Version classiqueVersion mobile

La laïcité en question

 | 
Sylvie Le Grand

Première partie. La laïcité dans l’histoire

Quelle place pour l’Église au sein de la société civile d’Allemagne orientale face au phénomène massif de non-appartenance confessionnelle ?

Götz Doyé
Traduction de Sylvie Le Grand

Texte intégral

  • 1 Evangelische Kirche in Deutschland, Vierte EKD-Erhebung über Kirchenmitgliedschaft : Kirche Horizon (...)

1Eu égard à l’appartenance ecclésiale de sa population, l’Allemagne continue d’être coupée en deux. Il y a deux « cultures religieuses » différentes, à l’Est et à l’Ouest et l’on peut illustrer ce constat par des chiffres tirés de l’étude statistique publiée par l’EKD en 2002 : « 76,3 % de la population sont membres d’une Église à l’Ouest, contre 28,4 % à l’Est. Rapportée à toute l’Allemagne, cette valeur relative se trouve ramenée à 66,3 % »1.

  • 2 Evangelische Kirche in Deutschland, Dritte EKD-Erhebung über Kirchenmitgliedschaft : Fremde Heimat (...)

2Influencée pendant plus de quarante ans par la propagande antireligieuse et par l’athéisme dont se réclamait un État idéologiquement très marqué, la grande majorité de la population est-allemande (c’est-à-dire environ sept Allemands de l’Est sur dix) n’est affiliée à aucune confession chrétienne. Pour ces personnes, « le rapport à l’Église, au christianisme, à la religion se caractérise par l’absence pure et simple de contacts de quelque sorte que ce soit »2.

3C’est le résultat d’une évolution assez longue où la politique répressive de l’État allait de pair avec la tentative d’installer durablement une conception du monde entrant en concurrence avec le christianisme (mais cette conception du monde n’était-elle pas elle aussi de nature « religieuse » en raison du rapport de « concurrence entre les cultes » ainsi créé ?). En tout cas il en est résulté un phénomène de non-appartenance confessionnelle considérée comme un état normal, plus marqué pour les générations nées en RDA et leurs enfants.

4Les références à la Bible, au christianisme et les traditions ecclésiales en découlant ne jouent plus qu’un rôle très limité en Allemagne orientale, tant dans la vie des individus que dans la vie publique. La marginalisation de l’Église en RDA et le bannissement du fait chrétien hors de la tradition transmise et enseignée à l’école a entraîné en même temps un éloignement par rapport à des éléments essentiels de la culture. Les grands récits de l’humanité, de même que des éléments fondamentaux de la foi chrétienne et des formes essentielles de la vie ecclésiale sont tombés dans l’oubli.

  • 3 Cf. la contribution d’Antje Roggenkamp-Kaufmann qui évoque la genèse de cette discipline [NDT].

5Le constat de « désaffiliation ecclésiale » (Entkirchlichung) – déjà maintes fois établi et illustré pour l’Allemagne orientale – induit une perspective qui insiste sur le manque, le déficit : la non-appartenance confessionnelle est présentée comme une perte, comme quelque chose qui manque à certains. Du point de vue de la « pédagogie religieuse » (Religionspädagogik), [discipline universitaire spécifique en Allemagne3, NDT], cette évolution est interprétée en terme de rupture avec la tradition et ce, pas seulement en Allemagne orientale. Il faut noter seulement que cette rupture avec la tradition ne conduit pas en Allemagne de l’Ouest à une rupture des relations avec l’institution, mais à des relations où la subjectivité prend toute sa place dans un cadre qui demeure de type multitudiniste (volkskirchlich). Les diagnostics faisant état d’une large privatisation du religieux valent plutôt pour l’évolution ouest-allemande, tandis qu’en Allemagne orientale, il faut parler carrément d’une rupture avec des modes de pensée et de vie marqués par la religion et l’Église.

  • 4 Monika Wohlrab-Sahr, « Konfessionslos gleich religionslos ? – Überlegungen zur Lage in Ostdeutschla (...)

