Version classiqueVersion mobile

La laïcité en question

 | 
Sylvie Le Grand

Première partie. La laïcité dans l’histoire

Les conceptions lamartiniennes des rapports entre l’Église et l’État1

Jacqueline Lalouette

Texte intégral

  • 1 Cette communication reprend partiellement une partie du chapitre IV de Jacqueline Lalouette, La sép (...)
  • 2 Christian Maréchal, Lamennais et Lamartine, Paris, Bloud, 1907.
  • 3 Henri Guillemin, Le Jocelyn de Lamartine. Étude historique avec des documents inédits [1936], Genèv (...)
  • 4 William Fortescue, Alphonse de Lamartine, a political biography, London – Canberra, Croom Helm – Ne (...)

1L’action politique de Lamartine sous la Seconde République est bien connue. Chantre du drapeau tricolore contre le drapeau rouge, avocat de l’abolition de la peine de mort en matière politique, auteur du célèbre « Manifeste à l’Europe » qu’il rédigea en tant que ministre des Affaires étrangères, tels sont les traits, toujours rappelés, de son action en 1848. Si l’on veut parler de son évolution religieuse, on songe à certaines œuvres, aux Méditations ou aux Harmonies, à Jocelyn, au Voyage en Orient. En revanche, ses discours ou ses écrits relatifs au statut des cultes, qui n’ont pas, bien sûr, échappé aux grands spécialistes lamartiniens, Christian Maréchal2, Henri Guillemin3 ou William Fortescue4, semblent ignorés des historiens.

  • 5 Cité par Christian Maréchal, Lamennais et Lamartine…, op. cit., p. 162.

2Avant même de s’éloigner de la religion catholique, Lamartine montra sa capacité à évaluer les effets des rapports établis entre le spirituel et le temporel. Ainsi, le 20 avril 1826, il écrivit au chevalier de Fontenay : « Je voudrais voir la religion toute entre Dieu et l’homme, et en dehors de la politique des gouvernements la profanant quand ils s’en servent comme d’un instrument »5. Le poète n’était pas indifférent à cette grave question, comme le prouve le poème intitulé « Aux chrétiens dans les temps d’épreuves », dans lequel figure cette strophe :

  • 6 A. de Lamartine, « Aux chrétiens dans les temps d’épreuves », Harmonies poétiques et religieuses, Œ (...)

Ah ! nous n’avons que trop, aux maîtres de la terre
Emprunté pour régner, leur puissance adultère,
Et dans la cause enfin du Dieu saint et jaloux,
Mêlé la voix divine avec la voix humaine,
Jusqu’à ce que Juda confondit dans sa haine
La tyrannie et nous6.

  • 7 Cité sans référence (ou lettre à Cazalès du 19 février 1830) par Louis Barthou, « Autour de la poli (...)
  • 8 Voir Fernand Letessier, « Une amitié peu connue de Lamartine : le pasteur Joseph Martin-Paschoud », (...)

3Après la Révolution de 1830, les conceptions politiques de Lamartine évoluèrent, il passa du traditionalisme monarchiste au libéralisme chrétien. Il se prit d’admiration pour Lamennais et son organe l’Avenir, qu’il considérait comme « un journal neuf, fort, franc, à la hauteur du siècle »7 et dont les idées sur les liens entre les deux glaives correspondaient dorénavant parfaitement aux siennes, alors que dans la deuxième moitié des années vingt, les conceptions de Lamartine et de Lamennais différaient notablement. Probablement au début des années 1830, Lamartine noua aussi des liens d’amitié, qui durèrent jusqu’à sa mort, avec le pasteur Joseph Martin, dit Martin-Paschoud8, lui aussi partisan de la séparation des Églises et de l’État. Pendant une vingtaine d’années, dans diverses circonstances, il rédigea des textes ou prononça des discours importants touchant à la question des rapports entre la religion et l’État ou relatifs à la liberté de conscience, au sentiment religieux.

Le refus du concordat

  • 9 Cité par Henri Guillemin, Le Jocelyn de Lamartine…, op. cit., p. 180.
  • 10 Lamartine. Le poète et l’homme d’État, Paris, Bibliothèque nationale, 1969, p. 101.
  • 11 A. de Lamartine, Sur la politique rationnelle, fac-simile de l’édition de Paris de 1831, avec une i (...)
  • 12 Ibid., p. 38.
  • 13 Ibid., p. 67.
  • 14 Ibid., p. 70-72.
  • 15 L’article 5 de la Charte de 1830 stipule que « Chacun professe sa religion avec une égale liberté, (...)

