Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Communication et organisation

 | 
Thomas Heller
, 
Romain Huët
, 
Bénédicte Vidaillet

Ouverture. Praxis critique et renouveau de l’imaginaire

Environnement- communication-organisations- institutions : Quels apports et approches critiques ?

Françoise Bernard

Abstract

La mise en évidence de la diversité des discours et des praxis portés par de nombreux collectifs touchant à la question – critique – de l’environnement est le point de départ d’une réflexion programmatique sur la relation entre communication-organisation-institutions et enjeux environnementaux envisagée – à titre d’hypothèse – comme émergence d’un nouvel imaginaire instituant. Le cadre théorique fait principalement référence aux travaux de Cornélius Castoriadis.

Termini per la ricerca

Testo integrale

Les limites du « savoir que l’on sait »
(Castoriadis, 1990, 260)

  • 2 Vincent Jacques Le Seigneur. 2000. La sensibilité écologique des français à travers l’opinion publi (...)
  • 3 Cf. site de la Fondation Nicolas Hulot : www.fondation-nature-homme.org/extras/archives-pacte/.

1Catastrophes environnementales, premiers effets du changement climatique, crise économique, financière, politique et sociale se conjuguent engendrant un sentiment d’incertitude de plus en plus présent, mais aussi un questionnement de plus en plus lancinant sur la pertinence des grandes orientations du modèle économique et culturel porté par les pays du Nord et de son hégémonie via la nouvelle vague de la mondialisation et la globalisation. Si la question écologique est explicitement posée depuis les années 70, elle a ensuite été mise de côté pour ressurgir en 1986 avec les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl. Depuis le début des années 2000, la plupart des décideurs et acteurs de la société se déclarent être désormais concernés par cette question environnementale, devenue question de société qui semble cristalliser nombre d’interrogations2. En France, un pic de sensibilité est enregistré en 2007, dans le cadre des élections présidentielles. Les projets politiques ont été alors teintés d’écologisme, différents courants politiques ont signé le Pacte écologique3 proposé par une personnalité des médias, au risque d’avoir brouillé les frontières entre écologie politique et écologie médiatique. De manière générale, les discours environnementaux sont explicitement tissés de contributions publiques, médiatiques, entrepreneuriales, militantes, civiques et citoyennes.

2À un méso niveau, la thématique environnementale rencontre aussi les enjeux organisationnels selon plusieurs modalités. D’abord, cette thématique renouvelle les approches communicationnelles et donc symboliques pour les organisations marchandes et les organisations-institutions publiques. Ensuite, émergent et se développent de nouvelles organisations dédiées aux activités environnementales et à un ensemble de pratiques de médiations : Fondations, ONG, associations. En mettant en relation l’ensemble des dynamiques organisationnelles diversifiées autour de la thématique environnementale, il apparaît que cette thématique est porteuse à la fois de questions pertinentes, de paradoxes et d’ambiguïtés quant à ses potentialités de pensée et d’action critiques.

3La réflexion à caractère général et en chantier (work in progress) que nous présentons, repose par ailleurs sur dix années de travaux de recherche consacrés au thème « communication, engagement et environnement » (projets de recherche financés) dont les résultats ont été publiés et diffusés. Ces travaux, consacrés à la relation entre communication, action et responsabilité, mobilisent également fortement les notions d’engagement, de publicisation et d’institution.

4Deux questions fortes sont posées : premièrement comprendre ce qui se joue dans les ambiguïtés et les contradictions des points de vue environnementaux des différents collectifs d’acteurs publics et privés, économiques / associatifs et politiques ; deuxièmement, comprendre comment la circulation des actions, des récits et des discours environnementaux peut conduire à l’émergence d’un nouvel imaginaire à portée historique et anthropologique. Le projet est ambitieux, il sera conduit ici assez modestement en deux temps, en regardant la question environnementale pour les organisations et certaines institutions d’une part, et, d’autre part, en essayant de qualifier discours et pratiques.

Les organisations et les institutions saisies par la thématique environnementale

  • 4 Pour une synthèse cf. Bourg D. & Rayssac G.-L. (2006).

5L’étude de la question environnementale élargie à celle du DD4 est très liée à celle de la reconfiguration des organisations et à celle de la communication des organisations. On peut organiser la réflexion en distinguant deux effets organisationnels et communicationnels, ceux qui affectent les organisations instituées, ceux qui sont marqués par l’émergence de nouvelles organisations.

Les organisations instituées touchées par la thématique environnementale

6Par organisations instituées, nous entendons les organisations marchandes mais aussi les organisations-institutions publiques en place. La thématique environnementale est à la fois cause et produit d’effets cognitifs, discursifs et argumentatifs.

