Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de Boulogne-sur-Mer

 | 
Alain Lottin

Chapitre I. Des origines aux invasions du Vsiècle

Claude Seillier

Texte intégral

1Ancien bombement anticlinal creusé en boutonnière par l’érosion, la fosse boulonnaise, ceinturée par une ligne de collines escarpées qui l’isole de l’intérieur, forme un vaste amphithéâtre largement ouvert vers la mer. C’est seulement après la dernière glaciation, celle de Würm, que cette façade maritime du Boulonnais a pris sa configuration actuelle. Il y a dix mille ans environ, un lent réchauffement a amené la fonte des glaces, entraînant un relèvement du niveau marin aux dépens du domaine continental qui aboutit à l’ouverture du détroit du pas de Calais. Au moment de la conquête romaine, le niveau marin était sensiblement le même qu’actuellement et la ligne de rivage peu différente de celle que nous connaissons, compte tenu des phénomènes d’érosion qui modifient lentement le profil de la côte.

Préhistoire et protohistoire

2Les territoires qui forment l’agglomération boulonnaise étaient habités bien avant que ne se produise l’évolution que nous venons de décrire. Les plus anciens témoins de l’industrie humaine ont été découverts à la Pointe-aux-Oies, au nord de Wimereux. Des nucleus et des chopping-tools, galets dont une arête tranchante a été dégagée par des enlèvements bifaciaux, représentent une industrie extrêmement archaïque, à la patine épaisse et luisante, qui est difficilement datable, mais peut être attribuée au Paléolithique ancien. Au sud de l’estuaire de la Liane, un autre gisement d’époque paléolithique, témoin d’une occupation humaine, a été découvert au XIXsiècle dans le loess des falaises de Châtillon.

3Plus que les chasseurs du Paléolithique, les cultivateurs néolithiques qui ont peuplé la région aux IVe et IIImillénaires avant notre ère, ont laissé de nombreuses traces de leur passage. Des haches polies ont été ramassées un peu partout sur le territoire de Boulogne (Châtillon, Moulin-Wibert) et des communes voisines. Des gisements de surface ont été prospectés à Wimereux (dunes de la Pointe-aux-Oies et Hobengues), Wimille (La Poterie) et le Portel (falaises d’Alprech). Autour de Boulogne, cette période est surtout caractérisée par la présence d’une série de sépultures collectives, vraisemblablement attribuables au Néolithique final (2500-2000 avant J.-C). Ce sont la tombe en fosse des Garennes à Equihen, découverte en 1867 ; le tumulus du Ballon à Wimereux, fouillé en 1897 et 1907, et l’allée couverte de la Pointe-aux-Oies, constituée par un coffre de dalles de 4 m x 1,80 m, à l’intérieur duquel ont été retrouvés les restes de six individus, et qui a été explorée en 1930 et 1979. Il convient d’ajouter à cette liste l’inhumation centrale du tumulus dit la Tombe Fourdaine, à Equihen, qui contenait un squelette en position repliée accompagné d’un vase campaniforme qui situe la sépulture au Chalcolithique, période intermédiaire entre le Néolithique et l’âge du bronze.

4Les civilisations protohistoriques n’ont laissé que peu de traces dans la région. C’est le cas de l’âge du bronze (1800 à 800 avant J.-C.) qui n’est connu que par quelques vestiges sans contexte. Une épée provenant de l’ancien lit de la Liane et une pointe de lance ont été trouvées lors du creusement du bassin à flot. Des cachettes contenant quelques haches ont été découvertes à Châtillon et Saint-Léonard et l’érosion marine a dégagé une épée en face de Wimereux. À ces témoins bien localisés d’une présence humaine, il faut ajouter plusieurs haches en bronze étiquetées « Boulogne et environs » qui sont entrées au Musée au XIXsiècle.

5Le premier âge du fer, le Hallstatt, qui succède à l’âge du bronze, est complètement absent : aucun vestige d’habitation n’a été identifié, aucun objet n’a été recueilli. Quant à l’époque de La Tène, si elle nous est connue dans sa période la plus récente, c’est surtout par les quelques renseignements que nous ont transmis les auteurs latins, notamment César. Le peuple des Morins occupait alors la région où il s’était probablement installé lors des mouvements de populations qu’a connus le nord de la Gaule aux IIIe et IIsiècles avant notre ère. À l’époque historique, leur territoire était limité : au nord, par le cours de l’Aa et de la Lys ; à l’Est, par celui de la Clarence ; au Sud, par la Canche. Virgile (Enéide, VIII, 727) les a qualifiés d’extremi hominum Morini, formule qui a été reprise avec quelques variantes par d’autres auteurs latins. Les derniers des hommes, les Morins, peuple de marins établi sur le rivage qui fait face à l’île de Bretagne, l’étaient par rapport à ce monde inconnu des Romains où César fut le premier à débarquer.

Plan de Gesoriacum (Boulogne) aux IIe-IIIe siècles.

Plan de Gesoriacum (Boulogne) aux IIe-IIIe siècles.

J. Y. Gosselin, Cl. Seillier.

6Nous n’avons pratiquement aucun témoignage archéologique de la présence des Morins sur le territoire de l’agglomération boulonnaise. Un habitat, probablement postérieur à la conquête romaine, a été découvert à Wimereux avant la première guerre mondiale. À Boulogne même, aucun niveau pré-romain n’a été découvert lors des fouilles de la ville haute où beaucoup d’historiens locaux plaçaient un oppidum gaulois, et les deux monnaies en bronze au cheval, trouvées à Bréquerecque et au-dessus des Tintelleries, ont été perdues postérieurement à la conquête. Sur la rive gauche de la Liane, Châtillon a aussi livré quelques monnaies gauloises au cheval.

7Le bref inventaire archéologique que nous venons d’établir, permet de constater qu’en dehors du territoire de Wimereux, l’occupation préhistorique et protohistorique se concentre essentiellement sur la rive gauche de l’estuaire de la Liane, à Châtillon, Outreau, Le Portel, Equihen. L’habitat romain, médiéval et moderne, plus dense sur la rive droite a pu détruire en grande partie des structures sous-jacentes, mais en l’absence de toute découverte d’habitat, de nécropole ou même d’objets isolés, l’existence d’un établissement humain de quelqu’importance avant la conquête apparaît peu vraisemblable. Boulogne peut être considéré comme une création romaine.

De César à Claude

8Si l’on admet, selon l’hypothèse la plus vraisemblable, que le Portus Itius mentionné au livre V, 5 de la Guerre des Gaules, doit être localisé dans l’estuaire de la Liane, l’histoire de Boulogne commence avec la première expédition de César dans l’île de Bretagne (l’actuelle Grande-Bretagne), en 55 avant notre ère.

