Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre II. L’âge des pirates et des saints (Ve-XIe siècles)

Michel Rouche

Texte intégral

1En tant que port militaire, spécialisé dans le passage des troupes et des fonctionnaires en direction de la Grande-Bretagne, Boulogne attirait avec ces voyageurs, venus de loin mais obligés d’attendre quelques jours l’obtention d’un passeport, les idées étrangères et les religions orientales. Parmi elles, le christianisme apparut plus vite que dans l’arrière-pays. Néanmoins malgré ces facteurs favorables, les derniers temps de la domination romaine empêchèrent son succès immédiat.

2La première trace de cette religion internationale est en effet décelable grâce à une découverte fortuite faite à la fin du XIXsiècle dans le cimetière du Vieil-Atre au nord-est des remparts romains. Une coupe en verre gravé provenant des ateliers de Cologne a été trouvée à côté d’un squelette avec quatre monnaies de l’empereur Tacite (275-276). Elle représente (cf. photo) dans le quart inférieur un chrisme avec le soleil et la lune. Au milieu, Abraham s’apprêtant à sacrifier Isaac tandis qu’au registre supérieur la main de Dieu cherche à l’en empêcher. Sur les bords l’inscription latine et grecque, Vivas in Eterno Z (eses), Puisses tu vivre heureux pour l’éternité. La lettre Ζ est la première du verbe grec zezo qui signifie aussi vivre. Cette répétition en latin et en grec du vœu de la résurrection, accentuée par l’image d’Isaac qui vient d’échapper à la mort est évidemment une allusion à la promesse de la nouvelle religion. Les experts en matière de verrerie de Cologne datent actuellement cette coupe de la première moitié du IVsiècle. Elle est donc la preuve qu’un individu a voulu se faire enterrer avec un symbole chrétien rappelant sa croyance en la résurrection. Peut-être était-il un étranger à Boulogne, vu la provenance de l’objet et le bilinguisme de l’inscription. En tout cas, dès Dioclétien et Constantin des chrétiens vivaient ou séjournaient à Boulogne alors même qu’aucune communauté n’y était encore organisée et que les deux plus proches évêchés constitués étaient très éloignés, Reims et Rouen.

Coupe en verre gravée, trouvée dans le cimetière du Vieil-Atre, représentant le sacrifice d’Abraham (IVsiècle).

Coupe en verre gravée, trouvée dans le cimetière du Vieil-Atre, représentant le sacrifice d’Abraham (IVe siècle).

Gravure représentant l’original extraite de V.J. Vaillant, Épigraphie de la Morinie 1890.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

Saint Victrice à Boulogne

3Or justement, c’est de cette dernière ville que partit un effort de création d’un siège épiscopal à Boulogne. Le camp fortifié était alors probablement la résidence d’un duc chargé de défendre avec une flotte de guerre la zone frontalière dite « du territoire armoricain et nervien » qui allait d’Oudenbourg à Blaye. Les relations maritimes par cabotage entre les bouches du Rhin, celles de la Tamise et de la Seine étaient très courantes. Comme le prouve une lettre de Paulin de Nole à l’évêque de Rouen Victrice, celui-ci vers 398 atteignit par mer la « terre des Morins, située à l’extrémité du monde, terres que l’Océan frémissant tond de ses flots barbares… là, où jadis des forêts et des rivages déserts, mais également peu sûrs, n’étaient fréquentés que par des barbares étrangers ou des brigands indigènes, on voit maintenant les chœurs vénérables et angéliques des saints remplir les villes, les bourgs fortifiés, les îles et les bois, d’églises et de monastères nombreux, résonner des chants d’un peuple pacifique et ceci jusqu’au territoire très éloigné du rivage nervien ». Derrière le langage ampoulé et contourné à l’extrême du styliste Paulin qui écrit, en fait, un texte d’allure oratoire destiné à être lu en public pour faire de la propagande aux missions de Victrice, il faut comprendre que l’évêque de Rouen s’est heurté à de grosses difficultés pour prêcher le christianisme aux « barbares étrangers » c’est-à-dire aux navigateurs anglo-saxons qui tantôt attaquaient le port, tantôt essayaient de venir y faire du commerce, et aux « brigands indigènes », ici certainement des Gallo-romains hantant les terres incultes, et les forêts que traversaient les trois voies romaines aboutissant à la ville, parce qu’ils refusaient de payer l’impôt exorbitant qu’extorquait alors l’État romain à ses contribuables pour lutter justement contre les barbares. Boulogne était donc un îlot de romanité qu’il fallait christianiser à tout prix, vu son importance stratégique aux frontières du monde romain. Cette mission avait été probablement suggérée à Victrice par saint Martin ancien sous-officier de l’armée romaine qui connaissait bien les garnisons du nord de la Gaule, notamment celle d’Amiens où se déroula aux portes de l’enceinte la célèbre scène du manteau coupé en deux. Martin fit rencontrer, en effet, Victrice lequel était lui aussi un ancien soldat, à Paulin dans la ville de Vienne. Par conséquent, nous pouvons faire confiance à ce texte inspiré par le missionnaire lui-même et deviner derrière les allusions aux îles et aux dunes les difficultés d’une navigation au milieu des bateaux de guerre jusqu’aux villes côtières (Boulogne) et du voyage à travers les bois (Thérouanne), l’accueil mitigé d’une population habituée à la violence malgré le terme de « pacifique ».