  • 5 Pour un point sur le débat concernant la RSE mené par les chercheurs, cf. Postel, Cazal, Chavy & So (...)
  • 6 Pour aider les organisations à évaluer la pertinence et le niveau de maturité de leurs pratiques, d (...)

7En ce qui concerne les organisations marchandes et les métamorphoses environnementales de la communication, on note des points de vue distincts qui peuvent se cumuler. Premièrement, il s’agit de réenchanter la logique marchande tout en ouvrant de nouveaux marchés (écoproduction et écoconsommation) pour mieux poursuivre la logique de croissance du PIB confirmé comme indicateur central, c’est le modèle de la croissance verte. Deuxièmement, il s’agit de réguler différemment les firmes capitalistes en introduisant des arguments de moralité avec la notion d’écoresponsabilité et avec de nouveaux dispositifs, principalement celui de la Responsabilité sociale de l’entreprise (RSE)5. « La RSE est donc la prise en compte des effets de l’activité de l’entreprise sur l’environnement naturel et social, autrement dit des externalités de l’entreprise sur la société » (Brulois, Viers, 2011, 43). Cette thématique est accompagnée de dispositifs d’évaluation6. La RSE peut être, d’un point de vue critique, analysée comme dispositif de « déni » du cadre symbolique fondé sur la reconnaissance des différences entre salariés et directions au profit d’un discours mettant en avant « les intérêts communs des différentes parties prenantes » (Vidaillet & Gamot, 2011, 153). Selon certains auteurs, ce déni est susceptible d’engendrer deux formes de violence et autant de passages à l’acte, violence qui se retourne contre soi (stress, suicides, etc.), et celle qui se retourne contre l’extérieur (séquestration, destructions diverses, etc.) (Vidaillet & Gamot, 2011).

  • 7 Devise des entreprises : Consommer vert vs consommer différemment moins et différemment ; la critiq (...)
  • 8 www.avenirdurable.org/Eco-marketing-comment-depasser-la.html.

8Par ailleurs, cette intrusion de l’environnement semble être déjà intégrée dans les modèles de la communication professionnelle avec les thèmes du business vert, de l’écomarketing et de la communication verte (communication commerciale et communication institutionnelle), de communication durable, au point que la critique de cette intégration est déjà apparue, formulée notamment en termes d’écoblanchiment (Libaert, 2010) – de greenwashing7. Des spécialistes du marketing distinguent les entrepreneurs qui sont véritablement acteurs de la croissance verte de ceux qui ont une approche plus superficielle, certains de ces spécialistes formulent d’ailleurs le conseil suivant : « les marques ont tout intérêt à se lancer dans une démarche de fond, impactant tous leurs produits, plutôt que de développer des gammes vertes, opportunistes »8. Les débats et forums sur Internet sont très nombreux. Ils impliquent les agences de communication qui ont vu dans le thème écologique un moyen de motiver les annonceurs pour réinvestir dans la communication. D’autres indicateurs objectifs sont retenus pour évaluer la conversion écologique des entreprises par exemple celui des bâtiments HQE, Haute qualité environnementale. Or, seulement 3 % des entreprises françaises de moins de 1000 salariés occupent en 2010 des bâtiments certifiés HQE et 13 % des grandes entreprises.

  • 9 Les villes consomment 75 % des ressources de la planète et émettent jusqu’à 80 % des gaz à effet de (...)

9En ce qui concerne les organisations-institutions publiques –Ministères /gouvernement, Ville /Communauté de communes, conseil général, conseil régional- des dispositifs réglementaires et des projets environnementaux font flores. Les collectivités locales9 et territoriales sont porteuses d’initiatives et de pratiques innovantes concernant par exemple la mobilité, la réduction et la prise en charge des déchets, les économies d’énergie. Cependant, et c’est un euphémisme, on note des écarts entre productions discursives et réalisations concrètes, les initiatives restent à une échelle plutôt expérimentale et la généralisation est encore peu d’actualité, la pratique qui semble avoir le plus progressé est celle du bilan environnemental, du bilan carbone. Les actions des collectivités locales sont très liées au Grenelle de l’environnement qui mérite une attention particulière comme dispositif organisationnel, communicationnel et donc symbolique.

Émergence d’organisations thématiques et spécialisées en environnement

  • 10 « Les agendas 21 sont des initiatives volontaristes des villes, soutenues par le Ministère de l’Éco (...)
  • 11 www.grainepaca.org/.