9L’estuaire de la Liane était alors beaucoup plus large et profond, bien protégé par les falaises de Châtillon et de la Tour d’Odre qui s’avançaient plus loin en mer, séparées par un goulet orienté vers l’Ouest. Recouvrant l’actuel quartier de Capécure, il s’étendait des falaises d’Outreau jusqu’au pied du plateau de la ville haute et offrait un havre suffisamment vaste et abrité pour accueillir une flotte importante. Pour sa seconde expédition en Bretagne, en l’an -54, César y aurait réuni plus de 800 vaisseaux. Le cap Ition mentionné par le géographe Ptolémée qui écrivait au second siècle, peut correspondre à la péninsule d’Outreau. Le camp de César, dont aucune trace n’a été retrouvée sur la rive droite de la Liane était peut-être établi de ce côté de l’estuaire.

10Dès cette première tentative, le destin de Boulogne a été lié à l’intérêt porté par Rome à l’île de Bretagne. Les expéditions de César n’ont pas eu de suites immédiates et son successeur, Auguste, retenu par des tâches de pacification en Espagne et dans les Alpes, ainsi que par les campagnes de Germanie, dut remettre à plus tard la conquête de l’île. Cependant, la convergence vers l’estuaire de la Liane de grandes voies stratégiques lors de la mise en place du réseau routier de la Gaule du Nord, atteste que le projet n’était pas abandonné et témoigne du choix de ce site portuaire comme base de départ bien avant l’expédition de 43. Quatre routes y aboutissaient selon les itinéraires anciens. L’une venait de Cassel, chef-lieu de la cité voisine des Ménapiens. Le tracé de celle passant par Gravinum reste hypothétique. Quant aux deux voies principales, elles conduisaient, l’une de Rome vers Boulogne par Milan, Reims et Amiens, l’autre qui est considérée comme le grand axe stratégique de la Gaule du Nord, de Boulogne à Thérouanne, Arras, Bavay, Tongres et Cologne. Cette transversale mettait en relation la frontière du Rhin, où stationnaient les légions les plus aguerries, avec le littoral de la Manche et, au-delà, par la voie maritime, avec la Bretagne. Nous savons par Strabon qu’Agrippa traça une voie par Amiens pour joindre Lyon à l’océan. La mise en place de ce réseau routier commença donc vers la fin du premier siècle avant notre ère (Agrippa séjourna en Gaule entre -39 et -37 et en -19), sous le règne d’Auguste.

11Le port vers lequel convergeaient ces voies était établi sur la rive droite de l’estuaire de la Liane. Moins haute et moins escarpée que le plateau d’Outreau, celle-ci offrait de bons sites portuaires dans l’anse de Bréquerecque et dans le vallon des Tintelleries et présentait l’avantage d’être plus facilement accessible que l’emplacement présumé du Portus Itius, trop isolé sur une presqu’île qui ne communiquait avec l’arrière-pays que par un étroit passage orienté vers le sud. La date de fondation de la ville ne nous est pas connue. Elle est citée, sous le nom de Gesoriacum, dans un passage de Florus (II, 30, 26), relatif aux années 12 à 9 avant J.-C. Malheureusement, ce texte, si important pour l’histoire locale, reste controversé et rien ne prouve que l’auteur, qui écrivait au second siècle, n’a pas employé par anticipation le nom en usage de son temps. La ville est ensuite appelée Bononia dans une lettre envoyée, en 4 de notre ère, par le futur empereur Tibère au sénat et au peuple de la ville d’Aizanoi, en Phrygie, lors d’une expédition contre la Germanie qui le conduisit également à Bavay.

12Dès le début de son histoire apparaissent les deux noms sous lesquels la ville a été successivement désignée : Gesoriacum et Bononia. L’origine celtique de l’un et de l’autre de ces toponymes rend vraisemblable leur ancienneté et leur coexistence. L’explication la plus communément admise de cette dualité consiste à attribuer le nom de Gesoriacum à la ville basse et celui de Bononia à la ville haute. La prépondérance du port durant les trois premiers siècles de l’Empire aurait d’abord imposé le premier de ces toponymes qui apparaît seul dans les textes et les inscriptions de cette époque. Bononia l’aurait supplanté au Bas-Empire, à la fois pour des raisons politiques et parce que le centre de l’agglomération s’était déplacé vers la ville haute fortifiée.

Phare romain, dit Tour d’Odre, d’après la vue de Boulogne de 1611 par Duviert.

Phare romain, dit Tour d’Odre, d’après la vue de Boulogne de 1611 par Duviert.

Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.
© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.

13Une période décisive pour le développement de la nouvelle ville a commencé en 39 de notre ère avec le projet de débarquement en Bretagne de Caligula. Si l’expédition n’a pas dépassé le rivage de Gesoriacum, l’empereur, avant de se retirer et de regagner Rome, « fit construire, en souvenir de sa victoire, une tour très élevée, où des feux devaient briller toutes les nuits, comme sur celle du Phare (d’Alexandrie) » (Suétone, Caligula, 46). Cette phrase indique bien la double fonction de ce phare, généralement identifié avec la Tour d’Odre, à la fois guide pour la navigation et monument élevé à la gloire de Rome et de l’empereur, face à la Bretagne encore indomptée. Quant au projet d’invasion, il devait aboutir dès 43, sous Claude, successeur de Caligula. Peu après les légions, l’empereur s’embarqua à Gesoriacum pour visiter les territoires soumis.

14Par cette conquête, restée inachevée en dépit de longues et difficiles campagnes, les Morins cessaient d’être les hommes du bout du monde et Gesoriacum, port par lequel s’effectuaient les liaisons militaires et commerciales avec la nouvelle province, devenait également la base d’une flotte permanente, la Classis Britannica.

La flotte de Bretagne (Classis Britannica)

15Interprétant un passage de Florus (II, 30, 36), J. Heurgon admet la création à Gesoriacum, dès 12 à 9 avant notre ère, d’une flotte d’abord destinée à appuyer les opérations de Drusus contre les Germains. Nous n’avons toutefois aucun témoignage de l’existence d’une flotte permanente dès cette époque. Il est donc plus vraisemblable de faire remonter la création de la Classis Britannica à l’expédition avortée de Caligula, en 39, ou à l’époque des préparatifs du débarquement de 43.

16La présence à Boulogne de la flotte de Bretagne a d’abord été attestée par l’épigraphie. Plusieurs inscriptions funéraires entrées au musée de Boulogne, nous font connaître les noms de triérarques, officiers commandant un vaisseau de guerre ou trière. La plus ancienne de ces stèles fut élevée sur la tombe de son affranchie par Tiberius Claudius Seleucus, lui-même affranchi de Claude ou de Néron, dont le surnom témoigne de l’origine orientale. À ces épitaphes, il faut ajouter de nombreuses tuiles et briques portant l’estampille CL.BR (Classis Britannica), trouvées, dès le XIXsiècle, sur les emplacements où la flotte avait édifié des constructions. L’utilisation de ces matériaux estampillés a permis de distinguer les zones occupées par les militaires de celles habitées par les civils et d’en fixer les limites avec une certaine précision.

