les villes flamandes, artésiennes ou picardes, Dominicains et Franciscains étaient déjà implantés mais à Boulogne le premier couvent de Cordeliers date de 1444. Lorsque Jeanne de Boulogne qui allait bientôt épouser Philippe de Bourgogne, voulut faire des dons aux ordres mendiants de la région en 1340, elle chargea son receveur des comptes de Boulogne de les transmettre à Calais ou à Saint-Omer. Jeanne pouvait encore être généreuse en comptant sur les revenus des bailliages et des vicomtés du Boulonnais mais bientôt les revenus baissèrent, les routes ne furent plus sûres et les habitants de Boulogne durent penser davantage à consolider leurs fortifications et à guetter les horizons maritimes et terrestres qu’à envoyer à Jeanne saumons et lapins, chevreuils et sangliers, lourdes bourses pleines des revenus en espèces du comté : la guerre allait infléchir et bouleverser l’histoire de la ville.

Abbildungsverzeichnis

Titel Vue de la cour intérieure du château-musée actuel.
Impressum Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7579/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 40k
Titel Gisant de Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne.
Impressum Musée de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7579/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 119k
Titel Escalier du château.
Impressum Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7579/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 71k
Titel La Barbière.
Bildunterschrift Cette grande salle basse du château, répartie en huit travées par trois colonnes, et voûtée d’ogives, doit sans doute son nom à la confrérie de Madame Sainte-Barbe, des arbalétriers.
Impressum Musée de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7579/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 45k
Titel Vue des remparts actuels.
Impressum Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7579/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 61k
Titel Enseignes de pèlerinage (XIVe-XVIe siècles).
Bildunterschrift M.S.A.B. t. XIII.
Impressum Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7579/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 118k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540