10En ce qui concerne les organisations environnementales liées à la société civile (associations, certaines ONG) mais aussi des Fondations, elles ont émergé, en particulier en France, ces vingt dernières années et pour beaucoup d’entre elles ces dix dernières années. Elles jouent un rôle d’éducation, de médiation et de publicisation auprès de différents publics. Elles sont assez souvent porteuses d’une approche opérationnalisée, voire instrumentée et peut-être simplifiée et simplificatrice, de la question environnementale et du Développement Durable (DD), par exemple avec les agendas 2110. Les associations sont souvent organisées en réseaux, comme par exemple le réseau Graine PACA en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur11 qui cohabite aux côtés d’autres réseaux à l’identité territoriale : Vaucluse 84, 05, montagnard alpin, etc. On observe donc que l’architecture en mille feuilles s’impose, empilement de réseaux correspondant à des territoires ou des thèmes. Des auteurs soulignent d’ailleurs, depuis quelques années, la faiblesse des associations écologistes, et leur tendance à l’individualisation et à la médiatisation au coup par coup des actions (Bozonnet, 2005). On observe également que si les relations entre les associations et les pouvoirs publics sont établies et publicisées (cf. les sites Internet), on ne peut pas en dire de même entre les associations et les entreprises. Cette remarque conduit au constat de deux logiques qui interagissent peu entre elles, l’une sociétale et éducative et l’autre économique et entrepreneuriale.

  • 12 D’abord photographe puis présentateur d’« Ushuaïa, le magazine de l’extrême », Nicolas Hulot a créé (...)
  • 13 Quelques références : « Une Vérité qui dérange » (Al Gore, 2006), « Home » (Yann Arthus-Bertrand, p (...)

11En ce qui concerne les Fondations, on observe aussi des dispositifs spécifiques, en France, où une personnalité médiatique12 a, jusqu’aux primaires du mouvement Europe écologie- Les Verts, occupé une place forte, visible et audible dans un dispositif médio- politico- organisationnel original et dans l’espace public. Aux États-Unis, les activités d’Al Gore, personnalité politique démocrate converti à la cause environnementale, témoignent de la mise en place de formes organisationnelles mêlant, là aussi, les genres politiques et médiatiques. On observe également le développement d’une socialisation des savoirs et des idées environnementaux par ces fondations et par les médias, mais aussi la médiation des travaux du GIEC par le cinéma, ou encore une production cinématographique consacrée à la cause environnementale13.

  • 14 Cf. : http://www.legrenelle-environnement.fr/.
  • 15 Cf. site Grenelle supra.
  • 16 La décroissance a son mensuel du même nom, directeur de la publication Vincent Cheynet.
  • 17 Cf. Collectif, 2007. Pour repolitiser l’écologie, ISBN 978-2-84190-176-0, Lyon, Parangon.
  • 18 http://www.contre-grenelle.org/.

12Nous pensons que l’organisation du Grenelle de l’environnement mérite une attention particulière dans la mesure où il s’est agi d’une forme organisationnelle, éphémère certes, mais très communicante - s’appuyant notamment sur des forums numériques - et puissamment portée par l’État. Le Grenelle de l’environnement, lancé dès le 21 mai 2007, a réuni l’État et les représentants de la société civile « afin de définir une feuille de route en faveur de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables »14 conduisant à deux lois : loi grenelle 1, loi grenelle 2 et à la mise en place en 2010 du Comité national du développement durable et du Grenelle Environnement. Le cadre législatif invite de nombreux secteurs d’activités, notamment l’agriculture, le bâtiment, le transport, l’énergie, les déchets, à des conversions qui servent également d’incitation vers une économie « plus verte et responsable ». Dans un premier temps, 300 acteurs organisés en six groupes de travail ont produit en deux mois 1 000 pages de rapports. Ensuite, à l’automne 2007, une phase de « consultation du public et de débat » a été ouverte impliquant les forums numériques : « 14 000 contributions sur Internet ont été recensées ; 300 000 internautes sont intervenus sur le forum du Grenelle (…)/»15. L’argument du nombre est mis en avant dans le site officiel pour souligner l’élan produit. Du point de vue symbolique, le Grenelle repose sur l’idée que des intérêts communs l’emporteraient sur des intérêts sociaux et politiques contradictoires. Une (fausse) symétrie est, en quelque sorte établie, entre organisations responsables de pollution et de nuisance environnementale et organisations nées du projet d’améliorer la qualité environnementale. Le Grenelle a aussi provoqué des contre initiatives, notamment un « Contre-Grenelle » organisé par le mouvement de la décroissance16, favorable à une écologie politique17. Les partisans de ce courant dénoncent ce qu’ils considèrent être les dangers du Grenelle : « danger de dilution de la question environnementale, (…) où l’écologie dépourvue de budget propre pèsera bien peu aux côtés des bastions des transports et de l’énergie. Danger de détournement de la question écologique en promouvant des solutions qui ne feront qu’alimenter les régressions environnementales et sociales. Par exemple, la promotion massive des agrocarburants (…) »18.