17Les historiens de Boulogne ont placé le port militaire romain soit dans la vallon des Tintelleries qui a abrité le port médiéval, soit dans l’anse de Bréquerecque qui s’ouvrait au sud de l’actuelle rue Nationale et s’est ensablée au Moyen-Âge. L’existence, en bordure de celle-ci, d’un vaste quadrilatère où briques et tuiles portant l’estampille de la Flotte ont été trouvées en grand nombre, permet de trancher sans risque d’erreur. La base navale occupait l’espace compris entre la rue de l’Ancien Rivage et la rue Boucher de Perthes qui ont succédé à des voies antiques. Le ruisseau du Val Saint-Martin la limitait au Sud, mais aucun indice précis ne permet de fixer les bornes de son extension vers le nord. Des entrepôts occupaient probablement la zone voisine du port. Plus à l’est, de part et d’autre de l’actuelle rue de la Porte Gayole, ont été dégagées des constructions avec hypocaustes (système de chauffage par air chaud), ornées de mosaïques et de fresques.

18Dominant le quartier du port, un camp militaire occupait le plateau de la ville haute. Son origine remonte probablement à l’expédition de Claude, mais, pour le moment, seules quelques traces d’occupation antérieure au camp des Antonins et quelques tessons de la seconde moitié du Ier siècle, viennent étayer cette hypothèse. Les installations des IIe et IIIsiècles commencent, par contre, à être assez bien connues grâce aux fouilles en cours. Un mur d’enceinte en pierre d’une épaisseur de 1,80 m délimitait un espace rectangulaire de 400 m x 300 m environ que recouvre l’actuelle ville haute. Ce mur, renforcé de tours internes rectangulaires, était précédé d’un fossé. Chacune des faces du quadrilatère était percée d’une porte dont l’emplacement n’a que peu ou pas varié lors des reconstructions du Bas-Empire et de l’époque médiévale. L’actuelle Porte des Degrés correspond à la porta pretoria du camp qui était donc orientée vers le port.

Tuile à estampille ronde « C•L•(lassis) B•R•(ritannica) ».

Tuile à estampille ronde « C•L•(lassis) B•R•(ritannica) ».

Inv. BE83. Terre cuite, IIe-IIIe siècles, Boulogne, Enclos de l’Évêché (1983)

Collections du Musée de Boulogne-sur-Mer.
© Service Archéologie.

19De l’espace intérieur nous connaissons surtout la retentura, occupée par des casernes dont une partie a été dégagée sous les jardins et les constructions de l’ancien évêché. De chaque côté de la rue de Lille étaient édifiés dix à douze grands bâtiments de 50 x 8 m environ, aux murs de torchis élevés sur un soubassement de moellons, qui comportaient chacun un logement d’officier et dix chambrées (contubernia) ouvrant sur une galerie de façade. Rue Saint-Jean, dans la partie centrale du camp, des constructions plus soignées, avec hypocauste et sol de mosaïque, n’ont été dégagées que trop partiellement pour que leur fonction soit reconnue. Le prétoire, édifié en bordure de la via principalis, face à la via pretoria, devait s’élever aux abords de l’actuel Hôtel de Ville.

20La présence à Gesoriacum d’un camp militaire en dur construit dans le premier quart du second siècle de notre ère, apparaît comme une exception dans une Gaule pacifiée, à une époque où les troupes sont cantonnées aux frontières. Le choix de cet emplacement s’explique par la situation du port, lieu d’embarquement privilégié vers la Bretagne au point de convergence des grands axes routiers stratégiques qui conduisent vers le Rhin et l’Italie. La base navale qui y fut établie n’appartenait pas à un système continental, mais constituait un élément du dispositif militaire de la Bretagne romaine à partir duquel les escadres pouvaient ravitailler les différents ports de l’île.

21Sur l’autre rive de la Manche, le port de Rutupiae (Richborough) est considéré comme une base probable de la flotte de Bretagne durant le premier siècle. Au début du siècle suivant, une base permanente fut établie à Dubris (Douvres) où un camp en dur, contemporain de celui de Boulogne, a été construit à partir de 117 environ. La Flotte possédait également d’autres établissements en Bretagne, dont certains situés à l’intérieur des terres, dans le Weald, où elle contrôlait l’exploitation de mines de fer.

22Le camp de Douvres qui couvrait une superficie d’à peine plus d’un hectare et contenait dix casernes, aurait été destiné à recevoir les équipages d’une escadre de dix navires. Beaucoup plus vaste, celui de Gesoriacum devait être conçu pour abriter une garnison bien plus nombreuse, cantonnée dans la praetentura et la retentura du castrum. La base continentale de la Flotte, avec les douze hectares de son camp et la superficie à peu près équivalente de ses installations voisines du port, occupait vingt à vingt-cinq hectares au centre de la ville et l’emportait de beaucoup en importance sur la base de Douvres. Elle a sans doute abrité la résidence du Préfet de la Flotte et de son état-major durant toute la période.

23Très active durant le second siècle, la Flotte de Bretagne a abandonné en peu de temps ses installations insulaires, dès les années vingt du IIIsiècle. Cette rupture peut s’expliquer par le début des raids saxons sur les côtes du sud-est de la Bretagne. Assurant le transfert des troupes et leur approvisionnement en matériel et en vivres, fonctions auxquelles s’ajoutent des tâches annexes, telle l’exploitation des mines de fer, la Classis Britannica apparaît plus comme une flotte de transport que comme une flotte de combat. La menace germanique a amené la création, dès le IIIsiècle, de places fortes associées à des formations navales dotées de navires rapides, capables d’intercepter l’ennemi. L’inadaptation de la Flotte de Bretagne à ce nouveau contexte, a pu être à l’origine de sa dissolution et de son remplacement par des unités plus mobiles.

Bas-relief votif dédié par la Trière Radians.

Bas-relief votif dédié par la Trière Radians.

Inv. 1225/5, Frencq, réemployé dans le pavement de l’église (1859).

Collections du Musée de Boulogne-sur-Mer.
© Service Archéologie.

III RAD (TRIREMIS) RAD(ians) La trière
« La Rayonnante »
(a dédié ce monument)

24La base de Gesoriacum a subsisté plus longtemps que celle de Douvres. Une inscription trouvée à Arles mentionne un certain Saturninus qui était triérarque de la Classis Britannica vers 240. Elle atteste qu’une unité portant ce nom existait encore à cette date. Elle opérait depuis le port de Gesoriacum dont le camp était encore occupé. C’est lors des invasions barbares des années 256-275 que les installations continentales de la Flotte furent détruites et définitivement abandonnées.

25Durant deux siècles environ, la Classis-Britannica a assuré depuis Gesoriacum les liaisons officielles avec l’île de Bretagne. Sa présence a contribué pour une grande part à la prospérité d’une ville qui s’est développée autour de la base navale.