4En 1831, Lamartine brigua un mandat de député lors d’une élection législative partielle, à Bergues (Nord) ; L’Avenir patronna sa candidature, qui ne fut d’ailleurs pas couronnée de succès. Sa proclamation électorale peut être lue comme un document favorable à la séparation de l’Église et de l’État : « La religion, affirma-t-il alors, perd de sa vertu et de sa force dans ses alliances avec le pouvoir ; elle les retrouve là où elle les a puisées, dans la conscience et dans la liberté »9. Durant la même année, Lamartine publia aussi une sorte d’essai, intitulé Sur la politique rationnelle, qui n’eut pas un grand écho, l’opinion étant alors « beaucoup plus attentive »10 à une brochure de Chateaubriand consacrée à une nouvelle proposition de loi relative au bannissement de Charles X et de sa famille. Ce petit livre montre le poète cherchant en vain à se réfugier « dans le silence des vallées » ou à contempler « ce ciel paisible et étoilé » ; une voix venue du ciel l’arrache à ses contemplations et à son repos et lui ordonne d’aller combattre « dans l’arène de l’humanité »11. Et, parmi les questions qu’il doit aller « examiner, éclairer, classer »12, celles qui touchent au domaine du culte et de l’enseignement occupent une place de premier plan. Après avoir défendu la liberté et la gratuité de l’enseignement, notamment contre les économistes, « ces matérialistes de la politique »13, Lamartine se montra attentif, dans cette brochure, à la question des rapports entre l’Église et l’État et s’y prononça clairement pour la séparation, qui lui apparaissait comme l’« heureuse et incontestable nécessité » exigée par la nature du nouveau régime politique. Le gouvernement étant dorénavant « universel et libre », le pouvoir appartenait à tous et, dans ces conditions, le culte ne pouvait plus demeurer « exclusif et privilégié »14 – ce n’est d’ailleurs pas ce que dit la charte de 183015.

  • 16 La France parlementaire. 1834-1851. Œuvres oratoires et écrits politiques par Alphonse de Lamartine (...)

5Lamartine traita de nouveau de ces questions à la tribune, le 13 mars 1834, lors de la discussion du projet de loi sur les associations. Partisan du droit d’association, il demanda aux adversaires de celui-ci comment ils pourraient s’y opposer quand « l’Église sera[it] séparée de l’État et vivra[it] de sa propre vie »16 ; car, faisait-il remarquer, il s’avérerait alors nécessaire pour satisfaire les « besoins religieux de quelques millions de Français » ; en cette circonstance, il sembla s’exprimer comme si le principe séparatiste devait l’emporter dans un délai assez court.

  • 17 Camille Eschassériaux (1800-1834), député de la Charente-Inférieure (actuelle Charente-Maritime).
  • 18 Il s’agissait d’une trentaine de diocèses qui avaient été créés en 1821-1822. D’après le cinquante- (...)
  • 19 La France parlementaire. 1834-1851. Œuvres oratoires et écrits politiques…, op. cit., tome premier, (...)

6Au mois d’avril 1834, le député Eschassériaux17 déposa un amendement relatif à « la suppression des fonds pour la dotation des sièges épiscopaux et métropolitains non compris dans le concordat18, qui viendraient à vaquer ». En affirmant que la religion ne se construit pas avec de l’or, que la grandeur du sentiment religieux « est dans son indépendance », que la seule preuve que le pouvoir puisse donner de sa volonté de servir la religion « est de n’y pas toucher », en proclamant que s’il devait choisir, pour « les vrais intérêts de la religion », entre la persécution et les faveurs, il choisirait la persécution, car « Louis XIV fait des hypocrites et la Convention des martyrs », Lamartine parut tout d’abord appuyer cet amendement, mais il conclut son intervention en s’y opposant. Il justifia son refus parce que la mesure proposée était ponctuelle et partielle et ne résolvait rien : « Si l’amendement de M. Eschassériaux, dit-il, était une loi complète qui tranchât pour jamais le nœud fatal qui unit l’Église à l’État, s’il consommait ce divorce définitif qui replacerait les deux pouvoirs, chacun dans sa sphère, qui rendrait la conscience à Dieu et la politique à l’homme, […] je voterais pour cette véritable loi d’affranchissement des consciences, d’émancipation de la vérité, et je croirais avoir donné un vote hardi, mais un vote salutaire à la religion et au pays »19.

  • 20 Le Bien public, supplément des numéros des 26 et 30 novembre 1843.
  • 21 D’après Henri de Lacretelle, il s’engagea pour dix actions de mille francs ; par ailleurs, le journ (...)
  • 22 Par exemple le 15 octobre 1843, le 28 avril et le 13 juin 1844.
  • 23 A. de Lamartine, L’État, l’Église et l’enseignement, Paris, Pagnerre, 1843, p. 5.
  • 24 Ibid., p. 9.
  • 25 A. de Lamartine, L’État, l’Église et l’enseignement…, op. cit., p. 17.