  • 19 Le « new deal » écologique promis n’a pas eu lieu, dénoncent des associations ; une avancée cependa (...)

13Ce courant questionne les techniques environnementales et en même temps souligne l’absence de mise en perspective systémique entre des mesures issues du Grenelle et la poursuite simultanée d’autres décisions et pratiques qui sont contradictoires. L’ensemble aboutit au mieux à des effets de corrections mineures et dans tous les cas au maintien de logiques dominantes nuisibles à l’environnement. On note aussi que quatre ans après, de nombreuses associations sont critiques quant au bilan concret du Grenelle19.

  • 20 De la Brosse J., 13/01/2012. Les entreprises vertes licencient : c’est grave docteur ?, L’expansion(...)
  • 21 Marks, Nic, Andrew Simms, Sam Thompson, and Saamah Abdallah. 2006. The Happy Planet Index: An index (...)

14Du côté des entreprises, de nouvelles entreprises ont été créées particulièrement dans le domaine des énergies renouvelables. Mais, début 2012, la presse se faisait l’écho des difficultés de ces entreprises qui licencient, « victimes de la crise mais aussi des frais d’un emballement généralisé »20. Plus généralement, la crise économique qui revêt de plus en plus un caractère systémique révèle des contradictions. Ces contradictions s’expriment entre, d’une part, le modèle économiste dominant qui est relégitimé à la faveur de cette crise et qui relègue la conversion écologique en arrière-plan au nom du retour à la croissance, et, d’autre part, un modèle alternatif à construire qui intégrerait avec sérieux la question environnementale associée à la question sociale. Ces contradictions se reflètent dans les enjeux des indicateurs. Si le PIB et le taux de croissance demeurent des indicateurs privilégiés, la question environnementale est écartée. C’est pour cela que certains acteurs innovent en proposant de nouveaux indicateurs, par exemple le Happy Planet Index, créé en 2006 par la New Economics Foundation21 permettant de mesurer la corrélation entre écologie et bien-être. Dans cette mouvance, une autre tendance se développe avec la création d’organisations s’inspirant de la tradition, toujours vive, des coopératives, avec notamment les Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP), des Systèmes d’échange local (SEL). Nombre de ces initiatives s’inscrivent dans le cadre de l’économie sociale et solidaire valorisant la relocalisation et le coentreprenariat. Dans ce cas, les règles du jeu habituelles, notamment en ce qui concerne les frontières entre capital et travail, entre producteurs et consommateurs sont changées au profit de plus de solidarité, de qualité de travail et de vie.

15Si l’on essaie d’objectiver l’effervescence organisationnelle, institutionnelle et médiatique autour de l’environnement, on peut considérer, à la suite de Cornélius Castoriadis (1990, 260), que l’environnement est devenu à la fois une question centrale et une question de déplacement. En ce qui concerne une « question centrale », rares sont parmi nos contemporains, ceux qui ne reconnaissent pas le thème environnemental au moins a minima (même ceux qui lui sont hostiles) ; en ce qui concerne une « question de déplacement », le thème environnemental produit des effets sur l’échiquier politique, économique et sociétal.

Qualifier et questionner les dynamiques à l’œuvre

16Pour qualifier et questionner les dynamiques qui s’organisent autour de la thématique environnementale, nous privilégions principalement le cadre de théorisation proposé par Cornélius Castoriadis (1975, 1990).

17Nous partons de l’hypothèse que, prises dans leur ensemble, les initiatives (discours, dispositifs divers et actions) liées à l’écoresponsabilité et au DD posent la question suivante : qu’est-ce qui s’institue et se désinstitue d’un point de vue macro, méso et micro, et notamment y a-t-il une contribution de ces initiatives à un basculement et un passage d’un imaginaire socio-historique à un autre. Tenter de répondre à une telle question nécessite un travail collectif, interdisciplinaire et à moyen terme. Nous souhaitons, très modestement, pointer quelques questions qui nous semblent importantes.

Crise et critique de l’économisme, du progressisme et du catastrophisme

  • 22 Après avoir publié : The Culture of narcissism – American Life in An Age of Diminishing Expectation (...)