Gesoriacum

26Sous Auguste, l’organisation administrative de la Gaule a fait du pays des Morins une cité avec Tarvenna (Thérouanne) pour chef-lieu. Alors que cette ville, sans rôle économique important et située dans une région de peuplement moins dense que le littoral, n’a connu qu’un développement médiocre, Gesoriacum, port militaire et port commercial doté d’un poste de douanes, a dû à sa situation de devenir la ville la plus prospère de la cité des Morins. Elle semble même avoir joui d’une certaine autonomie au Ier siècle, ainsi que l’atteste la mention d’un pagus Gesoriacus qui n’apparaît plus par la suite.

27Dans l’état actuel des recherches archéologiques, les étapes du développement urbain nous échappent presque complètement. L’abondance des mentions de découvertes anciennes et la délimitation des nécropoles, établies en dehors de la zone habitée, nous permettent seulement d’en fixer approximativement les limites. La ville du Haut-Empire était divisée en deux secteurs bien distincts. L’un, au sud, occupait l’emplacement de l’actuel quartier de Bréquerecque ; l’autre s’était développé plus au nord, autour de la base navale.

28Le quartier de Bréquerecque s’organisait par rapport à un axe nord-sud constitué par la voie d’Amiens. Limité au nord par le ruisseau du Val Saint-Martin qui le séparait de la base de la flotte de Bretagne, au sud par une nécropole établie au-delà de la place du Franc-Marché et à l’ouest par l’estuaire de la Liane, il s’était développé vers l’est où de nombreux vestiges ont été retrouvés sur le versant sud du Val Saint-Martin. Les constructions avaient également débordé la zone cimetériale du sud sur une étroite bande de terrain, le long de la rivière. Lors des fouilles pratiquées de 1823 à 1828, la Société d’Agriculture a cru y reconnaître des installations artisanales. Nous ne savons que peu de choses des nombreuses découvertes effectuées au XIXsiècle, mais la présence d’une monnaie gauloise en bronze au cheval, celle de deniers de la République, de monnaies des premiers empereurs (Auguste, Tibère, Caligula), ainsi que de céramique gallo-belge, indique qu’il faut situer à Bréquerecque le noyau primitif de l’agglomération civile.

29Au Nord du ruisseau du Val Saint-Martin, la présence du plateau de la ville haute a infléchi vers l’Ouest le cours de la rivière. Les contraintes topographiques y expliquent l’établissement d’axes de circulation orientés nord-ouest/sud-est et non plus nord-sud comme la voie d’Amiens. Deux d’entre-eux seulement sont bien attestés. Le tracé du premier, reconnu en plusieurs endroits, a été partiellement repris par la rue de l’Ancien Rivage. Cette voie, qui constituait l’axe principal du quartier du port, se prolongeait sans doute, d’une part jusqu’à la Tour d’Odre, d’autre part, vers le sud-est, jusqu’au sentier de la Waroquerie, la rue du Chanoine Pillons reprenant approximativement son tracé. Le chemin de la Waroquerie, maintenant rue Boucher de Perthes et rue Ansart Rault dans sa partie nord, est généralement considéré comme une autre voie antique. Cette hypothèse se trouve confortée par de nombreux arguments d’ordre archéologique. Le tracé de ce chemin, parallèle à la rue de l’Ancien Rivage, semble correspondre à la limite entre la base navale et la nécropole à incinération du Vieil-Atre et aboutit à la Porte Gayole qui a succédé à l’une des portes (porta principalis dextra) du camp militaire.

30À l’ouest du port, une occupation dense est attestée jusqu’à la Grande Rue. Au-delà, ce secteur de la ville nous est mal connu par suite de la présence de remblais sur la pente des Tintelleries et du développement, dans sa partie méridionale, du bourg médiéval et moderne. Des découvertes isolées d’objets et de constructions témoignent d’une occupation dont la densité nous échappe. On ne peut non plus exclure l’existence d’un port civil dans le vallon des Tintelleries. Au Nord, le vallon Notre-Dame, très proche des murailles du camp militaire, marquait la limite de l’extension urbaine. À l’Est du camp, un autre espace construit s’étendait entre le chemin de la Waroquerie et la nécropole à incinération du Vieil-Atre. Ici aussi les objets permettant de dater les vestiges n’ont généralement pas été conservés. La zone du port apparaît comme la plus anciennement occupée. Pour les quartiers situés de part et d’autre du camp, nous ne connaissons aucune trouvaille antérieure à l’époque Claude-Néron, ce qui confirme que le développement de cette partie de la ville, liée à l’installation du camp, a été postérieur à la conquête de la Bretagne.

31Si l’habitat nous est très mal connu, les monuments (forum, temples, etc.) ont échappé aux recherches des archéologues du XIXsiècle. Seules quelques brèves mentions d’auteurs anciens nous révèlent l’existence de certains d’entre eux. Selon un texte de Florus déjà mentionné, Drusus aurait construit un pont à Gesoriacum dans les dernières années du premier siècle avant notre ère. Si cet ouvrage a bien existé, il conviendrait de le placer sur le ruisseau du Val Saint-Martin, à l’endroit où la voie d’Amiens le franchit. Il aurait précédé le grand pont de Bréquerecque attesté au Moyen-Âge. Nous savons aussi qu’un arc de triomphe a été élevé au lieu où l’empereur Claude s’est embarqué pour la Bretagne. Certains auteurs l’ont placé sur la voie d’Amiens, ce qui est vraisemblable, mais demande une confirmation que la découverte de ses substructions peut seule apporter. Il nous faut enfin revenir sur la Tour d’Odre, le phare romain qui s’est écroulé avec la falaise en 1644. L’édifice, de forme octogonale, comportait douze étages dont chacun était en retrait sur le précédent. Son identification avec le phare de Caligula, généralement admise, pose un problème car il était construit en moellons dont les assises alternaient avec des rangs de briques, technique qui n’était pas encore en usage dans la première moitié du Ier siècle.

32Les cimetières établis à la limite de l’agglomération nous sont mieux connus que l’habitat, la riche moisson d’objets qu’ils ont fournie ayant suscité l’intérêt des archéologues et des collectionneurs. Gesoriacum en comptait deux : l’un à Bréquerecque, l’autre au Vieil-Atre. Cette dernière nécropole s’étendait sur le versant nord du Val Saint-Martin, depuis le chemin de la Waroquerie jusqu’au Nord de la rue Dringhen. On y a trouvé, par endroits, trois niveaux d’incinérations superposées, ce qui témoigne d’une longue utilisation, la pratique de l’incinération des corps étant attestée des origines de la ville jusque vers 275.

Monument funéraire des enfants du Triérarque Domitianus.

Monument funéraire des enfants du Triérarque Domitianus.

Inv. 4020/5, Oolithe de Marquise, Boulogne, nécropole du Vieil-Atre (1888), IIIe siècle ap. J.-C.

Collections du Musée de Boulogne-sur-Mer.
© E. Watteau.