6La question de la religiosité doit être clairement distinguée des analyses qui précèdent. En effet, si la « désaffiliation ecclésiale » se laisse relativement bien appréhendée grâce aux méthodes quantitatives de recherches en sciences sociales, si l’on peut aussi rendre compte de façon assez sûre de la « déchristianisation », « entendue comme recul de l’adhésion à des contenus de foi fondamentaux et recul de la participation à des pratiques croyantes », il n’en va pas de même pour la question de savoir si l’extrême recul des références au christianisme et à l’Église, enregistré du temps de la RDA, est synonyme d’absence de religion4. Du moins, la thèse, en son temps si populaire, d’une « sécularisation » croissante a-t-elle été remise en cause et a laissé la place, même en Allemagne orientale, au discours sur le retour de la religion. Le titre du livre que j’ai publié avec Hildrun Kessler, « Sans confession et religieux », veut attirer l’attention sur cette relation. La religion s’est très largement déconnectée des institutions, tout en continuant cependant d’influencer de nombreuses personnes dans leur vie pratique, mais cette influence sur les représentations ou les façons d’agir s’exerce sur un mode très subjectif. L’absence de confession n’est pas synonyme d’absence de religion ; seulement, la signification de la religion s’exprime autrement qu’auparavant. Notons aussi que ce processus de déconnexion par rapport aux institutions, observable aussi dans d’autres pays d’Europe de l’Est, est encore plus radical en Allemagne orientale.

  • 5 Götz Doyé/Hildrun Kessler, Konfessionslos und religiös. Gemeindepädagogische Perspektiven. Eckhart (...)

7On parle fréquemment de religion ou de religiosité « vagabonde » [vagabundierend en allemand, mais aussi parfois vagierend, cf. Th. Nipperdey, NdT]. Un certain nombre d’enquêtes menées auprès de la jeune génération montrent qu’au-delà du refus de la croyance chrétienne en Dieu, on rencontre chez elle pourtant un pourcentage considérable de personnes qui répondent positivement à la question relative à la croyance en une « force supérieure », mais elles disent ne pas se retrouver dans ce que l’Église décrit5.

8Des phénomènes divers sont observables en Allemagne orientale. À la suite de la réintroduction de l’enseignement de religion dans les écoles de presque tous les Länder de l’Est (conformément à l’article 7 § 3 de la Loi fondamentale), un nouvel intérêt se manifeste pour la religion en général, voire pour la religion telle que l’Église la présente. On observe un intérêt pour le christianisme aussi bien sur le plan culturel (par ex. pour la compréhension de l’art) que sur le plan de la vie pratique, quotidienne (question du sens et des valeurs), sans pour autant que l’Église ou les Églises soient considérées comme des lieux de vie personnels. Le fait d’enseigner la religion à l’école ne crée pas de nouveaux liens avec l’institution, mais permet plutôt une meilleure perception et compréhension – là encore, sur un mode très subjectif tant au niveau des représentations que des façons d’agir – de la tradition chrétienne et des façons de vivre qui s’y rapportent, par exemple une meilleure compréhension des fêtes d’inspiration chrétienne dans le cycle de l’année. On observe donc une certaine ouverture vis-à-vis de la religion. Cela vaut aussi de manière générale pour la nouvelle matière créée dans le Brandebourg, « Lebensgestaltung, Ethik, Religionskunde », dont fait partie intégrante l’étude des religions.

9Il n’y a pas lieu de discuter ici de la question de savoir si la religion peut être appréhendée de l’extérieur sur le mode discursif (par un discours sur la religion) ou si la religion en tant que telle nécessite une référence subjective. Ce débat relève de la pédagogie de la religion. Le savoir sur les religions est une chose, la signification d’une religion pour un individu ou une communauté en est une autre, d’où le débat autour de la religion comme matière scolaire. Si la religion fait partie de l’éducation de l’individu, alors l’école en tant que lieu d’éducation ne peut se fermer à cette question. Dans un système scolaire est-allemand caractérisé par le fort taux de non-appartenance confessionnelle des enseignants, il est particulièrement difficile de s’entendre sur ce point.

10En dehors de cet intérêt naissant pour la religion et la science religieuse, on observe un autre phénomène. La religiosité vagabonde est sciemment instrumentalisée par certains groupes idéologiques pour contrer l’offre émanant des Églises. Sur une église du Nord du Brandebourg on a pu lire cette inscription taggée : « Je te hais. Odin plutôt que le Christ ». La non-appartenance confessionnelle serait souhaitable dans ce cas précis, eu égard à la liberté qu’elle confère par rapport à une idéologie religieuse accaparante.