18La critique de l’économisme et du productivisme développée par Cornelius Castoriadis met en cause notamment le point central de l’imaginaire du capitalisme, comme imaginaire socio-historique, à savoir le projet - ou l’illusion - d’une rationalité illimitée. La critique du rationalisme, de l’économisme conduite par Castoriadis porte à la fois sur le capitalisme et sur les expériences historiques revendiquant le marxisme. À cette critique structurante, on peut adosser un autre point de vue critique portant sur la critique du mythe du progrès. Pour certains auteurs (Lasch, 2002), l’idéologie du progrès se présente comme un mouvement illimité sans finalité, si ce n’est la jouissance privée (vs esprit civique)22. Dans le paysage des travaux issus de l’École de Francfort, l’originalité de cette proposition consiste à ne pas critiquer la technique, mais à se concentrer sur la philosophie politique et la critique des idéologies. Il note que « l’inflation rhétorique autour du progrès […] touche à sa fin » (p. 154). Selon lui, progrès et catastrophisme écologique sont l’endroit et l’envers d’une même médaille, celle d’une posture du fatalisme : « on doit commencer par mettre en question le fatalisme qui imprègne dans sa totalité cette rhétorique du progrès et du désastre » (p. 155).

19Des pensées alternatives se développent prenant le contre-pied de l’idéologie de la croissance, de la réification du monde et de l’hégémonie de la forme marchande. La décroissance (Latouche, 2007) et la croissance zéro (Jackson, 2010) sont théorisées et défendues dans la sphère scientifique, politique et médiatique. Par ailleurs, dans une veine plus philosophique et spiritualiste, d’autres auteurs (Bourg & Papaux, 2010) argumentent en faveur d’une société sobre et durable, la société écologique représentant des défis pour l’anthropologie et la spiritualité (Roch & Bourg, 2010).

Responsabilité, vertu et éthique

20Si le principe responsabilité (Jonas, 1998) est souvent évoqué dans la littérature consacrée au DD et à l’environnement, des chercheurs soulignent que l’irresponsabilité est bien peu sanctionnée : « Il n’y a pas de preuve d’une sanction effective pour un comportement irresponsable » (Vogel, 2005, cité par Quairel Lanoizelée, 2011, p. 141).

21Par ailleurs, l’écologie modérée entend restaurer la notion d’éthique individuelle et civique associée à la notion de responsabilité. Ces notions de responsabilité, de vertu et d’éthique sont bien au centre du « méta récit » de l’environnement et du développement durable. Un chercheur, analyste du méta récit environnemental, rappelle que le DD a pour but de « gouverner en pensant aux conséquences » pour les contemporains et pour les générations futures (Jalenques, 2006, 2007). Cet auteur défend le point de vue selon lequel la durabilité mise en regard de la profitabilité produit une injonction paradoxale (Jalenques, 2006, p. 425), il est assez peu compatible d’avoir pour priorité la maximisation du profit à court terme et de prétendre réduire l’impact environnemental.

  • 23 Il s’agit du courant de « l’écologie profonde » fondé par Arne Naess, courant radical qui suscite d (...)

22Des courants plus radicaux de l’écologie politique soulignent que l’idée philosophique défendue, notamment par Hans Jonas, selon laquelle l’espèce humaine a le devoir de se conserver, ne va pas de soi. Un des présupposés centraux de la philosophie humaniste est ainsi remis en cause23.

23Cornelius Castoriadis, quant à lui, attire notre attention, d’abord, sur ce qu’il nomme : « le cache misère de l’éthique » (1996), lorsque l’éthique sert à justifier la répétition inlassable du même et, ensuite, sur la nécessité de concevoir l’éthique dans les catégories de l’agir, agir qui ne peut être pensé dans un au-dehors des institutions concrètes.

Mise en cause anthropologique d’une civilisation et de ses paradoxes

24Cornelius Castoriadis (1996, p. 78-79) souligne dans une réflexion qui met à jour un ensemble de paradoxes que le capitalisme n’a pu survivre et se développer que par la conjonction de deux facteurs ayant trait à l’anthropologie et qu’il est d’ailleurs en train de détruire. Le premier facteur c’est le conflit social et politique dont l’issue depuis deux siècles permet à des salariés d’élargir le socle de la consommation de l’excédent de production caractéristique du capitalisme. Le deuxième facteur c’est que le capitalisme ne peut fonctionner que parce qu’il a hérité de types anthropologiques qu’il n’a pas créés (le juge incorruptible, le fonctionnaire intègre), le seul type anthropologique créé par le capitalisme étant l’entrepreneur schumpéterien dont la seule passion est l’entreprise comme institution historique du capitalisme. La nouvelle crise du capitalisme, ouverte depuis les subprimes et la crise de la dette publique, révèle la fragilisation de ces deux facteurs ; en effet, le conflit social ne mène plus à l’élargissement de la consommation et la figure de l’entrepreneur est marginalisée au profit de celle du financier.