7Une dizaine d’années plus tard, en 1843, Lamartine publia un article appelé à un grand retentissement, dans le Bien public20, organe dirigé par Jean-Chrysogone Guigue de Champvans, qu’il avait contribué à fonder durant l’été 1843 et dans lequel il investit de fortes sommes21. Sans faire de la question religieuse un centre d’intérêt fondamental, ce journal consacra néanmoins aux rapports du spirituel et du temporel divers articles, qui lui donnèrent l’occasion d’exposer ses convictions séparatistes22. Dans un article intitulé L’État, l’Église et l’enseignement, qui fut ensuite repris en brochure par l’éditeur Pagnerre, Lamartine lia les questions de la liberté de l’enseignement et de la liberté des cultes : « l’une est tout entière dans l’autre, comme l’âme dans le corps »23, écrivit-il. Il exposa les tristes conséquences de l’absence de liberté dans les domaines de l’enseignement et de la religion et s’en prit à Bonaparte et au concordat : « Napoléon, ce grand destructeur de toutes les œuvres de la philosophie, […] a fondu de nouveau l’Église dans l’État, l’État dans l’Église ; il a fait subir un sacre au pouvoir civil ; il a fait un concordat ; il a déclaré une religion nationale, et par là même un enseignement aussi : instrumentum regni ! Il a vendu à faux poids son peuple à l’Église, et l’Église ensuite à son peuple. […] Cet acte a reculé d’un siècle peut-être le règne de la liberté des âmes qui approchait »24. À l’aube du 19e siècle, aucun des deux pouvoirs ne se sentit assez fort « pour se résoudre à vivre dans leur indépendance, constata Lamartine, l’Église de sa foi religieuse et l’État de sa foi civile » ; tous deux se soutinrent mutuellement grâce à un accord implicite : « Ils [l’Église et l’État] se sont dit tacitement : “Allions-nous pour subsister ensemble. Vous, Église, prêtez-moi votre ascendant religieux pour moraliser et discipliner les peuples ! Vous, État, prêtez-moi votre autorité morale, votre administration, votre légalité et vos subventions pécuniaires, pour maintenir ma domination sur les âmes, et pour perpétuer mon établissement temporel”. C’était une faiblesse de la part de l’Église, une faiblesse aussi de la part de l’État. Simonie des deux parts ! »25.

  • 26 Le Bien Public, 6 juin 1844.
  • 27 Voir le Bien Public, 4, 8, 11, 15, 22 août 1844 et Henri de Lacretelle, Lamartine et ses amis…, op. (...)

8Lamartine n’était pas attentif seulement aux rapports entre l’Église et l’État, mais s’intéressait aux structures de l’Église elle-même ; au mois de juin 1844, il déposa à la Chambre des députés la pétition d’un prêtre de Saint-Geniez (Saône-et-Loire), le chanoine Clavel, qui réclamait des réformes au sein de l’Église : il voulait des officialités indépendantes, l’élection des évêques, l’émancipation canonique des curés, la fondation de concours théologiques pour l’obtention des cures, etc.26 Lamartine se lia aussi d’amitié avec l’abbé Thions, du diocèse d’Autun, qui avait refusé de signer une pétition en faveur de la liberté d’enseignement, que son évêque faisait circuler parmi les membres de son clergé27.

Défense de la liberté de conscience

  • 28 A. de Lamartine, L’État, l’Église et l’enseignement…, op. cit., p. 41.
  • 29 A. de Lamartine, L’État, l’Église et l’enseignement…, op. cit., p. 50-51.

9On relève dans L’État, l’Église et l’enseignement des arguments en faveur de la liberté de conscience et des passages exprimant la conviction que le christianisme n’est pas le dernier mot de la religion, que d’autres religions pourraient apparaître, mais que le régime des cultes prévalant en France, parfois contre la charte, leur interdit de venir au jour. L’État, affirmait Lamartine, est incapable de connaître les vrais besoins spirituels du peuple et déploie une « absurde et révoltante iniquité » en faisant payer « au non-croyant et au non-pratiquant le salaire et le service d’une religion qu’il répudie, qu’il blasphème peut-être »28. Dans un pays où n’existait plus d’unanimité en matière religieuse, la seule solution ne consistait-elle pas à rendre « la liberté du culte à tous les citoyens » et à supprimer le budget des cultes ? Ainsi, « les âmes ser[aient] enlevées au budget et remises à leur foi et à Dieu ». Qui voudrait s’opposer à une telle réforme, interrogeait Lamartine, si ce n’est les personnes désireuses d’« abaisser la religion au rôle d’instrument politique » ou d’« abaisser l’État au rôle d’instrument d’orthodoxie », c’est-à-dire « les incrédules à la foi et les incrédules à la liberté »29 ?

  • 30 La France parlementaire. 1834-1851. Œuvres oratoires et écrits politiques…, op. cit., tome quatrièm (...)
  • 31 Ibid., p. 165-166.