11Interpréter la non-appartenance confessionnelle seulement dans la perspective d’un déficit, d’un manque ne permet pas une analyse impartiale de cette situation. Considérée positivement, la non-appartenance confessionnelle peut tout d’abord signifier qu’on ne décrit pas le « manque », ce que les individus ont perdu, mais qu’on respecte le fait, quelles qu’en soient les raisons, que nombre de contemporains ne se sentent liés à aucune confession, sans pour autant considérer la religion comme un sujet qui ne les concerne pas. Avons-nous affaire là à une forme moderne de laïcisme ?

12Ainsi ce n’est pas d’abord la question des relations Église/État qui doit être traitée, mais celle-ci : quel intérêt peut avoir un État à encourager le contact avec la religion au moment où la non-appartenance confessionnelle est si répandue ? N’est-il pas nécessaire de s’intéresser au thème de la religion quand l’on se préoccupe de valeurs, de normes, de questions éthiques fondamentales ? L’État ne prendra pas parti pour une religion institutionnalisée (Églises chrétiennes, islam), mais il est amené à trancher sur des questions qui ont un arrière-plan religieux. Il est dans son intérêt qu’il y ait des institutions où soient abordées les questions essentielles de la vie et qui les défendent clairement dans la société.

  • 6 Wolfgang Huber, Kirche in der Zeitenwende. Gesellschaftlicher Wandel und Erneuerung der Kirche, Güt (...)

13Le président du conseil de l’Église évangélique en Allemagne (EKD), l’évêque Wolfgang Huber a décrit l’Église comme une institution « intermédiaire » au sein de la société civile6. Il s’agit là à mon sens d’un angle d’attaque utile pour repenser les questions liées à la non-appartenance confessionnelle en Allemagne orientale et en tirer des enseignements plus généraux pour les rapports État/religion. Réfléchissons à la signification des faits suivants :

  • 7 Ibid., p. 269.

14Jusqu’au 20e siècle (inclus), tant le statut des Églises que leur façon de concevoir leur propre rôle étaient en Allemagne marqués par le face-à-face avec l’État, que ce soit dans le cadre de l’Église d’État, jusqu’en 1918, ou dans le cadre d’une construction juridique para-étatique, depuis lors. « Pour s’inscrire de façon adéquate dans le présent, il est décisif pour l’Église de laisser derrière elle la dyade Église/État et d’occuper sa place dans un rapport triadique Église/État/société. Elle doit se considérer comme partie intégrante des structures sociales et comme un élément parmi d’autres au sein des multiples processus culturels d’entente à l’œuvre dans la société »7.

15L’Église a une fonction de médiation. Elle est une « institution intermédiaire » dans la mesure où elle se concentre sur certains thèmes et agit dans ces domaines en médiatrice entre les intérêts de l’individu et ceux de la société. La société civile et civique qui est en train de se former en Allemagne orientale a besoin de telles institutions. Huber évoque trois caractéristiques de la société civile :

  • la liberté de religion, c’est-à-dire la fin de toute position de monopole exercée par une Église d’État,

  • l’autonomie des diverses organisations et institutions,

  • le sens civique et le courage civique, c’est-à-dire le fait de contribuer par son comportement personnel au maintien et au renouvellement de la société civile.

  • 8 Ibid., p. 275.
  • 9 Ibid., p. 277.

16« L’auto-organisation sociale des citoyen(ne)s dans une multitude d’associations et de groupes constitue la base de ces processus d’entente par lesquels se renouvellent les forces de cohésion de la société »8. Si les Églises elles aussi sont conçues dans ce sens comme « représentantes organisées d’intérêts sociaux »9, alors d’une part, l’État peut avoir – sans réserve – intérêt à l’existence de l’institution Église ; d’autre part, la non-appartenance confessionnelle, observée chez de nombreux citoyens n’entre pas non plus forcément en contradiction avec la reconnaissance et le soutien apporté aux institutions religieuses. Bien plus : l’Église peut ainsi remplir aussi cette fonction dans l’intérêt des personnes sans appartenance confessionnelle qui n’ont pas d’institution médiatrice propre. C’est ce qu’indiquent des sondages d’opinion où ce groupe de personnes est interrogé sur ses attentes vis-à-vis de l’Église.

  • 10 Evangelische Kirche in Deutschland, Dritte EKD-Erhebung über Kirchenmitgliedschaft : Fremde Heimat (...)