25Face au constat de crises majeures, environnementale et de civilisation, la question posée est : comment ne pas céder au « catastrophisme » (Dupuy, 2002 ; Stengers, 2009). La voie de l’agir, associée à de nouveaux paradigmes, est ouverte par les auteurs qui pensent dans le cadre des théories de l’autonomie et de la complexité.

  • 24 La notion même d’individu est socialement fabriquée (Castoriadis, 1975, p. 466-467).

26Castoriadis invite à penser ensemble autonomie de l’individu et autonomie du social. La question de l’imaginaire social-historique est au centre de sa proposition théorique (1975). « L’imaginaire social crée la forme même de l’institution ; lorsque les humains sont assemblés, ils se donnent une figure24 singulière instituée pour exister » (1996, p. 135). La notion d’autolimitation choisie et volontaire, comme guide pour l’action mais aussi comme valeur, serait partiellement constitutive d’un nouvel imaginaire qui pourrait émerger des crises contemporaines.

27Edgar Morin (2011) propose une réflexion qui essaie de penser ensemble les différentes crises, crise économique, politique, cognitive, sociale, éducative, environnementale. Il considère que le modèle du développement ne tient pas ses promesses et que le modèle du « développement-solution » exporté dans le monde est oublieux du fait que le développement est en crise pour les sociétés qui l’ont inventé. Morin propose une voie, celle des sept réformes, qui emprunte notamment à la perspective dialogique qu’il défend dans les théories de la complexité. Cette voie consiste à coupler des termes antagonistes et à mettre en relation ces couples : mondialisation/démondialisation, croissance/décroissance, développement/enveloppement. Il invite à une réforme politique, économique, sociale, une réforme de la pensée convergeant vers une réforme de vie, reprenant le thème de la convivialité et de la qualité de vie d’Illich (1970).

En guise de conclusion

28L’agir et la praxis sont des voies pour échapper aux impasses dans lesquelles nous sommes. Le défi semble être de tenir et conduire en même temps un changement de pratiques à court terme (mobilité, énergies, recyclage, etc.) et un changement qui ne peut s’effectuer que dans le temps long (institutionnalisation de nouvelles valeurs culturelles, nouveau modèle économique, etc.).

29Dans le champ scientifique, des chercheurs en sciences sociales -et en SIC- choisissent une posture d’engagement au sens où ils revendiquent d’être aussi des acteurs de la praxis sociale. Par exemple, ils mettent en relation des propositions théoriques et des expérimentations de terrain (Bernard, 2010). De ce point de vue, la question critique est associée à celle d’une praxis. La question critique peut aussi être définie dans sa relation à un anthropocentrisme. Les débats en sociologie posent bien cette question : s’agit-il de problématiser la nature comme construction sociale (Eder, 1996) ou, en quelque sorte, de « naturer » la société en développant une anthropologie prenant en compte la relation entre l’humain et la biosphère, ce qui ne va sans poser de nouveaux problèmes (cf. Bourg, 2010) ?

30La relation environnement- communication- organisations- institutions revêt une portée heuristique dès lors qu’elle est associée à la réflexion concernant les mutations en cours. Cette mise en relation permet de soulever un ensemble de questions, voire de paradoxes, l’une d’entre elles, et pas la moindre, est celle de la relation entre pensée et action. Une des voies à explorer serait de reprendre et revisiter la question théorique et pratique des conditions d’une praxis associée aux changements de culture, de valeurs et aux enjeux de leur institutionnalisation.

Bibliografia

Bernard F., Courbet, D. & Halimi-Falkowicz S. 2010. Expérimentation et communication environnementale : la communication engageante et instituante, in Courbet, D. (dir.), Communication et Expérimentation, Éditions Hermès Lavoisier (Collection Ingénierie représentationnelle et construction de sens, Objectiver l’Humain ? Volume 2), p. 71-113.

Bourg D. et Rayssac G.-L. 2006. Le développement durable : Maintenant ou jamais. Paris : Gallimard.

Bourg D. et Papaux A. 2010.Vers une société sobre et durable. Paris : PUF.

Bourg D. et Whiteside K. 2010. Vers une démocratie écologique. Paris : Seuil.

Boy D. 1999. Le Progrés en procès. Paris, Presses de la Renaissance.

Brulois V. & Viers J. 2011. Plaidoyer pour un regard transdisciplinaire sur la RSE. In Postel N., Cazal D., Sobel R. (éds), La Responsabilité Sociale de l’Entrepris. Nouvelle régulation du capitalisme ? Lille : Septentrion, p. 43-56.

Bozonnet J.-P. 2005. « L’écologisme autrement, Fin du grand récit et désintitutionnalisation », Conférence au CR23, Congrès de l’ACFAS, Université du Québec à Chicoutimi, Canada, du 9 mai au 13 mai 2005, 32 p.

