Version classiqueVersion mobile

La laïcité en question

 | 
Sylvie Le Grand

Compte rendu des discussions du colloque1 Religion, État et société en France et en Allemagne : quelle laïcité ?

Organisé à Nanterre/Paris, les 29, 30 septembre et 1er octobre 2004

Sylvie Le Grand

Texte intégral

  • 1 Ce compte rendu est la version légèrement remaniée de comptes rendus parus dans les périodiques Cir (...)

1Placé sous le signe d’une double commémoration passée ou à venir : recès de l’Empire (Reichsdeputationshauptschluss) de 1803 et « sécularisation » (Säkularisation) consécutive en Allemagne – Loi de séparation des Églises et de l’État en France (1905), ce colloque souhaitait, en réunissant des chercheurs de diverses disciplines, spécialistes de l’Allemagne ou de la France, étudier les spécificités et l’évolution, depuis le 18e siècle, des deux modèles nationaux dans leur rapport au fait religieux. Il s’agissait, ce faisant, de clarifier les termes des débats ou conflits récurrents dans les deux pays, en s’abstrayant, si possible, des contingences médiatiques immédiates.

  • 2 Ces résumés sont disponibles p. 307-312.

2L’objectif de ce compte rendu n’est pas de fournir une version résumée des contributions2, mais plutôt de mettre en évidence quelques bases communes à de nombreuses recherches en cours telles qu’elles sont apparues au fil des débats. Les résultats présentés ne sont pas conçus comme des points d’aboutissement de la réflexion, mais bien plus comme une première étape de celle-ci, et ce bilan provisoire ne peut présager des éventuels prolongements de cette rencontre fort riche.

3Un des enseignements de cette dernière fut de dégager quelques grandes lignes d’analyse et d’interprétation traversant la question étudiée au-delà non seulement des approches disciplinaires spécifiques (historique, juridique, philosophique, sociologique), mais aussi au-delà des époques ou des lieux abordés.

4Ces grandes lignes d’analyse s’articulent autour de notions-clefs dont les débats ont révélé la plasticité et l’importance récurrente. Ce faisant, cette attention particulière à la langue, aux subtilités et ambiguïtés des formulations s’est avérée être un point commun entre tous les participants, quelle que soit leur discipline d’origine. Quelles sont ces notions-clefs ?

Les concepts

  • 3 Sont signalés en italiques les noms cités de participants au colloque ou des mots d’origine étrangè (...)
  • 4 L’absence d’italiques indique l’auteur de la citation, non présent au colloque.

5Au-delà des termes étudiés par Jean-Claude Monod3 qui sont catégories d’interprétation et « valeurs-programmes » (Hermann Lübbe)4, il s’agit de distinguer mieux que ne le font les textes juridiques liberté de conscience, liberté de pensée, liberté de religion et liberté religieuse, liberté de culte (Jacqueline Lalouette). Longtemps les textes français n’ont évoqué que cette dernière, rendant compte à juste titre de la dimension collective du religieux (René Rémond), mais ne l’abordant souvent, ce faisant, que sous l’angle de la police des cultes et du maintien de l’ordre public, notion très élastique (J. Lalouette). Le culte est la seule catégorie juridico-administrative valable en France, mais le cas de l’Islam notamment, en tant que réalité culturelle, sociale, voire nationale montre toute l’ambiguïté de cette notion (Claire de Galembert).

6Il convient aussi de s’interroger sur la place du lexique familial dans le vocabulaire relatif aux relations Églises/État (J. Lalouette) : reconnaissance, divorce, séparation, auquel s’ajoute parfois un registre économique (la République ne « salarie » aucun culte, rappelle Claude Langlois). René Rémond souligne en introduction combien il était illusoire de croire en 1905 que la séparation règlerait en France le problème des relations Églises/État en le supprimant. Revenant sur les modalités juridiques d’application de la séparation, Jean-Paul Durand étudie, d’un côté, l’« inouïe liberté » procurée par le régime associatif français auquel sont soumises les religions et de l’autre, la « drôle de séparation allemande » (Peter Landau) induite par le statut de corporations de droit public ouvert aux sociétés religieuses et de pensées de l’univers en Allemagne.

La religion, garante de l’ordre social ?

