Version classiqueVersion mobile

La laïcité en question

 | 
Sylvie Le Grand

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Est-il nécessaire de le rappeler ? Le terme de « modèle » est utilisé ici sans aucune prétention no (...)

1Le présent volume rassemble vingt-trois contributions issues des communications prononcées lors du colloque « Religion, État et société en France et en Allemagne : quelle laïcité ? » organisé par le Centre de recherches sur le monde germanique de l’université Paris 10-Nanterre les 29-30 septembre et 1er octobre 2004. Cet ouvrage ne prétend pas proposer une analyse exhaustive de la notion de laïcité appliquée aux cas français et allemand. Il s’efforce plutôt, conformément aux objectifs de ce colloque, rappelés dans le compte rendu des discussions publié en fin d’ouvrage, d’inscrire la réflexion sur la laïcité dans la longue durée de l’histoire de ces deux pays, tout en croisant les approches disciplinaires. L’angle comparatiste franco-allemand paraissait particulièrement fécond pour éclairer respectivement chacun des deux modèles1 dans sa spécificité.

2Il s’agissait ce faisant de s’écarter des conceptions philosophico-idéologiques de la laïcité qui sous-tendent une partie des débats français sur cette notion. Les contributeurs de ce volume (historiens, philosophes, théologiens, juristes, sociologues, germanistes) se sont donc placés résolument sur le terrain de l’histoire et du droit pour se mettre à distance des partis pris militants qui biaisent la réflexion sur un sujet si brûlant.

  • 2 Critère rappelé entre autres par Jean-Paul Willaime.

3Si le mot laïcité n’a pas d’équivalent en allemand, comme le rappellent divers contributeurs, cela ne veut pas dire cependant que les réalités françaises et allemandes en la matière ne soient pas comparables. Outre le critère de neutralité réciproque du politique et du religieux2, d’autres éléments entrent en ligne de compte pour ce faire : le respect de la liberté religieuse dans ses diverses facettes (collective, individuelle, négative, positive) ; la séparation des Églises et de l’État sous ses différentes formes ; le statut juridique accordé aux sociétés religieuses (droit public, droit privé etc.) ; la mise en œuvre du droit à l’incroyance. En raison du caractère élastique et ambigu de la notion de sécularisation, sur lequel la contribution de Jean-Claude Monod apporte de précieux éclaircissements, on n’a pas souhaité ici baser la comparaison franco-allemande sur l’opposition fréquente entre laïcisation française et sécularisation allemande. Sauf rares exceptions, les contributeurs adoptent l’usage le plus courant chez les historiens français et qui consiste à rapporter la sécularisation au processus affectant les mentalités et les mœurs et à réserver la laïcisation à celui qui touche les domaines politique et juridique.

4L’ouvrage, organisé selon une structure à la fois chronologique et thématique comporte, outre l’introduction quatre parties où alternent analyses générales et études de cas : la laïcité dans l’histoire (onze contributions) ; questions juridiques et politiques (cinq contributions) ; modèles allemand et français à l’épreuve de l’islam (trois contributions) ; l’école face à la religion et à la transmission des valeurs en Allemagne et en France (trois contributions).

 

5Au-delà des correspondances thématiques ou historiques entre contributions, un certain nombre de fils conducteurs les traversent et les relient entre elles : l’évocation en filigrane des influences du gallicanisme et du joséphisme (Gérard Laudin, Henri Haller, Rudolf Lill, Sylvie Toscer-Angot, Claude Langlois) ; l’analyse de transferts culturels Allemagne-France (Stefanie Buchenau, Brigitte Krulic) ; les questions géopolitiques et l’influence vaticane (Henri Haller, Claude Langlois) ; les rapports étroits entre l’État enseignant et la République (Claude Langlois, Brigitte Krulic, André Legrand) ; la question du fondement du lien social et de l’auto-limitation du politique (Joachim Gaertner, Jean-Paul Willaime, Sylvie Le Grand) ; la perspective singulière adoptée par la pédagogie religieuse, discipline spécifiquement allemande (Götz Doyé, Antje Roggenkamp-Kaufmann), pour ne citer que quelques exemples des rapprochements possibles entre contributions. Ils constituent autant d’entrées envisageables pour aborder cet ouvrage ou en approfondir la lecture.

Notes

1 Est-il nécessaire de le rappeler ? Le terme de « modèle » est utilisé ici sans aucune prétention normative, mais avec une valeur descriptive.

2 Critère rappelé entre autres par Jean-Paul Willaime.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search