Castoriadis C. 1975. L’institution imaginaire de la société. Paris : Seuil.

Castoriadis C. 1990. Le monde morcelé. Paris : Seuil.

Castoriadis C. 1996. La montée de l’insignifiance. Paris : Seuil.

Castoriadis C. 2005. Une société à la dérive. 1974-1997. Paris : Seuil.

Dupuy J.-P. 2002. Pour un catastrophisme éclairé, Paris : Seuil.

Eder, K. 1996. The Social Construction of Nature. A Sociology of Ecological Enlightenment. Londres : SAGE Publications.

Fitoussi J.-P. & Eloi L. 2008. La nouvelle Écologie politique. Économie et devéloppement humain. Paris : Seuil.

Gendron C. et al. (dir), 2009. Développement durable et responsabilité sociale. De la mobilisation à l’institutionnalisation. Montréal : Presses Polytechnique.

Illich I. 1973. La Convivialité. Paris : Seuil.

Illich I. 2004. La Perte des sens. Paris : Fayard.

Jackson T. 2010. Prospérité sans croissance. La transition vers une économie durable. Bruxelles : De boeck.

Jalenques-Vigouroux B. 2006. « Dire l’environnement : le métarécit environnemental en question », thèse sous la direction de N. D’Almeida, Paris IV La Sorbonne-CELSA.

Jalenques-Vigouroux B. 2007. « Quand les entreprises communiquent sur le développement durable : un choix libre ou contraint ? », Quaderni, n° 64, p. 97-104.

Jonas H. 1998. Le principe responsabilité. Paris : Flammarion.

Joule R.-V. & Beauvois J.-L. 2002. Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens. Grenoble : PUG.

Institut français de l’environnement, 2000. La Sensibilité écologique des Français. Orléans, IFEN.

Lasch C. 2002. Le Seul et Vrai Paradis. Paris : Champs/Flammarion.

Latouche S. 2007. Petit traité de la décroissance sereine. Paris : Mille et une Nuits.

Leroy P. 2003. « Un bilan de la sociologie de l’environnement en Europe », in Gendron, C. et J.-G. Vaillancourt (dir), Développement durable et participation publique, Montréal : Presses de l’Université de Montréal, p. 25-48.

Libaert T. 2010. Communication et Environnement, le pacte impossible, Paris : Presses Universitaires de France.

Roch P. & Bourg D. 2010. Crise écologique, crise des valeurs ? : Défis pour l’anthropologie et la spiritualité. Genève : Labor et Fides.

Rumpala Y. 2010. Développement durable. Ou le gouvernement du changement total, Lormont : Le Bord de l’eau.

Morin E. 2007. L’An I de l’ère écologique. Paris : Tallandier.

Morin E. 2011. La voie. Pour l’avenir de l’humanité. Paris : Fayard.

Postel N., Cazal D. & Sobel R. 2011. La Responsabilité Sociale de l’Entreprise. Nouvelle régulation du capitalisme ? Lille : Septentrion.

Quairel Lanoizelée F. 2011. La Responsabilité Sociale des entreprises est-elle soluble dans la concurrence ? In Postel N., Cazal D., Sobel R. (éds), La Responsabilité Sociale de l’Entrepris. Nouvelle régulation du capitalisme ? Lille : Septentrion, 129-149.

Stengers I. 2009. Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient. Paris : La Découverte.

Vidaillet B. & Gamot G. 2011. Effacement du cadre symbolique et RSE. In Postel N., Cazal D., Sobel R. (éds), La Responsabilité Sociale de l’Entreprise. Nouvelle régulation du capitalisme ? Lille : Septentrion, p. 153-179.

Note

2 Vincent Jacques Le Seigneur. 2000. La sensibilité écologique des français à travers l’opinion publique. Institut français de l’environnement. Résultats corroborés 10 ans plus tard par l’Analyse de l’opinion publique de la Commission européenne (http://ec.europa.eu/public_opinion/).

3 Cf. site de la Fondation Nicolas Hulot : www.fondation-nature-homme.org/extras/archives-pacte/.

4 Pour une synthèse cf. Bourg D. & Rayssac G.-L. (2006).

5 Pour un point sur le débat concernant la RSE mené par les chercheurs, cf. Postel, Cazal, Chavy & Sobel (2011).

6 Pour aider les organisations à évaluer la pertinence et le niveau de maturité de leurs pratiques, différentes procédures évaluatives sont disponibles : ISO 26000, AFNOR Certification propose AFAQ 26000- responsabilité sociétale ; HQE.