7Ce statut est sous-tendu à plus d’un titre par l’idée d’utilité sociale. Les sociétés religieuses ou de pensées de l’univers doivent faire montre de leur utilité sociale et de leur viabilité économique pour pouvoir bénéficier de ce statut (Jean-Paul Durand). Comme l’atteste leur place et leur rôle dans la société, on attend d’elles la participation à l’élaboration du bien commun (Jean-Paul Willaime). L’exemple du « bureau de liaison » (Verbindungsstelle) de la Fédération protestante (EKD) près la RFA, évoqué par Joachim Gaertner, en est l’expression. Or, il semble que cette attente remonte au 18e siècle : les édits de tolérance de l’époque, de même que d’autres mesures telles les réformes joséphistes répondent alors à un souci nouveau d’utilité sociale pour les religions, conçues comme des instruments de consolidation de l’État absolutiste (Gérard Laudin). L’idée que la religion est utile pour le peuple perdure encore sous la Révolution ; de même, l’idée qu’elle contribue au maintien de l’ordre social a eu la vie dure en France, mais surtout en Allemagne : Antje Roggenkamp-Kaufmann rappelle la formule célèbre de l’Empereur Guillaume II au début des années 1890 : « dem Volk muss die Religion erhalten werden » (c’est-à-dire en substance : on se doit de conserver au peuple sa religion).

8La survivance de cette notion, très nette en Allemagne, contrairement au cas français, rejaillit sur une conception différente de la neutralité : prédéfinie en France en référence à la notion de laïcité, elle est en Allemagne le résultat d’une pratique de négociations avec les religions reconnues (Nikola Tietze). L’analyse comparée des législations sur l’avortement dans les deux pays révèle une différence dans la qualité des débats à ce sujet (Annette Sousa Costa) avec une absence de discussion ouverte entre décideurs et opposants en France et un véritable dialogue en Allemagne. On a sans doute affaire là à deux « cultures de discussion » qui participent de cette conception différente de la neutralité (N.Tietze). En termes juridiques, cette dernière apparaît en Allemagne comme un principe non normé, résultant d’un grand nombre de dispositions constitutionnelles différentes (Thorsten Anger). Elle est variable dans son contenu en fonction du domaine étatique touché. Mais les débats sur le voile révèlent que les notions de laïcité et de neutralité sont sujettes dans les deux pays à une certaine variabilité. Si à la fin des années 1980, la conception française semblait se rapprocher du point de vue allemand, le mouvement de convergence semble inversé depuis 2004.

Quel rôle pour l’État ?

9Cette différence majeure entre les deux pays n’est sans doute pas sans lien en France avec une « conception de l’universel conçu comme arrachement plutôt que comme ancrage dans des segments particuliers » (Jean-Paul Willaime), ainsi qu’avec la notion de « transcendance du politique », vivace dans ce même pays (Dominique Schnapper). Tant il est vrai que la place et la conception de l’État sont au cœur de la problématique de la laïcité. Aujourd’hui encore semble régner un assez large consensus en Allemagne à propos de la nécessité d’une référence à Dieu dans la Loi fondamentale ou les constitutions de Länder (Sylvie Le Grand). La justification de l’enseignement de la religion participe du même type d’argument, faisant de la religion un garant de l’ordre social.

10André Legrand rappelle qu’en France l’évolution des pratiques administratives relatives à la laïcité s’incrit dans le contexte plus large d’une évolution vers la démocratie administrative qui a caractérisé le passage de l’ère gaulliste à l’ère giscardienne. Dans ce contexte, la notion de légalité cède la place à celle de droits de l’usager.

11Appliquant le concept de laïcité à la parenthèse du Kulturkampf bismarckien, Sylvie Toscer-Angot montre qu’on y a affaire à des mesures d’empiètement de l’État sur l’Église d’ordre transitoire et sans prétention laïcisante. La laïcisation y reste dans l’œuf.

12En s’attachant à la période de la République de Weimar, Karsten Ruppert revient aux sources du compromis allemand en matière de relations Églises/État. Celui-ci est arraché par les deux principales confessions chrétiennes, dont les actions communes face aux projets de réforme de la coalition au pouvoir sont mues par la peur d’un laïcisme imaginaire. Malgré ce succès pour elles, le régime républicain de Weimar n’emporte pas leur adhésion en raison de ses traits jugés séculiers et du principe de souveraineté populaire abhorré.