10Deux ans plus tard, le 3 mai 1845, à la Chambre, lors d’une discussion sur la liberté des cultes, Lamartine défendit véhémentement « la cause de la liberté de conscience individuelle » et rappela que, dans les États despotiques, « la même main tient le sceptre et l’encensoir »30. Contre Berryer, il blâma la politique rétrograde de Bonaparte, qui avait fait rechuter la France « dans le système des religions d’État » en enchaînant « l’Église à son trône » ; son intervention souleva des exclamations et des remous parmi ses collègues. La liberté religieuse, continua-t-il, avait beau être inscrite dans la charte, elle n’était que « lettre morte » ; la Monarchie de Juillet s’avérait incapable de la défendre, puisque plusieurs catégories de croyants ne pouvaient en jouir et se heurtaient à un pouvoir qui leur parlait ainsi : « Tu croiras ce que tu voudras, mais tu n’en parleras pas à haute voix à tes frères ! Tu croiras ce que tu voudras, mais la parole qui vivifie et qui propage la foi sera éteinte sur tes lèvres ! Tu croiras ce que tu voudras, mais tu n’agiras pas ! […] Tu croiras ce que tu voudras, mais si tu te réunis à quelques-uns de tes coreligionnaires pour prier ou agir en commun, les procureurs du roi, les réquisitoires et la prison t’apprendront le sens du mot tolérance dans notre pays, cinquante ans après trois révolutions faites pour inaugurer ce grand mot ! (mouvement) ». Lamartine jugeait qu’en matière religieuse, l’existence de textes « confus, obscurs, contestables dans leur origine, contestables dans leur application » appelait peut-être la rédaction d’un « code définitif et libéral », qui permettrait même à de nouvelles religions de s’établir en France. Il n’était pas hostile à l’idée d’une police des cultes et croyait même que, dans ce domaine, l’État avait « des droits sacrés et impérissables » qu’il devait conserver, ne serait-ce que pour lutter « contre des ordres mendiants qui voudraient se réimplanter en France »31.

Croyance en Dieu et respect du sentiment religieux

  • 32 A. de Lamartine, La Politique rationnelle…, op. cit., p. 111.
  • 33 Ibid., p. 70-72.

11En 1831, Lamartine souhaitait la séparation entre l’Église et l’État non dans un esprit antireligieux, mais, au contraire, dans l’espoir de voir apparaître le règne conjoint du christianisme et de la raison, « car la raison est divine aussi »32. Henri Guillemin a insisté sur cet aspect des théories séparatistes chez Lamartine, qui plaidait pour une relation directe entre « l’homme et son Dieu », mais aussi entre « le prêtre et le fidèle ». Si l’État, jugeait Lamartine, vient à s’interposer « entre l’homme et ce rayon divin qu’il ne doit chercher qu’au ciel », la religion acquiert « quelque chose de palpable et de matériel » et risque d’être corrompue au contact des « immondices des places publiques ». Il ne fallait donc pas hésiter, disait-il encore en proposant Lamennais en exemple, à prononcer sur ce sujet des vérités pouvant paraître « amères », car « on n’implante pas l’arbre qui doit ombrager les siècles, sans fendre le sol avec le fer ! On ne greffe pas de rameau sans déchirer l’écorce ! »33.

  • 34 La France parlementaire. 1834-1851. Œuvres oratoires et écrits politiques…, op. cit., tome premier, (...)
  • 35 Ibid., p. 58-59.
  • 36 Ibid., tome quatrième, p. 163.

12En 1834, l’amendement de Camille Eschassériaux apparut à Lamartine comme une revanche contre la Restauration et la création des diocèses non concordataires ; or, estimait-il, on ne pouvait pas « briser bulles, décrets »34 au gré des majorités politiques. La réforme qu’il souhaitait dans les rapports entre l’Église et Rome, il ne la voulait pas contre Rome, mais avec Rome. Il ne désirait pas que l’on supprimât des circonscriptions religieuses, mais que l’Église organisât elle-même sa propre vie matérielle, avec l’argent que l’État lui verserait, pour compenser la valeur des biens qui avaient été donnés à la Nation en 1790, et avec les dons que les fidèles jugeraient opportun de verser. Il était sensible aux demandes de 180 000 personnes qui avaient fait parvenir une pétition à la Chambre, demandant que leurs diocèses ne fussent pas supprimés et que les prêtres qui y exerçaient leur ministère pastoral continuassent d’être rétribués par l’État. Il prenait au sérieux les besoins religieux de populations vivant dans « ces cabanes isolées et suspendues sur ces pentes presque inaccessibles », dans « ces hameaux où croupissent tant d’ignorances, où languissent tant de misères », dans « ces huttes perdues dans nos landes ou semées sur les côtes les plus infréquentées de nos mers ». Enlever à tous ces gens leurs curés, leurs desservants, leurs vicaires, ce serait, disait-il, risquer de leur enlever « toute idée de civilisation ». « Croyez-vous, demandait-il, que Dieu soit déjà trop présent à ces intelligences obscures, et qu’il faille l’en effacer davantage encore ? Croyez-vous enfin qu’en lui enlevant les ministres de sa prière, les conseillers de sa morale, les consolateurs de ses misères, les maîtres de son ignorance, vous le [le peuple] rendrez plus éclairé et plus heureux, et que le Bulletin des lois sera jamais pour la lumière et la civilisation du peuple un supplément à l’Évangile ? »35. Pour Lamartine, il convenait de laisser le gouvernement traiter avec Rome. Si d’aucuns soutenaient que le régime établi par Napoléon contribuait à la grandeur de la religion, lui était au contraire convaincu qu’il l’avait asservie, dégradée et que l’opinion séparatiste qu’il défendait « si laborieusement » devant ses collègues de la Chambre serait « un jour pourtant celle de l’histoire »36.