4Si l’action missionnaire de Victrice est incontestable, quel fut réellement son impact ? Il est probable qu’il a tenté de créer un évêché mais nous ignorons tout du premier titulaire si tant est qu’il y en eut un. La seule chose que l’on puisse affirmer est la construction d’un groupe épiscopal à l’intérieur du camp romain. En effet, on peut constater à partir d’une charte de Notre-Dame de Boulogne de 1113 affirmant que l’église Notre-Dame a tous les droits paroissiaux sur la ville y compris « l’église Saint-Jean-Baptiste qui est de son ressort… ainsi, hors les murs, que Saint-Martin et Saint-Pierre de Nieuburc ». Or, Notre-Dame, comme beaucoup de cathédrales primitives, est située l’abside contre le mur d’enceinte. Elle est entourée des deux côtés par deux rues appelées rue Saint-Jean et rue Saint-Martin preuve que ces deux rues étaient bordées ou terminées par deux églises du même nom. Donc il y eut à Boulogne un groupe épiscopal primitif formé par Notre-Dame, Saint-Jean-Baptiste et Saint-Martin. Comme à Thérouanne, autre ville de la cité des Morins, les fouilles archéologiques ont révélé la même disposition topographique et le même nombre d’églises avec les mêmes patronages, il est naturel d’attribuer la construction de ces deux groupes épiscopaux à Victrice. Saint-Martin devait être réservée, selon la liturgie du temps aux catéchumènes : Saint-Jean-Baptiste était le baptistère où les catéchumènes recevaient le baptême dans une piscine octogonale la nuit de Pâques, et Notre-Dame, la cathédrale proprement dite ouverte à tous les fidèles. Pour Saint-Jean, Camille Enlart assure qu’une source canalisée y aboutissait et qu’une aire cimentée prouvait l’existence du baptême par immersion. Reste le problème de l’église Saint-Martin hors les murs, aujourd’hui disparue et reconstruite plus tard par déplacement à Saint-Martin-les-Boulogne près du Val Saint Martin. Est-elle contemporaine de cette fin du IVsiècle ou postérieure ? Ou bien y en avait-il une autre sous le même patronage dans l’actuelle rue Saint-Martin à l’intérieur des murs ? C’est probable puisqu’une église est indiquée sur le plan de 1676 le long de cette rue. En ce cas il y aurait eu trois églises dans les murs et non deux. Mais cela reste hypothétique. Des fouilles ultérieures permettront peut-être de mieux connaître les origines chrétiennes de Boulogne.

5De même il est impossible de savoir le nom du premier évêque de Boulogne. Peut-être faudrait-il envisager l’existence à la fin du VIsiècle d’un certain Antimund, et d’un successeur dénommé Athalbert. Mais cela reste fort douteux car l’action de Victrice paraît avoir été éphémère. Huit ans plus tard, en effet, se déclenchait la grande invasion qui allait être le commencement de la fin pour la Gaule romaine, Des groupes de Vandales, de Suèves et d’Alains forcèrent le Rhin gelé le 1er janvier 407 et par Mayence se ruèrent sur Reims, Amiens, Arras, Tournai et Thérouanne, en particulier, dont les populations furent déportées en Germanie, mais ils ne parvinrent point jusqu’à Boulogne. En effet, à la nouvelle du désastre, les troupes romaines de Grande Bretagne élurent empereur leur général, Constantin III. Celui-ci débarqua à Boulogne, rallia les garnisons encore intactes, prit la direction des Francs toujours alliés à Rome et ferma la frontière du Rhin. Boulogne allait devenir le dernier réduit de la Romanité pour plusieurs années, au strict minimum jusqu’en 411 date de la mort de Constantin III. Puis elle dut constituer une des bases d’une autre usurpation impériale, celle de Jovin, qui voulait sauver la Romanité dans ces régions ignorées par l’empereur de Ravenne Honorius, et qui dura jusqu’en 413. Le général Constance qui reprit alors la situation en main au nom de l’empereur dut reconstituer probablement la garnison avec des fédérés saxons promettant d’obéir à l’Empire. Ceci explique que les Francs n’aient jamais vraiment conquis Boulogne, même après la prise de Tournai par Chlodion en 432. Bien mieux, au mois de mai 455 Avitus, général de l’armée romaine, passa une inspection dans le nord de la Gaule pour confirmer l’alliance avec les pirates saxons et les fantassins francs. Mais ce fut la dernière fois, car, après, tandis que les barbares allaient dans toutes les directions, les installations anglo-saxonnes commençaient en Grande-Bretagne et donc en même temps probablement dans la ville. Toute l’organisation de la flotte romaine disparut ainsi que l’embryon de vie chrétienne qui y avait été déposé. Peut-être faut-il reculer jusqu’après 455 la couche d’incendie que les fouilles archéologiques ont révélée à l’intérieur de la ville haute fortifiée. À moins qu’il ne faille plutôt la considérer comme la conséquence d’une première prise de la ville après la chute de Jovin.

Les pirates saxons

6En somme, la vie urbaine à Boulogne s’est prolongée sous l’autorité romaine grâce à deux usurpations jusqu’au milieu du Vsiècle tandis que la pression des pirates saxons venus des bouches de l’Elbe augmentait sans cesse. Leur entrée dans la ville se fit d’abord à titre officiel comme alliés puis en tant que vainqueurs d’un ennemi disparu. La continuité dans l’occupation des cimetières atteste bien ce curieux mode d’installation. La nécropole du Vieil-Atre continue d’être utilisée au Vsiècle et ceci jusqu’au règne de l’empereur d’Orient Zénon (474-491) comme elle l’était au siècle précédent. Bien mieux, les tombes à inhumations se rapprochent de plus en plus de l’enceinte ce qui semblerait prouver qu’il n’y a plus de vie urbaine à l’extérieur.

7Quatre tombes ont en effet été découvertes boulevard Eurvin au numéro 87, près des murs, derrière le château à trois mètres de profondeur. Il y avait deux hommes, chacun avec une épée longue, une boucle de baudrier, une plaque de ceinturon en bronze, et un vase d’offrandes alimentaires en céramique gris-noir. À côté, se trouvaient une sépulture d’enfant et une autre de femme. Parmi les objets découverts, des bracelets en argent, des fibules digitées, des colliers d’ambre ou de perles de verre et même une pince à épiler et des coffrets à lamelle d’os donnent l’impression qu’il s’agissait de guerriers saxons ou francs, sans que l’on puisse pencher en faveur de l’une ou l’autre appartenance. En tout cas la monnaie de l’empereur Justin II qui y fut découverte prouve que ces tombes et les autres avoisinantes étaient de la fin du VIe ou du début du VIIsiècle. La ville a donc été occupée à l’époque mérovingienne.