D(is) M(anibus)
FILI(i)S PAR
BULIS
DOMITI
ANUS
TR(ierarchus)
Aux Dieux Mânes
À ses fils tous-
-petits
Domiti-
-anus
Triérarque (a fait élever ce monument)

33Ville relativement importante dans une région où l’urbanisation reste limitée, Gesoriacum couvrait une superficie d’au moins soixante hectares. Si l’on en retire l’espace occupé par la base de la Flotte de Bretagne, les quarante hectares de l’agglomération civile lui donnaient une importance égale à celle de Bavay. Autour de cette zone d’occupation dense existaient de petits groupements de population constituant des sortes de faubourgs. L’un se situait au-delà du vallon des Tintelleries jusqu’à la Tour d’Odre. Un second est attesté sur la route de Calais, entre les Quatre Moulins et Marlborough. L’abbé Haigneré en plaçait également un à la limite de la nécropole du Vieil-Atre, près de la rue Dringhen. Mentionnons enfin, bien qu’il ne s’agisse plus du territoire de Gesoriacum, que de l’autre côté de l’estuaire de la Liane, la péninsule d’Outreau était elle aussi habitée.

34Le développement de la ville a eu aussi une influence directe sur celui de l’arrière-pays. L’archéologie nous en fournit deux exemples. Des briques et tuiles portant l’estampille CL.BR ont été retrouvées à Sainte-Gertrude, près de Desvres, non loin de la voie de Thérouanne. Il est fort probable que la Flotte de Bretagne possédait là une tuilerie qui approvisionnait la base de Gesoriacum en céramique et en matériaux de construction. Quant aux carrières de Marquise, elles ont été mises en exploitation avant la fin du Ier siècle pour fournir les pierres de taille nécessaires à l’édification des monuments de la ville. De nombreuses œuvres sculptées – statues, statuettes, bas-reliefs, stèles – trouvées à Marquise, Boulogne, Frencq, ont été taillées dans l’oolithe de Marquise. Il existait donc sur place des sculpteurs qui devaient également exécuter le décor de moulures des monuments dont des fragments de colonnes ou de corniches, nous sont parvenus.

Statuette en bronze de Silène assis, Boulogne, rue de Lille (1968), IIIe siècle ap. J.-C.

Statuette en bronze de Silène assis, Boulogne, rue de Lille (1968), IIIe siècle ap. J.-C.

Collections du Musée de Boulogne-sur-Mer.
© Service Archéologie.

35À l’essor de Gesoriacum durant les deux premiers sièges de notre ère a dû correspondre celui de tout le littoral de la Morinie. Les vestiges découverts à Sangatte, Wissant, Wimereux, Étaples témoignent d’une certaine prospérité de ces petits ports qui devaient participer au trafic commercial avec la Bretagne, prospérité ruinée par les invasions germaniques du IIIsiècle.

La crise du IIIsiècle

36Dès la fin du second siècle, la paix romaine a été troublée par des raids barbares qui ont touché le nord de la Gaule. La situation s’est aggravée durant le IIIsiècle, marqué par la rupture des équilibres qui assuraient la paix et la prospérité de l’Empire. À la crise extérieure s’est ajoutée la crise intérieure : politique, économique et morale. Ces crises n’ont été surmontées que sous le règne de Dioclétien et de la Tétrarchie (284-305). Durant cette période, la Gaule a été ravagée, tant par les invasions terrestres que par les raids lancés le long des côtes par les pirates saxons et francs.

37De l’évolution de la ville au cours du IIIsiècle, nous ne connaissons que peu de choses. Une seule construction, découverte aux abords de la Grande Rue, peut être datée de cette époque. Si les deux statues qui y ont été trouvées représentent bien les dadophores, cet édifice était un sanctuaire de Mithra dont la présence témoigne de l’introduction des cultes orientaux à Gesoriacum par l’intermédiaire de la garnison ou des marchands qui fréquentaient le port.

38Notre documentation est surtout riche de multiples témoignages de destruction par incendie, donnés par de trop brefs comptes rendus de fouilles du XIXsiècle qui attestent que la ville n’a pas échappé aux incursions barbares, mais ne permettent pas de préciser la date du sinistre. Une indication nous est cependant fournie par les fouilles de Bréquerecque de 1823-1828. Dans le secteur sud de ce quartier, abandonné après incendie et destruction pour faire place à une nécropole, une seule monnaie des empereurs gaulois a été identifiée. Cette absence presque totale contraste avec l’abondance des monnaies de Postumus (260-268) et de Tetricus (269-274) trouvées dans l’enceinte du camp de la ville haute. Elle indique que le quartier a été abandonné avant que ne se répandent les émissions monétaires de ces empereurs.

39À la fin du siècle, alors que les empereurs de la Tétrarchie poursuivaient l’œuvre de restauration de l’ordre intérieur et extérieur de l’Empire, la ville s’est trouvée au centre d’une nouvelle crise. En 285, Carausius avait reçu à Gesoriacum « la mission de pacifier, sur le littoral de la Belgique et de l’Armorique, la mer qu’infestaient les Francs et les Saxons » (Eutrope, Breviarum, 9, 21). Ce commandement lui avait été confié en raison de sa valeur militaire et sa mission semble avoir été couronnée de succès. Cependant, accusé de collusion avec les barbares et de détournement de butin, Carausius perdit la confiance de l’empereur Maximien et, pour sauver sa tête, entreprit, en 286, de fonder sur les deux rives de la Manche, un empire qui comprenait la Bretagne et le littoral gaulois avec Gesoriacum. Retenus sur d’autres fronts, Dioclétien et Maximien durent tolérer cette dissidence pendant quelques années. Chargé d’y mettre fin, le César Constance Chlore s’empara de la ville en 293, après un siège qui semble avoir été long et difficile et qui l’obligea à fermer l’entrée du port pour empêcher l’arrivée de renforts, ainsi que nous l’apprend l’auteur du panégyrique de 297 : « tout le bassin de ce port où, à intervalles réguliers, alternent le flux et le reflux, tu le rendis inaccessible aux navires en fichant des pieux à l’entrée et en immergeant des blocs de rochers ». Si l’on en croit le panégyriste qui écrit : « aussitôt après que la nécessité et la confiance en votre générosité eurent mis un terme au siège », Gesoriacum ne fut pas emportée d’assaut, mais se rendit à Constance. En 296, elle servit, avec Rotomagus (Rouen), de base de départ pour la reconquête de la Bretagne sur Allectus, successeur de Carausius.