  • 37 A. de Lamartine, L’État, l’Église et l’enseignement…, op. cit., p. 38.

13Ainsi, Lamartine disait vouloir le bien de l’Église. En 1843, dans l’État, l’Église et l’enseignement, comme nombre de ses contemporains, il expliqua qu’en acceptant la force légale, la protection et le salaire de l’État, l’Église acceptait aussi la dépendance, les conditions et le joug. Attachée au pouvoir séculier et dépendante de lui, elle subit toutes les vicissitudes de la vie politique : « Gagne-t-elle à se placer, pour être honorée, avec les rois, sur les marches de trônes qui s’écroulent, en adoptant telle ou telle race de princes, telle ou telle forme de gouvernement, aujourd’hui royaliste, demain républicaine, impériale après, pour redevenir bourbonienne, et puis autre chose à la suite de toutes les fortunes et de toutes les instabilités du pouvoir humain auquel elle s’attache et qui l’entraîne successivement dans toutes ses chutes, dans toutes ses impopularités, dans tout l’odieux des pouvoirs politiques ? »37.

  • 38 Ibid., p. 43.
  • 39 Ibid., p. 26.
  • 40 A. de Lamartine, L’État, l’Église et l’enseignement…, op. cit., p. 34-35.
  • 41 Ibid., p. 56-58. « Se coudoyer » est ici employé au sens ancien de « se heurter du coude ».

14Mais, à cette époque, Lamartine avait évolué et pris ses distances avec l’Église ; ses ouvrages avaient été mis à l’index ; il défendait d’autres cultes que le culte catholique. La protection et l’or que l’État prodiguait aux cultes reconnus lui apparaissaient comme une source potentielle de dangers, pour eux, mais aussi pour les autres religions. Le système cultuel français risquait à la fois de « faire souffrir » les Églises établies, qui, peut-être, pourraient vivre et prospérer sans lui, et de perpétuer artificiellement la vie d’une religion, qui, abandonnée à elle-même, « ne porterait plus de fruits pour l’esprit humain »38. Or, l’État, remarquait Lamartine, ne cherchait un appui qu’auprès des cultes les plus anciens et fermait sa porte aux autres cultes, auxquels il appliquait, « comme en botanique », l’étiquette « genre inconnu »39. La religion, qui est « justement jalouse et tyrannique, car sa foi le lui ordonne », qui soupçonne toujours et partout « une sédition de la pensée », cherchait à utiliser le pouvoir politique pour servir ses desseins et « étouffer tous les germes de nouveautés » susceptibles d’éclore. L’État, constatait Lamartine, la soutenait dans ses exigences et opposait aux nouveaux cultes avides de liberté les accords passés avec les religions établies : « ce grand champ de Dieu, dit-il en substance, je l’ai borné par la loi. […] Je n’ai point de concordat avec ta vérité, je n’ai point de concordat avec ton Dieu », commettant ainsi un véritable « meurtre d’idées »40. Chercher à ajourner les réformes nécessaires serait inutile, car « le temps veut une solution » et « il serait plus beau de la lui donner ! de rendre à Dieu ce qui est à Dieu, et aux hommes ce qui est aux hommes ! ». L’opuscule se clôt sur un appel au respect du sentiment religieux et de la liberté ; une fois répudiée l’hypocrisie des cultes officiels, on verrait clairement que « la terre est assez vaste pour que tous ceux qui veulent adorer Dieu, dans tous les rites, puissent s’agenouiller devant lui sans se coudoyer et sans se haïr »41.

Réception

  • 42 Eugène Pelletan, Auguste Colin, Hippolyte Morvonnais, Victor Hennequin, Les dogmes, le clergé et l’ (...)
  • 43 Ibid., p. 70-72.
  • 44 Ibid., p. 74.