8Mais il est encore plus curieux de s’apercevoir de la présence de tombes à l’intérieur de la ville haute, rue de Lille, au chevet de Notre-Dame et dans l’enclos de l’Évêché. Des bâtiments romains ruinés au IIIsiècle ont été nivelés. Sur une couche d’incendie postérieure à 423 puisque des monnaies de Valentinien II, Théodose et Arcadius ou Honorius y ont été découvertes, un remblai constitué par des tuiles romaines arrachées aux édifices, à l’estampille de la Flotte de Bretagne, a été constitué. Un cimetière y fut aménagé. Les trois tombes qui y ont été fouillées contenaient une épée et un vase biconique datable de 525-600. À côté, sur la terre battue, des foyers très primitifs constitués de pierres juxtaposées révélaient une installation humaine. Des tessons de céramique commune et des ossements d’animaux montraient qu’il y avait eu là un habitat durable, tandis que des fosses à détritus sur deux niveaux, l’un du Vsiècle, l’autre du début du VIsiècle, montraient l’intensité de cette occupation. Autrement dit des nouveaux occupants étaient là depuis la deuxième moitié du Vsiècle. Peut-être s’agissait-il de Saxons qui vécurent dans la ville abandonnée par les Romains selon un mode d’occupation tout à fait différent, quasiment villageois. La présence de l’homme a donc été continuelle à Boulogne de 455 à 525 environ mais le mode de vie urbain a été probablement abandonné, et la population tellement réduite qu’il y avait suffisamment de place libre à l’intérieur des murs pour y faire des sépultures, pratique interdite par la loi romaine qui séparait rigoureusement la cité des vivants de celle des morts. L’arrêt des inhumations dans le cimetière du Vieil-Atre à la fin du Vsiècle va dans le même sens.

9Boulogne resta un site saxon encore longtemps. Seul peut-être un sou d’or de 4 g 25 frappé dans la ville imitant les monnaies impériales romaines serait la preuve d’une première tentative d’autorité franque sous les fils de Clovis, lors de la première moitié du VIsiècle. En tout cas, à supposer qu’elle ait effectivement eu lieu, elle fut certainement très éphémère. Les implantations sur la côte et dans l’arrière-pays boulonnais de populations maritimes anglo-saxonnes et même frisonnes continuèrent de manière intensive. Vers le milieu du VIsiècle, la fondation du port de Quentovic sur la rive gauche de l’estuaire de la Canche acheva de détourner le trafic maritime de Boulogne vers les ports devenus anglais du Sussex et du Kent tandis que le paganisme se renforçait. La côte intégralement tournée vers l’Angleterre était ainsi coupée de l’arrière-pays. Le port de Boulogne était moins utile maintenant que les bateaux à fond plat des Angles et des Saxons se contentaient d’une simple plage pour débarquer. L’estuaire de la Liane était désormais concurrencé par tous les débouchés des petites rivières des côtes de Picardie et de Flandre et ceci avec d’autant plus d’efficacité que du IVe au VIIIsiècle la transgression flandrienne, sorte de grande remontée des eaux, aurait crevé les cordons de dunes à partir de Boulogne jusqu’au Rhin. Du coup le port romain fut peut-être ennoyé et rendu inutilisable. En ce cas, la rue de l’Ancien Rivage marquerait peut-être la limite de cette remontée des eaux. Le trafic maritime se dispersa le long des côtes essentiellement au profit de Quentovic qui frappa monnaie dès avant 590-600. La plus ancienne pièce connue est en effet marquée au nom d’un responsable de l’autorité au nom révélateur, Anglo !

Saint Omer et l’intégration au monde franc

10La ville fut donc confinée dans un rôle de gros village abrité dans son rempart rectangulaire jusqu’au milieu du VIIsiècle. À ce moment-là, le pouvoir anglo-saxon et le paganisme commencèrent à reculer devant les Francs et les missionnaires chrétiens. Jusque-là, l’autorité des fils de Clovis avait été affirmée nominalement : elle ne fut d’aucun secours en effet au pape Grégoire le Grand lorsqu’il envoya dans le Kent Augustin avec plusieurs moines convertir la grande île. En revanche, la situation changea à la fin du règne de Dagobert. Des tiers de sou d’or pesant entre 1 gr 18 et 1 gr 36 furent émis à Boulogne par un monétaire appelé Borgasto entre 645 et 655. Il fut certainement en liaison avec l’évêque de Thérouanne-Boulogne dont nous parlerons plus loin car il assista comme témoin à des transactions foncières concernant des terres de l’évêché situées aux alentours de 50 km de la ville de Boulogne. Ces pièces révèlent la réapparition de la monnaie comme moyen d’échanges à la place du troc. Elles servaient au commerce maritime avec la Grande-Bretagne ainsi qu’aux achats de terres. L’analogie de la croix du revers de ces pièces avec celle des monnaies de Quentovic prouve que nous sommes toujours dans la même zone de relations économiques, celle des deux rives de la Manche devenues anglo-saxonnes. L’émission des monnaies boulonnaises continua jusqu’à la fin du VIIsiècle avec les frappes du monétaire Ibbinus qui, entre 650 et 670, lança sur le marché des tiers de sou. Ce furent les dernières pièces en or et la monnaie d’argent créée par Childéric II vers 672 en Gaule mérovingienne qui fut ignorée à Boulogne comme si la vie économique retournait, avec la chute des rois mérovingiens, dans les mains des maires du palais, au stade antérieur du troc.

11Le milieu du VIIsiècle fut donc pour Boulogne une époque d’intégration au monde franc. En effet un autre étranger venu de Coutances, Omer fut préposé entre 639 et 667 au diocèse de Thérouanne dont il baptisa les populations gallo-romaines. Il tenta d’en faire autant à Boulogne et son biographe nous le représente en train de prêcher dans la cathédrale qu’il avait réoccupée sur la fin de son épiscopat. Officiellement il est qualifié « d’évêque de Boulogne et de l’oppidum de Thérouanne », c’est-à-dire qu’il dirige, faute de cadres, un évêché double dans lequel Thérouanne fait figure d’une simple colline fortifiée par rapport à la ville haute de Boulogne qui est beaucoup plus importante. Mais pratiquement ses successeurs résidèrent tous à Thérouanne qui devint le véritable centre de l’évêché, même si plus tard au IXsiècle, l’archevêque de Reims, Hincmar, considère que juridiquement Boulogne est la tête naturelle de cette circonscription. La principale explication qui puisse être donnée à cette perte définitive de la résidence épiscopale par Boulogne est la très longue résistance des païens anglo-saxons installés probablement en plus grand nombre dans la campagne environnante que dans la ville. En 606 par exemple, l’abbé Pierre du monastère de Cantorbery fut envoyé par Augustin comme légat en Gaule. Mais il fit naufrage au cours d’une tempête et son corps fut rejeté sur la plage d’Amfleat (Ambleteuse) où les païens l’ensevelirent. Mais comme une lumière céleste s’allumait chaque nuit (feu follet ? ou remords ? On ne sait) les voisins finirent par transporter ses restes et leur donnèrent enfin une sépulture chrétienne dans l’église de Boulogne, l’ancienne cathédrale. Ceci devait se passer peut-être sous l’épiscopat de saint Omer. Il faut attendre la génération suivante avec saint Wulmer, moine d’origine anglo-saxonne, fondateur du monastère de Samer, pour que les derniers païens soient baptisés. La preuve en est qu’en 688 Wulmer reçut le roi des Wessex Cheadwala et l’instruisit du christianisme. Les liens entre les deux rives de la Manche restaient donc toujours étroits, mais rien n’indique que ce roi ait débarqué à Boulogne. En somme, le christianisme s’implanta complètement entre 667 et le début du VIIIsiècle.