40Dans le dernier quart du IIIsiècle, les villes de Gaule se sont abritées derrière une ceinture de remparts. Gesoriacum a suivi cet exemple en remplaçant l’enceinte du camp de la ville haute par une muraille parallèle à celle qui l’avait précédée, épaisse de trois mètres environ et probablement dotée de tours faisant saillie vers l’extérieur, qui assurait une meilleure défense. Deux systèmes défensifs s’étant succédés, la question se pose de savoir lequel des deux est désignée par l’expression Gesoriacences muri qu’emploie le panégyrique de Constance Chlore (Pan.latins, V, 6, 1). Si ces murs sont ceux du rempart du Bas-Empire, la construction de ceux-ci peut être attribuée à Carausius, entre 286 et 293 ; sinon, le mérite en revient à Constance Chlore après la prise de la ville. Un autre problème doit également être envisagé, celui de l’enceinte de la ville basse. Les archéologues du XIXsiècle, qui étaient d’accord pour affirmer son existence, ont essayé d’en fixer le tracé, mais sans pouvoir étayer leurs hypothèses par des découvertes probantes, sauf peut-être pour sa branche ouest, secteur où un mur de deux mètres d’épaisseur qui pourrait se rattacher à l’angle de l’enceinte de la ville haute, a été reconnu en plusieurs endroits, parallèlement aux numéros pairs de la Grande Rue. Si cette enceinte a bien existé et si elle a été édifiée par Carausius, elle lui permettait de tenir la ville et le port et d’assurer ses communications par mer. Cela expliquerait mieux pourquoi Constance a voulu « ravir à ces hommes… l’océan qui baignait les portes de la Cité », pour empêcher tout secours ou toute fuite.

Barillet en verre à une anse décoré de cabochons.

Barillet en verre à une anse décoré de cabochons.

Inv. 2496/5, IVe siècle ap. J.-C.

Collections du Musée de Boulogne-sur-Mer.
© Service Archéologie.

41Seule l’archéologie peut permettre de trancher. En attendant que des observations soient possibles sur l’emplacement présumé des remparts de la ville basse, les seuls éléments chronologiques dont nous disposons proviennent de la ville haute, où le nivellement du camp incendié et détruit, semble lié à la construction du rempart. La tranchée de fondation de la nouvelle enceinte a livré des monnaies de Tetricus (271-274) et des imitations de son monnayage qui ont circulé après sa chute. Ces données sont compatibles avec une édification par Carausius aussi bien que par Constance Chlore, mais il est plus vraisemblable d’attribuer au premier occupant l’aménagement et la fortification du site incendié dans les années soixante-dix.

Bononia

42Peu après la reconquête de la ville par Constance Chlore, le nom de Gesoriacum disparaît des textes officiels pour faire place à celui de Bononia. Les Panégyriques latins nous permettent de dater approximativement ce changement de dénomination. En 297, celui de Constance Chlore désignait la ville sous le nom de Gesoriacum (V, 6, 1 et V, 14, 4). En 310, le rhéteur chargé de prononcer le panégyrique de Constantin, décrivait les mêmes événements en l’appelant Bononia (VII, 5). La décision a donc été prise dans l’intervalle de treize années qui sépare ces deux discours officiels. C’est probablement à la même époque que le pagus de Boulogne a été détaché de la cité des Morins pour former une cité indépendante, la civitas Bononiensum, dont le nom figure dans la Notitia Galliarum parmi les cités de la province de Belgique seconde.

43De l’urbanisme de la ville du IVsiècle, nous ne savons rien ; des constructions, nous ne connaissons que quelques vestiges dans la ville haute. Seule la délimitation des nécropoles qui l’entouraient, fait apparaître en négatif l’espace urbain.

44Le passage de l’incinération à l’inhumation des corps dans la seconde moitié du IIIsiècle, permet de suivre l’évolution des deux nécropoles de Bréquerecque et du Vieil-Atre dont les limites, à la fin du IVsiècle, différaient nettement de celles du Haut-Empire. À Bréquerecque, le cimetière avait progressé vers l’ouest jusqu’à la Liane et vers le nord jusqu’au Franc-Marché, recouvrant les ruines de constructions incendiées au siècle précédent. Si cette progression aux dépens de zones habitées restait limitée, il n’en était pas de même pour le Vieil-Atre. Vers l’ouest, les inhumations, franchissant le sentier de la Waroquerie, s’étendaient jusqu’à l’actuelle rue de la Porte Gayole, sur les ruines de l’ancienne base navale de la Classis Britannica. Vers le nord, elles touchaient aux fortifications de la ville haute, depuis la Porte Gayole jusqu’aux abords de la Porte de Calais. Les limites sud et est de la nécropole sont moins bien connues. Son étendue, comprise entre vingt et vingt-cinq hectares, s’explique par l’importance que conservait la ville au IVsiècle et par le fait qu’aucune superposition de tombes n’a été observée pour cette époque. Une troisième nécropole dont les limites sont mal connues, s’était établie sur les pentes du Mont à Cardons, autour de l’actuelle Place de Picardie. Elle marquait probablement la limite nord de l’habitat dans ce secteur.

45L’espace habité s’était donc restreint après les invasions du IIIsiècle, les pertes se situant sur la périphérie de la ville, notamment vers le nord et l’est. Cet espace se divisait en trois secteurs du nord au sud. La ville haute, ceinte de ses remparts, occupait l’emplacement de l’ancien camp de la Classis Britannica. Son enceinte en conservait le plan rectangulaire avec ses quatre portes. Dans la partie centrale de l’ancienne retentura, des bâtiments en torchis, seules constructions du IVsiècle qui nous soient connues, avaient été édifiées sur les substructions en pierres des casernes. Le quartier du port était peut-être protégé lui aussi par des remparts qui englobaient la plus grande partie de l’ancienne base navale. Vers l’ouest, l’occupation devait s’étendre au-delà du tracé supposé de l’enceinte, jusqu’au vallon des Tintelleries, les habitants de ce secteur disposant de leur propre cimetière sur les pentes du Mont à Cardons. Enfin, au sud du ruisseau du Val Saint-Martin, le quartier de Bréquerecque subsistait, mais dans des limites moins étendues.

46La ville du Bas-Empire couvrait un peu plus de trente hectares, soit approximativement la moitié de la superficie qu’elle occupait dans sa plus grande extension durant le Haut-Empire. Au-delà de ses limites, une présence humaine semble s’être maintenue entre le vallon des Tintelleries et la Tour d’Odre où une tombe à inhumation a été trouvée en 1839. Il en était peut-être de même route de Calais où la présence de vestiges d’époque romaine et d’une nécropole mérovingienne, plaident en faveur d’une continuité dans l’occupation.

47Durant le IVsiècle, Bononia est restée le port par lequel s’effectuaient les relations officielles avec la Bretagne, ainsi qu’en témoignent plusieurs passages d’Ammien Marcellin (Histoires, 20, 1 ; 20, 9 ; 28, 5). La légende d’un médaillon de Constant la qualifie de Bononia oceanensis. Les échanges commerciaux se sont également poursuivis, tant par l’intermédiaire de Bononia que par celui des autres ports du littoral. À Boulogne, la céramique commune importée de Bretagne voisinait avec les productions régionales dès le IIIsiècle. Des vases en sigillée dite d’Oxford ont été trouvés dans des sépultures du IVsiècle. La présence de nombreux plats en étain dans les nécropoles du littoral, celle, notamment à Boulogne, de cercueils en plomb, attestent également l’existence de relations avec la Bretagne, région productrice et exportatrice de ces métaux. Des courants commerciaux en provenance de l’intérieur aboutissaient à Bononia où les tombes ont livré en abondance de la sigillée d’Argonne, de la céramique d’origine rhénane et surtout de la verrerie, dont la pièce la plus connue est la coupe chrétienne représentant le sacrifice d’Abraham, trouvée au Vieil-Atre. La richesse de ces dépôts funéraires témoigne de la prospérité de la ville à cette époque.