15Les positions de Lamartine amenèrent divers commentaires. Après les avoir analysées et présentées dans la Démocratie pacifique, Victor Hennequin reproduisit ultérieurement ses articles dans un livre collectif42, dans lequel sont rassemblés divers articles du journal fouriériste et qui s’ouvre sur un commentaire prenant le contre-pied de certaines idées exposées antérieurement dans cet organe. Hennequin avait tout d’abord vu dans les idées de Lamartine le système qui « évidemment […] réglera l’avenir », mais qui était inapplicable dans le présent. La Vendée et la Provence, avait-il écrit alors, offraient l’exemple de véritables « coteries » formées par des ecclésiastiques et par les fidèles qui les entretenaient – il s’agissait probablement de vicaires non rétribués par les communes – et révélaient les dangers possibles de l’abandon du budget des cultes. Dans d’autres régions de France, au contraire, le clergé ne pourrait compter sur aucune aide et serait persécuté. Le transfert aux fidèles du soin de rétribuer les ministres des cultes amènerait de « grandes disparités régionales et une tiédeur générale ». À l’époque de la rédaction de ses articles, Victor Hennequin se souvenait du temps de la Convention et du Directoire, d’une France « sans baptêmes et sans cérémonies religieuses » dont « le vide affreux » l’avait « pénétré d’horreur »43. Il était moins choqué par le budget des cultes que par l’existence de deux catégories de cultes, inégalement traités. Il préconisait un changement de ces dispositions générales : il fallait tolérer tout culte nouveau ne troublant pas l’ordre public et, dès qu’il aurait réuni « un assez grand nombre de fidèles persévérants », l’État devrait « le subventionner dans la mesure de son importance, comme il subventionne depuis peu le judaïsme en France et le mahométisme en Algérie ». Victor Hennequin était alors si peu ennemi du budget des cultes qu’il souhaitait « l’augmentation du traitement des desservants, dont la gêne [était] grande »44. Craignait-on que l’augmentation du traitement des prêtres ne poussât trop de jeunes gens vers une carrière ecclésiastique ? Il suffisait d’améliorer aussi l’accès à d’autres carrières.

  • 45 Le 26 avril 1844, Montalembert prononça à la Chambre des pairs un grand discours sur la liberté d’e (...)
  • 46 Ibid., p. xj-xij.

16En 1844, la querelle autour de la liberté de l’enseignement battant son plein45, Victor Hennequin modifia son point de vue et se rallia aux positions de Lamartine, comme le prouve l’introduction générale du livre dans lequel furent reproduits les articles de la Démocratie pacifique : « Nous croyons nécessaire de réclamer dès aujourd’hui l’application d’un principe dont naguère nous placions la réalisation dans le lointain : la rétribution des ministres des cultes par l’association des fidèles, et nous nous rallions sur ce point à l’opinion de M. de Lamartine. Quand il ne sera plus subventionné par l’État, quand il sera rétribué par l’association des fidèles suivant une méthode qui réserve sa dignité, le clergé catholique, affranchi de toute chaîne, prouvera par son existence même son utilité, son influence, les sympathies qu’il trouve dans la nation. Il suffit de quelques mesures transitoires pour concilier ce principe salutaire avec les engagements pris par l’État à l’égard des prêtres en fonctions »46.

  • 47 De M. Ledru-Rollin à M. de Lamartine sur l’État, l’Église et l’enseignement, Paris, Pagnerre, 1844, (...)

17Ledru-Rollin fit également connaître son désaccord avec les positions de Lamartine qui voulait séparer l’Église et l’État afin de « faire revivre cette union qui faisait leur force ». Or, le député de la Sarthe ne croyait pas à la séparation pour la bonne raison « qu’il est pour le spirituel et le temporel un terrain commun, la société. […] De même le spirituel et le temporel se confondent sur toute la surface de la société comme dans la profondeur de ses entrailles, et les satisfactions ou les douleurs de l’un et de l’autre retentissent avec la même force dans toutes les parties de l’être social. Séparez l’âme du corps et vous causerez la mort de l’individu ; séparez le spirituel du temporel, et vous causerez la mort de la société »47. Il n’y avait pas de moyen terme possible : il fallait que l’Église fût dans l’État ou l’État dans l’Église.

  • 48 Parallèlement aux bureaux traditionnels, quinze comités spéciaux se formèrent au sein de l’Assemblé (...)
  • 49 Cité par Edmond de Pressensé, Revue chrétienne, 1869, p. 249, cité par André Encrevé, Le protestant (...)

18En 1848, Lamartine, qui avait manifesté si vigoureusement son intérêt pour les rapports entre l’État et les cultes durant la Monarchie de Juillet, ne semble pas s’être véritablement préoccupé de la politique religieuse de la Seconde République. Il ne siégea pas au Comité des cultes48 et ne chercha apparemment pas à peser sur ses décisions. Sollicité par des membres de la rédaction du Semeur qui souhaitaient l’entretenir de la séparation, il leur écrivit ces quelques lignes qui n’engageaient pas à grand chose : « Affranchir la société religieuse, c’est affranchir Dieu dans la conscience, c’est lui que nous tenons captif. Pour moi, je consentirais à être esclave à toujours si je parvenais à assurer ce glorieux affranchissement. »49.