17« Aucune voie ne ramène à un système global d’interprétation et de sens, embrassant tous les membres d’une société »10. Dans une société marquée par un pluralisme extrême et une individualisation très poussée, il n’y a plus de monopole exercé pour instituer un sens, fixer des normes, transmettre des valeurs ou des consignes d’action. Il y a en revanche un besoin accru de dialogue auquel, dans une société civile, les institutions intermédiaires sont en mesure de répondre. La communication de notre société se base aujourd’hui encore sur des symboles et valeurs chrétiens, « qu’elle s’y identifie, y fasse référence ou s’y oppose ».

  • 11 Cf. op. cit., (note 1).

18Le 4e sondage de l’EKD sur l’appartenance à l’Église11 montre une grande convergence de vue entre personnes sans confession et membres de l’Église sur les questions éthiques importantes (le droit à la vie, le sens de la vie, l’environnement, la justice sociale). Une société se doit d’intégrer ces intérêts et jugements de valeur dans la vie et l’action de la communauté. Les Églises ont fait leurs preuves comme lieux où se manifeste le souci de l’étranger, comme représentantes d’une culture d’entraide, comme agences sociales et comme lieux où se prennent des décisions individuelles vitales et elles représentent un intérêt pour l’État qui se définit comme neutre du point de vue des valeurs. La non-appartenance confessionnelle en Allemagne orientale n’est pas un indice de la perte de signification croissante de la religion institutionnalisée, mais nous aide à redéfinir les devoirs de l’État et la signification des Églises dans la société civile. Tous deux ont vocation au dialogue dans ce cadre.

  • 12 Wolfgang Huber, op. cit., p. 282 sq.

19« La société pluraliste nécessite la reconnaissance des limites de cette pluralité. L’entente sur ces principes et la fixation de ces limites renvoient de leur côté à la question des justifications ultimes. [...] C’est pourquoi la discussion nécessaire au maintien de la société pluraliste a une dimension religieuse. Les conditions d’existence de cette société seront elles-mêmes affectées, si le discours religieux disparaît du débat public. Une société où la religiosité serait refoulée dans la sphère privée de ses citoyen (ne) s et n’aurait plus droit de cité, courrait le risque de se couper elle-même des sources d’accord sur les fondements de la vie en commun »12.

20Dans quelle mesure peut-on réussir à faire passer ce type de réflexions dans une société est-allemande majoritairement sans confession ? La question reste ouverte. La non-appartenance confessionnelle signifie aussi un éloignement par rapport à ce type de réflexions et une moindre capacité – pourtant indispensable au dialogue – à les formuler. Ne serait-il pas justement dans l’intérêt de l’État d’encourager les capacités d’expression des citoyen (ne) s en matière religieuse ? Cela pourrait être une question importante pour la poursuite de l’unification européenne.

Notes

1 Evangelische Kirche in Deutschland, Vierte EKD-Erhebung über Kirchenmitgliedschaft : Kirche Horizont und Lebensrahmen, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2003, p. 7.

2 Evangelische Kirche in Deutschland, Dritte EKD-Erhebung über Kirchenmitgliedschaft : Fremde Heimat Kirche, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 1997, p. 346.

3 Cf. la contribution d’Antje Roggenkamp-Kaufmann qui évoque la genèse de cette discipline [NDT].

4 Monika Wohlrab-Sahr, « Konfessionslos gleich religionslos ? – Überlegungen zur Lage in Ostdeutschland » in Götz Doyé/Hildrun Kessler, Konfessionslos und religiös. Gemeindepädagogische Perspektiven. Eckhart Schwerin zum 65. Geburtstag, Leipzig, Evang. Verlagsanstalt, 2002, p. 12.

5 Götz Doyé/Hildrun Kessler, Konfessionslos und religiös. Gemeindepädagogische Perspektiven. Eckhart Schwerin zum 65. Geburtstag, Leipzig, Evang. Verlagsanstalt, 2002, p. 36.

6 Wolfgang Huber, Kirche in der Zeitenwende. Gesellschaftlicher Wandel und Erneuerung der Kirche, Gütersloh, Bertelsmann, 1999.

7 Ibid., p. 269.

8 Ibid., p. 275.

9 Ibid., p. 277.

10 Evangelische Kirche in Deutschland, Dritte EKD-Erhebung über Kirchenmitgliedschaft : Fremde Heimat Kirche, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 1997, p. 348.

11 Cf. op. cit., (note 1).

12 Wolfgang Huber, op. cit., p. 282 sq.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search