13A travers l’étude des spécificités de ce compromis allemand au cours de l’histoire, Rudolf Lill rappelle les différences de positionnement des protestants et des catholiques par rapport à l’État. Dans une certaine frange du protestantisme, l’attachement et les liens très étroits avec l’État ont cédé la place à un certain scepticisme critique. C’est en particulier le cas pour le protestantisme est-allemand, plus proche de ce point de vue du catholicisme français que d’une partie du protestantisme ouest-allemand, plus critique envers l’Église qu’envers l’État (Antje Roggenkamp-Kaufmann). Le domaine de l’éducation et de la culture (Bildung) est particulièrement significatif de l’évolution du rôle de l’État dans les nouveaux Länder : tandis qu’en RDA, culture et éducation relevaient strictement du domaine réservé de l’État (Frédéric Hartweg), ils constituent au contraire en RFA un domaine où le principe de subsidiarité s’applique pleinement, l’État déléguant aux sociétés religieuses, dans le cas de l’enseignement de la religion par exemple, sa responsabilité en matière culturelle. La tâche est immense pour ces dernières dans les nouveaux Länder : l’inculture religieuse y est grande, résultat notamment d’une propagande qui concevait religion et scientificité comme des contraires et sous-entendait que l’athéisme représente la normalité (Götz Doyé).

14En France, le passage du concordat de 1801 au régime de séparation en 1905 a opéré un changement de paradigme quant au rôle de l’État : l’État pacificateur est devenu un État enseignant (Claude Langlois). Brigitte Krulic souligne l’importance du néo-kantisme dans la philosophie de la IIIe République. On a là un exemple d’acculturation de la pensée de Kant aux institutions de la République enseignante, souhaitant promouvoir une morale sans religion.

15La réception de la philosophie de Christian Wolff (1679-1754) par les Encyclopédistes évoquée par Stefanie Buchenau fournit un autre exemple d’appropriation sélective de la philosophie allemande utilisée par les penseurs français de l’État pour se forger des outils intellectuels : ainsi la référence à Dieu et la dimension métaphysique sont écartées de la pensée de Wolff qui les aide à repenser la notion de droit naturel dans le sens d’une théorie de l’obligation.

Complexité du phénomène concordataire

16C’est le problème scolaire qui entraîne en France « une relecture républicaine du concordat » (Claude Langlois) et la rupture de 1905. Différentes communications pointent l’importance et la complexité du phénomène concordataire. La fin de l’Église d’Empire (Reichskirche) entraînée par le Recès de l’Empire en 1803 et les mesures de sécularisation des territoires ecclésiastiques – contre lesquelles, curieusement, la Papauté ne fait rien – aboutissent à la multiplication des concordats régionaux en Allemagne (Henri Haller). En France, l’exemple de Lamartine étudié par Jacqueline Lalouette montre que le rejet du concordat s’accompagne souvent d’un combat en faveur de la séparation, comme d’ailleurs aussi, dans ce cas précis, d’une défense de la liberté de conscience. Le cas italien évoqué par Francesco Margiotta-Broglio afin d’éclairer la perspective franco-allemande montre que concordat (réformé en 1984) et laïcité sont loin d’être antithétiques. Les Églises ont en Italie le statut d’associations privées et bénéficient d’un financement volontaire fondé sur le critère d’utilité sociale. Si la laïcité est entrée dans les prétoires avec l’abandon des crucifix, il est difficile d’échapper à la dimension religieuse de la culture occidentale, puisque ces derniers ont été remplacés par des œuvres d’art représentant des madonnes.

17A la faveur du détour italien et au-delà, l’horizon européen était présent dans nombre de discussions de ce colloque. Jean-Paul Willaime formule pour l’avenir l’hypothèse d’une convergence des modèles de relations Églises/État dans la lignée de l’exemple allemand. Les différentes figures de la laïcité présentes sur notre continent constituent, à ses yeux, un aspect important de « l’identité civilisationnelle de l’Europe ».

18L’enracinement des questions religieuses dans le temps long de l’histoire (René Rémond) justifie l’importance de l’approche historique des questions relatives aux relations Églises/État/société. La comparaison entre la France et l’Allemagne s’avère une des plus fécondes qui soit en ce domaine.

Notes

1 Ce compte rendu est la version légèrement remaniée de comptes rendus parus dans les périodiques Cirac-Forum et Revue d’Histoire Ecclésiastique.

2 Ces résumés sont disponibles p. 307-312.

3 Sont signalés en italiques les noms cités de participants au colloque ou des mots d’origine étrangère.

4 L’absence d’italiques indique l’auteur de la citation, non présent au colloque.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search