7 Devise des entreprises : Consommer vert vs consommer différemment moins et différemment ; la critique vient aussi de : 1/certaines agences de marketing : cf. par exemple les « 7 péchés de greenwashing », selon : SinsofGreenWashing.org, site de l’agence de marketing environnemental qui gère l’écolabel canadien ecologo ; Études sur les péchés du GreenWashing, édition 2010 (http://www.sircome.fr/Les-peches-du-greenwashing) ; 2/ d’organisations de régulation : notamment l’observatoire indépendant de la publicité mis en place en 2009 : http://observatoiredelapublicite.fr/.

8 www.avenirdurable.org/Eco-marketing-comment-depasser-la.html.

9 Les villes consomment 75 % des ressources de la planète et émettent jusqu’à 80 % des gaz à effet de serre ; le projet ville durable est accompagné des mots clés notamment « bilan carbone », cf. : http://www.duclair-environnement.org/2011/06/22/ (cf. ADEME - http://www2.ademe.fr/) <http://www2.ademe.fr/%29>

10 « Les agendas 21 sont des initiatives volontaristes des villes, soutenues par le Ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables, qui consistent en une série de propositions d’actions pour les villes visant à les adapter aux enjeux de développement durable ». Les agendas sont un des instruments du DD pour les Villes souhaitant devenir des « villes durables » aux côtés des projets d’aménagement et de développement durable (PADD), cf. http://ecorev.org/spip.php?article656.

11 www.grainepaca.org/.

12 D’abord photographe puis présentateur d’« Ushuaïa, le magazine de l’extrême », Nicolas Hulot a créé la fondation de même nom, puis en 1995 la « Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l’homme ». Après avoir conduit le pacte écologique en 2007, il a été aussi candidat dans le cadre de la Primaire écologiste en 2011.

13 Quelques références : « Une Vérité qui dérange » (Al Gore, 2006), « Home » (Yann Arthus-Bertrand, produit par Luc Besson, 2009) ; mais aussi des documentaires animaliers : « Microcosmos » (Claude Nuridsany et Marie Pérennou, 1999), « La Marche de l’empereur » (Luc Jacquet, 2004), « Océan » (Jacques Perrin & Jacques Cluzaud, 2010), entre documentaire et fiction : « la Clé des champs » (Claude Nuridsany et Marie Pérennou, 2011).

14 Cf. : http://www.legrenelle-environnement.fr/.

15 Cf. site Grenelle supra.

16 La décroissance a son mensuel du même nom, directeur de la publication Vincent Cheynet.

17 Cf. Collectif, 2007. Pour repolitiser l’écologie, ISBN 978-2-84190-176-0, Lyon, Parangon.

18 http://www.contre-grenelle.org/.

19 Le « new deal » écologique promis n’a pas eu lieu, dénoncent des associations ; une avancée cependant est soulignée celle des plans climat-énergie que les collectivités territoriales devront avoir adoptés pour le 31 décembre 2012, cf. LEMONDE.FR avec l’AFP /22.10.10/ ; www.lemonde.fr/planete/article/2010/10/22/ ; cf. pour une analyse macro-économique du Grenelle : --www.minefe.gouv.fr/directions_services/dgtpe/etudes/doctrav/pdf/cahiers-2010-06.pdf.

20 De la Brosse J., 13/01/2012. Les entreprises vertes licencient : c’est grave docteur ?, L’expansion, en ligne : http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/.

21 Marks, Nic, Andrew Simms, Sam Thompson, and Saamah Abdallah. 2006. The Happy Planet Index: An index of human well-being and environmental impact. London: New Economics Foundation.

22 Après avoir publié : The Culture of narcissism – American Life in An Age of Diminishing Expectations, 1979 (trad. franç. en 2000), Christopher Lasch a publié : The True and Only Paradise, 1991, trad. Franç. Le Seul et Vrai Paradis, Champs/Flammarion, 2002. Dans la lignée des travaux de l’École de Francfort, l’auteur considère notamment que « le système dissout les cultures dans le narcissisme de la culture de masse » et que « le capital s’avance désormais sous le masque du rebelle anticonformiste ». Il critique également l’écologisme comme idéologie confisquée par une élite de gauche qui stigmatise l’aspiration des classes populaires à défendre leurs conditions de vie. Il a par ailleurs débattu avec Castoriadis à propos de l’individualisme. Cf. sur ce thème également : Boy (1999).

23 Il s’agit du courant de « l’écologie profonde » fondé par Arne Naess, courant radical qui suscite des controverses y compris sous une forme littéraire, cf. notamment le roman de Jean-Christophe Rufin, (2007), Le Parfum d’Adam, Flammarion.

24 La notion même d’individu est socialement fabriquée (Castoriadis, 1975, p. 466-467).

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540