12Extérieurement, cette intégration dans le cadre d’un royaume franc chrétien n’entraîna guère de modification. Nous ne savons pas si l’autorité mérovingienne fut concrétisée par l’installation d’un fonctionnaire responsable de la circonscription du Boulonnais, le pagus Bononiensis. Le comte mérovingien en effet, s’installe normalement dans chaque chef-lieu de cité, très souvent à l’angle opposé de l’évêque. À Boulogne il n’est connu qu’à l’époque carolingienne, mais il y a des fortes chances pour qu’il y en ait eu un au VIIsiècle et dans ce cas il aurait résidé dans le coin sud-est de la Ville Haute près de la porte Gayole et contre la Tour française à l’emplacement appelé Logis de Mr le duc sur le plan de 1676. Peut-être aussi faudrait-il attribuer à saint Omer ou bien à ses successeurs, Drauscius ou Bain, la construction d’une église dédiée à saint Pierre, patronage fort en honneur chez les missionnaires de cette époque. Appelée plus tard Saint-Pierre du Nieubourc, elle était située impasse des Pipots et fut détruite au dix-huitième siècle. Enfin, un pouillé de 1362, recueil des titres et revenus de l’église du lieu, signale l’existence d’une chapelle Saint-Éloi dont on ignore l’emplacement. Étant donné que ce patronage se répandit beaucoup pendant les vingt ans et même après qui suivirent la mort en 660 à Noyon du célèbre orfèvre, peut-être faudrait-il attribuer à cette époque l’édification de cet oratoire, mais ceci n’est qu’une supposition. Bref, Boulogne, au temps des premiers Carolingiens se trouve intégrée dans une civilisation où Anglo-saxons et Gallo-romains ont fini par fusionner sous l’égide du Christianisme.

Charlemagne à Boulogne

13L’époque de Charlemagne fut alors un moment de restauration et de paix, avant de se terminer sous les coups des Vikings. Équilibre instable d’ailleurs comme le prouve la visite de l’empereur en 811 à la ville : « Il vint lui-même à Boulogne à cause de la flotte qu’il avait ordonné de construire l’année précédente, là où ces mêmes navires avaient été rassemblés. Il fit restaurer le phare établi là depuis longtemps afin de diriger les courses des navigateurs et fit allumer à son sommet un feu nocturne ». Ceci signifie que la prospérité carolingienne attirait constamment les pirates scandinaves vers les ports où justement le commerce maritime était le plus intense, c’est-à-dire ceux du pas-de-Calais, le détroit séparant Douvres de Boulogne dont tous les navigateurs connaissaient la faible distance, puisque déjà au VIsiècle un historien byzantin, Procope, précisait qu’il était de cinq cent quarante stades soit quatre-vingt-cinq kilomètres. Le trajet qui durait un jour et une nuit fut certainement réduit par bon vent lorsqu’au début du VIIIsiècle la voile fut généralisée sur tous les bateaux sans pour autant supprimer la rame. L’apparition de la quille, l’importance des bateaux de commerce frisons, les kogge ronds et ventrus, ne pouvaient que remettre en honneur et en activité des ports en eau profonde comme celui de Boulogne. Aussi était-il capital que le phare de Caligula fonctionnât de nouveau pour permettre aux marins désormais plus nombreux de bien terminer leur traversée. Enfin, l’initiative de Charlemagne de créer une flotte de guerre pour protéger les convois commerciaux prouve qu’il tenta de reconstituer le système de surveillance des Romains, l’ancien Litus Saxonicum. Par suite de ce renforcement naval et militaire, Boulogne devint un asile sûr, car, malgré une absence totale de renseignements sur l’efficacité de la flotte face aux Scandinaves qui avaient l’habileté de commercer quand ils se sentaient en état d’infériorité et de tout piller quand ils se croyaient sûrs de l’impunité, nous constatons que sous l’épiscopat de Folcuin (816-855) un membre de la famille carolingienne, la ville resta intacte. Peut-être, mais là encore ceci n’est qu’une hypothèse plausible, cet évêque a-t-il construit une église dédiée à saint Nicaise qui existait certes au XIIIe siècle mais dont nous ignorons l’emplacement. En effet, la vogue de ce saint patron fut grande à cette époque puisqu’Usuard introduisit ce culte d’un martyr rémois dans son martyrologe entre 850 et 865. De plus Boulogne connut certainement une vie économique active sous le règne de Charles le Chauve (840-877) puisque le denier carolingien y fut émis régulièrement.

Plan de Boulogne-sur-Mer du Ve au XIe siècle.

Plan de Boulogne-sur-Mer du Ve au XIe siècle.

Exécution par le laboratoire cartographique du CNRS.

14Néanmoins la tourmente scandinave s’approcha dès 842 et 844 avec le premier pillage du port rival, Quentovic, dont les installations de bois flambèrent comme des allumettes vers les années 900. En revanche Boulogne demeurait inexpugnable derrière ses hauts murs et les chefs danois n’avaient pas à leur disposition les moyens techniques nécessaires pour assiéger des remparts aussi épais et élevés. Les Boulonnais assistèrent donc impuissants du haut de leurs murailles aux ravages des campagnes environnantes. Ils accueillirent même des réfugiés, des moines en particulier qui venaient cacher leurs trésors d’orfèvrerie liturgique et surtout les reliques de leurs saints martyrs et confesseurs. Ne pouvant résister à l’embouchure de la Seine, les Bénédictins de Saint-Wandrille se déplacèrent d’abord à Outreau en 851, puis s’enfermèrent dans l’enceinte de Boulogne en 866 avec les ossements de Wandrille, Ansbert et Wulfran, leurs saints abbés. Puis un évêque de Nantes, Actard dont la ville avait été prise par les Scandinaves vint s’abriter à Boulogne en 871. Paradoxalement alors que Thérouanne est détruite par la grande expédition viking de 879 et que l’évêque Herland, responsable en même temps de Boulogne, est obligé d’abandonner son siège pour Châlons-sur-Marne où il meurt en 920, notre cité portuaire reste indemne au bord de cette mer complètement dominée par les pirates scandinaves !