Stèle funéraire à acrotères, avec personnage tenant rameau et patère.

Stèle funéraire à acrotères, avec personnage tenant rameau et patère.

Inv. 4882/5, Oolithe de Marquise, Boulogne, Porte de Calais (1895), Ier-IIIe siècles.

Collections du Musée de Boulogne-sur-Mer.
© Service Archéologie.

48Nous ne possédons pas d’indications sur le rôle militaire de Bononia durant cette période. La rédaction tardive de la Notitia Dignitatum peut expliquer que la ville n’y soit pas mentionnée. Aucun bâtiment à usage militaire n’a encore été identifié. Seules quelques tombes du Vieil-Atre qui ont livré des garnitures de ceinturons à décor en taille biseautée, peuvent être attribuées à des soldats ayant vécu dans la seconde moitié du IVsiècle ou au début du Vsiècle. Ce que nous savons de l’organisation militaire de l’époque, amène à considérer la ville fortifiée comme un des points d’appui du litus saxonicum, système défensif établi sur les deux rives de la Manche pour protéger le littoral des raids des pirates germaniques.

49Les problèmes militaires prirent une importance grandissante dans la seconde moitié du IVsiècle quand la pression barbare devint de nouveau très vive. Le 31 décembre 406, la frontière du Rhin était forcée. Bononia n’apparaît pas sur la liste des cités du nord de la Gaule ravagées par les Germains. Constantin III, ayant usurpé l’Empire en Bretagne, y débarqua avec ses troupes en 407. La ville avait échappé à la première vague de destruction, mais une couche d’incendie témoigne qu’elle succomba bientôt aux attaques des barbares. En l’absence de textes, cette destruction restera difficile à dater, car les émissions monétaires du début du Vsiècle n’atteignaient pas la région. Cet épisode marque la fin de la ville romaine, mais non celle de Bononia qui a été au moins partiellement réoccupée.

50Pendant trois siècles, Boulogne a été le point de convergence des principales voies terrestres et maritimes unissant la Bretagne aux diverses provinces de l’Empire romain. L’abandon de l’île après 408 et la dislocation de l’Empire, ont marqué la fin d’une situation privilégiée parmi les ports du littoral de la Morinie. De cette période, elle a cependant conservé, avec son port et son phare, de solides remparts qui lui ont permis de retrouver son rôle de place forte lors des invasions normandes et ont favorisé le choix de la ville comme résidence par les comtes.

Contorniate de Constant I représentant l’embarquement à Boulogne de l’empereur et de ses troupes en 343 pour reconquérir la Grande-Bretagne révoltée.

Contorniate de Constant I représentant l’embarquement à Boulogne de l’empereur et de ses troupes en 343 pour reconquérir la Grande-Bretagne révoltée.

Revers avec légende Bononia-oceanen (sis).

Cliché B.N., n° 17 334.

Addendum (1998)

51Quinze ans après la rédaction de ce premier chapitre de l’Histoire de Boulogne, la poursuite des fouilles du Cercle archéologique en Haute-Ville jusqu’en 1989, puis les recherches du Service archéologique municipal, notamment dans le quartier du port antique, ont apporté des réponses à certaines questions et soulevé de nouvelles interrogations. Le dépouillement de la documentation ancienne et l’étude, encore incomplète, du matériel recueilli au XIXsiècle, ont aussi permis de mieux connaître les découvertes anciennes. Cette mise à jour permet de faire le point sur les progrès de la recherche, ainsi que sur les problèmes qui restent à résoudre.

52Les limites et l’organisation interne du camp militaire de la flotte de Bretagne ont été précisées grâce au dégagement du secteur des casernes sur les terrains de l’ancien évêché et à la fouille de sauvetage de la rue Saint-Martin, en 1989, qui a fait découvrir une portion de la courtine sud-est de l’enceinte du Haut-Empire, avec une tour interne rectangulaire symétrique de celle de la rue Saint-Jean. Le camp de la Classis Britannica présente la même organisation générale que les castra de l’armée de terre. L’enceinte aux angles arrondis dessine un rectangle de 395 m environ x 302/303 m. Un espace libre (intervallum) sépare le mur du chemin de ronde (via sagularis) large de quatre mètres, pavé de larges dalles de pierre. Seul le tracé de la courtine sud-ouest reste hypothétique. Il ne peut être éloigné de celui du mur médiéval dans lequel s’ouvre la porte des Degrés pour deux raisons : la forte dénivellation entre la ville haute et le boulevard du Prince Albert ; la disproportion qui aurait existé entre l’étendue de la praetentura et celle des deux autres secteurs du camp de la flotte de Bretagne.

53On retrouve à Boulogne la division en trois secteurs du camp militaire romain. Entre l’actuelle porte des Degrés qui doit correspondre à l’ancienne porte prétorienne, et la voie principale (axe rue d’Aumont-place de la Résistance), la praetentura est divisée en deux parties égales par la voie prétorienne (rue du Puits d’Amour). Cette partie reste mal connue en raison de l’épaisseur des remblais modernes qui recouvrent les vestiges. Le quartier général était établi dans la section centrale, à l’intersection des voies prétorienne et principale. La place Godefroy de Bouillon occupe l’emplacement de la grande cour autour de laquelle s’ordonnaient les bâtiments. Au prétoire romain ont succédé le premier château comtal, dont le donjon sert aujourd’hui de beffroi, puis l’Hôtel de Ville. La dernière section, la retentura, dont les casernes ont été en partie dégagées, s’étendait approximativement entre la rue du Château et la porte de Calais. Le plan en carte à jouer de l’enceinte du Haut-Empire et les axes orthogonaux issus des portes, tracés par les ingénieurs romains, se sont perpétués dans la topographie moderne de la ville haute.

54Le camp en dur succède à un premier niveau d’occupation qui a laissé peu de traces, mais a livré de la céramique de la seconde moitié du premier siècle. Son édification peut être datée du règne de Trajan, l’utilisation de la retentura étant attestée dans les années 110-120. Des modifications intervenues par la suite, la plus importante est une reconstruction d’époque sévérienne, probablement contemporaine de celle du castrum insulaire de Douvres, reconstruit dans les années 190-200. Les découvertes monétaires permettent de cerner avec assez de précision la date de destruction du camp de Boulogne. Les niveaux d’incendie ont livré une série de monnaies du IIIsiècle, dont la plus récente est un antoninien de Claude II, frappé en 268-269. Dans les niveaux de remblais abondent les monnaies de Tétricus (270-274) et leurs imitations. La prise et l’incendie du camp se situent donc vraisemblablement pendant les troubles qui ont suivi la mort de l’empereur gaulois Postume en 268.