19Cette réserve peut étonner de la part d’un homme qui avait rédigé des textes si éloquents que ceux que nous avons cités. Faut-il penser que les questions politiques, économiques, sociales et internationales s’étaient entièrement substituées, dans son esprit, aux préoccupations d’ordre religieux ? Doit-on supposer qu’il se soucia fort peu alors de promouvoir la cause de la séparation que défendaient des hommes connus pour leur anticléricalisme, comme François André Isambert, et qu’il préféra de ne pas se mêler d’une question qui pouvait sembler mettre en jeu de trop grands intérêts entre le gouvernement de la République et l’épiscopat et entre Paris et Rome ?

Notes

1 Cette communication reprend partiellement une partie du chapitre IV de Jacqueline Lalouette, La séparation des Églises et de l’État. Genèse et développement d’une idée. 1789-1905, Paris, Éditions du Seuil, collection « L’Univers historique », 2005, p. 168-181.

2 Christian Maréchal, Lamennais et Lamartine, Paris, Bloud, 1907.

3 Henri Guillemin, Le Jocelyn de Lamartine. Étude historique avec des documents inédits [1936], Genève, Slatkine Reprints, 1967 et Lamartine et la question sociale suivi de Lamartine en 1848, éditions d’Utovie, 1999.

4 William Fortescue, Alphonse de Lamartine, a political biography, London – Canberra, Croom Helm – New-York, St Martin’s Press, 1983.

5 Cité par Christian Maréchal, Lamennais et Lamartine…, op. cit., p. 162.

6 A. de Lamartine, « Aux chrétiens dans les temps d’épreuves », Harmonies poétiques et religieuses, Œuvres poétiques, édition présentée, établie et annotée par Marius-François Guyard, Paris, Gallimard, collection « la Pléïade », 1963, p. 313. Ce poème a été achevé à Livourne le 2 septembre 1826. Primitivement, il contenait une strophe, qui fut supprimée dans l’édition définitive, dans laquelle se trouvait ce vers : « Rompez, rompez tout pacte avec la force humaine ! », ibid., p. 1844. Ces diverses modifications semblent avoir été causées non par une raison d’ordre esthétique, mais par un motif de convenance idéologique ; « peut-être Lamartine pensait-il aussi qu’il était prudent de ne pas se compromettre aux yeux de l’autorité, en développant la doctrine de la séparation du pouvoir religieux et du pouvoir civil », écrit Pierre Jouanne, Les variantes des Harmonies de Lamartine, thèse complémentaire pour le doctorat ès lettres, Paris, Jouve et Cie, 1926, p. 179.

7 Cité sans référence (ou lettre à Cazalès du 19 février 1830) par Louis Barthou, « Autour de la politique rationnelle », A. Lamartine (1833-1913) en le 80e anniversaire de sa première élection de député, préface de Maurice Barrès, Paris, Plon, 1914, p. 11.

8 Voir Fernand Letessier, « Une amitié peu connue de Lamartine : le pasteur Joseph Martin-Paschoud », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, tome CXXVI, octobre-décembre 1980, p. 567-602.

9 Cité par Henri Guillemin, Le Jocelyn de Lamartine…, op. cit., p. 180.

10 Lamartine. Le poète et l’homme d’État, Paris, Bibliothèque nationale, 1969, p. 101.

11 A. de Lamartine, Sur la politique rationnelle, fac-simile de l’édition de Paris de 1831, avec une introduction et une bibliographie de Claire-Lise Rogers, Genève, Slatkine – Paris, Champion, 1977, p. 6-7.

12 Ibid., p. 38.

13 Ibid., p. 67.

14 Ibid., p. 70-72.

15 L’article 5 de la Charte de 1830 stipule que « Chacun professe sa religion avec une égale liberté, et obtient pour son culte la même protection » ; d’après l’article 6, « Les ministres de la religion catholique, apostolique et romaine, professée par la majorité des Français, et ceux des autres cultes chrétiens, reçoivent des traitements du Trésor public », Les constitutions de la France depuis 1789, présentation par Jacques Godechot, Paris, Flammarion, 1979, p. 247.

16 La France parlementaire. 1834-1851. Œuvres oratoires et écrits politiques par Alphonse de Lamartine, précédées d’une étude sur la vie et les œuvres de Lamartine par Louis Ulbach, Paris, A. Lacroix, Verbœckhoven et Cie, tome premier, p. 37.