Les Vikings maîtres du port

15En effet, en 884, l’annaliste de Saint-Vaast d’Arras précise : « les Danois, au cours de leur expédition, vinrent à Boulogne où ils tinrent conseil pour savoir que faire. Une partie d’entre eux traversa la mer, et l’autre partie se rendit à Louvain en Lotharingie où ils décidèrent d’installer un camp pour hiverner ». Par conséquent seul le port tomba aux mains des envahisseurs. La ville haute imprenable resta intacte et les futurs Normands n’y demeurèrent point. Aucun autre témoignage en effet ne prouve que l’ancien camp romain fut pris. Et d’ailleurs, le fait que les reliques ne disparurent point de Boulogne par la suite prouve que rien n’a été bouleversé. Mieux encore, la ville continue à servir de refuge alors même que la menace des Vikings persiste dans la région. Ceux-ci s’embarquent de nouveau pour l’Angleterre lors de l’été 892 après avoir construit trois cents navires à Boulogne. Puis un certain Sifrid parvint, en 928, à créer une petite principauté normande à Guînes. En fait, il fallut attendre 940 pour ne plus entendre parler d’eux. Aussi fut-il normal qu’aux alentours de 923, le roi Charles le Simple ait ordonné le transfert des reliques de saint Bertulf, de Renty dans la ville forte « où il savait qu’elles seraient conservées à l’abri avec dévotion. En effet, cette cité de Boulogne était alors sous sa domination, bien fortifiée au bord de la Manche et bien adaptée au commerce maritime ». Ceci confirme que la tourmente scandinave a fait de Boulogne le véritable œil du typhon autour duquel tournoyèrent les ravages et les déprédations. Vers 940 ou 944 le comte Arnoul le Grand, comte de Flandre, la paix revenue, fit transférer toutes les reliques conservées à Boulogne dans sa ville de Gand afin de donner du lustre à sa capitale. L’absence de réaction des Boulonnais prouve combien la population devait alors être réduite.

16Mais justement il importe d’expliquer maintenant comment et pourquoi Boulogne est passée de l’autorité du roi de France à celle du comte de Flandre. Il faut bien avouer que l’histoire de Boulogne devient au milieu des invasions étrangères et des guerres civiles de plus en plus obscure. L’historien est ici obligé de rassembler quelques épaves de textes et de les relier entre elles par des hypothèses explicatives qui n’ont en leur faveur que la vraisemblance. Comme le vrai n’est pas toujours vraisemblable, le lecteur n’en voudra pas à l’auteur de ces lignes d’avancer sur ce terrain miné à l’aide d’explications sujettes à révision à la moindre nouvelle découverte. Ceci dit, commençons par ce qui est certain dans l’histoire de Boulogne avant de passer au probable.

17La ville et le comté (le Boulonnais et le Ternois) furent dirigés entre 853 et 859 par un dénommé Engischalk. Puis de 886 à 896, et peut-être même avant ces dates, le comte fut Erchanger. Ce fidèle du roi Charles le Chauve fut expulsé de sa fonction et de son territoire en 896 par Baudouin II, comte de Flandre qui cherchait à créer pour lui-même une principauté territoriale autonome. À sa mort en 918, il partagea son héritage et accorda la Flandre à l’aîné Arnoul et l’ancien comté d’Erchanger à son deuxième fils Adalolphe, lequel combattit probablement les Normands à partir de Boulogne et fut même chargé par le père de Huges Capet, Hugues le Grand de négocier son mariage avec la fille du roi anglo-saxon Aethelstan. Le port redevenait donc le point de passage obligatoire des convois officiels vers l’Angleterre. Deux ans après la mort d’Adalolphe, en 935, le roi Louis IV d’Outremer revint d’exil en débarquant sur la plage de Boulogne, où il fut accueilli par Hugues le Grand et les nobles du royaume qui lui prêtèrent hommage et le reconnurent en tant que seigneur et roi. Comme on le voit, l’Angleterre est toujours à l’arrière-plan de Boulogne.

Les premiers comtes de Boulogne

18Ensuite, le sort de la ville devient de plus en plus difficilement discernable. Il est possible qu’à la mort d’Adalolphe, le frère aîné, Arnoul 1er se soit emparé des terres de son cadet au mépris du droit de ses neveux. En 960-961 peut-être tenta-t-il d’accorder le Boulonnais à son fils Baudouin III mais ce dernier mourut très jeune le 1er janvier 962 à Saint-Bertin. Les fils d’Adalolphe se révoltèrent alors contre Arnoul 1er. L’un d’eux fut mis à mort, mais l’autre dénommé, comme son oncle, Arnoul, parvint à se faire reconnaître la possession du Boulonnais. Cet Arnoul de Boulogne est resté maître de la ville fort probablement de 964 à 988 environ. À cette date son héritage fut divisé en trois, et Boulogne passa à son fils Baudouin, qui devint ainsi le deuxième comte d’un ensemble réduit à la ville et à un territoire croupion d’où avaient été distraits les comtés de Ternois et de Guînes. Ce fut à cette époque que les comtes de Boulogne commencèrent à se faire enterrer au monastère de Samer fondé, on l’a vu, par saint Wulmer. Vers 1025, Baudouin de Boulogne fut tué au cours d’une guerre féodale et fut remplacé par son frère Eustache I qui mourut en 1046 ou 1047. Telle est l’hypothétique reconstitution de l’histoire des maîtres de Boulogne au cours du Xsiècle. Comme on le voit ces innombrables guerres locales ne furent guère favorables à la vie urbaine et il faut bien avouer que nous ne saurons strictement rien sur ce qui se passa dans la ville entre le départ des derniers Normands et l’époque d’Eustache 1er. L’auteur de la vie de Folcuin de Lobbes, qui écrit entre 968 et 990, l’avoue crûment : « En effet de ce côté-ci qu’occupe la ville de Boulogne et le phare d’Odre, il est facile de traverser vers la Grande Bretagne. Ce peuple est de mœurs désordonnées, utilisant plus souvent les armes que la discussion et comme il a été dit avant nous, doué de beaucoup d’éloquence mais de peu de sagesse. Il n’était pas facile de maîtriser leur barbarie indomptée et leur continuelle propension au mal, à moins d’avoir recours à la prudence et à la perspicacité d’un homme d’Église très élevé ».