55Le port militaire est séparé du camp par la pente abrupte du Sautoir, sur laquelle un aménagement en gradins, encore visible au début du XVIIIsiècle, est réapparu lors de découvertes récentes. Les fouilles du Service archéologique municipal entre le Sautoir et la rue Nationale, dans les anciens terrains Belvalette, ont dégagé deux constructions, dont l’une a été identifiée comme étant une cale de navires et l’autre un entrepôt, ce qui confirme la fonction portuaire de ce secteur. La découverte, parallèlement à la rue Nationale, d’une portion de mur comportant une tour interne approximativement carrée, atteste l’existence, dès le Haut-Empire, d’une enceinte isolant la zone portuaire. Cette enceinte était peut être complétée par deux murs connus par des témoignages anciens. L’un avait son origine au pied de la tour Françoise et comportait « des tours carrées », ce qui le date du Haut-Empire. Pour l’autre, qui descendait de la tour Gayette parallèlement à la Grande Rue, nous ne disposons d’aucune indication d’ordre chronologique.

56Dans la ville haute, les fondations du rempart du Bas-Empire sont établies dans le fossé de l’enceinte arasée du camp de la Classis Britannica. À l’intérieur du castrum, des tours internes rectangulaires ont été dégagées rue Saint-Jean et rue Saint-Martin, alors qu’à l’extérieur, deux tours arrondies sont visibles boulevard Eurvin, entre la porte de Calais et le château. Il est donc probable que la nouvelle enceinte a connu deux campagnes de construction, les tours externes appartenant à la seconde. Dans la ville basse, un tronçon du rempart de la zone portuaire a été retrouvé récemment dans les terrains Belvalette, dits aussi terrains Landrot. Le tracé proposé à partir de ce témoin laisse en dehors de l’enceinte la plus grande partie de l’anse de Bréquerecque. Les témoignages anciens concernant d’autres sections de ce mur qui ont été démolies, sont imprécis et parfois contradictoires. Les fragments de muraille qui jalonnaient jadis le Sautoir, entre la porte des Degrés et la tour Françoise, n’ont pas tous appartenu à cette enceinte et nous ne savons pas toujours si les mentions qui nous sont parvenues concernent des murs en place ou des blocs erratiques. Dans l’état des connaissances, toutes les hypothèses sont possibles, aucune n’étant vérifiable. Cependant, la question du tracé des remparts de la zone portuaire ne peut être considérée indépendamment de celle de la situation du port antique que les deux branches de l’enceinte devaient encadrer.

Souterrains du château.

Souterrains du château.

Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.

57Bien que les niveaux du Bas-Empire, moins profondément enfouis, soient souvent mal conservés à l’intérieur du nouveau castrum, la fouille des terrains de l’évêché atteste que la partie septentrionale de l’ancienne retentura du camp de la flotte est réoccupée après une période d’abandon. Les voies et les passages entre les baraques sont rechargés, les égouts remis en état. De nouveaux bâtiments sont édifiés qui réutilisent les soubassements des casernes arasées. Dans un premier état apparaît encore un cloisonnement interne orthogonal qui reprend la division en deux pièces des contubernia où logeaient les soldats de la flotte de Bretagne. Ce secteur garde donc sa vocation militaire au Bas-Empire. Par la suite, l’ordonnance régulière des constructions disparaît avec la multiplication des cloisonnements et des petits foyers, comme dans les casernes tardives d’Arras. Ces bâtiments sont détruits par un violent incendie dont les traces se rencontrent en d’autres points de la ville haute. Les garnitures de ceinturons en bronze, retrouvées au XIXe siècle lors des fouilles de la nécropole antique du Vieil-Atre, permettent d’identifier quelques-uns des soldats qui composaient la garnison à la fin du IVsiècle et au début du Vsiècle.

58Grâce aux découvertes anciennes et récentes, il est possible d’approcher la date de la seconde destruction de Boulogne. L’arrêt de la frappe du numéraire de bronze vers 398, explique que les monnaies les plus récentes appartiennent à la fin du IVsiècle. Plus intéressante pour la chronologie, est la céramique sigillée d’Argonne qui, dans l’état actuel des connaissances, n’est plus représentée au-delà des premières années du Vsiècle. Des précisions sont également données par le mobilier funéraire. Les fouilles du Vieil-Atre ont livré des accessoires du costume, notamment des garnitures de ceinturons militaires et des fibules cruciformes, insignes d’officiers ou de fonctionnaires, en usage à la fin du IVsiècle et dans la première moitié du Vsiècle, alors que les types qui apparaissent au début du second tiers de ce siècle ne sont pas représentés à Boulogne. Le nom de Bononia ne figure pas dans la Notifia Dignitatum qui recense les corps de troupe et les lieux de garnison, document dont l’état final n’est pas antérieur aux années 425/430. C’est donc probablement avant cette date que se situe la destruction par incendie qui marque la fin de la ville antique.

Table des illustrations

Titre Plan de Gesoriacum (Boulogne) aux IIe-IIIe siècles.
Crédits J. Y. Gosselin, Cl. Seillier.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Phare romain, dit Tour d’Odre, d’après la vue de Boulogne de 1611 par Duviert.
Crédits Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer.© Ville de Boulogne-sur-Mer / Service Communication.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Tuile à estampille ronde « C•L•(lassis) B•R•(ritannica) ».
Légende Inv. BE83. Terre cuite, IIe-IIIe siècles, Boulogne, Enclos de l’Évêché (1983)
Crédits Collections du Musée de Boulogne-sur-Mer.© Service Archéologie.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Bas-relief votif dédié par la Trière Radians.
Légende Inv. 1225/5, Frencq, réemployé dans le pavement de l’église (1859).
Crédits Collections du Musée de Boulogne-sur-Mer.© Service Archéologie.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Monument funéraire des enfants du Triérarque Domitianus.
Légende Inv. 4020/5, Oolithe de Marquise, Boulogne, nécropole du Vieil-Atre (1888), IIIe siècle ap. J.-C.
Crédits Collections du Musée de Boulogne-sur-Mer.© E. Watteau.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Statuette en bronze de Silène assis, Boulogne, rue de Lille (1968), IIIe siècle ap. J.-C.
Crédits Collections du Musée de Boulogne-sur-Mer.© Service Archéologie.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7573/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Barillet en verre à une anse décoré de cabochons.
Légende Inv. 2496/5, IVe siècle ap. J.-C.
Crédits Collections du Musée de Boulogne-sur-Mer.© Service Archéologie.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7573/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Stèle funéraire à acrotères, avec personnage tenant rameau et patère.
Légende Inv. 4882/5, Oolithe de Marquise, Boulogne, Porte de Calais (1895), Ier-IIIe siècles.
Crédits Collections du Musée de Boulogne-sur-Mer.© Service Archéologie.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7573/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Contorniate de Constant I représentant l’embarquement à Boulogne de l’empereur et de ses troupes en 343 pour reconquérir la Grande-Bretagne révoltée.
Légende Revers avec légende Bononia-oceanen (sis).
Crédits Cliché B.N., n° 17 334.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7573/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Souterrains du château.
Crédits Cliché service du patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7573/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540