17 Camille Eschassériaux (1800-1834), député de la Charente-Inférieure (actuelle Charente-Maritime).

18 Il s’agissait d’une trentaine de diocèses qui avaient été créés en 1821-1822. D’après le cinquante-huitième article organique de la loi du 18 germinal an X (le Concordat), il y avait dix archevêchés et cinquante évêchés ; certains diocèses correspondaient donc à deux, voire à trois départements, et s’étendaient sur un territoire trop vaste pour que l’évêque pût y accomplir régulièrement des tournées diocésaines, d’où ces nouvelles créations.

19 La France parlementaire. 1834-1851. Œuvres oratoires et écrits politiques…, op. cit., tome premier, p. 37.

20 Le Bien public, supplément des numéros des 26 et 30 novembre 1843.

21 D’après Henri de Lacretelle, il s’engagea pour dix actions de mille francs ; par ailleurs, le journal lui coûta environ 15 000 francs par an, Lamartine et ses amis, Paris, Maurice Dreyfous, 1878, p. 66 et p. 76.

22 Par exemple le 15 octobre 1843, le 28 avril et le 13 juin 1844.

23 A. de Lamartine, L’État, l’Église et l’enseignement, Paris, Pagnerre, 1843, p. 5.

24 Ibid., p. 9.

25 A. de Lamartine, L’État, l’Église et l’enseignement…, op. cit., p. 17.

26 Le Bien Public, 6 juin 1844.

27 Voir le Bien Public, 4, 8, 11, 15, 22 août 1844 et Henri de Lacretelle, Lamartine et ses amis…, op. cit., p. 71-73. En 1848, Lamartine nomma l’abbé Thions consul à Bucarest ; la réaction chassa l’ecclésiastique qui revint en France, fit amende honorable auprès de son évêque et fut nommé dans une cure de dernière classe.

28 A. de Lamartine, L’État, l’Église et l’enseignement…, op. cit., p. 41.

29 A. de Lamartine, L’État, l’Église et l’enseignement…, op. cit., p. 50-51.

30 La France parlementaire. 1834-1851. Œuvres oratoires et écrits politiques…, op. cit., tome quatrième, p. 158-160.

31 Ibid., p. 165-166.

32 A. de Lamartine, La Politique rationnelle…, op. cit., p. 111.

33 Ibid., p. 70-72.

34 La France parlementaire. 1834-1851. Œuvres oratoires et écrits politiques…, op. cit., tome premier, p. 55.

35 Ibid., p. 58-59.

36 Ibid., tome quatrième, p. 163.

37 A. de Lamartine, L’État, l’Église et l’enseignement…, op. cit., p. 38.

38 Ibid., p. 43.

39 Ibid., p. 26.

40 A. de Lamartine, L’État, l’Église et l’enseignement…, op. cit., p. 34-35.

41 Ibid., p. 56-58. « Se coudoyer » est ici employé au sens ancien de « se heurter du coude ».

42 Eugène Pelletan, Auguste Colin, Hippolyte Morvonnais, Victor Hennequin, Les dogmes, le clergé et l’État. Études religieuses, Paris, La Librairie sociétaire, 1844. La date de publication des articles dans la Démocratie pacifique n’y est pas indiquée.

43 Ibid., p. 70-72.

44 Ibid., p. 74.

45 Le 26 avril 1844, Montalembert prononça à la Chambre des pairs un grand discours sur la liberté d’enseignement, voir Le Moniteur, 27 avril 1844.

46 Ibid., p. xj-xij.

47 De M. Ledru-Rollin à M. de Lamartine sur l’État, l’Église et l’enseignement, Paris, Pagnerre, 1844, p. 5-6.

48 Parallèlement aux bureaux traditionnels, quinze comités spéciaux se formèrent au sein de l’Assemblée constituante, comités de la Constitution, des Finances, des Affaires étrangères, de l’Instruction publique, de l’Agriculture, du Travail, des Cultes, etc. ; chaque représentant s’inscrivit à l’un de ces comités, en fonction de ses compétences et de ses préférences. Présidé par Vivien pendant le premier mois, puis par Mgr Parisis, évêque de Langres, le comité des cultes comptait quarante-deux membres. Il ne souhaitait pas abroger le concordat, mais modifier certaines dispositions des articles organiques. Ses travaux s’interrompirent en mai 1849, et aucune de ses suggestions ne fut prise en compte. Voir Jacqueline Lalouette, « La politique religieuse de la Seconde République », Religion, politique et culture au 19e siècle, sous la direction de Jacqueline Lalouette et Michèle Riot-Sarcey, Revue d’Histoire du 19e siècle, n° 28, 2004/1, p. 79-94.

49 Cité par Edmond de Pressensé, Revue chrétienne, 1869, p. 249, cité par André Encrevé, Le protestantisme français au milieu du XIXe, préface de Jean-Marie Mayeur, Paris, Labor et Fides, 1986, p. 174.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search