19Deux faits corroborent cette impression de sauvagerie des Boulonnais qui ne pliaient les genoux devant personne, sauf les porteurs de reliques. L’évêque Herland qui dut quitter Thérouanne et Boulogne, nous l’avons vu, se plaignait amèrement de ne pouvoir se faire comprendre de ses ouailles, lorsque le pape Formose lui reprochait de les avoir abandonnées. Parlaient-elles encore le saxon, c’est-à-dire, cette lingua franca de la mer du Nord, le nord-zee-germanisch ? C’est possible. En tout cas Herland les trouvait particulièrement féroces. Un autre trait de cette cruauté est évoqué par un moine de Saint-Winoc. Il cite le cas d’un certain Mirolfe qui, vers la fin du Xsiècle peut-être, s’était emparé par la force de paysans fugitifs qu’il avait enchaînés pour les vendre comme esclaves à des négociants d’outre-mer probablement des Anglais venus à Boulogne. Or nous sommes à une époque où disparaît l’esclavage dans l’Europe du nord. Au milieu du désordre politique qui règne dans la région il n’est pas étonnant que de tels faits aient été possibles. Les querelles entre comtes devaient permettre bien des abus de pouvoirs et les liaisons maritimes avec une Angleterre toujours attaquée par les Danois bien des échappatoires et des fuites opportunes. On aura remarqué d’ailleurs, qu’aux dires de Folcuin, le phare fonctionne toujours, puisqu’il est appelé tour d’Odre. Le mot vient du latin ardens, qui signifie en feu. Donc chaque nuit le feu continuait à brûler au sommet de la tour à douze étages.

20Le retour à la normale est alors le propre des années qui suivent l’an mille. Déjà Abbon, moine de Fleury, avait fait une traversée mouvementée en 982 pour se rendre en Angleterre à l’abbaye de Ramsay où il fut écolâtre. Embarqué à Boulogne, il faisait partie d’un convoi de huit navires. En cours de route, ils rencontrèrent des marsouins et des dauphins qui jouaient dans l’eau et même des baleines dont le dos sortait des flots telles « des toits de très hautes maisons qui venaient les heurter ! ». Nous savons en effet que la pêche à la baleine est alors courante dans le pas-de-Calais. Mais ces navires devaient être moins gros que ces grands cétacés car « disloqués par le choc des poissons et les orages de la tempête » six d’entre eux coulèrent et Abbon échappa de justesse à la catastrophe avec les deux autres. Par la suite les traversées devinrent plus régulières et les bateaux plus gros, même si les fantaisies du vent s’y opposaient. Que ce soit à Boulogne ou bien à Wissant devenu le grand rival, les bateaux de pêche servent de plus en plus à faire des voyages répétés. Le comte Eustache II de Boulogne (1045/7-1087) eut certainement besoin de tous les bateaux boulonnais pour accompagner Guillaume le Conquérant avec les siens, hommes et chevaux. Son rôle dans la conquête fut certainement important car il obtint ensuite de nombreux fiefs en Angleterre et devint un fidèle influent du nouveau roi après la célèbre victoire de Hastings en 1066. De même nous savons que deux ans plus tard, Gervin, abbé de Saint-Riquier, patienta longtemps à Wissant avant de pouvoir s’embarquer pour la grande île. Il y avait là, nous dit son biographe, des abbés et des moines qui attendaient, « plus d’une centaine, outre une grande foule de soldats et de négociants ». Donc la conquête de l’Angleterre par les Normands aidés par les marins boulonnais et flamands marque le début d’une expansion soudaine et brutale pour la ville et le port. L’empire anglo-normand nécessite des allers et retours continuels, de princes, de chevaliers, de fonctionnaires, de clercs, de commerçants et de pèlerins. L’âge d’une certaine piraterie en mer du Nord est désormais fini.

Débuts de l’expansion boulonnaise en mer du Nord

21Ce retour de la prospérité économique se marque d’ailleurs par la réapparition de la monnaie boulonnaise. Les liens d’Eustache II avec l’Angleterre étaient en effet très anciens puisqu’il fut marié en premières noces avec la sœur du roi anglo-saxon Edouard le Confesseur, dénommée Goda et qu’il s’était rendu en 1048 à la cour de son beau-père Ethelred II. Aussi après la conquête fut-il le premier comte de Boulogne à faire battre monnaie, à son nom. Le revers de ses deniers d’argent portait une croix pattée et l’inscription URBS B(O)L(O)NIE, ville de Boulogne. Le type imitait les monnaies anglo-saxonnes. La puissance économique et politique d’Eustache II fut telle qu’il se crut assez fort pour monter une révolte contre Guillaume le Conquérant. Il tenta en particulier, à la demande de certains Anglo-Saxons, de faire se soulever contre son seigneur la ville de Douvres. Ainsi aurait-il été maître de tout le détroit et de ses relations commerciales dont l’intensité allait en croissant. Mais il échoua et parvint cependant à se réconcilier avec Guillaume et même à garder ses fiefs anglais, preuve supplémentaire de la position-clé de Boulogne et de ses ports dans les relations avec l’Angleterre. Le duc-roi ne pouvait se passer d’un allié aussi important.

22La prospérité et les ambitions du comte de Boulogne continuèrent avec Eustache III dont on ne sait à quelle date il succéda à son père Eustache II, peut-être entre 1087 et 1093. Car il parvint à se marier avec Marie, fille du roi d’Écosse Malcolm III, le vainqueur de Macbeth, un adversaire acharné de Guillaume le Conquérant et de son fils Guillaume le Roux. Le comte de Boulogne cherchait donc par une alliance en tenaille à s’emparer des terres anglaises du duc-roi. D’ailleurs il frappe des deniers à son nom à York, ville près de laquelle il avait des fiefs. La mer était donc un lieu privilégié pour asseoir une domination d’une telle ampleur. Boulogne brusquement passait au plan européen.

Nouvelles églises

23Les effets économiques de cette puissance maritime et guerrière ne tardèrent pas à se faire sentir au niveau des constructions monumentales de Boulogne. Le Nieubourc ou nouveau bourg qui s’étalait au pied des remparts jusqu’à la grève fut probablement reconstruit à la fin du Xsiècle, ainsi que par ailleurs les églises Saint-Pierre et Saint-Martin en même temps. Puis un nouveau sanctuaire apparut juste en dessous des remparts. Dédié à saint Nicolas, il était le signe des temps nouveaux. Ce martyr grec du IVsiècle avait été enterré dans une église du port de Myre. Comme les musulmans menaçaient continuellement ce sanctuaire, ses reliques furent transférées à Bari en Italie du sud en 1087. De là son culte se répandit à travers tous les ports européens soit par le biais des marins dont il était le protecteur soit par la faveur des pèlerins qui s’embarquaient à Bari pour Jérusalem et la Terre Sainte. L’Église Saint-Nicolas fut donc construite probablement après cette date. Elle révèle en même temps les liens commerciaux et religieux des Boulonnais avec la Méditerranée.

24Cet essor monumental et religieux fut favorisé par la comtesse Ide. Devenue veuve d’Eustache II, elle fit de nombreuses largesses aux églises de la ville tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des murs. Toujours dans cette deuxième moitié du XIsiècle, à une date mal connue, elle contribua à fonder avec Eustache III, le monastère Saint-Wulmer. La piété des comtes de Boulogne envers le fondateur de Samer, leur saint protecteur était ancienne. Aussi utilisèrent-ils probablement une maison où s’étaient réfugiés les moines de Samer avec leurs reliques pendant les invasions scandinaves. La mère et le fils élevèrent à la croisée du cardo et du decumanus face à l’actuel Hôtel de Ville, une église et ses dépendances conventuelles. Peut-être faudrait-il aussi attribuer à la comtesse Ide l’édification dans la ville haute de la chapelle Sainte-Catherine signalée en 1208. Elle desservait l’hôpital. Enfin Ide fit construire avec l’argent de ses biens personnels le prieuré du Wast en dehors de Boulogne même, et affilié à Cluny, puis près de Calais, sur le territoire de Marck, un autre monastère Notre-Dame de la Capelle.

25En somme l’évolution topographique de Boulogne est fort curieuse car la surface occupée par la ville était la même à la fin du XIsiècle, que celle du IVsiècle ! Dotée d’une très vaste enceinte de plus de 13 hectares par les Romains, au lieu de 4 ha 50 pour Douvres, elle se retrouvait avec une ville basse de même superficie que celle occupée par les Romains. Cela est dû au rôle européen et maritime retrouvé. Entre ces deux siècles, Boulogne fut réduite à sa plus simple expression. Elle n’a connu que deux courtes périodes d’expansion, l’une avec saint Omer au VIIsiècle qui la vit passer de quatre à six églises, l’autre avec Folcuin pendant laquelle elle acquit un autre sanctuaire. Il faut attendre l’époque de la comtesse Ide pour que Boulogne se retrouve avec environ une dizaine d’édifices sacrés. Lents progrès dûs certainement à l’absence de l’évêque même si officiellement Boulogne avait tous les titres requis pour être un évêché. Certes le développement de la ville est proche de ceux de Cambrai, d’Arras ou d’Amiens aux mêmes époques, mais faute de concentrer tout le trafic maritime à destination de l’Angleterre par suite de la concurrence de Wissant, de Sangatte et bientôt de Calais, Boulogne ne peut être comparée à Gand ou à Bruges qui se développent alors beaucoup plus vite.

Les 3 fils d’Eustache : Eustache III, Godefroy de Bouillon et Baudouin.

Les 3 fils d’Eustache : Eustache III, Godefroy de Bouillon et Baudouin.

Manuscrit B. M. B. 142, Les 3 fils d’Eustache à cheval.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service communication.

L’influence de sainte Ide de Boulogne

26En fait, Boulogne a toujours eu un rôle plus stratégique et politique qu’économique. La splendeur du temps de la comtesse Ide est là pour le prouver. Celle-ci a vécu de 1040 à 1113. Fille de Godefroi duc de Lorraine qui descendait de Charlemagne, elle reçut de sa mère Doda une éducation religieuse et intellectuelle qui la tourna vers la vie active. Mariée avec Eustache II aux alentours de vingt ans, elle vit à son arrivée toute la population boulonnaise venir l’accueillir au sortir de la ville sur la route. Elle eut trois fils de son mari, le premier Eustache III devenu comte de Boulogne, le second Godefroi dit de Bouillon à cause de son fief en Belgique, et le troisième Baudoin de Bourg. Tout le monde connaît le rôle de Godefroi de Bouillon lors de la première Croisade et l’on sait qu’après la prise de Jérusalem en 1099 il fut élu Avoué du Saint Sépulcre, car il avait refusé par humilité le titre de roi de Jérusalem. À sa mort, en 1100, son frère Baudoin lui succéda cette fois-ci en tant que roi. Ide a donc été la mère d’un comte et de deux rois lesquels, accompagnés de Boulonnais, furent à l’origine du royaume latin de Jérusalem avec l’aide de Picards et de Flamands anonymes dont le trouvère Graindor de Douai nous a décrit les heurs et malheurs dans la Chanson d’Antioche. Il faut dire que l’éducation d’Eustache, de Godefroi et de Baudouin avait été particulièrement soignée et réussie. L’auteur d’une vie de sainte Ide nous signale en effet, entre autres preuves de ses qualités de mère, qu’elle allaita elle-même ses enfants, fait exceptionnel dans la noblesse du temps qui avait recours aux nourrices. Ceci laisse supposer chez sainte Ide une activité personnelle en matière d’éducation corporelle et spirituelle dont on ne peut qu’admirer les résultats chez ses fils. Elle eut aussi plusieurs filles dont l’une fut mariée avec l’empereur germanique Henri IV. Si nous pouvons estimer sans risque d’erreur que son mariage a duré vingt-sept ans, ceci nous permet de conclure que dans la haute noblesse du temps régnait une fécondité naturelle à raison d’un enfant tous les trois ans, en l’occurrence au minimum, six, et peut-être même plus car le nombre exact de ses filles n’est pas connu.

27Devenue veuve aux alentours de la cinquantaine, Ide entre alors dans une seconde phase de sa vie. Nous avons déjà souligné son activité en tant que constructrice d’églises et de monastères. Il faut y ajouter son action charitable en faveur des malades et de tous les pauvres en général. Ceci explique qu’elle ait alors beaucoup voyagé aussi bien dans l’Empire, dans les Flandres qu’en Angleterre afin probablement de ramasser les revenus de ses biens fonciers personnels très dispersés dans l’Europe du nord et d’en améliorer la gestion et la rentabilité. Conseillée et dirigée par saint Anselme, abbé du Bec Hellouin, puis archevêque de Cantorbery de 1073 à 1109, qu’elle rencontra certainement lors de ses nombreuses traversées du pas-de-Calais, elle fut une de ces femmes pour qui la vie dans le siècle n’était possible que grâce au ressourcement dans la prière monastique. L’exercice du pouvoir n’était chez elle que la conséquence d’une vision mystique du monde, celle d’un mariage entre la création et son créateur. Aussi n’est-il pas étonnant qu’à sa mort, le dimanche 13 avril 1113, bien que les chanoines de Notre-Dame de Boulogne et ceux de Saint-Wulmer aient réclamé son corps, elle ait fixé avec précision le lieu de sa sépulture au monastère du Wast où elle avait si souvent prié.

Le pirate Guinemer

28Son culte se développa très rapidement, car déjà de son vivant elle était éminemment respectée. D’ailleurs ce mélange de contemplation et d’action qu’elle avait enseigné à ses fils se retrouve chez eux. Eustache III abdiqua en 1125 et devint moine à Rumilly. Et si Godefroi de Bouillon partit en Terre Sainte le 15 août 1096, date révélatrice, ce fut à la suite d’un vœu personnel. En effet pour réparer les dommages qu’il avait fait subir à la ville de Rome lors de la prise d’assaut de 1084 où il avait obéi à l’empereur Henri IV qui chassa le pape Grégoire VII en exil, Godefroi était résolu à tout abandonner pour expier ce péché sur la route de Jérusalem. La prédication d’Urbain II ne fit que précipiter son départ déjà décidé. Or, le duc et son frère étant arrivés à Tarse, port situé à l’actuelle frontière de la Turquie et de la Syrie, voici que les croisés aperçoivent au large une flotte de pirates. Elle était dirigée par un ancien serviteur du comte Eustache II, un Boulonnais, Guinemer. Depuis huit ans avec ses compagnons il écumait la Méditerranée pillant indistinctement chrétiens, byzantins et musulmans. Au début, ils assurèrent la sécurité de leurs compatriotes puis, toujours aussi inconséquents, attaquèrent le port byzantin de Laodicée et Guinemer fut fait prisonnier. L’intervention de Godefroi de Bouillon auprès du duc byzantin permit sa libération et dès lors, les hommes et les vaisseaux du pirate boulonnais furent à son service surveillant les côtes et protégeant la progression des Croisés jusqu’à Jérusalem.

29Ainsi tout au cours de cette phase soi-disant obscure du Haut Moyen Âge, Boulogne garde ses caractères spécifiques romains et en gagne d’autres. Elle reste fondamentalement un port tourné vers la mer et l’Angleterre. La permanence de son phare, malgré l’interruption saxonne, en témoigne. Tournant le dos au continent, elle reste coupée de l’arrière-pays par son peuplement anglo-saxon. Elle ignore le pouvoir franc jusqu’au VIIsiècle. Elle est retirée au pouvoir carolingien à la fin du IXsiècle et n’entre dans le grand comté de Flandre qu’avec de très vives réactions de rejet pour se réduire au strict comté limité au pays côtier au milieu du Xsiècle. Boulogne reste un port militaire soit romain jusqu’au milieu du Vsiècle, soit carolingien. Et dans ce cas précis, le port fut pris mais non la ville haute, grâce aux remparts romains.

30Les nouveautés sont capitales. Les pirates saxons ont généralisé ce type d’échanges primitifs où le troc, la prise, le droit d’épave et le butin ne sont que les aspects d’une même réalité, un commerce de temps de guerre. Les Vikings n’ont fait que l’accentuer, et les premiers marins boulonnais indépendants font de même soit en participant à la conquête de l’Angleterre, en 1066, soit en ravageant les côtes méditerranéennes comme Guinemer. Rares furent donc les périodes de paix et de prospérité, le milieu du VIIsiècle et le règne de Charlemagne avant le grand élan du XIsiècle, trois phases bien démontrées par la frappe et la circulation des monnaies boulonnaises.

31Ces courts moments de calme et de prospérité furent d’ailleurs ceux de l’arrivée et du progrès du christianisme. Après l’éphémère fondation de saint Victrice, l’œuvre la plus importante fut celle de saint Omer, puis de saint Wulmer. Un parallélisme étonnant peut même être établi entre le rôle de ces saints et la construction des églises dans Boulogne dont la « cathédrale », toujours dépourvue d’évêque, un cas rarissime, se vit entourée à chaque période de paix et d’évangélisation d’édifices sacrés supplémentaires, jusqu’à l’épanouissement avec les sanctuaires fondés par sainte Ide. Ville militaire, Boulogne est devenue en plus une ville sainte. Cette curieuse association de deux fonctions opposées l’a même sauvée à la fin du IXsiècle lorsqu’elle fut littéralement bourrée de reliques réfugiées. Entre la violence de la mer, la sauvagerie de ses habitants, la piété de ses missionnaires ou la bonté de sa comtesse, Boulogne avait été la ville des pirates et des saints.

Carte du Boulonnais dressée par R. Phelipaux en 1784.

Carte du Boulonnais dressée par R. Phelipaux en 1784.

B. M. Boulogne N° 37.029, portefeuille 46.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

Table des illustrations

Titre Coupe en verre gravée, trouvée dans le cimetière du Vieil-Atre, représentant le sacrifice d’Abraham (IVsiècle).
Légende Gravure représentant l’original extraite de V.J. Vaillant, Épigraphie de la Morinie 1890.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Plan de Boulogne-sur-Mer du Ve au XIe siècle.
Crédits Exécution par le laboratoire cartographique du CNRS.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7577/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Les 3 fils d’Eustache : Eustache III, Godefroy de Bouillon et Baudouin.
Légende Manuscrit B. M. B. 142, Les 3 fils d’Eustache à cheval.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7577/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Carte du Boulonnais dressée par R. Phelipaux en 1784.
Légende B. M. Boulogne N° 37.029, portefeuille 46.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7577/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 479k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540